Le Plan Plaisir Mini-Poney

514Report
Le Plan Plaisir Mini-Poney

Au plus profond du plus ancien complexe de foires et d'hippodromes de la ville se trouvait une grande grange rouge. Parfois, il abritait des animaux qui étaient ensuite exposés dans des expositions de la meilleure race et autres, organisées périodiquement au parc des expositions tout au long de l'année. Cependant, il était principalement utilisé par le jardinier résidant, M. Orrick, et sa famille, qui habitaient dans un petit cottage à proximité. Un samedi matin ensoleillé, peu de temps après le petit-déjeuner, deux jolies jeunes adolescentes se sont précipitées hors de ce cottage et ont couru, toutes deux, vers la grange.



Taylor Dewey a fait de son mieux pour suivre sa petite amie plus âgée et plus rapide alors qu'elles franchissaient les grandes portes de la grange et chargeaient à travers un large espace central jusqu'à l'endroit où une pile de bottes de foin fraîches et croustillantes formait une cachette privée à son emplacement. arrière. Sandra Orrick a escaladé d'un seul coup une botte unique qui formait une barrière basse et dissimulante vers un petit coin confortable entre les bottes imposantes et le mur arrière de la grange et Taylor a grimpé dessus après elle. Ils haletaient tous les deux fortement alors que Sandra laissait une petite pile de magazines sur laquelle elle s'accrochait se répandre devant les jeunes amis haletants tandis que Taylor atterrissait avec un léger craquement à côté d'elle sur le sol spongieux et couvert de paillettes.

"Ne t'inquiète pas. Personne ne peut nous voir ici ! » Sandra assura son amie avec un petit rire méchant alors qu'elle commençait à feuilleter avec enthousiasme les publications aux couleurs vives. Taylor jeta un coup d'œil rapide par-dessus la balle doucement parfumée, juste au cas où. Et si quelqu'un avait remarqué ces adolescents fous et les avait suivis par curiosité ? Ses grands yeux bleus étincelants scrutèrent les ombres sombres et tachetées de soleil du hangar caverneux au-delà de la cachette des filles, mais ne virent rien d'extraordinaire. Du matériel agricole poussiéreux occupait une extrémité du bâtiment de la taille d'un hangar et une zone stable composée de plusieurs stalles occupait l'autre. Taylor pouvait entendre les bruits légers et doux d'un animal venant de l'une des petites cabines à portail battant et reconnu une odeur âcre de fumier de cheval, mais en dehors de cela, tout était encore dans l'air chaud et humide au-delà de la paille impromptue des filles. maison de casier.

"Bites noires et chatte blanche!" Sandra annonça soudainement triomphalement, ce qui fit se retourner Taylor et vit son amie agiter l'un des magazines avec enthousiasme. Le cœur de Taylor, déjà battant fort depuis le sprint depuis la chambre du père de Sandra jusqu'à la grange, manqua presque un battement lorsque Sandra commença à déplier l'une des pages centrales brillantes du magazine pornographique.

«Chut Sandra. Et si ton père est dehors ? Je ne veux pas me faire prendre avec ses vieux pornos sales," siffla Taylor.

« Awe, détendez-vous ! Papa et le reste du personnel nettoient la piste de course ce matin et tout le monde est parti faire du shopping ! » Sandra a rassuré sa jeune amie blonde. La jolie jeune fille de treize ans suivit ses conseils et se mit à l'aise. Sandra admirait la plénitude attrayante des jolies filles, les cuisses lisses et bronzées par le soleil et les mollets bien formés et bombés agréablement alors qu'elle s'accroupissait dans ses coupes amples en coton. Pour Sandra Orrick, le plaisir de faire quelque chose d'interdit ou de vilain était presque toujours meilleur que l'acte lui-même. Par conséquent, elle s'amusait vraiment maintenant, alors qu'elle regardait les seins fermes en bonnet C de Taylor Dewey, monter et descendre en rythme sous son t-shirt en coton bien tendu et anticipait l'effet que les photos érotiques auraient sur son jeune copain d'école.

«C'est celui dont je vous ai parlé. Découvrez la taille de la bite de ce mec ! » S'exclama Sandy.

"Oh mon Dieu… Eh bien, c'est juste… Ça ne peut pas être…" haleta Taylor, croyant à peine ce que voyaient ses grands yeux bleus. La page de la taille d'une affiche devant elle consistait en un diorama de photographies explicitement sexuelles. Une photo montrait un bel homme noir ne portant rien d'autre qu'un sourire blanc éclatant tandis qu'entre ses jambes musclées, et malgré son état détendu, se trouvait le pénis le plus gros et le plus gros que Taylor ait jamais vu.

Le coq noir et lisse pendait comme une longueur de lance à incendie, depuis le scrotum sombre et froissé de l'homme, littéralement jusqu'à ses genoux. Sur la photo suivante, il était accompagné d'une femme blanche sexy aux cheveux blonds et aux gros seins. Elle était agenouillée nue entre les jambes du black avec une expression impressionnée sur son beau visage tout en enroulant ses deux mains, avec une difficulté évidente, autour de la tige gonflée de son pénis maintenant complètement dressé. Sa queue s'est énormément allongée. Dans une autre encore, la même femme était en gros plan, suçant de manière obscène la tête large et spongieuse noire et rose du gigantesque pénis de l'homme alors qu'elle s'efforçait désespérément d'avaler l'énorme morceau d'outil entre les lèvres rouges largement étirées et les joues gonflées. Enfin, la photo principale représentait le couple excité en train de baiser. Les photos ont eu un effet érotique immédiat sur Taylor Dewey.

"Il doit faire dix-huit pouces de long!" S'exclama Taylor d'une voix haletante, la gorge épaisse de désir, alors qu'elle étudiait la scène de débauche. La star du porno blonde aux gros seins se contorsionnait sur le dos, maintenant sur un banc bas. L'homme noir était à califourchon sur elle et mordait un de ses gros tétons roses, qui ressortaient lascivement de ses seins pleins et rebondissants et il enfonçait littéralement son énorme queue en forme d'éléphant, aussi loin qu'il le pouvait dans son vagin qui s'étirait sauvagement. . La fente de la chatte rose et arrondie de la blonde était visiblement étirée au point de tourmenter autour de l'énorme bâton de bite aux nervures vaines qui l'empalait. Taylor s’émerveilla du regard d’extase sur le visage en sueur et béat de la femme. Mon Dieu, elle a l'air heureuse ! Se dit Taylor, éprouvant un méchant petit frisson de désir qui parcourut ses lions nubiles alors qu'elle essayait d'imaginer ce que cela devait être d'être si complètement remplie par autant de viande de bite.

Elle avait déjà été baisée par quelques garçons. L'adolescente aux courbes généreuses avait le genre de silhouette qui lui garantissait de recevoir des offres sexuelles presque constantes, même de la part de garçons beaucoup plus âgés qu'elle. Elle se souvient qu'un gars en particulier avait été plutôt bien membré. Il l'avait baisée sur la banquette arrière de sa voiture, sur le parking d'une discothèque, tandis que la sœur aînée de Taylor, et son véritable rendez-vous ce soir-là, les cherchait sur la piste de danse à l'intérieur. Il mesurait vingt bons pouces de longueur et une circonférence satisfaisante de trois pouces à sa queue, se souvint Taylor avec regret. Il l’avait poussé à la hâte jusqu’à la garde dans sa chatte immature. Elle se souvint, avec un petit frisson vertigineux, à quel point son jeune canal vaginal serré s'était senti délicieusement étiré autour de sa grosse bite profondément enracinée, lui permettant de profiter plus pleinement des impulsions saisissantes que son outil palpitant avait produites en elle alors qu'il grognait son un orgasme chaud et collant en elle. Grand, c'est génial. Mais encore plus gros doit être meilleur ! Taylor se dit et sourit un petit sourire méchant alors qu'elle admirait la scène de baise interraciale impressionnante.

Pendant ce temps, Sandra Orrick considérait Taylor Dewey comme un loup en apprécie un autre. Elle avait prédit que Taylor serait intéressée lorsqu’elle leur avait suggéré de jeter un œil aux livres pornographiques de son père. Elle sourit d'un air entendu maintenant, car elle pouvait sentir son amie être très excitée par les images de débauche qu'elle regardait. Depuis le premier jour où ils s'étaient rencontrés au lycée, ils étaient rapidement devenus amis. Sandra jouissait d'un physique excellent et attrayant, de longs cheveux bruns, de jeunes seins mûrs, d'un petit cul tout en courbes et du genre de jambes d'adolescent qui attiraient naturellement l'attention de tout homme au sang chaud. Cependant, Sandra était une fille pratique. Elle réalisa que deux jolies abeilles pouvaient récolter deux fois plus de miel mâle, pour ainsi dire. Et plus important encore, même si elle n'avait que treize ans, Taylor Dewey aimait penser, parler et avoir des relations sexuelles avec les hommes qu'ils attiraient, ce qui en faisait un repoussoir particulièrement complémentaire pour la jeune fille de quatorze ans constamment à la recherche de sensations fortes.

