Maman m'a attrapé, moi et papa

171Report
Maman m'a attrapé, moi et papa

Je suis journaliste d'investigation pour un journal de taille moyenne dans l'État de Californie. J'écris également des articles indépendants pour divers magazines. Je suis donc toujours à la recherche d’histoires d’intérêt humain. Je connaissais une histoire qui m'a fasciné et qui s'est produite il y a plusieurs années. Il n'avait été publié que dans des articles de journaux, mais je pensais que je pourrais peut-être vendre un article de fond à ce sujet. Mais pour être publié, il faudrait un récit extrêmement soigneusement rédigé.

Il y a quelques années, un homme de ma ville natale a été condamné à plusieurs années de prison pour rapports sexuels illégaux avec sa fille mineure. Son nom n'a jamais été rendu public mais j'avais des sources au sein de la police qui m'ont fourni ses coordonnées. Elle avait maintenant 19 ans et je voulais l'interroger sur ce qui s'était passé. Je l'ai contactée et après de nombreux échanges, elle a accepté d'être interviewée, principalement parce qu'elle pensait que son père avait conclu une mauvaise affaire et qu'elle voulait remettre les pendules à l'heure. Voici l'interview inédite. Évidemment, la plupart de ce qui a été dit n’a pas pu être publié.

Journaliste : Merci d'avoir accepté cette interview. J'essaierai d'éviter d'être trop clinique dans les détails.

Fille : C'est bon. Je veux que la vérité soit connue.

Journaliste : Je comprends que votre famille était impliquée dans le nudisme, particulièrement à la maison. Est-ce exact?

Fille : Oui, nous n’avons jamais porté de vêtements à la maison. Et mes parents fréquentaient les plages nudistes et les centres de villégiature nudistes. Je ne les ai accompagnés que très peu de fois quand j'avais 12 et 13 ans.

Journaliste : Quand vous étiez tous nus chez vous, trouviez-vous étrange de voir le pénis de votre père ?

Fille : Quand on n’a jamais connu d’autre style de vie, quelque chose comme ça semble tout simplement normal. Je n’y ai jamais pensé quand j’étais plus jeune. C'était juste cette drôle de chose qui pendait.

Journaliste : On dirait que vous y avez peut-être réfléchi en vieillissant.

Fille : Oui, à un moment donné, j'ai commencé à être fascinée par son pénis.

Journaliste : Quel âge aviez-vous lorsque cela a commencé ?

Fille : J'avais 16 ans.

Journaliste : Pouvez-vous estimer quelle était sa taille ?

Fille : Je ne sais pas ce que cela a à voir avec quoi que ce soit, mais à l’époque, je pensais que c’était énorme même si je n’avais rien à quoi le comparer. Si je devais deviner, je dirais qu’il mesurait environ 5 pouces de long et qu’il était très épais.

Journaliste : Wow, c'est assez gros. Je suppose que vous parlez de son pénis dans son état flasque ?

Fille : Oui, il était beaucoup plus gros lorsqu'il était complètement dressé.

Journaliste : Comment en êtes-vous arrivé à le voir avec une érection ? Et c'était courant ?

Fille : Non, c'était très rare. Quand j'avais environ 15 ans, il m'est arrivé de voir mes parents impliqués dans des relations sexuelles. Totalement par hasard. Je ne pouvais vraiment pas voir grand-chose mais je savais que le pénis de mon père devait être en érection pour faire ce qu'ils faisaient.

Journaliste : Alors, dans quelles circonstances avez-vous réellement pu observer le pénis en érection de votre père ?

Fille : Il regardait la télé quand il s'est endormi. J'étais assis à côté de lui sur le canapé et j'étais maintenant très fasciné par son pénis. Je le regardais quand il a commencé à trembler. J'ai regardé mon père pour voir s'il était réveillé, mais il dormait définitivement. Alors que je regardais sa queue… oups, désolé, je veux dire son pénis… il semblait grossir. Et de plus en plus gros. Finalement, il se tenait debout sur ses genoux et c'était énorme. Il devait mesurer 8 ou 9 pouces de long et être très épais. Le prépuce était complètement replié, exposant une tête engorgée très brillante. Maintenant, j'étais complètement fasciné par ce que je voyais. Mon père a commencé à émettre des gémissements et à pousser ses hanches d'avant en arrière, presque comme s'il avait des rapports sexuels. Son pénis bougeait de haut en bas. J'étais totalement fasciné par ce que je voyais. Mon père a laissé échapper ce long gémissement et cette substance blanche a commencé à sortir de sa queue… je veux dire de son pénis. Des jets après jets de ce truc gluant éclaboussaient tout lui ainsi que le canapé. Quelques gouttes sont même tombées sur moi. En voyant cela, mon corps tout entier s'est rempli d'excitation, en particulier entre mes jambes.

Journaliste : Votre père s'est-il réveillé ?

