SERVICE AVEC UN SOURIRE_(0)

417Report
SERVICE AVEC UN SOURIRE_(0)

UN SERVICE AVEC UN SOURIRE
Comment Sheila a appris à sourire et à le mettre à nu !

Inspiré d'une ration de convoitise de la boîte de Pandore



Par Oediplex 8==3~

[Note de l'auteur : Cela fonctionne ainsi. Je prends un dessin que PB a fait et je raconte l'histoire de cette illusion. J'essaie de faire en sorte que les détails correspondent à l'image, tout en racontant ce que vivent les gens de l'art d'une manière qui titille, stimule et consomme le lecteur/spectateur.]

Le canapé moelleux vert était un coin de paradis pour Sheila. Après une journée debout, sur des talons hauts, poser son cul fatigué sur le canapé était le paradis. Comme ses mollets lui faisaient mal, ses voûtes plantaires à l'étroit, ses cuisses douloureuses à force de trotter derrière le comptoir des billets d'avion. Elle était la responsable de l'équipe de jour (lire jour-merde), le service de réclamation efficace lorsque les clients avaient des problèmes. Lorsqu’ils rencontraient des difficultés, ils n’étaient pas au mieux de leur forme et certains étaient au pire. Sheila a dû se rendre à plusieurs endroits à la fois (parfois deux ou plus) pour gérer les confusions, les plaintes et les gens en colère.

Pas étonnant que ses jambes soient fatiguées. Le pire était le travail constant consistant à sourire et à apaiser les clients. C'était épuisant et cela épuisait également son cerveau, et il ne restait plus un sourire en elle. Pas même pour son joyeux garçon Shawn, le rousse maigre qui essayait toujours de lui remonter le moral. Il était là pour elle chaque fois qu'elle rentrait de son train-train quotidien, surtout si elle devait rester tard. Mais le plus beau sourire qu’elle parvenait à obtenir était pâle et faible. Son fils partageait la crinière ardente, le teint pâle et la silhouette élancée de sa mère, mais avait encore, à son plus jeune âge, perdu son caractère insouciant.

Sheila l'avait été aussi autrefois, mais ce travail lui a vidé son esprit, lui a lavé toute sa vitalité. À la fin des longues heures passées à nettoyer les dégâts et à satisfaire les autres, elle était dégonflée, comme un vieux ballon de fête. Ce travail était nul et elle n'avait pas assez d'énergie pour épargner à son enfant un sourire, juste une grimace, quand elle descendait. Pas même assez de « jus de batterie » pour s'en sortir, alors qu'elle se débrouillait seule avec un vibromasseur et de nouvelles « piles de lapin » en abondance dans le jouet. Elle était de nouveau célibataire, depuis quelque temps déjà, et se donnait des coups de pied il y a quelque temps. Maintenant, sa seule libération sexuelle était la masturbation, et elle n'avait même pas le « umph » pour s'en soucier. Voilà à quel point les choses étaient mauvaises.

Mais elle ne savait pas comment sortir de cette ornière. De plus, elle avait peur d'être rétrogradée, car son caractère s'est emporté et elle s'est même moquée de certains passagers plutôt impolis aujourd'hui. Elle reposa la tête sur le coussin frais du davenport et étendit ses longs membres. Ses bas gris foncé se terminaient par des talons noirs aux pieds et descendaient de l'uniforme bleu royal qu'elle portait. Une blouse d'une seule pièce qui se boutonnait sur le devant et montrait ses jambes galbées. Mais derrière le comptoir, on ne voyait pas grand-chose.

Sauf son beau visage. Encadré par une crinière brillante en forme de carotte et mis en valeur par un rouge à lèvres rubis, son magnifique visage avait transformé de nombreux « râleurs fous » bruyants en clients complaisants. Mais si elle ne pouvait pas sourire ; Vers la fin de la journée, alors que le quart de travail touchait à sa fin, même son expression de confiance et de patience était également usée. Quand ça s'est dissipé, la merde a touché le turbopropulseur. Elle avait donc tendance à se laisser tomber et à faire caca dès son arrivée. « Servir avec le sourire », telle était la devise de l'entreprise. Mais il devenait de plus en plus difficile d’être à la hauteur chaque jour.