Taylor avait commencé à feuilleter avec enthousiasme le reste des magazines grivois, alternativement en riant ou en faisant de petites remarques de débauche comme « Wow ! c'est un énorme connard ! ou "Pouvez-vous imaginer en avoir un comme ça!" alors qu'elle tournait page après page d'énormes pénis noirs faisant toutes sortes de choses exotiquement lascives avec des putes blanches consentantes aux couleurs graphiques.

À vrai dire, Taylor commençait à se sentir très anxieux. Elle avait senti une chaleur monter dans son entrejambe presque aussitôt qu'elle avait posé les yeux sur ces premières photos. Mais alors qu'elle parcourait les uns après les autres les problèmes pornographiques du père de sa petite amie, elle avait de plus en plus de mal à masquer son état d'excitation embarrassant. L'envie exaspérante et picotante, s'accumulant dans sa chatte rapidement humide, la fit se tortiller légèrement et ajuster fréquemment sa position dans une vaine tentative d'atténuer le désir douloureux jaillissant de sa jeune chatte et se propageant dans tout son jeune corps préparé. Même ses mamelons devenaient trop sensibles et imploraient d'être touchés. Si ce n'était pas une chose si honteusement salope à faire, elle aurait déjà enlevé ses vêtements et aurait plongé au moins trois doigts dans sa petite chatte blonde torride et désireuse et aurait pincé l'irritation provoquée par le désir de ses nubbins roses froissés. Ce serait profiter « correctement » des magazines, décida-t-elle.

Pendant ce temps, Sandra était également excitée par les sensations coquines que les filles avaient vécues ensemble. Elle savait que la substance crémeuse de sa propre chatte avait déjà trempé la bande d'entrejambe de la culotte en coton blanc, se tortillant sous son short en jean moulant. Elle avait observé attentivement les signes révélateurs des pulsions sexuelles croissantes de son amie blonde et excitée qui avaient amené Sandra à décider soudainement que le moment était venu de suggérer l'une des idées les plus délicieusement débauchées et sexy qui lui soient jamais venues à l'esprit.

« Voudrais-tu voir une VRAIE grosse bite ? Je veux dire, un pour une VRAIE bite ! » Sandy murmura à moitié de manière suggestive, ce qui fit lever les yeux de Taylor des photos sales avec son joli front plissé d'incrédulité. Son amie arborait un sourire malicieux alors qu'elle attendait avec impatience les inévitables questions de la fille blonde.

"Bien sûr, je suppose que oui." Taylor a avoué. Elle ne pouvait pas imaginer ce que Sandra voulait dire, mais l'idée chatouillait sa passion et enflammait son imagination.

"Mais comment? Il n'y a pas de garçons par ici. Tu ne parles pas d'une bite dans un pot ou quelque chose comme ça ? BEURC ! » Taylor a fait une grimace en se souvenant d’une excursion scolaire dans un musée des sciences où elle avait vu un de ces malheureux appendices masculins, découpé et exposé dans un bécher en verre.

« Putain non. Ne sois pas stupide ! Sandra rit d'un air moqueur et roula des yeux devant le caractère enfantin de la remarque avant de continuer.

«Je veux dire un vrai pénis masculin vivant, juste aussi gros que dans ces magazines ici. Je peux vous en montrer un. Mais tu dois promettre de ne jamais le dire à personne, d’accord ?

Taylor pouvait voir les yeux de ses amies espiègles danser comme ils le faisaient toujours lorsqu'elle était sur le point de faire quelque chose de vraiment méchant, comme lorsqu'ils volaient des boucles d'oreilles ensemble ou enfreignaient les règles en fumant des cigarettes à l'école. Elle n'avait jamais manqué de profiter d'une seule des pitreries folles dont Sandra semblait toujours capable de convaincre Taylor dans le passé. Donc. Elle mourait déjà d'envie de savoir à quel enfer cette fille volontaire avait en tête.

"D'accord je promets. Traverse mon cœur » acquiesça-t-elle en faisant un geste croisé au-dessus de sa poitrine joliment gonflée et en essayant de ne pas rire.

« Alors suis-moi et tais-toi ! » » ordonna Sandra alors qu'elle grimpait sur la botte de foin et se dirigeait rapidement et tranquillement vers l'un des stands en bois à proximité, à l'extrémité de l'écurie de la grande grange, avec Taylor juste derrière elle. Que fait-elle ? Se demanda Taylor alors que son amie aux longues jambes actionnait un loquet en métal sur une lourde porte en bois, disparaissait à travers une fissure, puis faisait signe à Taylor de la rejoindre.

Une fois à l'intérieur. Sandra ferma la porte derrière eux. Taylor réalisa qu'ils se trouvaient dans une stalle ressemblant à une cellule d'environ douze pieds sur six, éclairée par une ampoule suspendue au toit. Le stand était déjà occupé.

« Oh, c'est trop mignon ! Il est beau! Beau!" Lâcha Taylor en voyant le plus magnifique petit poney Shetland noir et blanc qu'elle ait jamais vu de sa vie. C'était évidemment un poney de concours. Il avait une apparence noble, de bonne éducation, bien proportionné et musclé. Il ne pouvait pas mesurer plus d’un mètre, devina Taylor. Elle s'évanouit avec adoration alors qu'elle s'approchait et commençait à caresser l'épaisse crinière blonde de l'animal. Il leva la tête en l'air, puis se tourna pour la regarder. Le museau doux du petit étalon et sa forte mâchoire arrondie où les seules parties de sa tête étaient visibles sous une épaisse touffe blanche de cheveux longs et grossiers qui frangaient ses yeux.

« C'est Petit Petit Mack ! Sandra a utilisé le « nom d’exposition » complet de l’animal et a expliqué que le petit cheval était l’un des mâles les plus reproducteurs du pays. Apparemment, il avait engendré de nombreux champions. Elle s'occupait du petit cheval depuis son arrivée une semaine auparavant de l'autoroute en prévision d'une prochaine exposition qui se tiendrait dans les prochains jours au parc des expositions. Elle a raconté à Taylor comment son père l'avait chargée de s'assurer que Little Mack était nourri, nettoyé et étrillé tous les jours et comment c'était lors d'une de ces visites, il y a seulement quelques nuits, qu'elle avait découvert un petit « truc » Little Mack. semblait beaucoup apprécier.

"Veux-tu le voir?" » demanda malicieusement Sandra. Son enthousiasme évident était contagieux et Taylor a dit à Sandy que bien sûr, elle l'était. En effet, elle avait hâte de savoir de quoi parlait son petit ami sournois.

"D'accord, mais c'est un peu grossier." » répondit Sandra en s'avançant, parlant d'un ton apaisant, alors qu'elle se baissait et capturait le fier petit poney par un licou en cuir bleu autour de sa tête.

Les yeux de Taylor lui sortirent presque de la tête à la suite de ce qui se passa ensuite. Tout en roucoulant calmement devant l'animal curieux, la main droite de Sandra a complètement disparu à l'intérieur et sur le devant de son short où elle a caressé rapidement ses doigts à travers les lèvres crémeuses de sa chatte. Ensuite, elle atteignait un index légèrement brillant vers les narines dilatées des minuscules chevaux. Le petit Mack semblait très excité par les doigts à l'odeur musquée que Sandra tenait juste sous son nez. Il inhala ses vapeurs féminines puantes dans une grande bouffée frissonnante, devenant instantanément agité par le désir animal et portant ses longues dents blanches tout en hennissant par intermittence.

« Bon sang. Tu l'excites ? Taylor lâcha tandis que Sandra riait et pointait un doigt crochu vers le bas et sous le ventre fringant des petits gars. Les filles pouvaient voir le long pénis noir de Little Mack se déployer rapidement depuis le étouffement doux qui se trouvait légèrement devant ses pattes arrière musclées. En quelques instants, le coq du cheval de la petite créature excitée s'allonge presque jusqu'au sol avant de se relever et de se balancer puissamment sous son ventre. Ils se sont accroupis avec admiration tandis que le mini-poney montrait son pénis tacheté de noir et de rose dans toute sa splendeur aux adolescentes admiratives.