Fille : Oui, et il était terriblement gêné. Il a commencé à s'excuser et n'a cessé de répéter à quel point il était désolé. Il a essayé d'expliquer comment les hommes font parfois des « rêves humides » dans lesquels ils rêvent d'avoir des relations sexuelles et c'est si réaliste que cela les amène à avoir un orgasme et à éjaculer le sperme de leur pénis. Je n'avais jamais entendu parler d'une telle chose mais je n'avais que 16 ans. Bien sûr, je le croyais parce que c'était la seule explication logique de ce qui s'était passé. Papa m'a demandé de courir dans la salle de bain et d'apporter un gant de toilette mouillé et une serviette pour qu'il puisse nettoyer.

Journaliste : Et vous ?

Fille : Oui, et quand je suis revenue, je lui ai tendu la serviette, j'ai pris le gant de toilette et j'ai commencé à tamponner le sperme qui recouvrait la tête de son pénis. Mais il m'a arrêté et m'a dit qu'il serait inapproprié pour moi de toucher son pénis désormais semi-dur. Mais j'ai insisté pour pouvoir l'aider à nettoyer. Je lui ai dit que je l'aimais et que je voulais juste l'aider. J'ai saisi la tige de son pénis, je l'ai soulevé et j'ai essuyé le gant de toilette partout. Pendant que je faisais cela, il a pris la serviette et a essuyé le sperme sur le canapé, ses jambes et son ventre. J'ai probablement passé plus de temps à essuyer son pénis que nécessaire, mais je l'ai définitivement nettoyé. Cela aurait pu être mon imagination, mais j'avais l'impression que ça devenait à nouveau difficile. Je me rends compte que lorsque j'ai retiré son prépuce pour récupérer le sperme qui s'y était accumulé, cela était probablement très excitant pour lui et il devenait de nouveau dur. C’est à ce moment-là qu’il m’a arrêté, c’est sûr.

Journaliste : Alors, qu'avez-vous ressenti après avoir vu son éjaculation involontaire ?

Fille : J'étais très excitée. Ma fascination pour son pénis venait d'être multipliée par dix. Le reste de la journée, j'ai revécu ce moment où le sperme a commencé à jaillir de son pénis. Je me souviens avec beaucoup de détails de la façon dont la tête de son pénis était très brillante et d'une couleur violet foncé. Comment les veines ressortaient sur la tige rigide. Je n'aurais jamais cru qu'une bite pouvait être aussi attrayante. Je pensais que c'était la plus belle chose que j'aie jamais vue.

Journaliste : Ne pensez-vous pas que c’était étrange qu’une fille de seulement 16 ans ait ces pensées ?

Fille : Je n'y ai rien pensé, mais après que mon père a été condamné, le tribunal m'a fait consulter un thérapeute parce que le tribunal avait peur que j'aie été traumatisée par cette expérience. Je ne l’étais pas. Mais le thérapeute m'a expliqué que les femmes sont programmées pour réagir favorablement à un pénis en érection mais pas à un si jeune âge. J’étais donc définitivement plus avancée sexuellement que beaucoup de filles de mon âge.

Journaliste : Alors, que s’est-il passé ensuite ?

Fille : J'étais tellement excitée de voir l'éjaculation violente et abondante de mon père que j'avais hâte de la revoir. Je me suis approché timidement de lui, de nouveau sur le canapé du salon quelques jours plus tard, et je lui ai demandé si je pouvais le voir « photographier à nouveau ses affaires ». Il a dit qu’il n’était pas convenable pour un père d’éjaculer en présence de sa fille, surtout devant une si jeune. Il a dit que la première fois était purement accidentelle et que cela ne pourrait plus jamais se reproduire. J'ai dit "Mais papa, voir ton pénis devenir vraiment gros et dur et ensuite tirer ce truc blanc et gluant était très excitant pour moi. S'il vous plaît, s'il vous plaît, laissez-moi le revoir.

Journaliste : Et qu’a-t-il fait ?

Fille : Il a commencé à expliquer en détail les trucs sexuels. Il m'a dit que la « substance gluante » s'appelait sperme et que le terme le plus courant était « sperme ». Je lui ai demandé ce que ça faisait lorsque le « sperme » commençait à jaillir. Il a dit que c'était la meilleure sensation au monde. En expliquant cela, j'ai remarqué que son pénis commençait à se contracter et à s'agrandir. Je lui ai demandé s'il avait une érection. Il a dit peut-être.

Journaliste : Alors qu’avez-vous fait ?

