Brûler la bougie aux deux bouts

582Report
Brûler la bougie aux deux bouts

Je n'aurais jamais pensé tromper ma femme. Je n'ai jamais pensé que cela pouvait arriver. Mais si vous regardez ça de mon côté, c'est un peu sa faute. Je veux dire, c'est elle qui a insisté pour amener Lacey dans notre maison. J'avais été opposé à l'idée, et je me suis assuré qu'elle le savait. Mais m'a-t-elle écouté ? Alors maintenant, je me fais baiser par une fille qui a la moitié de mon âge, et c'est surtout la faute de ma femme.

Jugez par vous-même.

Nous venions de terminer des carrières conjointes dans l'Armée de l'Air. Ma femme, Carol, avait fait ses vingt ans et avait pris sa retraite à trente-neuf ans. J'avais trente-trois ans et quinze ans investis. Pendant douze de ces années, nous avions été mariés l'un à l'autre, en plus de l'année et demie que nous étions sortis ensemble avant le mariage. Nous avions la possibilité de rester cinq ans de plus pour obtenir un chèque de retraite, ou de sortir et de gagner plus d'argent que je ne pouvais espérer voir de l'Oncle Sam. Choix facile. Nous avons pris nos économies et sommes allés à la recherche d'une maison dans la région où je suis né. Ma femme avait toujours aimé la région (elle avait grandi en Pennsylvanie, alors que j'étais du Michigan) et n'avait aucun lien avec sa propre jeunesse. Nous avons trouvé une magnifique maison : beaucoup d'intimité grâce au boisé entourant la propriété, grande cour arrière avec piscine creusée, pas trop vieille, et un seul propriétaire. J'ai vu l'argent que nous économisions lorsque j'ai remarqué de nouveaux appareils électroménagers et de la moquette suite à un récent effort de rénovation, tandis que ma femme est tombée amoureuse des multiples placards sans rendez-vous. C'était une bonne affaire, car le propriétaire venait de prendre sa retraite et voulait déménager dans un climat plus chaud. Nous avons signé les papiers et avons été transférés moins d'un mois plus tard.

Le jour où nous sommes devenus propriétaires, le propriétaire sortant m'a fait visiter la propriété pendant que sa femme faisait visiter la maison à Carol. Theo m'a montré les outils et l'équipement de pelouse qu'il laissait dans la remise à calèches à l'arrière de la propriété. La remise était à environ cent pieds derrière la maison, elle était construite en forme de "T" raccourci avec un grenier dans les deux ailes et une passerelle le long du mur du fond, les reliant l'une à l'autre. Théo m'a conduit jusqu'aux greniers et m'a révélé son secret. Dans le grenier le plus proche de la maison, il avait installé un petit télescope dans une fenêtre. Il m'a dit d'y jeter un coup d'œil, et quand je l'ai fait, j'ai réalisé que j'avais une vue parfaite sur la piscine. Avec la molette de réglage, j'ai pu regarder les chaises et les tables au bord de la piscine comme si j'étais à quelques mètres seulement, au lieu de plus près d'une centaine. Je me souviens avoir pensé, alors que nous nous promenions autour de la piscine, que c'était exceptionnellement privé. Il y avait des arbres qui bloquaient la piscine de la plupart des fenêtres orientées vers l'arrière de la maison, et une clôture d'intimité entourait les trois autres côtés, y compris les fenêtres du rez-de-chaussée de la remise. Theo a fait un clin d'œil conspirateur et a dit que lorsque les visiteurs utilisaient la piscine, il pouvait les regarder d'ici aussi longtemps qu'il le voulait, à leur insu. Il m'a dit que c'était incroyable ce que les gens pouvaient faire quand ils pensaient que personne ne pouvait les voir. Il a légèrement ajusté le télescope et m'a dit de jeter un autre coup d'œil. Cette fois, la vue était juste à travers la fenêtre de la chambre principale.

Il m'a également montré qu'il avait fait couler des conduites d'eau et d'égouts dans le bâtiment, en plus des lignes électriques, au cas où il arriverait à remodeler le bâtiment pour le louer en appartement. Il n'avait jamais eu le temps ni l'énergie d'accomplir cela, mais avec un petit investissement et un peu de sueur, cela pouvait être fait. Il a de nouveau cligné de l'œil et a conseillé de mettre de bons stores si jamais nous devions louer l'endroit. J'ai souri poliment en retour, mais en fait, l'idée semblait un moyen parfait de traire mes vacances avant de retourner à un "vrai boulot". Carol avait déjà un emploi prévu et gagnerait assez pour gérer l'hypothèque et certaines de nos factures, tandis que son chèque de retraite et mon indemnité de chômage pourraient gérer le reste sans puiser davantage dans nos économies.

Quelques semaines après notre emménagement dans la nouvelle maison, nous avions terminé notre déballage et envisageons de faire nous-mêmes quelques rénovations mineures. Rien de majeur - juste repeindre certaines pièces et tapisser quelques autres pièces qui n'étaient pas à notre goût. Pendant que Carol travaillait à son travail, je travaillais chez nous et j'adorais ça. Je sentais que je faisais vraiment de notre maison « la nôtre ». C'était aussi génial de pouvoir être mon propre patron pour la première fois depuis des années.

J'étais désolé de voir le dernier projet terminé. J'avais cherché partout dans la maison tout ce qui pouvait être réparé et j'étais à court d'options quand j'ai commencé à penser à notre remise. Il n'y avait plus grand-chose à faire avec l'endroit que je n'étais pas capable de gérer moi-même. Après avoir présenté mes plans à Carol, il n'a pas fallu beaucoup de temps pour la convaincre du bien-fondé de l'idée. Nous avions puisé profondément dans nos économies pour l'acompte initial et les frais de clôture de la maison, mais il en restait plus qu'assez pour réparer la remise, surtout avec mon projet de faire la plupart des travaux moi-même. Si nous le gardions comme maison d'hôtes, cela augmenterait la valeur de notre propriété, et si nous voulions un revenu supplémentaire, nous pourrions le louer.

J'ai immédiatement commencé à finaliser les détails, puis nous avons reçu un appel de la sœur de Carol, Denise, à L.A.

