Maîtresse Tori

118Report
Maîtresse Tori

Je suis marié à ma femme depuis 7 ans maintenant et nous avons une vie sexuelle intéressante. Ce n'est en aucun cas un mariage normal. 24 heures sur 24, je suis son esclave et je fais tout ce qu'elle me demande. Parfois, elle me permet d'avoir des relations sexuelles avec elle et d'autres jours, elle a des relations sexuelles avec d'autres hommes pendant que je regarde. Si elle n'est pas d'humeur à être pénétrée, elle me pénètre avec son strapon de 8 pouces. On ne fait pas de pause, c'est notre vie. Je suis à elle pour tout ce qu'elle veut et je serai toujours heureuse de l'obliger. Certaines choses que je suis obligé de faire ne m'excitent pas nécessairement, mais en tant qu'esclave, je fais toujours ce que mon maître me dit. Maîtresse Tori m'a donné la permission d'écrire sur mes journées.

5 JANVIER 2011

J'ai été réveillé par une douleur aiguë au côté, alors j'ai tourné la tête pour trouver Maîtresse Tori enfonçant le talon de ses bottes en cuir hautes dans ma chair.

« C'est l'heure de se lever ma petite salope.

Je me suis levé sur mes genoux, agenouillé sur mon lit de chien sur le sol.

« Que puis-je faire pour vous Maîtresse ?

Elle s'assit dans son fauteuil préféré, l'air incroyable. Ses cheveux noirs tombaient sur son épaule, presque jusqu'au corset qui s'enroulait autour de son corps. Des gants en cuir noirs jusqu'aux coudes couvraient ses bras et allaient bien avec la jupe en cuir qu'elle portait. Ses mains tâtonnèrent avec un paquet de cigarettes avant d'en détacher une, la plaçant entre ses lèvres rouges et fermes.

"D'abord, j'ai besoin d'une lumière."

J'attrapai un briquet sur une table voisine et allumai sa cigarette, la regardant attentivement alors qu'elle inspirait profondément. Ma bite a grandi un peu à l'intérieur du sous-vêtement en caoutchouc que je portais alors que je la regardais souffler un épais nuage de fumée sur mon visage.

"Ouvre," dit-elle sévèrement, jetant de la cendre sur ma langue. "J'ai un invité qui vient aujourd'hui et j'aimerais être à mon meilleur. Il semble qu'il y ait encore des taches sur mes bottes depuis la dernière fois qu'il était ici. C'est inacceptable. Je veux que ces bottes brillent, alors avalez les cendres et passer au nettoyage."

Maîtresse sortit son pied gauche, soulignant certains des endroits qui devaient être léchés. Elle a apprécié sa cigarette pendant que je passais ma langue sur le cuir lisse, léchant le sperme séché. Ma bouche était sèche au moment où j'ai fini, mais ses bottes étaient superbes.

"Excellent esclave de travail. Tu as fait un travail fantastique, est-ce que ta bouche est sèche après tout ça?"

"Oui Maîtresse."

« Ouvrez », elle a attrapé mon visage avec ses mains gantées, m'attirant plus près avant de cracher une grosse quantité de salive dans ma bouche. Je l'avalai et la remerciai. "Maintenant, va mettre cette tenue de soubrette que j'aime.

Elle m'a claqué le cul alors que je me dirigeais vers l'autre pièce où se trouvait la tenue de bonne en vinyle noir. Il était allongé sur un lit avec des bas résille et des bottes. Le vinyle a glissé et j'ai enroulé les bas sur mes jambes. Les bottes s'adaptent parfaitement.

"Esclave! Viens ici esclave, la compagnie est ici."

Je me suis précipité dans le salon pour la trouver dans une robe en caoutchouc rouge avec des gants assortis. Elle avait changé pour Steve, l'un des hommes chanceux qui a pu coucher avec elle. Steve est un homme noir grand et musclé avec une longue bite épaisse. Il est venu ici plusieurs fois et il la baise toujours bien.

"Maîtresse, est-ce que vous ou votre ami aimeriez quelque chose ?"