"Plutôt cool, hein?" Sandra a demandé chaleureusement à sa jeune amie. Taylor pouvait à peine en croire ses yeux, pour commencer, la bite du mini-poney avait une apparence très humaine, le simple fait de la regarder lui faisait de la crème. La érection charnue du petit Mack mesurait au moins dix-huit pouces de long et était aussi grasse que cinq pouces deviné par Taylor. Sa peau avait l'air douce et brillante, couvrant des veines lourdes et nervurées qui semblaient palpiter doucement alors que l'aiguillon du cheval gorgé de sang tremblait de manière alléchante devant les deux adolescents dans une invitation presque hypnotique.

"Regardez ce qui se passe quand je le touche." dit Sandra. L'excitation évidente de ses jeunes amis la rendait audacieuse et imprudente. Tout en gardant la tête du cheval en sécurité d'une main, elle descendit et sous son ventre et sa passion prit le dessus. Elle captura l'érection rigide et la sortit doucement pour que sa jolie jeune amie puisse mieux la voir. Le poney tapota la terre. Sa queue, épaisse et longue, oscillait d'avant en arrière. De doux hennissements sortaient de sa bouche. Son instinct animal a capté l’excitation des enfants.

Le joli cul de Taylor touchait presque le sol alors qu'elle se tortillait pour inspecter l'impressionnante virilité de la grosse bite. Sa chatte surchauffée palpitait. De la crème de chatte chaude et juteuse a inondé le canal étroit de son trou. Elle se sentait étourdie, étourdie. La peau pâle et fraîche de la main fine et paume vers le haut de Sandra caressait la tige moite de Little Mack alors que la fille plus âgée commençait à la menacer doucement mais fermement de haut en bas le long du dessous de l'énorme bite. Le corps du petit cheval répondait avec enthousiasme et il renifla et hennissait pour montrer son appréciation.

"Puis-je le toucher aussi?" » demanda timidement Taylor.

"Bien sûr!" murmura Sandra. L'air autour d'elles empestait le sexe alors que les deux filles caressaient avec envie le pénis géant. Taylor pouvait sentir la chaleur chaude du pénis alors qu'elle descendait le long et rigide manche jusqu'à la tête de coq en forme de rosette presque humaine et revenait là où ses couilles, lourdes d'épais sperme de poney, se balançaient entre ses puissantes pattes arrière. Il renifla. Taylor a remarqué qu'une petite boule de pré-sperme de l'animal s'était formée au niveau du grand trou clignotant de la fente à pisse de l'animal. Elle donna un coup de coude à Sandra alors qu'elle lui faisait signe.

"Branlons-le jusqu'à ce qu'il vienne!" Taylor rit méchamment. La luxure était évidente dans le murmure chaud et tremblant du petit garçon de treize ans. Ses seins picotaient délicieusement à la perspective de voir l'énorme pénis cracher du sperme d'animal. Le petit Mack sentit la passion de l’enfant. Il hennissait, secouait la tête d'avant en arrière. Ses bruits agités se mêlaient aux petits cris de joie de l'enfant alors qu'ils continuaient à branler le phallus géant. Sa queue passa sur sa croupe et il recommença à gratter le sol. L'odeur des jeunes chattes mouillées gonflait ses narines animales.

'Je te mets au défi de le sucer ?' Sandra ricana un peu en suggérant cette idée perverse. Un agréable frémissement de désir déchira sa jeune chatte palpitante. Taylor semblait ravi de cette idée. La méchante petite chose pivota plus près, rapprochant le géant raide de son joli visage avant de sortir sa délicate langue rose pour tamponner le globule collant. Le goût fort et musqué du sperme des animaux a inondé ses papilles gustatives et a envoyé une charge de désir positive crépitant de sa chatte blonde frémissante aux nœuds durs comme la pierre de ses seins. Elle souleva la lourde bite un peu plus haut et appuya à nouveau avec sa langue pointue, plus audacieusement cette fois. Elle l'appuya fortement à l'intérieur du trou de pisse lui-même et le remuait de manière taquine à l'intérieur de la bouche fendue sensible. Le petit étalon excité hennissait ardemment et son garrot et ses flancs frémissaient d'un désir passionné de baise chevaline.

Tout d’un coup, il y a eu une explosion éblouissante de lumière blanche bleuâtre, accompagnée d’un fort « pop » d’ampoule flash et d’une voix masculine grave ;

"Cassé!"

Les deux filles ont réagi comme si elles avaient été frappées avec un aiguillon à bétail et ont bondi sur leurs pieds. Le sang de Taylor devint glacial. Quelqu'un les surveillait ! Son cœur fit un bond dans sa gorge. La porte du stand s'est ouverte et un grand homme d'une quarantaine d'années, d'apparence rugueuse, portant un chapeau Stetson sur une tête aux cheveux gris, est entré. Taylor l'a immédiatement reconnu comme l'un des employés qui travaillaient pour le père de Sandra. Elle l’avait remarqué en train de la regarder un jour lors d’une précédente visite chez Sandra. Son cœur battait à tout rompre lorsqu'elle remarqua l'appareil photo Polaroid suspendu à l'une des mains fortes et rugueuses de l'homme au visage hérissé et remarqua l'énorme bourgeon de son pénis en érection tendu contre le tissu décoloré de son jean. Ses yeux cherchaient une évasion. La seule issue était désormais découverte par le vieil homme costaud. Et alors qu’elle commençait à comprendre ce que l’homme était sur le point de faire ensuite, elle se retrouva stupéfaite.

"Bien bien. Si ce n’est pas la fille du patron, Sandy-Britches et son petit ami suceur de bite de cheval ! » Dit le vieux fermier d'une voix grave de baryton, touchant le bout de son chapeau avec une politesse moqueuse alors que ses yeux brillants baissaient les yeux vers les filles terrifiées.

« Qu'est-ce que tu fais ici, bordel ? Vous êtes censé travailler pour mon père, M. Dutton ! » Sandra cracha soudain avec indignation contre l'intrus non invité. Les yeux gris bleu vif de l'homme se durcirent. Il a prêté contre le portail en bois comme s'il avait tout le temps du monde.

'Bien. On voit ? Oh ouais. J'ai eu un peu de retard à cause du temps, Sandy-Britches. Donc. J'étais juste en train de faire tourner mes roues, m'occupant de mes propres affaires quand j'ai repéré vous deux petits coquins qui couraient ici et j'ai pensé que j'allais voir ce que vous faisiez. Et bien, petite mademoiselle. Bien sûr ! M. Dutton sourit maniaquement en montrant la photo sur papier glacé qu'il venait de prendre. Taylor a failli s'effondrer. L’image était indéniablement elle. Dutton avait pris sa photo au moment même où elle enfouissait sa langue profondément dans le gigantesque dong de cheval auquel elle s'accrochait clairement avec joie.

« Va-t’en et laisse-nous tranquille ! » Lâcha Taylor Dewey, retrouvant soudain sa voix. M. Dutton la regarda droit dans les yeux et lui sourit d'un sourire en coin.

"Je ne pense pas. Ce ne serait pas très amical, n’est-ce pas ? Dutton eut un sourire narquois avec confiance. "Je n'irai nulle part tant que nous ne serons pas tous de très bonnes amies, girly," il s'éclaircit la gorge pour faire effet, " A moins que tu ne préfères que je m'en aille maintenant et montre ta jolie petite photo à ta maman et ton papa, ou peut-être tes professeurs ? Hé? Peut-être que les garçons de votre école aimeraient le voir ? Qu'est-ce que tu trouves girly ?

Taylor sentit un frisson glacial lui parcourir le dos. C’était donc le point de vue de ce vieil homme, le chantage. Il avait l'air terriblement méchant et excité, réalisa Taylor. Sans rien faire d'autre que regarder leurs jeunes corps vibrants, il avait déjà eu une érection.

"Comment t'appelles-tu petite princesse ?" Dutton s'adressa directement à Taylor alors qu'il l'examinait comme un morceau de viande.

«Elle s'appelle Taylor Dewey. Maintenant, s'il vous plaît, laissez-nous partir, M. Dutton ! » » ordonna Sandra, mais si elle s'attendait à ce que l'homme obéisse, elle avait complètement tort. Ted Dutton s'amusait énormément.

"Bien. Bien. Dewey Tail-ler! » Le taquina-t-il d'un ton moqueur.

"Laisse nous partir. S'il vous plaît, monsieur ? » Taylor a supplié au bord des larmes. Dutton s'est alors mis en colère.

