Entretien privé

84Report
Entretien privé

Il y a de nombreux avantages à être président du conseil d'administration d'un conglomérat international, de belles femmes célibataires et divorcées à vos pieds, des cadres prometteurs qui travaillent dans le lointain empire et leurs épouses. Deux fois par an, j'organise une convention à New York pour rencontrer ces cadres et leurs épouses. L'affaire sur invitation seulement se déroule dans un hôtel 5 étoiles, je réserve dix étages de chambres et suites pour le séjour des cadres. J'ai également six invitations envoyées à des femmes qui m'ont impressionné ou qui ont attiré mon attention au restaurant ou à une autre sortie. Ce soir est un dîner privé avec six belles femmes qui ont reçu des invitations. Les femmes sont arrivées au restaurant de l'hôtel réservé pour ce soir à 19h pour un cocktail et un dîner à 20h. Les quelques élus sentent l'argent, le pouvoir et la publicité comme des bonbons pour les bras. Je leur ai dit de s'habiller pour impressionner. Tout s'était présenté, comme requis. Comme prévu.

L'une des femmes, en particulier, est KO. Elle a 20 ans, célibataire, 5' 7", pèse environ 110. Elle est mannequin et étudiante au Vietnam. Son nom est Lu. Elle portait une robe courte noire moulante montrant ses longues jambes, avec une rangée de boutons de nacre sur le devant. Je l'ai assise le plus loin de moi possible pendant le dîner. Je vois qu'elle est déçue par cela. A la fin du repas, je lui ai fait signe de venir s'asseoir à côté de moi, fumant mon cigare et buvant du scotch, boire. " Alors tu es un modèle. " Lui dis-je. " J'aimerais passer du temps avec toi ", dis-je, avec un sourire, en me levant. Je sens que Lu est nerveuse. les femmes ici, par John Malone, le président du conseil d'administration. Je hoche la tête à mon chauffeur. Il savait quoi faire. « Viens avec moi, Lu », lui ai-je dit. impressionnantes doubles portes. Les portes de l'ascenseur privé menant à ma suite. La chambre de la suite est impressionnante. J'ouvre les portes, je sens un autre pincement au cœur lorsqu'elle voit l'immense lit dans la grande pièce. Encore une fois, elle le contrôle bien. Monmain, dans le creux de son dos, la faisant légèrement entrer. Alors que je me tourne, pour fermer les portes derrière nous, Lu et moi nous satisfaisons.

La chambre principale est immense, avec une vue spectaculaire sur New York. Un mur est en verre du sol au plafond. Les rideaux sont ouverts. Les lampes de chevet se trouvent de chaque côté du grand lit king-size, déjà baissé. A part cela, c'était la lumière réfléchie par la vue qui baignait la pièce d'une lumière douce. " Belle vue?" dis-je à ma charmante et respectueuse Lu. Vingt ans, un beau visage, des yeux doux, couleur chocolat, de longs cheveux noirs et un corps chaud. La musique douce joue tranquillement. Elle hoche la tête : belle vue. Je me demande si elle peut parler anglais, ça n'a pas d'importance si elle ne peut pas. Je prends sa main, elle me la donne avec précaution, tenant mes doigts comme elle pense qu'elle devrait le faire. Je l'ai conduite à la vue. Elle est venue, docilement. Lorsqu'elle est arrivée à la fenêtre, j'ai dit : « Maintenant, nous allons danser, je vais apprendre à vous connaître. » Elle parlait anglais, du moins le comprenait, car elle se retourna et tendit les bras. — Non, non, ma chère, dis-je, je suis content qu'elle ait compris. "Cette vue est trop belle pour être gaspillée. Nous ferons face à la vue et danserons afin que nous puissions tous les deux en profiter." Un froncement de sourcils perplexe apparut sur son visage, alors je la tournai vers la vue, me plaçai derrière elle et passai mes bras autour de sa taille.

Un petit cul coquin s'ajuste parfaitement contre mon entrejambe, ses épaules et son dos contre ma poitrine et mon abdomen; les cheveux au sommet de sa tête chatouillant légèrement mon nez. Je déplace mes bras plus loin autour de son petit corps, et commence à danser, je commence à passer d'un pied à l'autre, déplaçant mon entrejambe contre son petit cul serré. Elle hésite, mais seulement une seconde, puis pose légèrement ses mains sur mes bras qui l'entourent, et se met à bouger comme je l'ai fait. Que se passe-t-il dans sa tête, dans sa jolie petite tête, je me demande. « Jusqu'où cela ira-t-il ? » sans aucun doute. Je me demande à quelle conclusion elle parviendra ? J'ai découvert qu'il y a deux façons de jouer cette situation - si vous êtes moi, bien sûr. Vous pouvez être prudent et subtil, penser à leurs sentiments et avancer prudemment ; ou vous pouvez vous passer complètement de la subtilité, ignorer complètement leurs sentiments et faire tout ce que vous voulez. Avec la très délicieuse Lu, j'avais décidé, dès que je la voyais entrer dans le restaurant, que je ferais ce que je veux d'elle. Elle a cet effet sur un homme, vous pouvez dire.

