Cousine blessée

627Report
Cousine blessée

Dès que j'ai vu ma cousine Ashley, j'ai su que j'étais sous le charme. Cela faisait deux ans que sa famille ne lui avait pas rendu visite, et depuis lors, elle était passée d'une petite fille maigre et couverte de taches de rousseur à la plus belle beauté de seize ans que j'aie jamais vue.

D'une part, il était difficile de ne pas l'imaginer comme la petite fille mignonne, bien qu'un peu geignarde, dont je me souvenais si bien quand elle n'était qu'une enfant. D'un autre côté, on ne pouvait plus nier sa beauté maintenant. C'est la première chose que j'ai remarquée quand j'ai franchi la porte d'entrée de la maison de mes parents et que j'ai vu la famille de l'oncle Craig assise dans le salon.

Ses petites sœurs, bien sûr, m'ont presque bouleversée dans leur enthousiasme alors qu'elles se précipitaient pour serrer dans leurs bras "Cousin Bruce". Je ris et les étreignis en retour, appréciant l'attention. Jenny et Dana avaient les mêmes cheveux blonds et les mêmes yeux bleu vif que leur sœur aînée, et je pouvais déjà dire qu'un jour elles deviendraient probablement aussi magnifiques qu'Ashley. Mais c'étaient encore des petites filles pour l'instant, et Ashley retenait toute mon attention.

Moins enthousiaste était leur frère Shane. Quatre ans plus jeune qu'Ashley, il était à cet âge difficile où il n'était plus un enfant et pourtant pas un adolescent, et ce n'était plus la chose "cool" de jouer avec son cousin, surtout un ancien de vingt-trois ans- vieux comme moi. Il a simplement fait un sourire désintéressé et m'a fait un signe de la main depuis le canapé, et j'ai fait signe en retour.

"Oh, bien, tu es là," dit maman en sortant de la cuisine. "Les filles n'arrêtaient pas de bavarder sur toi, se demandant quand tu arriverais."

"Je ne suis pas surpris," ris-je. « Est-ce que ça inclut aussi Ashley ? J'ai plaisanté.

"Non!" Ashley a nié.

Je me suis accroupi et j'ai ramassé Jenny et Dana pour qu'elles soient assises sur mes épaules, ce qui a fait rire les deux filles. À neuf et sept respectivement, ils n'étaient pas légers, mais je m'entraînais au gymnase depuis plusieurs mois maintenant et j'avais hâte de montrer ma force, surtout devant Ashley. Pourtant, je ne pouvais les garder que quelques secondes avant de devoir les reposer à nouveau.

"Je veux un tour de ferroutage !" s'exclama Dana en essayant de grimper sur mon dos.

"Tu deviens un peu trop grosse pour ça," la taquinai-je. "Un vieil homme comme moi n'a pas ce genre d'énergie." Malgré mes paroles, je m'accroupis et l'aidai à grimper sur mes épaules.

"Moi ensuite," insista Jenny.

"Oh, tu es définitivement trop grosse," lui dis-je en riant. "Tu vas m'écraser." Puis je me suis tourné vers Ashley. "Et toi, ne pense même pas à demander," dis-je.

"Oh ha ha," répondit-elle sarcastiquement, mais avec un regard amusé.

« Alors, comment était la circulation ? » demanda papa, qui était assis sur une chaise de l'autre côté de la pièce.

"Oh, l'heure de pointe habituelle," répondis-je. "Je suis content de ne pas faire la navette tous les jours. Une demi-heure est bien pour venir visiter de temps en temps, mais je suis content d'avoir mon propre appartement en ville."

"Essayez dix heures", a dit l'oncle Craig. "C'est la durée de notre trajet cette fois."

"Ouais, mais tu ne viens qu'une fois par an," lui dis-je. "En fait, tu as raté l'année dernière."

"Il est difficile de faire en sorte que les filles restent assises aussi longtemps", a déclaré tante Wendy.

"Je suis sûr," répondis-je. "Je parie qu'Ashley en particulier demandait probablement" Sommes-nous déjà là? Sommes-nous déjà là? toutes les cinq minutes."

« Tu vois ? Qu'est-ce que je t'ai dit ? dit Ashley. "Bruce n'est pas venu depuis cinq minutes, et déjà il s'en prend à moi."

"Oh, mais tu es tellement amusante à harceler," lui dis-je avec un sourire.

C'était le même schéma que chez tous mes cousins. J'ai eu beaucoup de plaisir à jouer avec eux quand j'étais enfant, et à mesure qu'ils grandissaient, cela s'est transformé en taquineries de bonne humeur. La dernière fois qu'ils m'avaient rendu visite quand elle avait quatorze ans, je l'avais taquinée à propos de ses taches de rousseur et de sa maigreur. Maintenant, elle avait une silhouette magnifique et une absence totale de taches de rousseur, mais je n'allais pas laisser cela m'arrêter. D'ailleurs, je pouvais toujours me rabattre sur mes remarques sarcastiques habituelles sur sa maladresse, à moins bien sûr qu'elle ne s'en soit aussi remise.

"Eh bien, de toute façon, le dîner est prêt," annonça maman. "Entrez et nous allons commencer."

Nous avons tous fait notre chemin dans la salle à manger, où un dîner chaud de rosbif nous attendait. J'aurais aimé m'asseoir à côté d'Ashley, mais malheureusement, les plus jeunes filles voulaient toutes les deux s'asseoir à côté de leur cousine, alors pour éviter toute dispute, je me suis assise entre elles.

Pendant le repas, nous avons discuté de leurs projets de vacances. Ils seraient ici en visite pendant deux semaines, ce qui me laisserait beaucoup de temps à passer avec eux. Leur grand événement serait un voyage de camping le vendredi et le samedi ; nous avions de bons campings non loin de la ville, et Dana au moins n'avait jamais fait de camping, donc pour elle ce serait une aventure. J'étais tenté d'inventer toutes sortes d'histoires sur des monstres effrayants qui vivaient dans les bois, mais ses parents n'apprécieraient certainement pas qu'elle fasse des cauchemars toute la nuit, alors je me suis abstenu.

Je n'arrêtais pas de jeter des coups d'œil rapides et discrets à Ashley pendant le repas. Je ne pouvais tout simplement pas comprendre à quel point elle était devenue magnifique au cours de ces deux dernières années. Elle était carrément sexy.

Ce qui la rendait encore plus sexy, c'était le fait qu'elle ne l'affichait pas. Avec elle, il n'y avait aucune trace de l'arrogance hautaine que beaucoup de belles filles de cet âge avaient. Elle était plutôt un peu timide. Peut-être qu'elle commençait juste à s'habituer à être si belle, et ne savait pas vraiment comment gérer ça. Nul doute que la moitié des gars de son école la convoitaient.

Après le dîner, mes parents ont voulu faire une promenade et ont demandé qui voulait les accompagner. Jenny et Dana devaient bien sûr venir, mais Shane a refusé, préférant jouer à un jeu vidéo portable qu'il avait apporté avec lui. Oncle Craig et tante Wendy ont décidé de se détendre, ce qui n'a laissé qu'Ashley et moi. Je lui ai jeté un coup d'œil, et elle m'a jeté un coup d'œil. Nos yeux se sont croisés juste un instant, mais à cet instant j'ai cru voir une petite question, probablement la même question que j'avais dans mes propres yeux. C'était comme si nous voulions tous les deux voir ce que l'autre ferait en premier.

J'ai pris l'initiative. "Je viendrai," je haussai les épaules.

"Moi aussi," dit Ashley, confirmant mes soupçons. Les signaux qu'elle m'envoyait suggéraient qu'elle voulait passer du temps avec moi, mais ne voulait pas l'admettre.