« Regardez, petites salopes. Tu ferais mieux de commencer à être beaucoup plus amical avec moi. J'ai une photo de toi en train de sucer la bite d'un cheval ici, mademoiselle. Saviez-vous que la bestialité est un délit criminel dans cet État, n'est-ce pas ? Taylor baissa les yeux vers le sol. Elle savait que l'horrible voyou l'avait mise au pied du mur. Même si elle pouvait s'enfuir. Il avait cette photo. Le reste de sa vie pourrait être changé à jamais par ce qu'il en faisait.

Oui Monsieur! C'est une superbe image. Tu es une vraie suceuse de bites, n'est-ce pas, petite queue de Dewey ? » Il était évident qu’il n’attendait pas de réponse. Dutton était en train de submerger les filles maintenant avec sa confiance suprême et adulte, comme il le disait ;

"J'aimerais bien avoir un bon vieux aperçu de ta jolie petite queue de Dewey en ce moment, girly. Enlève tes vêtements, chérie ! Toi aussi, Sandy-britches ! »

Les filles se regardèrent dans un ultime effort pour trouver une solution à la situation difficile dans laquelle elles se trouvaient. Puis Sandra expira en signe de défaite évidente et commença à suivre les instructions sales du vieil homme. Le cœur de Taylor se serra. Elle n’avait clairement plus d’autre choix que d’abandonner. Lentement, elle commença à se déshabiller.

Ted Dutton aurait aimé prendre une bonne bière fraîche tout en appréciant le spectacle érotique devant lui. Des doigts de fille dégrafaient des boutons, baissaient des fermetures éclair et dégrafaient des soutiens-gorge alors qu'il regardait sans relâche les corps d'adolescents mûrs dévoilés devant lui. Sa queue se contracta d'excitation et sa bouche se assécha alors qu'il restait bouche bée devant l'entrejambe humide de la première culotte en coton de la première fille, puis de l'autre. Des T-shirts serpentaient sur la tête des filles pour révéler la maturité ferme et gonflée de leurs jeunes seins entièrement exposés. Son regard se fixa sur l'entrejambe mouillé de la fille blonde. Elle accrocha ses pouces dans sa culotte serrée en coton et les poussa le long de ses hanches fines. Ils tombèrent jusqu'à ses chevilles et elle enleva le short et la culotte de ses pieds.

Échauffé de désir, Dutton lorgna les cheveux blonds soyeux qui ornaient la chatte immature de Taylor. Il avait l'eau à la bouche. Ses yeux étaient fixés sur la fente rose et les lèvres gonflées et humides de la chatte.

"Bien. Bien. Tu es vraiment une petite queue de Dewey, n'est-ce pas une fille," sourit Dutton. Il parut pensif pendant un moment.

"Maintenant. Sandy-culottes. Je veux te voir, toi et Dewey Tail, être vraiment amicaux l'un envers l'autre. Vous pouvez commencer par un joli baiser avec la langue. Dutton a expliqué de manière factuelle. Les filles regardèrent avec incrédulité, Taylor regarda l'homme avec une pure haine et réalisa qu'il regardait à nouveau sa photo.

"Oh ouais. J’aimerais sûrement montrer à certains gens dans leurs salles de cartes Internet votre belle photo de la queue de Dewey ! » Les yeux de Taylor sont tombés au sol. Il l'avait battue, elle le savait. Elle regarda Sandra. La fille plus âgée et consciente vient d'emménager et a embrassé sa jeune petite amie avec force, de manière rassurante. Sandra regarda la jeune blonde dans les yeux puis embrassa lentement et doucement la douce plénitude rouge de sa bouche féminine et boudeuse.

"Couper! Non, non. C’était nul », dit le vieil employé d’une voix traînante. « Vous ne réussiriez pas à Hollywood avec cette performance ! Maintenant, regarde ici. Je veux voir un très bon spectacle de votre part. Quand je te dirai quoi faire, tu le feras comme tu l’aimes. Sinon, je montrerai à toute la ville quelle sale petite salope suceuse de bites de cheval vous êtes vraiment. Comprendre?" Après un moment, Sandra et Taylor secouaient docilement leurs jolies jeunes têtes.

« Génial, et qui sait ? Dutton a poursuivi: «Si vous essayez vraiment de m'impressionner avec votre performance à partir de maintenant. Je pourrais juste vous rendre cette photo et oublier tout ce que j'ai vu. D'accord? Le cœur de Taylor bondit d’espoir à cette dernière remarque. Elle ne savait pas si on pouvait faire confiance à Dutton. Mais elle ne voyait pas d’autres cordes de sauvetage auxquelles s’accrocher.

"Maintenant. Essayons encore ce baiser les filles. Et souvenez-vous de vous deux. C'est moi qui décide. Mais cela ne veut pas dire que vous n’avez pas le droit de vous amuser. "Tu peux imaginer que c'est la bite de ce cheval que tu suçais encore, la queue de Dewey, si ça t'aide", ricana Dutton méchamment alors que les corps des filles se refermaient une fois de plus.

"Donne-moi ta langue cette fois", dit sérieusement Sandra à sa jeune amie. « Nous allons montrer à ce salaud, d'accord ? » Le défi dans la voix de son amie plus âgée a ravi Taylor. La petite fille fut prise au dépourvu par la suggestion érotique. Cela l'intriguait, faisait suinter sa chatte. Elle a alors décidé de jouer le jeu. D’ailleurs, que pouvait-elle faire d’autre ?

Taylor se pencha en avant, les lèvres légèrement entrouvertes, sa langue rose tendue. Cette fois, Sandra suça vigoureusement la langue offerte à la jeune fille. Taylor fut surprise de se retrouver trembler au contact de la bouche de Sandra sur la sienne. Après quelques secondes, Sandy ouvrit la bouche. "Mmmmm." Elle fredonnait de manière exagérée, tout en lançant un regard de défi à M. Dutton.

"Encore! Plus de passion ! Dutton a ordonné aux jeunes excités. Sa queue était maintenant très dure, alors qu'il voyait les deux adolescents excités se fondre à nouveau dans les bras de l'autre. Des seins pressés contre des seins. Ventre écrasés. De longues jambes cherchaient l'humidité chauffée de la chatte de l'autre. Les bras serpentaient autour de dos minces. Lèvres verrouillées. Taylor plongea sa langue ondulée dans la bouche avide de sa petite amie. Elle pressa une cuisse lisse entre les jambes de Sandra, le genou s'enfonçant dans la chatte de son amie. La propre chatte de Taylor était traitée avec le même plaisir.

Sandra suça sauvagement la langue envahissante. Elle sentit le jus chaud de la chatte de Taylor tremper sa cuisse. Des gargouillis gémissants s’échappaient entre les bouches. Taylor sortit des bras de Sandra, haletant. Son corps était en feu.

"Je n'aurais jamais cru qu'embrasser une fille pouvait être aussi amusant, hein, queue de Dewey ?" Dutton chahuta puis sourit victorieusement tandis que Taylor acquiesçait.

"Maintenant, fais-toi les seins de chacun." » Ordonna Dutton avec enthousiasme de sa voix masculine rauque. Taylor hésita une seconde puis toucha doucement l'un des petits seins fermes de Sandra.

« Suce-le, queue de Dewey ! Je veux te voir l'aimer. » La voix de Dutton était pleine de désir.
Sandra était ravie. Elle était déjà excitée. La sensation de la main de Taylor sur sa mésange était comme un feu sur sa poitrine.

Taylor se tortilla et suça l'un des tétons gonflés de son amie dans sa bouche avide. En suçant, elle caressa le beau corps de Sandra, sa main glissant de haut en bas sur la peau lisse et soyeuse. "Mmmm," ronronna-t-elle. Dutton avait raison, se dit-elle. Si je ne peux pas le battre. Pourquoi ne pas en profiter ?

Sandra soupira et passa ses doigts dans les épais cheveux blonds de Taylor. Le contact avait été fabuleux. Des tremblements chauds parcouraient sa colonne vertébrale. Taylor soupira devant le contact sexy de son amie plus âgée, ses yeux bleus brillant comme des feux de joie jumeaux.

Sandra a touché les gros seins charnus de Taylor. Taylor a placé l'un de ses seins gonflés en coupe vers le visage rouge et excité de Sandra.

Avec voracité, Sandra a englouti les gros seins pulpeux de Taylor. Elle suça fort et rongea un mamelon gonflé. Étourdie de désir, elle attrapa l'un des seins tremblants de Taylor, le mutila et suça l'autre en même temps. Taylor tremblait. La bouche de Sandra était fantastique.

