Je pense que je peux le prendre

277Report
Je pense que je peux le prendre

Je pense que je peux le prendre

J'étais assis sur le canapé rouge de ma grand-mère en train d'essayer de regarder un film tout en me sentant misérable comme de la merde. En fait, le sentiment misérable en était à son quatrième jour, me rendant fou. Cela a commencé samedi soir dernier; J'étais sur le point de mettre mon boner vierge dur dans la douce chatte d'une petite, jolie poussin en acajou avec qui je sortais depuis quelques mois, quand l'habituel s'est produit; elle a changé d'avis.

À l'intérieur de l'hôtel, après avoir longtemps sucé ses petits seins et sa chatte poilue, la préparant pour le gros mac, j'ai commis l'erreur de saisir sa petite main et de la poser sur le personnel palpitant et impatient, espérant obtenir qu'elle fasse autre chose que de rester allongée comme une bûche. Comme moi, elle était vierge aussi, de dix-huit à mes vingt ans. Alors qu'elle essayait d'enrouler ses doigts autour de lui et n'y parvenait pas, elle réalisa ce qui attendait sa chatte serrée et paniqua. Après l'avoir longuement regardée avec des yeux grands ouverts et horrifiés, elle a rapidement remis sa jupe et sa culotte et m'a demandé de la ramener à la maison. Comme les quelques autres avant elle avec qui j'avais vécu des expériences similaires, je ne voulais pas appliquer la force. Je n'ai pas trop envie de risquer une accusation de viol. Elle ne m'a pas appelé depuis et refuse de répondre quand j'appelle, ce qui m'énerve, car j'aimais vraiment la petite chose douce et j'étais sûr que j'allais enfin marquer. Je veux dire qu'elle l'avait senti et frotté à travers mon jean de nombreuses fois et n'avait montré aucune répulsion ou peur; elle avait en fait semblé avide de cela.

Grand-mère s'est dirigée vers la chaise et s'est tenue au-dessus de moi, les mains sur ses larges hanches. C'était une femme bien épaisse, grande et bien faite avec un bon corps ferme pour une personne de cinquante-huit ans. Elle avait des seins massifs qui semblaient résolument enclins à résister à la gravité. Sa peau brun foncé était encore très lisse et fraîche et son cul qu'elle gardait généralement sans retenue, c'est-à-dire sans être gêné par les roll-ons, était un délice à regarder lorsqu'elle portait une jupe fine ou un short serré, qu'elle semblait Comme. Je savais qu'elle était consciente de ma souffrance silencieuse depuis au moins deux jours maintenant, car je l'avais vue plusieurs fois me regarder de près avec un regard inquiet sur le visage. Elle avait probablement deviné que c'était peut-être une histoire d'amour dont je n'étais pas prête à parler.

"Quel est le problème bébé? Vous n'êtes plus vous-même depuis quelques jours. S'il y a quelque chose que je peux faire, ou quelque chose dont tu veux parler, je suis là pour toi.

Je levai les yeux vers son joli visage attentionné et une vague d'émotion me submergea. J'ai commencé à parler mais une boule et une douleur dans la gorge m'ont empêché de prononcer un mot. J'ai senti mes yeux se mouiller, et avant que je puisse les retenir, des larmes ont jailli. Je n'ai pas sangloté ou quelque chose comme ça; les larmes ont juste coulé.

"Oh bébé, ne pleure pas, viens parler à grand-mère ; Je suis sûr que quoi que ce soit, je trouverai un moyen de vous aider à le surmonter. dit-elle en s'asseyant rapidement à côté de moi.

Elle a mis ses bras autour de moi et m'a tirée près d'elle, ramenant ma tête sur sa grosse poitrine douce. Ses doigts caressèrent ma tête et serpentèrent dans mon afro épais et net. En sentant sa tendre chaleur je savais que j'allais m'ouvrir à elle malgré la délicatesse de mes peines. Nous avions toujours été proches, et depuis que je vivais ici avec elle depuis six mois, en attendant mon visa américain pour aller rejoindre mes parents qui avaient émigré là-bas avec un statut de résident permanent, nous étions devenus encore plus proches. Nous n'étions que deux, mon grand-père étant décédé il y a deux ans.

