Le prisonnier (partie 3)

224Report
Le prisonnier (partie 3)

L'alarme de Stephen s'est déclenchée à 6h30 du matin. «C'était étrange; son alarme sonnait généralement à 7 heures. Il se retourna pour essayer de se rendormir, puis sauta sur ses pieds, se souvenant de ce qui l'attendait en bas et pourquoi il avait réglé son alarme pour qu'elle se déclenche si tôt. Il se leva sous la douche et se prépara pour le travail, puis descendit dans la cuisine ; il mit une tranche de pain dans le grille-pain puis descendit les marches jusqu'au sous-sol. Il poussa alors la porte du sous-sol et regarda à l'intérieur.
Et elle était là, Jennie Connelly, toujours attachée avec ses jambes écartées totalement nues. Elle était magnifique, de superbes jambes, longues et lisses, et un cul rond fantastique. Elle avait un magnifique dos maigre et alors que les yeux de Stephen parcouraient son cou fort, elle se pencha en avant. Sa tête était penchée devant elle, et les longs cheveux dorés formaient un voile devant son visage. Puis, alors que Stephen regardait son dos, il vit son corps convulser à partir de la taille.
Le sinistre vibromasseur était toujours en elle et la batterie n'était pas encore à plat. Cependant, cela n'avait pas provoqué les cris de douleur auxquels Stephen s'était attendu et qu'il avait ressentis la nuit précédente. C'était un peu inattendu, alors Stephen s'est approché de la demoiselle sexy, il a passé son doigt sur sa joue, puis le long de sa hanche. Il se tenait alors debout face à elle, sa tête toujours penchée dans la même position, son visage caché à la vue par le rideau de cheveux blonds tombant devant lui. Stephen a séparé les cheveux avec ses mains et a compris pourquoi, Jennie ne criait plus, car pendant la nuit, la douleur de sa chatte était devenue si intense qu'elle s'était évanouie.
Stephen regarda le beau spécimen d'une femme devant lui. Il passa ses doigts le long de la peau nue de son ventre, puis commença à frotter ses mains sur ses seins magnifiques, ils étaient gros et ronds. Il les frotta doucement pendant quelques minutes. Puis il a déplacé ses mains vers le haut de son cou et autour de sa tête et a défait le bâillon-boule qui était toujours en place depuis la nuit précédente. Stephen a alors décidé de retirer le vibromasseur, alors il l'a éteint, a défait la sangle autour de sa taille, puis a commencé à faire glisser doucement la machine hideuse. Cependant, alors qu'il faisait glisser la chose; les pointes ont gratté le long de la paroi interne de son vagin, rompant les vieilles blessures faites la nuit précédente. Cette nouvelle douleur a provoqué un réveil soudain de Jennie, avec un halètement bruyant. Stephen a mis sa main sur la bouche de Jennie, alors qu'elle le regardait avec peur.
"Chut, tais-toi, ça doit sortir." dit Stephen de sa voix la plus apaisante. Puis, gardant une prise ferme sur la bouche de Jennie, il a doucement retiré le vibromasseur de sa chatte, au milieu des cris étouffés et des protestations de Jennie. De nouvelles larmes se formaient sur le visage de Jennie.
« Désolé, Jennie, mais il fallait que ça sorte. » dit Stephen en effleurant la joue de Jennie avec sa main.
"Ce ne serait pas le cas, si vous ne l'aviez pas mis là-dedans en premier lieu." Jennie sanglotait.
"Eh bien, je suis désolé, mais je devais vous donner une leçon. Vous êtes incroyablement belle, mais vous ne pouvez pas utiliser ces regards pour attirer les gars et les poignarder dans le dos. Stephen a alors commencé à passer ses mains dans les longs cheveux blonds de Jennie et à lui effleurer la joue avec son pouce. Jennie détourna brusquement la tête ; sa chatte palpitait toujours de douleur et saignait abondamment. Stephen attrapa alors les deux côtés de son visage et tira sa tête vers lui.
