Summer of Love (semaine 10, partie 2)

677Report
Summer of Love (semaine 10, partie 2)

Jeudi 4 août. « Putain de merde, mec ! Soixante-quinze pompes ! Tu es un animal !" Aaron s'exclame avec admiration, profondément impressionné par l'endurance de son cousin. "C'est tout pour Jen, mec... Je me prépare pour cette chatte !" J.J. répond d'une voix essoufflée, regardant Aaron. L'étalon plus âgé est allongé sur le dos, prenant un moment pour reprendre son souffle après son impressionnante démonstration d'endurance. Actuellement, il lève la main; Aaron l'attrape et l'aide à se relever. "Mec, je vais durer dans cette chatte demain soir… Je vais travailler cette chatte!" J.J. assure son cousin. "Mec, une fois que tu es dedans, tu ne voudras plus jamais en sortir !" Aaron l'assure alors que les poteaux échangent un coup de poing; le jeune étalon anticipe la rencontre de son cousin avec Jen presque autant que J.J. est lui-même. "Yo mec… prends ça… pour demain soir", dit maintenant Aaron, mettant la main dans la poche de son short en jean et tendant J.J. une boîte de préservatifs ; l'étalon plus âgé n'est pas content d'avoir à envelopper sa bite, mais il ne laissera pas la seule condition de Jen pour leur rencontre le garder hors de sa boîte d'amour. "Merci mec! Qu'est-ce que tu faisais avec ça de toute façon ? » J.J. demande, sachant que son cousin et lui partagent une antipathie égale pour la prophylaxie. "Ummm… tu sais, juste au cas où une nana en ferait vraiment tout un plat…" répond Aaron. "Il y en a 3 là-dedans, mec, ne t'inquiète pas... Je voulais juste voir à quoi ils ressemblaient, parce que je ne les utilise jamais", rassure Aaron à son cousin, remarquant le regard interrogateur de J.J. sur la boîte déjà ouverte. « Pas de soucis, mec… Merci ! » J.J. répond, appréciant que son cousin s'assure qu'il est parfaitement préparé pour la rencontre de demain soir avec la magnifique brune…

"Oh merde ! Oh merde!" J.J. halète bruyamment alors que son outil giclant projette d'épaisses boules de boue de balle profondément dans la chatte de Donna. La MILF blonde aérienne, prenant son étalon adolescent en levrette, gémit d'extase alors qu'elle atteint l'orgasme. C'est la première fois en plus de deux semaines qu'ils baisent; l'occasion précédente était le coup rapide à l'arrière du SUV de Donna. Alors qu'ils se blottissent après le rapport sexuel, Donna commence à rire de façon incontrôlable. "Quoi…?" le goujon murmure ; il avait presque oublié à quel point la blonde était une tête de pont. "J'ai presque oublié! Ton cousin est venu me voir... j'ai cru que c'était toi ! Donna s'exclame, à peine capable de contenir son rire alors qu'elle se souvient de sa perplexité initiale en rencontrant le cousin sosie de J.J. "Oh ouais…? Que voulait-il ? demande le goujon, d'un ton nonchalant. Il savait qu'Aaron allait bouger, mais le jeune étalon ne lui avait rien dit au sujet de sa rencontre avec Donna. "Il m'a demandé si j'avais besoin d'aide pour quoi que ce soit ici, et je lui ai dit que non", répond la blonde toujours désemparée. "Tu l'as frappé ?" J.J. demande maintenant, toujours d'un ton désinvolte. « Non… mais je voulais un peu… ! » avoue la blonde avec un petit rire coquin. « Il est mignon… vraiment mignon ! » elle jaillit, incapable de réprimer un sourire au souvenir du bel étalon adolescent qui s'est présenté à sa porte plus tôt cette semaine-là. "Tu sais que c'est pour ça qu'il est venu...?" J.J. lui demande maintenant en décidant d'adopter l'approche directe; Donna le regarde d'un air vide. "Pourquoi…?" demande-t-elle à son tour, son visage se fondant dans un regard de totale confusion ; elle ne comprend toujours pas. "Il est venu en chercher !" J.J. l'informe maintenant. « Non, il ne l'a pas fait !... Est-ce qu'il... ? » demande maintenant la blonde, la bouche grande ouverte de mortification qu'elle ait laissé une belle opportunité comme Aaron s'éloigner littéralement d'elle. « Ouais il l'a fait ! Mais il est jeune... il n'a pas beaucoup d'expérience avec les filles... il ne savait pas quoi dire..." J.J. répond, décidant de jouer la carte de la sympathie au nom de son jeune cousin. « Le pauvre gosse ! Donna répond, affichant un sourire compatissant et laissant échapper un petit rire. "Le mec a vraiment besoin que tu l'aides... tu vois ce que je veux dire...?" J.J. demande maintenant, laissant la pensée suspendue dans les airs. "Aide le? Oh… attends… tu veux dire… ? Donna répond, alors qu'elle comprend enfin ce qu'elle doit faire. "Vous savez... il a beaucoup à apprendre... comme si ce n'était qu'une seule fois..." répond l'étalon. "Oh mon Dieu!" Donna s'exclame, donnant à J.J. une autre grande expression d'incrédulité. "Et vous n'avez même pas besoin d'aller jusqu'au bout avec lui..." J.J. ajoute rapidement, sachant qu'il peut au moins faire sucer Aaron par la MILF blonde facile à vivre. "Eh bien... je suppose que si ce n'était qu'une fois..." acquiesce Donna, secrètement ravie à l'idée. Elle sait qu'elle aimera sucer le beau cousin de J.J.; ça fera aussi J.J. heureux et aider à renforcer la confiance du jeune étalon timide et inexpérimenté. Relançant leur liaison interrompue, J.J. finit par faire exploser 3 charges de sa boue génétique dans la blonde idiote et gloussante au cours de leur séance de baise en sueur l'après-midi…

"Oui! Oui!" Jen hurle, son lit grince bruyamment alors qu'Aaron trempé de sueur la martèle impitoyablement contre le matelas. Ses pieds pulpeux pointés vers le plafond, elle peut sentir ses orteils se courber convulsivement ; elle atteint l'orgasme avec un Aaron gémissant alors que les boules du goujon explosent, jetant d'épaisses gouttes de son écume de noix profondément dans sa fente d'amour. La magnifique brune est très excitée aujourd'hui ; non seulement elle est secrètement ravie d'anticipation à propos de la chambre de demain soir avec J.J., mais elle est également à ce stade de son cycle mensuel où ses hormones s'emballent. De son côté, Aaron, excité par l'idée que bientôt son cousin sera au plus profond de sa magnifique amante brune, baise Jen avec une fureur charnelle effrénée. Avec la sueur qui coule de son corps, son grognement fort, viscéral et animal fournit un contrepoint aux cris orgasmiques aigus de Jen, alors qu'il la martèle sans pitié dans un point culminant après l'autre. Il souffle 6 charges de sa boue d'homme dans les recoins les plus éloignés de sa boîte d'amour…