Elle rougit une grosse mésange avec ses mains, puis tourna son attention vers l'autre. Elle en pétrit un et suça l'autre, trempant la chair rose et brillante de sa broche.

"Montre-moi ces seins maintenant, queue de Dewey. Je veux les voir ! » » dit Dutton. Il frottait légèrement son érection sur son jean tandis que Taylor s'éloignait des mains et de la bouche avides de sa petite amie. Elle tenait ses propres seins, les berçant dans ses mains. Tous deux étaient trempés. Les deux étaient rose vif à cause d’une manipulation brutale.

Ted Dutton pouvait voir que Taylor allait mieux et s'ennuyait maintenant. Il pouvait sentir les vapeurs de chatte chauffées des jeunes adolescents. Le mini-poney aussi. Le petit Mack était devenu de plus en plus agité à mesure que Dutton s'occupait des deux jeunes chiennes coquines. Il avait été laissé en suspens lorsque Dutton avait interrompu les filles pendant leur jeu de cheval. Ne vous inquiétez pas mon gars, vous aurez votre tour bien assez tôt, pensa Dutton en voyant le petit cheval s'agiter pitoyablement.

"D'accord. Sandy-culottes. Je veux te voir lécher la petite chatte crémeuse des queues de Dewey maintenant. Ordonna Dutton. Condamner. J'aimerais pouvoir baiser ces petites salopes maintenant ! Il réfléchissait. Mais il savait qu’il devait garder le contrôle. Tout allait comme prévu. S’il le ratait maintenant, il savait qu’il le serait, tellement désolé plus tard.

Le regard affamé de Sandy dériva vers la touffe de poils blonds bouclés cachant la chatte chauffée de Taylor. Elle passa ses mains sur son corps et commença doucement à explorer les plis gonflés de son tendre trou. C'était déjà humide et juteux. Sandy se fraya un chemin le long du corps brûlant de Taylor. L'arôme piquant de la chatte lui brûlait le cerveau. Elle toucha la chatte de Taylor, passa un doigt entre les lèvres gonflées et sortit son doigt taché de jus. Elle a sucé la crème de baise chaude et collante. "Mmmm." » elle fit à nouveau une moue exagérée à M. Dutton.

Taylor gémit, tremblant tandis que Sandy caressait sa chatte un peu plus longtemps. Sandra s'installa entre les longues jambes fines de Taylor. Agenouillée, sa bouche était à quelques centimètres des lèvres rose corail de la chatte crémeuse de son amie. Le jus, blanc et filmeux, couvrait la fente de sa chatte. Pubis blonds emmêlés de jus de baise.

Sandra lécha sa langue sur les cuisses tachées de jus de Taylor. "Mmmm, Taylor gémit."
Taylor était légèrement accroupie, les jambes écartées, les yeux fixés sur le toit de la grange. Ses petits seins montaient et descendaient à chaque respiration haletante. Elle attendit le premier contact de la bouche de Taylor contre sa chatte. Elle commença à trembler. Taylor ne faisait que se lécher les jambes et le ventre. Elle perdait le contrôle.

Sandra était maintenant prête à dîner sur la viande de chatte juteuse entre les longues jambes tremblantes de Taylor. Elle a soudé sa bouche à la chatte de Taylor. Du jus de baise chaud la salua. Taylor tremblait aux genoux. Elle se tordit de bonheur et enfonça sa chatte dans la bouche de Sandra. « Oh ! Unnn ! Elle se mordit la lèvre pour ne pas crier.

"Ouais. Suce sa bonne culotte de Sandy ! » Dutton a crié ses encouragements obscènes pour la création d'amour lesbienne des jeunes filles.

Sandra suce, elle rassembla les plis de la chatte infiltante de Taylor dans sa bouche. Une crème de chatte chaude enduit son joli visage. Elle a rempli sa bouche du délicieux pussymeat au goût. Le jus de chatte collant de treize ans coulait sur son menton et son cou. Taylor haleta la voix rauque, se faire aspirer par une autre fille était fabuleuse. C'était comme si elle savait exactement ce qui faisait que sa chatte se sentait le mieux que Taylor pensait alors qu'elle gémit à nouveau avec le plaisir que l'expérience lesbienne lui donnait un jeune corps.
Sandra a entendu les gémissements et sucé plus fort, se délectant des frissons méchants que sa bouche affamée provoquait la fille blonde. Elle a gardé son visage serré contre la chatte de Taylor. Elle mâcha les plis gonflés. Taylor gémit plus fort. Sandra mâcha plus fort. Le jus coulait plus rapidement. Cuntmeat gifla humide contre son visage. Elle a porté ses mains sous le cul rotatif de Taylor. Ses longs ongles ont griffsé les joues douces du cul tendre. Taylor se déchaîne. Elle se bosse, tordue, les jambes s'étendaient plus larges, donnant à Sandra plus accès à la mâcher et à la sucer. Son visage se tordit de bonheur alors que ses yeux roulaient librement dans leurs prises.

Avec ses dents mâchant sadiquement sur les plis de la chatte de Taylor, Sandra a mutilé les joues des filles avec ses doigts et ses ongles. Elle serra durement, rayée. Les bruits de gargouillis venaient de sa gorge alors que le jus de chatte chaud coulait dans sa bouche. Taylor se tordit de joie. Avoir sa chatte sucé la rendait folle. La pression de succion, atteignit profondément en elle, tourna son estomac, lui faisait même des mamelons. Sandra a trouvé le clitoris du sang dur de Taylor. Elle a sucé fort, déchirant presque le clitoris du corps de Taylor. Elle le manga entre ses lèvres. Suprisant à nouveau durement, elle claqua la tête, le bouton de sexe violet dur éclater de ses lèvres. Taylor a répondu dans une secousse, bloqua sa chatte sur le visage de Sandy, la trempa dans du jus de chatte, écrasa ses lèvres sur sa chatte.

Sandra a retrouvé le clitoris de Taylor. Elle l'a sucé dans sa bouche, l'a tenue avec ses dents. Cette fois, elle n'allait pas le perdre. Avec le clitoris de Taylor fermement entre ses dents, elle a fouetté sa langue sur la petite plume. Des tremblements chauds ont grondé à travers la chatte chaude de Taylor. Elle frissonna et trouva impossible d'arrêter de trembler. « Ahhh ! Ahhhh ! » Elle regarda le toit, la regarda tourner. C'était si irréel, mais si merveilleusement fantastique.

Sandra a changé de joie fiévreuse. Elle suçait, mâcha, se coupa la langue. La triple combinaison était dévastatrice. Les paupières de Taylor flottaient. Sandra s'est jetée sans réfléchir pour mâcher la chatte de son amie. Elle a ressenti dans les mouvements spastiques que Taylor allait jouir à tout moment.

Soudain, Dutton était à côté du jeune Lezo. Il a poussé Sandra en arrière où elle lui a frappé le mur avec un «ooouch!» Alors qu'il prenait fermement le bras de Taylor et la traîna, avec force, sur son dos avec un coup dans la paille fraîche sur le sol du stand. Cet idiot va la violer! Sandra sentit la colère qui éclate en elle. Mais Dutton recula déjà. Laissant le confus Taylor frustré, se contractant sur son dos.

"Son temps de petit Mack maintenant les filles. Il devenait puissant fringant. Allez ici garçon! " Dutton a déménagé rapidement pour sécuriser le petit cheval et le guider au-dessus et entre les genoux à la propagation douce de Taylor. En dessous de la frange blanche, les yeux des étalons brûlaient de luxure. Ses narines ont brûlé avec les futures baises femelles chaudes de la chatte chauffée de Taylor.

Le petit étalon baissa rapidement la tête et Taylor sentit le plaisir des lèvres humides caoutchouteuses d'un poney sur son arrachement pour la première fois. Les jambes se répandaient, elle se tordait sur le sol, lui offrant.

"Ooooo!" Les gémissements de Taylor résonnaient dans la grange. La bouche de Mack travaillait frénétiquement sur son arrache, faisant se tordre le blond de bonheur sur le sol. Il a gardé la terre, inhalait l'odeur de sa chatte tournée. Taylor gargouilla, crachage pris dans sa gorge. Mack a bordé sa broche sur les jambes écartées de Taylor.