"Nous sommes d'accord avec les boissons, mais nous pensions nous amuser. Pourquoi ne viendrais-tu pas ici, ma petite poule mouillée, et aider Steve à devenir très dur pour moi. J'ai besoin d'une bonne baise hard d'un vrai homme. Pas un perdant avec un petit pénis. Maintenant esclave.

Steve a enlevé son pantalon, montrant sa bite flasque, qui me paraissait encore assez grande. Maîtresse Tori s'est assise sur le canapé dans sa robe moulante, me regardant enrouler ma main autour de l'épaisse bite noire.

"Allez-y, caressez-le un peu. Obtenez-le très fort pour moi."

Steve admirait Tori dans sa robe sexy alors qu'elle tirait sur son mamelon à travers le tissu fin, me regardant de temps en temps, dans ma tenue de bonne en vinyle, me caressant.

"Hé, salope, tu ne vas pas le rendre assez dur avec juste ta main, tu vas devoir utiliser ta petite bouche de pute. Vas-y, enroule ta bouche autour de cette bite noire. Je sais que tu veux , pédé."

J'ai tenu la base et j'ai commencé à sucer la tête, léchant le haut de sa hampe.

"Tu ne vaux vraiment rien."

Elle secoua la tête et se pencha, saisissant l'arrière de ma tête et la poussant vers l'avant. Maîtresse me forçait à prendre chaque pouce de lui dans ma bouche. Le problème était qu'il était trop grand et j'ai commencé à bâillonner, mais elle a quand même poussé sur ma tête alors que la salive coulait rapidement de mon menton.

"Tu dois prendre toute la putain de bite. Je sais que tu la veux salope de poule mouillée, étouffe-toi avec."

Mon besoin d'air devenait de plus en plus problématique et elle me tenait fermement alors que sa tête était coincée au fond de ma gorge. Avant que je ne vomisse, elle a fini par lâcher prise. J'ai eu le souffle coupé.

« Que dis-tu, esclave ?

"Merci Maîtresse."

"Merci pour quoi?"

"Pour m'avoir permis de lui sucer la bite."

"Bon garçon. Il a l'air grand et prêt. Apportez-le ici et baisez-moi fort. Esclave, vous restez là sur vos genoux et regardez. Je ferais mieux de ne pas voir un doigt sur votre bite, espèce de merde sans valeur."

Steve s'est approché d'elle et a soulevé une partie de la robe en latex qui collait à sa peau, révélant sa chatte rasée. Elle avait visiblement aimé me regarder car elle était déjà très mouillée. Son sexe s'y glissa sans aucun problème.

"Mm, il est temps que j'en ai un gros en moi. Ce ver ne vaut pas la peine d'être baisé. Je devais aller me chercher une putain de grosse bite noire. Tu aimes regarder, n'est-ce pas?"

"Oui Maîtresse."

Il a tenu sa jambe droite, léchant le talon de sa botte pendant qu'il enfonçait sa chatte dégoulinante. Elle hurla de plaisir alors que sa tête frappait à plusieurs reprises son point G. J'ai regardé son membre épais marteler son sexe, ce qui a fait que mon hardon a poussé le costume en vinyle. Il a fallu tout en moi pour garder mes mains loin de ça.

"Putain, c'est profond," cria-t-elle, enfonçant ses ongles dans son cul. "Baise cette chatte. Étouffe-moi."

Steve accéléra le rythme, s'enfonçant sauvagement dans sa chatte. Cela m'a étonné qu'il puisse faire cela sans jouir rapidement. Sa main s'enroula autour de son cou, serrant alors qu'il la baisait fort. Elle bougea son corps avec le sien, l'enfonçant encore plus profondément. Ses yeux se révulsèrent un peu alors qu'elle jouissait.

"Je vais me retourner, je veux que tu me baises le cul. Ne te retiens pas, remplis mon trou de merde avec ton sperme."

Elle se retourna et mit son cul en l'air, lui écartant les joues. Il a craché dans le trou et y a glissé son énorme bite.

"Oh putain. Tu es si gros. J'emmerde ce cul serré."