"Alors, j'ai entendu J.J. t'as bien baisé samedi soir ! Aaron grogne alors qu'il frappe Judy en levrette sur son canapé, lui donnant une claque retentissante alors qu'il s'éloigne. « Ouais, il l'a fait ! J'ai eu tellement d'orgasmes ! le MILF répond avec appréciation, reconnaissant à Aaron de l'avoir mise en contact avec son cousin bien membré. Alors qu'Aaron grognant et transpirant se rapproche de l'éjaculation, la MILF parvient à haleter "Bill dit que nous devons acheter un nouveau canapé ..." "Oh, ouais?" Aaron grogne en réponse, serrant encore plus les hanches de Judy. "Ouais... il a dit que celui-ci avait l'air d'être tout taché... il ne peut pas comprendre ce que sont les taches...!" répond la MILF en tournant la tête pour donner à son amant adolescent un sourire narquois par-dessus l'épaule…

Allison laisse échapper une série de petits grognements délicats et féminins alors qu'elle rebondit de haut en bas sur le bâton de baise rigide de J.J. "Ouais, c'est cool... continue!" J.J. l'encourage, tendant la main pour attraper ses seins rebondissants. "C'est marrant!" elle halète à bout de souffle, appréciant la dernière leçon de sa formation de salope ; comme une levrette, elle n'avait jamais eu de relations sexuelles de style cow-girl avec son mari apathique Bruce, et chevaucher une bite d'adolescent de 8 pouces est une nouvelle expérience passionnante pour elle. Elle a de l'enthousiasme, mais peu de finesse ; elle montera rapidement son étalon adolescent jusqu'à l'éjaculation, mais l'important pour J.J. lui fait découvrir une nouvelle position sexuelle…

« Alors… tu es allé déjeuner avec ce mec du travail… ? » J.J. demande Allison alors qu'il la frappe maintenant en levrette. "Oui, nous sommes allés déjeuner mardi et nous avons rendez-vous samedi soir", répond la femme ringard, confirmant ses progrès avec le stagiaire de l'université à son bureau. "Alors, il t'a invité à sortir ?" J.J. l'interroge maintenant alors qu'il continue sa poussée régulière. "Non, je lui ai demandé, comme tu me l'as dit," répond docilement Allison. « Et tu sais ce que tu dois faire samedi soir ? lui demande maintenant le haras. "Oui... je vais lui faire l'amour..." répond-elle sans hésiter. « Non… tu vas le baiser », la corrige le goujon ; il est crucial pour la jeune salope novice de se détacher émotionnellement des multiples futurs partenaires sexuels qu'elle va avoir. Le haras est satisfait de ses progrès; elle ne s'est pas opposée ou même ne l'a pas interrogé quand il lui a dit qu'elle avait besoin de coucher avec son collègue; le baiser sera un autre grand pas pour elle sur la voie d'être une salope à part entière. À la fin de la nuit, le goujon bien excité a soufflé 8 charges de sa boue de noix profondément dans la chatte bien martelée d'Allison…

"Allez bébé! Donnez-moi ce sperme! Donnez-moi cette charge ! Kerri encourage Aaron alors qu'il lui claque la chatte dans l'atmosphère étroite et confinée de l'alcôve de sa chambre. La puanteur du goujon adolescent est lourde dans l'air; il se fraye un chemin jusqu'à sa sixième éjaculation à l'intérieur du hippie ce soir, mais ça prend tellement de temps ! Trois poussins aujourd'hui, Jen, Judy et le hippie… 13 charges… ses couilles sont assez bien drainées. Il laisse finalement échapper un halètement bruyant, presque agonisant, alors que ses couilles cèdent à contrecœur une dernière charge aqueuse pour la journée. « Putain de merde ! Putain de merde !" il halète ; on dirait que chaque dernière goutte de sa boue génétique est drainée de ses noix. Et il sait qu'il a encore deux jours de baise incessante et ininterrompue devant lui pour atteindre l'objectif ambitieux de J.J. pour la semaine...

Vendredi 5 août. Aaron baisse les yeux avec perplexité alors que Donna convulse avec un rire incontrôlable. "Qu'est-ce qui ne va pas…?" demande le mec, inquiet que la MILF blonde pense que sa bite est trop petite par rapport à celle de J.J. et c'est de cela qu'elle se moque. Les deux sont dans la cuisine de Donna; la blonde est à genoux devant Aaron, avec une prise ferme sur son bâton de baise dressé et palpitant. "Quand tu es venu l'autre jour, j'ai d'abord cru que tu étais J.J. et j'allais te sucer ici ! Donna parvient à haleter, toujours secouée de rire. "Tu aurais dû… ça m'aurait évité un autre voyage ici…" répond le jeune étalon arrogant. Donna rit à haute voix en réponse alors qu'Aaron roule des yeux. Poussin blonde typique… tellement stupide, il ne peut s'empêcher de penser à lui-même, alors que Donna finit par se ressaisir et remet son outil raidi dans sa bouche. Bientôt, elle a Aaron gémissant de plaisir, un flux constant de liquide pré-éjaculatoire émanant de sa fente pénienne. La blonde avait initialement prévu juste de sucer le mec adolescent dans la cuisine, mais bien excitée par sa beauté et son gros pénis palpitant, elle décide rapidement de lui abandonner sa chatte. Sautant sur ses pieds et attrapant le goujon par la main, elle le ramène rapidement dans sa chambre…

Emma rit de façon agaçante alors qu'un J.J. haletant et trempé de sueur souffle une charge à grande vitesse de boue de balle profondément dans sa chatte d'adolescente bien baisée. Le goujon n'avait pas été fou à l'idée de baiser à nouveau l'adolescent ennuyeux, mais en gardant à l'esprit son concours avec Aaron, Emma sert de benne à sperme pratique. Elle n'est pas mal, se dit le goujon, allongé sur le dos, attendant que sa bite durcisse à nouveau; J'aimerais juste qu'elle arrête ce putain de fou rire ! Pendant tout ce temps, Emma envoie des textos avec enthousiasme à Aaron, Steve et son petit ami de 17 ans, cherchant déjà sa prochaine rencontre; l'appétit de la bimbo adolescente pour le pénis est insatiable. Dans un après-midi de baise en sueur, J.J. finit par lui verser 5 charges, le rapprochant de plus en plus de son objectif de 50 charges pour la semaine. Mieux encore, cela le réchauffe pour sa prochaine rencontre sexuelle, sa séance de baise tant attendue avec la magnifique Jen…