Mon point philosophique est que plus la richesse, le pouvoir personnel et le pouvoir commercial de l'entreprise dont vous êtes PDG sont importants, moins ceux qui travaillent sous vous, ou ceux qui soutiennent ceux qui travaillent sous vous, doivent s'attendre de manière réaliste - et le groupe international d'entreprises Ma tête est aussi large que la fenêtre par laquelle je regarde, et aussi énorme que le lit dans mon dos ! J'ai toujours aimé New York », dis-je en glissant le plat de ma main sur un ventre de fille plat et ferme gratifiant. Je le laisse descendre vers son pubis, qui sur elle, je découvre quand je suis arrivé, est agressif proéminente. Elle s'est figée quand je l'ai touchée, puis elle se détend. Mon autre main, je fais courir le long de son front, jusqu'à ses seins. Elle s'est figée une seconde fois alors que ma main atteint ses petits seins coquins en prenant une poignée étonnamment dodue. Ses pieds s'arrêtent de bouger Ses hanches aussi, ses jambes se sont serrées l'une contre l'autre.

Je continue de me déhancher au rythme de la musique comme si je ne m'étais pas rendu compte que ma douce petite nymphe asiatique s'était arrêtée, ou que j'avais son sein dans une main et son pubis dans l'autre. Je commence, à travailler sur les deux. Pour caresser doucement, tasser et presser; presser, caresser et caresser. " Oui, douce et souple, j'aime les jeunes femmes asiatiques." Je répète, en regardant au-dessus de sa tête, exprime une râpe profonde d'années de cigares et de plusieurs des meilleures marques de cognac et de scotch. « Être président du conseil d'administration signifie que je peux faire progresser votre carrière de mannequin », ai-je dit, sans donner de détails. Comme si quelque chose s'était soudainement allumé dans son esprit – « Président du Conseil », peut-être ? – elle s'est lentement dégelée, ses pieds commencent timidement à reprendre leur mouvement et ses hanches recommencent à se balancer. Je sens qu'elle s'oblige à se détendre, à se joindre à elle, à participer, tandis que mes doigts continuent leurs tâtonnements et caresses ses parties les plus sensibles. « Tu viens du Vietnam ? » je demande, faisant la conversation.
"Oui," répond-elle.

Ses mains tombent sur ses côtés. J'ai pris son sein en le soulevant doucement contre elle, mon doigt et mon pouce roulant et pinçant son mamelon. Beaucoup d'Asiatiques rembourrent leurs soutiens-gorge pour compenser ce qu'ils voudraient peut-être avoir, mais ne le font pas... mais les seins de Lu remplissent bien ma main, rendant inutile le rembourrage de son soutien-gorge. Je prends le mamelon légèrement couvert entre mes doigts en le faisant rouler doucement. Je sens ses hanches se soulever, comme si elle montait sur la pointe des pieds. Je les aime toujours aller sur la pointe des pieds. Lu se comporte comme j'aime. Je passe mon autre main sur son autre sein et répète la caresse, pour être récompensée par une cambrure de son dos et un étirement des chevilles et des pieds sur le bout des orteils délicats. Je libère les petits pois durs que j'ai sortis de leur cachette au centre de ses seins, les caressant doucement. Je caresse, pince et serre ses mamelons durs et ses seins souples. Je cherche à éveiller ce petit bout de jeune femme. Je penche ma tête contre son cou et lui demande : « Née au Vietnam ? » Puis j'embrasse son cou. Elle a un goût propre, jeune et frais. "Oui," répond-elle, gardant les choses simples, regardant par la fenêtre la nuit, ses mains molles posées à côté d'elle tandis que les miennes continuent de travailler sur ses seins agréablement galbés.

" J'aime ça?" je demande, déplaçant mes doigts vers les boutons sur le devant de sa robe en maille fine. Je commence à les défaire, en commençant par le haut et en descendant. « Oui, j'aime ça », répond-elle, la voix claire, polie. « Je n'ai pas été seule avec un homme », ajoute-t-elle, estimant qu'il vaut mieux que l'une de nous parle. Sentir, peut-être, qu'en évoquant son manque d'expérience dans les caresses, je la libérerai de ses tourments. Que se passe-t-il d'autre dans son joli petit esprit oriental ? Espère-t-elle contre tout espoir que cet homme plus âgé et excité la regardera nue, appréciera sa beauté et sa beauté et la laissera partir ? Ou est-ce que je veux... en faire plus avec elle. À elle? Si elle conclut que je vais… vouloir faire plus, avec elle, pour elle… quel sera son avis là-dessus ?

