Brève rencontre universitaire

414Report
Brève rencontre universitaire

La fête du Nouvel An de Steve…

… j'avais un nombre pair de mecs par rapport aux filles, mais d'une manière ou d'une autre, je savais que si je me retrouvais avec quelqu'un, ce serait Ann. Ne vous méprenez pas, elle n’était pas laide, juste un peu simple et sourise. Elle était un peu plus petite que moi et assez maigre même si elle avait de jolis fesses. Effectivement, lorsque les danses lentes sont arrivées, Ann et moi avons en quelque sorte dérivé ensemble et elle m'a regardé avec attente.

"Envie de danser alors Ann ?"

"Oui s'il vous plait!" » répondit-elle et j'enroulai mes bras autour d'elle alors qu'elle me souriait. Ray était convaincu qu'elle m'aimait et j'ai accepté à contrecœur. Elle passa ses mains autour de mon cou et posa sa tête sur ma poitrine.

Je dois admettre que la proximité chaleureuse de son corps était très agréable. Nous ne parlions pas et elle semblait blotti sa tête contre mon épaule, alors j'ai décidé de tout risquer en glissant mes mains dans son dos et en passant ses joues en coupe à travers sa jupe.

"Désolé, je m'oubliais !" et j'ai remonté mes mains.

"Non, ça va… ça ne me dérange pas…" murmura Ann alors je glissai à nouveau mes mains vers le bas et cette fois, je massai doucement les joues de ses fesses à travers le tissu doux et fin. Je dois avouer que cela commençait à m'exciter et j'ai commencé à penser que peut-être, juste pour ce soir, je pourrais « m'en sortir » avec elle. Après quelques danses, j'ai ouvert les yeux jusque-là fermés et j'ai remarqué que des gens s'éloignaient vers le salon.

« Nous sommes abandonnés ! » J'ai plaisanté avec Ann, qui a regardé autour d'elle et a ensuite dit :

"Dieu ainsi nous le sommes - emballons vite une chaise!"

Nous nous sommes rapidement dirigés vers le salon et avons pu prendre un grand fauteuil moelleux dans un coin de la pièce. Steve avait déjà éteint les lumières, donc nous pouvions à peine voir les autres couples, et je me sentais un peu nerveux quant à ce qu'Ann et moi allions faire – ou pas. J'avais l'impression qu'elle était un peu prude.

Ann m'a dit de m'asseoir sur la chaise, puis elle s'est assise sur mes genoux, glissant son bras derrière ma tête et se blottissant à nouveau contre mon épaule. Il m'est venu à l'esprit que de l'angle où nous étions assis et dans le coin de la pièce, personne d'autre ne pouvait voir ce que nous faisions, mais il m'est également venu à l'esprit qu'à ma connaissance, Ann n'était pas intéressée. dans autre chose que discuter. Cependant, cette pensée fut bientôt chassée de mon esprit lorsqu'elle commença à faire glisser sa main de haut en bas sur ma poitrine et me regarda avec attente.

"Alors tu vas m'embrasser ?" elle a demandé. J'ai été surpris et ravi de cette demande et je l'ai doucement embrassée sur les lèvres. Elle a rapproché ma tête d'elle et nous nous sommes embrassés passionnément pendant plusieurs secondes. Puis soudain, sa bouche s'est ouverte et sa langue s'est glissée dans ma bouche.

J'ai répondu en nature et bientôt Ann se tordait sur mes genoux pendant que nous luttions avec nos langues. J'ai rapidement jeté un coup d'œil autour de moi, mais tout le monde était tellement impliqué dans ses propres activités que nous n'attirions aucune attention. Pendant que nous nous embrassions, même si mon bras gauche était coincé sous le corps d'Ann, mon bras droit était libre et je l'ai soigneusement glissé jusqu'à la poitrine et l'ai posé doucement sur son sein gauche. Cela a semblé stimuler Ann alors qu'elle m'embrassait encore plus passionnément, et j'ai pris cela comme un indice !

J'ai doucement pressé les seins d'Ann à travers le fin coton blanc de son chemisier, puis elle m'a murmuré :

"Vous pouvez défaire les boutons si vous le souhaitez…"

J'étais bien sûr ravi d'accepter cette invitation et cherchais le bouton du haut de son chemisier que j'ai pu défaire assez facilement. J'ai ensuite défait le deuxième bouton et j'étais maintenant capable de glisser ma main dans son chemisier. J'ai senti le tissu en dentelle de son soutien-gorge dans ma main, puis j'ai soigneusement glissé un doigt sous le tissu. Ann s'est alors éloignée et a baissé les yeux et j'ai pensé un instant qu'elle allait m'arrêter.

"Pas grand-chose là-bas, j'en ai peur !" Elle m'a chuchoté.

