Nuit monstrueuse mise à jour

505Report
Nuit monstrueuse mise à jour

Elle se tenait là, mesurant 12,7 cm, regardant la mort en face.

Devant ici se trouvent ce qui ne peut être décrit que comme les monstres hideux dont nous craignions de se glisser sous nos lits lorsque nous étions enfants. Caché dans nos placards.

Il mesurait au moins trois fois sa taille et commençait même à parler de sa circonférence.

Il se tenait là, impudique, dévêtu comme toute créature devrait l'être.

Elle ne pouvait s'empêcher de jeter un coup d'œil au bassin. Elle ne pouvait pas comprendre de quelle créature il s’agissait. Où elle était. Qu'est-ce qui s'est passé. Elle ressentit un immense sentiment de terreur et d'excitation alors que ses yeux étaient rivés sur sa longue aine verte. Presque de la taille de tout son corps, elle tremblait à cause de l'adrénaline et de la confusion. Elle ne pouvait s’empêcher de se demander comment elle s’était retrouvée dans cette situation.

«La… la… la lumière», pensa-t-elle. La seule chose dont elle se souvient avant d'apparaître dans cet... cet endroit.

Elle réfléchit à sa journée, comment elle y est arrivée, ce qui l'a mené.

Premier jour de dernière année, et ça ne s’annonçait pas si génial.

Dinggg dinggg dinggg son réveil sonne. Elle tend la main sous les couvertures, essayant avec lassitude de faire la sieste. Il lui faut quelques minutes pour que ses yeux s'adaptent.

"Merde, je suis en retard!" Son réveil avait été réglé à 7h30 au lieu de 6h30.

elle s'est précipitée en bas vers la salle de bain pour prendre une douche rapide.

«Jazmin !! je pensais que tu étais déjà habillé ! Cria sa mère.

« J’ai mal réglé mon réveil ! Je vais aussi vite que je peux, maman ! » » cria-t-elle avec agacement. Comme si elle ne savait pas déjà qu’elle était en retard. Merde, pensa-t-elle. Elle ne fait jamais de pause.

Finalement, Jazmin était aussi présentable qu'elle pouvait l'être, n'ayant qu'une demi-heure pour se préparer. Elle se tenait debout, ses doux cheveux bruns tombant jusqu'à sa taille. Une chemise boutonnée bleue avec une veste en cuir par-dessus, une jupe noire et des bas noirs en dessous. Elle propose des bottes hautes pour la protéger du froid du matin.

"Bon sang! J'ai oublié Jamie ! Elle a crié, elle était censée venir le chercher à l'école. Jaime était son petit ami depuis 2 ans. Ils n’étaient qu’étudiants en deuxième année lorsqu’ils se sont rencontrés lors d’un rassemblement. Depuis, ils allaient ensemble. Cependant, ces derniers temps, elle était très incertaine. Après tout, c'était la dernière année du lycée. Il n'avait ni travail, ni voiture, ni ambition. Ses notes étaient horribles et il n’obtenait certainement pas de bourse grâce au sport ou à l’intellect. Ses points forts non plus. Il faut que cela cesse, se dit-elle. Jazmin veut rompre avec Jamie mais ne sait pas comment. «Ça va le briser», pense-t-elle. "Ou peut-être qu'il s'en fiche", débatt-elle. Il n’avait pas toujours été le plus romantique ou le plus attentionné. Peut-être qu'il irait bien sans elle. Elle savait certainement qu'elle irait bien sans lui.

Elle atteint la maison de Jamie et klaxonne trois fois pour attirer son attention.

«Je suis là», envoie-t-elle un SMS.

"Encore cinq menuets" répond-il

« Il est déjà 7h55 ! Nous allons être en retard"

"Qui s'en soucie? L'école, c'est de la merde. Je serai là dans un menuet bébé"

Elle roula des yeux d'agacement. C'est exactement le problème. Il ne se souciait que de lui-même. Elle restait là avec impatience, tapant sur le volant avec ses ongles en faisant de petits claquements. Le même bruit qu'il se plaint qu'elle fasse. Elle s'arrête par habitude, presque comme s'il lui avait dit d'arrêter.