Il se glissa à l'intérieur et à l'extérieur d'elle en grognant. Le rythme n'était pas aussi rapide qu'il luttait pour se pousser à l'intérieur de son trou serré. Elle agrippa son sexe, le repoussant contre lui, se mordant la lèvre pour contenir les cris alors qu'il l'étirait.

"Allez, allez, remplis-moi. Je le veux tellement. Remplis-moi le cul."

Steve attrapa ses hanches et commença à pousser plus vite, poussant plus loin, la faisant gémir bruyamment. Il serra fort en venant, tirant plusieurs coups de sperme dans son anus. Tori contracta ses muscles, s'assurant de traire chaque goutte.

"Esclave, viens ici. J'ai besoin d'être nettoyé, j'ai tout ce sperme dans mon trou du cul."

Je me positionnai sous elle, attendant qu'elle pousse. Une grosse boule tomba sur mon visage, dégoulinant de mes lèvres. Elle a poussé plus fort et plus est tombée, atterrissant sur ma langue.

"Maintenant, avale-le. Bon garçon."

Ils parlaient, se rattrapaient un peu pendant que je nettoyais les toilettes avec ma langue. La maison a déjà été ramassée donc il n'y avait pas besoin de nettoyer. Une fois qu'il est rentré à la maison, je lui ai préparé le dîner, puis j'ai demandé des restes à ses pieds. Journée assez moyenne.

Articles similaires

Sœurs, filles, nièces et épouses !

Tout cela s'est passé il y a longtemps. J'étais au travail et je faisais ce que j'ai encore beaucoup de plaisir à faire ....... non ! pas que...... bien que bien sûr je m'engage toujours dans cette activité particulière quand la vraie chose n'est pas disponible comme la plupart des adultes le font, je devrais l'imaginer ! Non, j'observais les femmes au bureau avec qui j'ai eu le plaisir de travailler et je les imaginais engagées dans le genre de choses sur lesquelles on fantasme tous de temps en temps !. J'ai déjà mentionné cela dans d'autres histoires, mais j'ai toujours...

920 Des vues

Likes 0

Attraction interdite 2 (révisée)

Deux ans s'étaient écoulés depuis que M. Connor et moi avons « porté notre relation à un nouveau niveau ». Il était également prudent de dire que nous avions des relations sexuelles dans presque toutes les pièces de l'école... Et ce n'est pas une exagération. Notre situation était assez compliquée. Tim et moi (il détestait quand je l'appelais M. C si nous n'avions pas de relations sexuelles) passions tellement de temps ensemble, mais nous n'étions pas petit-ami et petite-amie... mais en même temps nous l'étions. Je ne sais pas comment vous appelleriez notre relation. Peut-être des amis avec des avantages ou juste son...

948 Des vues

Likes 0

Grand-père Joe

C'est une histoire sur moi et mon grand-père. Mon grand-père Joe était dans la soixantaine, chauve, grand et avait un gros corps d'ours. Il était vraiment fort. Il était aussi très poilu. J'étais un joufflu de 16 ans. Gros cul et seins pendu. J'étais un garçon glabre et lisse. J'avais une petite bite. Je n'avais aucune connaissance du sexe ou quoi que ce soit. Je ne me suis même jamais masturbé, la seule fois où je suis venu, c'était pendant les rêves humides. Un jour, ma famille m'a dit d'aller rester avec Joe. Joe vieillissait et avait besoin d'aide à la...

996 Des vues

Likes 0

Ma première fois avec Cindy

L'histoire: Sur le chemin du retour de l'hôpital, après avoir déposé ma femme pour une opération du dos très sérieuse, Cindy, me disait comment elle allait faire toutes les choses que maman faisait dans la maison, comme faire la vaisselle et faire la lessive et ça elle s'occupera de son papa comme maman le fait. C'était dit dans une sorte de murmure doux et elle avait sa main sur mon bras, me touchant doucement et me regardant dans les yeux. J'ai senti un frémissement dans mon pantalon et j'ai regardé les jambes galbées de Cindy et la petite minijupe qu'elle portait...