"Je suis sûr qu'ils sont merveilleux !" Je murmurai en retour et glissai ma main plus loin dans son soutien-gorge. Elle avait raison dans la mesure où ils n'étaient qu'une petite poignée, mais son sein gauche était bien ajusté dans ma paume et je sentais le mamelon durcir sous mon contact. Ann posa de nouveau sa tête sur mon épaule pendant que je massais doucement sa poitrine. J'ai baissé les yeux et j'ai soudain réalisé qu'il y avait un bouton sur le devant de son soutien-gorge.

« Dois-je annuler cela ? »

"Cela rendrait les choses beaucoup plus faciles, n'est-ce pas ?" murmura Ann en me souriant. J'ai soigneusement décroché le bouton et retiré le tissu exposant ses petits seins. Malgré leur taille, ils étaient beaux à regarder et j'ai caressé la peau douce, permettant à mon pouce de frotter doucement les mamelons. La respiration d'Ann est devenue plus difficile à mesure que je faisais cela, puis levant les yeux pour m'assurer que nous n'étions pas surveillés, je me suis penché en avant et j'ai doucement blotti ma tête contre sa poitrine. Ann a tiré ma tête contre ses seins et, encouragée par cela, j'ai embrassé la peau douce et lisse de ses seins et j'ai passé ma langue sur ses mamelons. Soudain, Ann a couiné et j'avais peur que quelqu'un nous entende, mais en levant les yeux, les autres couples dans la pièce semblaient être également occupés !

"C'est tellement gentil…" murmura Ann et je baissai à nouveau la tête pour continuer à embrasser ses seins. J'ai pris un mamelon dans ma bouche et j'ai passé ma langue autour, puis je l'ai laissé tomber avec un doux « plop ». À ce moment-là, Ann se tortillait sur mes genoux et je commençais à trouver cela inconfortable car, bien sûr, j'avais maintenant une érection qui menaçait de sortir de mon pantalon. Je me suis éloigné d'Ann et j'ai dit :

"Je me sens un peu mal à l'aise ici..."

"Oh mon Dieu, désolé, tu commences à bander ?" Ann baissa les yeux sur mes genoux où les preuves n'étaient que trop évidentes ! "Mon Dieu, je vois que tu l'es!", Murmura-t-elle et, à mon grand étonnement, elle plaça sa main sur le renflement de mon pantalon et le serra. "Un assez gros aussi, à première vue!" J'ai fermé les yeux alors qu'Ann commençait à presse et frotte ma bite à travers le tissu de mon pantalon.

Ce fut ensuite au tour d'Ann de jeter un coup d'œil autour de la pièce avant de défaire soigneusement le bouton du haut de mon pantalon et de faire glisser la fermeture éclair. Elle m'a murmuré :

"Faites attention…" et elle enfonça sa main dans mon pantalon et sortit soigneusement ma bite maintenant complètement dressée. J'ai regardé autour de moi, ne croyant pas vraiment à ce qui m'arrivait. Cette fille qui avait semblé si calme et innocente à l'université était maintenant assise sur mes genoux, presque seins nus, avec sa petite main enroulée autour de la tige de ma bite.

"Personne ne fait attention à nous !" j'ai chuchoté

"Cool!" » répondit Ann qui commença ensuite à faire glisser le prépuce de ma bite de haut en bas de la tige. Il semblait qu'elle savait quoi faire ! Je pouvais à peine garder les yeux ouverts alors que les sentiments m'envahissaient, et Ann continuait à me branler, son visage reflétant une concentration étudiée.

"Tu sais ce qui va se passer dans une minute, n'est-ce pas ?" J'ai chuchoté à Ann.

"Tu vas faire des dégâts partout sur ma jupe !" Ann a murmuré et m'a souri. « Avez-vous quelque chose que nous puissions utiliser ? »

"Eh bien, j'ai un mouchoir…" marmonnai-je.

"Dites-vous quoi… si vous voulez jouir dans ma main, je peux aller aux toilettes et les laver." Une fois de plus, elle m'avait étonné : Ann me proposait de m'amener à l'orgasme entre ses mains ! J'ai hoché la tête en signe d'accord et j'ai reposé la tête. Je me suis senti trembler à l'approche de mon orgasme et je me suis rappelé de ne pas faire de bruit. Comme ses mains ne m'étaient pas familières, l'orgasme était très proche sans vraiment être là, mais soudain je le sentis. J'ai sursauté et Ann a soigneusement pris la tête de ma bite dans ses mains alors que je venais soudainement, jetant du jus chaud dans les mains d'Ann. Après deux ou trois poussées, j'ai fini et je me suis allongé épuisé.

« Voilà, c'était sympa… ? Ann m'a chuchoté à l'oreille et je l'ai regardée.

"C'était tout simplement fantastique !"