« Je suppose que vos problèmes sont de nature romantique ? » demanda-t-elle. J'ai hoché la tête
"En quelque sorte," murmurai-je.
"Une rupture amère?" interrogea-t-elle, sentant probablement que j'avais besoin d'être persuadée de tout dévoiler.
"Une rupture, en quelque sorte, mais pas vraiment amère, sauf pour moi, un peu."
"Oh... hmmm, ça vous dérange...?" dit-elle, l'air un peu confuse.
"Eh bien, ce sont les ruptures récurrentes qui me dérangent."
« Je vois, vous avez des problèmes pour entretenir des relations ? »
"Oui, j'ai un petit problème, d'ordre sexuel." J'ai dit la dernière partie très rapidement.
Je la sentis se raidir et ses doigts agrippaient le bras sur lequel ils reposaient. Je restai un moment silencieux, la forçant à demander :
"Vous avez des problèmes d'érection ?" demanda-t-elle, retenant visiblement son souffle pour la réponse.
"Non, je suis bien dans ce domaine," dis-je rapidement,

Elle se détendit visiblement, laissant échapper un profond soupir. La main qui avait agrippé mon bras il y a peu de temps, est tombée sur ma cuisse et, comme pour confirmer ma révélation, est tombée sur mon hardon qui traînait toujours, en raison de la proximité d'une chair féminine douce et odorante et du facteur supplémentaire de l'objet. Elle sursauta et retira sa main rapidement.
"Je suis toujours vierge."
"Oh," haleta-t-elle, "et tu as hâte de changer ça." Ajouta-t-elle en souriant.
"J'essaie, mais chaque fois que je suis prêt à le faire, les filles changent d'avis."
"Quoi!" s'exclama-t-elle bruyamment en portant sa main à sa bouche. "Pourquoi?"
"Je suis... je suis un peu... tu sais... grand"
Je la vis baisser rapidement les yeux puis se détourner en souriant.
"Ce n'est généralement pas un problème pour un homme, mais je suppose que cela pourrait être... en fonction de sa taille." dit-elle,

Une fois de plus, elle baissa les yeux, cette fois laissant ses yeux s'attarder un peu. Le simple fait qu'elle regardait là faisait vaciller ma bite et je vis ses yeux devenir très brillants et ses doigts s'agiter avec l'ourlet de sa jupe avant de se rejoindre en une mèche serrée. Elle lécha ses lèvres.
"Personne ne semble vouloir prendre le risque" ai-je dit "une fille a dit que j'étais un monstre."
« Non, vous ne l'êtes pas ; ne vous souciez pas de ce qu'elle a dit, certains hommes en ont de gros. Quelle taille... vous savez, quand il se lève ? »
"Un peu plus de douze pouces de long ... et sept pouces de tour," dis-je, la regardant d'un air interrogateur, essayant de déterminer à partir de sa réponse si c'était vraiment une bite de monstre.
« Quoi, si gros ? » elle a éclaté, "tu te moques de moi?"
"Non grand-mère, je le pense."

Elle regarda directement mon entrejambe, les mouvements rebondissants qui se produisaient dans le maillot de basket que je portais, son visage rougissant autant qu'il le pouvait à travers sa riche peau brune.
« Ça te dérange... de me le montrer ? » demanda-t-elle timidement.
Je me suis rapidement baissé, soudain impatient qu'elle voie ma bite, et j'ai accroché mes pouces dans la ceinture, j'ai levé mes fesses et j'ai tiré le caleçon jusqu'à mes genoux, laissant l'énorme outil se détacher.
"Qu'est-ce que c'est que ce bordel... c'est une grosse bite que tu as là mec !" lâcha-t-elle bruyamment.