"Oh mon Dieu!" Donna hurle alors qu'elle atteint l'orgasme pour la troisième fois. Aaron n'a même pas encore mis sa bite en elle; il l'a poussée à jouir avec sa langue. "J.J. m'a dit que ta chatte avait un goût sucré et il a raison ! déclare le goujon en levant brièvement la tête pour regarder la MILF. Il repousse rapidement son visage dans son manchon et commence à la dévorer jusqu'à un autre orgasme. « Putain de merde ! Où as-tu appris à faire ça ? crie-t-elle, la tête d'Aaron enfouie entre ses cuisses. L'adolescent est censé être un novice inexpérimenté en amour, mais il n'y a aucun moyen que son habileté avec sa langue, en particulier la façon dont il travaille son clitoris, puisse être la chance du débutant. "J.J. m'a dit que je devrais toujours manger la chatte… »Aaron explique consciencieusement, se levant enfin et se positionnant sur Donna, alors qu'il se prépare à pénétrer sa fente d'amour bien amorcée avec son pénis rigide. "Je pensais que tu étais vierge !" s'exclame la blonde, regardant le goujon avec étonnement alors qu'il pousse ses hanches vers l'avant, glissant la pointe suintante de son outil devant les lèvres verticales accueillantes de la blonde. "Non… je n'ai jamais dit que j'étais vierge…" répond le goujon avec un haussement d'épaules alors que son outil glisse plus profondément, remplissant la boîte d'amour de Donna avec sa circonférence gonflée. "Mais J.J. dit que tu as besoin d'aide avec les filles... ! » Donna s'exclame alors qu'Aaron recule ses hanches puis les pousse à nouveau vers l'avant. "Tu m'aides... plus je baise de nanas, plus ça m'aide à être encore meilleur en baise..." répond l'étalon avec appréciation en poussant à nouveau. La blonde aérienne ne peut s'empêcher de se sentir trompée; cet étalon de 15 ans n'est pas le rejeton innocent que J.J. l'a dépeint comme tel, mais sa chatte était si exceptionnelle qu'elle ne peut pas le jeter hors du lit. Sa baise est encore meilleure. La bite d'Aaron est légèrement plus petite que celle de J.J., mais il l'utilise avec compétence et il est nettement plus rugueux que son cousin plus âgé, brisant rapidement la blonde aérienne dans une chaîne d'orgasmes multiples. "Oh ouais! Oh oui bébé!" Donna hurle en regardant le goujon. Ne se faisant plus d'illusions sur le manque d'expérience de l'adolescente, la blonde sait qu'elle est prête pour un après-midi de sexe brutal, en sueur et sans pitié et Aaron livre avec vengeance...

"Je veux te baiser en levrette…" Aaron dit maintenant à Donna. Après l'avoir baisée dans de la mish deux fois, l'étalon adolescent veut intensifier l'action en donnant à la blonde un martèlement impitoyable en levrette. « Maintenant, tu parles ! » la MILF blonde impatiente accepte avec enthousiasme, se mettant rapidement en position à quatre pattes. Aaron se plante derrière elle et se prépare à glisser son outil raidi dans sa boîte d'amour pour la troisième fois. "Tu ferais mieux de ne pas le mettre dans le mauvais trou !" crie la blonde par-dessus son épaule. Aaron n'avait en fait pas pensé à l'équiper dans le cul, mais maintenant il hésite; elle a mis la pensée dans son esprit et il est très tenté de le faire. "Lequel est le mauvais trou ? Peut-être que vous le voulez dans la porte arrière ! suggère le goujon, soudain désireux de glisser son pénis raidi et palpitant dans le tuyau de saleté de la blonde. "Non! Mets-le dans la CHATTE ! Donna déclare avec insistance, indiquant très clairement qu'elle ne veut pas que sa porte arrière soit défoncée. À contrecœur, le goujon se conforme à ses souhaits et glisse son outil dans son vagin déjà bien pilonné; en poussant, il se dit que baiser des nanas dans le cul est une activité pour laquelle il a vraiment besoin de plus d'expérience…

« Vierge innocente, mon cul ! Donna renifle, avant de donner à Aaron un bisou d'adieu appréciatif sur la joue après leur séance de baise de l'après-midi. Ils ont baisé quatre fois, revenant à mish pour la dernière fois après leurs ébats en levrette. "Je veux ce cul !" Aaron s'exclame en réponse, maintenant obsédé par l'idée de donner à la blonde idiote le traitement d'enracinement rectal. « Eh bien, vous ne comprenez pas ! » répond-elle en lui donnant une claque nette mais ludique sur le bras. "Maintenant, sortez d'ici !" lui ordonne-t-elle avec un rire bon enfant…

« Alors… définitivement J.J. !… qui d'autre ? » Catie demande par-dessus son épaule alors qu'Aaron se prend la chatte en levrette. "Je sais que nous pourrions obtenir Steve de l'équipe de football…" répond Aaron, frappant le bibliothécaire avec un rythme régulier. « Oh, tu veux dire le roux Steve… le visage de taches de rousseur Steve ? » Catie demande avec impatience. "Ouais, nous sommes amis avec le mec... Je sais qu'il serait partant pour ça..." répond Aaron, la sueur commençant à couler de son corps en ruisseaux. "Il est tellement adorable!" Catie couine de joie. « Et j'adore les footballeurs ! Ils sont si grands et forts… et stupides ! ajoute-t-elle avec un petit rire ; sa nervosité intellectuelle ne l'a pas empêchée de coucher plus que sa juste part d'étalons de football à l'université. "Steve pourrait probablement avoir quelques mecs de plus dans l'équipe..." suggère Aaron, de plus en plus excité alors que les deux poursuivent leur planification. "Génial! Mais de combien de mecs parle-t-on ici ? Je ne veux pas devenir trop fou !" répond la bibliothécaire excitée. "Je pense à peut-être 5 ou 6 mecs…" répond Aaron. « Je ne peux même pas croire que je pense à ça ! Je n'ai rien fait de tel depuis que je suis à l'université ! Catie répond, fixant les yeux d'Aaron dans le miroir alors qu'elle le regarde lui marteler. "Faites-moi savoir quand vous êtes prêt et je vous brancherai", répond Aaron, alors qu'il se rapproche de plus en plus de l'orgasme...

