Jument Monté

651Report
Jument Monté

JoJo est une belle femme musulmane de 36 ans, séparée de son mari depuis un an. Elle est l'amie d'un partenaire commercial du Moyen-Orient. Elle m'a invité à venir chez elle. Elle est arrivée à la maison en même temps que j'arrivais, nous nous sommes salués, sur ce, elle tourne rapidement les talons, et se dirige vers la porte arrière de la maison. Je regarde son cul dans ce jean moulant. Je devais atteindre et ajuster ma bite dans mon pantalon. Je suis mal à l'aise avec ma bite dure dans son alignement actuel. Je gémis intérieurement, imaginant ce que je pourrais faire à son corps. Une fois à l'intérieur, elle s'occupa de ranger les courses. On m'a demandé de faire du café. Cela ne me dérangeait pas de jouer à la maison avec elle. Cela m'a donné le temps d'observer ses mouvements dans la cuisine. Lorsqu'elle se penchait pour ranger les pommes de terre sur l'étagère inférieure du garde-manger, elle se penchait à la taille, balançant les pommes de terre dans l'étagère, tendant la main vers le bas pour repousser le sac assez loin pour que la porte se ferme. Tout cela se fait avec ses pieds écartés à la largeur des épaules, sans plier le genou. Le jean s'enroulait étroitement autour de ses fesses. Une vue à couper le souffle. Mon esprit imaginait son corps nu, penché à la taille, sur le dossier du canapé, penché sur le côté me regardant derrière elle. Elle se lèche les lèvres, remue son cul et me supplie de mettre ma bite dans sa chatte serrée. Elle m'appelle étalon, monte-moi étalon, baise-moi fort. Ma bite devient plus dure me rendant mal à l'aise dans mon pantalon.

Enfin, nous remplissons nos tasses de café frais. Assis en face d'elle à la table, je regarde ses doigts minces avec des ongles manucurés atteindre autour de la tasse, tenant la tasse entre ses paumes, prenant doucement la tasse en coupe. Je regarde ses lèvres alors qu'elle déplace lentement la tasse vers sa bouche, enveloppant doucement ses lèvres sur le bord de la tasse. Je la vois saisir ma bite, la tirer vers sa bouche en attente, la langue s'étendant au-delà de ses lèvres pour lécher la tête de ma bite monstrueuse. Elle suce ma bite, suce le pré-sperme de la fente, la langue danse sur son casque. « Eh bien, c'est un plaisir de vous rencontrer enfin », dit-elle doucement, me regardant dans les yeux. Je ris, admettant que « mon esprit est en train de jouer », dis-je. Elle me regarde perplexe. « Je joue où » ? Elle continue de me regarder. Je ne sais pas comment répondre. Veut-elle que je fasse une avance ? « J'admire à quel point tu es belle pour la millième fois, dis-je. Sa main atteint ses cheveux, sa tête baisse, elle est mal à l'aise avec le commentaire. « C'est gentil de votre part », dit-elle. « Je ne reçois plus souvent ces compliments », déclare-t-elle. « Je pense que vous avez toujours des gars qui viennent vers vous. Vous êtes une belle femme, un corps sexy, extraverti et plus encore », dis-je. Je veux moi-même te voir à cause de l'effet que tu as sur moi », je poursuis. « Je me suis retrouvée à créer beaucoup de fantasmes à ton sujet », je termine. « N'y allons pas », a-t-elle rétorqué.