«Allez salope; fais un gros bisou à ton maître. Il a ensuite poussé ses lèvres sur les siennes, mais elle n'a pas embrassé en retour. "Allez, tu peux faire mieux que cela. Embrasse-moi correctement. Embrasse-moi comme tu l'as fait en prison ! Jennie n'avait pas la force de résister, elle n'avait pas dormi, elle avait faim et avait désespérément besoin de faire pipi ; De plus, le côté sexy de cette période dans la prison l'excitait toujours, cela a été aidé par le fait qu'il était dans son uniforme de prison. Alors cette fois, quand Stephen l'a attirée pour le baiser, elle a commencé à lui répondre pour essayer d'arrêter la punition, pendant un moment. Ils se sont embrassés pendant quelques minutes, puis Stephen s'est éloigné,
"C'est mieux; vous apprenez que vous devez toujours faire ce que votre maître dit. Bonne fille."
Stephen a alors commencé à frotter doucement ses mains sur tout son corps. Le long de son cou et de sa poitrine, sur ses beaux seins, sur son ventre et enfin sur ses jambes. Il l'a fait, avec douceur et amour. Et 24 heures avant, cela aurait tellement excité Jennie, qu'elle aurait sauté sur sa bite en un clin d'œil, mais maintenant ces mains la repoussaient. Mais il n'y avait rien qu'elle puisse faire, elle était étroitement attachée et son ravisseur sadique pouvait toucher n'importe quelle partie de son corps qu'il souhaitait et elle serait totalement impuissante.
Stephen sentit la douceur de la belle peau de Jennie, c'était le paradis. Il a continué à frotter ses mains de haut en bas sur son corps magnifique et il pouvait sentir sa bite devenir de plus en plus dure. Il a commencé à frotter l'extérieur de sa jambe, puis a remonté l'intérieur, remontant doucement du genou jusqu'à l'intérieur de sa cuisse. Jennie savait ce qui se passait, mais était incapable de l'arrêter. Stephen a continué à remonter sa jambe, jusqu'à ce que sa main soit pressée contre ses régions pubiennes. Stephen frotta doucement sa main sur l'extérieur, stimulant le clitoris en dessous. Pendant qu'il faisait cela, il déboutonna son pantalon et le laissa tomber par terre avec son boxer.
"S'il vous plaît, Stephen ne faites pas ça." Jennie a supplié.
Stephen n'avait rien de tout cela, alors il a placé son majeur dans sa chatte et a commencé à le faire tourner à l'intérieur. Cela n'a pas eu l'effet de plaisir habituel qu'il avait sur une femme, car tout ce que cela a fait a été de causer une douleur intense à Jennie, surtout lorsque l'ongle de Stephen s'est accroché aux coupures partiellement cicatrisées faites par le vibromasseur. Cela a eu pour effet de les ouvrir complètement.
"S'il te plaît, arrête." Jennie sanglotait, les larmes coulant sur son visage.
Stéphane s'est retiré.
"Merci Maître." dit Jennie avec gratitude.
Stephen a alors ri malicieusement et a donné une claque dure au cul de Jennie. Elle a sauté sur ce cas de violence inattendu. Ce rire terrifié, Jennie.
« Vous pensez que c'est ça ? Non, ce n'est que le début; Je vais te baiser si fort. Je veux que tu sentes mon sperme chaud en toi.
"Non, s'il vous plaît maître. Je vous en prie."
"Calmer!" Stephen a crié d'un ton qui ne tolérait aucune discussion : « Je suis le seul à savoir ce qui est le mieux pour toi, tu feras ce que je veux, quand je le veux. Si je veux te baiser, je le ferai, et aucune mendicité de ta part ne changera cela. J'ai compris? Tu es mon esclave maintenant et tu feras ce que je dis !