J'ai attrapé mon manteau et nous avons quitté la maison tous les six. C'était un quartier assez typique, avec des maisons modestes entourant une impasse. Aucun des voisins n'était dehors pour le moment, ce qui n'était pas inhabituel ; c'était un quartier calme après tout.

Nous avons marché jusqu'au bout de la route, puis nous avons tourné au coin pour suivre le trottoir jusqu'à l'avenue. Il y avait environ cinq pâtés de maisons de l'école primaire, ce qui constituait une bonne destination pour notre promenade, d'autant plus qu'il y avait une aire de jeux où les petites filles pouvaient s'amuser pendant quelques minutes avant de rentrer à la maison. Le gymnase de la jungle en particulier leur a donné une alternative à Cousin Bruce pour grimper.

Maman, papa, Ashley et moi nous sommes assis sur l'un des bancs pendant que les filles testaient rigoureusement chaque pièce d'équipement dans la cour de récréation. Je souris en les regardant, me souvenant de ce que c'était que d'être si jeune.

Malgré le fait que c'était l'été, nous avions eu une belle tempête de pluie cet après-midi-là, et le froid persistait encore. J'ai remarqué qu'Ashley tremblait; elle avait oublié d'apporter un manteau, et son tee-shirt et son short n'offraient pas beaucoup de protection contre les éléments. Elle s'est rapprochée de moi pour se réchauffer et s'est même glissée sous ma veste. Depuis que je l'avais décompressé, c'était comme s'envelopper dans une couverture. Ses actions m'ont à la fois surpris et ravi; J'étais ravi d'être si près d'elle.

Je me suis souvenu qu'elle avait toujours été très affectueuse avec moi quand elle était enfant. Il y a eu une fois où elle avait huit ans et que je vivais encore à la maison, quand sa famille est venue lui rendre visite pendant l'été. Un matin, je me suis réveillé pour la trouver recroquevillée à côté de moi dans mon lit. Sur le moment, je n'y pensais pas du tout, ou tout au plus, que c'était un peu ennuyeux. Après tout, quel garçon de quinze ans voudrait qu'une petite fille de huit ans dorme dans son lit avec lui ?

Ses parents ont trouvé ça mignon, mais je lui ai dit de ne plus recommencer. Elle semblait un peu blessée par mes paroles, mais elle s'en est remise assez tôt.

Quand elle a grandi et a commencé à comprendre le concept de ce qui était et n'était pas un comportement approprié, elle a cessé d'agir de manière aussi affectueuse. Ce n'était qu'en de rares occasions comme celle-ci qu'elle faisait quelque chose qui pouvait être interprété comme du flirt.

J'ai été tenté de mettre mon bras autour de son épaule, mais j'ai pensé que cela aurait été trop évident. Au lieu de cela, j'ai fait la chose de gentleman et j'ai enlevé ma veste et je l'ai placée sur elle.

"Merci," dit-elle avec un sourire gêné.

La vérité était que j'aurais été plus qu'heureux de l'avoir câlinée avec moi sous ma veste pendant un peu plus longtemps, mais même si elle était ma cousine, cela pourrait ne pas sembler bon à mes parents ou à l'un des voisins qui sont arrivés à regarder. Si nous étions seuls, j'agirais peut-être différemment.

J'ai utilisé ce temps pour parler avec Ashley. J'étais curieux de savoir ce qu'elle avait fait ces deux dernières années. Elle était sur le point de commencer sa première année au lycée et commençait à faire des plans pour l'université. Elle n'avait pas encore décidé d'étudier l'architecture ou le droit ("Comme si ce monde avait besoin d'un autre avocat," plaisantai-je). Plus important encore, elle n'avait pas de petit ami.

Je ne sais pas pourquoi cela m'a fait plaisir. Après tout, c'était ma cousine germaine, il n'y avait donc aucune chance qu'il y ait quoi que ce soit entre nous. Bien sûr, je la trouvais attirante, mais cela ne voulait pas dire qu'il en sortirait quelque chose. J'étais plus qu'heureux de me contenter d'une simple amitié avec elle.

Nous n'avons donné que dix minutes aux filles pour jouer, puis nous les avons rappelées pour que nous puissions retourner à la maison. Ils ont grommelé, se sont plaints et ont supplié pendant « encore cinq minutes », puis ont cédé et nous ont suivis seulement lorsque ma mère leur a promis qu'elle les ramènerait demain pour qu'ils puissent jouer tout l'après-midi. Cela n'a cependant pas suffi à empêcher Dana de me sauter sur le dos, et j'ai dû lui faire faire un autre tour de ferroutage jusqu'à la maison.

Après notre retour à la maison, j'ai passé le reste de la soirée à me bagarrer avec les plus jeunes filles ou à discuter des derniers jeux vidéo avec Shane. Ce n'était pas que je ne voulais pas passer du temps avec Ashley ; en fait, j'aurais été plus qu'heureux d'être seul avec elle. Mais je me sentais un peu gêné d'avoir l'air trop amical avec elle. En fait, je me demandais même si mes sentiments envers elle étaient tout à fait appropriés.

Le temps a passé vite, et bientôt il était temps pour moi de partir. Après tout, j'avais du travail le matin et j'avais besoin de retourner à mon appartement pour une bonne nuit de sommeil. J'ai fait mes adieux, j'ai fait un câlin à tout le monde (et j'ai découvert qu'Ashley était encore plus agréable à câliner que je ne l'avais imaginé), puis je me suis dirigé vers la porte.

***

C'était lundi. Je n'ai pas eu l'occasion de les revoir pendant le reste de la semaine, mais Ashley a occupé mes pensées tout le temps. Bien sûr, j'aimais aussi mes autres cousins. Jenny et Dana étaient particulièrement adorables. Mais Ashley était trop belle pour être vraie.

En particulier, je n'arrêtais pas de penser à cette promenade que nous avions faite après le dîner, et à quel point c'était agréable quand elle s'était blottie contre moi sous mon manteau. Maintenant, je regrettais de ne pas l'avoir laissée faire le reste du chemin avec moi comme ça. Nous étions cousins, donc mes parents n'auraient sûrement pas de problème avec ça, et je me fichais de ce que pensaient les voisins.

Tant pis. J'avais donc raté une occasion. C'était bien; ce n'était pas comme s'il y avait un potentiel pour quoi que ce soit entre nous. Ashley se blottissant contre moi n'était pas différente de ses jeunes sœurs qui se débattaient par terre avec moi.

C'était dommage qu'ils prévoyaient d'aller camper vendredi. J'aurais adoré partir avec eux, mais tous les campings se remplissaient tôt à cette période de l'année, alors ils devaient partir tôt dans la journée, et je devais travailler. J'ai travaillé comme consultant informatique semi-indépendant, donc j'aurais techniquement pu prendre une demi-journée de congé si je le voulais, mais j'avais la date limite pour un gros projet à venir, et je ne pouvais pas me permettre de perdre du temps, sinon je serais bousculer pour le finir à la dernière minute.

Au moins, ils seraient de retour samedi soir. Je pourrais rentrer chez moi en voiture le dimanche matin et continuer à passer toute la journée avec elle. Avec eux, je voulais dire.

En fin de compte, j'ai pu voir Ashley plus tôt que prévu, et beaucoup plus d'elle que je n'aurais pu l'espérer.

Vendredi, j'ai décidé de rentrer à la maison pour le déjeuner, car mon appartement n'était qu'à dix minutes en voiture du travail et j'avais besoin de faire une pause du bureau. Je venais d'entrer dans mon appartement quand le téléphone a sonné. Je l'ai ramassé. "Bonjour?" J'ai dit.

"Salut, Bruce," dit la voix sur l'autre ligne. C'était ma mère.

"Salut, maman," lui dis-je. "Je pensais que tu serais parti maintenant."

"C'était le plan," dit-elle, "mais nous avons eu un petit problème."

"Quelle sorte de problème?"

"Ashley s'est foulé la cheville ce matin. Nous venons de rentrer de l'hôpital."