Je desserre tous les boutons sur le devant de sa robe, observant notre reflet dans la fenêtre comme je le fais. Remonter le bas de la robe pour atteindre les boutons près de l'ourlet, découvrir ses jambes en chaussettes... comme je le fais. Je la regarde me laisser déboutonner sa robe, ses mains discrètement écartées. Je l'ai largement répandu. Dans le reflet, des lumières vacillantes perçant ici et là, je vois une jeune femme sexy dans un soutien-gorge léger, un string étonnamment bref et sauvagement écarlate ; des bas à hauteur de cuisse qui se terminent six pouces plus bas que sa culotte, offrant une vue appétissante sur des cuisses lisses de couleur crème. Je suis derrière elle, tenant sa robe ouverte. « Mieux vaut l'enlever, » lui dis-je en la relâchant. Je la regarde enlever sa robe, l'attraper avec précaution derrière elle, les yeux détournés, la plier. Elle regarde autour d'elle pour voir où elle pourrait le mettre. Se déplace vers une chaise à proximité et la place soigneusement sur le bras. En se redressant, elle jette un coup d'œil dans ma direction. Je recourbe mon doigt, une fois. Elle revient à mes côtés. Quand elle m'atteint, elle fait à nouveau face à la fenêtre. Elle me laisse presser mon corps contre elle par derrière. Elle me laisse passer mes bras autour d'elle. Elle se repose contre moi quand je tire. Je la prends dans mes bras, profitant de la sensation de sa peau.

« Mets tes mains derrière ma tête », dis-je en regardant ses yeux dans la vitre alors qu'ils me regardent, admirant la façon dont elle suit mes instructions. Ses mains se tendent vers le haut et le dos, les coudes hauts, le torse étiré, la colonne vertébrale bien cambrée, les seins forcés vers le haut et vers l'extérieur. Je prends un sein dans chaque main et recommence à bouger au rythme de la musique. Elle bouge dans le temps avec moi. Son corps est doux, lisse et ferme aux bons endroits. Les seins étirés et gaies m'ont toujours excité. J'effleure le soutien-gorge à fermeture devant. Je l'écarte et coupe ce qu'il y a à l'intérieur. Des seins dodus qui remplissent ma main. « Alors depuis combien de temps êtes-vous mannequin », je demande... cette douce... jeune... chose. « Trois ans, répond-elle. Sa prononciation anglaise est plutôt bonne. Je regarde ses seins dans le reflet de la fenêtre... et les larges mains qui les caressent... et la façon dont elle regarde mes mains, et la façon dont les siennes sont tendues derrière ma tête, une près d'une oreille. « Jouez avec mes oreilles », lui dis-je, et je la regarde par la fenêtre alors qu'elle commence à le faire. Ses doigts sont nets et fins. Elle trouve un lobe et le caresse doucement. Mes yeux se ferment. Je passe mes mains sur son front. La douceur et la douceur de sa peau, la légère concavité de l'estomac, le minuscule échancrure du nombril, les muscles tendus et tendus de chaque côté. Mes doigts se posent sur la ceinture en lacet de son string sauvage. Je glisse ma main à l'intérieur de l'étroite bande de tissu qui glisse plus bas. Son pubis en dessous est nu. Je glisse mes doigts sur les lèvres de sa chatte et commence à l'explorer. Je suis intrigué et encouragé par la façon dont elle est déjà devenue lisse et humide. Elle cambre le dos. Je roule son clitoris, une fois puis deux fois. Elle se cambre à nouveau. J'ouvre les yeux. Le reflet de son corps dans la vitrine est net, compact. Il est beaucoup plus doux et beaucoup plus chaud qu'il n'y paraît dans la fenêtre. Ses yeux, je note, se sont fermés, bien que ses doigts continuent de jouer avec mon oreille – l'un de ses doigts semble chercher l'ouverture.