Ses yeux étaient fermés alors qu'elle s'allongeait sur les meubles confortables. Puis elle sentit son pied se saisir, le talon de l'enfer s'enlever, puis l'autre. Elle n'a pas ouvert les yeux. Le doux et attentif Shawn commençait un rituel qu'il avait commencé récemment, pour enlever ses chaussures, frotter ses orteils fatigués, lui masser la voûte plantaire et apaiser le tendon d'Achille. Cela a été vraiment apprécié. Et il élargissait ses services, maintenant il lui apportait un verre de vin à siroter. Elle jeta un coup d'œil à la table de bout, oui, à côté de la lampe, un verre de sa rose préférée.

Peut-être qu'elle devrait voir s'il voulait devenir un ragoût, un steward aérien. Il avait une personnalité gagnante, il pouvait faire pire. Mais elle ne voulait pas qu'il grandisse trop vite. Bien trop tôt, il serait assez vieux pour vivre seul, alors s'il voulait s'envoler et découvrir le monde, il pourrait le faire. Comme elle l’avait fait dans sa jeunesse, célibataire et n’ayant pas à élever seule un enfant. Maintenant, son masseur personnel s'est déplacé vers ses mollets. Elle ne voulait pas que ses bas de nylon soient accrochés accidentellement, alors elle a atteint sous sa robe et a attrapé l'arrière de ses collants et a soulevé ses fesses pour les pousser vers le bas.

Elle réalisa qu'aujourd'hui, elle avait laissé l'ourlet de son uniforme monter un peu trop haut et que rien ne couvrait son entrejambe autrement. De son angle à ses pieds, son garçon pouvait voir sa robe s'il regardait. Il était. Qu'attendait-elle de lui ? Il était à cet âge où sa timidité envers les femmes avait disparu, mais son tact et son sens de la pudeur de servante n'étaient pas encore tout à fait mûris. Alors bien sûr, il a regardé. Ce qu'il a vu, c'est le castor nu de sa mère. Pourriez-vous l’appeler un castor s’il était rasé ? La photo de l'entrejambe était celle des lèvres nues, un éclair de chair qui passait en quelques secondes, mais qui était un moment suspendu dans le temps pour le couple. Ensuite, les bas ont été enlevés et ils sont revenus comme avant.

« Nue », le mot lui revint à l'esprit, alors que Shawn continuait à pétrir ses muscles endoloris. Fesses nues, fesses nues, pud nu, chatte à l'état brut ; des souvenirs de jours sales où elle se promenait sans culotte sous sa robe. C'était tellement excitant pour elle, même si elle ne l'avait pas fait depuis un certain temps. Cela l'avait excitée, puis elle avait foutu la cervelle à son petit ami cette nuit-là. Et tous les soirs, parce que chaque jour, elle allait au travail sans maigreur. En fait, c’est ainsi que Shawn a été produit. Puis elle a épousé cet imbécile et il est devenu M. Dud, n'a pas pu garder son travail et a bu. Elle est devenue laide lorsqu'elle a bu de l'alcool, et elle avait peur pour elle et pour la sécurité de son enfant, alors au revoir au gars pas si gentil.

Sheila murmura son approbation du mouvement de son fils vers l'arrière de ses genoux, un point de stress bien sûr. Ses jambes s'écartèrent légèrement pour permettre à son accompagnateur de se rapprocher pour effectuer les manipulations vitales de ses articulations. Elle déboutonna le haut de la robe pour être plus à l'aise, le slip et le soutien-gorge n'ayant rien de nouveau aux yeux de l'adolescente. Sheila a bu une gorgée du délicieux vin. Son corps se détendait, sa tête se sentait mieux, ses jambes sentaient... ses jambes sentaient les mains de son fils bouger vers ses cuisses. C'était bien, peut-être trop bien, car cela provoquait des réactions coquines plus en amont et ce n'était pas bon, car on ne pouvait rien faire contre cette démangeaison.

