Commerce équitable

290Report
Commerce équitable

Il travaille un travail stressant. Les délais sont serrés et il est constamment sous surveillance. Le salaire est bon, mais parfois il se demande si ça vaut le coup. Sans son vélo, il y a de fortes chances qu'il ait perdu la raison depuis longtemps.

Il y a plusieurs années, il s'est acheté une moto d'occasion. C'est un vélo de sport, ou une "fusée d'entrejambe", bien que ce deuxième terme l'ait toujours ennuyé pour une raison quelconque. Il gère les virages comme rien d'autre, est stupide et rapide, et avec l'échappement personnalisé qu'il a mis, il produit un son incroyable. Il a passé pas mal de temps et d'argent sur ce vélo, à le régler pour qu'il lui convienne parfaitement, à configurer la géométrie de la suspension, etc. Cette chose est son bébé, et la conduire est sa thérapie.

Parfois, après une longue journée de travail, il enfile son équipement d'équitation et emmène le vélo faire un tour au coucher du soleil. Juste à l'extérieur de la ville se trouvent des kilomètres de routes secondaires sinueuses avec très peu de circulation. Il les a montés tellement de fois qu'il les connaît tous par cœur, et il sait où aller pour prendre les meilleurs virages.

Un soir, après une journée de travail particulièrement agaçante, il enfile son équipement et fait chauffer le vélo. Il était toujours livide depuis le jour, car en plus de la charge de travail stupide, il avait un nouveau manager qui a décidé qu'il devait « flexibiliser ses muscles » et montrer aux programmeurs qui était le patron. Le froid du soir commençait à peine à s'installer alors qu'il quittait son allée, gardant les RPM bas pour ne pas ennuyer les voisins.

Il prit l'autoroute et fila vers l'ouest, la moto chantant sous lui alors qu'il passait les vitesses. Le soleil se couchait, et alors que les derniers rayons du jour éclairaient le ciel, il se sentit instantanément mieux dans sa peau. Il y avait une longue série de virages devant avant la prochaine intersection dans environ trois milles. Il a rétrogradé durement et s'est penché, choisissant une ligne agressive et aimant la façon dont le vélo a répondu à ses entrées, toutes les pensées de son idiot de patron ont été laissées pour compte.

Au moment où il atteignit l'intersection, le premier sourire de la journée s'était enfin étiré sur son visage et la tension quittait son dos et ses épaules. Il s'arrêta au stop et s'assit une seconde pour s'étirer pour regarder le dernier rayon de soleil doré tomber sous l'horizon. Le ciel était un flamboiement de rouge et d'orange alors que les nuages ​​disaient au revoir au soleil.

Il venait de se ressaisir au guidon, s'apprêtant à quitter le stop, lorsqu'il eut un coup d'œil dans le rétroviseur. A cet instant, le temps sembla s'arrêter. Il a vu une berline beige avec une fille brune au volant. Il la vit parler dans son téléphone portable. Il a vu la voiture venir trop vite pour s'arrêter à temps. La prochaine chose qu'il sut, c'est qu'il était allongé sur le dos, regardant le ciel qui s'assombrissait.

Miraculeusement, il était fondamentalement indemne, son casque et sa veste en cuir maintenant détruits lui évitant la tête et la peau d'être déchirés. Il s'assit, puis se leva lentement, faisant le point. L'idiot au volant ne l'avait pas vu assis au stop et avait foncé sur son vélo. Il avait rebondi sur le capot de sa voiture et était allongé dans l'herbe à côté de la route. Son vélo, son bébé, était une épave tordue gisant à côté du panneau d'arrêt.

La jeune fille était toujours assise au volant de sa voiture. Elle n'était même pas sortie. Pour couronner le tout, son téléphone était également toujours dans sa main. Cette putain de salope. Il a vu rouge et s'est approché de la portière côté conducteur. Avec chaque dernière once de maîtrise de soi qu'il pouvait rassembler, il frappa doucement sur la vitre. La chatte muette a levé son doigt pointeur, dans le geste standard "une seconde". Il l'a perdu.

Avant même qu'il ne sache ce qui se passait, il y avait plus de verre brisé. Au cours de ces quelques secondes avant que la clarté ne revienne, il avait apparemment retiré son casque, brisé la vitre du côté passager d'un coup de poing puissant, puis atteint la voiture et ouvert la portière de l'intérieur. Il détacha la fille du siège, puis l'attrapa par les cheveux et la tira hors de la voiture. C'est alors qu'il remarqua les cris, et ce fut leur bruit qui le ramena lentement à la réalité.