Fille : Franchement, j’ai été submergée par l’émotion. En regardant sa grosse bite et en réalisant que ça devenait dur, je n'ai pas pu m'en empêcher alors j'ai tendu la main et je l'ai saisi. Une décharge électrique a semblé traverser mon corps lorsque j’ai enroulé ma main autour de lui. Je pouvais le sentir gonfler dans ma main. J'ai commencé à caresser ma main de haut en bas sur toute sa longueur. C’est devenu encore plus difficile. Papa a essayé de s'éloigner de moi mais je ne lâchais pas. Lorsque la tête violette de son pénis est sortie, quelque chose de vraiment étrange m'a envahi et je me suis rapidement penché et j'ai déposé un baiser humide et bâclé sur la tête. Il avait l'air si attrayant que j'avais envie de l'embrasser.

Journaliste : Votre père a-t-il essayé de vous arrêter ?

Fille : Oui, il m'a repoussé et m'a crié dessus. "Tu ne peux pas faire ça!"

Journaliste : Qu’avez-vous fait alors ?

Fille : J'ai réussi à maintenir ma prise sur sa bite dure et j'ai glissé toute la tête dans ma bouche. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai commencé à le sucer aussi fort que possible. Je ne connaissais rien aux pipes à l'époque, mais je sais que les bébés fraîchement nés sont programmés pour sucer les seins de leur maman et je suppose que ce désir inné de sucer s'appliquait au fait que je voulais sucer la bite de papa.

Journaliste : Qu'a fait ton père alors ? A-t-il quand même essayé de vous faire arrêter ?

Fille : Oui, il a essayé, mais je pouvais dire que sa résistance commençait à faiblir. Je suppose que je savais que sucer sa bite de haut en bas lui faisait du bien. En le voyant avoir des relations sexuelles avec ma mère, je savais que les allées et venues faisaient partie du sexe. Et je savais aussi que ma bouche gourmande qui montait et descendait sur son pénis rigide devait lui faire du bien.

Journaliste : Vous n’avez jamais mentionné les testicules de votre père, ou comme on l’appelle plus communément, ses couilles ou ses noix. Étaient-ils tout aussi attrayants.

Fille : Oui, il avait de très grosses couilles. Lorsque son pénis était flasque, ses couilles pendaient presque jusqu'à sa queue.

Journaliste : Alors, avez-vous prêté attention à ses couilles pendant que vous le suciez ? Je sais que les hommes aiment ça.

Fille : Je ne savais rien de ce genre de choses. Je n'avais que 16 ans et je n'avais jamais eu aucune expérience sexuelle. Mais ses couilles étaient là et je les ai saisies avec mon autre main. Une main saisissant la tige de son pénis, l'autre main prenant ses noix en coupe et mes lèvres glissant de haut en bas sur sa bite rigide. Je ne pouvais pas mettre plus que la tête dans ma bouche sans m’étouffer. Mais mes lèvres glissaient d'avant en arrière sur le prépuce replié juste derrière la tête. Et j’ai appris depuis que c’est la partie la plus sensible du pénis d’un homme.

Journaliste : Vous l'avez fait jouir ?

Fille : Je suppose que j'aurais dû m'y attendre, mais ce fut quand même un énorme choc lorsque sa bite a commencé à pomper une énorme charge de sperme dans ma bouche. J'aurais arrêté de sucer dès que j'ai senti le sperme couler dans ma gorge, mais il tenait ma tête maintenant et continuait à bouger ma tête de haut en bas sur sa queue pendant que le sperme continuait à gicler. Une grande quantité de sperme jaillit des côtés de ma bouche tandis qu'un tas d'autres coulaient le long de sa hampe et recouvraient mes mains et ses couilles. Cela semblait être beaucoup plus de sperme que ce qu'il avait projeté lors de son rêve humide.

Journaliste : Alors que s’est-il passé ?

Fille : Je suis sûre que cela n'a duré que quelques secondes, mais cela a semblé une éternité que son sperme a continué à jaillir. Et même après que le jet ait cessé de jaillir, il voulait que je continue à le sucer pendant un bon moment. Depuis, j'ai appris que la sensation d'orgasme peut persister pendant un certain temps après l'arrêt du sperme. On arrive alors au point où le pénis de l’homme devient si sensible qu’il ne supporte plus les caresses ou les succions.

Journaliste : Quel a été votre sentiment à propos de toute cette expérience à ce moment-là ? Était-ce une expérience agréable pour vous ? Avez-vous vraiment aimé lui sucer la queue et prendre sa charge de sperme dans votre bouche ?

Fille : J'étais au paradis. J’étais juste désolé que cela n’ait pas duré plus longtemps. Je me sentais très puissant de pouvoir faire jouir mon papa.

Journaliste : Qu’en a-t-il dit ?

Fille : Je sais qu'il se sentait coupable. Il savait qu'il aurait dû m'empêcher de le sucer. Il m'a dit que nous ne pourrions plus jamais recommencer. Je lui ai demandé : « Mais ça ne faisait pas du bien, papa ? Il a dit que c'était l'un des meilleurs sentiments de sa vie, mais que ce n'était pas bien pour une fille d'avoir des relations sexuelles avec son père. Je lui ai demandé : « Mais comment quelque chose qui fait du bien peut-il être faux ? Il n'avait pas de réponse.