Finalement, elle arrive à la carte.

Je ne porte rien d'autre que de vieux jeans déchirés et une chemise à carreaux.

« Prêt pour le premier jour de la dernière année ? » » demanda-t-il presque sarcastiquement.

« En fait, je le suis. La journée n’a pas bien commencé mais je suis vraiment excité. L’école, ce n’est pas si mal, tu sais.

Il sourit en la regardant

"Tu es mignon quand tu es impertinent", déclara-t-il en déplaçant sa main vers sa cuisse. Ne sentir rien d'autre que des bas entre son doigt et sa peau claire. "Pas maintenant", gémit-elle en démarrant la voiture.

"Puis quand?" Il cria.

« Jazmin avait 18 ans et vivait ensemble pendant 2 ans. Il est temps que nous montrions notre amour les uns pour les autres », dit-il de manière presque agressive en se penchant pour l'embrasser dans le cou.

Elle tressaillit, pas du tout intéressée par ce qu'il a à offrir. Elle le repousse.

"Nous sommes déjà en retard, arrête." » Dit-elle en essayant une fois de plus de démarrer la voiture.

"Exactement. Nous sommes déjà en retard. Amusons-nous bien bébé. Allez." Insiste-t-il alors que sa main remonte sa jupe.

"Asseyez-vous et profitez-en", lui murmure-t-il à l'oreille.

Pendant un instant, elle poussa un soupir, ressentant des picotements alors qu'il levait la main, puis cela se transforma en colère. Ils ont convenu qu'ils attendraient qu'elle soit prête. Elle n'était pas prête. Elle le repousse une fois de plus et son visage devient rouge.

"Si c'est ainsi que tu comptes me traiter quand je veux être près de toi, merde. Putain d'école. J'emmerde tout le monde et tout. C'est juste toi et moi bébé", continue-t-il à insister davantage alors que sa main revient se caresser.

"Sortez de ma voiture" dit-elle presque calmement

"Qu... quoi ?" Il a eu l'air choqué

"Obtenir. Le. Putain. Dehors." » Déclara-t-elle lentement, en saisissant le volant.

« Nous avons fini », a-t-elle déclaré.

Sans ajouter un mot, Jaime sortit de la voiture et claqua la portière. Il l'a chié si fort qu'il lui a laissé un anneau dans l'oreille, mais cela n'avait pas d'importance, le poids lui a été enlevé et les choses se sont bien passées. Je suis libre qu'elle s'occupe d'elle-même. Libre de commencer une nouvelle année sans que personne ne la retienne. Elle va redémarrer la voiture et celle-ci démarre sans un seul saut.

Elle avait tellement hâte que sa première journée commence. Elle avait tellement de projets. Elle voulait rejoindre tous les clubs possibles ! Elle voulait prouver qu’elle était digne de devenir quelque chose de merveilleux. Elle avait travaillé si dur toute sa vie pour garder un esprit vif.

Alors qu'elle traverse le centre-ville, le chemin le plus rapide pour se rendre à l'école, elle remarque une lumière vive du côté de son œil.

Brillant plus fort que le soleil, un orbe quelconque flottant dans un allié. Elle passe devant avant d'arrêter sa voiture

"Qu'est-ce que c'est?", pense-t-elle

"Je devrais aller à l'école... mais qu'est-ce que c'était ?" Elle réfléchit

"Je suis déjà en retard... ça ne prendra qu'une seconde", débat-t-elle.

Elle met la voiture en marche arrière et recule jusqu'au trottoir qui mène à l'allié.

Elle gare sa voiture et s'arrête, regardant l'orbe. Je me demandais pourquoi personne d’autre ne semblait s’en soucier, ou peut-être même ne le remarquait.