Je me penche légèrement en avant, m'enroulant autour d'elle, j'essaie de glisser mon majeur dans sa petite chatte très serrée. Elle est humide. Miel-humide. Ses jambes s'ouvrent plus largement alors que mon doigt essaie de pousser à l'intérieur d'elle, et son dos se tortille de toute urgence puis gémit " NON... arrête ça fait mal... s'il te plaît ", faisant rouler sa tête contre mon menton. Mon autre main passe du sein au sein, au mamelon au mamelon. Je regarde ses lèvres ouvertes et j'entends les petits halètements. Ses lèvres forment un "O", alors qu'elle gémit doucement. Je tourne sa tête en posant mes lèvres sur les siennes. Elle se tortille pour me faire face, tirant ma tête vers la sienne, sondant ma bouche avec sa langue. La petite renarde, fonce ! On se traîne vers le lit. Cette jolie petite mignonne, nue mais pour ses bas et ses talons – son string est à ses genoux – et moi, le taureau. Elle tombe sur le lit, je la laisse partir. Elle tombe sur le dos, les yeux fermés, les bras tendus, les jambes écartées. Je la regarde, debout entre ses genoux. Je me déshabille, ses yeux s'ouvrent... Suis-je parti ? Perte d'intérêt " Non, mon petit ange, détends-toi. Je laisse tomber mon pantalon et mon boxer d'un coup. Je vois ses yeux s'ouvrir grand - car la bite de monstre est dure comme de la pierre. Mon surnom le taureau, c'est ma bite. Comme toutes les femmes asiatiques, ma bite est plus longue et plus épaisse qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Sa tête roule en arrière, ses yeux au plafond, puis ses mains se sont portées sur sa bouche et son expression est choquée.

« Assieds-toi, Lu ! » Je lui dis. Et elle le fait. « Pourquoi ne vous présentez-vous pas tous les deux ? » Je propose, en déplaçant ma bite, entièrement dure et avide, d'une taille monstre, dans sa direction. Elle fait un petit salut. Atteint deux petites mains délicates portant ma tige d'acier à ses lèvres. Je ferme les yeux, mais seulement après avoir vu sa bouche avancer jusqu'au bout de la tête de ma bite, sa petite langue tendue et commence à goûter le bout. Maintenant, ses lèvres lèchent lentement le bulbe, puis elle tire le bulbe dans sa bouche. Sa langue l'entoure lentement. Il fait si chaud là-bas. Je descends une main, entre ses jambes, toujours écartées – elles bougent, pour me laisser de la place – j'enfonce mon majeur en elle. Si chaud, si petit, si serré. Les deux extrémités d'elle. Je fléchis mes hanches, poussant ma bite plus loin dans sa bouche. Mon doigt se fraie un chemin jusqu'en elle, se tord et se recroqueville en elle, à la recherche de son point G. Elle halète et gémit autour de ma bite, j'enroule mon doigt en elle. Son bassin se soulève. Mon autre main passe derrière sa tête alors que j'enfonce fort ma bite dans sa bouche, jusqu'à l'arrière. Elle bâillonne, je recule. Elle suit. Je fais un pas en arrière, et elle vient aussi, hors du lit, mon doigt enfoui au plus profond d'elle. Je la pose sur le tapis. Ses genoux tombent du lit. Elle est toujours empalée sur mon doigt... et mon pénis. Je lui prends le doigt. Elle garde mon sexe, au fond de sa bouche.

Nous nous dirigeons vers le lit. Son dos se cambre, les genoux restant sur le tapis où ils sont, atteignant derrière elle d'une main qu'elle se rattrape. Son cou contre le bord du lit. Déséquilibré, dos cambré, gorge tendue, yeux écarquillés et levant les yeux. À moi. Je prends position au-dessus d'elle et enfonce ma bite dans sa gorge. Elle crie, les larmes aux yeux. Je me déplace au-dessus et commence à baiser sa bouche. Elle garde la tête inclinée vers le haut, le reste tordu sur le sol, et me laisse descendre dans sa gorge. Je sais que c'est la première fois qu'elle suce une bite. Elle essaie de s'ajuster, d'aligner sa gorge avec mes poussées, de relever le menton, de relever la tête, le visage vers le haut – les lèvres grandes ouvertes et la bouche vers le haut, tandis que ma bite entre et sort. Tout le bouton de ma bite plonge dans la douce chaleur de sa gorge. Il reste là, tandis que sa gorge bouge, se contracte comme une chatte et attend, le souffle retenu, jusqu'à ce que je me retire, pour laisser son souffle. Ce que je fais, elle respire, par le nez puis avale... de nouveau dans sa gorge, pour laisser le tissu doux et chaud là tenir le bouton du monstre de feu. Puis dehors... Puis de nouveau. Puis dehors... De retour.

Lu commence à protester, je ne lui ai jamais laissé une chance. La prochaine chose qu'elle a su, c'est qu'elle est sur le dos et je suis entre ses jambes écartées. Je tire Ky Gel de la table de chevet et commence à le masser dans sa chatte chaude et humide. J'en ai mis une généreuse quantité sur ma grosse perche lancinante. Lu sent l'énorme tête de ma bite frotter de haut en bas sur ses lèvres. Je regarde énorme contre sa petite fente. Lu gémit alors que je pousse contre elle. Pas question qu'elle pense. Cela ne conviendra jamais. " Oh Lu, ça va changer ta vie. Ce sera douloureux... " Je me penche en avant en mettant mon poids contre elle. Je glisse ma bite vers le haut en écartant légèrement ses lèvres. Lu sent la pression monter. Mes yeux sont fermés, je grogne bas et menaçant alors que je pousse plus fort. Lu sent sa petite chatte très serrée s'étirer. Rien de cette taille n'a jamais été à l'intérieur d'elle. Sa chatte résiste mais s'étire et je ne me relâche pas en donnant à sa petite chatte serrée une pression constante avec une pénétration minimale. La tête n'est pas entrée en elle. Lu pensait qu'elle allait être coupée en deux. « Putain, tu es si petit et serré.