Journaliste : Alors, c’était fini ?

Fille : Je suppose qu'il voulait que ce soit la dernière fois parce qu'il savait que c'était mal. Mais comme on dit, un connard raide n'a pas de conscience. Je n’allais pas laisser ça être la dernière fois.

Journaliste : Comment avez-vous réussi à continuer à avoir des relations sexuelles avec votre père ?

Fille : Maman devait aller travailler très tôt. Le travail de papa a commencé plus tard, il avait donc quelques heures pour rester au lit après le départ de maman au travail. Alors un matin, après le départ de maman, je me suis glissé dans le lit avec lui. Il s'était rendormi ou peut-être ne s'était-il jamais réveillé. Il ne dormait qu'en t-shirt donc j'ai pu avoir immédiatement accès à son pénis. Je me suis glissé très soigneusement sous les couvertures, j'ai glissé la tête molle de son pénis dans ma bouche et j'ai commencé à sucer. Peut-être qu’il a fait semblant mais il ne s’est pas réveillé tout de suite. En suçant son gland, j'ai senti qu'il commençait à grossir. Au moment où il était complètement en érection, il s'est réveillé. Il a essayé sans enthousiasme de me repousser, mais à ce moment-là, je sais que le sentiment devait être si bon pour lui qu'il ne voulait vraiment pas que j'arrête.

Journaliste : Alors, vous l'avez encore sucé ? Jusqu'à ce qu'il vienne ?

Fille : Oui. Savoir à quoi m'attendre cette fois m'a permis de prendre plus facilement sa charge dans ma bouche. Alors que le sperme commençait à jaillir, j'ai continué à l'avaler aussi vite que possible et j'ai réussi à tout boire sans qu'il ne sorte de ma bouche et ne fasse de dégâts. Pendant tout le temps qu'il jouissait, je caressais et caressais ses couilles.

Journaliste : Qu'a-t-il dit après avoir fini de jouir dans votre bouche ? Avait-il des remords ?

Fille : Non, je ne pense pas qu’il ait ressenti le moindre remords. Je pense que l'orgasme était tout simplement trop agréable pour qu'il ressente du chagrin. Et même après que la dernière goutte de sperme soit sortie, j'ai continué à sucer paresseusement son gros pénis. En fait, je l'ai sorti de ma bouche à un moment donné, j'ai pressé la base jusqu'à la tête, j'ai fait sortir une grosse goutte de sperme et je l'ai léchée avec ma langue. Au début, je n'étais pas trop fou du goût du sperme, mais je m'y habituais de plus en plus. Je sais qu'il a été quelque peu choqué de la rapidité avec laquelle j'étais devenu adepte de le faire jouir.

Journaliste : Alors, que s’est-il passé ensuite ?

Fille : Je voulais le faire jouir à nouveau. Je ne savais pas que les hommes avaient généralement besoin d'un certain temps d'arrêt entre les éjaculations, mais je suppose que s'ils sont suffisamment excités, cela peut arriver assez rapidement. J'ai commencé à caresser son pénis pendant que je léchais et embrassais la tête. Il est devenu dur assez vite. En fait, après qu'il ait joui, son pénis n'est jamais devenu totalement mou, donc il n'en fallait pas beaucoup pour le faire bander. Je ne voulais plus le sucer parce que j'étais très obsédé par l'admiration de sa bite dressée. Je ne pouvais pas le voir avec ça dans ma bouche. Papa était allongé sur le dos et j'étais à genoux entre ses jambes, caressant son énorme bite pendant que je la regardais. Je voulais voir de combien de façons différentes je pouvais le frotter, le caresser et l'admirer en même temps.

Journaliste : De quelle manière avez-vous massé son pénis ?

Fille : Bien sûr, je n'avais jamais vu tout ce qu'une femme peut faire à la bite d'un homme, mais je savais que toute sorte de friction lui ferait du bien. J'ai pris mon pouce et mes doigts et j'ai massé la tête, en alternant entre frotter la tête et la serrer. De temps en temps, je me penchais et plantais un baiser ou un léchage de langue sur la tête brillante. Ensuite, je glissais mes doigts jusqu'à la zone juste en dessous de la tête et y massais son pénis. Je savais que cela lui faisait du bien car il se tortillait et gémissait. Ensuite, je prenais son prépuce et le faisais glisser d'avant en arrière. Papa m'a expliqué plus tard qu'il avait été partiellement circoncis. Il a dit que cela s’appelait une « coupe allemande ». Ce qui se passe, c’est que seule la partie du prépuce qui dépasse l’extrémité de la tête est retirée. Lorsqu'il est flasque, avec le prépuce complètement en avant, seul le bout du pénis est exposé. Lorsque sa queue devenait dure, le prépuce roulait automatiquement tout seul et se regroupait sous la tête. La tête de bite aurait en quelque sorte l’air d’être sortie d’elle-même.