C'était la première fois que j'entendais ma douce grand-mère jurer et à mes oreilles, ça sonnait très sexy. Elle regarda avec les yeux écarquillés et la bouche ouverte la bite branlante complètement tendue. Je pouvais voir les mamelons de ses gros seins piquer avec raideur le devant du T-shirt moulant qu'elle portait. Je baissai les yeux sur ses cuisses qui étaient étroitement serrées. Elle portait un short et je pouvais voir la chair de poule sur les cuisses rougissantes. J'ai commencé à remonter mes malles, mais elle a rapidement tendu la main et a attrapé ma main.
"Pas encore bébé, tu le feras dans un moment... puis-je... le toucher... juste un peu?" demanda-t-elle, plus suppliante qu'interrogative.
Je ne pouvais pas la refuser; Je ne voulais pas. Elle a levé la main et l'a tenue au-dessus de l'énorme bite pendant un moment avant de rassembler le courage de l'attraper. Elle enroula sa main autour de la grosse perche qu'elle pouvait tenir, la serrant doucement, puis, comme si elle était brûlée, retirant rapidement sa main. Ses yeux semblaient avoir fumé un joint, et elle mouilla ses lèvres avec une belle langue rouge pointue.
"C'est une putain de beauté", a-t-elle chuchoté, apparemment elle-même surprise autant qu'elle m'a surpris, car elle a rapidement porté sa main à sa bouche et s'est mise à glousser.
J'ai commencé à remonter les malles et je l'ai regardée alors qu'elle rigolait ; ses yeux noirs brillants regardant dans les miens avec quelque chose comme de l'admiration ou de l'amour.
« Range-le vite, avant qu'il ne me renverse », dit-elle en éclatant de rire de bon cœur.
Je la regardai, souriant moi-même, alors que son corps tremblait de rire. Elle essuya l'eau qui coulait de ses yeux.
"Je ne me moque pas de toi bébé, ok, je ris parce que je suis heureux pour toi et parce que c'est la plus belle bite que j'aie jamais vue." dit-elle en s'essuyant à nouveau les yeux.

Quand elle eut fini et se reprit, elle se rapprocha et, mettant ses bras autour de moi, me serra fort. Je pouvais sentir un mamelon raide appuyer sur ma poitrine nue. J'ai envisagé de lever la main et de caresser ce magnifique sein, mais j'ai réussi à me contrôler. Gran m'a donné un petit baiser sur la joue, effleurant à peine le côté de mes lèvres, puis s'est éloignée et a attiré son corps plus loin sur la chaise. Elle me regarda avec un joli sourire rassurant sur le visage.

Les dames avec qui tu étais qui ont paniqué, étaient-elles très jeunes ?
"Oui, environ dix-huit ans environ, et deux d'entre elles étaient vierges selon eux."
« Peut-être devriez-vous essayer des femmes plus âgées ; ne trouvez-vous pas les femmes plus âgées attirantes ? »
"Oui, j'en fais beaucoup. Pour être honnête, je pense que je préfère les femmes plus âgées, mais je ne sais pas comment les aborder, ce n'est pas aussi facile qu'avec les filles de mon âge. J'ai toujours peur qu'ils soient offensés et qu'ils m'embarrassent publiquement »
"Vous seriez surpris de voir à quel point certains d'entre eux seraient prêts si vous deviez faire une passe", a-t-elle dit en me faisant un clin d'œil et en souriant méchamment.
"Non, j'ai trop peur d'essayer. Et si j'aborde quelqu'un qui n'aime pas les hommes plus jeunes ? »
"Vous savez quoi; Je vais voir si je peux te mettre en contact avec une gentille vieille dame, j'ai quelques amis qui sont comme moi, sans homme, et toujours excités. Je ne veux pas te voir dans cette humeur tout le temps juste assis avec un long visage triste; et à vingt ans, vous devriez vraiment utiliser ce que vous avez. Laisse faire grand-mère.

C'est une semaine après notre conversation et je suis assis sur le même canapé rouge quand mamie descend les escaliers et j'entends un petit cri douloureux. Je me lève rapidement et me précipite vers l'endroit où elle est assise par terre au bas des escaliers. Il y a un regard peiné sur son visage alors qu'elle apporte une main à l'arrière d'une cuisse et la masse doucement
"Je pense que je me suis tiré un muscle ou quelque chose à l'arrière de ma cuisse", dit-elle en grimaçant.