Denise nous a dit que sa fille avait des ennuis. Sa fille avait été expulsée de l'école pour avoir coupé trop de cours et pour avoir été prise avec de l'alcool sur le terrain de l'école. La dernière fois que nous avions vu Lacey, elle avait dix ans et je me souvenais d'elle comme d'une jolie petite chose que j'aimais depuis qu'elle avait appris à marcher. Elle avait longtemps été une de mes nièces préférées, et j'avais prédit qu'elle serait une véritable briseuse de cœur à l'âge de dix-huit ans. Elle venait d'avoir quatorze ans, mais la foule avec qui elle traînait était bien dans la vingtaine. Denise avait découvert qu'en plus des cours que Lacey avait sautés, elle avait également expérimenté le sexe et la drogue. Son dernier petit ami était un enseignant marié de trente-deux ans de son école. (Une autre partie de son expulsion, alors qu'il était suspendu de l'enseignement, en attendant un examen de l'incident par le conseil scolaire.) Denise voulait savoir s'il y avait un moyen de permettre à Lacey de rester avec nous pendant que les choses étaient réglées. Elle pensait que si Lacey était séparée de ses amis plus âgés et vivait dans un endroit plus calme pendant un certain temps, elle pourrait s'installer. À ce stade, elle cherchait désespérément à trouver une solution aux problèmes de sa fille.

Carol a immédiatement accepté de permettre à Lacey d'emménager avec nous, pour une durée indéterminée. J'étais moins enthousiaste face à la situation. Tout d'abord, j'ai dit, si elle fait ce genre de choses là-bas, pourquoi s'arrêterait-elle simplement parce qu'elle est dans le Michigan ? Elle pouvait trouver de l'alcool, de la drogue, de nouveaux amis et tout le reste, peu importe où elle se trouvait. J'avais l'impression que nous nous attaquions à plus de problèmes que nous n'étions pas capables de résoudre. Carol et moi en avons discuté pendant plusieurs heures, finissant par conclure que Lacey serait la bienvenue pour l'été, selon nos règles, et qu'à la fin de l'été, nous envisagerions de la garder plus longtemps.

Cette nuit-là, Carol m'a taquiné sur les "vraies" raisons pour lesquelles je ne voulais pas d'invité. Nous nous étions habitués à nager dans notre piscine sans porter de maillot de bain et avions pris l'habitude de nous promener nus dans la maison chaque fois que nous en avions envie. Avec un invité dans la maison, plaisanta-t-elle, nous devions rester habillés. Permettez-moi de faire une pause dans cette histoire pour vous permettre d'avoir une idée de notre apparence. Nous avons tous les deux le teint clair, devenant modérément foncé en été, mais restant assez clair le reste de l'année. Nous avons tous les deux les cheveux brun foncé et les yeux bruns. Ma femme attribue sa beauté à son origine française, alors que ma famille était italienne et hollandaise. Ma femme mesure 5'8 ", 35-23-34 et pèse cent trente livres très tonique. Elle a un cul ferme, un ventre plat et des seins en bonnet B qui n'ont pas encore cédé à la gravité. Comme elle n'a jamais avait des enfants, elle n'a pas non plus de signes de vergetures à l'accouchement, etc. Elle n'a jamais manqué de faire tourner les têtes, en uniforme ou non. Je suis musclé sans gonflement, et la dernière fois que j'ai vérifié ma graisse corporelle, j'étais autour de dix pour cent. Nos corps sont le résultat de toutes nos années dans l'armée. Nous devions rester en forme pour le bien de nos carrières, et une grande partie de cette mentalité s'est poursuivie lorsque nous nous sommes préparés à sortir. Nous avons regardé des gens de notre âge avec des panses de bière, des pneus de rechange, des culs flasques et des seins flasques, et avons pris la décision consciente d'éviter cette route. Nous avons fait du jogging ensemble, fait de l'exercice au gymnase ensemble et nous nous sommes assurés de manger les bons aliments. Donc, malgré le fait que j'ai trente-trois ans, je peux toujours porter le même jean que je mettais à 18 ans. Carol à trente-neuf ans a l'air d'être dans la fin de la vingtaine.

"Je ne sais pas," répondis-je. "Qui a dit que nous devions changer nos habitudes avec Lacey. On dirait qu'elle a déjà tout vu. Peut-être qu'avoir un homme nu la mettrait en fait à l'aise."

« Oublie ça, Buster. Elle ferait mieux de trouver un petit ami plus proche de son âge, et en plus, tu es déjà pris.

Sur ce, Carol s'est glissée près de moi et a passé sa main sur mon flanc, se terminant par ma bite nichée dans sa poigne. J'ai essayé d'être nonchalant à ce sujet, mais quand elle a commencé à caresser ma bite, elle m'a trahi, atteignant rapidement toute sa longueur.

"Qu'est-ce que c'est ça?" demanda-t-elle, espiègle.

"Pourquoi ne jettes-tu pas un coup d'œil ?" J'ai répondu.

Elle a souri et a glissé le long de mon corps, faisant glisser ses longs cheveux noirs sur ma poitrine et sur ma bite et mes couilles. S'arrêtant pour me sourire, elle plongea sa bouche sur ma bite et engloutit mon sexe jusqu'à mon pubis. Carol est très orale et adore me sucer. En raison de son affection pour la tâche, elle est devenue très douée. J'avais couché avec littéralement des dizaines de femmes avant de rencontrer Carol, en plus d'un nombre substantiel de prostituées en poste en Corée (ce qui me plaçait parmi la foule moyenne ou "normale" là-bas). Aucune des femmes avec qui j'avais été n'était aussi talentueuse que ma femme.

Secouant sa tête de haut en bas sur mon érection lancinante, elle a joué avec mon anus d'une main, tout en pinçant mes mamelons de l'autre. Elle s'arrêta pour mouiller son doigt, puis gorgea profondément ma bite et enfila son doigt maintenant lubrifié dans mon trou du cul, tout en faisant tourner son corps sur le mien pour me donner accès à son propre cul et à sa chatte. Je lui ai rendu la pareille, la léchant de son clitoris à son rectum, puis j'ai commencé à lui lécher le trou du cul tout en tripotant son clitoris.