Il ne savait pas si c'était l'adrénaline, la rage ou une combinaison des deux, mais il se sentait hyper alerte et physiquement puissant. La fille, une jolie petite brune en robe d'été et talons bas, se recroquevillait sous lui, levant les yeux avec des yeux verts grands comme des soucoupes. Son téléphone était toujours serré dans sa main.

Quand il vit le téléphone, il laissa échapper un grognement bas, involontairement. Elle a tué son vélo, détruit son équipement d'équitation et l'a presque tué parce qu'elle ne pouvait pas rester à l'écart du putain de téléphone. Putains d'adolescents. Elle avait probablement environ 18 ou 19 ans, parlant sans aucun doute à une autre bimbo du lycée de quelque chose de complètement dénué de sens. Telles étaient les pensées qui traversaient sa tête alors qu'il la tirait par les cheveux et la traînait jusqu'au capot de sa voiture.

Il a pointé l'épave de son vélo avec sa main gauche, sa droite l'obligeant à regarder son travail avec la prise qu'il a sur son cuir chevelu.

"Tu m'as presque tué putain." Dit-il, sa voix anormalement calme tout à coup.

"Je-je-je-je suis s-s-s-désolé !" gémit-elle, la terreur et le choc rendant la parole difficile.

"Tu vas me rattraper, ici, maintenant." lui dit-il, la forçant à le regarder dans les yeux.

Il pesait 225 livres et 6 ', un ancien joueur de football du lycée. Il n'y avait pas grand-chose qu'elle pouvait faire à part hocher la tête et accepter. Il tenait toujours ses cheveux mi-longs, et tous les efforts qu'elle avait déployés pour les lisser ce matin étaient en train d'être annulés. Il était resté en forme, malgré l'obtention de son diplôme il y a dix ans. Il était bien construit et n'a eu aucun problème à maîtriser la mignonne de 5'4" devant lui.

Il la raccompagna jusqu'au capot de la voiture, la gardant à bout de bras devant lui pendant qu'il l'admirait de dos. Elle avait un petit corps chaud et serré; elle s'en est évidemment occupée. La robe en lin blanc léger qu'elle portait était assez serrée pour être intéressante, mais assez ample pour donner un look de "bonne fille". Alors qu'il la tournait pour lui faire face, il remarqua que son mascara commençait à couler alors que des larmes commençaient à couler sur ses joues rouges.

"S'il te plait..." commença-t-elle à dire, avant qu'il ne couvre sa bouche de sa main libre.

"Je ne veux pas te faire de mal, mais je le ferai si tu m'obliges." Il l'a dit si clairement, si froidement, et n'a jamais rompu le contact visuel. Il vit ses épaules s'affaisser tandis que ses yeux se baissaient. Dans ces quelques secondes, elle sut qu'il contrôlait la situation.

Il lâcha finalement ses cheveux et la retourna pour faire de nouveau face au capot de la voiture. Il poussa sur son dos et força sa joue contre le métal froid de l'avant de la voiture. Elle sanglota légèrement lorsque sa joue entra en contact avec la surface, non pas parce qu'il faisait trop froid, mais à cause de la position compromettante dans laquelle elle se trouvait maintenant.

Il avait attrapé son poignet droit et utilisé son bras pour le tordre derrière son dos, s'assurant qu'elle ne pouvait pas s'échapper. De son autre main, il tendit la main sous l'ourlet de la robe et la souleva, révélant son petit cul parfaitement rond. Il vit et palpa le string en dentelle blanche qu'elle portait sous sa robe et prit une seconde pour apprécier à quel point le tissu étreignait sa peau. Elle était incroyablement sexy.

Alors qu'elle sentait l'air frais de la nuit caresser sa peau nue, elle laissa échapper un autre sanglot. La seule réponse qu'elle obtint fut une autre torsion de son bras, forçant son visage et ses seins dans le métal froid encore plus fort. La seconde suivante, elle sentit un doigt glisser momentanément dans sa chatte alors que l'homme derrière elle attrapait le bas de sa culotte et la tirait vers le bas. Elle était maintenant complètement nue, forcée sur le capot de sa propre voiture sur le bord de la route.

Il lutta maladroitement avec sa fermeture éclair pendant une seconde avant de réussir à sortir sa bite de son pantalon. Les fermetures à glissière sont beaucoup plus faciles à ouvrir à deux mains. Il sortit sa bite lancinante pour la pousser contre la fille devant lui, savourant la chaleur et la douceur de ses fesses.

Alors qu'elle sentait sa bite glisser le long de son trou du cul en descendant, elle a laissé échapper une autre faible protestation.