Je baisse les yeux vers son corps effondré. Elle repose sur une main tandis que l'autre main est sur son genou gauche qui est plié et dressé, ce qui fait tomber sa courte chemise de nuit en nylon bleu clair le long de la cuisse. L'autre jambe est légèrement écartée, entraînant avec elle le tissu fin, suffisamment pour que je voie sa culotte rouge qui est faite d'un tissu fin en dentelle. J'observe la vue, m'efforçant de ne pas avoir de pensées inappropriées, mais il semble y avoir un divorce entre ma tête et ma bite qui commence une nette sortie de sommeil. Elle lève la main et je la tire vers le haut, son corps doux s'écrasant contre le mien, pressant contre mon outil. Avec sa main autour de mon épaule et ma main autour de sa taille, elle boitille jusqu'à la chaise, où en s'asseyant, elle se penche vers moi, posant sa tête sur mon épaule et laissant une main tomber sur ma cuisse, dangereusement proche de ma bite palpitante. Je remarque pour la première fois qu'elle ne porte pas de soutien-gorge, et ses énormes seins sont joliment soulignés à travers les bonnets plissés de la nuisette, les longs mamelons qui sortent audacieusement

"Qu'est-il arrivé?" Je demande.
"J'ai marché trop loin le long de l'avant-dernier échelon et j'ai glissé." dit-elle d'une voix douce.
« Que puis-je faire pour aider ? », je demande en me sentant un peu impuissant.
"Tu peux m'aider à monter dans ma chambre pour que je puisse m'allonger et reposer la jambe pendant un moment."

Je me lève et me tiens devant elle en regardant ses cheveux crépus sel et poivre brillants qui sont coupés court. Elle commence à se lever, mais se rassoit immédiatement, amenant sa tête contre ma cuisse, encore une fois dangereusement proche de mon semi-dur. Je le sens se contracter en réponse à la proximité prometteuse. Cela devient incontrôlable, je pense, qu'est-ce que je fais pour obtenir une érection pour ma grand-mère qui souffre manifestement. Pourtant, je bouge légèrement mon corps, amenant mon sexe contre sa joue. Après quelques secondes, elle se lève et pose une main autour de mon épaule tandis que je porte l'une des miennes autour de sa taille, la laissant faire le tour et se poser sur son doux bas-ventre. En boitant légèrement, elle me laisse la conduire dans les escaliers et dans sa chambre. Elle s'allonge sur le dos et me regarde avec des yeux brillants et dilatés. Je baisse les yeux vers l'endroit où sa nuisette s'installe entre ses jambes légèrement écartées montrant une empreinte tentante de son monticule vaginal, ses énormes seins répartis sur sa poitrine tombant sur les côtés, une partie de la chair, un chocolat plus léger que le reste de son corps, glisser. Je me penche et touche doucement sa tête.

"Tu vas bien grand-mère, tu n'as frappé nulle part fort", je demande, sincèrement inquiète.
"Oui bébé, je vais bien, c'est juste la douleur à l'arrière de ma cuisse. Je me demande si ce ne serait pas la bonne chose de le masser un peu et de faire couler le sang. S'il est laissé seul, le muscle tiré pourrait se nouer. Elle dit.
Elle se retourne lentement et s'allonge sur le ventre, ramenant sa main pour tenter le massage. Remontant l'ourlet de sa chemise de nuit, elle commence à frotter l'épaisse cuisse lisse.
"Oh, c'est tellement gênant, je suis trop vieille et raide pour ça", dit-elle en riant.
"Je peux le faire pour toi grand-mère," je propose, tout en me demandant si je pouvais me contrôler.
"Oh, merci chérie, ce serait super."
Je m'assieds sur le lit à côté d'elle alors qu'elle remonte sa nuisette, assez haut pour révéler la culotte rouge. Je sursaute à la vue de son cul dodu recouvert de fine dentelle rouge. Et avec ses jambes écartées un peu, je pouvais voir la bosse de sa chatte. Je sens ma bite se cabrer sauvagement dans mon boxer.
"C'est à peu près ici", dit-elle en touchant un endroit à mi-chemin entre l'arrière de son genou et ses fesses.