« Est-ce qu'elle va bien ? demandai-je, inquiet.

"Elle ira bien. Son pied est tout bandé, et elle doit rester à l'écart pendant quelques jours. C'est pourquoi nous appelons."

"Tu ne vas pas camper," en déduis-je.

"En fait, nous le sommes. Ashley ne voulait pas gâcher nos plans. Elle insiste pour que nous y allions sans elle. Jerry et Linda ne voulaient pas la laisser seule ici, alors je me demandais si tu pouvais descendre et la surveiller ? "

"Bien sûr. Je peux prendre le reste de la journée de travail si tu en as besoin."

« Non, descends juste après. Elle ira bien toute seule pendant quelques heures. Nous l'avons sur le canapé dans le salon, et elle peut regarder la télé jusqu'à ce que tu arrives.

"D'accord. Puis-je lui parler?"

"Bien sûr." Il y eut une pause, puis Ashley s'avança.

"Salut, Bruce," dit-elle. « Est-ce que tu vas venir me garder ? elle a demandé.

« Dès que je quitte le travail. Comment vous sentez-vous ?

"Je vais bien. Je suis drogué aux analgésiques en ce moment, donc je ne sens rien."

"Alors, qu'est-ce-qu'il s'est passé?"

"Je me suis juste trompé de pied en descendant les escaliers."

« Tu veux dire que tu es tombé ?

« Ouais, mais c'était la dernière marche avant le fond, donc je ne suis pas tombé loin. Tu sais comme je suis maladroit.

"Oui, eh bien, ils ne devraient pas laisser tout le monde marcher. Ils devraient être obligés de passer un examen, comme pour la conduite", ai-je plaisanté. "Hé, je vais prendre quelques films en descendant. Tu veux voir quelque chose en particulier ?"

"Pas vraiment. Juste pas d'action, pas de science-fiction et pas de porno."

"Eh bien, cela élimine tous les bons. Mais je vais voir ce que je peux faire."

"Merci. Eh bien, je vous verrai ce soir, alors."

"Au revoir."

***

L'idée de passer le vendredi soir et tout le samedi seul avec elle m'empêchait de me concentrer sur le travail pour le reste de la journée, ce qui annulait à peu près tout l'avantage de rester au bureau. Pourtant, j'étais trop heureux pour laisser cela me déranger.

A 5 heures précises, j'ai quitté mon bureau et je me suis dirigé vers la voiture. J'avais jeté tout mon linge de la semaine dans un sac marin dans le coffre. Le samedi était jour de lessive pour moi, et je pouvais laver mon linge aussi facilement chez mes parents que dans mon appartement.

Je n'ai pas passé beaucoup de temps au magasin vidéo; J'avais hâte de rentrer chez moi pour voir mon cousin. Je devais admettre que j'avais vraiment hâte de passer du temps seul avec elle. Quand le reste des cousins ​​étaient là, je jouais et plaisantais avec les autres, surtout les petites filles. Et même si c'était amusant, je voulais vraiment me concentrer davantage sur Ashley. En fait, je devais délibérément essayer de ne pas paraître trop amical envers elle. Maintenant, cependant, c'était l'occasion parfaite. Je ne sais pas à quoi je pensais, seulement que je voulais être près d'elle.

Choisissant quelques comédies romantiques que je pensais qu'elle pourrait apprécier, je les regardai et me précipitai vers ma voiture pour terminer les dix dernières minutes de mon voyage.

J'ai fait un arrêt de plus sur le chemin du retour. Je savais qu'Ashley avait un penchant pour le poulet au citron, alors j'avais décidé de renoncer à la pizza surgelée habituelle que ma mère m'aurait sans doute laissée pour mettre au four pour le dîner. Je pense qu'elle pensait toujours que je ne pouvais pas prendre soin de moi, même si je vivais loin de chez moi depuis cinq ans. En fait, je me considérais comme une assez bonne cuisinière. J'avais donc cherché une recette de poulet au citron sur Internet et fait un petit arrêt à l'épicerie pour récupérer les ingrédients que mes parents n'auraient probablement pas sous la main.

Le soleil venait juste de se coucher lorsque j'entrai dans l'allée de la maison de mes parents. Comme prévu, leur jeep et la camionnette de l'oncle Jerry n'étaient pas là; les deux ayant été utilisés lors du voyage dans les montagnes. La lumière était allumée dans le salon et, à travers les fenêtres, je pouvais voir Ashley allongée sur le canapé, recouverte d'une couverture et regardant la télévision.

Je laissai ma voiture et me dirigeai vers la porte d'entrée. En l'ouvrant, j'ai jeté un coup d'œil à l'intérieur. "Trick or Treat!" J'ai souri. Ashley a ri.

"Tu es environ quatre mois trop tôt", m'a-t-elle dit.

"Alors est-ce que ça veut dire que je n'ai pas de bonbons ?" demandai-je en entrant et en fermant la porte derrière moi. Je suis venu et je me suis agenouillé devant le canapé à l'extrémité où elle avait ses jambes. « Puis-je jeter un œil à ton pied ? J'ai demandé.

« Pourquoi ? Êtes-vous médecin ?

"J'étais juste inquiet pour toi. C'est tout. Je veux juste me rassurer que tu vas bien." En fait, j'étais plus intéressé à regarder ses jambes. Elle avait de très jolies jambes, et comme elle aimait porter des shorts, j'espérais un joli look long.

Et je n'ai pas été déçu. Ashley a souri et a retiré la couverture, me montrant exactement ce que je voulais voir. Elle portait un tee-shirt bleu clair et une paire de shorts de couleur crème qui mettaient en valeur ses jambes douces et belles. Je ne pouvais pas croire à quel point elle était sexy. Son pied blessé n'avait pas l'air mal du tout. Il était enveloppé dans des bandages et semblait un peu gonflé, mais autrement il semblait aller bien.

"Voir?" dit-elle. "Rien à craindre. Viens t'asseoir." Elle leva les pieds pour que je puisse m'asseoir sur le canapé, puis posa ses jambes sur mes genoux. Je me suis mentalement reproché de ne pas porter de short. Qu'est-ce que j'aurais donné pour sentir sa peau contre la mienne à ce moment-là ! Elle s'est penchée et a ramassé la couverture sur le sol, et je l'ai aidée à couvrir à nouveau ses jambes.

Nous nous sommes assis pendant quelques minutes, Ashley se concentrant sur l'émission à la télévision et moi faisant semblant de faire de même. Mais mon esprit n'était certainement pas sur la télévision, mais sur mon cousin.

Le spectacle venait juste de se terminer, alors j'ai attendu le générique de fin, puis je me suis levé du canapé. « Alors, tu as faim ? J'ai demandé.

"Un peu," répondit-elle.

"Eh bien, voyons ce que nous avons ici." Je suis allé dans la cuisine, qui était séparée du salon par la seule présence de carrelage au sol au lieu de moquette. Ouvrant la porte du congélateur, j'ai regardé à l'intérieur. Comme je m'y attendais, il y avait une pizza surgelée. Et même si je n'avais aucune objection à cela, je voulais impressionner Ashley avec mes talents de cuisinier.

"Eh bien, nous avons quelques excellents choix au menu," lui dis-je avec mon meilleur mauvais accent italien. J'ai ramassé la pizza surgelée et j'ai lu l'étiquette. "L'un de nos articles les plus populaires est... 'La pizza Super Supremo de Signor Donacelli. Maintenant avec 33 % de garnitures en plus.' Ou vous pourriez essayer le spécial d'aujourd'hui, qui est... le célèbre poulet au citron de Bruce Carlson !"

Ashley leva la tête pour me regarder par-dessus le dossier du canapé, ses yeux écarquillés d'excitation et un grand sourire aux lèvres. "Vraiment?" elle a demandé. "Êtes-vous sérieux?"