Journaliste : Je n’en ai jamais entendu parler. Mais cela ressemble à un prépuce qui pourrait être très amusant.

Fille : Oui, je pense que c'est le meilleur des deux mondes. Assez de prépuce pour rouler d'avant en arrière sans l'aspect de trompe d'éléphant que certains pénis non coupés ont. Bien sûr, je ne le savais pas à l'époque, mais maintenant que j'ai été avec quelques mecs non circoncis, je peux apprécier à quel point la queue de mon père était gentille.

Journaliste : Souhaitez-vous ajouter autre chose ?

Fille : Oui, pendant que je massais et serrais la tête, j'ai remarqué que ce liquide clair commençait à suinter de son pénis. Un long cordon coulait sur son ventre. Une partie est tombée sur mes doigts et c'était super glissant. J'ai demandé à papa s'il jouissait et il a dit qu'il ne jouissait pas mais que ce truc glissant s'appelait pré-éjaculatoire. Il m'a dit que lorsqu'un homme est très excité, du pré-éjaculation commence à suinter de son pénis. Il a dit que le but est de rendre la bite de l’homme glissante afin que lors des rapports sexuels, la bite glisse plus facilement dans le vagin de la femme. Il m'a dit que c'était vraiment bon comparé au sperme.

Journaliste : Alors, vous l'avez goûté ?

Fille : Oui, j'en ai léché un peu sur la tête de sa queue et ça avait un goût agréable.

Journaliste : Quand votre père a parlé du pré-éjaculation facilitant l'entrée du pénis de l'homme dans le vagin de la femme, cela vous a-t-il donné des idées ?

Fille : Oui, j'avais déjà eu l'idée que papa mette sa bite dans mon vagin. Mais j’avais peur que ça fasse vraiment mal parce qu’il était si grand. Mais quand j'ai entendu dire que le pré-éjaculation était d'une grande aide pour glisser une grosse bite dans un vagin serré, cela m'a fait penser que cela pourrait être possible. J'avais déjà fantasmé sur ce que cela pourrait être d'avoir une bite glissant dans et hors de ma chatte. Alors j'ai dit "Papa, puisque ton pénis est maintenant couvert de pré-sperme, tu penses que tu pourrais le glisser dans ma chatte ?" Il m’a regardé avec horreur et a dit : « Cela n’arrivera jamais. C’est déjà assez grave ce que nous faisons maintenant, mais il est impossible que nous ayons des relations sexuelles. Même avec le pré-sperme recouvrant mon pénis, cela te ferait beaucoup trop mal.

Journaliste : Alors, alors que les rapports sexuels sont hors de propos, l'avez-vous fait jouir à nouveau en le masturbant ?

Fille : Oui, ça n’a pas pris longtemps. Je ne le savais pas à l’époque, mais avec le recul, je suis quelque peu surpris de la rapidité avec laquelle il est venu une deuxième fois. La plupart des gars avec qui je suis depuis mettent beaucoup de temps à jouir la deuxième fois. Rétrospectivement, je suppose que la conversation sur le fait qu'il m'ait baisé l'a suffisamment excité pour qu'il n'ait pas fallu longtemps pour jouir.

Journaliste : Qu'avez-vous fait lorsqu'il a commencé à gicler ?

Fille : Eh bien, à ce moment-là, je savais que des trucs blancs et gluants voleraient partout et feraient des dégâts, alors je me suis rapidement penché, je l'ai pris dans ma bouche et je l'ai sucé à sec.

Journaliste : Vous étiez assez avancé sexuellement pour un enfant de 16 ans.

Fille : Eh bien, je ne savais rien. Je n'avais jamais eu d'expériences sexuelles. Je n'avais même pas vu de porno pour me donner des idées sur quoi faire. Je laisse simplement mon instinct naturel me permettre de faire ce qui me fait du bien et qui me plaît. De plus, je voulais vraiment faire plaisir à mon père et j'ai vite réalisé que l'une des meilleures façons d'y parvenir était de lui faire tirer son sperme.

Journaliste : Votre père a-t-il fait quelque chose pour vous procurer du plaisir sexuel ?

Fille : Il m'a dit qu'il se sentait coupable d'être le seul à avoir des orgasmes et qu'il voulait m'en donner aussi mais que nous ne pouvions pas avoir de rapports sexuels. Il a donc essayé de masser mon clitoris avec son doigt et sa langue. C'était bien et j'ai eu quelques orgasmes mais pour être honnête, c'était beaucoup plus amusant et satisfaisant pour moi de le faire jouir. Donc la plupart de notre temps ensemble, c'était moi qui le faisais jouir. Je sais qu'il aimait me sucer la chatte parce que souvent, lorsque nous commencions à jouer, sa bite était douce et dès qu'il commençait à me sucer la chatte, elle devenait immédiatement complètement dure. Alors lécher et sucer ma chatte était très excitant pour lui. Sa bite deviendrait dure plus vite que si je la caressais ou la suçais. Donc la plupart de nos séances ensemble commençaient avec lui en train de me sucer la chatte. Il m'a également présenté "69", ce qui était amusant mais quelque peu distrayant.