"Faites vite mon complément", dit Ann en baissant les yeux sur ses seins exposés, car bien sûr ses mains étaient pleines. Je l'ai fait, après quoi Ann s'est levée avec précaution et s'est dirigée avec désinvolture vers les toilettes. J'ai soudain réalisé que ma bite était toujours bien en vue et je l'ai rapidement rangée.

Quelques minutes plus tard, elle est revenue et s'est de nouveau assise sur mes genoux. Nous avons recommencé à nous embrasser avec une nouvelle passion et intimité, et je me suis senti très proche de cette fille après ce qu'elle avait fait pour moi. Bien que normalement, une fois que j'ai un orgasme, je perds tout intérêt pour le sexe, j'étais à nouveau excité et je sentais que je devais lui rendre le compliment. Ann portait une longue jupe noire, comme c'était le cas à l'époque, et elle avait une longue fente sur le devant. J'ai atteint la fente et j'ai caressé l'intérieur des cuisses d'Ann. Elle soupira doucement et écarta doucement ses jambes pour que je puisse glisser ma main jusqu'en haut de ses cuisses. Je m'attendais à trouver sa culotte, mais j'ai été étonné de trouver soudainement mes doigts rencontrant une douce touffe de cheveux !

J'ai levé les yeux et j'ai rencontré le visage souriant d'Ann. Elle avait visiblement enlevé sa culotte lorsqu'elle était allée se laver les mains ! Elle m'a murmuré :

"Ils sont dans mon sac à main…!" Je lui ai souri en retour alors que mes doigts caressaient doucement les poils doux de son monticule pubien. Ann ferma les yeux et posa sa tête sur mon épaule pendant que je continuais à la caresser, puis je glissai mes doigts plus loin entre ses jambes, insérant doucement mon majeur le long du sillon doux et chaud de sa chatte. Ann enroulait étroitement ses mains autour de mon cou tandis que je glissais doucement mon doigt d'avant en arrière entre ses lèvres humides, sentant sa chatte devenir de plus en plus humide de seconde en seconde. Ann a commencé à bouger doucement ses hanches pour rencontrer mon doigt puis m'a murmuré :

"Mets-le dedans... glisse-le en moi..."

Je l'ai fait, permettant à toute la longueur de mon majeur de glisser profondément dans sa chatte.

"Oh oui… c'est magnifique…" me murmura Ann alors que je commençais à glisser mon doigt dans et hors de sa chatte. Soudain, elle m'a serré plus près d'elle et a sursauté une, deux, trois fois en jouissant, mordant mon épaule pour s'empêcher de crier. Les muscles de sa chatte étaient serrés autour de mon doigt et je pouvais sentir son jus sur ma main. Puis elle s'est détendue et s'est éloignée de moi. Elle m'a souri.

"A ton tour d'aller aux toilettes je pense !"

********************************

Quelques jours plus tard, Ann m'a invité chez elle pour la soirée alors que ses parents sortaient. Je suis arrivé à 8 heures, juste après le départ de ses parents, et Ann m'a informé qu'ils étaient dehors toute la nuit, car ils allaient rester chez des amis après une fête. Cela signifiait que nous avions l'endroit pour nous seuls aussi longtemps que nous le souhaitions !

Nous sommes allés dans le salon et avons regardé la télévision pendant quelques heures, discutant généralement et nous blottissant sur le canapé. Nous nous sommes embrassés plusieurs fois et je me demandais si nous allions aller plus loin, compte tenu de ce qui s'était passé le soir du Nouvel An. Une fois le film terminé, Ann m'a dit :

« À quelle heure dois-tu rentrer à la maison ? J'ai expliqué que mes parents ne reviendraient qu'au petit matin, mais de toute façon ils ne s'inquiétaient jamais de l'heure à laquelle je revenais, à condition que je leur donne une idée. Nous avons ensuite élaboré un plan selon lequel j'appellerais mes parents et leur expliquerais que je passais la nuit chez une amie, sans toutefois dire que c'était une amie, et que je pourrais ensuite passer la nuit avec Ann. Cela semblait être une excellente idée et j’ai appelé mes parents qui étaient très satisfaits des arrangements.

"Alors il doit être temps d'aller au lit ?" Ann m'a souri et m'a pris par la main. Il n'était que 10h30 mais j'étais plus qu'heureux d'accepter son invitation ! Elle m'a conduit à l'étage dans sa chambre. C'était une chambre d'adolescente typique avec un grand lit recouvert d'une couette et des armoires encastrées avec des miroirs. Ann a ensuite éteint la lumière principale, allumé une lampe de chevet et tiré les rideaux. Elle m'a regardé avec attente.

"Je pensais que ce serait plutôt agréable de se coucher, d'autant plus que la nuit va être froide."