Je regarde ses seins. Je jure que ses mamelons ont durci et qu'ils me regardent. Je la vois haleter. Elle remarque que je regarde ses seins. Elle se penche en avant, croisant les bras pour empêcher ses mamelons de me regarder. Je remarque une tension dans sa voix. « Avons-nous fini ici », demande-t-elle ? Elle me regarde, attendant un commentaire de ma part. Elle s'est levée pour aller à la cafetière et prendre plus de café, je me lève et la suis. Je marche derrière elle, plaçant mes mains sur ses hanches. Elle se raidit, je la serre contre moi, tirant son cul contre ma bite dure. Je frotte ma bite contre son cul, frottant ma bite de haut en bas dans sa fente à travers son jean moulant. « Je ne pense pas que ce soit une bonne idée », déclare-t-elle en s'éloignant de moi. Me tournant vers moi, je la plaque contre le comptoir. Je caresse ses bras et ses épaules, mon entrejambe pressé contre le haut de son abdomen. Elle reste immobile. « Ne, s'il vous plaît, arrêtez », déclare-t-elle. « Tu ne devrais pas faire ça. » Me dépassant, elle me repousse et se dirige vers le salon. Je suis de près. Je peux la sentir, elle veut ça. Sa chatte la trahit, se mouille. Je l'attrape à nouveau, la poussant en avant, sur le dossier du canapé. Je lui donne un coup de pied dans une partie, attrapant les cheveux à l'arrière de sa tête, la forçant sur le canapé, vers le bas avec ses fesses jusqu'à moi. J'attrape ses hanches, poussant mon entrejambe contre ses fesses. Je claque plusieurs fois contre elle. Je sais qu'elle me veut. Elle gémit bruyamment. Je remonte sa chemise dans son dos, saisissant le fermoir de son soutien-gorge. Je pince mes doigts ensemble, dégrafant son soutien-gorge et laissant ses seins libres. Je tends la main autour d'elle, sentant la douceur de ses seins. Je pince légèrement les mamelons, les sentant durcir entre mon doigt et mon pouce. D'autres gémissements lui échappent. Je continue d'enfoncer mon entrejambe contre ses fesses que je tire brutalement par les cheveux, tête inclinée en arrière. Ses mains tiennent mon poignet. Je serre ses seins rudement. Son dos se presse contre ma poitrine.

Ma main parcourt son corps, trouvant le bouton de son jean. J'ouvre le bouton, dézippe la braguette. Je descends le jean, emportant sa culotte avec. Son cul et son monticule sont maintenant nus pour moi. Je passe ma main entre nous, débouclant ma ceinture, ouvrant mon jean, dézippant ma braguette. Je baisse mon pantalon et mon slip. Ma bite est dure, pointant vers le bas entre nos corps. Je sens la chaleur de ses fesses se presser contre moi. "Ne fais pas ça, je ne peux pas faire ça, s'il te plaît, arrête." elle dit. Son cul se presse contre moi. Je sais qu'elle veut sentir ma bite dans sa chatte. Je peux dire. Ses gémissements trahissent son corps. Je la pousse vers le bas sur le canapé. Son cul ferme m'est ouvert. Je place ma main sur la fente de son cul, glissant mes doigts jusqu'à son humidité. Elle bouge pour se libérer alors que mes doigts glissent dans sa chatte. J'enfonce deux doigts en elle. Très serré, juste un soupçon d'humidité, j'enfonce mes doigts au plus profond de son con. « Oh merde, salaud », dit-elle. Je commence à pousser mes doigts dedans et dehors, la tenant fermement. Sa chatte commence à devenir très humide. J'enfonce un deuxième doigt en elle. Je fais sortir mes doigts de sa chatte jusqu'à sa fissure bordant son trou du cul. Je glisse mes doigts vers sa chatte, les insérant à nouveau aussi profondément que possible dans sa chatte serrée. Je continue à frotter ma bite contre les joues de ses fesses. J'ai besoin de la baiser. Je fais à nouveau courir mes doigts de sa chatte jusqu'à son trou du cul, lubrifiant la zone, repoussant mes doigts dans sa chatte. La pénétrant profondément, enfonçant mes doigts aussi profondément que possible. Elle se met à grogner maintenant. Je claque mes doigts dans et hors de sa chatte. Sa chatte est mouillée maintenant. « Oh putain », dit-elle. « Espèce de pourri bâtard, tu me veux », me siffle-t-elle. « Eh bien fais de moi ta pute, fils de pute. » Je place mon pouce sur son trou du cul. Alors qu'elle me maudit, j'enfonce mon pouce dans son cul jusqu'à la première phalange. Je veux la ravager maintenant!