J'ai grogné et j'ai tiré mes hanches vers l'avant. Puis quelque chose en elle se déchira. Quelque chose a cédé. La douleur est accablante, une sensation de brûlure profonde remplit son bassin alors que ma bite de monstre lancinante et chaude se fraye un chemin plus loin dans sa tendre petite chatte. Il y a une fraction de seconde, le bout de ma bite entrait à peine en elle et tout d'un coup ma tête a forcé sa chatte à s'ouvrir. Lu hurle un bruit aigu et douloureux. Des larmes coulent sur son visage. Mes grognements cèdent la place à des grognements alors que je pousse à nouveau mes hanches vers l'avant. Je pousse plus profondément alors que sa chatte lutte pour s'étirer et s'adapter à ma longueur et à mon épaisseur. Lu tend la main contre mon ventre pour me faire sortir d'elle et j'obéis jusqu'à ce que je sois presque sorti. Lu essaie de me pousser jusqu'au bout alors que je saisis ses mains en les épinglant à ses côtés. Avec un rire, je replongeai en elle. Plus dur et plus profond cette fois, enfonçant tous les neuf pouces à l'intérieur d'elle. Lu crie à nouveau alors que ma bite frappe des endroits jamais touchés. Je tiens ses mains vers le bas pour qu'elle ne puisse pas m'empêcher de l'empaler. Chaque poussée étendait son tunnel étroit de plus en plus profond. Chaque poussée a apporté un autre cri et plus de larmes. J'ai grogné dans son oreille. Tout ce qu'elle peut faire, c'est gémir alors que ses poumons brûlent. Le visage de Lu rougit quand elle pense à la sensation de ma bite en elle. Ses mains trouvent mon cul et elle serre mes joues alors que ma bite glisse dans et hors de sa chatte.

J'ai ses seins dans mes mains, je tords, tire, caresse et masse les monticules malléables et chauds. Comme des ballons remplis de miel. Plein et bien chaud. Elle se tord et se cabre alors que son sanctuaire intérieur en métal en fusion est ravi, sa chatte se serrant sur ma hampe comme un étau, si serré que ma bite est au paradis. Enfoncant durement et plus profondément dans sa chatte chaude et serrée, je m'écarte un peu, puis je repousse "Ngraah!" Elle halète. Ses doigts sont entre ses jambes, frottant son clitoris, cherchant plus d'excitation, plus d'humidité pour soulager le monstre sur son chemin. Je trouve son lobe d'oreille, je le mords. Elle réagit, haletant et offrant plus. Je retire ma bite la plupart du temps, puis mords à nouveau. Elle halète, son dos se cambre alors que je reviens en elle. Elle se redresse vers moi alors que ma tête de bite bat son col de l'utérus. Mes mains sont sur ses seins, tandis que ses mains agrippent le drap en poings serrés, repoussant mon assaut. Avec ses lèvres étroitement tendues autour de la base de ma bite, je sens la paroi arrière de sa cavité vaginale autour de mon insertion brutale. L'immense sensation de plénitude crée une forte stimulation qui fait vibrer le plaisir dans tout notre corps. Elle se lève lentement alors que je conduis avec force et sans relâche mon arbre jusqu'à la paroi arrière de son pot de miel. Ma tige de monstre touche des zones érogènes au plus profond de son vagin crémeux. En dessous de nous mes couilles poilues dégoulinant de son sperme laiteux. La lubrification nous aide à construire un rythme qui ne fait qu'augmenter les plaisirs érotiques. Chaque poussée descendante consécutive que je fais pulvérise sa chatte, desserrant son passage extrêmement serré dans un désordre détrempé

J'arrête. Je suis ancré en elle jusqu'à la garde. Il se passe tellement de choses en elle que je reste à le savourer. Le tunnel étroit de cette adorable petite asiatique est en spasme constant autour de cet envahisseur hostile. Il y a des ondulations et de l'humidité et une propagation de la chaleur autour de ma tige lancinante. Sa respiration est devenue haletante. Ses doigts serrent le drap avec des poings serrés. Sa tête roule d'un côté à l'autre sur l'oreiller. Je la fais se relever de l'oreiller, en me dégageant lentement d'elle. Les longues tresses brillantes de ses cheveux noirs remontent de la couverture du lit comme des algues soulevées de la mer. Son cou se cambre, d'abord alors que ma bite est presque sortie – puis elle s'arrête, tout comme elle, et nous attendons, puis sa tête retombe alors que ma bite rentre à la maison et la remplit à nouveau jusqu'à la garde. « Ngeeee ! » elle jappe. Puis 'Ngraaaah!' elle gémit. "Ngraaah!" – "Ouais !" « Ngaaah ! » Dans – « Ouais ! » Assez de ce jeu ! C'est l'heure de la baise sérieuse.