"On dirait que Madame a fait son choix. Désolé, Signor Donacelli, mais nous allons avec le poulet au citron ce soir."

"J'adore le poulet au citron !" s'exclama Ashley. "Je ne savais pas que tu savais comment le cuisiner."

"Rien n'est trop beau pour mon cousin," souris-je en retour. "Puisque tu as raté le voyage de camping, je sens qu'il est de mon devoir de te remonter le moral. En fait, le temps que j'en ai fini, tu auras tout oublié du voyage."

"Je vais te dire un secret," dit-elle. "Je n'aime pas vraiment le camping. Mais ne laissez pas cela vous empêcher d'essayer de me remonter le moral."

"Aha ! Le secret est révélé. Ashley Carlson fait seulement semblant d'avoir une entorse à la cheville. Vous êtes un très bon acteur, si vous avez même réussi à tromper le médecin."

"L'entorse est réelle", m'a-t-elle dit. "Bien que je doive admettre que je ne pouvais pas demander un meilleur timing."

« Un timing suspect, si vous me demandez. Alors dites-moi la vérité. Vous êtes-vous vraiment foulé la cheville juste pour pouvoir rester à la maison avec moi ?

"Oui. Je me suis vraiment foulé la cheville juste pour pouvoir rester à la maison. Même si c'est avec toi," sourit-elle.

"Aïe, Ashley. Ça fait mal. Si tu vas être méchant comme ça, peut-être que tu ne mérites pas le poulet au citron. Signor Donacelli, tu auras peut-être ta chance après tout..."

"C'est juste une plaisanterie!" insista-t-elle à la hâte. "Ça ne me dérange pas d'être avec toi. Tu es... tolérable."

"Oh, mon Dieu ! Elle m'a appelé tolérable," je rayonnais de joie simulée. "Bien que j'espérais juste un peu plus, je suppose que je dois prendre ce que j'obtiens."

"D'accord, très bien. Je t'aime bien. Est-ce que c'est assez bien ?"

"Beaucoup mieux. Maintenant, détends-toi, et je préparerai le dîner avant que tu ne t'en rendes compte." J'ai commencé à mélanger les ingrédients, et bientôt la maison s'est remplie d'un parfum de citron et d'herbes.

Il a fallu une heure pour que le poulet cuise après avoir tout mélangé, alors je suis retourné sur le canapé et je me suis assis avec Ashley pendant un moment. Elle posa à nouveau ses jambes sur mes genoux, et nous passâmes le temps à parler de rien en particulier. J'ai vraiment aimé être avec elle et j'ai eu l'impression qu'elle ressentait la même chose pour moi.

Je ne pouvais rien faire pour son pied blessé, mais je lui ai demandé si elle voulait que je masse son bon pied. Elle a accepté avec enthousiasme, alors je me suis mis au travail. Elle soupira alors que je la frottais, l'appréciant à fond.

Il s'est avéré que j'ai tout autant apprécié. Certes, il y avait d'autres parties de son corps qui étaient beaucoup plus belles que ses pieds, mais à peu près tout le reste était interdit, alors j'étais prêt à me contenter de cela.

En fait, j'étais tellement pris par le frisson de la toucher que j'ai été choqué d'entendre la sonnerie du four. Je pensais que nous n'étions assis ici que depuis quelques minutes, mais apparemment c'était une heure entière.

Je me levai du canapé et sortis la nourriture du four. Il a dû reposer quelques minutes avant de pouvoir le manger, alors j'ai utilisé ce temps pour jeter mon linge dans la machine à laver, me laver les mains (faire une blague sur le fait de les avoir sur ses "pieds malodorants" et sortir la vaisselle. Je ne voulais pas qu'Ashley ait à se lever et à venir à table, alors j'ai servi le repas et je le lui ai apporté sur le canapé.

"Bruce, merci beaucoup d'avoir été si gentil avec moi," dit-elle pendant que nous mangions. "Tu n'as vraiment pas eu à faire tout ton possible pour préparer mon plat préféré ce soir, et j'apprécie l'effort."

"J'essaie juste de t'impressionner avec mes compétences culinaires d'élite," souris-je.

"Eh bien, ça a marché. Je suis impressionné."

Je souris, appréciant le compliment. C'était agréable d'avoir une si jolie fille dire des choses comme ça sur moi.

Je n'ai pas pu m'empêcher de mettre quelques coups sur sa maladresse pendant que nous étions assis et que nous mangions, surtout quand elle a accidentellement renversé son eau sur le sol. Je l'ai gardé bon enfant; la dernière chose que je voulais faire était de la mettre en colère contre moi.

Après avoir fini de manger, j'ai pris son assiette et son verre et les ai mis dans l'évier. Il y aurait beaucoup de temps pour les laver plus tard. En ce moment, je voulais juste m'asseoir et parler avec elle pendant un moment.

Ashley bailla et s'étira, tendant ses jambes pendant une seconde avant de finalement se détendre à nouveau.

« Suis-je si ennuyeux ? » J'ai souri.

"Oh, non," répondit-elle à la hâte. "Tu es génial, Bruce. Vraiment. Je suis resté assis ici toute la journée. C'est drôle comme ne rien faire pendant quelques heures te fatigue."

"Eh bien, tu peux toujours te lever et faire des sauts avec écart pour faire couler ton sang," plaisantai-je.

"Ouais, c'est vrai. En fait, je pensais prendre une douche. Je n'en ai pas encore pris aujourd'hui."

« Ouais, je peux dire.

"Hé!" s'exclama-t-elle, mais elle savait que c'était pour s'amuser. "Quoi qu'il en soit, pourriez-vous me rendre un service ?"

"Je ne vais pas te laver le dos, si c'est ce que tu demandes."

"Sois sérieux pour une fois dans ta vie, Bruce," le gronda-t-elle. "J'ai juste besoin que tu m'aides à me lever du canapé."

"Bien sûr." Je me suis glissé à côté d'elle et j'ai mis un bras autour de sa taille. Alors qu'elle glissait son bras sur mon épaule, je ressentis un frisson soudain d'être si près d'elle. Elle était si douce, et même si elle n'avait pas pris de douche de la journée, elle sentait très bon.

Je me suis penché en avant, j'ai appuyé mes jambes sur le sol et je me suis levé, l'attirant avec moi. Ensemble, nous avons traversé la pièce en boitillant vers la salle de bain, elle s'appuyant sur moi pour se soutenir. Elle s'est reposée contre le comptoir pendant que je récupérais une serviette et un gant de toilette pour elle dans le placard du couloir. Puis elle a fermé la porte et je suis retourné à ma place sur le canapé.

J'ai fermé les yeux et j'ai essayé de l'imaginer dans la salle de bain, se déshabillant, entrant dans la douche... J'ai entendu l'eau couler et j'ai essayé de l'imaginer couler sur son petit corps brûlant. Je voulais tellement courir là-dedans en ce moment, arracher mes vêtements et lui faire l'amour passionnément. C'est fou, me suis-je dit. C'est ta cousine. Et elle est mineure. Tu pourrais aller en prison pour ça. Mais je laisse mes fantasmes continuer. Après tout, ce n'étaient que des fantasmes et ne pouvaient donc blesser personne.

Puis, tout à coup, j'ai entendu un bruit venant de la salle de bain et Ashley a crié. J'ai immédiatement sauté du canapé et couru jusqu'à la porte de la salle de bain. La gardant fermée, je me penchai. « Ça va ? J'ai demandé.

"Non," répondit-elle, et je pouvais l'entendre sangloter. J'ai attrapé la poignée de la porte. Alors qu'il commençait à tourner, j'entendis à nouveau sa voix. « N'entrez pas ! elle a insisté. Puis d'une voix plus calme, "Ça va aller. J'ai juste glissé, c'est tout." Puis vint le grincement de quelque chose frottant contre la porcelaine de la baignoire, et un autre fracas.