"Ça me semble une excellente idée !" Sur ce, Ann commença à déboutonner son chemisier. Elle portait un soutien-gorge en dentelle blanche sous son chemisier et après avoir laissé tomber son chemisier par terre, elle a déboutonné son jean et l'a baissé sur ses hanches. Elle enleva son jean et me regarda.
"Désolé d'avoir été distrait par ton magnifique petit corps !" Ann a ri et a dit

"J'espère qu'il vous plaira, il est un peu petit mais parfaitement formé !" J'ai ri.

"Ça me semble génial…!" Pendant que je disais cela, Ann tendit la main derrière elle et dégrafa son soutien-gorge, relâcha les bretelles de ses épaules et laissa ses seins coquins se libérer. Ils étaient aussi merveilleux que je m'en souvenais et je ne pouvais m'empêcher de regarder Ann accrocher ses pouces dans la ceinture de sa culotte blanche et les baisser. Elle en sortit et se tint devant moi, nue et magnifique.

"Pour l'amour du ciel David, tu es toujours habillé !" et elle s'est approchée de moi, a calmement pris l'ourlet de mon T-shirt et l'a passé par-dessus ma tête. Elle l'a laissé tomber par terre puis a passé ses mains sur ma poitrine. J'étais assez fier de mon corps à cet âge : j'avais une poitrine et un ventre fermes et un bon bronzage. Ann a mis ses bras autour de moi et m'a attiré vers elle pour que je puisse sentir la chair douce de ses seins contre ma poitrine. J'ai fait de même et j'ai incliné la tête vers moi pour pouvoir l'embrasser fermement sur les lèvres. Mes mains glissèrent le long de son dos pour recouvrir les joues de ses fesses, et les petits monticules s'ajustèrent parfaitement à la paume de mes mains. Je les ai serrés contre moi alors que nous nous embrassions plus passionnément, nos langues s'entrelaçant et nos lèvres serrées l'une contre l'autre.

Ann s'écarta puis s'agenouilla devant moi, avant de déboutonner la ceinture de mon jean et de le baisser. J'en suis sorti et Ann a regardé attentivement le renflement de mon slip en coton. J'étais maintenant presque complètement en érection et ma bite pointait sur le devant de mon pantalon. Ann leva la main et plaça sa main sur le renflement, la serrant doucement et caressant le monticule ferme. J'ai fermé les yeux de plaisir alors qu'Ann continuait à masser le renflement de mon pantalon avec sa main droite et avec sa main gauche, elle serrait les joues de mes fesses. Puis elle a rapidement attrapé la ceinture de mon pantalon et l'a abaissé, de sorte que ma bite soit visible. Ann rigola alors qu'il lui tapait doucement le côté du visage.

"Wow… il est adorable !" et à mon grand étonnement, elle l'embrassa doucement sur le bout avant de se lever. Je l'ai attirée à nouveau vers moi et nous nous sommes embrassés, nos corps s'enveloppant et mon érection s'enfonçant dans son ventre. Ann s'est alors éloignée et s'est dirigée vers le lit, a retiré la couette et est montée à l'intérieur. Elle m'a regardé et a tapoté l'autre côté du lit,

"Il fait beaucoup plus chaud ici David !" Je me suis approché et me suis mis au lit, remontant la couette jusqu'à ce qu'elle nous recouvre tous les deux. Nous nous sommes ensuite blottis l'un contre l'autre et, allongés sur le côté, nous nous sommes embrassés et embrassés passionnément. J'ai glissé ma main droite jusqu'aux fesses d'Ann et j'ai relevé sa jambe jusqu'à ce qu'elle soit enroulée autour de mes hanches. Ses bras étaient autour de mon cou et je me suis retrouvé à fouiner le haut de ses seins. Elle a glissé plus haut jusqu'à ce que ses seins soient devant mon visage et j'ai embrassé chaque mamelon tour à tour. J'ai alors commencé à embrasser et à mordiller ses seins, passant ma langue sur les mamelons fermes tandis que ma main droite continuait à serrer et à caresser ses fesses.

Ann respirait plus fort maintenant alors que je continuais à travailler sur ses seins, et j'ai soudain réalisé que les doigts de ma main droite caressaient en fait l'ouverture de ses fesses. Je les ai ensuite travaillés plus loin jusqu'à ce que je sois presque capable d'atteindre sa chatte, et Ann m'a aidée en glissant encore plus haut sur mon corps jusqu'à ce que ma main puisse atteindre les lèvres de sa chatte.

Elle haleta lorsque mes doigts trouvèrent sa chatte et je glissai mes doigts de haut en bas sur ses lèvres qui étaient maintenant très mouillées. À ce moment-là, Ann était presque à genoux à califourchon sur moi et le bout de ma bite frottait contre l'intérieur de ses cuisses. Puis soudain, Ann a glissé sa main entre nos corps, a saisi ma bite et l'a guidée entre ses jambes jusqu'à ce que le bout de celle-ci se blottisse contre les lèvres de sa chatte. Puis, d'un seul mouvement fluide, elle a fait glisser son corps vers le bas et ma bite a glissé dans sa chatte comme un couteau chaud dans du beurre.