Son corps tremble et se convulse. Les gémissements et les gémissements d'elle prennent vie. "Ngraah!" – puis, « Aaah ! » – et, « Aaah ! » à nouveau - puis, "Ngraah!" - et, "Aaah!" - et, "Ngraah!" à nouveau - puis "Ngraah!" de nouveau. Son visage est déformé par une expression de douleur. J'aime quand je les ai comme ça. Quand tout ce qu'ils veulent, c'est que je continue l'empalement, pour qu'ils puissent continuer, avec des intermèdes occasionnels, dix secondes. Quand ils culminent et se ramollissent, puis frissonnent, puis rattrapent leur retard, puis recommencent, jusqu'à ce qu'ils soient frappés par le suivant. Cinq, puis six. J'aime les voir aller au-delà. Je me contrôle, elle ne peut pas, et ne fait pas, "Ngraaaagh!" Elle halète, frissonnant une sixième fois, les yeux roulant dans sa tête. Je regarde son visage dans le miroir de l'autre côté de la pièce. Contorsionnée de douleur alors que ma bite glisse dans et hors de son corps lisse et couvert de sueur. Puis le flash se calme de bonheur alors qu'elle jouit à nouveau. Je n'ai pas arrêté alors qu'elle essaie de rattraper son retard, de reprendre le rythme. « Ngraah ! – Aaah ! – Aaah ! – Eeeh ! – Eeeh ! – Eeeh ! – Oooh !

Elle approche de son prochain sommet enflammé. Je le sens à la façon dont ses cuisses durcissent, s'écartent largement. Comme si elle était sur le point de sauter. "Mheeeeewh," crie-t-elle, cette fois je ralentis, pour la laisser me traire complètement. "Mheeeeewh," crie-t-elle à nouveau, toute douce et consentante dans mes bras. Une fois qu'elle est traite et à nouveau extraite, je la retourne et réarrange ses jambes. Ensuite, faites-la rouler à nouveau et placez la douce chose à califourchon sur moi. Elle dessus, moi dessous, mon monstre enfoui au plus profond de moi. Elle est couverte de sueur. Elle scintille comme un rocher lisse sous une cascade. Ses yeux sont des bassins doux. « Meeeoow, » haleta-t-elle, ses lèvres écartées, ses yeux de simples fentes aveugles. Ses mains sont à plat sur mon ventre, mon sexe, rampant en elle. Elle commence à la chevaucher vers son prochain gros orgasme de la nuit. Petite coquine insatiable qu'elle est, me dis-je en la regardant !

Je n'ai rien à faire maintenant. Restez aussi dur que moi et où je suis, car elle fera le reste. Je regarde ses yeux, maintenant fermés, et son dos se cambrant, ses hanches se balancent de haut en bas, pointant son clitoris vers mon pubis. Puis plus vite. J'attrape ses petites hanches rondes, les prenant en coupe – pas pour accélérer ou ralentir, mais simplement parce que j'aime sentir ses muscles travailler. À bout de souffle, « Ngraah ! – Aaah ! – Ngraah ! – Aaah ! – Aaah ! – Aaah ! – Ngraah ! En fin de compte, cette fois, je dois la rejoindre. Son expression faciale est celle de la satisfaction, de l'énergie et de la luxure dévergondée, que je succombe à moi-même. Je décharge au fond d'elle. "Ngeeeaagh," haleta-t-elle dans un cri haletant fort et aigu, ce qui rend mes gémissements faibles en comparaison. Puis ses paupières se soulèvent, une fraction, et à travers elles, elle voit mon expression, ma paix et ma satisfaction alors qu'elle s'effondre sur moi. Nous restons comme ça – elle est allongée sur moi, je suis toujours enfoui profondément à l'intérieur, reprenant notre souffle. Puis ses bras s'enroulent lentement autour de ma tête et la tiennent fermement. Je me retire d'elle, toujours dur et luisant de son humidité teintée de sang recouvrant ma bite. Lu était allongé sur le lit, profondément embarrassé et honteux.