Mais elle était trop fatiguée pour protester contre quelque chose d'aussi agréable, d'aussi bon, d'aussi érotique. . érotique? Pensait-elle simplement que le contact de son fils était érotique ? Eh bien, et si c'était le cas, c'est son fils, il ne pouvait rien dire par là. Le pourrait-il ? Est-ce que cela signifiait quelque chose pour elle, lorsqu'elle avait accidentellement effleuré l'érection de Shawn avec ses doigts. Un jour, lorsqu'elle est allée le réveiller, elle a baissé la main par inadvertance, dans l'intention d'atteindre sa hanche la plus éloignée, mais elle n'a pas réussi. Cependant, son fils à la tête endormie était debout et allongé d'une manière plus spécifique et sa poigne aurait pu, en quelque sorte, l'avoir fait - s'est appuyée sur la longue bosse sous le drap. Le fait que sa réaction à ce qui se passait était de nature positive était visible visuellement, à la fois physiquement avec le gonflement de son pénis et par son regard surpris mais satisfait. Chacun était un cadeau évident, à son heureuse surprise.

Mais à vrai dire, si elle était honnête avec elle-même, elle avait « accidentellement volontairement » eu un manque à gagner qui s'était traduit par une poignée de personnes. Non seulement cela, elle ne l’a pas regretté non plus ! Mais réfléchissez : et si Shawn pensait que le fait qu'elle lui tripote l'aine était une plaisanterie. Est-ce qu'il remontait sa jupe avec des intentions néfastes et incestueuses, honorables ou non, certainement excitées ! Et à bien y penser, pourquoi cette pensée ne la bouleversait-elle pas ? Au lieu de cela, cela la rendait en quelque sorte impatiente de se cogner les corps, qui pourraient simplement être « accidentellement intentionnels » par l'un ou l'autre !

Les pensées de Sheila étaient comme un microphone résonnant dans sa tête. 'OH! MON! DIEU! - OH MON DIEU! J'ai un faible pour mon fils ! Est-ce qu'il a un faible pour moi ? Est-ce pour cela que ses mains sont si hautes sur ma cuisse ? Ce contact m'atteint ! Oh, qu'est-ce que je vais faire maintenant ? Je suis séduite par mon propre fils, mais j'adore ça ! J'espère que ses doigts remonteront plus haut dans mes jambes. Combien plus loin ? Tout comme ton père l’a fait, jusqu’au bout – TOUT le temps ! Je suis méchant, peut-être méchant de désirer mon unique enfant, mais c'est lui qui a commencé, il a le béguin pour moi depuis un moment.

« Maintenant, il touche le haut de ma cuisse. Je peux sentir la chaleur de ses doigts sur mes lèvres ; que va-t-il faire ensuite ?!' Sheila était pétrifiée par un mélange d’espoir et de peur. Elle attendait de voir quelle serait sa décision audacieuse, car il ne pouvait pas aller plus loin que cela, et ne pas prendre plus que de simples libertés avec sa mère. Pourtant, elle lui donnerait volontiers ces libertés, s'il se montrait assez poli envers sa mère, au point de lui demander gentiment et de lui dire s'il te plaît. Exactement comme elle le lui a appris. Vous devriez toujours avoir les manières les plus courtoises, surtout si vous allez baiser une femme. Encore plus si c'est ta maman !

'OH! OUI!! LÀ!!!' Il touchait son clitoris. La transition s’était déroulée si rapidement qu’elle avait failli être prise au dépourvu. Mais en réalité, elle avait baissé sa garde et laissé les choses avancer. Il connaissait son métier et appliquait de douces caresses. Il y avait eu trop de temps entre les points culminants pour ne plus tenir. Elle offrit un orgasme pour reconnaître qu'il s'agissait désormais d'un désir mutuel. Il l'avait jouée comme si elle faisait de la musique, un instrument pincé et gratté, sans parler du pouce. Femme comme guitare, joue-moi, si je suis juste, on aura l'harmonie quand on fera le mambo horizontal. Ses pensées avaient une imagerie sauvage alors que son paroxysme paradait dans tout son être. Elle avait du sperme.

