Commerce équitable

57Report
Commerce équitable

Il travaille un travail stressant. Les délais sont serrés et il est constamment sous surveillance. Le salaire est bon, mais parfois il se demande si ça vaut le coup. Sans son vélo, il y a de fortes chances qu'il ait perdu la raison depuis longtemps.

Il y a plusieurs années, il s'est acheté une moto d'occasion. C'est un vélo de sport, ou une "fusée d'entrejambe", bien que ce deuxième terme l'ait toujours ennuyé pour une raison quelconque. Il gère les virages comme rien d'autre, est stupide et rapide, et avec l'échappement personnalisé qu'il a mis, il produit un son incroyable. Il a passé pas mal de temps et d'argent sur ce vélo, à le régler pour qu'il lui convienne parfaitement, à configurer la géométrie de la suspension, etc. Cette chose est son bébé, et la conduire est sa thérapie.

Parfois, après une longue journée de travail, il enfile son équipement d'équitation et emmène le vélo faire un tour au coucher du soleil. Juste à l'extérieur de la ville se trouvent des kilomètres de routes secondaires sinueuses avec très peu de circulation. Il les a montés tellement de fois qu'il les connaît tous par cœur, et il sait où aller pour prendre les meilleurs virages.

Un soir, après une journée de travail particulièrement agaçante, il enfile son équipement et fait chauffer le vélo. Il était toujours livide depuis le jour, car en plus de la charge de travail stupide, il avait un nouveau manager qui a décidé qu'il devait « flexibiliser ses muscles » et montrer aux programmeurs qui était le patron. Le froid du soir commençait à peine à s'installer alors qu'il quittait son allée, gardant les RPM bas pour ne pas ennuyer les voisins.

Il prit l'autoroute et fila vers l'ouest, la moto chantant sous lui alors qu'il passait les vitesses. Le soleil se couchait, et alors que les derniers rayons du jour éclairaient le ciel, il se sentit instantanément mieux dans sa peau. Il y avait une longue série de virages devant avant la prochaine intersection dans environ trois milles. Il a rétrogradé durement et s'est penché, choisissant une ligne agressive et aimant la façon dont le vélo a répondu à ses entrées, toutes les pensées de son idiot de patron ont été laissées pour compte.

Au moment où il atteignit l'intersection, le premier sourire de la journée s'était enfin étiré sur son visage et la tension quittait son dos et ses épaules. Il s'arrêta au stop et s'assit une seconde pour s'étirer pour regarder le dernier rayon de soleil doré tomber sous l'horizon. Le ciel était un flamboiement de rouge et d'orange alors que les nuages ​​disaient au revoir au soleil.

Il venait de se ressaisir au guidon, s'apprêtant à quitter le stop, lorsqu'il eut un coup d'œil dans le rétroviseur. A cet instant, le temps sembla s'arrêter. Il a vu une berline beige avec une fille brune au volant. Il la vit parler dans son téléphone portable. Il a vu la voiture venir trop vite pour s'arrêter à temps. La prochaine chose qu'il sut, c'est qu'il était allongé sur le dos, regardant le ciel qui s'assombrissait.

Miraculeusement, il était fondamentalement indemne, son casque et sa veste en cuir maintenant détruits lui évitant la tête et la peau d'être déchirés. Il s'assit, puis se leva lentement, faisant le point. L'idiot au volant ne l'avait pas vu assis au stop et avait foncé sur son vélo. Il avait rebondi sur le capot de sa voiture et était allongé dans l'herbe à côté de la route. Son vélo, son bébé, était une épave tordue gisant à côté du panneau d'arrêt.

La jeune fille était toujours assise au volant de sa voiture. Elle n'était même pas sortie. Pour couronner le tout, son téléphone était également toujours dans sa main. Cette putain de salope. Il a vu rouge et s'est approché de la portière côté conducteur. Avec chaque dernière once de maîtrise de soi qu'il pouvait rassembler, il frappa doucement sur la vitre. La chatte muette a levé son doigt pointeur, dans le geste standard "une seconde". Il l'a perdu.

Avant même qu'il ne sache ce qui se passait, il y avait plus de verre brisé. Au cours de ces quelques secondes avant que la clarté ne revienne, il avait apparemment retiré son casque, brisé la vitre du côté passager d'un coup de poing puissant, puis atteint la voiture et ouvert la portière de l'intérieur. Il détacha la fille du siège, puis l'attrapa par les cheveux et la tira hors de la voiture. C'est alors qu'il remarqua les cris, et ce fut leur bruit qui le ramena lentement à la réalité.