«Vous pouvez prendre soin de sa bite pendant un certain temps Sandy-Britches!» Dit Dutton en attrapant Sandra et en la guidant à son tour, pour s'agenouiller sur les quartiers arrière de Little Mack, aux côtés de son pénis déjà dressé. Sandra soupira. Elle regarda entre les jambes arrière du poney, presque hypnotisées par la piqûre du poney. Little Mack se battait à nouveau le sol alors qu'il léchait ses amis, sa queue épaisse se déplaçant d'avant en arrière. Ses couilles me faisaient mal. La jeune femme blonde avait causé sa frustration et sa passion avec sa tentative antérieure de gérer sa queue. Il était irrité dans les balles maintenant.

"Le petit Mack est aussi excité pour vous, que vous étiez pour lui, les filles", a observé Sincèrement Dutton. «Tu dois être juste avec lui.»

Pendant ce temps, Taylor bosse sa chatte aux lèvres engloutissantes de Mack. Elle a tordu son jeune corps nu sur le plancher joint au foin. Des seins pulpeux ont rebondi comme de la gelée exotique tandis que Taylor haletait et criait. Little Mack a englouti la chatte de l'enfant. Sa bouche couvrait l’entrejambe de Taylor. Sa langue a envahi son trou de chatte. Sa bave a trempé sa chatte déjà mariée.

En même temps, Sandra a massé le cock poney dur dans sa main. Alors que les pattes arrière du poney passaient et se contractaient à côté d'elle.

"Il ne vous foulera pas, il est juste excité et veut jouir." Dutton chuchota de près, sentant l'appréhension des filles alors que Little Mack commençait à se déplacer d'avant en arrière. Sa longue bite collante dans sa main, elle a caressé les boules du poney. Elle a caressé le lourde sac de balle. Little Mack a répondu à ses coups doux avec un voisin aigu, renifla bien entre les jambes ciblées de son amie battante. Ses lèvres caoutchouteuses grondaient dans sa boîte torride. Il se sépara à nouveau alors qu'elle sortait ses balles gonflées dans une main douce et douce. Dieu, ils sont pleins! Sandra se dit. Elle a été fascinée avec la bite de Mack. Il se précipite, avançant, sa bite baise à travers ses doigts serrés. Ses couilles, chargées de sperme de poney, ont frappé le poing de Sandra.

Avec sa bite se sentant plus chaude chaque minute, le petit étalon se lança sa langue sur la boîte de Taylor. Elle se pencha sur le sol, les hanches tournant, le cul dans l'air, la chatte grinçant encore et encore dans le museau du poney. La chatte chaude goop suinte de la chatte de Taylor, inondé la bouche et le nez de l'animal, puis bave sur ses lèvres engloutissantes. Il renifla, les dents fusionnées à son entrejambe. Il renifla encore. Sa langue envahit sa chatte. Les muscles pulsants chauds ont essayé de le capturer.

Taylor se tortilla sur le dos. Les yeux se gonflent, elle griffe la chair de ses propres seins. Ses doigts ont creusé la viande souple. Douleur mélangée au plaisir de la bouche et de la langue de Little Mack.

La bite de Dutton était tourmentée dans ses denims alors qu'il regardait l'action époustouflante. Je dois garder le contrôle! Il se rappela-t-il alors qu'il se penchait et chuchota à l'oreille de Sandra;

«Frottez votre chatte contre sa bite Sandy-Britches!»

Le regard de Sandra était collé à la piqûre de Little Mack. Elle regarda sa pisser, tremblant de l'idée de ce que ce serait comme éjaculant du sperme. Ses yeux levèrent de ses couilles se balançant d'avant en arrière. Sa luxure avait essuyé toutes ses peurs, sa bouche faim de le manger, sa chatte pulsant pour sentir la longue bite épaisse fourrée à l'intérieur.

"D'accord," soupira-t-elle. Elle se tortilla de quelques centimètres. Trembrant, Sandra leva son cul rond serré du sol. S'équilibrant sur les couilles de ses pieds, elle a amené sa chatte à la tête du sexe. Mack Whinned. La chaleur de sa chatte toucha le bout de sa piqûre. Il se bloqua en avant, la pointe émoussée de sa bite frappant son clitoris, manquant son trou de chatte torride. Elle caressa sa patte arrière d'une main, sa bite avec l'autre.

L'étalon secoua la tête. Ses couilles grondaient. Sa queue rassura, et il a giflé ses sabots avant sur la Terre. Sandra a branlé plus vite la bite du poney. Elle a apporté son autre main de sa patte arrière et a commencé à traire ses couilles tandis que sa tête de bite courait lissement entre ses volets flottants. Mack se sépara profondément des lèvres gonflées de la chatte de Taylor. Ses grands yeux bruns roulèrent. Le feu dans ses couilles devenait incontrôlable. Il se branla, baisant sa bite à travers le poing de Sandra. Ses Winnies devenaient plus forts.

"D'accord, il est temps!" Dutton a soudainement annoncé à la société érotiquement chargée.

«Sandy, ce cheval est prêt à baiser, tout comme votre jeune ami. Ici, aidez-moi avec elle!

Dutton a tiré le petit étalon entre les lèvres de la chatte soupy de Taylor. Taylor était presque délirant avec Fuck Lust. Les muscles à coussin dans son vagin vide ont pompé inutilement inutilement contre son canal Cuntal non rempli. Elle était désespérée d'être remplie et baisée durement. Elle n'a pas résisté alors qu'elle se sentait en partie levée, une partie traînée sur le sol de l'écurie, la paille a engendré sa chatte alors que M. Dutton et sa meilleure amie Sandra manipulaient sa chatte serrée en arrière, dans et sous les petits étalons en rut des flancs.

Little Mack jeta la tête en l'air, ses yeux sombres clignotant. Il a mis la terre, reniflant. Ses narines sombres sentaient la passion qui ébouriffait fortement dans la grange. Il renifla, passa sa crinière blanche sur son cou épais musclé. Sa poitrine puissante se pressa contre la porte qui le gardait dans son étal. Taylor a tourné son attention vers la bite de l'étalon alors qu'elle voyait l'aine qu'elle était traînée et se rapprocha de lui. Elle a affronté le cheval comme un sacrifice nu à son animal inhumain baise-lust.

Sandra sentit sa propre chatte projeter de la crème de chatte chaude alors qu'elle aidait Dutton à rapprocher de plus en plus les parties génitales de son jeune ami blonde de la bite chaude et grosse du cheval excité. Elle adorait la virilité des bêtes. Elle a aperçu ses balles et ses bites balancées. Une bosse obstrua sa gorge.

Intérieurement, elle espérait que Taylor apprécierait sa baise. Elle voulait assister à l'énorme coq de cheval baise son amie.

"C'est l'heure. Nous devons avoir sa bite en elle. Dutton a gonflé et haleté de ses efforts alors qu'il caressait le flanc puissant des étalons. "Gardez-le calme, Sandra." Numeuse avec passion, Sandra hocha la tête. Elle rayait le petit Mack sur les Withers. Toucher le cheval bosse a fait son crème.

Sandra s'inspira de Dutton, ajustant ses mains levant au besoin pour positionner l'enfant de treize ans pour être baisé. Les yeux bleus de Taylor regardèrent ses seins en étonnant à la noix géante et à la tige épaisse de la bite de Little Mack maintenant dangereusement près des lèvres bâclées et bien lubrifiées de sa bouche baise douloureuse.

"Mmmmm," soupira Taylor. Elle a aidé la paire à la faire en sorte, les épaules sur le sol, se cambrant le dos. La gaine et les boules de la bite épaisse du cheval reposait sur ses jambes. Little Mack a répondu au miaulement de Taylor. Son corps musclé trembla et sa queue gifla d'avant en arrière.

Sandra atteignit une main vers le bas et sous, caressa la bite du cheval. Sa viande de bite épaisse dure était incroyablement chaude. Elle déglutit. La bite de Little Mack était devenue une longue poutre en acier. Des frissons chauds ont couru dans sa colonne vertébrale. Taylor était descendu sous le cheval nerveux. La bite épaisse gonflée était près de sa bouche de baise affamée. Sandra se sentait envieuse. Elle pouvait à peine croire la taille du morceau géant de cockmeat. Little Mack a mis la terre avec ses puissants sabots. Sa longue queue se déplaçait nerveusement sur sa croupe. Son corps dur se tendit, ses couilles grondant avec l'épais sperme chauffé au blanc qui les a gonflés.

En quelques centimètres de traînée de plus, son morceau collant mouillé de coq épais musclé était à la porte de sa chatte. Un halètement tremblant venait de sa bouche ouverte alors que la petite piqûre de Mack était à la tête contre le monticule blond doux de sa chatte. La bouche de Sandra a arrosé.