'BIEN! CELA a soulagé le stress ! » Sheila a retrouvé un peu son équilibre et sa libido en réalisant qu'elle n'avait pas fait l'amour avec son fils. Mais il l'avait gentiment manipulée, de manière experte. Soudain, elle sourit, tout comme Shawn, le petit coquin. Il avait gagné sa confiance. Pourtant, la laissant attendre son heure, jusqu'à ce qu'elle commence à réfléchir aux possibilités entre eux deux. Puis, lorsqu'elle était particulièrement vulnérable, de placer ses mains de plus en plus haut et aussi haut qu'elle le lui permettait. Au moment où ses mains remontaient les derniers millimètres de la cuisse, à côté des lèvres, elle était désormais esclave du besoin de contact entre la mère et le fils.

Contact du genre le plus vilain, du genre le plus méchant ; inceste parent-enfant. Mais il était tout à fait adulte dans ce qu'il avait fait à son plaisir. C'est peut-être pour ça que le sexe était si bon après le travail quand elle était plus jeune, travaillant comme ragoût. Cela a soulagé les tensions. C'était l'excuse utilisée par les capitaines des compagnies aériennes pour enfiler un joli pantalon de ragoût. Bien sûr, si elle n’en portait pas. . . ils ont inventé le Mile High Club pour des filles comme elle. Parfois, les choses se sont tendues au début et il a fallu vérifier les choses dans le trou, le trou de chargement ; il a fallu un officier et un ragoût tous deux pour s'acquitter de cette mission.

Ce n’est pas comme si Sheila n’avait jamais été méchante, ni même méchante, de sa vie ; mais tout à l'heure, elle se rappelait, sinon rajeunie, des jours plus jeunes et des habitudes plus décontractées. De plus, elle se sentait suffisamment revigorée pour faire un grand sourire à Shawn, qui arborait à nouveau son sourire mangeur de merde. « Service avec le sourire », lui a-t-il cité comme devise de l'entreprise et maintenant adoptée comme la sienne pour rendre sa mère heureuse. Il était sûr qu'il pourrait la faire sourire tous les jours, si elle lui permettait de continuer les massages relaxants. Alors peut-être qu’elle pourrait éventuellement commencer à lui rendre un peu la pareille. C'est du moins ce qu'il espérait. Rien de risqué. . .

Il y a eu plus qu'un peu de terrain gagné dans la conquête de la mère par le fils. Mais elle a mis fin à cette journée. Si elle pouvait l'arrêter maintenant, ici à ce stade, sans franchir la ligne plus loin – la ligne avait été franchie, c'était sûr ! Mais si elle pouvait maintenir la GRANDE limite, éviter la partie consanguine, le péché le plus grave de l'inceste ; alors . . . de qui se moquait-elle ? Comme si elle pouvait retenir les marées, reprendre ce raz-de-marée de désir qui les a frappés tous les deux, avec cet acte intime de la faire jouir. Attends une minute! Elle avait du sperme ! Elle a vraiment eu un très bon sperme ! Ne pas perdre de vue cette victoire. Trop longtemps depuis la dernière fois, trop longtemps !

Le lendemain, elle a constaté qu'elle avait un plus grand sourire très tôt et cela a duré presque toute la journée. Il lui en restait même pour Shawn. Elle pensait que s'ils ne pouvaient pas voir derrière le comptoir, ils ne pourraient certainement pas savoir qu'elle ne portait pas de culotte. Le porte-jarretelles, les bas sombres et la combinaison noire étaient tout ce qu'elle portait sous l'uniforme, en dessous de la taille. Cela la faisait sourire, d'être un peu méchante toute la journée, comme elle l'était à l'époque où elle prenait l'avion. Cela lui fit également réfléchir à ce qui pourrait arriver lorsqu'elle rentrerait à la maison ce soir-là. Cela ne la dérangerait pas d'avoir un autre orgasme, si le frottement devenait érotique. Attouchements érotiques par son fils ! Elle ne s'y opposerait pas, peut-être pourrait-elle lui rendre la pareille ?