Je commence à masser la chair étonnamment ferme mais douce. Alors que ma main travaille sur sa cuisse, elle écarte les jambes plus largement. Je serre doucement son épaisseur laissant mes mains caresser plus que masser. Elle siffle doucement et se tortille un peu, soulevant son cul haut puis redescendant. Elle le fait environ trois fois. Je me rends compte qu'elle tire un grand plaisir de mes doigts taquins.
"Oh bébé, c'est si bon, je peux déjà sentir la douleur commencer à s'atténuer, monte juste un peu plus haut s'il te plaît." Elle supplie.
Sans lever mes mains d'elle, je fais courir mes doigts plus haut, à quelques centimètres du début de ses fesses. Elle se tortille alors que je la frotte tendrement, amenant ma main plus à l'intérieur de la cuisse douce. Elle soulève à nouveau son cul et je regarde captivé la masse de chatte avec les petits poils gris et noirs qui dépassent de la dentelle.
"Cette douleur semble jouer à des jeux, dès qu'elle se termine à un endroit, elle monte plus haut." dit-elle en riant.
Je suppose que cela signifie que je devrais monter plus haut et je le fais, en me concentrant principalement sur la douceur intérieure, mes mains effleurant de temps en temps son entrejambe.
« Plus haut », murmure-t-elle.
Higher me prend sur le début de ses fesses, avec le dos de la main intérieure à plat sur son entrejambe. Je me frotte alors qu'elle se tortille et je sais que c'est maintenant plus qu'un massage pour elle.
"Excellent massage mon garçon, la douleur a complètement disparu du dos, mais il y a juste un léger ennui devant."

Elle se retourne sur le dos, tirant l'ourlet de la nuisette jusqu'à sa taille. Je peux sentir mes yeux se gonfler à la vue magnifique d'une femme plus âgée et sexy. Je commence rapidement à frotter la mi-cuisse, mais elle m'arrête et me dit d'aller plus haut, en ligne avec l'endroit où je me suis frotté le dos pour la dernière fois. Je lève ma main et m'installe à la jonction de sa cuisse et de son entrejambe et je suis sur le point de commencer à frotter quand je pense, merde cette perte de temps, il ne s'agit plus de frotter la douleur ; grand-mère veut que je lui frotte la chatte, peut-être que je la baise. Alors j'attrape sa chatte qui remplit bien la coupe de ma main. Je commence à frotter le monticule doux et humide et elle siffle fort et roule des hanches. Je me penche en avant et apporte l'autre main à un gros sein rond, le massant délicatement. Elle gémit de plaisir. Je pétris toujours la chatte maintenant très humide, la sentant pousser vers le haut contre ma main. Je tire la culotte de côté et mets deux doigts à l'intérieur. Elle rapproche ses jambes, les emprisonnant dans son puits chaud. Je les remue en elle.

Je tire grossièrement la nuisette V sur le côté et en retire un énorme monticule de poitrine, abaissant ma bouche pour serrer fort un long mamelon raide. Je le suce avidement alors qu'elle tient ma tête contre lui. Je libère le sein et me dirige vers sa bouche. Elle tire la langue et je la suce. Pendant ce temps, je pompe frénétiquement mon doigt dans sa chatte fumante. Je me lève et sors de mon boxer. Elle lève sa nuisette au-dessus de sa tête et se débarrasse rapidement de la culotte mouillée. Je reste debout à regarder la magnifique rondeur sombre de ma vieille grand-mère. Son entrejambe et sa chatte sont parsemés de poils poivre et sel soigneusement taillés. Je la regarde toujours quand elle se lève et s'assied sur le bord du lit, ses gros ballons de chair pendent jusqu'à sa taille alors qu'elle attrape mon long gros dong. Elle enroule ses deux mains autour de mon sexe et le pompe brutalement.

Elle se penche en arrière sur le lit en me tirant par la bite avec elle. Elle me fait chevaucher sa poitrine et en tirant le gros bâton vers le bas commence à le lécher amoureusement. Je ferme les yeux et profite du plaisir de sa bouche et de sa langue travaillant sur mon énorme bite et mes grosses couilles. Elle ouvre grand la bouche et parvient à y prendre la tête de ma bite en la remplissant. Sa langue va travailler dessus. Elle atteint la table à la tête du lit et prend une bouteille d'huile de noix de coco. Elle fait gicler de l'huile sur ma bite et la frotte de la pointe à la base. Elle écarte ensuite les jambes et savonne bien sa chatte à l'extérieur et à l'intérieur.

« Mets-toi entre mes jambes bébé. Elle ordonne doucement.
Je vois une petite lueur de doute jouer dans ses yeux alors qu'elle saisit la bite et la place à son entrée. Elle le frotte contre l'ouverture en gémissant. Elle écarte une lèvre avec la bite et écarte l'autre avec sa main libre.