« Ashley ? » J'ai demandé.

« Oh, merde ! » dit-elle. "Je viens de faire tomber le rideau de la douche. J'ai de l'eau partout sur le sol."

"Ne t'inquiète pas pour ça," dis-je. "Je l'épongerai plus tard."

De nouveau, le grincement est venu, et j'ai pensé qu'elle devait se démener pour se mettre debout. Mais je pouvais dire qu'elle n'avait pas trop de succès. Sa cheville n'aidait sûrement pas du tout.

« Bruce, » dit-elle, un peu hésitante. « Pourriez-vous... pourriez-vous entrer et m'aider ?

"Bien sûr," dis-je, essayant d'avoir l'air calme. En vérité, je devenais très excité. Mais j'ouvris lentement la porte et pénétrai dans la salle de bain.

Ashley était assise dans la baignoire, ses genoux remontés contre sa poitrine et ses bras verrouillés autour de ses jambes. J'ai pu voir que sa mauvaise cheville était légèrement plus décolorée que lorsqu'elle est entrée dans la salle de bain. Son visage était rouge d'embarras d'être nu devant moi. Le shampoing couvrait ses cheveux. La buse de la douche pulvérisait sur elle, une bonne partie de l'eau tombant sur le sol de la salle de bain et le rideau de douche, qui se trouvait à côté de la baignoire.

Je me suis d'abord penché et j'ai fermé l'eau. Ensuite, j'ai donné un coup de pied à la tringle de douche pour avoir plus de marge de manœuvre. "On va te remettre sur pied", ai-je dit à Ashley. Je me penchai et m'accroupis à côté de la baignoire. J'ai glissé mon bras autour de sa taille (ce qui était très agréable, devrais-je ajouter) et lui ai dit de mettre son bras sur mon épaule. Elle l'a fait à contrecœur. Puis, au compte de trois, je me levai, la soulevant de sa position assise afin qu'elle puisse se tenir debout sur sa bonne jambe. Ce faisant, j'ai aperçu ses beaux seins jeunes et en développement et ses tout petits mamelons. Elle les recouvrit aussitôt de son bras libre. Elle avait les jambes bien serrées de sorte que tout ce que je pouvais voir de sa cuisse était une fine couverture de cheveux brun sable. C'était suffisant pour me mettre en érection, cependant. Heureusement, j'étais encore entièrement habillé, donc elle ne pouvait pas voir l'effet qu'elle avait sur moi.

"D'accord, la première étape est terminée," dis-je calmement. Je ne pouvais pas croire à quel point j'étais mature à propos de tout ça. "Maintenant, nous devons vous nettoyer. Pouvez-vous vous débrouiller tout seul?"

Elle a essayé de poser son pied blessé, mais a immédiatement glissé à nouveau. Heureusement, ma prise sur sa taille et son bras sur mon épaule l'ont empêchée de tomber.

"D'accord, nous allons le faire à la dure," dis-je. Ashley hocha la tête. Alors qu'elle s'appuyait toujours sur moi pour se soutenir, je me suis manœuvré pour pouvoir me pencher et rouvrir l'eau. Ça nous a éclaboussé tous les deux, mais je me fichais que mes vêtements soient mouillés. Je pourrais toujours les coller dans la sécheuse plus tard.

Entrant dans la baignoire, j'amenai Ashley là où elle pourrait enlever le shampoing de ses cheveux. Elle prit quelques secondes pour trouver le courage de retirer son bras de sa poitrine, puis tendit la main pour passer sa main dans ses cheveux. J'en profitai pour contempler ses seins. Ils étaient si beaux. Encore un peu petites, elles étaient belles et fermes, se trémoussant légèrement lorsqu'elle bougeait. Je devenais très excitée en voyant l'eau et le savon couler sur son corps entre eux et parfois sur eux. Mais je me forçai à détourner mon regard avant qu'Ashley ne me surprenne en train de le fixer.

En quelques minutes, elle finit de se rincer. Je coupai l'eau et sortis de la baignoire, puis pris une serviette pour elle. Elle s'est séchée (avec le plus grand effort, je me suis retenu de proposer de le faire pour elle), puis a essayé de l'enrouler autour d'elle. C'était dommage qu'elle recouvre à nouveau son corps, et en fait, j'espérais que nous ne pourrions pas le faire, car c'était au mieux gênant de mettre la serviette autour d'elle. Mais à mon grand désarroi, nous avons finalement réussi à le faire.

Sur une impulsion, je me suis penché et j'ai mis mon bras libre derrière ses genoux, puis je l'ai soulevée dans mes bras. Elle gloussa nerveusement, et j'étais heureux de la voir de meilleure humeur. Je l'ai portée sur le canapé et l'ai allongée doucement. "Tu vois? Ce n'était pas si mal," dis-je en allant fermer les stores de la fenêtre de devant. Je ne voulais pas que les voisins la regardent alors qu'elle ne portait qu'une serviette après tout.

« Bruce, ne le dis pas à ma mère et à mon père, d'accord ? elle a demandé.

"Dites-leur que vous êtes maladroit? Je ne le ferai pas, mais je pense qu'ils le savent déjà," souris-je.

« Non, ne leur parle pas de la douche et de tout.

"Je ne leur dirai rien. Tous mes amis, par contre..."

« N'ose pas !

"Je plaisante. Ce sera notre petit secret."

Ashley baissa les yeux sur mes vêtements, qui étaient trempés. "Désolé pour ça, Bruce," dit-elle.

"Pas de problème. Je vais juste les jeter dans la sécheuse avec le reste de ma lessive."

"Mais tu n'as rien à te changer."

"Oh ouais. Bon point. Eh bien, puisque tu ne portes qu'une serviette, ça ne devrait pas te déranger si je fais la même chose."

"C'est bon. On va juste prétendre que c'est une toge party."

Je ris et me dirigeai vers la salle de bain, attrapant une serviette dans le placard du couloir en cours de route. Dès que j'ai fermé la porte, j'ai laissé un large sourire s'étendre sur mon visage. Je n'aurais pas pu mieux planifier cela moi-même. C'était presque plus que ce que j'aurais pu espérer.

Après avoir retiré mes vêtements et enroulé la serviette autour de ma taille, je me tournai vers le miroir pour voir à quoi je ressemblais. Maintenant, j'étais content de m'être entraîné au gymnase trois fois par semaine. J'avais de larges épaules et des bras forts, sans parler des muscles pectoraux que je n'avais pas beaucoup l'occasion de montrer devant les dames. Mais Ashley verrait tout.

J'ai ramassé mes vêtements mouillés et j'ai quitté la salle de bain, traversant la pièce de devant vers les toilettes à l'autre bout de la maison. Je me forçai à ne pas regarder la réaction de ma cousine, mais du coin de l'œil je pouvais voir sa tête tourner pour me suivre. Une fois dans la salle de bain, j'ai jeté mes vêtements et le reste de ma lessive dans la sécheuse et je l'ai mise en marche, puis je suis retournée dans le salon.

Ashley massait délicatement sa cheville enflée. J'ai attrapé les bandages que j'avais retirés plus tôt et je me suis agenouillé devant elle pour le remettre en place. Elle a grimacé plusieurs fois pendant que j'appliquais les bandages; Je n'étais pas médecin, j'ai donc fait beaucoup d'erreurs. Une fois que j'eus terminé, je m'assis sur le canapé à côté d'elle, peut-être un peu plus près que nécessaire, mais pas assez près pour qu'elle se méfie.

"You've been working out," she commented. I turned to face her. She was staring at my chest and arms.

"There's a gym in town, not far from my place," I explained. "I've got a membership. Here, let me show you." I leaned in and placed her hand on my bicep, then flexed. She felt it for a minute, then took her hand away.

"Solid as a rock," she said. "You must have all kinds of girls after you."