Il l'a ensuite attrapée par le cul et a tiré son corps nu vers lui, de sorte qu'elle a été pressée contre lui avec sa bite dure comme du roc, coincée entre eux deux. Stephen a ensuite plié les genoux permettant à sa bite de glisser sur son nombril et de se balancer librement, dans l'espace entre ses jambes, qui étaient toujours écartées dans la position inconfortable dans laquelle Jennie avait été laissée pendant la nuit. Stephen a ensuite levé sa verge pour qu'elle soit juste nichée entre les lèvres de son vagin, mais pas enfoncée du tout. Il l'a juste laissé là pendant un moment. Jennie tremblait de peur. Cela allait clairement faire mal. Les coupures à l'intérieur suintaient encore de sang, et ce membre épais allait probablement en ouvrir à nouveau la moitié. Elle tremblait de façon presque incontrôlable.
Stephen a alors commencé à pousser doucement en guidant sa bite. Jennie haleta alors que sa chatte était étirée par ce monstre; c'était un mélange de douleur mais aussi un peu de plaisir. Stephen a continué à le guider doucement jusqu'à ce que les lèvres soient enroulées autour de son beaund. La sensation de sa chatte chaude et humide autour de sa queue était incroyable. Il aimait être si proche d'une femme, si intime avec elle, mais aussi le fait qu'il avait un contrôle total sur elle et qu'il n'y avait rien qu'elle puisse faire. Puis il adressa à Jennie un sourire diabolique, lui tint le cul et la poussa fort, enfonçant sa grosse verge dans sa chatte. Jennie a crié si fort à cela. Les coupures à l'intérieur de son corps s'ouvrirent à nouveau alors que la bite les grattait.
Jennie a commencé à pleurer et à gémir, tandis que Stephen continuait à pousser d'avant en arrière, savourant la sensation de sa chaleur intérieure. Son arbre glissait facilement le long d'elle à l'intérieur, parce que le sang coulant de ses blessures agissait comme un lubrifiant facilitant son passage en elle et hors d'elle.
Jennie était à l'agonie, elle était si fatiguée, elle n'avait pas dormi la nuit précédente, ses poignets et ses chevilles lui faisaient mal d'avoir été enfoncés par des cordes toute la journée. Ses orteils lui faisaient mal d'avoir été forcée de se tenir sur la pointe des pieds tout le temps, et sa chatte venait d'être maltraitée à des niveaux inconcevables. Des larmes coulaient sur son visage et elle gémissait et suppliait Stephen d'arrêter.
Cependant, ces signes évidents de douleur ont de plus en plus excité Stephen et il a commencé à pousser de plus en plus fort, abusant encore plus de la bombasse impuissante. Il a pompé et pompé, martelant sa chatte, se rapprochant de plus en plus de l'orgasme. Puis soudain, les sentiments ont explosé hors de lui, il a eu une ruée sensationnelle en entrant en elle. Il grogna et gémit en forçant de plus en plus de sperme dans sa chatte nue. Jennie gémit en sentant sa chatte se remplir de son sperme chaud et collant.
Maintenant, il y avait la peur supplémentaire de tomber enceinte du bébé de ce monstre.
Comme s'il avait lu dans ses pensées. « Ne t'inquiète pas Jennie, tu ne tomberas pas enceinte, j'ai la pilule à prendre. Je ne vais pas engendrer un enfant avec une salope esclave sale comme toi. D'une certaine manière, Jennie était soulagée, mais la douleur et l'humiliation d'avoir été violée et maltraitée étaient bien pires.
Une fois que Stephen eut fini de décharger son sperme dans Jennie, il se retira avec un bruit sourd. Alors qu'il sortait, un mélange de sperme et de sang a commencé à couler de la chatte de Jennie sur le sol; formant un mélange rouge et blanc sur le sol. Stephen baissa les yeux pour découvrir plus de ce mélange couvrant sa queue.