« Éloignez-vous de moi ! Tu pues !" Catie appelle Aaron alors que l'étalon nu la chasse par la porte arrière de sa maison et sur le pont, se dirigeant vers la piscine. Vêtue seulement d'un bas de bikini string étriqué, la petite bibliothécaire permet au goujon de la rattraper et hurle de joie alors qu'il la soulève de ses pieds, la jette dans la piscine et saute après elle. Les deux ont besoin de se calmer après leur torride après-midi de baise ; Aaron a vomi 5 charges dans la boîte d'amour du bibliothécaire mais aucun d'eux n'est tout à fait prêt pour que les jeux charnels se terminent pour l'instant. Après s'être éclaboussé d'eau de manière ludique, Catie se retrouve bientôt embrassée dans les bras musclés de son étalon adolescent alors que les deux s'engagent dans une séance de pelotage passionnée dans la piscine. Alors que leurs langues s'entremêlent, elle descend dans l'eau et sa main trouve rapidement ce qu'elle cherche; Le bâton de baise d'Aaron est à nouveau pétrifié dans une autre érection dure comme du roc. « Mmmm… tu es encore dur ! » ronronne-t-elle, écartant brièvement ses lèvres des siennes pour suggérer que ce qu'ils savent déjà tous les deux est inévitable. "Ouais… juste ici dans la piscine…" murmure l'étalon, déplaçant sa bouche sur le côté, commençant à taquiner le haut du cou de Catie, juste en dessous de son oreille. « Mmmm… non, bébé… l'as-tu déjà fait dans une piscine ? La logistique ne fonctionne tout simplement pas… », répond la petite nymphe de l'eau, réussissant d'une manière ou d'une autre à conserver son sang-froid alors qu'Aaron déplace lentement et avec convoitise ses lèvres et sa langue taquines plus loin dans son cou. Gardant sa tête, avec difficulté, elle persuade son ardent amant adolescent de l'impraticabilité totale de la copulation sous-marine et bientôt les deux sortent à nouveau de la piscine, le pénis d'Aaron palpitant avec insistance. Aucun d'eux ne peut attendre de retourner dans la chambre ; bientôt, Catie est allongée sur le dos sur sa chaise longue au bord de la piscine, son bas de bikini abandonné posé sur le pont ; regardant vers le ciel bleu vif, elle regarde ses pieds danser dans les airs alors qu'Aaron s'enfonce sans relâche profondément dans sa chatte, le chaud soleil d'août les frappant. À l'abri de la vue de ses voisins par les arbres, elle sait qu'ils ne peuvent pas la voir, elle et son étalon en train de baiser ; elle ne se soucie pas non plus de savoir s'ils peuvent les entendre. Elle ne fait aucun effort pour retenir ses cris d'extase bruyants et retentissants alors qu'Aaron la brise dans un orgasme après l'autre, jusqu'à ce que finalement, ses couilles explosent, crachant une sixième et dernière charge dans sa chatte accueillante…

"Vous savez que je ne fais cela que parce que j'ai promis à Aaron que je le ferais", a déclaré Jen sans sourire à J.J. d'un ton provocateur, presque hostile. La magnifique brune est vêtue du même bikini string bleu électrique maigre et des escarpins à talons bleu électrique assortis qu'elle portait pour séduire Aaron au bord de la piscine il y a plusieurs semaines. Le pénis en érection de J.J. est bombé dans son short en jean; ses yeux sont collés sur les seins glorieux de Jen, débordant pratiquement de son haut de bikini. "Qu'est-ce que tu regardes…? À mes seins… ? » lui demande-t-elle maintenant, d'une voix provocante. "Ce sont de beaux seins putain!" le goujon répond sans hésiter; ils savent tous les deux pourquoi il est ici et il ne voit aucune raison de camoufler son désir ardent. "Oh? Tu penses…?" Jen répond, enlevant son haut de bikini et le jetant par terre. Elle se tient maintenant directement devant le goujon et le laisse patter et tâtonner ses seins avec ses mains avides; malgré toute sa démonstration de récalcitrance et de défi, ses mamelons durcis trahissent l'excitation intense qu'elle essaie de dissimuler avec son attitude provocante. En plus de son désir pour l'étalon de 16 ans, il y a le frisson du scénario de jeu de rôle fantastique qu'ils jouent; comme elle laisse volontiers J.J. malmener ses seins, elle a l'impression d'être une pute bon marché qu'on passe d'un étalon à l'autre et s'étonne de se retrouver en train de profiter à fond de la sensation. Elle regarde profondément dans les yeux du goujon alors que ses mains défont rapidement son short en jean, le regard sur son visage toujours intense et sans sourire. Peu importe à quel point elle aime ce qui va se passer ce soir, elle considère qu'il est absolument vital de ne pas laisser J.J. sache qu'elle en profite. Le goujon ne dit rien en réponse; il retourne le regard de Jen, un sourire narquois satisfait sur son visage. Le regard arrogant et arrogant du goujon l'excite encore plus; il n'a que 16 ans, pense-t-elle, mais il sait déjà plaire à une femme ! Je ne suis qu'un des nombreux qu'il a eu! Gardant ses yeux rivés sur les siens, elle baisse ses sous-vêtements et saisit sa baguette d'amour raide et moite, le prix qu'elle attend depuis le jour où elle l'a rencontré pour la première fois. Ils continuent à se regarder dans les yeux; le mec bouge sa bouche pour un baiser, mais la beauté brune baisse la tête, esquivant ses lèvres. Rompant enfin le contact visuel, elle tombe à genoux, tous les 8 pouces glorieux et raidis de la virilité de J.J. palpitant directement devant son visage. "Tu as une grosse bite", admet-elle d'une voix calme et égale, essayant de cacher son excitation. « Plus grand que celui d'Aaron… et le mec est assez grand ! J.J. annonce fièrement. "Oui… il n'arrêtait pas de me dire à quel point tu étais grand…" Jen répond d'un ton dédaigneux, roulant des yeux; elle commence à taquiner le bout de l'outil du goujon avec sa langue. "C'est un tel pervers... il veut que je te baise..." dit-elle, entre deux coups de langue sur le poteau d'amour de J.J., alors qu'un flux constant de liquide pré-éjaculatoire commence à suinter de la fente. "Alors, je suis là maintenant... avec ta bite dans ma bouche... j'espère qu'il est heureux..." ajoute-t-elle, léchant alternativement la tête de l'outil du goujon et passant sa langue de haut en bas sur sa tige. Enfin fait avec ses taquineries préliminaires, elle saisit fermement ses couilles dans sa main, prend une profonde inspiration et prend sans effort son ver d'amour rigide jusqu'à sa racine. « Putain de merde ! J.J. halète, jetant sa tête en arrière et laissant échapper un gémissement alors que Jen maintient sa tête sur son outil pendant un long moment. Peu importe à quel point elle fait semblant d'être réticente, l'intensité de son jeu de tête est une preuve irréfutable de combien elle veut la bite du goujon de 16 ans...

"C'est tellement groovy ! J.J. répand l'amour! Il répand sa semence ! Kerri répond avec approbation à la nouvelle que J.J. est en train de baiser une autre des copines d'Aaron ce soir. Aaron la martèle sur le canapé; contrairement à Megan, la hippie est ravie à l'idée de partager ses étalons adolescents et leur sperme avec d'autres femmes. Aaron grogne juste en réponse; il a donné à J.J. l'occasion et il sait que son cousin en profitera au maximum. "La seule chose, c'est que s'il continue à faire la scène avec d'autres nanas, c'est toi qui planteras la graine en moi !" ajoute joyeusement la hippie, bavarde comme toujours, même lorsqu'elle se fait pilonner la chatte sans pitié. "J'essaie! J'essaie!" Aaron répond, de grosses gouttes de sueur tombant de son nez et de son front alors qu'il se dirige vers l'orgasme...