Carol a un déclencheur de cheveux quand il s'agit de stimulation anale, donc cela n'a pas pris très longtemps après que j'ai commencé à poignarder ma langue dans son cul pour serrer sa chatte serrée autour de mon doigt pendant que mon autre main était occupée sur son clitoris. Elle gémit profondément avec ma bite toujours enfouie dans sa gorge, dépassant le bord et m'emmenant presque avec elle. Presque avant que les spasmes de son orgasme ne soient terminés, elle s'est retournée pour être sous moi et a tiré mes hanches vers l'avant jusqu'à ce que ma bite soit entre ses seins. Elle a gardé son doigt fermement dans mon cul tout le temps, puis l'a retiré pour serrer fermement ses seins autour de ma bite, remplaçant son doigt par sa propre langue. C'était trop pour moi, et après avoir poussé mon érection entre ses seins mous à quelques reprises, j'ai couvert ses seins et son ventre avec mon sperme.

Haletant, je roulais sur elle et me retournais jusqu'à ce que nous soyons côte à côte sur le lit. Elle a ramassé mon sperme pulvérisé de son ventre et a léché ses doigts pour les nettoyer, et a léché autant de ses propres seins qu'elle pouvait atteindre, puis a ramené ma bite qui se dégonflait lentement dans sa bouche pour obtenir le dernier morceau de jus suintant.

Enfin rassasiée, elle se dirigea vers la salle de bain pour s'essuyer et revint vers moi avec une serviette humide pour m'essuyer également. Carol s'est ensuite blotti à côté de moi, et nous nous sommes endormis.

En quelques semaines, j'avais acheté la plupart du matériel et des fournitures dont j'avais besoin pour mon travail dans la remise, et j'avais pris des dispositions pour qu'un électricien et un plombier prennent le temps de s'arrêter et de m'aider sur le travail que je n'étais pas qualifié pour faire moi-même. J'avais hâte de commencer le nouveau projet et j'ai un peu grommelé quand j'ai dû reporter le départ pour aller chercher Lacey à l'aéroport. Carol m'a rappelé qu'elle ne pourrait pas prendre toute la matinée de congé pour conduire avec moi à l'aéroport, et j'ai reconnu que ce serait trop loin (et terriblement méchant) de s'attendre à ce que Lacey prenne un taxi jusqu'à notre maison de l'aéroport.

J'attendais que ma nièce descende de son avion, mais j'ai été prise complètement au dépourvu lorsqu'une jeune femme très séduisante a posé sa main sur mon bras.

"Oncle Don?"

"Lacé?"

Elle sourit et m'enveloppa dans une étreinte, que je lui retournai, puis la repoussa pour la regarder une seconde fois. La petite fille maigre au visage angélique était toujours là, mais elle s'était épanouie en un petit corps mince et dur. Un beau visage bien bronzé avec des joues roses, des lèvres charnues et des dents parfaitement blanches m'a souri, et un petit diamant a brillé de sa narine gauche. Elle avait de petits seins fermes en bonnet B qui se détachaient nettement de sa poitrine, une taille étroite et effilée et des hanches minces mais courbes. Ses cheveux soyeux étaient coupés juste en dessous du niveau des épaules et étaient blonds décolorés par le soleil. Ses cheveux brillants contrastaient vivement avec son bronzage doré californien. Le petit haut qu'elle portait laissait voir ses bras, son ventre et une bonne partie de ses seins gonflés, tandis que son jean délavé et déchiré pendait bas sur ses hanches minuscules. Une bague en or m'a fait un clin d'œil depuis son nombril bronzé, et plusieurs autres brillaient à travers ses sandales sur ses orteils bronzés. Quand elle s'est retournée pour me donner une vue à 360 degrés de la belle vision qu'elle était devenue, j'ai vu son petit cul ferme et j'ai remarqué que les muscles de ses jambes bien toniques fléchissaient et coulaient sous le jean moulant. Même si elle ne faisait pas plus de cinq pieds et un ou deux pouces, elle était parfaitement proportionnée et avait semblé plus grande de loin. J'ai dû retirer mes yeux de son corps d'arrêt de la circulation pour rencontrer son regard amusé.

« Alors. Comment ça va, oncle Don ? Le même vieux sens de l'humour irrévérencieux dont je me souvenais à son sujet.

« Comment s'est passé le vol, ma chérie ? »

Nous avons échangé les plaisanteries habituelles alors que nous allions chercher ses bagages et nous nous sommes arrêtés pour un déjeuner rapide avant le retour à la maison. Lacey a essayé de commander une bière avec son déjeuner, et a commandé avec une assurance si désinvolte qu'elle aurait pu s'en tirer si je n'avais pas dit au serveur d'apporter quelques thés glacés à la place.

Nous avons essayé de rattraper notre retard, et tous mes bons souvenirs d'elle en tant que jeune sont revenus, mais nous nous sommes soigneusement éloignés des vraies raisons pour lesquelles elle était là. Après le déjeuner, nous nous sommes arrêtés au supermarché pour acheter des produits frais et tout ce dont elle pourrait avoir besoin. Partout où nous allions, les têtes se tournaient pour regarder cette fille incroyablement sexy. Je pensais au sport, aux ordinateurs, aux moteurs et à tout ce qui pouvait me distraire du sexe pour minimiser les chances que j'aie une érection devant elle.

Enfin, nous avons terminé et de retour dans la voiture pour le retour à la maison. Il était toujours très facile de lui parler et la conversation a continué à couler facilement jusqu'à ce que nous nous arrêtions dans l'allée de la nouvelle maison.

« Waouh ! Oncle Don, cet endroit est pointu ! »

"Merci. L'ancien propriétaire n'avait pas fait beaucoup d'aménagement paysager ou de jardinage, il a donc fallu un peu d'effort pour que l'endroit soit beau, mais je pense que nous nous en sommes bien sortis."

« Ouais, ça a l'air super ! Faites-moi visiter. Je veux voir tout l'endroit.

Elle rebondissait pratiquement comme une balle en caoutchouc alors que nous traversions la maison, nous complimentant sur nos améliorations, et poussa un cri de joie quand je lui montrai la chambre qui serait la sienne. C'était au premier étage et de l'autre côté de la maison par rapport à la chambre principale. Carol et moi avions espéré que cela donnerait à elle et à nous un peu plus d'intimité.

Nous avons terminé la visite de la maison et sommes sortis dans la cour arrière pour mieux voir les bois environnants et la remise à calèches, en gardant la piscine pour la fin.

"Pourquoi appelez-vous cela une 'remise à calèches' ? Pour moi, ça ressemble à une grange ou à un garage", a-t-elle demandé.

"Eh bien, avant les voitures, quand les gens avaient des voitures et des chevaux pour les tirer, ils les construisaient un peu à l'écart de la maison pour une considération."