"Tu veux être ma chienne," lui dis-je. "Je vais t'enculer aussi." J'enfonce mon pouce profondément dans son cul. Elle grogne, gémit et crie. « Non, putain de salaud. Non, me crie-t-elle. Son corps se presse contre ma main alors que j'enfonce mes doigts profondément dans et hors de sa chatte avec mon pouce dans ses fesses. Je pompe ma main fort et vite. « Oh merde non », siffle-t-elle. Son humidité inonde ma main. « Oh merde, oh merde », sa voix est à peine audible entre les grognements et les gémissements de son corps. " Jouis pour moi salope ", lui dis-je. Je veux la faire jouir avant de la foutre en l'air. Je veux enfoncer ma bite au fond de sa chatte serrée, dur, rapide et profond. Je veux qu'elle prenne toute ma bite, profonde et furieuse. Je sens son corps se tendre, sa respiration s'arrête, ses mouvements s'arrêtent. Je continue de l'enfoncer durement, frottant mon pouce plus profondément dans son cul. Je ferme mes doigts, frottant le mur entre sa chatte et son cul. « Oh va te faire foutre, espèce de salaud », crie-t-elle. "Oh mon Dieu, je jouis", siffle-t-elle. « Au diable, au diable », poursuit-elle. Je retire ma main de son corps, attrape sa hanche et place le bout de ma bite à l'ouverture de sa chatte. "Maintenant salope, ta mienne," je pousse en avant, la tête de ma bite entrouvrant les lèvres de sa chatte. Je recule, pousse vers l'avant, tire vers l'arrière et pousse à nouveau vers l'avant. Chaque poussée entraîne plus de ma bite dans sa chatte serrée. Elle crie dans les oreillers du canapé. Je recule, essuie plus de jus de chatte sur le reste de ma bite. J'avance fort. Mon aine se presse contre son cul. Encore une fois, je tire en arrière et pousse lentement vers l'avant, les boules maintenant complètement enfouies au fond de sa chatte. Je lâche ses cheveux, attrape l'autre hanche et commence à lui marteler la chatte sans relâche avec ma bite. Mes hanches claquent bruyamment sur les joues de ses fesses. Elle crie dans les oreillers. “ Sentez ma bite salope. C'est qui ton papa, ai-je ri. Je claque sa chatte serrée à plusieurs reprises.

Je suis allé jusqu'au bout et elle peut à peine respirer. Ce sentiment que je la séparais presque en deux. Sa chatte est étirée au-delà de la croyance. " Dieu, " Cela ne ressemble à rien qu'elle ait jamais connu. Elle commence à crier alors que je commence à entrer et sortir, mon énorme bite glissant en elle. Le frottement de ma grosse bite contre les parois vaginales tendres créant de la chaleur. Sentir mes grosses couilles claquer contre elle alors que je m'enfonce en elle. Elle se fait baiser si fort qu'elle ne pouvait imaginer autre chose à ce moment-là que moi qui l'étirais et la remplissais. Elle devient si chaude et baisée si fort qu'elle est sur le point de s'évanouir. Elle est presque sur le point de ne plus pouvoir le supporter jusqu'à ce qu'elle sente enfin ma bite palpiter et trembler. Elle écarte davantage les jambes comme le ferait une jument. Je gémis et tiens ma bite au fond d'elle. Elle commence à ressentir la sensation de chaleur de ma crème maintenant, son petit vagin se remplit de goo collant chaud puis commence à suinter. Laissant couler le long de ses fesses et de ses jambes, elle a un orgasme en même temps. Ses yeux sont révulsés dans sa tête et elle a le meilleur orgasme qu'elle n'ait jamais eu. Elle est sur le point de s'évanouir mais elle ne voulait presque pas que cela se termine. Après quelques minutes, je me suis finalement retiré et elle est tombée sur le canapé comme si elle était morte. Quarante cinq minutes plus tard je m'approche à nouveau de JoJo, elle est allongée sur son lit sur le ventre. JoJo essaie de s'éloigner de moi comme mon
la tête bulbeuse de la bite pousse son chemin entre les lèvres de sa chatte puis avec un gémissement fort, je m'avance en la transperçant, l'empalant à nouveau sur ma bite de monstre. Après s'être à nouveau empalée, elle a l'impression que je vais la diviser en deux.