"Yeah, I wish," I said. "But, you know, a geek like me-"

"You're not a geek!" she exclaimed.

"Sure I am," I laughed.

"No you're not. You're too good-looking to be a geek."

I have to admit, I blushed at this compliment. But I could give as well as receive. "That really is high praise, coming from a beautiful girl like you."

"Okay, quit joking around," she said, grinning and blushing as much as I was.

"Who says I'm joking? If I weren't your cousin, and if I were seven years younger-"

"All right, I get your point. Let's not even go there. That's just too weird." There was an awkward pause in the conversation for a few seconds. She was right; it was weird to be having those thoughts about her. But they were there, all the same, and I couldn't deny it.

As if to refute her previous statement, she reached out and touched my chest. I felt a thrill at having of her hands on me like that. "Well, you're obviously doing something right with your workout. A lot of guys would kill to have pecks like these." She ran her fingers lightly over my chest, which sent chills down my spine. I realized that I was growing hard under the towel. If she kept this up, I wouldn't be able to hide the bulge.

"Now how about your abs?" she asked, moving her hand lower. But at this, I squirmed and grabbed her hand.

"That tickles," I laughed.

"Really?" she asked with a grin, pulling out of my grasp and reaching over to tickle me in the side. "Bruce is ticklish!" she taunted.

I kept trying to grab her hands, but she was too fast. And I have to admit, I didn't really want her to stop. I was having too much fun, laughing and playing and wiggling around. Then I went on the offensive, reaching out and tickling under her arms. She squealed and brought her arms in, trapping my hands. But they were still in a prime position to tickle her, so she tried to pull away, laughing as much as I was.

"Hey, no fair going after the cripple," Ashley complained in mock anger.

"You started it," I responded. "I'm just defending myself."

"Yeah, well defend against this!" she exclaimed, throwing herself at me and reaching for my neck.

For several minutes we attacked each other, each trying to gain the advantage. I could see that her towel was slipping as she wiggled all over the couch to avoid my hands, and I was hoping it might come undone. She didn't seem to notice.

Then suddenly, I caught one of her hands that she was trying to catch me in the side with, and at the same time, as I tried to avoid it, I slipped off the couch, falling on my back and pulling her over on top of me. She landed on my chest, and her towel finally came undone. It spread out over me, uncovering her back. Unfortunately, it still lay between us, the only thing separating me from her breasts. She didn't move for a minute, and I wondered if I had hurt her ankle.

"Are you all right?" I asked, brushing her hair out of my face. She didn't answer, but just stared down into my eyes, a half-smile on her lips. I repeated my question.

"I'm fine," she told me in a subdued voice. But she made no move to get off of me, or to cover herself. And in truth, I didn't want her to. For a few seconds we continued to gaze into each other's eyes. Then, without warning, she lowered her head and pressed her lips against mine.

I was too stunned to do anything for a moment. Ashley kissed me passionately, not with the kind of kiss that family members might bestow upon one another, nor even a kiss of mere friendship. This one was much deeper than that.

Then she suddenly realized what she was doing, and pulled away. "I'm sorry," she said, going red. "I shouldn't have... I mean..." She tried to lift herself off of me, but her ankle wouldn't let her. I helped her into a sitting position as she grabbed at the towel to keep it over her chest. I cursed myself for letting the moment pass. But what could I have done?

"Ashley..." I mumbled, not knowing what to say to her. But she cut me off.

"Bruce, can we just pretend that didn't happen? I mean, I don't... We shouldn't... Oh, let's just... I don't know. Could you help me back up onto the couch?" She quickly refastened the towel.

I put my arm around her waist and her arm over my shoulder and lifted her back to where she had been before. Her face was still red from embarrassment, and she refused to look at me.

"Ashley, if you want to pretend it didn't happen, that's fine," I said. "But I'm not going to lie and say I didn't like it."

"But it's wrong," she said. "I mean, you're my cousin. We shouldn't be doing stuff like that."

"And we could get into big trouble if we... took it any further."

"Right. So it didn't happen."

"Right."

She glanced at me, trying to read the expression in my face. But I knew she wouldn't be able to, since I had no idea what I was feeling right then. Here was my cousin, still a little girl compared to me, and I had just let her kiss me. Had I lost an opportunity? Or should I have even considered it an opportunity at all? Half of me thought it was creepy, and the other half wanted to just take her in my arms and make love to her right now.

"So," I said, trying to change the subject. "Do you want to play some cards?"

She shrugged, an uneasy smile coming back to her face. "Sure. What game do you want to play?"

"How about strip poker?" J'ai demandé. "Although judging by our state of dress, I expect it'll be a really short game."

"Oh, yeah, very funny."

"Okay, fine. How about blackjack?"

"Sounds good."

"Strip blackjack."

"Bruce!"

"Just kidding. Stay here. I'll go get the cards." I stood up and headed to the closet in my brother's bedroom that held all of the games. There was a deck of playing cards in there somewhere. After rummaging through it for a minute, I found what I was looking for, so I headed back into the living room.

I was almost to the couch when suddenly, for no apparent reason, my towel came undone.

I didn't realize what had happened for a second, but by that time it was too late. My erect member stood straight out, revealed in all its glory to my cousin Ashley. She gasped in shock, her eyes going wide as she stared at it. In shock, I stood there naked in front of her, not sure what to do. It was as if my mind had frozen, and the obvious solution of picking my towel back up didn't even occur to me.

Ashley regained her composure first. "So are you going to cover yourself?" she asked quietly.

"Oh." I said. "Um, yeah." I knelt down and lifted the towel from the ground, and was about to wrap it around my waist when I heard her blurt out, "Wait a minute."

If I had half a brain, I would have still covered myself. If I knew one thing about Ashley, it was that she was innocent. She was a little shy sometimes, a little reserved. She had probably never seen a man naked before. This was a new experience for her, and she liked it. She was confused, and it was wrong for me to take advantage of her in that way. But no matter how much I told myself that, I still couldn't quite bring myself to cover up.

"Why..." she started, still staring at my manhood. "Why is it..."

"Hard?" I asked, and she nodded, once again blushing from embarrassment. She wasn't used to talking about things like that, I could tell.

"Is it me?" elle a demandé.

"No," I insisted, but then I realized there was no way to deny it. "Okay, yes. I'm still thinking about that kiss. And... seeing you in the shower."

"I've never seen one before," she told me. "Would you mind... leaving your towel off?"

I couldn't believe what I was hearing! My cousin Ashley, one of the cutest girls I had ever met, but one who had always been unobtainable, even to guys who weren't her cousin, was asking me to stay naked in front of her. In that moment, all my resolve melted away, and I knew I couldn't refuse her. There was one other thing I wanted, though.

"I'll leave it off on one condition," I told her. "You have to take yours off too."

She hesitated for a moment, and I thought she was going to refuse. Then she reached up and slipped her towel off of her body. I stared in awe at this adorable little sixteen-year-old girl, with her tiny little waist, perky breasts, and long, slender legs. How I wanted to touch her! But I didn't want to take it too fast, and possibly scare her off. So I merely sat down beside her on the couch, my bare legs touching hers. It felt so good, and it did nothing to reduce my erection.

"So do you really feel that way about me?" she asked, nervously.

"Well, yes. I mean, I already told you I think you're gorgeous. And let me add, you've got a body to die for."

She gave a nervous giggle. "You know, maybe this isn't so weird after all."

"Do you still want to play cards?" J'ai demandé.

"No," she answered. "Bruce, I changed my mind."

"About what?"

"Would you... kiss me?"

Would I! It took all of my self-control not to just tackle her right there. Instead, I asked very gently, "Are you sure, Ashley? I'm willing to go as far as you want. I don't care if it's wrong. Seeing you there like that... well, you can see what you're doing to me."