Journaliste : Qu’entendez-vous par « distraire » ?

Fille : Quand il me suçait la chatte, il m'était difficile de me concentrer sur sa bite. Alors parfois, nous commencions en position « 69 » mais nous allions assez vite vers moi juste en le suçant. Je pense qu'il préférait ça aussi parce que je suppose que me sucer pendant que je le suçais était distrayant pour lui comme pour moi.

Journaliste : Mais vous avez eu des orgasmes lorsque votre père vous suçait et vous léchait la chatte ?

Fille : Oh, bien sûr. Et ils étaient super. Mais mon plus grand plaisir était de le faire jouir. J'adorais le faire jouir. J'adorais regarder sa grosse bite dure et voir le sperme qui en sortait.

Journaliste : Alors, combien de temps cela a-t-il duré ?

Fille : Nous avons eu des relations sexuelles pendant environ six mois. Pendant ce temps, nous y allions tous les matins et à tout autre moment lorsque maman n'était pas à la maison. Comme nous n'avions jamais porté de vêtements, parfois même quand maman était à la maison, je jouais avec la bite de papa. Nous avons été très discrets et à ma connaissance, maman ne s'est jamais douté de rien. Je suis sûr qu'elle a dû voir qu'il avait des érections de temps en temps sans explication évidente. Je ne sais pas ce qu’il lui a dit, le cas échéant. Je ne sais pas s'il me disait la vérité, mais il a dit que quelques mois avant que je commence à avoir des relations sexuelles avec lui, maman s'était pratiquement retirée du sexe. Donc selon lui, ils ne faisaient rien. Il a dit qu'elle le branlerait de temps en temps. Je recevais donc de loin la majorité de son sperme, ce qui me convenait très bien.

Journaliste : Quand vous jouiez tous les deux pendant que votre mère était à la maison, l'avez-vous déjà fait jouir ?

Fille : Oh oui, assez fréquemment. Mais il fallait le planifier. Nous devions avoir des chiffons de nettoyage à portée de main pour pouvoir éponger tout résidu de sperme le plus rapidement possible, ou plus probablement, je prendrais sa charge dans ma gorge pour qu'il n'y ait pas de dégâts du tout. Cela évitait également toute odeur de sperme de pénétrer dans la pièce. Si je le branlais et que son sperme était injecté partout, vous pourriez sentir ce foutu sperme dans la pièce. Nous avons vraiment eu de la chance que maman ne vienne jamais dans la pièce alors que les odeurs de sperme étaient là. Parfois, quand nous étions habillés, papa et moi courions au magasin en voiture. Lors de la plupart de ces voyages, je le suçais et encore une fois, j'avalais son sperme pour éviter l'odeur.

Journaliste : Donc vous ne pensez pas que votre mère ait jamais soupçonné quoi que ce soit ?

Fille : J'aimerais penser que non, mais pour être honnête, je ne sais pas comment elle pourrait éviter au moins de soupçonner quelque chose. Si elle l’a fait, peut-être a-t-elle simplement choisi de détourner le regard. Tant que papa s’en sortait d’une manière ou d’une autre, il ne la harcelerait pas pour avoir des relations sexuelles.

Journaliste : Alors, comment cela s’est-il terminé ?

Fille : Eh bien, maman nous a attrapés. Je suppose que si elle avait soupçonné quelque chose et l'ignorait, le lui mettre en face était plus que ce qu'elle pouvait supporter.

Journaliste : Quelles étaient les circonstances ?

Fille : Elle est partie travailler comme d'habitude. Dès qu'elle est partie, papa et moi sommes partis. Il s'est jeté sur moi juste assez longtemps pour avoir une érection massive. Ce matin-là, j'avais une forte envie de le sucer et de prendre sa charge dans ma gorge. À présent, il me fallait un peu plus de temps pour le faire jouir en lui suçant la bite. Ce qui me convenait car j'adorais vraiment lui sucer la queue. Quoi qu'il en soit, je savais que je l'avais à quelques secondes de jouir. Juste au moment où il commençait à exploser, la porte de la chambre s'ouvrit et il y avait maman. J'ai immédiatement retiré ma bouche de sa queue et le sperme a commencé à jaillir dans l'air. Papa avait généralement des charges de sperme très impressionnantes et ce matin ne faisait pas exception. Pendant que maman se tenait là comme un cerf dans les phares, des jets de sperme jaillissaient de la bite de papa. Une grande partie m’a frappé au visage. Pour aggraver les choses, j'avais une main sur la base de sa queue et j'ai continué à le branler pendant qu'il giclait. Je suppose que c’était une chose tellement automatique que je n’ai même pas pensé à retirer ma main.