« Considération de quoi ?

« Avez-vous déjà senti l'odeur d'un cheval ?

"Ohhh... Alors quand les gens ont cessé d'utiliser des calèches et des chevaux, et ont commencé à utiliser des voitures, pourquoi auraient-ils encore construit ces ventouses si loin de la maison ?"

"Sais pas. Peut-être juste parce qu'ils le pouvaient."

À ce moment-là, nous étions dans la remise à calèches et je lui ai montré mes projets de rénovation du bâtiment.

"Cool. Peut-être que je pourrais te donner un coup de main ici."

"Ce serait bienvenu, mais ne vous sentez pas obligé. Nous voulons que vous vous détendiez d'abord, puis nous trouverons un rythme." Il est temps d'aborder le sujet. "Lacey, je ne sais pas à quoi tu t'étais habituée chez toi, ou à quoi tu pensais que ce serait comme ici, mais nous avons établi quelques règles pour toi, et nous attendons de toi que tu les suives."

"Comme quoi?" Sa voix s'était refroidie de quelques degrés et je pouvais voir la méfiance inhérente à l'autorité derrière le masque qui s'installait.

"Rien de trop traumatisant. Nous vous donnons un couvre-feu raisonnable, fixant quelques limites à ce que nous préférerions ne pas vous voir faire, ce genre de choses. Nous sommes assez flexibles et nous sommes prêts à négocier si vous Je ne suis pas du tout d'accord avec tout ce que nous avons proposé. Nous n'essayons pas de vous emprisonner ou quelque chose comme ça. Nous venons d'entendre parler de certaines des choses que vous avez faites à la maison, et elles semblent toutes se résumer à essayer de grandir trop vite. Nous voulons juste nous assurer que vous avez la possibilité d'être un enfant avant qu'il ne soit trop tard. Elle ne semblait pas entièrement convaincue, mais le masque avait été mis de côté. "Voilà. Est-ce que ça te semble si horrible ?"

"Nooooon... Je suppose que je pourrais essayer."

"C'est tout ce que nous demandons. Maintenant, laissez-moi vous montrer ce que j'ai gardé pour la fin."

Nous avons suivi le chemin de briques jusqu'à la piscine, et quand nous sommes arrivés au coin de la clôture d'intimité, elle en a eu son premier bon aperçu. Elle s'arrêta un instant, puis sourit et accéléra pour me rattraper.

"Théo n'a pas lésiné sur cette ventouse. Le reste de la cour n'était pas en trop mauvais état, mais cet endroit était vraiment choyé. C'est le pool-house, là-bas." J'ai indiqué un petit bâtiment, quatre pieds sur six pieds, avec deux fenêtres et une porte grillagée. Il l'avait construit à partir de rien et avait fait du bon travail. Les fenêtres et la porte lui donnaient beaucoup de lumière et d'air, mais des stores étaient en place pour assurer l'intimité. Un mur contenait beaucoup de serviettes et de merdes diverses, et il restait suffisamment de place pour pouvoir se changer en maillot de bain sans se sentir claustrophobe.

"Et il y a beaucoup de chaises et de tables et autres ici-"

Mon commentaire a été interrompu par un éclaboussure. Je me tournai pour voir Lacey se caresser sous l'eau de l'autre côté de la piscine. Elle avait enlevé ses sandales et enlevé son jean, et avait plongé en portant son haut et une petite culotte. J'ai pu regarder son voyage doux et gracieux à quelques pieds sous la surface, et j'ai été impressionné par son corps alors qu'elle nageait économiquement le long de la piscine. Ses jambes musclées battaient fortement, et ses bras pompaient avec des coups réguliers et sûrs. La culotte string ne laissait presque rien à l'imagination et révélait que si elle avait une ligne de bronzage, ce n'était pas perceptible.

Elle est finalement venue prendre l'air au fond de la piscine, a écarté ses cheveux de ses yeux et m'a caressé proprement. Elle s'est levée dans la partie peu profonde, et m'a laissé sans voix : avec ses vêtements mouillés, elle aurait aussi bien pu être nue.

Son haut de couleur claire était complètement transparent et s'était collé à sa poitrine comme une seconde peau. L'eau fraîche avait fait durcir ses mamelons, et l'auréole sombre était douloureusement évidente. Son string maigre indiquait clairement son aversion pour les poils pubiens, car ils étaient moulés à sa taille, soulignant l'étendue lisse de la peau et le manque de poils en dessous. Alors qu'elle se tenait debout pendant quelques instants interminables, les pieds légèrement écartés, la poitrine se soulevant doucement, les épaules en arrière et le menton levé fièrement, j'ai bu dans sa force et sa beauté nubiles.

Après que plusieurs battements de cœur se soient écoulés en silence, j'ai détourné mon regard de sa silhouette et j'ai croisé son regard. Elle souriait fièrement, manifestement ravie de ma réaction. J'ai dû me forcer à me rappeler qu'elle était la première, ma nièce, et la deuxième, seulement quatorze ans.

« Puis-je t'apporter une serviette, Lacey ? J'ai été étonné que ma voix soit restée égale

"Merci. Ce serait bien. Pourquoi ne prendriez-vous pas un couple et me rejoindriez-vous ici ? L'eau est formidable !"

"Je ne pense pas que je sois encore prêt pour une baignade. Je pense que je vais plutôt préparer le dîner pour Carol. Tu t'amuses bien, cependant."

J'ai attrapé une serviette de plage dans le pool-house et je l'ai jetée sur une chaise longue près de son jean jeté. Je me suis retenu de la regarder, en partie par peur de la regarder à nouveau, ainsi que pour cacher l'érection en expansion rapide qui commençait à tendre mon pantalon. J'entrai dans la maison et allai directement à la cuisine. Je me suis aspergé le visage d'eau froide et j'ai réfléchi aux actions de ma nièce. Je savais qu'il s'agissait en partie d'un flirt normal d'une adolescente expérimentant les réactions des gens face à son physique nouvellement formé. Je soupçonnais qu'une partie de cela provenait de son identité sexuelle bien établie, étant donné qu'elle était sexuellement active depuis plus d'un an déjà, et la plupart du temps avec un amant adulte. Je ne savais pas si je devais craindre que le spectacle ait été conçu comme une invitation ouverte.