"Eh bien, cela doit être nettoyé."
Stephen se dirigea vers la corde qui était attachée à ses bras et en laissa passer une partie dans la poulie.
« Agenouille-toi sur le sol, salope ! » Jennie obéit sans poser de questions.
"Maintenant, tu vas lécher ce gâchis de ma bite." Il a ensuite déplacé ses hanches vers son visage et a essuyé le mélange collant le long de sa joue puis sur ses lèvres, Jennie a ensuite ouvert la bouche et a laissé Stephen glisser sa bite à l'intérieur. À ce moment-là, Stephen s'était remis de sa première sortie et sa bite a commencé à se dilater dans la bouche de Jennie. Jennie a commencé à lécher l'arbre à l'intérieur de sa bouche. Mais le mélange de sang et de sperme était vraiment dégoûtant et elle a failli vomir quand ses papilles sont entrées en contact avec lui. Cela l'amena à bâillonner et elle rejeta la tête en arrière en toussant et en crachotant.
« Je ne peux pas, ça a un goût dégoûtant. Ne m'oblige pas à le faire. Elle gémit.
CLAQUE! La main de Stephen est entrée en contact avec le côté du visage de Jennie.
"Tu feras ce que je te dis d'être esclave. Seul moi, votre maître, sait ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire, et si je vous dis de me sucer la bite, vous le ferez bien ! il cria.
Des larmes se formaient dans les yeux de Jennie alors qu'elle plaçait ses lèvres autour du membre collant infect, mais elle se força à endurer la douleur, l'humiliation et le mauvais goût, il n'y avait rien d'autre à faire pour elle.
Elle a commencé à sucer son membre et au fur et à mesure que la bite devenait de plus en plus grosse, elle commençait à remplir toute sa gorge et la respiration devenait de plus en plus difficile. Elle essayait de respirer autant que possible par le nez, mais même cela s'avérait difficile. La seule façon d'arrêter était si elle le faisait venir le plus vite possible, sinon elle risquait de s'évanouir par manque d'oxygène, et elle redoutait de penser à la punition qu'il penserait si elle s'évanouissait à mi-chemin de la acte.
Alors Jennie a commencé à lécher fermement sa langue en faisant des coups complets de l'arbre dans sa bouche en léchant la base jusqu'à la pointe. Elle a alors commencé à bouger la tête d'avant en arrière, de sorte que sa queue entre en contact avec le fond de sa gorge. Stephen a alors commencé à pousser d'avant en arrière dans le temps de sorte qu'il martelait maintenant le fond de la gorge de Jennie. Il a commencé à haleter. Sa bouche chaude était si bonne. Sa langue jouait avec sa hampe et il pouvait sentir la pression monter et sa bite devenir plus dure et plus longue, alors qu'elle la traitait avec sa langue.
"Oh! Tu es vraiment une petite salope expérimentée n'est-ce pas ? Tu suces comme un pro. Stephen haletait.
Jennie regarda le visage de son ravisseur, les signes de stress montraient qu'il était proche et qu'il ne pouvait pas tenir plus longtemps.
30 secondes plus tard, la bite de Stephen a explosé dans la bouche de Jennie.
« Avalez-le, avalez-le tout. Je ne veux pas voir une goutte s'échapper de ta bouche. Étienne a ordonné. Jennie obéit en permettant jusqu'à la dernière goutte de la crème fétide sur sa langue avant de tout avaler. Elle pouvait le sentir couler lentement dans son estomac, la pensée lui donnait juste envie de vomir. Elle a commencé à tousser et à crachoter mais elle a tout gardé.
"Bonne fille." dit Stephen en l'embrassant doucement sur le front alors que sa tête tombait d'épuisement. Stephen a alors remonté son pantalon et l'a laissée récupérer pendant qu'il partait prendre son petit déjeuner.