"Oh mon Dieu, c'est si gentil…" marmonnai-je et levai les yeux vers Ann alors qu'elle me regardait. Elle m'a souri et a dit :

« Je suppose que vous n'avez apporté aucune protection avec vous ? J'ai senti mon visage tomber. Il ne m'était pas venu à l'esprit que nous irions aussi loin et, même si j'avais des préservatifs à la maison, je n'avais pas pensé à en apporter un avec moi. Ann pouvait évidemment voir mon expression.

"Pas de panique… je prends la pilule !" Ann me sourit malicieusement.

"Espèce de petite beauté !" Je lui ai souri largement et, en mettant mes bras autour d'elle, j'ai tiré sa tête vers moi pour que je puisse l'embrasser à nouveau. Nous avons continué à nous embrasser pendant que ma bite se blottissait dans la chatte d'Ann, et j'ai senti les muscles serrer ma bite même si nous n'avions pas encore commencé à baiser. J'ai remonté mes hanches pour enfoncer ma bite plus profondément dans la chatte d'Ann et elle a répondu en me repoussant ses hanches. J'ai attrapé ses hanches avec mes mains et j'ai commencé à pousser plus fort, sachant que je ne tarderais pas à jouir.

Ann a commencé à gémir et a blotti son visage dans l'oreiller à côté de ma tête. Notre rythme a augmenté à mesure que je lui enfonçais ma bite et Ann rebondissait sur mon corps, gémissant en rythme pendant que je la baisais.

"J'arrive… j'arrive… j'arrive…" marmonna Ann à mon oreille alors qu'elle enfonçait ses hanches dans ma bite. Soudain, elle a crié et a serré les muscles de sa chatte autour de ma bite, enfouissant sa tête dans l'oreiller. " et est venu en trois ou quatre spasmes profonds. Cela m'a déclenché et j'ai saisi les joues de ses fesses et j'ai enfoncé ma bite profondément dans sa chatte pendant que moi aussi je venais, jetant du jus dans sa chatte chaude et humide.

Nous sommes tous les deux restés allongés pendant quelques minutes, respirant profondément jusqu'à ce qu'Ann se détache de moi et s'effondre à côté de moi. Je me suis retourné pour la regarder et j'ai été accueilli par son visage souriant. Ses joues étaient rouges à cause de l'effort et des gouttes de sueur parsemaient son front.

"C'était vraiment génial !" haleta Ann. Le langage m'a surpris mais dans les circonstances, c'était vraiment excitant et j'ai répondu :

"J'adore quand tu parles grossièrement !"

Ann a ri et m'a dit : "Eh bien, sachant que nous allons passer le reste de la nuit ensemble, j'ai hâte de te sucer la bite, ensuite tu pourras me sucer la chatte, et enfin nous pourrons nous baiser à fond." immobile jusqu'à l'aube!" J'ai ri et j'ai attiré Ann vers moi, appréciant la chaleur de son corps.

Nous avons continué à discuter pendant un petit moment, aucun de nous n'étant particulièrement fatigué, sachant que nous avions toute la nuit devant nous. Puis Ann se pencha en avant et blottit sa tête dans le creux de mon cou, embrassant doucement et mordillant mon épaule, puis descendant sur ma poitrine.

Je me suis mis sur le dos pendant qu'Ann continuait à embrasser mon corps, se glissant sous la couette ce faisant. Puis j'ai senti la main d'Ann glisser entre mes jambes et prendre mes couilles, ce qui a rapidement attiré mon attention sur ma bite. J'ai senti les lèvres d'Ann embrasser le bout de ma bite et sa langue virevolter autour de la tête. La sensation était exquise. J'ai soigneusement soulevé la couette et baissé les yeux, mais tout ce que je pouvais voir, c'était le haut de la tête d'Ann se déplaçant au niveau de mon aine. Elle semblait plutôt heureuse là-bas, alors j'ai laissé tomber la couette et je me suis perdu dans les sensations glorieuses de la langue d'Ann travaillant à la tête de ma bite. Puis j'ai senti ses lèvres recouvrir ma bite et soudain, toute la longueur s'est glissée dans sa bouche. J'ai haleté alors que la chaleur de sa bouche m'enveloppait et Ann commençait à faire glisser ses lèvres et sa langue de haut en bas de la tige.

J'avais un peu peur qu'Ann ait des difficultés à respirer, alors j'ai soulevé la couette et l'ai rejetée, nous découvrant tous les deux. Ann m'a regardé et m'a fait un clin d'œil mais a continué à sucer avidement ma bite. Elle s'est ensuite tortillée jusqu'à ce qu'elle soit allongée entre mes jambes et a soutenu mon regard tout en ralentissant ses mouvements, taquinant ma bite avec sa langue et ses dents. J'ai essayé de soutenir son regard moi-même, mais j'ai ensuite dû céder et rejeter la tête en arrière alors que j'arrivais avec un halètement. Je n'avais pas pensé à avertir Ann de mon orgasme imminent, mais elle a continué à me sucer la bite pendant que j'arrivais, en serrant doucement mes couilles. Quand j'ai eu fini, elle s'est agenouillée et m'a souri avec ses lèvres serrées.