Ensuite, ça commence, je tape dans et hors d'elle, enfonçant ma bite jusqu'à JoJo. Gémissant de plaisir, JoJo serra les dents et à sa grande surprise, elle s'est retrouvée à repousser ma bite pendant que je lui foutais la cervelle. Claquant ses entrailles, ma bite la remplit de la crème de nos précédents orgasmes l'aidant à glisser librement dans et hors d'elle. Frissonnant après un autre orgasme, JoJo tremble et se tortille. Un autre orgasme monte à nouveau dans son noyau sombre et profond. Il se précipite sur elle et menace de submerger ses sens, puis les vannes s'ouvrent alors que l'orgasme la percute comme un train. Alors que les parois de sa chatte se serrent et traient ma bite alors que je gémis, mon gémissement devient de plus en plus fort alors que je commence à éjaculer. Charge jaillissante après charge de sperme chaud et épais à nouveau en elle. JoJo haletant de plaisir alors que ma bite glisse d'elle. Elle sent encore le sperme couler d'elle sur le lit. Haletant d'épuisement, JoJo lève la tête et regarde la pièce à travers les dents serrées, le plaisir embrumant sa tête et la vision sans douleur. « John, plus rien, s'il vous plaît. » Elle gémit. Tremblant de douleur, JoJo ouvre les yeux. Son corps lui fait mal à cause de la baise brutale qu'elle vient de recevoir.

Articles similaires

Cinéma_(1)

J'ai eu la chance d'être jeune dans les années 70 pour profiter des cinémas sexuels. J'avais 25 ans, ma femme avait 34 ans, mariée et divorcée avec 3 enfants par des hommes différents. Elle est blonde avec des yeux noirs et bleus très maquillés. 36..nous étions dans le nord de Londres pour faire du shopping un samedi.alors que nous passions devant un vieux cinéma fermé qui s'est transformé en salle de bingo, puis de retour au cinéma pour des films pornos. Ainsi, au lieu de faire du shopping, elle a acheté une mini-jupe en coton moulante jaune vif et un tube...

423 Des vues

Likes 0

FAMILLE DE 4_(0)

[b]FAMILLE DE 4, FAMILLE ENSEMBLE Ma femme Pari, sa sœur cadette (d'un an), Ara, et leur mère, Mae. 3 Mesdames – et moi, homme de la maison pour ainsi dire, notre Famille. C'est devenu un rôle assez épuisant. Là où nous vivons en Asie, je suis un étranger, né en bas. Mais je vis en Asie depuis longtemps maintenant et je comprends à quel point la famille est importante. Dans le cas de la famille de ma femme, son père est décédé (de maladies liées au tabagisme et à l'alcool) il y a plus de 15 ans ; depuis lors, les 3 Dames...

85 Des vues

Likes 0

Entretien privé

Il y a de nombreux avantages à être président du conseil d'administration d'un conglomérat international, de belles femmes célibataires et divorcées à vos pieds, des cadres prometteurs qui travaillent dans le lointain empire et leurs épouses. Deux fois par an, j'organise une convention à New York pour rencontrer ces cadres et leurs épouses. L'affaire sur invitation seulement se déroule dans un hôtel 5 étoiles, je réserve dix étages de chambres et suites pour le séjour des cadres. J'ai également six invitations envoyées à des femmes qui m'ont impressionné ou qui ont attiré mon attention au restaurant ou à une autre sortie...

674 Des vues

Likes 0

Sœurs, filles, nièces et épouses !

Tout cela s'est passé il y a longtemps. J'étais au travail et je faisais ce que j'ai encore beaucoup de plaisir à faire ....... non ! pas que...... bien que bien sûr je m'engage toujours dans cette activité particulière quand la vraie chose n'est pas disponible comme la plupart des adultes le font, je devrais l'imaginer ! Non, j'observais les femmes au bureau avec qui j'ai eu le plaisir de travailler et je les imaginais engagées dans le genre de choses sur lesquelles on fantasme tous de temps en temps !. J'ai déjà mentionné cela dans d'autres histoires, mais j'ai toujours...

676 Des vues

Likes 0

Partagé avec Sperm : Amanda a utilisé ?