Il mangea son toast et ses céréales, revivant chaque instant depuis que son alarme s'était déclenchée.
Une fois qu'il eut fini, il se leva et retourna au sous-sol. Jennie leva les yeux lorsqu'il entra.
« S'il vous plaît, Stephen, monsieur. Je n'en peux plus, s'il vous plaît ; Je t'en supplie, ne m'oblige plus à faire quoi que ce soit.
Stephen s'agenouilla à côté d'elle pour que ses yeux soient au même niveau.
"Ne t'inquiète pas, Jennie, c'est tout pour le moment." Il sortit un verre d'eau et le porta à ses lèvres, elle l'avala. Elle n'avait pas réalisé à quel point elle avait soif. Elle ne savait pas que Stephen avait mélangé une pilule de grossesse avec de l'eau, mais cela ne l'aurait pas dérangée. Elle ne voulait absolument pas tomber enceinte. "Voilà, buvez."
Une fois le verre vide, Stephen le retira.
"Merci." dit Jennie. Stephen haussa les sourcils. "Merci, maître." Jennie s'empressa d'ajouter.
"Bien, c'est mieux." dit Stéphane. Il se leva alors et se dirigea vers sa table. Cela remplit Jennie de peur. Mais quand il est revenu, tout ce qu'il tenait était ce qui semblait être un collier de chien en cuir plus grand avec une chaîne attachée. Il le plaça autour de son cou en écartant ses cheveux, puis le fixa derrière sa tête avec un cadenas, en s'assurant qu'il ne pouvait pas être enlevé. Il a ensuite retiré les cordes autour de ses chevilles et de ses poignets. Jennie est tombée en avant, sur ses mains et ses genoux. Elle voulut se lever mais Stephen posa sa main sur sa tête pour l'empêcher de le faire.
"Non. non, reste à quatre pattes, comme il faut, ma petite chienne. Stephen a alors saisi l'autre extrémité de la laisse et l'a conduite vers les escaliers.
Il s'arrêta au bas de l'escalier. "Montez-vous." Il a dit. Jennie a commencé à grimper et Stephen a suivi. Son cul se tortillait de manière séduisante alors qu'il grimpait quelques marches au-dessus de lui à quatre pattes. Il ne put s'empêcher de lui donner une grosse claque.
"OWW," gémit Jennie et s'effondra. Elle était clairement épuisée.
"Continue." Stephen a poussé et Jennie a recommencé à grimper, quelques gifles plus tard et elle était au sommet, de retour dans la cuisine, où elle avait d'abord été droguée et où le calvaire avait commencé. Elle s'arrêta sur le pas de la porte sans savoir où Stephen voulait qu'elle aille.
"Continuez," dit-il, pointant vers le coin le plus éloigné. Jennie a rampé jusqu'à elle et en se rapprochant, elle a vu qu'il y avait un grand bol d'eau et aussi un deuxième bol qui semblait avoir été rempli de nourriture pour chien. Son estomac se retourna à sa vue.
"Voilà, bon appétit." Jennie a rampé jusqu'à elle et a commencé à laper l'eau avec sa langue. Elle savait que Stephen ne lui permettrait pas de boire avec ses mains ; elle devait agir comme un chien. Son animal de compagnie, sa chienne, sa propriété. Tout a été pensé pour qu'elle se sente inférieure et sous son contrôle. Pendant qu'elle lapait l'eau. Stephen a fixé la chaîne autour du pied d'une table et l'a cadenassée là. Cela signifiait que pendant que Stephen était absent, Jennie était attachée à la cuisine, car la table était boulonnée au sol, il n'y avait donc aucun moyen pour elle de l'enlever.
« C'est bon, je vais travailler. Je te verrai à mon retour. Oh et je veux que tu nettoies cette cuisine pendant mon absence. Vous devez vous occuper de cette maison, cela fait partie de votre travail. Vous allez y passer beaucoup de temps, alors prenez-en soin. Il a ensuite sorti un seau plein d'eau de sous l'évier et l'a placé devant Jennie avec un chiffon. Il a ensuite fermé le placard, l'a verrouillé avec une clé attachée à sa taille et est parti.
Jennie entendit la portière claquer, le moteur de la voiture se mettre en marche et le crissement du gravier alors qu'il roulait dans l'allée. Elle y resta accroupie à quatre pattes. Elle avait besoin d'un plan, elle y a réfléchi pendant un moment, puis son ventre a fait un grondement tout-puissant. Elle avait tellement faim; elle rampa vers le réfrigérateur-congélateur et tira sur la porte. Mais ça ne bougeait pas, elle regarda et se rendit compte que la porte avait été cadenassée. Elle se déplaça ensuite dans la cuisine en essayant tous les placards et tiroirs, mais tous avaient été verrouillés par celui sous l'évier. Stéphane avait pensé à tout. Il ne lui restait plus qu'une chose. Elle s'est levée (elle n'allait pas agir comme un chien maintenant qu'il était parti) et s'est dirigée vers la nourriture pour chien. Elle se pencha alors, le ramassa et l'apporta à la table. Ça avait l'air dégoûtant, un mélange de boeuf et de gelée. Elle s'assit à table et, comme elle n'avait pas de cuillère, porta le bol à sa bouche et mangea. Ce n'était pas bon, mais ce n'était pas aussi mauvais qu'elle l'avait prévu et elle avait tellement faim, c'était aussi bon que tout ce qu'elle avait jamais goûté. Et en plus, ce n'était pas pire que la nourriture de la prison à laquelle elle était habituée. Une fois qu'elle eut fini, elle reposa le bol dans le coin, prit un autre verre, puis s'assit et réfléchit.
Elle a essayé de penser à un plan pour s'échapper, mais elle n'a pas pu. Elle était confinée dans la cuisine par la chaîne autour du cou et toutes les choses qu'elle pouvait utiliser pour l'enlever étaient enfermées dans les placards autour d'elle. L'autre façon était d'attendre que Stephen revienne et l'attaque, mais il était beaucoup trop fort pour elle, et donc la seule façon était d'utiliser une arme. Tout ce qu'elle avait était un petit seau en plastique et cela n'allait pas être bon contre un gardien de prison grand, fort et musclé. Elle se dirigea vers le tiroir à couverts et tira aussi fort qu'elle put, elle tira et tira mais elle ne pouvait pas l'ouvrir. Finalement, elle tira si fort qu'elle perdit prise et tomba à la renverse en un tas.
C'est à ce moment-là que le désespoir de la situation l'a vraiment atteinte. Elle était allongée en boule et pleurait et pleurait, elle était une esclave et elle ne pouvait rien y faire. Elle est restée là à pleurer et avant qu'elle ne s'en rende compte, elle s'était profondément endormie.