En regardant autour d'elle, les rares personnes qu'elle voit sont préoccupées par leur propre vie.

Elle se dirige vers l'allié. C’est Grundy et ça pue les ordures, mais elle regarde vers la lumière.

En passant devant les poubelles et les cartons, elle aperçoit un homme debout près de la lumière. Plus elle se rapproche, plus la lumière paraît grande. Le plus brillant. Ses yeux restent plissés et une main repose sur son front pour lui protéger les yeux.

Elle s'en rapproche enfin, presque au bout de l'allié et elle sent ses yeux commencer à pleurer. Les oreilles bourdonnent. La nuque commence à transpirer.

«N'entre pas, n'y touche pas», entend-elle faiblement.

Elle ne voit rien à cause de la lumière qui l’aveugle.

"Qui est là?" » demande-t-elle nerveusement.

"N'entre pas, n'y touche pas?" Échos au sein de l'allié

"Je ne comprends pas. Qui est là? Que veux-tu dire? Ce qui se passe? Quelle est la lumière ? Elle avait tellement de questions mais plus elle se rapprochait de la lumière, plus elle devenait excitée. Elle éprouvait un bonheur immense. Peut-être même l'excitation. Il devint difficile de résister à l’envie de se rapprocher. Elle n'a pas compris.

«N'entre pas, ne touche pas à la lumière», entend-elle une dernière fois alors qu'elle s'approche à quelques centimètres de la lumière. Elle laisse échapper un doux spectacle alors qu'elle touche la lumière avec son doigt. S’attendant à une sorte de réaction, elle ne s’attendait pas à ce que cela se produise.

Alors que son doigt passe à travers le portail, elle se retrouve face à ce qu'elle ne peut considérer que comme un monstre.

Le terrain sur lequel elle se trouve est du sable orange.

Elle peut voir des dizaines de créatures étranges errant dans un village délabré. Aucune n'est aussi grande et monstrueuse que celle qui se tient devant elle. "Gub" il grogne "jun hub guntin" il lui fait signe

"Qu-quoi ?" Elle tremble. "Je ne comprends pas."

"Gub" il fait à nouveau signe "guntin"

"Je ne sais pas ce que ça veut dire" elle sent les larmes lui monter aux yeux. Elle était profondément horrifiée. Tous les sentiments qui existaient avant de toucher la lumière sont passés. Elle voulait revenir. Elle voulait Jamie. Elle voulait l'école et sa famille.

« S'il vous plaît, aidez-moi. Ne me fais pas de mal"

Le monstre soupire.

"Un Américain", dit-il sévèrement d'une voix dure

Elle était confuse. D'une manière ou d'une autre, l'entendre parler anglais la mettait à l'aise

«Je déteste les Américains. Des faibles, ils le sont. Regarde toi. Rien que la peau et les os.

Elle resta là, silencieuse, ne sachant pas comment réagir. « Je suppose que vous êtes passé par le portail ? Bonne chance pour le retour. Ce portail est interdit à notre peuple depuis des années. Vous ne savez jamais où vous finirez. Heureusement pour moi, un tout petit idiot a décidé de l'utiliser.

Elle reste là, voulant riposter. Elle veut se défendre mais elle ne peut s'empêcher de se concentrer sur le fait qu'elle est entourée de monstres dans un autre monde. Dimension. Peu importe ce que c'était...

elle savait qu'il valait mieux ne pas discuter. Elle voulait rentrer chez elle. Elle ne voulait plus être là.

« S'il vous plaît, aidez-moi. Comment puis-je rentrer à la maison ?

Le monstre sourit et la regarda, c'était une petite chose mignonne. A peine plus gros que sa queue. Debout à environ 5 pieds, mince mais courbé. Peau blanche pâle contrairement à sa peau écailleuse verte. Il aime ça.

Il se lèche rapidement les lèvres, une longue langue fourchue semblable à un lézard ou un serpent.