Je ne sais pas combien de temps je suis resté là devant le lavabo, attendant que mon érection se calme et passant en revue les événements de l'après-midi. J'ai avancé rapidement dans la conversation. Ai-je dit quelque chose qu'elle aurait pu mal interpréter ? A-t-elle dit quelque chose que j'aurais pu mal comprendre ?

Je fus sorti de ma rêverie lorsque l'objet de mes pensées parla à quelques pas de moi. Je ne l'avais jamais entendue entrer.

« Avez-vous besoin d'un coup de main, oncle Don ?

"Euh, pas Lacey. Je peux-"

Alors que je commençais à me retourner, le reste de mes mots mourut dans ma gorge. Elle se tenait dans l'entrée de la cuisine, ne portant rien d'autre que ses bijoux. Même si ses cheveux étaient encore un peu humides, elle avait pris le temps de bien se sécher. Ses mamelons se tenaient toujours raides et sa chatte lisse était légèrement fleurie. Elle n'a fait aucun effort pour se cacher, et a rencontré mon regard choqué uniformément. Une partie éloignée de mon cerveau a sèchement remarqué que, oui, il n'y avait pas de marques de bronzage. Alors que le moment s'étirait entre nous, elle avançait lentement vers moi, suintant sa sexualité de ses pores mêmes. Dans le balancement de ses bras, le balancement de ses hanches minces, son corps criait : « Regarde-moi ! Désire moi! Voulez-moi!'.

Je l'ai fait. Je voulais sentir ce corps ferme et bronzé sous mes mains tremblantes et tracer chaque ligne gracieuse et musclée avec ma langue.

Elle ne s'est pas arrêtée avant d'être directement devant moi. Nous n'étions séparés que de quelques centimètres. Elle lécha ses lèvres et me reparla. Cette fois, ce fut dans un murmure qui me fit me pencher en avant pour entendre.

"J'ai demandé si tu avais besoin d'un coup de main. Il semble que tu pourrais utiliser plus que ça, cependant."

Lacey embrassa le bout d'un doigt et le porta à mes lèvres. Je l'embrassai également par réflexe. Elle a ensuite traîné le doigt sur mon menton, sur ma poitrine, sur mon ventre. Elle s'est encore rapprochée de moi alors qu'elle tortillait sa main sous la ceinture de mes pantalons et de mes jockeys. Elle est entrée en contact avec mon érection lancinante, et sa main était si fraîche et délicate contre la chaleur que mon sexe dégageait.

« Tu veux cette main, ou pas ?

Je suis resté silencieux.

Elle a lâché ma bite assez longtemps pour déboucler ma ceinture, détacher et décompresser mon pantalon, puis a plongé les deux mains dans les côtés de mes sous-vêtements, les glissant autour de mon cul alors qu'elle réduisait la distance entre nous. Elle a fait glisser ses mamelons durs comme le roc sur ma chemise et je pouvais les sentir piquer mon ventre. Ma bite douloureusement dressée était prise en sandwich entre nous et elle frottait son propre ventre contre elle.

Elle inclina la tête, les yeux plissés avidement, et entrouvrit les lèvres. Sa langue s'élança et passa devant ses dents nacrées, attirant ma bouche vers la sienne presque comme par magie.

Mes mains se sont finalement levées de mes côtés pour prendre doucement son visage entre elles. Je tenais sa tête, mes doigts s'emmêlant dans ses cheveux encore humides, pendant que nos langues dansaient. Pendant plusieurs longues minutes, cela nous a suffi, puis ses mains se sont faites plus insistantes. Elle a commencé à serrer et à pétrir mon cul, et mes mains ont dérivé sur son visage, sur son cou et ont finalement pris ces seins qui m'avaient tant distrait cet après-midi.

Quand elle a commencé à baisser mon pantalon, je l'ai arrêtée en agrippant doucement sa taille et en la soulevant jusqu'à ce que ses jambes s'enroulent par réflexe autour de mes hanches. Puis je la berçai contre moi et sortis lentement de la cuisine, dans le couloir et dans sa chambre.

La brise douce et chaude soufflait paresseusement à travers les rideaux de ses fenêtres et apportait avec elle l'odeur des premières fleurs écloses dans les parterres neufs à côté de la maison. Alors que je la soulevais de mes hanches et la descendais sur son lit, elle s'agenouilla devant moi dessus et souleva ma chemise. Je l'ai aidée à le passer par-dessus ma tête, puis elle a poussé mon pantalon et mes sous-vêtements sur mes fesses et mes jambes. J'ai sorti mes mocassins et j'ai enlevé le dernier de mes vêtements, puis j'étais nu devant ma nièce.

Elle se pencha en avant, vers ma bite tremblante qui était si commodément située devant elle, et planta un baiser bâclé et humide au bout de celle-ci. Ses lèvres douces mordillèrent la longueur de mon érection, s'arrêtant pour aspirer mes couilles dans sa petite bouche, puis continuèrent de remonter de l'autre côté de la bite. Lorsqu'elle est revenue à son point de départ, elle n'a pas tardé à aspirer mon monstre borgne dans sa bouche.

Une chose que j'ai vite réalisée, c'est que pendant l'année où elle avait baisé, elle avait beaucoup appris sur la succion de bite. En raison d'une combinaison de la situation, de mon excitation refoulée et de sa technique talentueuse, je n'ai pas duré très longtemps avant d'être prêt à tirer. Ne sachant pas si elle voudrait que je me retire ou que je reste à l'intérieur, j'ai décidé de jouer la sécurité et j'ai essayé de lui éloigner la tête de son nouveau jouet. Elle n'avait rien de tout cela, cependant, et s'est accrochée à mes hanches en toute sécurité, augmentant la vitesse de ses soins et gémissant gutturalement lorsque les premières grosses limaces de mon sperme ont frappé le fond de sa bouche. Malgré la force de mon éjaculation, elle n'en manqua pas une goutte. Et pour s'assurer que rien ne soit gaspillé, elle a léché ma bite qui s'adoucissait progressivement jusqu'à ce qu'elle soit certaine d'avoir tout compris.

Un effet secondaire bienvenu de cette procédure de nettoyage était que je n'avais jamais complètement perdu mon érection avant qu'il ne revienne avec une vengeance. Ignorant son insistance gourmande, j'allongeai Lacey sur sa couverture pour lui rendre la pareille.