794 Des vues

Likes 0

Ma femme ne savait pas qu'elle m'avait rendu riche

Ma femme ne savait pas qu'elle m'avait rendu riche par lifeinpr Mes histoires ne reflètent pas nécessairement mes penchants personnels, mes désirs, mes désirs ou mes fantasmes. S'il vous plaît lire et apprécier cette écriture fictive. Charles et Anna Woods vivaient une vie de classe moyenne simple. L'emploi de Charles payait un salaire suffisant pour qu'Anna n'ait pas à travailler. Ils sont mariés depuis trois ans et semblaient être un couple heureux. Charles conduisait une voiture de dix ans qui a été remboursée et la seule dette impayée était leur hypothèque. Charles imaginait sa femme comme une épouse «trophée» car elle...

756 Des vues

Likes 0

Ils jouissent en retour

Debbie était assise à une table en train de boire un verre au Halfway House Bar quand elle a entendu Cripes Deb, ça fait longtemps. Le propriétaire de la voix se laissa tomber sur le siège à côté d'elle. C'était quelqu'un que Debbie n'avait pas vu ni entendu depuis longtemps et qu'elle n'avait pas voulu voir. Il s'appelait Mick et c'était un ami de son fils. En grandissant, Debbie était à peu près une nympho. Si vous aviez de la drogue et une bite, vous aviez Debbie. Cela avait conduit Debbie à avoir un fils et à abandonner l'école. Elle avait...

667 Des vues

Likes 0

Courtiser un vampire 7

Par : Storm Herald Chapitre 7 J'ai dansé la majeure partie de la nuit, ne prenant une pause que pour prendre de l'eau ou de l'air frais avec les trois Lycans. Ils m'ont passé l'un à l'autre, et Damien n'est intervenu que deux fois de plus avant qu'ils ne me monopolisent entièrement. Ce était après minuit quand j'ai agité le drapeau de la capitulation et leur ai dit que j'étais épuisé. Ils ont ri et ont passé des pièces à William avant de me faire savoir que ils campaient dans la forêt et seraient de retour vers demain après-midi. Je les...

610 Des vues

Likes 0

Une femme Père Noël rencontre le chien de garde..._(1)

C'était serré. Très serré. Elle se souvint soudain de la maison de l'année dernière alors que sa robe moulante grattait les murs couverts de suie de la cheminée. Belle maison, grand salon... résident chaud. Elle sourit alors qu'elle se traînait plus loin le long des murs de briques, sentant soudain une brise monter du foyer, un ruisseau de porte sous elle. Quelqu'un venait soit de sortir... soit d'entrer dans la pièce. La brise souleva sa jupe et elle frissonna. Pas la nuit pour se passer de culotte, pensa-t-elle. Là encore, elle a dû laisser quelque chose pour un cadeau. Elle retint...

598 Des vues

Likes 0

Cela a commencé comme une simple blague (révisé)

Je viens de Madera en Californie, juste votre famille moyenne. Mère, père, frère et moi-même. Ma famille est très proche et ouverte les unes aux autres, mais nous n'avons jamais été nus l'un devant l'autre ni pensé l'un à l'autre de manière sexuelle. Cependant, lorsque nous sortons au magasin ou quelque part, nous demandons «y a-t-il quelque chose que quelqu'un veut de« vierge »» et quand nous sommes devenus assez vieux et que nous allions au magasin de porno local, nous demandions si quelqu'un voulait quelque chose. Habituellement, nous recevions tous du lubrifiant ou des films et nous allions tous dans...

416 Des vues

Likes 0

Un anniversaire d'inceste Chapitre 17

Un malheureux accident m'a longtemps éloigné de l'ordinateur, mais je suis guéri et prêt à reprendre l'écriture. J'espère juste que je suis aussi proche de l'endroit où j'écrivais avant ma disparition brutale. Alors après plus de 8 mois d'absence, l'histoire de Rita et Randy Stevens continue ici, j'espère qu'elle vous plaira. J'ai remué dans mon sommeil, me réveillant quand j'ai senti quelque chose pousser sur ma poitrine encore et encore, au point où j'ai dû régler le problème. Avec des yeux flous, j'ai regardé à travers l'obscurité jusqu'à ce qu'ils s'ajustent suffisamment pour éclaircir l'image devant moi, Rita avec un sourire...

197 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.