Quand elle est rentrée à la maison, Shawn avait un sourire qui ne voulait pas s'arrêter non plus. Elle savait que c'était en voyant sa chatte hier et en raison de ce qu'il avait fait, la faisant jouir ; ainsi que de l'accueillir chez elle aujourd'hui. Vous anticipez peut-être un autre spectacle au sol, ou même peut-être une répétition (sinon une avance) du massage de la mère et de la rencontre intime ? C'était du moins ce qu'il souhaitait, c'était évident, ses manières témoignaient de ses désirs. Et ses espoirs n’ont pas été vains ! Sheila était de bien meilleure humeur ce soir-là, et ses « batteries de lapin » internes étaient chargées et prêtes à jouer du tambour, ou était-ce bang ?

Shela s'allongeait sur le divan comme une diva attendant un rendez-vous, comme elle l'était d'ailleurs – attendant un rendez-vous, avec son fils. Shawn était là à la porte pour l'accueillir et l'installa sur le canapé pendant qu'il allait chercher le vin. Elle a réussi à siroter la majeure partie de la rose, pendant qu'il travaillait sur ses pieds et ses mollets, jusqu'à ce qu'il atteigne les parties chatouilleuses. Ensuite, les pièces érogènes étaient certainement les suivantes. Elle s'est assurée que le verre était posé en toute sécurité, car il était peu probable que ce qui allait se passer pendant les moments d'éjaculation soit silencieux. Les choses pouvaient trembler, comme les papillons dans son ventre, qui flottaient.

C'était quelque chose à espérer, toute la journée, quelqu'un avec qui rentrer à la maison. Un corps à avoir et à tenir, pour vous faire jouir est un doux délice, un régal bien mérité en fin de journée. N'entraînent-ils pas les chiens de cette façon ? Leur offrir une friandise en guise de récompense pour leur réussite ? Eh bien, elle avait traversé l'enfer des clients pour être ici, ici de l'autre côté ; et maintenant, elle était prête à « jouir pour son fils » si c'était ce qu'il voulait. Elle n’en doutait pas. Son haut était ouvert et son soutien-gorge desserré. Sa jupe était haute. La culotte était enlevée, elle n'avait jamais été portée de toute la journée. Shawn a commencé son massage.

Ses doigts remontèrent plus haut sur sa jambe, parcourant une trace intérieure le long de ses cuisses. Alors que ses doigts atteignaient le point de non-retour, ils disparurent, la laissant momentanément confuse. Puis elle haleta lorsqu'elles furent remplacées par une paire de lèvres qui commencèrent à mordiller ses pétales. Elle a littéralement crié devant la joie délectable du cunnilingus ; pour cela, cela avait été encore plus long. Maintenant, Sheila se délectait de la tête que sa progéniture lui avait lancée. Ses entrailles se tortillaient de délicieux sentiments de nostalgie, perdues dans un moment de désir, sans se soucier de savoir si c'était bien ou mal, juste le sentiment écrasant de besoin.

Elle avait besoin de son fils. Son pénis dans son vagin, sa bite dans sa chatte, son membre dans ses membranes, sa bite dans sa chatte. Sheila avait besoin que Shawn la baise ; c'était la vérité courte et simple, mais pour durer longtemps, et pas si simple - essayez beaucoup de positions ! Mais à ce moment-là, il avait son attention avec sa langue dans sa chatte. Elle n'allait pas non plus tarder à atteindre son apogée aujourd'hui. Pas de la façon dont ce doigt glissant serpentait le long du delta marécageux jusqu’à son entrejambe. Il la conduisait vers un point culminant exquis, sans pitié dans l'assaut oral prolongé qui était si doux pour sa lenteur !

Le sperme jaillit de son cœur comme une explosion de TNT, le grand O comme dans 'OHH WOW !!' Ouais, c'en était un pour les livres ; eh bien, mieux, il n'a pas été enregistré compte tenu de qui l'avait livré. Ce n'est pas un graphique à l'échelle de Richter que vous pourriez mesurer, mais c'était un très bon gros boum de sperme. Sheila fut un instant hébétée, mais agréablement, puis ses sens commencèrent à revenir un à un. Shawn la regarda avec un visage désordonné et souriant, fier de l'avoir fait jouir une fois de plus et de l'avoir surprise une fois de plus avec ses mouvements fluides pour la faire jouir.