Ann écarta ensuite soigneusement ses lèvres, pencha la tête en avant et laissa un jet de sperme couler sur son menton et couler sur ses seins. Je dois admettre que c'était l'un des spectacles les plus érotiques que j'ai jamais vu. Elle s'est ensuite léché les lèvres, avant de sauter rapidement du lit et d'aller chercher un mouchoir sur la coiffeuse pour s'éponger.

J'ai remercié Ann abondamment mais je n'ai pas aimé lui demander où elle avait appris une telle technique. Je commençais à me rendre compte que peut-être Ann n'était pas aussi innocente que je l'avais pensé au départ et peut-être que je me flattais de penser que j'étais son premier partenaire sexuel. Elle m'a regardé d'une manière étrange, comme si elle pouvait presque sentir ce que je pensais.

"Tu n'es pas le premier tu sais..." dit-elle avec un air assez sérieux pendant un moment, ce qui bien sûr m'a fait culpabiliser de penser que c'était peut-être moi qui avais élargi ses horizons.

« Il y avait un de mes cousins ​​qui avait quelques années de plus que moi et il est venu en vacances avec nous l'été dernier. Mes parents pensaient que nous nous entendrions bien et que nous pourrions nous divertir pendant qu'ils allaient à la plage. C'est exactement ce que nous avons fait !" Ann m'a souri mais il était évident qu'elle n'allait pas en dire plus et je ne voulais pas approfondir sa relation.

Ann est revenue et s'est assise à côté pour être sur le lit et j'ai posé légèrement ma main sur sa joue et je l'ai embrassée sur les lèvres. Je l'ai ensuite reposée sur le lit et elle s'est traînée jusqu'à ce que sa tête soit sur l'oreiller et qu'elle soit allongée à plat. J'ai rampé vers elle et j'ai commencé à embrasser ses seins, en passant ma langue sur ses mamelons. Prenant chaque sein tour à tour, je les ai sucés doucement, puis j'ai descendu son ventre, l'embrassant ce faisant. J'ai atteint la ligne des poils pubiens d'Ann et j'ai glissé mes lèvres autour du vé de son aine avant de passer doucement ma langue le long de l'intérieur de ses cuisses. Ann écarta encore plus ses jambes et j'ai pu me déplacer et m'allonger sur mon ventre entre ses jambes, ma main enroulée autour de ses cuisses.

Cela signifiait que non seulement je pouvais accorder toute mon attention à sa chatte avec ma langue, mais que je pouvais également utiliser mes doigts. J'ai doucement écarté les lèvres de sa chatte et j'ai fait courir ma langue expérimentalement de haut en bas de chaque côté. J'ai senti Ann trembler et j'ai deviné que je devais faire quelque chose de bien ! J'ai continué à faire courir ma langue de haut en bas à l'entrée de sa chatte, puis j'ai cherché son clitoris.

J'ai vite trouvé le petit bouton rose et je l'ai doucement frotté avec mon doigt, provoquant un halètement d'Ann. Je me suis penché en avant et j'ai passé ma langue sur son clitoris, l'embrassant doucement avec mes lèvres et passant soigneusement mes dents dessus. Cela a semblé déclencher Ann alors qu'elle criait et attrapait ma tête avec les mains, tirant mon visage vers son aine et secouant en rythme. Cela a eu pour effet de serrer ma bouche autour de la chatte d'Ann et je pouvais goûter son jus alors qu'elle jouissait pendant ce qui semblait être des minutes plutôt que des secondes. Elle s'effondra soudain avec un soupir.

Je me suis approché pour m'allonger à côté d'elle dans le lit et j'ai de nouveau tiré la couette sur nous. Ann s'est retournée et m'a souri en disant :

"Tu es certainement meilleur que mon cousin!"

"J'en suis contente, je déteste la compétition !", a ri Ann.

Peu de temps après, nous nous sommes endormis tous les deux dans les bras l'un de l'autre et je me souviens m'être réveillé une ou deux fois, un peu surpris de trouver quelqu'un d'autre dans le lit avec moi, avant de me rappeler où j'étais. Nous nous sommes finalement levés vers huit heures et avons pris le petit-déjeuner, aucun de nous ne parlant beaucoup de nos activités pendant la nuit, mais je me sentais très à l'aise en compagnie d'Ann. J'appréciais maintenant qu'elle n'était pas petite, elle était petite. Elle n'était pas simple, mais jolie, la fille d'à côté. Même si c’est une réplique ringarde, j’ai senti que cela pourrait être le début d’une belle relation !