"Poussez-le un peu vers l'avant, bébé, juste un peu", a-t-elle chuchoté.
Je pousse en avant et sens ma circonférence aidée par l'huile et son jus se frayer un chemin d'environ un pouce. Je regarde son visage grimaçant alors que ses dents mordent sa lèvre inférieure.
"Pousse un peu plus bébé, mais doucement."
Je m'avance doucement et sens environ trois ou quatre pouces entrer en elle. Tout son corps tremble et elle pose une main sur mon ventre en m'implorant de ne pas aller plus loin. Je reste immobile au-dessus d'elle, regardant sa tête se balancer d'un côté à l'autre alors qu'elle lutte pour secouer la douleur. Elle ouvre la bouche et souffle fortement. Elle ouvre les yeux et me regardant avec un faible sourire hoche la tête. Je pousse en avant et l'entends hurler alors que deux ou trois pouces supplémentaires mesurent la longueur de la paroi de sa chatte. À présent, la moitié ou un peu plus de la moitié de mon membre est coincée dans la chatte de grand-mère. Elle lève les deux mains et les place contre mon ventre alors qu'elle roule lentement ses hanches sous le bâton raide. Elle continua pendant quelques minutes, ouvrant doucement les murs étroits pour plus de bois.

Elle place ses mains sur mes fesses et me tire doucement vers le bas en se mordant les lèvres et en grimaçant.

"Je suis prête, je pense que je peux le supporter, baise-moi mon grand, mais si je te dis arrête tu arrête", ordonne-t-elle.
Je commence à pousser en elle et elle grogne bruyamment à chaque poussée. Son visage est mouillé de larmes, mais elle a l'intention de prendre le gros bâton, son corps tremblant lourdement alors que je la frappe. Elle prend maintenant environ neuf ou dix pouces de coq plongeant dans son puits. Ses yeux sont grands ouverts et regardent avec étonnement mon visage alors que je pousse. Soudain, je ne peux plus me retenir et pousser fort en avant envoie tous les douze pouces et plus en elle. Je viens fort, ruant et grognant alors qu'elle crie. Je l'inonde de l'intérieur avec mon sperme chaud. Elle me tient au plus profond d'elle. Je suis immobile, toutes sortes de pensées me traversent la tête. Enfin je suis vraiment un homme. Les parois de sa chatte font quelque chose de gentil avec ma bite, en la massant. Je la sens bouger sous moi avec une vitesse progressivement croissante jusqu'à ce qu'elle se débatte et se mette à grincer sauvagement. Je regarde la vieille fille faire son truc sauvage sous moi et je ressens plus d'amour pour elle qu'avant et je souris avec satisfaction. Je sens ses ongles s'enfoncer dans mes fesses, brûlant la chair et son corps commence à se convulser contre le mien. Elle est mouillée de sueur. Elle me fait me retourner et elle est maintenant allongée sur moi, ma bite toujours enfoncée profondément en elle.

Une dizaine de minutes plus tard, elle me chuchote à l'oreille. "Je suis prêt à repartir."
Je pousse vers elle et elle émet un ooh surpris suivi d'un sifflement. J'attrape son gros cul et je glisse mes doigts profondément dans la fente pour écarter les joues pendant que je baise cette vieille chatte serrée. Elle se lève un peu et étreignant mes côtés avec ses cuisses commence à me chevaucher. Elle tend la main derrière, trouve mes couilles et joue doucement avec elles pendant qu'elle chevauche. Ses yeux sont révulsés dans sa tête et elle se débat sauvagement, luttant contre mes poussées vers le haut, refusant de laisser son esprit être brisé par la grosse baguette magique sondant ses entrailles, refusant de se rendre. J'attrape la bouteille d'huile de noix de coco qui est toujours sur le lit et me savonne les doigts d'une main. J'enfonce un doigt dans son petit bouton et elle pousse un couinement, mais cogne plus fort. Avec chaque poussée vers le haut de mon gros bois en elle, j'envoie le doigt dans son trou du cul. Un autre orgasme la rattrape et elle se débat sauvagement, style rodéo sur moi. Quand elle a fini de frissonner, elle se soulève de moi, son visage grimaçant alors que la longue et grosse perche sort.