Elle pouvait presque le sentir à la porte de sa féminité tant elle le voulait. Quand il s'est approché pour l'embrasser puis lui donner un français, elle pouvait se goûter, c'était sauvage. Sa érection était aussi gonflée qu'elle allait l'être. Mais juste au moment où elle pensait qu'il allait s'approcher complètement du bélier frontal, il la fit se mettre à quatre pattes. Lorsqu'elle tourna la tête, elle put voir que son tee-shirt blanc était remonté haut sur son abdomen, son short jaune (commando – pas de jockeys aujourd'hui !) descendu autour de ses jambes, sous ses genoux. C'était tout ce qu'il portait à part les chaussettes de sport blanches ; il avait prévu un accès facile à son équipement, au cas où une vis impromptue serait nécessaire.

Chacune de leurs armoires était en position « GO ». Leur position était plus classique en toutou. Il tendit la main vers sa poitrine et lui caressa le sein gauche. Il sortait du soutien-gorge et le bonnet rose avec le bouton dressé dépassant, était là pour que ses yeux capturent également cette image, un souvenir pour la vie. Son slip noir était ceinturé autour de sa taille, sans aucune barrière pour le bâton droit qui lui piquait le derrière. Sans aucun vêtement sur elle qui offrait ne serait-ce qu'un minimum de barrière entre sa bite exposée et sa chatte nue, elle était également prête à jouir quoi qu'il arrive. Avec une main sur l'accoudoir et un tour de tête, la mère rousse encourageait son garçon à faire en sorte que sa visée compte, que la cible était à portée et qu'elle était ouverte.

Son fils a demandé de manière incongrue : « Quand vous étiez petite, avez-vous déjà eu envie de jouer comme si vous étiez un poney ? Ensuite, pensez à cela comme si vous étiez la pouliche et que je fournissais un étalon. Sheila s'est lancée dans le fantasme, elle était la jument, lui le jeune étalon amené pour l'élever. Elle pouvait maintenant vraiment sentir la virilité de son fils picorer ses tissus tendres. Il était en fait là maintenant avec son Peter brûlant et pointu qui le poussait et cherchait son lieu d'origine, son ventre. Le chemin était inondé de la lotion accueillante de sa propre excitation, il trouva l'entrée et commença à la pénétrer. Le pourboire est entré comme s'il était plongé dans du beurre chaud,

La hampe qui suivit était ferme et solide, elle semblait donc encore plus longue que les plus de six pouces avec lesquels il devait la remplir. Ce muscle de l'amour ne se gênait pas pour faire ses affaires, il s'y plongeait avec confiance. Les mains de Shawn serraient ses hanches et la guidaient d'avant en arrière sur la viande chaude qui lui caressait la chatte par l'arrière. Elle était la pouliche, lui le cheval mustang qui la montait, sa semence serait un flot de sperme équin. Elle sentait sa féminité être en œstrus, prête pour cette poussée spéciale d'élan masculin. C'était si sensuel et stimulant, ce fantasme de cheval, qu'elle se débattait, hennissait et secouait sa crinière enflammée, tandis que les couilles de son poulain cognaient contre son clitoris. Le rythme s'accélérait, le trot devenait chantre, le galop de leur apogée à quelques secondes.

Ensuite, ils émettaient des bruits de gifles totalement bâclés tandis que leurs chair se frappaient ensemble dans un sérieux « choc de corps », comme elle y avait pensé, hier encore. Les voilà, au-delà de la ligne, la GRANDE démarcation, l'inceste ultime, la vilaine chose qu'elle n'était pas censée faire avec son fils, le mambo horizontal. Mais mon Dieu ! C'était amusant, et mon Dieu, est-ce que cela a relâché la tension. Mais pas d’avoir à traiter avec les clients, réalisa Sheila. C'était le petit stress d'attendre qu'il soit temps de rentrer à la maison et d'être accueilli avec un sperme fabuleux ! C'est pourquoi ils devaient vérifier la soute, parfois les gens étaient tellement excités qu'il s'agissait de rapports sexuels spontanés, de sexe à la volée, pour ainsi dire !