Cependant, je pouvais dire qu'Ann était préoccupée et je supposais qu'elle était consciente du fait que ses parents seraient bientôt à la maison et qu'elle voulait s'assurer que je serais hors de la maison avant cette date. Alors que nous nous dirigions vers la porte d'entrée, j'ai demandé à Ann si je pouvais la revoir ce soir-là. Elle s'arrêta, la main sur le loquet de la porte, et regarda brièvement ses pieds avant de lever les yeux pour me faire face.

"David, je ne suis pas sûr que nous nous reverrons sauf à l'université." J'étais consterné et j'étais sur le point de discuter quand Ann a levé la main. "J'y pense depuis que nous nous sommes réveillés, alors s'il vous plaît, laissez-moi dire mon point de vue." Cela semblait inquiétant.

Ann m'a regardé.

« Ne vous méprenez pas, j’ai passé un moment fabuleux hier soir et aussi le soir du Nouvel An à la fête. J’ai vraiment apprécié ce que nous avons fait mais je te connais depuis près d’un an maintenant et nous avons partagé un cours de français tout au long de cette période. Tu ne m’as montré aucun intérêt auparavant, et je me demande pourquoi tu es soudainement intéressé maintenant ? Elle m'a regardé d'un air interrogateur et je suis allé parler.

"Non, David m'a laissé finir. Je t’aime beaucoup – tu es un gars adorable – mais avouons-le, j’étais la dernière fille disponible à la fête de Steve et je me souviens de l’expression de ton visage lorsque tu m’as demandé de danser. Tu n'avais pas l'intention de me le demander jusqu'à ce que je me tienne devant toi, et je déteste penser que tu veux sortir avec moi uniquement pour l'aspect physique de la relation. Je suis heureux que nous restions amis à l’université mais je pense que je voulais rester ainsi – juste amis.

Je ne trouvais rien à dire immédiatement, mais je me sentais démunie. Malheureusement, elle et moi savions tous les deux que ce qu'elle avait dit était absolument vrai. Avant l'incident du réveillon du Nouvel An, je n'avais pas du tout aimé Ann, et ce n'était que les activités de cette nuit et de cette nuit que nous venions de passer ensemble qui m'avaient fait penser que je voulais passer du temps avec elle.

Je sentais que ne rien dire valait mieux que dire quelque chose que je pourrais regretter plus tard, alors j'ai souri tristement à Ann et l'ai embrassée sur la joue alors qu'elle ouvrait la porte. Je suis sorti sous le soleil du matin, je me suis tourné vers Ann et j'ai dit :

« On se voit en classe alors ?

Ann m'a souri en retour et a fermé la porte.

Articles similaires

Ma petite soeur_(0)

Ma petite soeur J'ai grandi dans une ferme avec seulement mes parents, ma petite sœur et bien sûr de nombreux animaux. Ma mère nous a fait l'école à la maison, donc nous n'avons pas vraiment pu voir grand-chose au-delà de la ferme. C'est devenu solitaire, quand je ne m'occupais pas des animaux ou ne faisais pas de corvées, mais depuis que j'avais treize ans, j'avais des livres et ma main droite pour me masturber. Cela a commencé quand j'ai vu les animaux s'accoupler pour la première fois. Ma bite est devenue dure et glissante et j'avais l'impression qu'elle avait besoin d'être...

651 Des vues

Likes 0

Empire perdu 62

0001 - Tempro 0003 - Conner-Thomas 0097 - As - Zimmel 0098 - Lucie 0101 - Shelby (vaisseau-mère) - Lucie 0125 - Lars 0200 - Hélène 0301 - Rodrick 0403 - Johnathon 0667 - Marco - Marron 0778 - janvier 0798 - Céleste - Shelby (humaine) 0908 - Tara-Mara -------------------------- Non cultivé - non numéroté ------------------------ 3 - à bord de Shelby 2 en re-gen 1000 - Sherry - perdu pour le moment 0999 - Zan - également perdu -------------------------------- Connu et OR numéroté ------------------------------- 0501 - Thaddée ???? - Léna --------------------------- Derrick regarda Jonathon apparaître du portail avec Ace en...

616 Des vues

Likes 0

Cousine blessée

Dès que j'ai vu ma cousine Ashley, j'ai su que j'étais sous le charme. Cela faisait deux ans que sa famille ne lui avait pas rendu visite, et depuis lors, elle était passée d'une petite fille maigre et couverte de taches de rousseur à la plus belle beauté de seize ans que j'aie jamais vue. D'une part, il était difficile de ne pas l'imaginer comme la petite fille mignonne, bien qu'un peu geignarde, dont je me souvenais si bien quand elle n'était qu'une enfant. D'un autre côté, on ne pouvait plus nier sa beauté maintenant. C'est la première chose que j'ai...