Il ne savait pas si c'était l'adrénaline, la rage ou une combinaison des deux, mais il se sentait hyper alerte et physiquement puissant. La fille, une jolie petite brune en robe d'été et talons bas, se recroquevillait sous lui, levant les yeux avec des yeux verts grands comme des soucoupes. Son téléphone était toujours serré dans sa main.

Quand il vit le téléphone, il laissa échapper un grognement bas, involontairement. Elle a tué son vélo, détruit son équipement d'équitation et l'a presque tué parce qu'elle ne pouvait pas rester à l'écart du putain de téléphone. Putains d'adolescents. Elle avait probablement environ 18 ou 19 ans, parlant sans aucun doute à une autre bimbo du lycée de quelque chose de complètement dénué de sens. Telles étaient les pensées qui traversaient sa tête alors qu'il la tirait par les cheveux et la traînait jusqu'au capot de sa voiture.

Il a pointé l'épave de son vélo avec sa main gauche, sa droite l'obligeant à regarder son travail avec la prise qu'il a sur son cuir chevelu.

"Tu m'as presque tué putain." Dit-il, sa voix anormalement calme tout à coup.

"Je-je-je-je suis s-s-s-désolé !" gémit-elle, la terreur et le choc rendant la parole difficile.

"Tu vas me rattraper, ici, maintenant." lui dit-il, la forçant à le regarder dans les yeux.

Il pesait 225 livres et 6 ', un ancien joueur de football du lycée. Il n'y avait pas grand-chose qu'elle pouvait faire à part hocher la tête et accepter. Il tenait toujours ses cheveux mi-longs, et tous les efforts qu'elle avait déployés pour les lisser ce matin étaient en train d'être annulés. Il était resté en forme, malgré l'obtention de son diplôme il y a dix ans. Il était bien construit et n'a eu aucun problème à maîtriser la mignonne de 5'4" devant lui.

Il la raccompagna jusqu'au capot de la voiture, la gardant à bout de bras devant lui pendant qu'il l'admirait de dos. Elle avait un petit corps chaud et serré; elle s'en est évidemment occupée. La robe en lin blanc léger qu'elle portait était assez serrée pour être intéressante, mais assez ample pour donner un look de "bonne fille". Alors qu'il la tournait pour lui faire face, il remarqua que son mascara commençait à couler alors que des larmes commençaient à couler sur ses joues rouges.

"S'il te plait..." commença-t-elle à dire, avant qu'il ne couvre sa bouche de sa main libre.

"Je ne veux pas te faire de mal, mais je le ferai si tu m'obliges." Il l'a dit si clairement, si froidement, et n'a jamais rompu le contact visuel. Il vit ses épaules s'affaisser tandis que ses yeux se baissaient. Dans ces quelques secondes, elle sut qu'il contrôlait la situation.

Il lâcha finalement ses cheveux et la retourna pour faire de nouveau face au capot de la voiture. Il poussa sur son dos et força sa joue contre le métal froid de l'avant de la voiture. Elle sanglota légèrement lorsque sa joue entra en contact avec la surface, non pas parce qu'il faisait trop froid, mais à cause de la position compromettante dans laquelle elle se trouvait maintenant.

Il avait attrapé son poignet droit et utilisé son bras pour le tordre derrière son dos, s'assurant qu'elle ne pouvait pas s'échapper. De son autre main, il tendit la main sous l'ourlet de la robe et la souleva, révélant son petit cul parfaitement rond. Il vit et palpa le string en dentelle blanche qu'elle portait sous sa robe et prit une seconde pour apprécier à quel point le tissu étreignait sa peau. Elle était incroyablement sexy.

Alors qu'elle sentait l'air frais de la nuit caresser sa peau nue, elle laissa échapper un autre sanglot. La seule réponse qu'elle obtint fut une autre torsion de son bras, forçant son visage et ses seins dans le métal froid encore plus fort. La seconde suivante, elle sentit un doigt glisser momentanément dans sa chatte alors que l'homme derrière elle attrapait le bas de sa culotte et la tirait vers le bas. Elle était maintenant complètement nue, forcée sur le capot de sa propre voiture sur le bord de la route.

Il lutta maladroitement avec sa fermeture éclair pendant une seconde avant de réussir à sortir sa bite de son pantalon. Les fermetures à glissière sont beaucoup plus faciles à ouvrir à deux mains. Il sortit sa bite lancinante pour la pousser contre la fille devant lui, savourant la chaleur et la douceur de ses fesses.

Alors qu'elle sentait sa bite glisser le long de son trou du cul en descendant, elle a laissé échapper une autre faible protestation.