………………………..

"QU'EST-CE QUE VOUS PENSEZ FAIRE ?"
Jennie s'est réveillée en sursaut, elle avait dormi toute la journée et Stephen était arrivé à la maison. Elle sursauta et leva les yeux au moment où elle le vit marcher vers elle portant le seau encore rempli d'eau.
"Noooooon." Elle cria en levant les mains pour protéger son visage. Mais Stephen l'a rejointe et a versé le seau d'eau glacée sur sa tête. Jennie couina alors que l'eau glacée inondait son corps nu. Stephen lui a alors attrapé les cheveux et lui a tiré la tête en arrière.
« Je t'ai dit de nettoyer cette cuisine et qu'as-tu fait ? Tu as dormi toute la journée. Stephen a craché, puis il l'a giflée violemment au visage. Jennie est tombée en arrière sous la force du coup et s'est allongée sur le sol en sanglotant, serrant son visage.
"Reste là!" Stephen se précipita dans le sous-sol. Terrifiée, Jennie n'ose pas bouger.
Quand Stephen revint, il l'attrapa par les cheveux et la jeta sur le ventre ; il s'est ensuite assis sur elle et lui a tiré les mains derrière le dos. Il a sorti une paire de menottes et lui a menotté les poignets ensemble, puis a fait de même avec ses chevilles. Il se leva alors et la traîna à travers la pièce par les cheveux. Une fois qu'il eut atteint le côté de la pièce, il la fit s'agenouiller dans le coin. Il a ensuite sorti deux pinces à tétons et les a attachées fermement à ses mamelons. Elle sanglota à cela. Comment avait-elle pu être assez stupide pour s'endormir ? Stephen s'est alors levé et s'est dirigé vers le comptoir. Il sortit alors une assiette du placard et commença à préparer son dîner. Il s'assura qu'il tournait le dos à Jennie pour qu'elle ne puisse pas voir ce qu'il faisait.
"Maintenant, j'avais acheté du fish and chips ce soir et j'avais prévu de t'en donner éventuellement un peu si tu avais bien travaillé, mais comme tu n'as pas travaillé du tout, alors tu devras avoir faim."
C'était une torture de voir Stephen manger le délicieux fish and chips devant elle. Il avait l'air si savoureux et il n'arrêtait pas de l'agiter devant son visage. Quand il eut presque fini, il s'avança avec un morceau de poisson enveloppé dans une pâte juteuse. Il avait l'air magnifique. Pendant une fraction de seconde, Jennie crut qu'il allait la lui donner alors qu'il s'accroupissait à côté d'elle. Mais à la place, il tira brusquement sur la chaîne qui retenait ses pinces à tétons. Cela la fit crier puis sangloter en le regardant manger le dernier morceau de poisson juste devant elle.
Stephen l'a ensuite ramassée et l'a ramenée au sous-sol. Il l'a ensuite jetée toujours menottée sur le sol en béton et est retournée à l'étage, verrouillant la porte derrière lui.
Jennie était allongée sur le sol de béton glacé. Elle était totalement nue et encore trempée après qu'on lui ait versé un seau dessus. Elle frissonna alors que l'eau enlevait toute la chaleur de son corps. La nuit allait être longue.