In response, she put her hand behind my head and pulled me in. I hesitated no longer, but gave her a long, passionate, erotic kiss. My hand went to her waist and I began to caress her gently. She was trembling ever so slightly, and now my suspicions were confirmed that she had never been with a man before. This was a new experience for her, and I wanted to make it as special as possible.

My hands slowly moved up her waist, drifting closer and closer to her breasts. I wasn't sure if she wanted to continue, because she pulled her head back and glanced down at my hand. But then she reached out and wrapped her fingers around my engorged member and I groaned in pleasure. Taking that as my cue, I let my hand fall on her breast, massaging it gently. Ashley's breathing became deeper as I fondled her, her body awakening to the pleasure. She leaned her head back over the couch and closed her eyes, letting the ecstasy overcome her.

I moved forward and kissed her gently on the neck, flicking my tongue lightly against her skin. She gasped and shivered as I did it, a smile on her face. I went lower, moving off to the side toward her other breast. They were small and firm, still developing as her body matured into womanhood.

I loved the feminine smell of her aroused body, the rising and falling of her chest, and the taste of her nipple in my mouth as I sucked on it. She let out a quiet moaning sound as I teased it with my tongue, and I could feel it hardening. Her skin was so soft and beautiful, I almost wanted to just spend all night just running my hands and tongue all over her.

I let my free hand slide down her body toward her pussy. I expected her to close her legs, but instead she spread them wider to give me better access. She had a gorgeous covering of hair down there, half hiding the delights beneath. My fingers made contact with the top of her slit, and she jumped from the sudden sensation.

I continued to kiss her all over her chest as my hand rubbed her gently between the legs. She was damp down there, and growing damper by the minute as I fueled her arousal with my hand.

Her own hand was busy stroking me, driving me insane with the pleasure. It felt so good to have this beautiful girl doing this to me, despite the fact that she was my cousin. Despite her inexperience, she managed to do a good job of it, and I soon found myself in danger of climaxing. I put my hand on hers and slowly drew it away.

She raised her head and stared at me questioningly. I leaned in and kissed her again on the lips.

"Ashley," I told her. "I don't want you to bring me off like that. I want to do much more with you tonight."

Her eyes opened wide with what looked like a bit of fear.

"You mean... sex?" elle a demandé.

"Yes, but not just sex. I want it to be something special for both of us. I want to carry you into the bedroom, then make love to you, to show you just how much I care about you. Will you let me be your lover tonight?"

She continued to gaze at me for a few seconds, then to my surprise and delight, she nodded.

I took my hands off of her for just a second, then slipped one arm behind her back and the other beneath her knees. Giving her one last kiss on the lips, I rose to my feet and carried her toward the spare bedroom where she had been sleeping.

Gently laying her on the bed, I leaned over once more and kissed her breast. Then I climbed up onto the bed beside her. By now my manhood was aching to be inside of her.

"Bruce, I've never..." she began, but couldn't finish the sentence. "I mean, this is my first time."

"Do you want me to stop?" J'ai demandé.

"No. I'm just a little nervous."

"There's no reason to be nervous. I'll take care of you," I told her.

I continued to kiss her as my hands resumed what they had started on the couch. She spread her legs once more, and I massaged her there as I kissed her all over the face, neck and chest.

Once more her breathing grew heavy from my ministrations. I can't claim to be an expert lover, but whatever I was doing, it was working. The heat of her body, the labor of her breathing, and the dampness between her legs all told me of her arousal.

I lifted my head up for a moment so that I could gaze down at her beautiful body spread out on the bed below me. Her hair was splayed out on the pillow, her hands rested beside her shoulders, and she gazed up at me with a smile of trust and love. I'm sure I wore the same expression on my own face, because that was exactly the same way I felt about her.

I let my hand work as I gazed down at her, enjoying the look of pleasure on her face and the knowledge that I was the one giving her that pleasure. I wanted nothing more than to give her the ultimate pleasure, to bring her with me to erotic heights that she had never before experienced.

However, I also wanted to draw it out as long as possible. We had all night after all. As my hand rubbed her sweet pussy, I lowered my head and sought out her nipples. She cried out as my tongue made contact, and I grinned. I licked all over the hardening point, teasing it to arousal. She thrust her chest out with each breath as if trying to shove her breast right into my mouth. There would be time enough for that later, though. Right now I just wanted to toy with her.

For a moment I had the absurd and comical wish that I had two heads, so that I could stimulate her other breast at the same time. I almost laughed at the thought, and the image that went through my mind. Instead, I had to content myself with moving on to her other breast once I had pleasured the first one enough.

Her whole body squirmed and pulsed to my ministrations. I could tell she was excited. It was time to start loosening her up, so I slipped a finger inside her moist tunnel. Again she cried out in pleasure, a sound that I was beginning to enjoy very much.

As I gently fucked my finger inside her slit, I used the thumb of the same hand to massage her clit. I couldn't claim to be an expert in lovemaking, but I did at least know that that was the most sensitive spot on the female body (at least the outside), so I didn't want to neglect it. The gasps she made as I toyed with it were all the encouragement I needed to keep going.

By this point, I had both of her nipples as hard as a rock. It was time to stop teasing her and get down to business. I slipped her nipple into my mouth and sucked on it hard. It was obvious from the sounds she made that she really enjoyed that, so I continued. So as to spread out the pleasure all over her body, I alternated between her two breasts, suckling on one for a couple of minutes, then switching to the other.

From the increased tempo and pitch of her moans a few minutes later, I could tell that she was ready for me. I lifted my head up and gazed down once more into her face with a questioning look. She smiled and nodded, an unspoken answer to the unspoken question.

I moved over above her. She gazed up into my eyes, still a little afraid, but she nevertheless spread her legs to give me access. I lowered myself and placed the head of my manhood against her opening.

"Does it hurt going in?" elle a demandé.

"The first time, it might hurt a little. But the pain only lasts a minute."

She nodded, and I took that as permission to continue. I rolled my hips forward, sliding inside her a little. She was breathing harder now, her breasts heaving. I pressed a little deeper, feeling myself run up against her barrier. She had her eyes closed, waiting for the pain. And then, in one firm yet gentle motion, I thrust through. She sucked in her breath, then let it out slowly, and I lowered myself down onto her.

"Was that it?" elle a demandé.

"Yes. That was it."

"That wasn't bad at all."

"I'm glad. I don't want to hurt you."

She drew her head up and gave me a kiss. "I love you," she told me.

I waited a few minutes, just cuddling and kissing her. Then I began to thrust, driving my engorged member deep inside of her. She moaned slightly with each motion as the pleasure filled her. A smile covered her lips, which I attacked with my own, kissing her hungrily. I loved the feel of her breasts against my chest, of her pussy wrapped around my cock, of her hands grasping me tightly, as if trying to pull me in even closer than we were already.

The pleasure was exquisite. I hadn't had a girlfriend in a long time, and this brought back memories of what I had been missing for so long. It was even better because this was a girl that I had already loved before I ever started thinking of her sexually. She was my cousin, the little girl I used to play with when I was younger. Now that she was older, I was introducing her to an even better game. I couldn't believe how fortunate I was to be her first time.

I continued to kiss her, wildly and passionately now, as our bodies clung to and thrust into each other. We were both moaning and gasping and crying out our desire for one another now, lost in the sexual ecstasy. I loved the warmth of her body against my own, the softness of her skin and the beauty of her face so close to me.

I could feel the onset of my orgasm, the building pressure that told me that soon it would all be over. The gasps coming from Ashley told me that she was experiencing a similar spike in pleasure. To my delight I realized that we were going to climax together.

"Ashley, I love you!" I shouted as I hit my peak, thrusting deep inside of her and feeling my cock throb as it erupted. Ashley cried out, her body stiffening and her pussy tightening around me. We held that position a long time, our bodies pressed close together and frozen as if time itself had ceased.