Chapitre 1 Cumslut révélé Quiconque rencontre Amanda pense qu'elle est une femme très belle et intelligente avec des normes personnelles élevées et une attitude sérieuse envers la vie. Et elle est cela, mais seulement à l'extérieur de la chambre ! De taille moyenne, avec des cheveux bruns fins et bouclés, Amanda a un corps attrayant et bien proportionné créé par une enfance de natation de compétition et d'athlétisme, et entretenu par un intérêt adulte pour la danse et le netball. Ses jambes sont proportionnées et bien tonifiées, ses hanches galbées, sa taille étroite avec un ventre lisse et ses seins sont...

469 Des vues

Likes 0

Kerri et Angie (Chapitre 2 - Au tour de Mel)

C'est le deuxième chapitre de ma série. Les noms d'écran inclus dans ce SONT FAUX. Kerri et moi étions les meilleures amies, mais deux nuits auparavant, nous étions amants, nous vivions toutes les deux notre première expérience lesbienne. Bien qu'il ait pu sembler que cela rendrait notre relation gênante, cela nous a presque rendus plus forts en ce qui concerne une amitié. Nous étions tous les deux tellement excités que lorsque nous nous sommes parlé au téléphone samedi soir, nous avons eu des relations sexuelles passionnées au téléphone, parlant de nos autres désirs profonds et planifiant la prochaine fois que nous...

416 Des vues

Likes 0

Seins énormes

Ma première rencontre avec le sexe a eu lieu quand j'avais 14 ans. eh bien, pour commencer, je m'appelle sara et j'avais des seins très énormes pour mon âge. J'aimais et pratiquais toutes sortes de sports. Laissez-moi me décrire à l'époque, j'avais 5'4 115 cheveux bruns et yeux verts. J'avais un corps très féminin avec des seins 36d. problèmes. Alors à l'époque, je les détestais avec passion. Le jour où tout a commencé, je viens de rentrer de l'entraînement de football et je viens de prendre une douche. Je venais de mettre ma culotte et j'avais ma robe de chambre. Je...

388 Des vues

Likes 0

Enseignant transexuelle partie 4 miss barnes maîtresse rachel_ (0)

Mlle barnes est allée rencontrer sa copine rachel elle l'a amenée chez elle frapper à la porte rachel ouvrir la porte laisser Mlle barnes fermer la porte rachel veut un verre elle a seld oui plz. Après 5 minutes, ils étaient dans le salon en train de boire. Là café rachel seld pourquoi tu veux savoir si j'ai encore la ferme Mlle barnes lui a raconté l'histoire du trou qu'elle lui a amenée dans quelques jours nous pouvons nous amuser rachel la regarde seld parie que tu es excitée pour ma chatte de 55 ans Mlle barnes seld oui maîtresse rachel...

333 Des vues

Likes 0

La dette lesbienne (chapitre 5) - Les premières sessions Mayim

Chapitre 5 LES PREMIÈRES SÉANCES MAYIM Laura est allée aux toilettes vers la fin de la journée de travail et a pris les pilules que lui avait données le Dr Windred. Ils lui rappelèrent à quel point elle avait été excitée ce matin, une excitation qu'elle n'avait jamais satisfaite, et pendant un moment, elle pensa à s'enfermer dans une cabine de toilettes et à s'amuser. Mais elle ne se faisait pas confiance pour se masturber au travail sans se faire prendre, et de toute façon Amy lui avait dit de ne pas jouer avec elle-même avant de se présenter à la...

80 Des vues

Likes 0

Le copain de ma soeur

Le copain de ma soeur par Larry Malone Même quand j'étais très jeune, j'adorais jouer avec mon trou du cul. J'ai toujours été, ce que j'ai découvert plus tard, appelé «érotique anal». J'aimais avoir quelque chose dans mon petit trou du cul. Cela a commencé quand ma mère a collé un doigt lubrifié à la vaseline dans mon trou pour faciliter l'utilisation d'une buse de lavement quand j'étais très petite. C'était si bon que j'ai toujours essayé de reproduire cette sensation avec mon doigt, la buse de lavement, les carottes, les bâtonnets lisses et en vieillissant, la tête de mon GI...

471 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.