Dès que ma langue est entrée en contact avec sa chatte torride, elle s'est raidie avec son premier orgasme. Elle se mordit la lèvre et tira mon visage plus fort contre sa chatte alors que son orgasme atteignait son apogée, puis diminuait lentement. Je ne la laissais pas partir facilement et je suis resté tranquille pendant un moment. Elle avait un goût si doux et frais. J'aurais pu rester là-bas des heures à laper ses jus généreux. Elle recommença à se tendre et gémit quand son deuxième orgasme la traversa. Après celle-ci, elle resta allongée sur le lit, trop faible pour bouger. Cela ne l'a pas empêchée de commencer un commentaire en cours d'exécution, cependant. Alors que je léchais, suçais et jouais avec sa chatte trempée et son clitoris saillant, elle m'a poussé à continuer, me promettant ce qu'elle me ferait pendant son séjour avec nous. Elle m'a promis l'accès à tous les orifices de son corps et a dit qu'elle ferait tout ce que je lui demanderais.

Je suis resté là-bas, ma bouche sur sa chatte, jusqu'à ce qu'elle commence à se tendre pour son troisième orgasme. Alors que son souffle commençait à se coincer dans sa gorge, je me suis déplacé jusqu'à ce que ma bite soit en équilibre à l'entrée de sa jeune chatte lisse.

"Oh ouais!" cria-t-elle en attrapant ma taille et en m'attirant contre elle. Elle est venue sur ce premier coup, alors que la tête de ma bite s'enfonçait dans ses lèvres glissantes. Elle a fait le plus de bruit à ce jour, gémissant bruyamment et gémissant mon nom.

J'ai coulé de deux ou trois bons centimètres lors de ce premier coup, et si je ferme les yeux, je peux encore sentir la chaleur et l'humidité, et l'incroyable prise de sa chatte d'adolescente. Elle haleta à la soudaine intrusion de ma bite. Je ne suis pas si grand que ça, environ sept pouces, mais je suis assez gros. Quand je me branle, mes doigts ne rencontrent pas tout à fait mon pouce autour de ma bite, et quand elle l'a attrapé, elle n'a même pas été près de mettre sa petite main tout autour. Maintenant, s'avançant lentement dans sa boîte trempée, elle paraissait encore plus grande. Avec ses hanches fines et sa petite taille, elle ne semblait pas capable de le supporter, mais elle l'a fait. Elle m'a même poussé plus profondément et plus fort pendant que j'essayais de lui donner le temps de s'adapter.

Quand j'ai finalement touché le fond, en regardant son chat rasé, elle avait l'air encore plus jeune que ses quatorze ans. J'ai pensé pendant une seconde qu'elle pouvait n'avoir que neuf ou dix ans, au stade où ses cheveux n'avaient pas encore commencé à pousser. Puis j'ai levé mon regard vers ses seins gonflés, ses seins fermes et pleins se dressant de sa cage thoracique étroite, et ses mamelons noirs et durs rebondissant sous moi alors que je plongeais et que je sortais d'elle. J'ai regardé son visage ravi, la luxure gratuite rivalisant avec le contentement céleste alors qu'elle se tordait sous mes poussées lentes et régulières. À ce moment-là, elle a ouvert les yeux et m'a vu la regarder. Elle a souri et a tiré mon visage vers le sien pour un baiser rapide, puis a commencé à trembler alors que son quatrième orgasme la traversait sur les talons de son troisième.

Une partie éloignée de mon cerveau reconnaissait qu'elle commençait à éprouver de multiples orgasmes, et j'espérais que je pourrais durer assez longtemps pour la laisser en profiter tous.

Elle était allongée sous moi, babillant dans sa libération, se tordant alternativement d'excitation refoulée et s'effondrant à nouveau dans un épuisement impuissant tandis qu'un point culminant après l'autre la frappait en succession rapide. Je me rapprochais moi-même et j'essayais désespérément de reporter ma propre sortie, mais ce n'était pas facile avec cette fille magnifique qui me pressait de la remplir. Puis elle m'a dit qu'elle le voulait dans son cul. Elle m'a dit qu'elle ne prenait pas encore la pilule et que je ne pouvais pas jouir dans sa chatte, mais elle voulait mon sperme dans son cul.

J'ai enfoncé un doigt dans son trou du cul, facile à faire avec tout le jus et la sueur qui avaient coulé de sa chatte. Mon doigt est entré facilement et j'ai décidé d'y aller. Je me suis retiré brusquement, provoquant un hoquet de sa part, puis je l'ai roulée sur le ventre. Écartant légèrement ses jambes, j'ai aligné la tête violette de ma bite désireuse avec son trou noir. J'ai poussé lentement, m'attendant à plus de résistance, mais j'ai pénétré facilement. J'ai senti mes poils pubiens écrasés contre ses fesses fermes presque avant que je ne m'en rende compte, et j'ai été étonné que je sois entré dans son cul plus facilement et plus rapidement que je n'étais entré dans sa chatte. (Elle a admis plus tard qu'elle avait pris l'habitude de laisser son amant lui percer le cul pour éviter de la mettre enceinte, car il dédaignait d'utiliser un caoutchouc, et elle n'avait pas été en mesure d'obtenir une contraception efficace par elle-même.)

Une fois que j'ai mis toute la longueur de ma bite dans son cul, j'ai commencé un lent mouvement de va-et-vient, prenant progressivement de l'élan jusqu'à ce que je martele sa tendre porte arrière. Puis, alors qu'elle commençait à gémir avec un autre orgasme, j'ai perdu tout contrôle et j'ai commencé à cracher mon sperme en elle. I grabbed her hips firmly with both of my hands, and grunted as each spurt of semen seemed to wrench my balls up through my cock, almost as if they were trying to crawl up into my niece through my dick.

I fell off to one side in utter exhaustion, while she lay panting underneath me. Neither of us spoke for a long while, and finally I had enough strength to lift myself up and off her. I almost expected to hear a "Pop!" as my softening cock slid out of her ass. And even in it's flaccid state, I was pretty amazed that I'd gotten in there at all, let alone so easily.

Collapsing back onto the bed next to her, I stared at the ceiling, wondering what there was to say.

She eventually propped herself up onto one elbow and looked down into my face.

"What's the problem, Donny?"

"No matter how I look at this, Lacey, and no matter how much I enjoyed it, this was wrong. I shouldn't have hap-"

"Fuck that," she cut me off.