It could only have been a few seconds, but it felt like it had gone on forever. Eventually, as the pleasure subsided, our bodies relaxed once more, and we collapsed in a satisfied and exhausted heap.

After it was all over, Ashley cuddled up next to me and closed her eyes. I lay there awake for a few minutes, thinking about what had just happened between us. It was true that there would be little chance of continuing this relationship; once her family came home tomorrow night we wouldn't have any more time alone together. Then I would have to wait another year to see her again. But we were together tonight, and that was all that mattered. I kissed her on the forehead and closed my eyes, surrendering myself to sleep and happy dreams.

Articles similaires

Leila obtient son premier souhait d'anniversaire

Elle s'appelait Jess. C'était une fille typique de 16 ans. De beaux cheveux bruns jusqu'à la taille, des yeux bleus perçants et un bronzage doré. Ses seins bien plus qu'une poignée et son cul tout aussi beau. Je ne me suis jamais considérée comme une lesbienne, mais je la regardais souvent et je me demandais à quoi ressemblait son beau corps nu. Quel goût elle aurait, quelle sensation sa peau douce aurait contre la mienne. J'étais moi-même une fille geek de 15 ans, la bouche pleine de métal, des lunettes à monture épaisse ringardes. Poitrine plate, petit corps, cheveux blond sale...

617 Des vues

Likes 0

Collecte de fonds pour l'hôpital

Slavia a 31 ans, jamais mariée, c'est une belle femme russe sexy. Elle est à une collecte de fonds à l'hôpital, tous les grands donateurs de la fondation de l'hôpital sont là, rivalisant pour s'impressionner avec un lissage du plumage ainsi que des dons importants à mesure que la soirée avançait. Slavia se sentait mal à l’aise dans ce monde guindé de philanthropes fortunés. Elle avait tenté de sortir, mais avait été interceptée dans le couloir par une grande dame âgée de la société qui n'aimait rien de plus que de se remémorer à l'heure des histoires de sa longue jeunesse...

466 Des vues

Likes 0

Memorial Daze, deuxième partie

Dans des circonstances différentes, avoir Joe entre mes jambes aurait été le paradis. Mais avec Keith et Rob se tenant chacun un bras et une jambe et l'odeur de bière et d'herbe dans l'air et s'en échappant, c'était comme un cauchemar devenu réalité. J'essaie de m'éloigner des lèvres de Joe alors qu'il s'apprête à embrasser ma chatte, seulement pour qu'il m'attrape par la taille et m'attire sur ses lèvres. Alors que ses lèvres touchent mes lèvres externes, je frissonne à cause de son souffle chaud touchant ma peau froide. Sa langue trace mes lèvres puis Oh, elle est plutôt douce et...

516 Des vues

Likes 0

Ma présentation_(0)

Bonjour, j'ai maintenant 54 ans et je voudrais vous raconter ma vie. Quand j'avais sept ans, j'ai été placée dans un orphelinat par le tribunal. Non pas que j'aie fait quelque chose de mal, c'est là que mes parents qui ont perdu la garde de moi et de mes deux frères. Cette fois-là, je ne le savais pas, c'est pourquoi j'ai voulu rentrer chez moi. Alors je fuyais assez régulièrement. Ce n'est que plusieurs années plus tard que j'ai su la vérité. Quoi qu'il en soit, parce que j'ai l'habitude de fuir parfois, j'ai été dans plusieurs orphelinats. Là où les...

843 Des vues

Likes 0

Harry Potter Adventures : Chapitre 4 - Partie 2 sur 3 - La récompense de Ron

Cette histoire ne reflète pas les attitudes ou les personnages de la série Harry Potter, ni n'a d'affiliation avec l'auteur. Chapitre 4 – partie 2 Harry, Ginny, Katie et Demelza entrèrent tous dans la salle commune de Gryffondor pour découvrir que les célébrations de la fête battaient leur plein. La pièce était sombre à l'exception des lumières vives qui émanaient du bout des baguettes des gens, alors qu'ils les agitaient comme des bâtons lumineux. La musique jouait fort de la chaîne stéréo et quelqu'un était allé dans les cuisines et avait apporté des boissons à la fête. Des filles de 4ème...

1.7K Des vues

Likes 0

Maman m'a attrapé, moi et papa

Je suis journaliste d'investigation pour un journal de taille moyenne dans l'État de Californie. J'écris également des articles indépendants pour divers magazines. Je suis donc toujours à la recherche d’histoires d’intérêt humain. Je connaissais une histoire qui m'a fasciné et qui s'est produite il y a plusieurs années. Il n'avait été publié que dans des articles de journaux, mais je pensais que je pourrais peut-être vendre un article de fond à ce sujet. Mais pour être publié, il faudrait un récit extrêmement soigneusement rédigé. Il y a quelques années, un homme de ma ville natale a été condamné à plusieurs années...

482 Des vues

Likes 0

Ils jouissent en retour

Debbie était assise à une table en train de boire un verre au Halfway House Bar quand elle a entendu Cripes Deb, ça fait longtemps. Le propriétaire de la voix se laissa tomber sur le siège à côté d'elle. C'était quelqu'un que Debbie n'avait pas vu ni entendu depuis longtemps et qu'elle n'avait pas voulu voir. Il s'appelait Mick et c'était un ami de son fils. En grandissant, Debbie était à peu près une nympho. Si vous aviez de la drogue et une bite, vous aviez Debbie. Cela avait conduit Debbie à avoir un fils et à abandonner l'école. Elle avait...

1.5K Des vues

Likes 0

Court métrage sur le dispositif de contrôle de l'esprit : l'envie de sucer d'une mère

Court métrage sur le dispositif de contrôle de l'esprit Envie de pipe de la mère Par mypenname3000 Droits d'auteur 2020 Remarque : Merci à WRC264 pour la lecture bêta ! Dean Michaels était assis sur le banc du parc, tapant sur son ordinateur portable, son appareil de contrôle de l'esprit posé à côté de lui. Il était sur le point de le tester pour la première fois. Il a entré la première commande. et tous ceux de moins de dix-huit ans ont commencé à quitter les environs. Il avait voyagé loin de chez lui pour tester l'appareil. J'ai conduit deux heures pour qu'il...

1.2K Des vues

Likes 0

Empire perdu 62

0001 - Tempro 0003 - Conner-Thomas 0097 - As - Zimmel 0098 - Lucie 0101 - Shelby (vaisseau-mère) - Lucie 0125 - Lars 0200 - Hélène 0301 - Rodrick 0403 - Johnathon 0667 - Marco - Marron 0778 - janvier 0798 - Céleste - Shelby (humaine) 0908 - Tara-Mara -------------------------- Non cultivé - non numéroté ------------------------ 3 - à bord de Shelby 2 en re-gen 1000 - Sherry - perdu pour le moment 0999 - Zan - également perdu -------------------------------- Connu et OR numéroté ------------------------------- 0501 - Thaddée ???? - Léna --------------------------- Derrick regarda Jonathon apparaître du portail avec Ace en...

676 Des vues

Likes 0

Partie 5) Eragon - Les petites choses de la vie

****Laissez-moi le dire maintenant. CECI N'EST PAS MON HISTOIRE CELA APPARTIENT À GryphonWings si vous voulez en savoir plus sur ses histoires, allez ici http://gryphonwings.sofurry.com/ il s'agit d'une série en cinq parties**** *les tags incluent Humain, Oral, Non anthro, Vaginal, Pénétration profonde, Imprégnation, Dragonne, Ejaculation, Âmes sœurs, H/F ps. j'espère que tu aimes ça comme moi Il est temps, dit doucement Arya en sortant de chez elle, portant une petite pierre à la main. Elle se tenait directement devant Eragon et Saphira, le tenant dans sa paume. Si la pierre devient rouge, Saphira n'est pas enceinte. Si elle devient bleue, Eragon...

525 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.