« Il n’est pas possible de rentrer à la maison. Et si c'était le cas, je ne te laisserais pas" il se pencha et la souleva. Tout son torse et la moitié de ses cuisses tenaient dans la paume de ses mains. Seuls ses jambes, ses bras et sa tête échappaient à son emprise. "J'ai de meilleurs projets pour toi".

Deuxième partie

Elle resta allongée dans la paume de sa main, tremblante. Elle essayait de rassembler la force de le frapper, mais elle savait que cela ne servirait à rien. Il avait bien trop de force.

Il ralentit en arrivant devant une auberge.

Des dizaines de créatures rôdent aux alentours.

Certains sont grands et costauds, d’autres longs et dégingandés. On pouvait facilement distinguer les mâles des femelles. Ils ne portaient aucun vêtement.

Les mâles avaient tous des coqs de tailles différentes. Certains avaient plusieurs bites qui se balançaient jusqu'aux genoux, d'autres avaient une fine bite ressemblant davantage à un tentacule. Certains avaient d'énormes bites costaudes plus grosses qu'un tronc d'arbre. Tandis que les femmes portaient toutes des seins et des aines vides. Certains avaient plusieurs dents, d’autres n’en avaient que deux. Tous étaient de n’importe quelle couleur dans l’arc-en-ciel.

Alors qu'elle atteignait le monstre qui la portait, elle lui attacha un collier et une laisse autour du cou pour être sûr de ne pas perdre ses biens.

Ils entrèrent. Il y avait un autre monstre mâle mesurant environ 10 pouces de haut. Énorme au-dessus de Jazmin, mais rien en taille comparé au monstre qui tient sa chaîne. Les deux monstres ont commencé à parler dans une langue étrangère qu'elle ne pouvait pas comprendre, alors à la place, elle a passé le temps qu'ils parlaient à regarder autour de l'auberge pour découvrir son nouvel environnement. Tout ce qu'elle entendait, c'était des grognements et des gloussements. Faire boire aux monstres une sorte de boisson qu'elle ne pourrait pas décrire ce brouillard infiltré. Tandis que des monstres femelles les entouraient. Les taquiner. Assis sur leurs genoux pendant qu'ils étaient pelotés. Elle remarque plusieurs monstres mâles conduits dans des pièces séparées par des femelles. Comme elle pensait étrange...

sa concentration revint sur la conversation des monstres. Celui qui tenait sa chaîne devenait aggravé. Il regarda Jazmin et ne dit qu'un seul mot.

"Parle" grogna-t-il.

"Je ne comprends pas. Où suis-je?" Dit-elle confuse, le suppliant à nouveau. Elle voulait rentrer chez elle, sans savoir maintenant qu'elle ne reviendrait plus jamais.

Le monstre derrière le comptoir a ri

"Américain" grogna-t-il

"Oui", son détenteur de laisse parlait "humain et américain, comme je l'ai dit". Vous savez que je mérite au moins 17 653 Jgons pour celui-ci. Elle rendra tous les monstres sauvages. Personne ne laisserait passer une opportunité lors de celle-ci.

"16 000", débattait celui derrière le comptoir.

Jazmin avait l'air confuse. Heureuse d'entendre sa propre langue, mais toujours confuse face à ce qu'ils disaient. Était-ce... est-ce qu'il l'achetait ? Qu'est-ce qui s'est passé?

« 17 000 et j’obtiens le premier coup. Offre finale", a-t-il suggéré

L’homme ne pouvait pas réutiliser.

"Deal", a-t-il accepté avant de revenir à la langue étrangère.

L'homme derrière le comptoir a donné à son détenteur de laisse un sac rempli de pièces de monnaie avant de les escorter tous les deux dans une pièce.

"On dirait que c'est moi qui vais t'attaquer en premier", sourit-il.

Elle savait exactement ce qu'il voulait dire. Ce qu’elle ne comprenait pas, c’est comment il imaginait que cela fonctionnerait. Sa queue avait presque la taille de tout son corps.