« S'il vous plaît, oh mon Dieu, non ! Tout sauf ça !" elle gémit et se débattit en sentant le bout de sa bite écarter les lèvres de sa petite chatte, mais elle ne pouvait rien y faire. Elle sentit une main sur sa hanche alors que l'homme derrière elle la tenait fermement.

Il l'attira en lui alors qu'il poussait en avant, enfonçant impitoyablement sa bite jusqu'à la garde dans sa chatte serrée. Il fut surpris de sentir son hymen se déchirer – il ne s'était pas attendu à ce qu'elle soit vierge, pas avec un corps comme ça. Elle cria sous lui alors que la douleur de sa pénétration s'enregistrait, mais il était alors trop tard - elle avait été dépucelée.

Elle cessa finalement de se débattre et posa sa joue sur la capuche, laissant le métal froid retirer un peu de chaleur de son visage. L'homme derrière elle ne montra aucun signe de ralentissement - au contraire, il avait les deux mains sur ses hanches et s'enfonçait en elle aussi profondément qu'il le pouvait. Toute la colère et la frustration de sa journée au travail, toute sa rage face à la destruction de son vélo et tout ce qui le dérangeait, il le mettait dans la chatte de cette fille. Coup après coup, elle a pris, de plus en plus profondément, jusqu'à ce qu'il se laisse enfin jouir.

Elle sentit son sexe se raidir en elle, puis une chaleur profonde dans son ventre. Il y eut quelques poussées plus lentes, puis ce fut fini. L'homme relâcha la prise qu'il avait sur ses hanches, et elle sentit le tissu de sa robe glisser vers le bas pour recouvrir à nouveau ses fesses. Elle a regardé l'homme se pencher et ramasser sa culotte jetée et la mettre dans sa poche, alors que son téléphone portable tombait finalement de sa main et se brisait sur le trottoir.

Il jeta un dernier coup d'œil à la fille qu'il venait de violer sur le capot de sa voiture, alors qu'il se retournait et commençait à s'éloigner. Il fouilla dans les poches de sa veste en cuir et contempla leur contenu. Dans sa poche droite se trouvaient les clés de sa moto, totalement détruite. Dans sa poche gauche se trouvait la culotte en dentelle blanche de la fille dans la voiture, également totalement détruite.

Commerce équitable.

Articles similaires

Sœurs, filles, nièces et épouses !

Tout cela s'est passé il y a longtemps. J'étais au travail et je faisais ce que j'ai encore beaucoup de plaisir à faire ....... non ! pas que...... bien que bien sûr je m'engage toujours dans cette activité particulière quand la vraie chose n'est pas disponible comme la plupart des adultes le font, je devrais l'imaginer ! Non, j'observais les femmes au bureau avec qui j'ai eu le plaisir de travailler et je les imaginais engagées dans le genre de choses sur lesquelles on fantasme tous de temps en temps !. J'ai déjà mentionné cela dans d'autres histoires, mais j'ai toujours...

489 Des vues

Likes 0

Ma première fois avec Cindy

L'histoire: Sur le chemin du retour de l'hôpital, après avoir déposé ma femme pour une opération du dos très sérieuse, Cindy, me disait comment elle allait faire toutes les choses que maman faisait dans la maison, comme faire la vaisselle et faire la lessive et ça elle s'occupera de son papa comme maman le fait. C'était dit dans une sorte de murmure doux et elle avait sa main sur mon bras, me touchant doucement et me regardant dans les yeux. J'ai senti un frémissement dans mon pantalon et j'ai regardé les jambes galbées de Cindy et la petite minijupe qu'elle portait...

369 Des vues

Likes 0

Partagé avec Sperm : Amanda a utilisé ?

Chapitre 1 Cumslut révélé Quiconque rencontre Amanda pense qu'elle est une femme très belle et intelligente avec des normes personnelles élevées et une attitude sérieuse envers la vie. Et elle est cela, mais seulement à l'extérieur de la chambre ! De taille moyenne, avec des cheveux bruns fins et bouclés, Amanda a un corps attrayant et bien proportionné créé par une enfance de natation de compétition et d'athlétisme, et entretenu par un intérêt adulte pour la danse et le netball. Ses jambes sont proportionnées et bien tonifiées, ses hanches galbées, sa taille étroite avec un ventre lisse et ses seins sont...

279 Des vues

Likes 0

Mort par putain de ch. 14

L'an cinq L'histoire d'André C'est la base de données qui est importante. J'avais appris aux twerps à programmer dès l'âge de trois ans. Ils sont beaucoup plus intelligents que moi. Était-ce trop jeune de trois ans pour apprendre à programmer? Je ne pense pas. J'ai fait la conception initiale du système, mais bientôt je leur confierai également cette tâche. Avouons-le, quand le cerveau s'est évanoui dans cette famille, j'étais le dernier en ligne. Quoi qu'il en soit, leur mission était récemment de me construire un pare-feu. J'ai un plan. C'est un bon plan et j'en suis fier. Ma théorie est que...