Articles similaires

Notre amitié amoureuse

Bonjour, je suis nouveau dans l'écriture d'histoires de sexe, alors soyez doux. Pour l'histoire, je vais me faciliter la tâche en utilisant des personnes que je connais comme personnages. Dans ce cas, je serai moi-même et le ferai à la première personne et le fruit de cette aventure littéraire sera une fille que je connais appelée Sarah. Permettez-moi d'abord de me décrire, je m'appelle Craig, je mesure 6 pieds et 184 livres. J'ai une belle image (je pense/j'espère), qui comprend un pack de six, des yeux bleus et une belle ligne de mâchoire. Oh et les cheveux bruns. Ensuite, la fille…...

363 Des vues

Likes 0

My Sex Life Épisode 6 La soeur de la meilleure amie

Revenons donc à mes jours d'école où j'étais avec mon amie/copine Amy, je suis à peu près sûre que nous n'étions pas exactement amis à ce moment-là parce que j'étais dans une relation engagée mais que j'ai fini par sortir tout récemment de je ne vais pas mentir, cette relation m'a frappé fort normalement, je m'en sors d'une et d'une certaine manière, je suis heureuse parce que maintenant je peux à nouveau baiser d'autres filles, mais cette fois, il m'a fallu un certain temps pour rebondir. Cela fait environ 2 semaines depuis ma mauvaise rupture et à l'époque, la sœur de...

357 Des vues

Likes 0

Le dilemme de Donnie

TOUT LE MONDE DANS CETTE HISTOIRE A AU MOINS DIX-HUIT ANS OU PLUS. Donnie Hamilton est le petit frère adolescent ennuyeux typique. Il n'y avait que deux ans de différence d'âge entre lui et sa grande sœur, Lucy. La façon immature dont il a agi, on pourrait penser qu'il y avait beaucoup plus d'écart d'âge. Elle tolérait le comportement juvénile de Donnie parce qu'elle l'aimait. Elle a appris à supporter ses farces parce qu'elle a compris que Donnie était en pleine puberté et commençait à s'intéresser aux filles. Elle savait aussi qu'il était trop jeune et inexpérimenté pour comprendre pourquoi il...

328 Des vues

Likes 0

L'incident qui a changé ma vie pour le bien

L'incident qui a changé ma vie pour le mieux. Au lycée, je n'avais eu de relations sexuelles qu'avec 2 filles. Le premier était parce que j'ai entendu dire qu'elle était facile. Il s'est avéré qu'elle l'était. Je l'ai baisée au premier rendez-vous. Il y avait un gros problème, ou devrais-je dire, un petit problème. Ma bite est petite. Au mieux, c'est 5 pouces. Cette fille aimait baiser et je sais que je ne prenais pas soin d'elle. J'ai découvert qu'elle baisait avec d'autres quand nous étions supposés sortir ensemble. Cette affaire n'a pas duré longtemps. Je ne pouvais pas prendre soin...