C'est ce qui l'a gardée souriante toute la journée, l'idée de retrouver le contact intime avec son petit. Qui était maintenant enfermé dans sa chatte avec sa bite alors qu'elle jetait son écume dans son vagin, dans l'utérus même d'où il était sorti il ​​y a si longtemps. Elle s'est laissée avoir l'orgasme gigantesque qu'elle avait gardé toute la journée, sa crème ornée de son foutre, elle pensait qu'elle avait une serviette dans son petit sac à main qui pendait toujours autour de son cou, n'ayant même pas eu la chance de la jeter, d'autant qu'elle était échevelée autrement. Puis elle se retourna de nouveau et rit. Bon sang, c'était un vieux canapé, il pouvait y avoir des taches dessus ; s'ils étaient issus de cette activité, tant mieux !

« Maintenant maman, ma jument rouanne, tu as bénéficié d'une saillie. N'oubliez pas qu'il s'agit d'un « service » avec le sourire !

Et depuis, chaque jour, Sheila était heureuse dans son travail, rendant « service avec le sourire », parce qu'elle ne portait pas de culotte et qu'elle avait un corps qui l'attendait à la maison. Son fils, qui la faisait sourire en étant son intendant personnel, lorsqu'elle voulait voler. Ils ont créé leur propre petit groupe de deux, le club « Smile Wide ». Elle a montré à Shawn ce qu'on pouvait faire dans le trou, ni avion, ni simple ! Le canapé en peluche verte était un coin de paradis pour Sheila, après une journée debout, voir son garçon lui baiser les fesses nues sur le canapé était paradisiaque. Elle était de nouveau parmi les nuages.

Articles similaires

Assistance médicale

Le premier signe était la douleur. Ce n'était pas tout le temps, ça le frappait à différents moments de la journée. Une sorte de battements et de douleurs qui augmentaient et diminuaient progressivement. Cela a commencé il y a quelques années, après qu'il ait quitté l'église. Lorsque le pasteur s'était fait prendre en train de frapper le directeur de la chorale après les heures de travail, Derek James avait enfin vu la lumière, pour ainsi dire. Toutes ces années, en grandissant dans l'église, les gens lui ont dit que le sexe était mauvais, qu'il ne fallait pas se toucher, qu'il attendait...

1.4K Des vues

Likes 0

Genoux écorchés

C'était dimanche, une journée complète de congé. Cela signifiait que j'avais toute la journée à consacrer à mon autre travail, celui sur lequel j'aurais dû me concentrer il y a des années. J'avais prévu de faire un travail sérieux sur ma thèse. Du mauvais côté de mon trente-cinquième anniversaire, moi, Joseph Middleton, j'étais un collégien. J'étais un élève moyen au lycée. Mes notes n'étaient pas assez bonnes pour entrer dans une université décente, ce qui ne m'importait pas à l'époque. Je ne me souciais pas de grand-chose à part traîner avec mes amis et essayer de baiser. Le problème était que...

1.4K Des vues

Likes 0

Boutique de bonbons

Ok commençons par les détails. J'ai 16 ans, environ 6 pieds de haut et un poids moyen d'environ 75 kg oh et mon nom est franc (je sais que c'est un faux nom ces jours-ci) C'était la fin des vacances d'été et je revenais du magasin de donna kebab quand j'ai vu la fille qui était dans mon cours de géographie et je l'aimais secrètement. Elle s'appelle brenda, elle mesure environ 5 pieds 7 pouces et elle était plutôt mince mais pas trop, ses seins ne sont pas les plus gros de l'école, mais ils lui vont quand même bien. Alors...

1.3K Des vues

Likes 0

Une femme Père Noël rencontre le chien de garde..._(1)

C'était serré. Très serré. Elle se souvint soudain de la maison de l'année dernière alors que sa robe moulante grattait les murs couverts de suie de la cheminée. Belle maison, grand salon... résident chaud. Elle sourit alors qu'elle se traînait plus loin le long des murs de briques, sentant soudain une brise monter du foyer, un ruisseau de porte sous elle. Quelqu'un venait soit de sortir... soit d'entrer dans la pièce. La brise souleva sa jupe et elle frissonna. Pas la nuit pour se passer de culotte, pensa-t-elle. Là encore, elle a dû laisser quelque chose pour un cadeau. Elle retint...