Elle est allongée sur le dos à côté de moi, reprenant son souffle ; une main pompant lentement le gros outil en le gardant dur pendant qu'elle récupère. Au bout d'un moment, je me retourne en plaçant ma tête entre ses cuisses. Je me frotte le nez dans la tache poivre et sel, ma langue serpente entre les plis noirs gonflés. Ensuite, je suce un clitoris dodu et elle jouit à nouveau alors que ma bouche est pressée contre ses lèvres de plaisir. Elle se tourne sur le côté pour me soutenir et lève une jambe en l'air. J'applique plus d'huile de noix de coco sur ma bite et je la force bientôt en elle. Elle le prend plus vite et plus facilement cette fois. Je lui donne des coups rapides avec environ neuf pouces de la grosse aiguille. Mes mains sont remplies de ses gros seins alors que je la pilonne, provoquant des halètements, des grognements et des cris aigus. Je me vide en elle pour la deuxième fois alors qu'elle saisit mes couilles.

Épuisés, nous sommes allongés sur le dos côte à côte en respirant fort.
"Comment va ta cuisse maintenant Gran, est-ce que ça fait toujours mal," je demande.
"La douleur, bébé, je n'ai jamais eu de douleur dans les cuisses qui n'était que pour te faire monter ici dans ce lit", dit-elle en riant. "La seule douleur que je ressens maintenant est la douleur dans ma vieille chatte, causée par votre bite monstrueuse. Mais c'est une belle douleur, à laquelle je peux m'habituer, et j'ai hâte de ressentir encore et encore si vous êtes prêt à m'obliger.

Je regarde la vieille et douce baiseuse étendue sur mon lit, son corps luxuriant invitant à une autre attaque de bite et je sais que je vais l'obliger aussi longtemps qu'elle me le permettra. Cette vieille chatte mérite sûrement une bite.

Articles similaires

La dette lesbienne (chapitre 5) - Les premières sessions Mayim

Chapitre 5 LES PREMIÈRES SÉANCES MAYIM Laura est allée aux toilettes vers la fin de la journée de travail et a pris les pilules que lui avait données le Dr Windred. Ils lui rappelèrent à quel point elle avait été excitée ce matin, une excitation qu'elle n'avait jamais satisfaite, et pendant un moment, elle pensa à s'enfermer dans une cabine de toilettes et à s'amuser. Mais elle ne se faisait pas confiance pour se masturber au travail sans se faire prendre, et de toute façon Amy lui avait dit de ne pas jouer avec elle-même avant de se présenter à la...

81 Des vues

Likes 0

Seins énormes

Ma première rencontre avec le sexe a eu lieu quand j'avais 14 ans. eh bien, pour commencer, je m'appelle sara et j'avais des seins très énormes pour mon âge. J'aimais et pratiquais toutes sortes de sports. Laissez-moi me décrire à l'époque, j'avais 5'4 115 cheveux bruns et yeux verts. J'avais un corps très féminin avec des seins 36d. problèmes. Alors à l'époque, je les détestais avec passion. Le jour où tout a commencé, je viens de rentrer de l'entraînement de football et je viens de prendre une douche. Je venais de mettre ma culotte et j'avais ma robe de chambre. Je...

393 Des vues

Likes 0

Partagé avec Sperm : Amanda a utilisé ?

Chapitre 1 Cumslut révélé Quiconque rencontre Amanda pense qu'elle est une femme très belle et intelligente avec des normes personnelles élevées et une attitude sérieuse envers la vie. Et elle est cela, mais seulement à l'extérieur de la chambre ! De taille moyenne, avec des cheveux bruns fins et bouclés, Amanda a un corps attrayant et bien proportionné créé par une enfance de natation de compétition et d'athlétisme, et entretenu par un intérêt adulte pour la danse et le netball. Ses jambes sont proportionnées et bien tonifiées, ses hanches galbées, sa taille étroite avec un ventre lisse et ses seins sont...

475 Des vues

Likes 0

Cinéma_(1)

J'ai eu la chance d'être jeune dans les années 70 pour profiter des cinémas sexuels. J'avais 25 ans, ma femme avait 34 ans, mariée et divorcée avec 3 enfants par des hommes différents. Elle est blonde avec des yeux noirs et bleus très maquillés. 36..nous étions dans le nord de Londres pour faire du shopping un samedi.alors que nous passions devant un vieux cinéma fermé qui s'est transformé en salle de bingo, puis de retour au cinéma pour des films pornos. Ainsi, au lieu de faire du shopping, elle a acheté une mini-jupe en coton moulante jaune vif et un tube...