Je suis revenu une minute ou deux plus tard, je dis à Lu de se mettre à quatre pattes et d'ouvrir ses jambes pour moi. En rougissant, elle laissa les jambes s'ouvrir à nouveau, réalisant qu'elles s'étaient refermées. Je la pousse vers le bas comme je la voulais. Son cul en l'air, malgré sa volonté, la faisait se sentir exposée et vulnérable. La peur et la confusion se tordaient dans son cerveau alors que je me positionnais entre ses jambes. Elle est excitée d'une manière interdite. Ma bite dure est nichée entre ses fesses, se poussant contre son petit trou du cul vierge. Il est glissant, collant et incroyablement énorme. La menace pressante de la douleur est comme les puissantes racines d'un chêne qui s'enfoncent profondément dans la terre. Soudain, dans une explosion de douleur et d'extase, elle sent son corps s'ouvrir à moi, alors que ma grosse bite est au fond d'elle. Elle s'effondre sur le tapis, les bras tendus sous elle. Avec la force de ma poussée, mon poids la suit, mais elle ne le sent pas. Le monde est devenu noir, elle s'est évanouie à cause de l'immense douleur de ma bite forçant son chemin dans son petit trou du cul serré.

Lu s'est réveillée, quelques instants plus tard, son cul palpitant, envoyant une douleur brûlante dans ses sens avec son visage humide et des larmes brouillant sa vision. Je caresse ses cheveux, la douleur persistante s'étendant comme un feu de son trou étiré. Je n'ai pas attendu longtemps, avec ses pleurs, j'ai commencé à entrer et sortir de son trou du cul étiré et déchiré. Je m'arrête quelques minutes plus tard, pour enduire plus de lubrifiant sur ma bite, sans jamais me retirer complètement. Puis reprise de mes poussées longues et lentes dans son petit trou. Son cul déchiré brûlant, endurant de courts coups, je la baise, fort et vite. Lu faisait mal maintenant, dans les deux trous, se sentant violé, utilisé et étrangement recherché. Dans son plaisir mêlé de douleur, elle ne savait pas si elle voulait que j'arrête ou que je la baise plus fort. J'ai décidé pour elle, je suis venu, tirant mon sperme chaud au fond d'elle. Je restai là un moment sur elle, ma bite se ramollissant en elle, haletant et en sueur, essayant de reprendre mon souffle avant de finalement s'éloigner d'elle. Elle se précipite pour trouver ses vêtements et se couvrir de la petite protection que ses vêtements pourraient lui offrir. Alors qu'elle s'habillait, j'ai appelé mon garde du corps pour escorter Lu jusqu'à sa chambre.

Articles similaires

Grand-père Joe

C'est une histoire sur moi et mon grand-père. Mon grand-père Joe était dans la soixantaine, chauve, grand et avait un gros corps d'ours. Il était vraiment fort. Il était aussi très poilu. J'étais un joufflu de 16 ans. Gros cul et seins pendu. J'étais un garçon glabre et lisse. J'avais une petite bite. Je n'avais aucune connaissance du sexe ou quoi que ce soit. Je ne me suis même jamais masturbé, la seule fois où je suis venu, c'était pendant les rêves humides. Un jour, ma famille m'a dit d'aller rester avec Joe. Joe vieillissait et avait besoin d'aide à la...

92 Des vues

Likes 0

Foxy Knoxy -3 L'épreuve de Meredith commence

Avant : Foxy Knoxy Avant : Foxy Knoxy II (Foxy Knoxy – Les étudiantes étrangères Amanda et Meredith se battent dans leur appartement d'une petite ville italienne. Amanda se rend au bar où elle se rend dans l'arrière-salle pour divertir trois hommes un peu rudes. Fini les hommes Amanda attend au bar son petit ami. Meredith sort pour s'envoyer en l'air et trouve Rudy, un immigrant d'Afrique qui est mécontent de Meredith) Maintenant, c'est plus comme ça. Meredith pouvait sentir le gros renflement du pantalon de Rudy avec son pied. Rudy a souri et a cessé de parler alors que Meredith...

41 Des vues

Likes 0

Mon collègue de bureau sexy - III

Je ne pouvais pas sortir Vathsala de mon esprit. Elle n'était pas une reine de beauté comme je l'ai mentionné plus tôt, mais elle était définitivement attirante et sexy. Maintenant que j'ai eu deux rencontres avec elle, toutes très érotiques et sensuelles, elle occupait totalement mon monde. Et elle me devait ce qu'elle avait la dernière fois quand j'étais coincé sous sa table et je ne l'ai pas oublié. Vathsala m'a évité pendant les jours qui ont suivi cet incident, et j'étais plutôt contrarié par tout le problème. « Qu'est-ce que je lui ai fait de mal ? » Je me suis toujours demandé...

65 Des vues

Likes 0

Sœurs, filles, nièces et épouses !