Une série d'orages de fin de nuit commence à traverser la région de Valley Vista, brisant enfin la vague de chaleur qui dure depuis près d'une semaine. Un éclair lumineux illumine le salon du hippie au moment où Aaron sent ses couilles exploser. ses profonds gémissements de plaisir sont noyés par le long roulement de tonnerre qui suit. « Loin, bébé ! la hippie crie avec enthousiasme alors même que l'outil d'Aaron continue de jaillir au plus profond d'elle; elle est ravie à l'idée qu'elle pourrait concevoir au milieu d'un orage déchaîné...

« Mmmm… Aaron ferait mieux de manger cette chatte ! J.J. murmure avec appréciation, remontant pour respirer, sa tête insérée entre les cuisses largement ouvertes de Jen. "Oui... Oui, il le fait..." répond la magnifique brune d'une voix rapide et haletante. Elle serre fermement les draps dans ses mains pendant que J.J. s'est régalé de son manchon succulent; elle essaie de ne pas crier, mais l'étalon vétéran sait par les tremblements successifs qu'il peut sentir courir à travers ses cuisses qu'il l'a conduite à un orgasme après l'autre. Elle n'admettra toujours pas qu'elle apprécie ça ! il pense à lui-même; il est impressionné par le fait qu'elle a suffisamment de maîtrise de soi pour ne pas crier d'extase; cela l'amène à redoubler d'efforts. Prenant son clitoris entre ses dents et mordillant légèrement, il peut sentir tout son corps se soulever alors qu'elle s'agrippe aux draps avec une poigne mortelle, utilisant toute sa force de volonté pour s'empêcher de crier...

"Aaron t'a dit que tu devais utiliser un préservatif ?" Jen demande maintenant; le temps de la pénétration est arrivé. La beauté brune est assise dans son lit ; sa voix est toujours haletante et J.J. ne peut s'empêcher de remarquer le regard écarquillé avec lequel elle le fixe. C'est le regard d'une femme submergée par une série d'orgasmes prolongés et ininterrompus ; le goujon a infligé une dévastation charnelle totale à la magnifique brune et il n'a même pas encore mis sa bite en elle. "Ouais, j'en ai apporté avec moi… je vais les chercher", répond le haras; les préservatifs qu'Aaron lui a donnés sont toujours dans la poche de son short en jean, qui traîne froissé sur le sol du salon de Jen. "Peu importe... j'en ai ici", répond-elle utilement, en sortant un préservatif de sous son oreiller. "Juste au cas où vous "oublieriez" de les apporter", ajoute-t-elle en tendant le carré brillant à J.J. Il le déchire puis hésite ; "Tu ne vas pas me le mettre ?" demande-t-il en présentant le préservatif à Jen ; il pousse ses hanches vers l'avant, affichant son érection dure comme de la pierre sur son visage. "Je suis sûr que tu sais comment le mettre..." répond la brune, donnant au mâle un petit sourire méprisant; elle abandonne sa chatte au goujon de 16 ans, mais ses petits actes de défi l'aident à entretenir l'illusion qu'elle ne traverse tout qu'à contrecœur. J.J. enroule le préservatif puis se positionne sur elle ; un petit coup de son bassin et son outil gainé de latex glisse facilement entre ses lèvres inférieures et dans sa fente d'amour. "Le bareback c'est toujours mieux !" le goujon observe alors qu'il commence à pousser, mais Jen n'en a rien. "Je ne sais pas où était cette bite…" répond-elle d'un ton cynique, regardant le goujon alors qu'il commence à s'enfoncer de plus en plus profondément. "Tu sais où c'est maintenant !" J.J. grognements de satisfaction; même avec sa bite enveloppée dans un préservatif, il ressent un sentiment de triomphe en marquant un si beau morceau de chatte. Il pense également qu'il pourrait raconter à Jen des histoires sur l'endroit où se trouvait la bite d'Aaron, mais il ne trahirait pas son cousin comme ça ! Le goujon n'est pas content de gaspiller son sperme dans un préservatif, mais toutes ses éjaculations ce soir compteront pour son objectif de 50 charges pour la semaine…

Jen a de plus en plus de mal à garder son calme alors que J.J. continue de lui défoncer la chatte sans pitié. La beauté brune a fixé le plafond, évitant tout contact visuel avec son étalon ; elle laisse échapper un halètement occasionnel ou un gémissement étouffé alors qu'il outille sa boîte d'amour. Parfois, elle laisse échapper un petit grognement féminin alors qu'elle absorbe une poussée particulièrement puissante; ses grognements sont plus aigus et plus mélodieux que les grognements masculins profonds, gutturaux et animaux du haras. Elle s'agrippe aux draps pour l'empêcher de crier; la seule chose qu'elle ne peut pas contrôler est le curling spasmodique de ses orteils délectables alors que J.J. la claque dans un point culminant après l'autre. "Crier! Tu sais que tu le veux!" J.J. grogne maintenant alors qu'il claque son bassin contre le sien avec une force redoublée. "Oh mon Dieu!" elle halète, répondant au défi de l'adolescent et finalement regardant le goujon adolescent qui lui dévaste la chatte. "Allez-y et criez !" répète le goujon, laissant échapper un autre grognement, la sueur coulant de lui alors qu'il plonge son outil vêtu de latex profondément dans la fente d'amour de la belle brune encore et encore. "Oh mon Dieu! Oui! Oui!" Jen gémit enfin, regardant avec admiration l'adolescente qui la martelait systématiquement dans un orgasme après l'autre. Le goujon baisse la tête, ses lèvres atteignent les siennes, et cette fois, elle ne lui échappe pas. Avec ses lèvres scellées aux siennes, leurs langues se débattent, se poignardent et s'emmêlent dans une faim charnelle insatiable, Jen fait courir ses mains sur le dos en sueur et les fesses poilues du goujon alors que son outil continue de sonder les profondeurs de sa chatte. Finalement, éloignant sa bouche de la sienne, le mâle halète : « Crie ! Putain de cri !" alors qu'il jette tout son poids dans une nouvelle série de coups de marteau dévastateurs. "Oh mon Dieu! Oh mon Dieu!!!!" Jen se rend maintenant, laissant échapper un gémissement orgasmique à pleine gorge alors que le goujon qui pousse sans relâche la baigne dans sa sueur. Ayant enfin rompu son silence, la magnifique brune ne peut plus se contenir et le reste de la nuit, les quatre murs de sa chambre résonneront de cris et de hurlements orgasmiques presque continus, seulement occasionnellement noyés par de forts coups de tonnerre. Enfin, après un long martèlement de chatte, Jen laisse échapper un long gémissement d'extase, tout comme les couilles de J.J. spasment violemment. Son outil recouvert de latex jaillit encore et encore et il laisse échapper un profond gémissement alors que le préservatif gonfle avec sa marée blanche. "Oh merde!" il halète alors que son outil jaillit 9… 10… 11 fois, ses couilles puisant profondément dans leur bassin visqueux de boue génétique, puis le lançant convulsivement le long de son manche raidi et le crachant par la fente, dans le sac de réception en latex. "Oui! Oui!!!" Jen crie avec ferveur, regardant son étalon en sueur et gémissant avec un regard d'admiration totale. Même s'il n'envoie pas sa charge dans sa chatte, elle est heureuse pour lui qu'il éprouve un orgasme aussi intense et le rejoint dans l'apogée...