430 Des vues

Likes 0

Kerri et Angie (Chapitre 2 - Au tour de Mel)

C'est le deuxième chapitre de ma série. Les noms d'écran inclus dans ce SONT FAUX. Kerri et moi étions les meilleures amies, mais deux nuits auparavant, nous étions amants, nous vivions toutes les deux notre première expérience lesbienne. Bien qu'il ait pu sembler que cela rendrait notre relation gênante, cela nous a presque rendus plus forts en ce qui concerne une amitié. Nous étions tous les deux tellement excités que lorsque nous nous sommes parlé au téléphone samedi soir, nous avons eu des relations sexuelles passionnées au téléphone, parlant de nos autres désirs profonds et planifiant la prochaine fois que nous...

422 Des vues

Likes 0

Le copain de ma soeur

Le copain de ma soeur par Larry Malone Même quand j'étais très jeune, j'adorais jouer avec mon trou du cul. J'ai toujours été, ce que j'ai découvert plus tard, appelé «érotique anal». J'aimais avoir quelque chose dans mon petit trou du cul. Cela a commencé quand ma mère a collé un doigt lubrifié à la vaseline dans mon trou pour faciliter l'utilisation d'une buse de lavement quand j'étais très petite. C'était si bon que j'ai toujours essayé de reproduire cette sensation avec mon doigt, la buse de lavement, les carottes, les bâtonnets lisses et en vieillissant, la tête de mon GI...

477 Des vues

Likes 0

The Rogue's Harem Tome 2, Chapitre 10 : La passion de l'hermaphrodite

Le harem du voleur Tome 2 : Le méchant harem de Rogue Dixième partie : La passion de l'hermaphrodite Par mypenname3000 Droits d'auteur 2018 Remarque : Merci à B0b et WRC 264 pour la lecture bêta de ceci. Chapitre vingt-huit : Inspirer l'art coquin Sven Falk - La forêt de Lhes, les conflits de Zeutch La douce bouche de Nathalie était merveilleuse alors qu'elle suçait ma bite du jus de chatte d'Aingeal, ses nattes débordant sur mes cuisses. Je gémis, le plaisir montant et descendant ma bite alors que je jetais un coup d'œil à l'aoi si. Sa bite se rétrécit...

517 Des vues

Likes 0

Club Gomorrhe. La saga des poules mouillées. Prologue Jour Zéro.

Faites défiler le terrier du lapin. Je m'appelle Ryan Everest, je suis un homme de 22 ans, mes cheveux sont brun foncé, il s'agit à peu près de mes épaules, j'ai les yeux verts et je mesure un peu plus de cinq pieds, je ne suis pas le plus doué mais j'y reviendrai plus en détail plus tard. Par où commencer… eh bien, je suppose que le meilleur endroit pour commencer est le jour où j'ai rencontré lady Gomorrhe… C'était juste un autre jour. Une journée passée assis devant l'ordinateur portable, sautant d'un blog porno Tumblr à l'autre. Je ne me...

462 Des vues

Likes 0

FAMILLE DE 4_(0)

[b]FAMILLE DE 4, FAMILLE ENSEMBLE Ma femme Pari, sa sœur cadette (d'un an), Ara, et leur mère, Mae. 3 Mesdames – et moi, homme de la maison pour ainsi dire, notre Famille. C'est devenu un rôle assez épuisant. Là où nous vivons en Asie, je suis un étranger, né en bas. Mais je vis en Asie depuis longtemps maintenant et je comprends à quel point la famille est importante. Dans le cas de la famille de ma femme, son père est décédé (de maladies liées au tabagisme et à l'alcool) il y a plus de 15 ans ; depuis lors, les 3 Dames...

94 Des vues

Likes 0

Entretien privé

Il y a de nombreux avantages à être président du conseil d'administration d'un conglomérat international, de belles femmes célibataires et divorcées à vos pieds, des cadres prometteurs qui travaillent dans le lointain empire et leurs épouses. Deux fois par an, j'organise une convention à New York pour rencontrer ces cadres et leurs épouses. L'affaire sur invitation seulement se déroule dans un hôtel 5 étoiles, je réserve dix étages de chambres et suites pour le séjour des cadres. J'ai également six invitations envoyées à des femmes qui m'ont impressionné ou qui ont attiré mon attention au restaurant ou à une autre sortie...

683 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.