560 Des vues

Likes 0

Après la fête_(0)

La fête était finie pour moi depuis longtemps. J'allais pêcher le matin, alors je m'étais excusé de mes invités et je me suis couché. Et ma femme était une excellente hôtesse, alors j'ai pensé qu'elle pourrait recevoir n'importe quel cintre. Mais je ne dormais pas. Je pouvais entendre les bavardages alors que les invités commençaient à partir. À chaque fois, je ris et m'empêche de dormir. C'est incroyable tout ce que les gens ont à dire au moment où ils partent. Et ces stupides klaxons alors qu'ils s'éloignaient à toute vitesse. Le calme s'est finalement calmé dans la maison et je...

473 Des vues

Likes 0

Lettre d'amour_(0)

Lettre à un amour. Nous avons tous eu quelqu'un dans notre vie que nous avons vraiment aimé, certains d'entre nous l'ont encore dans notre vie, d'autres, comme moi, l'ont perdu. À ma très chère chérie, Eh bien, cela fait trois ans depuis la dernière fois que je t'ai vu. Trois ans que je n'ai pas entendu ton rire. Trois ans que je ne t'ai pas fait un câlin. Trois des années les plus longues et les plus misérables de ma vie. Il n'y a pas un jour qui passe sans que je ne pense à toi, ne te parle, même si...

341 Des vues

Likes 0

Une exécution indécente

Edith n'avait que 12 ans lorsque les soldats du nouveau roi attaquèrent le hameau de sa famille. C'est en représailles de leur soutien à un prétendant au trône que le vieux roi mourut sans enfant. Elle s'était promenée à l'orée du bois pour cueillir des fruits lorsque les soldats sont arrivés. Elle s'accroupit, terrifiée, dans le bosquet de ronces où abondaient les mûres, regardant les soldats forcer tout le monde à entrer dans le bois et la chaumière de ses parents à la pointe de l'épée puis y mettre le feu. Alors que les flammes se propageaient rapidement sur les murs...

427 Des vues

Likes 0

Harry Potter Adventures : Chapitre 4 - Partie 2 sur 3 - La récompense de Ron

Cette histoire ne reflète pas les attitudes ou les personnages de la série Harry Potter, ni n'a d'affiliation avec l'auteur. Chapitre 4 – partie 2 Harry, Ginny, Katie et Demelza entrèrent tous dans la salle commune de Gryffondor pour découvrir que les célébrations de la fête battaient leur plein. La pièce était sombre à l'exception des lumières vives qui émanaient du bout des baguettes des gens, alors qu'ils les agitaient comme des bâtons lumineux. La musique jouait fort de la chaîne stéréo et quelqu'un était allé dans les cuisines et avait apporté des boissons à la fête. Des filles de 4ème...

1.6K Des vues

Likes 0

Courtiser un vampire 7

Par : Storm Herald Chapitre 7 J'ai dansé la majeure partie de la nuit, ne prenant une pause que pour prendre de l'eau ou de l'air frais avec les trois Lycans. Ils m'ont passé l'un à l'autre, et Damien n'est intervenu que deux fois de plus avant qu'ils ne me monopolisent entièrement. Ce était après minuit quand j'ai agité le drapeau de la capitulation et leur ai dit que j'étais épuisé. Ils ont ri et ont passé des pièces à William avant de me faire savoir que ils campaient dans la forêt et seraient de retour vers demain après-midi. Je les...

1.4K Des vues

Likes 0

Ma présentation_(0)

Bonjour, j'ai maintenant 54 ans et je voudrais vous raconter ma vie. Quand j'avais sept ans, j'ai été placée dans un orphelinat par le tribunal. Non pas que j'aie fait quelque chose de mal, c'est là que mes parents qui ont perdu la garde de moi et de mes deux frères. Cette fois-là, je ne le savais pas, c'est pourquoi j'ai voulu rentrer chez moi. Alors je fuyais assez régulièrement. Ce n'est que plusieurs années plus tard que j'ai su la vérité. Quoi qu'il en soit, parce que j'ai l'habitude de fuir parfois, j'ai été dans plusieurs orphelinats. Là où les...

796 Des vues

Likes 0

Nika et son père

Nika est entrée dans la chambre à la recherche de son père. Elle s'inquiétait pour lui, qu'il buvait beaucoup de vodka et de whisky. Depuis que son frère a été tué dans un accident, il pouvait à peine quitter son lit pour aller travailler, il n'a jamais quitté la maison, sauf pour prendre plus de bouteilles afin de pouvoir boire pour évacuer le chagrin. Il avait subi trois tragédies, d'abord, sa femme a été assassinée, puis sa fille (elle, Nika), a été violée, et maintenant son frère. L'alcool semblait être le seul moyen d'apaiser la douleur. Elle souffrait aussi, son oncle...

751 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.