Je l'ai allongée sur un lit passif.

Elle avait presque la taille d’un oreiller.

Il écarta ses jambes et grogna avant d'utiliser ses doigts pour pincer ses vêtements. D'un simple coup, il les a arrachés. Il ne restait que son string, qu'il fit glisser sur le côté avec son index.

Il a utilisé son index pour parcourir son corps, caressant tout son corps. Il fait le tour de ses minuscules tétons avant d'y enfoncer sa langue de lézard pour les lécher. Il a ensuite utilisé sa langue pour mouiller sa très petite chatte.

Elle s'est évanouie pendant ce temps. Jazmin est entrée dans un monde noir. Elle n’était même pas là mentalement. Mais elle s'en est sortie. Elle aurait aimé ne pas l’avoir fait. Elle commença à se tortiller et à crier et il utilisa ses doigts pour la retenir.

« Mmmm, mon petit, tu veux t'enfuir ? Je ne pense pas", il s'éloigna et elle réussit à se lever du lit comme lui. Il se retourna, une énorme corde à la main. "Laisse-moi tranquille", a-t-elle crié "Je veux rentrer à la maison"

"C'est ta maison", rigola-t-il avant de la repousser seulement contre le lit et de la retenir sur le dos, les mains et les pieds attachés. Jambes largement écartées.

Il sentit sa queue palpiter. Il enroula sa main autour et commença à la passer sur son corps. Elle pousse des cris et a un air confus sur son précieux visage.

Il appuya doucement le bout de sa queue sur ses lèvres, mais cela couvrait essentiellement tout son visage. Elle frissonna en se demandant ce qui allait suivre.

Il fit lentement glisser sa queue le long de son corps, grognant à la sensation de chair humaine. Si doux. Si doux. Elle se demandait à quoi ressemblait son intérieur. Elle avait envie d'elle. Il voulait la pomper de son sperme et la laisser là, un désordre total en attendant le prochain client payant.

Elle est passée d'une vie normale à une prostitution de créatures hideuses en une journée. Cela me semblait des années. Elle ne comprenait même pas comment son corps pouvait résister à tout ce qu'elle avait enduré avec sa Capture...

Il la taquina Chatte avec le bout de sa bite à écailles vertes. Il se pencha sur elle, respirant et grognant devant son visage. Des crachats et de la bave descendaient sur son corps alors qu'elle se concentrait sur ses crocs. Même si elle voulait se libérer, elle ne pouvait qu'imaginer les dégâts que n'importe lequel de ces monstres pourrait lui causer. Ce serait une mort douloureuse. Elle pensait qu'il valait mieux... rester là. Obéir.

Il a poussé sa bite sur sa chatte, essayant de la préparer. Elle détestait ce qui se passait mais son corps réagissait. Elle poussa un léger gémissement et se tortilla.

Le monstre grogna plus fort.

"Uhgn" murmura-t-il

"Tu aimes ça, n'est-ce pas?" Il a continué

"Non, je ne le fais pas!" Elle essaya de le dire, mais cela sortit comme un gâchis alors qu'il poussait sa queue plus loin, allant presque à l'intérieur d'elle. Comment diable son corps pourrait-il gérer cette bite ?

Il lui attrapa les hanches et força sa chatte sur sa queue, son bout monstrueux déchirant son trou. Elle poussa des cris de plaisir et de douleur.

D’un seul coup, il est en elle. Elle baisse les yeux et voit son ventre bombé. Sa bite était complètement en elle. Il utilisa sa longue langue pour ravager ses seins et ses mamelons pendant qu'il commençait à pousser plus fort. Elle pouvait sentir tout son corps rempli de sa bite. Elle jura qu'elle pourrait sentir si elle la frappait. Son corps réagissait d’une manière qu’elle aurait souhaité ne pas faire. Sa chatte a commencé à dégouliner, suintant de son sperme. Elle se construisait et ne durerait pas longtemps.