1.3K Des vues

Likes 0

FAMILLE DE 4_(0)

[b]FAMILLE DE 4, FAMILLE ENSEMBLE Ma femme Pari, sa sœur cadette (d'un an), Ara, et leur mère, Mae. 3 Mesdames – et moi, homme de la maison pour ainsi dire, notre Famille. C'est devenu un rôle assez épuisant. Là où nous vivons en Asie, je suis un étranger, né en bas. Mais je vis en Asie depuis longtemps maintenant et je comprends à quel point la famille est importante. Dans le cas de la famille de ma femme, son père est décédé (de maladies liées au tabagisme et à l'alcool) il y a plus de 15 ans ; depuis lors, les 3 Dames...

1.1K Des vues

Likes 0

Mes potes maman

Il s'agit de la mère de Russell. Pour commencer, je m'appelle Jay et mon meilleur ami pendant la majeure partie de ma vie a été Russell et c'est à peu près mon 18e anniversaire. Eh bien au moins la célébration de celui-ci le week-end suivant mon 18e anniversaire. Comme j'étais encore au lycée, j'ai dû attendre le week-end suivant pour me lancer et c'est exactement ce que Russell et moi avions prévu. Donc, tôt vendredi soir, je me suis rendu chez Russell pour le chercher avec des plans pour que nous nous rendions tous les deux à la cabane de mes...

815 Des vues

Likes 0

Beca

C'est l'histoire vraie de la façon dont j'ai perdu ma virginité à l'âge de quatorze ans. -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- --------------------------------- Avez-vous votre crème solaire? mon père m'a demandé. Non, je le mettrai à la fête, répondis-je. Nous étions dans la voiture pour une fête chez mes amis. Elle s'appelait Genna et nous allions à l'école ensemble depuis plusieurs années. J'étais excité pour cette fête dans un seul but. Alors que je réfléchissais à la raison, mon esprit est revenu à la conversation que j'avais eue en ligne avec l'une des filles de ma classe. (Noms d'écran inventés) D-Rock16 : Salut BeccaP69 : Hé, watsup...

760 Des vues

Likes 0

Harry Potter et le grimoire des désirs - Chapitre 31 - Potions correctives

Harry Potter et le grimoire des désirs Chapitre trente et un – Potions correctives Avertissement : Cette histoire ne reflète pas les attitudes ou les personnages de la série Harry Potter, et n'a aucune affiliation avec son auteur. Codes histoire : Mf, x-mast, ncon, reluc, tarte à la crème, magie, unif, voy L'école de sorcellerie et de sorcellerie de Poudlard était devenue un terreau fertile pour le sexe, le scandale et la grossesse chez les adolescentes au cours du mois d'avril. Harry, Ron et Hermione étaient au centre de la polémique, et même si les élèves de quatrième année savaient que...

691 Des vues

Likes 0

Le meilleur dresseur de levrette

Intro : une mauvaise histoire d'une mauvaise fille ; adultes d'âge légal mais très coquins. Ce n'était pas ma première fois, mais je ne l'ai pas refait depuis et ce n'est pas mon truc... comme suit : Temps de jeu ensemble pendant les vacances Alors Mr Boyfriend Jake et moi (une de ses salopes) décidons de partir ensemble en vacances dans un appartement pas cher en ville : pour essayer de cohabiter pendant une pause de deux semaines. Voici l'histoire très sordide de ce qui s'est passé (partie 1 d'au moins 3) Comme tout ce qu'on voulait faire c'était baiser, ça...

619 Des vues

Likes 0

Avocat du sud sexy

Anna est allée se coucher et est occupée à faire des projets en m'entendant rentrer à la maison. Je suis en Caroline du Sud pour aider Anne dans un procès. L'une des caractéristiques de la maison qu'elle loue est qu'elle n'avait pas de salle de bain attenante. Le lendemain matin, Anne a attendu jusqu'à ce qu'elle m'entende bouger, puis elle s'est dirigée vers la salle de bain entre nos chambres. Elle portait un string et couvrait à moitié ses seins fermes avec une serviette. Comme elle l'avait prédit, elle me croise dans le couloir et tombe par hasard sa serviette. Je...

500 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.