« S'il vous plaît, oh mon Dieu, non ! Tout sauf ça !" elle gémit et se débattit en sentant le bout de sa bite écarter les lèvres de sa petite chatte, mais elle ne pouvait rien y faire. Elle sentit une main sur sa hanche alors que l'homme derrière elle la tenait fermement.

Il l'attira en lui alors qu'il poussait en avant, enfonçant impitoyablement sa bite jusqu'à la garde dans sa chatte serrée. Il fut surpris de sentir son hymen se déchirer – il ne s'était pas attendu à ce qu'elle soit vierge, pas avec un corps comme ça. Elle cria sous lui alors que la douleur de sa pénétration s'enregistrait, mais il était alors trop tard - elle avait été dépucelée.

Elle cessa finalement de se débattre et posa sa joue sur la capuche, laissant le métal froid retirer un peu de chaleur de son visage. L'homme derrière elle ne montra aucun signe de ralentissement - au contraire, il avait les deux mains sur ses hanches et s'enfonçait en elle aussi profondément qu'il le pouvait. Toute la colère et la frustration de sa journée au travail, toute sa rage face à la destruction de son vélo et tout ce qui le dérangeait, il le mettait dans la chatte de cette fille. Coup après coup, elle a pris, de plus en plus profondément, jusqu'à ce qu'il se laisse enfin jouir.

Elle sentit son sexe se raidir en elle, puis une chaleur profonde dans son ventre. Il y eut quelques poussées plus lentes, puis ce fut fini. L'homme relâcha la prise qu'il avait sur ses hanches, et elle sentit le tissu de sa robe glisser vers le bas pour recouvrir à nouveau ses fesses. Elle a regardé l'homme se pencher et ramasser sa culotte jetée et la mettre dans sa poche, alors que son téléphone portable tombait finalement de sa main et se brisait sur le trottoir.

Il jeta un dernier coup d'œil à la fille qu'il venait de violer sur le capot de sa voiture, alors qu'il se retournait et commençait à s'éloigner. Il fouilla dans les poches de sa veste en cuir et contempla leur contenu. Dans sa poche droite se trouvaient les clés de sa moto, totalement détruite. Dans sa poche gauche se trouvait la culotte en dentelle blanche de la fille dans la voiture, également totalement détruite.

Commerce équitable.

Articles similaires

La dette lesbienne (chapitre 5) - Les premières sessions Mayim

Chapitre 5 LES PREMIÈRES SÉANCES MAYIM Laura est allée aux toilettes vers la fin de la journée de travail et a pris les pilules que lui avait données le Dr Windred. Ils lui rappelèrent à quel point elle avait été excitée ce matin, une excitation qu'elle n'avait jamais satisfaite, et pendant un moment, elle pensa à s'enfermer dans une cabine de toilettes et à s'amuser. Mais elle ne se faisait pas confiance pour se masturber au travail sans se faire prendre, et de toute façon Amy lui avait dit de ne pas jouer avec elle-même avant de se présenter à la...

81 Des vues

Likes 0

Seins énormes

Ma première rencontre avec le sexe a eu lieu quand j'avais 14 ans. eh bien, pour commencer, je m'appelle sara et j'avais des seins très énormes pour mon âge. J'aimais et pratiquais toutes sortes de sports. Laissez-moi me décrire à l'époque, j'avais 5'4 115 cheveux bruns et yeux verts. J'avais un corps très féminin avec des seins 36d. problèmes. Alors à l'époque, je les détestais avec passion. Le jour où tout a commencé, je viens de rentrer de l'entraînement de football et je viens de prendre une douche. Je venais de mettre ma culotte et j'avais ma robe de chambre. Je...

393 Des vues

Likes 0

Partagé avec Sperm : Amanda a utilisé ?

Chapitre 1 Cumslut révélé Quiconque rencontre Amanda pense qu'elle est une femme très belle et intelligente avec des normes personnelles élevées et une attitude sérieuse envers la vie. Et elle est cela, mais seulement à l'extérieur de la chambre ! De taille moyenne, avec des cheveux bruns fins et bouclés, Amanda a un corps attrayant et bien proportionné créé par une enfance de natation de compétition et d'athlétisme, et entretenu par un intérêt adulte pour la danse et le netball. Ses jambes sont proportionnées et bien tonifiées, ses hanches galbées, sa taille étroite avec un ventre lisse et ses seins sont...

475 Des vues

Likes 0

Cinéma_(1)

J'ai eu la chance d'être jeune dans les années 70 pour profiter des cinémas sexuels. J'avais 25 ans, ma femme avait 34 ans, mariée et divorcée avec 3 enfants par des hommes différents. Elle est blonde avec des yeux noirs et bleus très maquillés. 36..nous étions dans le nord de Londres pour faire du shopping un samedi.alors que nous passions devant un vieux cinéma fermé qui s'est transformé en salle de bingo, puis de retour au cinéma pour des films pornos. Ainsi, au lieu de faire du shopping, elle a acheté une mini-jupe en coton moulante jaune vif et un tube...