Alors qu'il la pompait fort et vite, elle se concentra sur son ventre. Regarder sa bite entrer et sortir de sa chatte dans son ventre. Elle gémit et crie à chaque coup. Elle agrippa ses hanches si fort que ses griffes s'enfoncèrent et laissèrent des coupures. Il se pencha et prit son petit cou dans sa main et commença à l'étouffer juste assez pour qu'elle se sente excitée et pas assez pour la tuer. Avec trois pompes supplémentaires, il casse sa charge. Il la pompe tellement de sperme que son ventre gonfle comme si elle était déjà enceinte.

Il reste là avec sa bite toujours en elle. Son ventre était massivement gonflé à cause de son horloge et de son sperme. Il l'attrape par les cheveux et la force à regarder sa chatte pendant qu'il lui sort la bite. Une mare de sperme jaillit d'elle comme si elle s'était brisée. Elle gémit et saisit les draps comme elle le peut à cause de la sensation et de la vue. Il grogne une dernière fois et utilise ses griffes pour la détacher.

Il la relève et lui donne une tape sur le cul.

"Je doute que ce soit la dernière fois que je t'utilise" sourit-il avant de quitter la salle du donjon. Il ferma la porte derrière lui.

Elle resta allongée là, dans un désordre total, se demandant ce qui allait encore arriver.

Articles similaires

Rencontrer les ténèbres - Partie I

Rencontrer les ténèbres Alors qu'elle rentrait chez elle le long du raccourci, un chemin de terre entre deux immeubles abandonnés, elle entendit des pas derrière elle. Elle s'est rapidement tournée vers ses médecins qui soulevaient la poussière, personne là-bas. Accélérant le rythme, elle se dépêcha le long du chemin, son ombre devant elle de la pleine lune ce soir. De nouveau, elle entendit les pas suivre son rythme ; elle s'est arrêtée, ils se sont arrêtés. Se retournant toujours, elle ne vit personne. Mettez-vous en main si vous êtes Laura ! dit-elle à voix haute en secouant la tête et en...

858 Des vues

Likes 0

Une journée inoubliable_(3)

Tout a commencé quand j'ai pu aller dans un bed and breakfast facultatif de vêtements dans le Maine que mes yeux étaient ouverts sur ce qui m'attendait. La visite du Maine m'a en quelque sorte pris par surprise, alors que lors d'un voyage d'affaires, j'ai décidé de séjourner dans un B&B au lieu d'un hôtel. C'était en novembre donc c'était un peu frais mais ils ont une piscine couverte et dans un bâtiment à côté de la piscine un sauna. En entrant dans le sauna, cela ne m'a pas surpris de trouver des hommes et des femmes nus assis. Il y...

615 Des vues

Likes 0

Baisée brutalement par mon colocataire hétéro: un autre niveau de bromance_ (1)

Kareem est une étudiante de 22 ans. Il a une sorte de visage de joli garçon; il garde ses poils faciaux bien alignés. Il mesure environ 5 pieds 10 pouces, avec une carrure légère et sa peau est de la couleur du café légèrement crémeux. Kareem a depuis longtemps accepté qu'il était gay depuis son adolescence, mais il n'est pas le type de gay pédé qui marche et parle drôlement et porte des vêtements féminins. C'est juste un type de voyou qui aime vraiment la bite; un commerce, pour ainsi dire. Eh bien, dans sa première année d'université, il est bien...

581 Des vues

Likes 0

Leila obtient son premier souhait d'anniversaire

Elle s'appelait Jess. C'était une fille typique de 16 ans. De beaux cheveux bruns jusqu'à la taille, des yeux bleus perçants et un bronzage doré. Ses seins bien plus qu'une poignée et son cul tout aussi beau. Je ne me suis jamais considérée comme une lesbienne, mais je la regardais souvent et je me demandais à quoi ressemblait son beau corps nu. Quel goût elle aurait, quelle sensation sa peau douce aurait contre la mienne. J'étais moi-même une fille geek de 15 ans, la bouche pleine de métal, des lunettes à monture épaisse ringardes. Poitrine plate, petit corps, cheveux blond sale...