"Vous n'enlevez jamais ces casquettes?" Jen demande d'un ton enjoué alors que J.J. glisse son pénis, enfermé dans un préservatif frais, en elle pour un deuxième tour de baise. "Non jamais!" le goujon répond, ses cheveux trempés de sueur collés à sa tête sous sa casquette à l'envers; lui et Aaron ne rêveraient pas de baiser une nana sans porter leur couvre-chef de marque. L'attitude de Jen est maintenant beaucoup plus détendue; non seulement elle exprime bruyamment son plaisir du sexe, mais elle traite l'étalon d'une manière beaucoup plus amicale qu'auparavant. "Je n'ai jamais été avec des gars qui transpirent autant que vous deux !" dit-elle alors que le goujon commence à s'enfoncer en elle. "Ouais, je suppose que c'est assez dégoûtant..." J.J. admet. “No, it’s a turn-on…a real big turn-on!” the gorgeous brunette replies happily, as she feels herself being hammered into a fresh series of orgasms…

“Well, that’s the last of the condoms…” Jen murmurs, a hint of sadness in her voice; they’ve gone through all 3 of the penis sheaths that she had stashed under her pillow. “How ‘bout…” J.J. begins, hoping that she’ll finally agree to take him bareback. “No…I told you…no glove, no love…” the brunette beauty states firmly, repeating a line that she used on many a random stud during her college days. “But, you’ve got me for the whole night…if you want go out and get some more…” she offers, hoping the stud will accept. For all of his desire to continue fucking Jen, J.J. is almost tempted to turn down her offer; he doesn’t relish the idea of driving to the convenience store in the torrential rain and having to drive back. He’s just about to ask her if he can crash on her sofa…maybe he can cajole her into some bareback sex in the morning…when suddenly he remembers the condoms that he brought with him. “Hey! I’ve still got those condoms in my pants!” he exclaims. “Well, what are you waiting for?” Jen asks him eagerly. The stud jumps out of bed and Jen lustfully watches his hairy ass cheeks recede from view as he makes his way to the living room. Soon, he is back with the three condoms that Aaron gave him; without bothering to ask Jen for assistance, he slips one of them on. Neither Jen nor her stud have any reason to suspect that anything is amiss with this fresh batch of prophylactics; it enables them to continue their night of fucking and soon, penis is relentlessly hammering pussy yet again…

“Oh, fuck!” J.J. gasps as his balls spasm forcefully. Jen moans loudly in response; so intense is the carnal chemistry between them that her orgasms are now completely in sync with his and she experiences an intense, toe curling climax every time that he cums. As the stud’s tool spurts again and again, neither one of them have any reason to suspect that the protective latex barrier between them has any defects; as far as they both know, J.J.’s thrashing, wriggling gametes are all being contained in the condom’s reservoir tip…

“Oh, wow! This is like SO heavy!” the hippie exclaims as a sweat drenched Aaron plows her pussy. “What…?” he grunts questioningly, even as another flash of lightning illuminates the room. “I’m getting these vibes…these real strong vibes…the letter ‘J’…all this positive energy…” the hippie responds in a breathless voice as she absorbs her teen stud’s ruthless thrusting. “Oh yeah, baby! I’m there! I’m there!” she now suddenly moans, her own orgasm temporarily driving away all of the vibes that she knows she was picking up on from J.J….

“Like, wow! That was just so intense! When we were doing our thing, I was, like, getting such strong vibes from J.J. and that chick that he’s with!” the hippie exclaims to Aaron as they snuggle together after sex. “…I kept, like, seeing the letter ‘J’…but I guess that could just be J.J.,” she concedes. “The chick’s name starts with a ‘J’, too,” Aaron replies, beginning to wonder if there might be something to the hippie’s pseudo-mystical babbling. “What kind of vibes were you getting?” he now asks. “It was just, like, so intense! I could just, like, feel that they became one, in just that one instant!” the hippie replies, looking at her stud with a burning intensity. “Well, they are fucking tonight!” Aaron replies with a smirk; wrapped in each other’s arms, with J.J.’s rigid fuck stick buried balls deep in Jen’s love saturated pussy, the two certainly were joined together as one writhing, sweating, grunting, moaning mass. “It’s not just that…I was feeling, like, all these really super intense positive vibes…all this really, really intense energy…it was, like, all this new energy that they were creating together…” the hippie continues, struggling to convey the intensity of what she experienced. She pauses for a moment, finally at a loss for words as she stares up at the ceiling, snuggling up against a still skeptical Aaron. “That lucky girl…!” she murmurs to herself; another pause and then she finally blurts out, “I think J.J. planted a seed tonight! I know he did!”

“Oh my god! YES!!!” Jen cries out as J.J.’s deep groan lets her know that he’s cumming again; her toes curling, she joins him in orgasm as his tool spurts convulsively. The normally well organized stud doesn’t realize it but his 5th load of the night is also his 50th for the week; his dick has been spewing so much over the past few days that he’s literally lost count of his orgasms. Thanks to Aaron, though, not all of the sperm in this load is going to waste inside the condom…

Both studs put in their usual dynamic bedroom performance that night, the loud orgasmic screams of their feminine partners eloquently attesting to their carnal skills. J.J. spews 6 loads, expending all of the available contraceptives in Jen’s house; a final attempt to coax her into taking him bareback meets with a firm, and final refusal. Aaron blasts 8 loads of his baby batter deep into the hippie; both of them hope that one of the 15 year old stud’s little wrigglers will get the job done…

Saturday August 6. Saturday night is another long night of fucking for the studs; both are determined to surpass themselves in their bedroom performance. If the usually careful, well organized J.J. has lost count of how many loads he’s spewed this week, the footloose Aaron is even more uncertain. Both studs agree, by text, to shoot as many loads as they can tonight, just to make absolutely certain that they reach their goal. They swap the partners that they fucked last night; J.J. will do his level best to impregnate the hippie while Aaron mercilessly pounds Jen into the mattress…

“I started ovulating this morning,” Kerri announces over her shoulder in a hopeful tone as J.J. hammers her doggy style in her bed. “How do you know?” the stud asks in a breathless voice. “I get this, like, funky little feeling in my belly,” the hippie replies. “You better really fill me up tonight…Aaron filled me up the last two nights!” she adds cheerfully, letting out a little giggle. Her challenge prompts the stud to tighten his grip on her hips and pound her even harder; that baby is going to be mine! he thinks to himself, gritting his teeth in determination as he mercilessly hammers the hippie’s babymaker…