Journaliste : Qu'est-ce que ta mère a fait ?

Fille : Elle a commencé à crier que papa était un putain de pédophile pervers et que j'étais une mauvaise salope. Elle se retourna et sortit. Je suppose qu'elle s'est rendue directement au poste de police et nous a dénoncés. Les flics sont arrivés peu de temps après. En nous attendant à quelque chose comme ça, nous étions tous les deux habillés au moment où ils sont arrivés. Les flics l'ont arrêté et emmené. J'ai été libéré sous la garde de ma mère.

Journaliste : Nous savons tous ce qui s’est passé après cela. Votre père a été reconnu coupable d'avoir eu des relations sexuelles avec une mineure et envoyé en prison. Et tu continues à vivre avec ta mère. Ou l’avez fait jusqu’à ce que vous déménagiez récemment. Comment s'est passée la vie avec ta mère ?

Fille : Il a fallu un certain temps pour que les choses entre nous se normalisent, mais au bout d'un moment, elle s'en est remise. Je suppose qu'elle ne m'a jamais blâmé, même si, à vrai dire, j'étais bien plus agresseur dans la relation que papa ne l'a jamais été. Je me suis toujours senti très mal que mon père soit allé en prison et que je m'en sois indemne. Même si j'en ai été l'instigateur jusqu'au bout, en ce qui concerne la loi, il aurait dû avoir suffisamment de volonté pour résister à mes avances.

Journaliste : Je suppose que ton père te manque vraiment ?

Fille : Certainement, pas seulement en tant que père, mais en tant que partenaire sexuel. Maintenant que je suis plus âgée, j'ai couché avec plusieurs mecs de mon âge mais rien ne se rapproche même de mes séances avec mon père. En plus, sa grosse bite m'a vraiment gâté. Aucun de ces mecs n’a un membre aussi impressionnant que la bite de papa. Papa m'a transformé en une grosse salope. Même si je n'ai jamais eu sa bite en moi, le simple fait de la tenir dans ma main ou de la sucer était une expérience que je n'oublierai jamais.

Comme vous pouvez le constater, très peu de cette interview peut être utilisée dans un journal ou un magazine familial. C'est pourquoi je le publie ici afin que les lecteurs puissent en profiter. Je dois dire que mener cette interview m'a vraiment énervé. Ma chatte était trempée à la fin de l'entretien. Je suis immédiatement rentré chez moi et je me suis masturbé jusqu'à un point culminant glorieux.

############

Articles similaires

La grande guerre 3033 partie 2

Quand Jack venait de terminer sur le champ de tir quand Jack, comment pouvez-vous tirer avec cette arme, tous ceux qui ont tiré avec cette arme ont été brûlés de l'intérieur vers l'intérieur ou ils ont juste été tués. Jack a maintenant remarqué qu'il avait été découvert et a juste dit J'ai ramassé les armes et j'ai juste commencé à tirer. Pourquoi est-ce que quelque chose ne va pas. Jack a demandé. John était maintenant au téléphone pour dire au président qu'ils avaient trouvé l'un des deux Umbra et qu'il ne sait pas ce qu'il est. OK, merci pour...

1.4K Des vues

Likes 0

Leur monde partie 3

Je ne sais toujours pas combien d'heures j'ai passé à l'intérieur de ce terrible hangar de stockage en aluminium, ligoté comme un porc... . Qu'avais-je fait de mal ? Qu'avais-je fait pour mériter cette torture inhumaine ? C'était le pire. Je n'avais rien fait de mal. Tout ce que j'ai fait, c'est aider ma femme Monica et son amant Randy à se préparer pour une fête à laquelle ils allaient. Puis, alors qu'ils étaient presque prêts à partir, Randy a commencé à me gifler comme une poupée de chiffon, sans aucune raison. J'avais été parfaitement respectueux envers lui et ma femme...

1.4K Des vues

Likes 0

Jument Monté

JoJo est une belle femme musulmane de 36 ans, séparée de son mari depuis un an. Elle est l'amie d'un partenaire commercial du Moyen-Orient. Elle m'a invité à venir chez elle. Elle est arrivée à la maison en même temps que j'arrivais, nous nous sommes salués, sur ce, elle tourne rapidement les talons, et se dirige vers la porte arrière de la maison. Je regarde son cul dans ce jean moulant. Je devais atteindre et ajuster ma bite dans mon pantalon. Je suis mal à l'aise avec ma bite dure dans son alignement actuel. Je gémis intérieurement, imaginant ce que je...