«Laisse-moi le dire en toi», lui chuchota-t-elle à son amie de putain de plus jeune amie.

"D'accord." dit Taylor. Elle tremblait. Elle a gardé ses jambes écarlées tout comme le petit Mack secoua en avant, traînant sa tête sur les lèvres moitettes de Taylor. Il recula, puis secoua, baisant la tête épaisse émoussée de sa bite contre sa chatte. Elle tremblait avec un mélange de luxure et de peur. La bite était monstrueuse. Sandra a attrapé l'énorme arbre épais de la bite de Little Mack et a visé sa piqûre sur la chatte infiltrée de la blonde. Little Mack a fait le reste.

Taylor a crié. « Ooooo ! Il est… en moi! Aghhhh ! Sa bite est si grande!

Little Mack se précipita en avant. L'élan avait baisé sa bite dans la chatte chaude de l'enfant. L'épaisseur de son arbre de piqûre étendait les murs spongieux de sa chatte bouillonnante à la limite. Sandra soupira avec admiration. Ses yeux ont éclaté comme la bite de Little Mack baisée dans la twat chaud de son ami au beurre. La tête de Little Mack a basculé. Sa crinière a fait des allers-retours. La chaleur de la chatte serrée et captivante de l'adolescent a rendu son puissant corps tendu et balance. La crème de chatte chaude sur son arbre à cocks enterré a fait onduler les muscles sous son manteau noir et blanc lisse. Sa bite s'épaississa.

Taylor, aidée par le genou de Dutton sous le petit dos, est entré dans les coups de chevaux, son jeune corps souple empalé sur le gigantesque bite animale de Little Mack. "Aghhhh!" elle gémit. "Il est tellement énorme! Oh j'adore ça! Ghhhhh!

Sandra regarda, fasciné par ce qu'elle voyait. Elle pouvait à peine croire qu'un morceau de cockmeat aussi épais se serait installé dans la chatte de Taylor.

"Baise-la, petit Mack," chuchota Sandra, sa voix recouverte de luxure.

"Il est! Oh mon Dieu!" Taylor était ravie de la bite de Little Mack alors qu'il baisait de plus en plus profondément dans sa chatte.

Elle a travaillé sa chatte de haut en bas sur la longueur de la bite brillante épaisse du cheval alors qu'elle se délectait de la bestialité.

La mousse s'est répandue de sa chatte et s'est répandue sur les boules du cheval. Le suintement crémeux graissant la piqûre géante du cheval alors qu'il la baisait.

La piqûre de Little Mack était chaude et mouillée alors qu'elle se concentrait sur les merveilleuses sensations qui la bombardaient. Little Mack lui baise insensé. Il était définitivement meilleur que n'importe quel garçon humain qu'elle avait jamais baisé. Little Mack était plus puissant, moins retenu, sa bite plus grande.

L'étalon baisait profondément dans la chatte bouillonnante de Taylor. La puissante poussée a ramené Taylor contre le genou de Dutton. Il a baisé à nouveau, la conduisant davantage. Sa bite battait, gonflant à l'intérieur de son trou chaud collant.

Le poney a continué à lui se précipiter et elle a adoré. Taylor se balança, ses hanches girant. Elle a enfoncé son clitoris sur le cheval, sa chatte se remplissant complètement de barrage et de poulain brûlant. Elle sentit le coup de ses balles à cum à chaque fois qu'elle le percutait. Se tendre, la transpiration, les genoux tenus, elle a encouragé l'animal, le pressant.

Little Mack, ses couilles grondant, est devenue folle. Des coups de bosse rapide et des secousses martèle ont conduit l'adolescent gémissant Wild. Chaque nouveau jab horrible est devenu plus féroce que le précédent. Sans relâche, le cheval baisait en avant, immergeant sa bite dans la piscine de Jui de chatte mousseux de Taylor.

Elle gémissa délire, sa chatte remplie de cabanes. Le cheval lui donnait la meilleure baise qu'elle ait jamais eue, elle a accepté les coups punissants, a apprécié la baise de sa jeune vie.

Soudain, à moitié traînant, à moitié portant l'adolescent qui grince sur sa bite palpitante, le petit Mack convulsé. Son piqûre explosa. Des liasses de cums de cheval glissèrent sa piqûre pulsante, inondant la chatte serrée de Taylor.

"Il jouit! Sandra a crié, submergé de joie pour son jeune ami. Taylor fonde son clitoris dans Little Mack, la friction grossière et l'incroyable sentiment de sperme animale si chaude dans son ventre, déclenchant son propre orgasme. Elle a rapidement rejoint le cheval en bonheur.

"Je jouis aussi!" Taylor gémit à son amie. "Je jouis sur une bite de chevaux!"

Sandra a regardé le puissant petit étalon baiser sa charge de sperme dans son amie nue.

Ses yeux violets deviennent vitreux alors qu'ils se concentraient sur le cheval à bosse et l'adolescent nu sous lui.

Taylor a tremblé avec délire. Son corps en sueur se tordit et se tourna. Ses bras serrés le cheval. Ses jambes serré autour de sa bite pulsante dans une poignée de mort. Complètement hors du sol, son corps se précipita tandis que la poussette du cheval giclé et baisait sa chatte tourbillonnante. Gurgling Cry s'est échappé de sa bouche bave quand sa bite baisait dangereusement profondément.

Little Mack tourbillonna la tête dans les airs, sa crinière brillante broyant sur son cou musclé épais. Il se précipita. Sa bite cracheuse a débordé la chatte de l'adolescent. Il a dribblé son cul trempant et a coulé dans une flaque d'eau sur le sol. Les slams de conduite dure giclèrent plus de sperme dans son trou de chatte chaude. Sa chatte coulait avec un mélange de soupe de sa propre chaudrée de cheval de chatte chaude et saumâtre. Ses muscles ont fait des heures supplémentaires, épuisant ses lourdes boules. Little Mack se précipita encore et encore, ses couilles se tournant vers des obus vides. Playant la terre, il tordit son corps puissant, secouant l'enfant gémissant de sa piqûre rétrécissant rapidement tandis que Dutton et Sandra la laissèrent.


Tombant au sol, Taylor laissa échapper un gémissement. Elle se tordit de tourment agonisant, frissonnant dément à la meilleure baise de sa vie. Elle s'éloigna du cheval, se recroquevillant dans une position fœtale. Sandra rampa vers son amie.
"Comment était-ce?" Demanda Sandra. Elle mourait d'envie de connaître tous les détails.
"Excellent! Tu dois l'essayer pour toi Sandra. Tu dois juste!

Sandra s'est simplement recroquevillée avec son nouvel ami jeune amant et l'a embrassée et s'est câblée pendant qu'elle se rétablit.

Une demi-heure plus tard, M. Dutton a dit aux deux filles de s'habiller.

Puis, tout comme il avait promis, et à l'énorme soulagement de Taylor, M. Dutton lui a remis la photo incriminante et l'a remerciée de lui avoir fait un si grand spectacle. Les deux adolescents ont mis leurs vêtements.

«Allez à la maison Dewey Tail. Sandy-Britches et moi avons parlé à faire. » Elle a fait ce qu'on lui a dit. Taylor a réalisé que, sans la photo, Dutton était probablement inquiet pour son travail. J'espère qu'il n'obtient pas le sac. Ce n'est pas si mal un homme. Elle se retrouva à réfléchir alors qu'elle retournait chez Sandra pour prendre une douche bien méritée et gravement nécessaire avant que les gens de Sandy ne rentrent à la maison.

Après son départ, Dutton s'est tourné vers Sandra.

"Bien. Que pensez-vous de Sandy-Britches?

Sandra Orrick regarda la vache dégingandée à la vache alors qu'elle claquait;

«Vous pouvez découper que Sandy-Britches Crap dès maintenant Ted!»

«Euh .. oui. Mlle Orrick. Je suis terriblement désolé. J'espère que tout était à votre goût. Demanda poliment Dutton. Condamner! Je souhaite certainement que cette petite salope n’ait pas découvert ma récolte de marijuana. Je lui montrerais qui était le patron maintenant! Dutton se dit alors qu'il accrochait la tête respectueusement devant la fille de ses patrons.

«Oui Ted. En fait, vous avez fait votre part de manière assez satisfaisante. La petite fille espiègle a dit à l'homme.

«Je suis vraiment content Miss. Orrick. euh .. pensez-vous que je pourrais même mériter un peu de soulagement spécial pour mon aide, s'il vous plaît, manquez? Je l'apprécierais sûrement! Dutton a supplié, indiquant vers la bite vêtue de jean encore excessivement bombée dans son jean. Sandra pouvait voir le grand patch mouillé si son pré-sperme avait trempé.