“How was J.J. last night?” Aaron asks as he thrusts into Jen. “Oh…my…god! He was SO good!” the brunette replies enthusiastically, looking up at lover. “He hit it so deep…and the way he eats pussy! I had so many orgasms I thought I was going to die!” she adds in a taunting tone. “I mean, you’re good…but J.J….!” she begins, leaving the thought unfinished and letting it do its work on the psyche of her stud. “So, he’s better than me…?” Aaron grunts, already feeling the thrill of the challenge, just as Jen hoped he would. “I didn’t say that…” Jen purrs in response, looking up at him with a coy smile. Her efforts to kindle Aaron’s competitive streak have the desired effect and soon her lover is smashing her into a string of screaming orgasms…

Far into the night, the two teenage tools keep spurting, the thick, slimy white globs of nut sludge gradually thinning out, but paradoxically, the intensity of their orgasms only increase as their balls are relentlessly drained. It’s shortly after 2 AM when Aaron sneaks back into his house after dumping 10 loads into the gorgeous Jen; the second of these ejaculations was his 50th load of the week. As he strips naked before getting into bed, the stud allows himself a satisfied smirk; neither J.J. nor Jen suspect the little trick that he played on them last night, and he’s never going to tell them about it, either. He feels no guilt; it’s only fair that his cousin gets to deposit at least some of his sperm in Jen’s pussy. A half hour later, J.J. quietly slips back into his house; he’s spurted 11 times into the hippie’s fertile babymaker and is thrilled to think that his sperm is uniting with her egg at that very moment. Thoroughly exhausted from a week of almost nonstop fucking, both studs are fast asleep almost before their heads hit their respective pillows…

Sunday morning. J.J. lies on his back, naked on his bed, passed out in a deep leaden sleep. His mouth wide open, he snores loudly, while his erect penis throbs, its thick blue veins visibly pulsating. Deep inside his man pouch, his twin DNA factories work overtime to replace the massive volume of sperm that he’s ejaculated over the past week. Meanwhile, Aaron also slumbers deeply. Like his cousin, the younger stud sleeps in the buff; lying on his stomach, his hairy ass cheeks are pointed at the ceiling, with one arm hanging off the bed. A steady flow of drool from his open mouth has soaked his pillow and it’s not the only bodily fluid that he’s leaking onto his bedding. Pressing his erect pecker into the mattress, a steady ooze of precum stains the sheets beneath him, as his balls, just like J.J.’s, produce fresh sperm cells to replace the tens of billions that have been spewed out with such reckless abandon over the past week. Mercifully, neither of the studs’ parents disturb their much needed sleep. Around noon, Aaron’s eyes briefly try to force themselves open and with great effort he lifts his head off the pillow. The stud murmurs a few broken, incoherent words to himself and then with a deep agonized groan, he lets his head drop back onto his pillow like a leaden weight. At 2:30 that afternoon, after being out 12 hours, J.J. finally drags himself out of bed. Still bare ass naked, his insistently erect pecker giving him no peace, he sits on the edge of his bed, reaches over to his nightstand and grabs his cell phone. Waiting for him is a text message from Allison, sent at 7:07 that morning. The message is simple; it’s just a smiley face, the prearranged code confirming that she had sex with her 19 year old college stud last night. J.J. sends her a thumbs up in reply; he’ll get the details from her when he sees her again during the week. It isn’t until 4 PM that Aaron wakes from his 14 hour coma. Both studs have reason to be proud; pushing themselves beyond the limits of endurance, they’ve blown J.J.’s goal of 100 loads in one week out of the water. Between the two of them, their tools have spurted an amazing 120 times in the past week; 120 ejaculations, usually accompanied by a groan or other exclamation of pleasure as their rigid tools spew their slimy white man goo into wet, welcoming pussies, eager, wide open female mouths and occasionally into the cold, unfeeling confines of a condom. So much teenage sperm has been spilled this week, but there’s plenty more where that came from as the studs’ balls tirelessly produce almost 2,000 fresh sperm cells every second. These genetic warriors, multiplied into millions and then billions, will be recklessly expended in massive numbers on future carnal battlefields as the summer of love continues…

Even as J.J. and Aaron lie passed out in their semi-comatose conditions, Jen steps out onto her patio. It’s a beautiful morning and the oppressive heatwave is finally over. Wearing a cropped, off the shoulder t-shirt and a skimpy thong bikini bottom, the gorgeous brunette makes her way over to her chaise by the pool. She stretches out on the chaise; she hasn’t gotten much sleep over the last few days, but her mood is euphoric. She’s basking in the feeling of contented satisfaction that only a woman who has been thoroughly well fucked can know. Lifting up one of her gorgeous shapely feet in front of her, she gazes at it admiringly, wiggling her delectable little toes; OUAH! she murmurs softly to herself. All that sex! And they were both so fucking good! In fact, the dark haired beauty has to admit that she’s experienced the best sex she’s ever had in her life over the past few days. Why does life have to be so complicated? she asks herself, letting out an audible sigh. She takes a quick, nervous, guilty glance over at Aaron’s house. She’s always been conscious of just how risky her affair with the 15 year old stud is, but this week, she’s completely thrown caution to the wind by fucking his handsome cousin, too. He was good…he was REALLY good! Jen admits to herself, but what was she thinking, agreeing to take another teenage boy into her bed? It only complicates an already complicated situation. She knows that she’s in love with Aaron, but how can that even be possible? He’s SO young! she reminds herself. But love is the only possible explanation for the absolutely insane gamble that she’s been taking over the past several days. She stopped taking her birth control back in June so that she and her husband could conceive and now, just like Kerri, she started ovulating yesterday. She knew full well that having unprotected sex with Aaron last night, as well as on Thursday, was rolling the genetic dice; was she secretly hoping that he would impregnate her? She wouldn’t be able to explain, even if someone asked her, just why she was willing to tempt fate so recklessly. Just to be on the safe side, her husband is going to be home next week; even if Aaron has impregnated her, a week of torrid sex sessions with her hubby will provide plausible cover for her pregnancy. At least I won’t have to worry about J.J. being the father! she reassures herself with relief. That was the reason why she was so insistent about J.J. wearing condoms when they had sex so close to her peak fertility. No, J.J. didn’t get me pregnant, she assures herself, but what if Aaron did? She’s well aware that a myriad of sperm cells imprinted with Aaron’s DNA are thrashing their way to a rendezvous with the egg that she’s just now released this morning; what she doesn’t suspect is that traveling along with them, wriggling just as vigorously, albeit fewer in number, are long tailed swimmers carrying J.J.’s genetic code. Only one sperm cell needs to get through; it’s a game of genetic chance and thanks to Aaron’s generosity, both cousins have a shot at scoring the big prize…

Results (100 Load Week):

J.J. cums 62 times

Aaron cums 58 times

Team Total: 120 loads

(to be continued...)