Tout cela s'est passé il y a longtemps. J'étais au travail et je faisais ce que j'ai encore beaucoup de plaisir à faire ....... non ! pas que...... bien que bien sûr je m'engage toujours dans cette activité particulière quand la vraie chose n'est pas disponible comme la plupart des adultes le font, je devrais l'imaginer ! Non, j'observais les femmes au bureau avec qui j'ai eu le plaisir de travailler et je les imaginais engagées dans le genre de choses sur lesquelles on fantasme tous de temps en temps !. J'ai déjà mentionné cela dans d'autres histoires, mais j'ai toujours...

67 Des vues

Likes 0

Attraction interdite 2 (révisée)

Deux ans s'étaient écoulés depuis que M. Connor et moi avons « porté notre relation à un nouveau niveau ». Il était également prudent de dire que nous avions des relations sexuelles dans presque toutes les pièces de l'école... Et ce n'est pas une exagération. Notre situation était assez compliquée. Tim et moi (il détestait quand je l'appelais M. C si nous n'avions pas de relations sexuelles) passions tellement de temps ensemble, mais nous n'étions pas petit-ami et petite-amie... mais en même temps nous l'étions. Je ne sais pas comment vous appelleriez notre relation. Peut-être des amis avec des avantages ou juste son...

48 Des vues

Likes 0

Mon professeur sexy_(0)

La cloche sonna. Mon professeur s'appelait Ella maya. Elle était si chaude. Elle avait des seins énormes qui sortaient, J'ai adoré quand elle se penchait. On pouvait voir son cul. « Lewis, s'il vous plaît restez derrière vous pouvez partir ! » Tout le monde s'est précipité. Je n'ai rien fait de mal ? « Tu veux de l'aide supplémentaire ? On peut aller chez moi maintenant si tu veux ? Je vais téléphoner à tes parents ? Ouah. O-oui s'il vous plaît dis-je. Elle sourit. Elle a ensuite téléphoné à mes parents et nous nous sommes rendus chez elle en voiture. *l'aide est...

60 Des vues

Likes 0

Leur monde partie 3

Je ne sais toujours pas combien d'heures j'ai passé à l'intérieur de ce terrible hangar de stockage en aluminium, ligoté comme un porc... . Qu'avais-je fait de mal ? Qu'avais-je fait pour mériter cette torture inhumaine ? C'était le pire. Je n'avais rien fait de mal. Tout ce que j'ai fait, c'est aider ma femme Monica et son amant Randy à se préparer pour une fête à laquelle ils allaient. Puis, alors qu'ils étaient presque prêts à partir, Randy a commencé à me gifler comme une poupée de chiffon, sans aucune raison. J'avais été parfaitement respectueux envers lui et ma femme...

57 Des vues

Likes 0

La grande guerre 3033 partie 2

Quand Jack venait de terminer sur le champ de tir quand Jack, comment pouvez-vous tirer avec cette arme, tous ceux qui ont tiré avec cette arme ont été brûlés de l'intérieur vers l'intérieur ou ils ont juste été tués. Jack a maintenant remarqué qu'il avait été découvert et a juste dit J'ai ramassé les armes et j'ai juste commencé à tirer. Pourquoi est-ce que quelque chose ne va pas. Jack a demandé. John était maintenant au téléphone pour dire au président qu'ils avaient trouvé l'un des deux Umbra et qu'il ne sait pas ce qu'il est. OK, merci pour...

63 Des vues

Likes 0

A Fantasy Too Far Chapitre 3

CHAPITRE 3 Elle se ressaisit à temps pour aller travailler comme si de rien n'était. Juste un lundi matin normal. Elle supposait que tout bien considéré, elle n'était pas vraiment faite pour être une esclave de sous-sol pour le reste de sa vie après tout, mais vivre son fantasme aurait été mieux si cela avait duré plus longtemps. Bien que tout comme les contes de fées et les comédies romantiques se terminant au mariage, les histoires et les jeux de rôle de briser la volonté d'un esclave kidnappé s'arrêtent toujours après les parties passionnantes. La routine monotone de la vie quotidienne...

21 Des vues

Likes 0

Jument Monté

JoJo est une belle femme musulmane de 36 ans, séparée de son mari depuis un an. Elle est l'amie d'un partenaire commercial du Moyen-Orient. Elle m'a invité à venir chez elle. Elle est arrivée à la maison en même temps que j'arrivais, nous nous sommes salués, sur ce, elle tourne rapidement les talons, et se dirige vers la porte arrière de la maison. Je regarde son cul dans ce jean moulant. Je devais atteindre et ajuster ma bite dans mon pantalon. Je suis mal à l'aise avec ma bite dure dans son alignement actuel. Je gémis intérieurement, imaginant ce que je...

34 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.