"You know how many times I've heard that?" Her expression clouded as she went on. "Michael said it to me after he banged me in his car in front of my house. 'Oh Lacey, this was a mistake, I'm a teacher and I could lose my job.' That didn't stop him from trying it again, and again." She was sitting up now, and was starting to clench her fists.

"Eventually he stopped saying it, when I told him to shut up about it. What was I supposed to say? 'No, it's cool that you're fucking a twelve-year-old, then going home to your own daughters and wife?' And Robbie, the guy from the music store. And Paul, the guy from this real estate office." She was kneeling next to me on the bed, and leaning over me as her voice grew louder. "And R.J., he had a house by the beach, and he was, like, forty or something. They all said, 'Oh, this is wrong.' Well it's bullshit." She emphasized her point by poking her finger into my chest. "None of them had been screwing me, I'd been screwing them. You think some guy is going to get in my pants without my permission? You think you seduced me this afternoon? Fuck that." Another poke. "I seduced you. And you loved every... minute... of... it." Four more pokes. "You never would have made a move on me if I hadn't practically raped your ass in the kitchen. I was getting tired of waiting, to tell you the truth."

She was finally winding down, and I smiled at her. "That still doesn't make it right. I did love this, and everything you've said is correct. But your aunt, my wife, would kill me if she found out. And if she didn't, the rest of your family would do it for her."

"Only if they found out."

"Yes, that's what I said."

"So who's going to tell them? You? You think I'm going to? Shit, the only reason my mom found about me screwing around was because of some guy who went to her and clued her in. He tried to get into my pants and I shot him down, and he wanted to get back at me. She'd had no idea! Once she found out about that, she started digging, and found out the rest of what she knows. And even that isn't half of what I've gotten away with."

"Lacey, that's horrible!"

"It's my choice!" she shot back.

"Honey, you've got all kinds of choices to make, but the kinds of decisions you've made severely limit your remaining options."

"So now you're going to tell me how to fix them, right?"

I could see that she was already preparing to tune me out. I swallowed the speech I'd been about to give her and considered things from her perspective. First of all, you couldn't expect her to just forget the things she'd learned, and the experiences she'd had. One of the first laws of growing up: You can't un-learn, and you can never go back. Second: if I tried to preach to her, she'd resist me on general principles. And third: she had me over a barrel. If Carol ever did find out, she really might kill me. And if she didn't, there were enough men in her family-and mine-to leave me dead or hospitalized. I could potentially lose everything I held dear.

So I started thinking like Lacey.

"No, I'm going to tell you what it'll take to keep things running smoothly here, and still get both what you want, and we want."

"What's that supposed to mean," she said, not sure where I was going with this.

"That means that we can't pretend we didn't just fuck each other this afternoon."

"No kidding," she said sarcastically.

"I mean, we should figure out where we take it from here."

"I've always thought you were cute, Uncle Don. I'd planned on fucking you as soon as I found out Mom was shipping me here."

"And if there was a way we could keep on screwing without hurting Carol, or risking my marriage, would you want to? Or did this afternoon get it all out of your system?"

"You get that cock hard again, and I'll show you what I want in my system," she cracked, cupping my balls.

"Well, as I see it, since your aunt isn't an idiot, she'd figure out pretty quickly if we tried to carry on a secret affair, in her own house, and under her nose."

"So you don't want to fuck me anymore, is that what you're saying?" She looked like she was about to get pissed, again.

"No, I'm saying we have to figure out what we'd need to do to keep her from getting suspicious."

"What the fuck! You're talking in circles! What are you saying?"

"I mean, let her know about it."

"Are you fucking crazy, or what? You just said she'd kill you if she found out we were fucking!"

"No, I said she'd kill me if she learned we were having an affair under her nose."

"You just said-"

"I mean, get her to approve it."

She was speechless at that proposition. Before she could ask another question, I told her what I had planned.

"Hey! Where's my favorite niece!" Carol shouted from the front of the house.

"Come on back here, honey," I answered.

She came out back to find me working on my tan beside the pool, and Lacey treading water at the deep end. I was wearing some baggy surf shorts, and Lacey had put on the most conservative swimsuit she'd brought with her. It was a bikini, but covered a relatively large portion of her tits and ass, unlike the other thongs and less-identifiable articles of beachwear she'd pulled out of her suitcases.

"Come here and give me a hug, you!" Carol said as she joined us by the pool

"Hi, Aunt Carol!" Lacey said, climbing out of the pool and walking toward my surprised wife.

She took a moment to admire the figure of her sister's daughter in the relatively modest bikini, and then wrapped her up in a warm hug. Carol glanced at me in the chair, lifting her eyebrows in a silent question. After years of marriage, I knew what she was asking: 'Do you see this body!' I responded with a shrug. 'What can you do about it?'

"Oh no. I've gotten you wet," Lacey apologized. She stepped back from Carol, and sure enough, she'd managed to soak the front of her blouse and skirt. The white cotton of her blouse had gone transparent, revealing Carol's full breasts encased in a lacey brassiere, while the damp spot on her skirt looked like she'd wet herself. Lacey made matters worse by attempting to brush some of the dampness away from Carol's breasts, stroking her nipples to hardness in the process.

"Oh, I'm fine, honey. I usually change out of my work clothes before I go into the pool, though," Carol joked.

"Aunt Carol, I'm so sorry. You'd better rinse this skirt before the chlorine damages it. Let's take care of it before it has a chance to ruin it."

Lacey steered Carol into the house, and phase one of my plan was in effect. She was to ensure that Carol undressed in front of her, and if the opportunity presented itself, to be nude in front of Carol at the same time. I left my book beside my chair and hurried out to the carriage house. Scrambling up to the loft, I adjusted the telescope to peek into the bedroom window.

Carol and Lacey were just walking into the door, and Carol was unbuttoning her blouse. She disappeared from view, probably stepping into our master bathroom to remove her clothes in privacy, but Lacey followed right behind her. Good girl.

Articles similaires

La grande guerre 3033 partie 2

Quand Jack venait de terminer sur le champ de tir quand Jack, comment pouvez-vous tirer avec cette arme, tous ceux qui ont tiré avec cette arme ont été brûlés de l'intérieur vers l'intérieur ou ils ont juste été tués. Jack a maintenant remarqué qu'il avait été découvert et a juste dit J'ai ramassé les armes et j'ai juste commencé à tirer. Pourquoi est-ce que quelque chose ne va pas. Jack a demandé. John était maintenant au téléphone pour dire au président qu'ils avaient trouvé l'un des deux Umbra et qu'il ne sait pas ce qu'il est. OK, merci pour...