Articles similaires

Brianne

Elle était toujours aussi belle aujourd'hui. Elle portait une jupe bleue, elle était assez courte, et un t-shirt vert. Elle était assez petite elle-même, seulement environ 5'4 . Elle avait des cheveux mi-longs, bruns, légèrement bouclés, qui lui arrivaient jusqu'à l'épaule. Ses seins étaient de taille moyenne, probablement un bonnet C. Elle avait aussi une belle crosse, elle était légèrement large sur sa petite carrure. Ses yeux étaient étonnamment verts et son sourire était toujours aimable et chaleureux. J'avais le béguin pour elle depuis aussi longtemps que je me souvienne, depuis le retour à l'école primaire. Elle s'appelait Brianne. Je l'ai...

1.7K Des vues

Likes 0

Avec mon petit frère

Salut les lecteurs je m'appelle Anitha (Anu), 21 ans, originaire du Kerala. je vivre avec ma mère et plus jeune frère. Mon père est mort quand je était encore jeune. Mes frères le nom est Sanjay (Sanju) il a 18 ans ans. Nous étions tous les deux aimés soeur et frère normaux. Nous utilisé pour se battre les uns avec les autres. Mon mère a obtenu un emploi au gouvernement comme mon père alors qu'il était au gouvernement. un service. Depuis que maman va au travail, moi et mon frère avait le temps passer ensemble. j'ai oublié de mentionner moi même...

1.5K Des vues

Likes 0

Boutique de bonbons

Ok commençons par les détails. J'ai 16 ans, environ 6 pieds de haut et un poids moyen d'environ 75 kg oh et mon nom est franc (je sais que c'est un faux nom ces jours-ci) C'était la fin des vacances d'été et je revenais du magasin de donna kebab quand j'ai vu la fille qui était dans mon cours de géographie et je l'aimais secrètement. Elle s'appelle brenda, elle mesure environ 5 pieds 7 pouces et elle était plutôt mince mais pas trop, ses seins ne sont pas les plus gros de l'école, mais ils lui vont quand même bien. Alors...

1.3K Des vues

Likes 0

Salope

J'ai été gangbangée par 37 hommes dans une sale salle VIP au sommet d'un bar à New York, mon mari m'a emmenée à une fête et est partie avec une autre fille blonde, je me suis assise au bar toute seule quand 15 hommes m'ont approché, ils m'a dit que j'étais très belle et a demandé s'ils pouvaient prendre des photos de moi, j'ai dit ok, mais ils ont dit qu'il y avait trop de monde dans le bar pouvons-nous aller dans une pièce où c'est un peu plus calme, j'ai dit ok, une des les hommes m'ont emmené à l'étage...

1.4K Des vues

Likes 0

Chantage et concombres

Ceci est une œuvre de fiction. Première fois que j'écris, critique constructive toujours permise, Pas tant que ça de sexe dedans pardonne moi j'ai voulu présenter les personnages. CHANTAGE & CONCOMBRES « Nous devrions acheter des concombres », ai-je entendu une fille dire. Moi, Justin Hunter, j'étais assis seul dans l'une des quatre cafétérias de l'université Forrester. Celui-ci en particulier était le troisième plus grand et la fille qui l'a dit était assise à une table en face de la mienne. J'avais à peine fini de manger quand ces deux filles sont venues s'asseoir à une table à côté de la...

999 Des vues

Likes 0

Pilé à l'abri

Je suis un homme de 35 ans qui vit seul dans une cabane isolée dans les bois. Je mesure 6'1 avec des cheveux blonds et des yeux bleus. Je n'ai jamais eu de problème ramener des dames à la maison. Je suis vétérinaire et j'ai un bureau dans la ville. Je fais également du bénévolat dans un refuge pour chiens le week-end. Les propriétaires sauver des chiens et leur trouver des foyers une fois que je les aurai examinés. Certains entrent assez mauvais état donc ils prennent un peu plus de temps à guérir. D'autres sont beaux chiens qui ont simplement...

844 Des vues

Likes 0

Megan et maman se font prendre

Je suis un gars assez chanceux, l'un des rares qui aime vraiment son travail. Je m'appelle Dougray, et je suis un agent de police de vingt-trois ans, ou un flic si vous préférez, au service de mon grand pays dans les magnifiques et reculées Highlands d'Écosse, généralement en patrouille routière. C'est un numéro facile, la plupart du temps je me gare juste dans un endroit calme avec le radar de vitesse allumé et peut-être que j'arrête une pauvre âme pour excès de vitesse environ une fois toutes les deux heures et je lui donne une contravention. La plupart du temps, je...

787 Des vues

Likes 0

Dépendance_(0)

Profitez de l'histoire et s'il vous plaît laissez un commentaire. Dépendance Alors Doc, ahh question folle - est-il possible d'être euh, comme, accro à une personne? C'était une question folle et Tom était un peu gêné même de la poser, mais c'était une question qu'il se posait depuis des jours maintenant. Le médecin, en fait un psychologue, était un homme chauve à lunettes dans la cinquantaine, qui avait entendu beaucoup de choses plus folles au cours de ses vingt et quelques années de pratique. Il était conscient que Tom était sérieux et il avait besoin de plus d'informations avant de pouvoir...

872 Des vues

Likes 0

Presque attrapé

Je dis: Et bien nous y sommes... nous nous sommes installés tous les trois au restaurant. Nous avons commandé notre nourriture et attendons simplement Je dis: Nous bavardons de choses inutiles comme la météo et autres. Mais nous revenons toujours à quel point vous êtes ravissante. Maintenant, ma chère, auriez-vous la gentillesse de décrire ce que vous porteriez ? Vous dites: J'ai une courte robe noire qui descend à peu près à mi-hauteur de mes cuisses, et un peu de dentelle sur le bas, avec des talons noirs assortis, 2 pouces, avec une boucle argentée sur la sangle. Cheveux aplatis qui tombent...

696 Des vues

Likes 0

Partie 5 - Sue devient une star_(0)

Partie 5 suite de la partie 4… Sa tête pendait de honte, son sein palpitait et lui faisait mal et était maintenant presque noir, puis à sa grande horreur, le gars a dit. Eh bien, si vous ne le maintenez pas enfoncé, les balles rentrent. Il a mis toutes les balles dans le sac et a ensuite commencé à le balancer comme un pendule. Sue a laissé échapper un cri de gouttière et a dit non s'arrêter, s'il vous plaît. Pouvons-nous te baiser dans le cul, le gars a dit: 'Oui, oui, enlève-le. 'Es-tu sûr'. ‘Oui, enlevez-le.’ Lentement, il enleva le...

578 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.