"D'accord. Elle a souri: «Mais nous devons être rapides ok? J'ai besoin de discuter de samedi soir prochain avec toi avant de partir. Elle tomba délicatement à genoux à ses pieds.

«Samedi soir prochain? »Demanda Dutton alors qu'il s'avança avec gratitude et se pencha vers les magnifiques et coquines petites filles.

"Oui. J'ai une soirée pyjama en pyjama prévue avec six filles de l'école. La plupart d'entre eux sont des salopes totales. Mais il pourrait y avoir un ou deux retenus. Cela ne peut pas faire de mal d'avoir un plan d'assurance. Je prévois de visiter les chenils Greyhound avec eux vers sept heures ce soir-là. Est-ce que cela sera d'accord avec vous et votre appareil photo M. Dutton? L'adolescente mignonne sourit tandis que le vieux coquin letait sur ses seins.

«Pourquoi, oui maman! Je me cacherai dans le dernier chenil à l'époque, par sept. " Il sourit.

Si seulement je pouvais être sûr que mes petites copines idiotes accompagneraient la bestialité en premier lieu! Cela impliquerait certainement beaucoup moins de planification de ma part! Sanda songea en déziponnant sa mouche.

Articles similaires

Leila obtient son premier souhait d'anniversaire

Elle s'appelait Jess. C'était une fille typique de 16 ans. De beaux cheveux bruns jusqu'à la taille, des yeux bleus perçants et un bronzage doré. Ses seins bien plus qu'une poignée et son cul tout aussi beau. Je ne me suis jamais considérée comme une lesbienne, mais je la regardais souvent et je me demandais à quoi ressemblait son beau corps nu. Quel goût elle aurait, quelle sensation sa peau douce aurait contre la mienne. J'étais moi-même une fille geek de 15 ans, la bouche pleine de métal, des lunettes à monture épaisse ringardes. Poitrine plate, petit corps, cheveux blond sale...

617 Des vues

Likes 0

Collecte de fonds pour l'hôpital

Slavia a 31 ans, jamais mariée, c'est une belle femme russe sexy. Elle est à une collecte de fonds à l'hôpital, tous les grands donateurs de la fondation de l'hôpital sont là, rivalisant pour s'impressionner avec un lissage du plumage ainsi que des dons importants à mesure que la soirée avançait. Slavia se sentait mal à l’aise dans ce monde guindé de philanthropes fortunés. Elle avait tenté de sortir, mais avait été interceptée dans le couloir par une grande dame âgée de la société qui n'aimait rien de plus que de se remémorer à l'heure des histoires de sa longue jeunesse...

466 Des vues

Likes 0

Memorial Daze, deuxième partie

Dans des circonstances différentes, avoir Joe entre mes jambes aurait été le paradis. Mais avec Keith et Rob se tenant chacun un bras et une jambe et l'odeur de bière et d'herbe dans l'air et s'en échappant, c'était comme un cauchemar devenu réalité. J'essaie de m'éloigner des lèvres de Joe alors qu'il s'apprête à embrasser ma chatte, seulement pour qu'il m'attrape par la taille et m'attire sur ses lèvres. Alors que ses lèvres touchent mes lèvres externes, je frissonne à cause de son souffle chaud touchant ma peau froide. Sa langue trace mes lèvres puis Oh, elle est plutôt douce et...

516 Des vues

Likes 0

Ma présentation_(0)

Bonjour, j'ai maintenant 54 ans et je voudrais vous raconter ma vie. Quand j'avais sept ans, j'ai été placée dans un orphelinat par le tribunal. Non pas que j'aie fait quelque chose de mal, c'est là que mes parents qui ont perdu la garde de moi et de mes deux frères. Cette fois-là, je ne le savais pas, c'est pourquoi j'ai voulu rentrer chez moi. Alors je fuyais assez régulièrement. Ce n'est que plusieurs années plus tard que j'ai su la vérité. Quoi qu'il en soit, parce que j'ai l'habitude de fuir parfois, j'ai été dans plusieurs orphelinats. Là où les...

843 Des vues

Likes 0

Harry Potter Adventures : Chapitre 4 - Partie 2 sur 3 - La récompense de Ron

Cette histoire ne reflète pas les attitudes ou les personnages de la série Harry Potter, ni n'a d'affiliation avec l'auteur. Chapitre 4 – partie 2 Harry, Ginny, Katie et Demelza entrèrent tous dans la salle commune de Gryffondor pour découvrir que les célébrations de la fête battaient leur plein. La pièce était sombre à l'exception des lumières vives qui émanaient du bout des baguettes des gens, alors qu'ils les agitaient comme des bâtons lumineux. La musique jouait fort de la chaîne stéréo et quelqu'un était allé dans les cuisines et avait apporté des boissons à la fête. Des filles de 4ème...

1.7K Des vues

Likes 0

Maman m'a attrapé, moi et papa

Je suis journaliste d'investigation pour un journal de taille moyenne dans l'État de Californie. J'écris également des articles indépendants pour divers magazines. Je suis donc toujours à la recherche d’histoires d’intérêt humain. Je connaissais une histoire qui m'a fasciné et qui s'est produite il y a plusieurs années. Il n'avait été publié que dans des articles de journaux, mais je pensais que je pourrais peut-être vendre un article de fond à ce sujet. Mais pour être publié, il faudrait un récit extrêmement soigneusement rédigé. Il y a quelques années, un homme de ma ville natale a été condamné à plusieurs années...

482 Des vues

Likes 0

Ils jouissent en retour

Debbie était assise à une table en train de boire un verre au Halfway House Bar quand elle a entendu Cripes Deb, ça fait longtemps. Le propriétaire de la voix se laissa tomber sur le siège à côté d'elle. C'était quelqu'un que Debbie n'avait pas vu ni entendu depuis longtemps et qu'elle n'avait pas voulu voir. Il s'appelait Mick et c'était un ami de son fils. En grandissant, Debbie était à peu près une nympho. Si vous aviez de la drogue et une bite, vous aviez Debbie. Cela avait conduit Debbie à avoir un fils et à abandonner l'école. Elle avait...

1.5K Des vues

Likes 0

Court métrage sur le dispositif de contrôle de l'esprit : l'envie de sucer d'une mère

Court métrage sur le dispositif de contrôle de l'esprit Envie de pipe de la mère Par mypenname3000 Droits d'auteur 2020 Remarque : Merci à WRC264 pour la lecture bêta ! Dean Michaels était assis sur le banc du parc, tapant sur son ordinateur portable, son appareil de contrôle de l'esprit posé à côté de lui. Il était sur le point de le tester pour la première fois. Il a entré la première commande. et tous ceux de moins de dix-huit ans ont commencé à quitter les environs. Il avait voyagé loin de chez lui pour tester l'appareil. J'ai conduit deux heures pour qu'il...

1.2K Des vues

Likes 0

Empire perdu 62

0001 - Tempro 0003 - Conner-Thomas 0097 - As - Zimmel 0098 - Lucie 0101 - Shelby (vaisseau-mère) - Lucie 0125 - Lars 0200 - Hélène 0301 - Rodrick 0403 - Johnathon 0667 - Marco - Marron 0778 - janvier 0798 - Céleste - Shelby (humaine) 0908 - Tara-Mara -------------------------- Non cultivé - non numéroté ------------------------ 3 - à bord de Shelby 2 en re-gen 1000 - Sherry - perdu pour le moment 0999 - Zan - également perdu -------------------------------- Connu et OR numéroté ------------------------------- 0501 - Thaddée ???? - Léna --------------------------- Derrick regarda Jonathon apparaître du portail avec Ace en...

676 Des vues

Likes 0

Partie 5) Eragon - Les petites choses de la vie

****Laissez-moi le dire maintenant. CECI N'EST PAS MON HISTOIRE CELA APPARTIENT À GryphonWings si vous voulez en savoir plus sur ses histoires, allez ici http://gryphonwings.sofurry.com/ il s'agit d'une série en cinq parties**** *les tags incluent Humain, Oral, Non anthro, Vaginal, Pénétration profonde, Imprégnation, Dragonne, Ejaculation, Âmes sœurs, H/F ps. j'espère que tu aimes ça comme moi Il est temps, dit doucement Arya en sortant de chez elle, portant une petite pierre à la main. Elle se tenait directement devant Eragon et Saphira, le tenant dans sa paume. Si la pierre devient rouge, Saphira n'est pas enceinte. Si elle devient bleue, Eragon...

525 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.