1.5K Des vues

Likes 0

Comment casser votre gosse Ch. 1

La relation de Tyrone et Emma a commencé en ligne. Ils se sont rencontrés sur un site d'avatar et étaient tous les deux très friands d'idées coquines. Une relation a rapidement commencé, mais elle n'a jamais été stable. Quelques semaines après le début de la relation, Emma s'est enfuie. Pourquoi? Était-ce parce que Tyrone était trop contrôlant ? Était-ce parce qu'il n'était pas assez bon ? Il a semblé le penser pendant des mois. Jusqu'à ce qu'ils se rencontrent à nouveau en ligne et se remettent en couple. Mais, comme le montre le mouvement d'horlogerie, elle s'enfuit une fois de plus...

1.6K Des vues

Likes 0

A Fantasy Too Far Chapitre 3

CHAPITRE 3 Elle se ressaisit à temps pour aller travailler comme si de rien n'était. Juste un lundi matin normal. Elle supposait que tout bien considéré, elle n'était pas vraiment faite pour être une esclave de sous-sol pour le reste de sa vie après tout, mais vivre son fantasme aurait été mieux si cela avait duré plus longtemps. Bien que tout comme les contes de fées et les comédies romantiques se terminant au mariage, les histoires et les jeux de rôle de briser la volonté d'un esclave kidnappé s'arrêtent toujours après les parties passionnantes. La routine monotone de la vie quotidienne...

1.5K Des vues

Likes 0

Notre amitié amoureuse

Bonjour, je suis nouveau dans l'écriture d'histoires de sexe, alors soyez doux. Pour l'histoire, je vais me faciliter la tâche en utilisant des personnes que je connais comme personnages. Dans ce cas, je serai moi-même et le ferai à la première personne et le fruit de cette aventure littéraire sera une fille que je connais appelée Sarah. Permettez-moi d'abord de me décrire, je m'appelle Craig, je mesure 6 pieds et 184 livres. J'ai une belle image (je pense/j'espère), qui comprend un pack de six, des yeux bleus et une belle ligne de mâchoire. Oh et les cheveux bruns. Ensuite, la fille…...

1.4K Des vues

Likes 0

Juste un trajet en bus ... Honnête 3

Le monde semblait juste se figer. Je ne pouvais pas y croire, j'avais l'impression qu'elle m'avait complètement trahi, même si nous ne nous connaissions que depuis un jour et un peu, c'était comme un poignard dans le cœur, pourquoi était-elle si dragueur aujourd'hui, elle doit savaient ce qu'elle faisait, mais elle le faisait quand même même si elle avait un petit ami. Ne voulant pas y penser un instant de plus, j'ai fermé la page et le monde a recommencé à tourner. « RALPH ÉCOUTEZ-VOUS ? Cria le professeur depuis le devant de la classe comme ils le font. « Ouais » ai-je crié sans...

1.4K Des vues

Likes 0

Ange 2

Ange 2 © Ceci est un fantasme. Toute ressemblance avec des personnes ou des lieux réels est fortuite. ******************************************************** ******************* Angel regarda avec surprise, alors que l'homme à l'air drôle est le pantalon rayé tamponnait les larmes coulant sur son visage avec sa queue. Qui es-tu? Elle a demandé. Il s'arrêta de pleurer assez longtemps pour répondre. Je pensais que tout le monde le savait. Il a dit. « Je suis le chat à queue nue. » dit-il en agitant fièrement sa queue. « La plupart m'appellent simplement Stripe. Tu vois combien de temps ma queue est-elle ? Les rayures ne sont-elles pas...

1.4K Des vues

Likes 0

Avec mon petit frère

Salut les lecteurs je m'appelle Anitha (Anu), 21 ans, originaire du Kerala. je vivre avec ma mère et plus jeune frère. Mon père est mort quand je était encore jeune. Mes frères le nom est Sanjay (Sanju) il a 18 ans ans. Nous étions tous les deux aimés soeur et frère normaux. Nous utilisé pour se battre les uns avec les autres. Mon mère a obtenu un emploi au gouvernement comme mon père alors qu'il était au gouvernement. un service. Depuis que maman va au travail, moi et mon frère avait le temps passer ensemble. j'ai oublié de mentionner moi même...

1.3K Des vues

Likes 0

Ma première fois avec Cindy

L'histoire: Sur le chemin du retour de l'hôpital, après avoir déposé ma femme pour une opération du dos très sérieuse, Cindy, me disait comment elle allait faire toutes les choses que maman faisait dans la maison, comme faire la vaisselle et faire la lessive et ça elle s'occupera de son papa comme maman le fait. C'était dit dans une sorte de murmure doux et elle avait sa main sur mon bras, me touchant doucement et me regardant dans les yeux. J'ai senti un frémissement dans mon pantalon et j'ai regardé les jambes galbées de Cindy et la petite minijupe qu'elle portait...

1.4K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.