247 Des vues

Likes 0

Marthe - chapitre 1

Martha dormait profondément sur le sol de sa chambre lorsque Zeus, le chien de son voisin, l'a mordue à l'épaule. Martha hoqueta de douleur, puis roucoula le chien jusqu'à ce qu'il lâche prise. Elle s'est ensuite positionnée et a aligné la bite du chien avec sa chatte, puis l'a aidé à la baiser. Zeus a baisé Martha jusqu'à ce qu'il vienne dans sa vieille chatte, se demandait. Zeus l'avait mordue plusieurs fois, mais comme Martha n'était qu'une putain d'ordures, elle n'avait pas le choix de la façon dont elle était utilisée. Elle alla au frigo et en sortit un bol de...

224 Des vues

Likes 0

Les petits trous d'Ashley 2

Les trous d'Ashley 2 par Will Buster Si vous souhaitez lire plus de mes romans, cliquez simplement sur http://www.bondagebookshelf.com Buck a déchiré le string cramoisi d'Ashley. L'odeur de la chatte humide et suintante le frappa comme une bouffée de parfum à cent dollars. Il devait manger sa jolie chatte rose et il devait le faire maintenant. Ashley écarta ses jambes fines et parfaitement rasées. La jeune chatte avait récemment rasé son buisson de chatte aussi. Elle n'avait pas eu beaucoup de cheveux au départ, mais maintenant ils étaient aussi lisses que la fesse d'un nouveau-né. Ashley a persuadé: «Allez bébé! Mange...

186 Des vues

Likes 0

Le copain de ma soeur

Le copain de ma soeur par Larry Malone Même quand j'étais très jeune, j'adorais jouer avec mon trou du cul. J'ai toujours été, ce que j'ai découvert plus tard, appelé «érotique anal». J'aimais avoir quelque chose dans mon petit trou du cul. Cela a commencé quand ma mère a collé un doigt lubrifié à la vaseline dans mon trou pour faciliter l'utilisation d'une buse de lavement quand j'étais très petite. C'était si bon que j'ai toujours essayé de reproduire cette sensation avec mon doigt, la buse de lavement, les carottes, les bâtonnets lisses et en vieillissant, la tête de mon GI...

291 Des vues

Likes 0

Notre amitié amoureuse

Bonjour, je suis nouveau dans l'écriture d'histoires de sexe, alors soyez doux. Pour l'histoire, je vais me faciliter la tâche en utilisant des personnes que je connais comme personnages. Dans ce cas, je serai moi-même et le ferai à la première personne et le fruit de cette aventure littéraire sera une fille que je connais appelée Sarah. Permettez-moi d'abord de me décrire, je m'appelle Craig, je mesure 6 pieds et 184 livres. J'ai une belle image (je pense/j'espère), qui comprend un pack de six, des yeux bleus et une belle ligne de mâchoire. Oh et les cheveux bruns. Ensuite, la fille…...

428 Des vues

Likes 0

S.S.Shotguneagle (Partie Six)

Ce ne serait pas tout à fait vrai si Leah disait que son esprit n'était pas fêlé. Même après s'être répété à plusieurs reprises comment elle allait aller, le doute était toujours au fond de son esprit. Son esprit est peut-être encore intact pour le moment, mais sa volonté de rester forte et positive s'effondrait. Elle se demandait combien de temps il faudrait avant qu'elle ne perde complètement la tête. Cela n'aidait pas non plus que Leah se battait mentalement. Elle détestait la façon dont elle laissait ces animaux faire son chemin avec elle. Leah n'a jamais voulu être une autre...

398 Des vues

Likes 0

La mort porte TOUJOURS du noir - Chapitre 1

Chapitre 1 L'ombre en forme d'homme dans la cour du voisin de l'autre côté de la rue n'avait pas bougé au cours des 20 dernières minutes, mais il était tout à fait possible que les yeux de Glenn lui jouaient des tours alors que son esprit paniqué faisait des heures supplémentaires sur son dilemme. Cela faisait deux semaines que le contrat avait été rempli par la guilde des assassins d'Ar et il ne leur avait pas encore envoyé leur paiement, bien sûr, ils ne l'avaient pas exactement recherché non plus pour leur or, mais il était toujours extrêmement inquiet. Silas avait...

296 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.