430 Des vues

Likes 0

Kerri et Angie (Chapitre 2 - Au tour de Mel)

C'est le deuxième chapitre de ma série. Les noms d'écran inclus dans ce SONT FAUX. Kerri et moi étions les meilleures amies, mais deux nuits auparavant, nous étions amants, nous vivions toutes les deux notre première expérience lesbienne. Bien qu'il ait pu sembler que cela rendrait notre relation gênante, cela nous a presque rendus plus forts en ce qui concerne une amitié. Nous étions tous les deux tellement excités que lorsque nous nous sommes parlé au téléphone samedi soir, nous avons eu des relations sexuelles passionnées au téléphone, parlant de nos autres désirs profonds et planifiant la prochaine fois que nous...

422 Des vues

Likes 0

Le copain de ma soeur

Le copain de ma soeur par Larry Malone Même quand j'étais très jeune, j'adorais jouer avec mon trou du cul. J'ai toujours été, ce que j'ai découvert plus tard, appelé «érotique anal». J'aimais avoir quelque chose dans mon petit trou du cul. Cela a commencé quand ma mère a collé un doigt lubrifié à la vaseline dans mon trou pour faciliter l'utilisation d'une buse de lavement quand j'étais très petite. C'était si bon que j'ai toujours essayé de reproduire cette sensation avec mon doigt, la buse de lavement, les carottes, les bâtonnets lisses et en vieillissant, la tête de mon GI...

477 Des vues

Likes 0

The Rogue's Harem Tome 2, Chapitre 10 : La passion de l'hermaphrodite

Le harem du voleur Tome 2 : Le méchant harem de Rogue Dixième partie : La passion de l'hermaphrodite Par mypenname3000 Droits d'auteur 2018 Remarque : Merci à B0b et WRC 264 pour la lecture bêta de ceci. Chapitre vingt-huit : Inspirer l'art coquin Sven Falk - La forêt de Lhes, les conflits de Zeutch La douce bouche de Nathalie était merveilleuse alors qu'elle suçait ma bite du jus de chatte d'Aingeal, ses nattes débordant sur mes cuisses. Je gémis, le plaisir montant et descendant ma bite alors que je jetais un coup d'œil à l'aoi si. Sa bite se rétrécit...

517 Des vues

Likes 0

Club Gomorrhe. La saga des poules mouillées. Prologue Jour Zéro.

Faites défiler le terrier du lapin. Je m'appelle Ryan Everest, je suis un homme de 22 ans, mes cheveux sont brun foncé, il s'agit à peu près de mes épaules, j'ai les yeux verts et je mesure un peu plus de cinq pieds, je ne suis pas le plus doué mais j'y reviendrai plus en détail plus tard. Par où commencer… eh bien, je suppose que le meilleur endroit pour commencer est le jour où j'ai rencontré lady Gomorrhe… C'était juste un autre jour. Une journée passée assis devant l'ordinateur portable, sautant d'un blog porno Tumblr à l'autre. Je ne me...

462 Des vues

Likes 0

FAMILLE DE 4_(0)

[b]FAMILLE DE 4, FAMILLE ENSEMBLE Ma femme Pari, sa sœur cadette (d'un an), Ara, et leur mère, Mae. 3 Mesdames – et moi, homme de la maison pour ainsi dire, notre Famille. C'est devenu un rôle assez épuisant. Là où nous vivons en Asie, je suis un étranger, né en bas. Mais je vis en Asie depuis longtemps maintenant et je comprends à quel point la famille est importante. Dans le cas de la famille de ma femme, son père est décédé (de maladies liées au tabagisme et à l'alcool) il y a plus de 15 ans ; depuis lors, les 3 Dames...

94 Des vues

Likes 0

Entretien privé

Il y a de nombreux avantages à être président du conseil d'administration d'un conglomérat international, de belles femmes célibataires et divorcées à vos pieds, des cadres prometteurs qui travaillent dans le lointain empire et leurs épouses. Deux fois par an, j'organise une convention à New York pour rencontrer ces cadres et leurs épouses. L'affaire sur invitation seulement se déroule dans un hôtel 5 étoiles, je réserve dix étages de chambres et suites pour le séjour des cadres. J'ai également six invitations envoyées à des femmes qui m'ont impressionné ou qui ont attiré mon attention au restaurant ou à une autre sortie...

683 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.