1.4K Des vues

Likes 0

Leur monde partie 3

Je ne sais toujours pas combien d'heures j'ai passé à l'intérieur de ce terrible hangar de stockage en aluminium, ligoté comme un porc... . Qu'avais-je fait de mal ? Qu'avais-je fait pour mériter cette torture inhumaine ? C'était le pire. Je n'avais rien fait de mal. Tout ce que j'ai fait, c'est aider ma femme Monica et son amant Randy à se préparer pour une fête à laquelle ils allaient. Puis, alors qu'ils étaient presque prêts à partir, Randy a commencé à me gifler comme une poupée de chiffon, sans aucune raison. J'avais été parfaitement respectueux envers lui et ma femme...

1.4K Des vues

Likes 0

Jument Monté

JoJo est une belle femme musulmane de 36 ans, séparée de son mari depuis un an. Elle est l'amie d'un partenaire commercial du Moyen-Orient. Elle m'a invité à venir chez elle. Elle est arrivée à la maison en même temps que j'arrivais, nous nous sommes salués, sur ce, elle tourne rapidement les talons, et se dirige vers la porte arrière de la maison. Je regarde son cul dans ce jean moulant. Je devais atteindre et ajuster ma bite dans mon pantalon. Je suis mal à l'aise avec ma bite dure dans son alignement actuel. Je gémis intérieurement, imaginant ce que je...

1.5K Des vues

Likes 0

Comment casser votre gosse Ch. 1

La relation de Tyrone et Emma a commencé en ligne. Ils se sont rencontrés sur un site d'avatar et étaient tous les deux très friands d'idées coquines. Une relation a rapidement commencé, mais elle n'a jamais été stable. Quelques semaines après le début de la relation, Emma s'est enfuie. Pourquoi? Était-ce parce que Tyrone était trop contrôlant ? Était-ce parce qu'il n'était pas assez bon ? Il a semblé le penser pendant des mois. Jusqu'à ce qu'ils se rencontrent à nouveau en ligne et se remettent en couple. Mais, comme le montre le mouvement d'horlogerie, elle s'enfuit une fois de plus...

1.6K Des vues

Likes 0

A Fantasy Too Far Chapitre 3

CHAPITRE 3 Elle se ressaisit à temps pour aller travailler comme si de rien n'était. Juste un lundi matin normal. Elle supposait que tout bien considéré, elle n'était pas vraiment faite pour être une esclave de sous-sol pour le reste de sa vie après tout, mais vivre son fantasme aurait été mieux si cela avait duré plus longtemps. Bien que tout comme les contes de fées et les comédies romantiques se terminant au mariage, les histoires et les jeux de rôle de briser la volonté d'un esclave kidnappé s'arrêtent toujours après les parties passionnantes. La routine monotone de la vie quotidienne...

1.5K Des vues

Likes 0

Notre amitié amoureuse

Bonjour, je suis nouveau dans l'écriture d'histoires de sexe, alors soyez doux. Pour l'histoire, je vais me faciliter la tâche en utilisant des personnes que je connais comme personnages. Dans ce cas, je serai moi-même et le ferai à la première personne et le fruit de cette aventure littéraire sera une fille que je connais appelée Sarah. Permettez-moi d'abord de me décrire, je m'appelle Craig, je mesure 6 pieds et 184 livres. J'ai une belle image (je pense/j'espère), qui comprend un pack de six, des yeux bleus et une belle ligne de mâchoire. Oh et les cheveux bruns. Ensuite, la fille…...

1.4K Des vues

Likes 0

Juste un trajet en bus ... Honnête 3

Le monde semblait juste se figer. Je ne pouvais pas y croire, j'avais l'impression qu'elle m'avait complètement trahi, même si nous ne nous connaissions que depuis un jour et un peu, c'était comme un poignard dans le cœur, pourquoi était-elle si dragueur aujourd'hui, elle doit savaient ce qu'elle faisait, mais elle le faisait quand même même si elle avait un petit ami. Ne voulant pas y penser un instant de plus, j'ai fermé la page et le monde a recommencé à tourner. « RALPH ÉCOUTEZ-VOUS ? Cria le professeur depuis le devant de la classe comme ils le font. « Ouais » ai-je crié sans...

1.4K Des vues

Likes 0

Ange 2

Ange 2 © Ceci est un fantasme. Toute ressemblance avec des personnes ou des lieux réels est fortuite. ******************************************************** ******************* Angel regarda avec surprise, alors que l'homme à l'air drôle est le pantalon rayé tamponnait les larmes coulant sur son visage avec sa queue. Qui es-tu? Elle a demandé. Il s'arrêta de pleurer assez longtemps pour répondre. Je pensais que tout le monde le savait. Il a dit. « Je suis le chat à queue nue. » dit-il en agitant fièrement sa queue. « La plupart m'appellent simplement Stripe. Tu vois combien de temps ma queue est-elle ? Les rayures ne sont-elles pas...

1.4K Des vues

Likes 0

Avec mon petit frère

Salut les lecteurs je m'appelle Anitha (Anu), 21 ans, originaire du Kerala. je vivre avec ma mère et plus jeune frère. Mon père est mort quand je était encore jeune. Mes frères le nom est Sanjay (Sanju) il a 18 ans ans. Nous étions tous les deux aimés soeur et frère normaux. Nous utilisé pour se battre les uns avec les autres. Mon mère a obtenu un emploi au gouvernement comme mon père alors qu'il était au gouvernement. un service. Depuis que maman va au travail, moi et mon frère avait le temps passer ensemble. j'ai oublié de mentionner moi même...

1.3K Des vues

Likes 0

Ma première fois avec Cindy

L'histoire: Sur le chemin du retour de l'hôpital, après avoir déposé ma femme pour une opération du dos très sérieuse, Cindy, me disait comment elle allait faire toutes les choses que maman faisait dans la maison, comme faire la vaisselle et faire la lessive et ça elle s'occupera de son papa comme maman le fait. C'était dit dans une sorte de murmure doux et elle avait sa main sur mon bras, me touchant doucement et me regardant dans les yeux. J'ai senti un frémissement dans mon pantalon et j'ai regardé les jambes galbées de Cindy et la petite minijupe qu'elle portait...

1.4K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.