361 Des vues

Likes 0

Avec mon petit frère

Salut les lecteurs je m'appelle Anitha (Anu), 21 ans, originaire du Kerala. je vivre avec ma mère et plus jeune frère. Mon père est mort quand je était encore jeune. Mes frères le nom est Sanjay (Sanju) il a 18 ans ans. Nous étions tous les deux aimés soeur et frère normaux. Nous utilisé pour se battre les uns avec les autres. Mon mère a obtenu un emploi au gouvernement comme mon père alors qu'il était au gouvernement. un service. Depuis que maman va au travail, moi et mon frère avait le temps passer ensemble. j'ai oublié de mentionner moi même...

328 Des vues

Likes 0

LE SENTIR

Je suis rentré des courses. Nous les filles aimons faire du shopping et j'étais partie depuis 3 heures. Je suis entré dans ma chambre et j'ai senti deux choses. Cum et mes fils après-rasage. Deux choses que j'apprécie vraiment. J'ai dû enquêter. J'ai soigneusement fait le tour en reniflant tout. J'ai trouvé la forte odeur de sperme sur mon oreiller. J'ai trouvé deux petites taches sur le bord. Je leur ai collé mon nez. Sperme. Pas de confondre cet arôme. J'ai continué à faire le tour de la pièce. Sur ma commode, il y avait une photo de moi quand j'avais...

257 Des vues

Likes 0

JAMIE: ironie tragique du sexe chez les adolescentes

Il y avait deux qualités chez mon ami du lycée, Kmart Cowboy, que j'étais vraiment deux qualités chez mon ami du lycée, Kmart Cowboy, que j'ai vraiment appréciées. Avant tout, il avait un véhicule. À une époque de ma vie où faire du vélo devenait de moins en moins cool, avoir un ami avec un camion était plus important que de porter des sous-vêtements propres. Deuxièmement, Kmart Cowboy avait du jeu. De tous mes associés à l'époque, Kmart Cowboy avait plus de petites amies, de partenaires sexuels et de concubines que je ne pouvais en suivre. Ces deux qualités m'ont suffisamment...

213 Des vues

Likes 0

Courbes : un véritable entraînement

Ben venait d'avoir 26 ans lorsqu'il a pris le poste. Sa mère et sa sœur avaient vraiment commencé à faire de l'exercice après les excès des vacances et, début février, elles s'entraînaient cinq fois par semaine. Ni la mère ni la fille n'étaient particulièrement en surpoids, mais elles ont apprécié le temps passé ensemble et elles ont remarqué presque immédiatement qu'elles avaient plus d'énergie. Les deux ont fait une routine et s'y tenaient. Barbara et Torey Reynolds étaient membres de Curves, un centre d'exercice basé sur un circuit réservé aux femmes. Il y en avait plusieurs près de chez eux, dont...

269 Des vues

Likes 0

Mon petit ami aime m'exposer. Partie 02

Mon petit ami aime m'exposer ou peut-être devrait-il s'appeler L'exhibitionniste dans le déni par Vanessa Evans Partie 02 - Journées post-universitaires ------------------------------------- Ryan m'a invité à aller rester avec ses parents avec lui pendant quelques semaines pendant que nous attendions nos résultats et planifiions ce que nous allions faire pour le reste de nos vies. J'avais déjà décidé que si Ryan me le demandait, j'irais avec lui là où il trouverait un emploi, puis j'en chercherais un moi-même. J'ai discuté des culottes avec Ryan. J'ai dit que je pensais que je devrais en acheter et les porter chez ses parents. Je...

126 Des vues

Likes 0

Une femme Père Noël rencontre le chien de garde..._(1)

C'était serré. Très serré. Elle se souvint soudain de la maison de l'année dernière alors que sa robe moulante grattait les murs couverts de suie de la cheminée. Belle maison, grand salon... résident chaud. Elle sourit alors qu'elle se traînait plus loin le long des murs de briques, sentant soudain une brise monter du foyer, un ruisseau de porte sous elle. Quelqu'un venait soit de sortir... soit d'entrer dans la pièce. La brise souleva sa jupe et elle frissonna. Pas la nuit pour se passer de culotte, pensa-t-elle. Là encore, elle a dû laisser quelque chose pour un cadeau. Elle retint...

87 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.