504 Des vues

Likes 0

Mon professeur sexy_(0)

La cloche sonna. Mon professeur s'appelait Ella maya. Elle était si chaude. Elle avait des seins énormes qui sortaient, J'ai adoré quand elle se penchait. On pouvait voir son cul. « Lewis, s'il vous plaît restez derrière vous pouvez partir ! » Tout le monde s'est précipité. Je n'ai rien fait de mal ? « Tu veux de l'aide supplémentaire ? On peut aller chez moi maintenant si tu veux ? Je vais téléphoner à tes parents ? Ouah. O-oui s'il vous plaît dis-je. Elle sourit. Elle a ensuite téléphoné à mes parents et nous nous sommes rendus chez elle en voiture. *l'aide est...

1.5K Des vues

Likes 0

Leur monde partie 3

Je ne sais toujours pas combien d'heures j'ai passé à l'intérieur de ce terrible hangar de stockage en aluminium, ligoté comme un porc... . Qu'avais-je fait de mal ? Qu'avais-je fait pour mériter cette torture inhumaine ? C'était le pire. Je n'avais rien fait de mal. Tout ce que j'ai fait, c'est aider ma femme Monica et son amant Randy à se préparer pour une fête à laquelle ils allaient. Puis, alors qu'ils étaient presque prêts à partir, Randy a commencé à me gifler comme une poupée de chiffon, sans aucune raison. J'avais été parfaitement respectueux envers lui et ma femme...

1.6K Des vues

Likes 0

« Voulez-vous que deux de moi ? »

« Voulez-vous que deux de moi ? » Cela se passe dans un futur très proche….. ….Je suis Lisa, et j'ai fait un grand pas et j'ai secrètement mis ensemble un clone et une combinaison robotique de moi-même. Mon entreprise pensait que c'était juste la dernière fille robot que j'avais créée. J'ai attendu que le bon gars pour le tester. J'ai enfin trouvé ce que je cherchais. Il était beau, sexy et jeune. Parfait…. --------- …Ron…. … J'ai reçu des informations sur une entreprise qui souhaitait que quelqu'un essaie sa dernière fille robot. J'ai regardé et ça m'a semblé intéressant. Je les ai contactés...

1.6K Des vues

Likes 0

La lutte nous a lancé....

Quand j'avais 18 ans, j'avais un ami proche avec qui je traînais tout le temps. Il s'appelait David. Bien que nous nous intéressions tous les deux aux filles et que nous ayons des amies stables à l'époque, nous avons passé beaucoup de temps ensemble et avons réussi à nous retrouver avec des expériences sexuelles l'un avec l'autre. La première fois que nous avons fait quoi que ce soit, nous avions plaisanté sur la taille de la bite et il n'arrêtait pas d'insister sur le fait que la sienne était plus grosse que la mienne. Nous avions vu les bites de l'autre...

1.4K Des vues

Likes 0

Partie 5 - Sue devient une star_(0)

Partie 5 suite de la partie 4… Sa tête pendait de honte, son sein palpitait et lui faisait mal et était maintenant presque noir, puis à sa grande horreur, le gars a dit. Eh bien, si vous ne le maintenez pas enfoncé, les balles rentrent. Il a mis toutes les balles dans le sac et a ensuite commencé à le balancer comme un pendule. Sue a laissé échapper un cri de gouttière et a dit non s'arrêter, s'il vous plaît. Pouvons-nous te baiser dans le cul, le gars a dit: 'Oui, oui, enlève-le. 'Es-tu sûr'. ‘Oui, enlevez-le.’ Lentement, il enleva le...

529 Des vues

Likes 0

Fête mère-fille (3 sur 12)

Fête mère-fille (Partie 3 - Trio maman, papa et Anna) Dès la fin du film, j'attire la bouche de Tom vers la chatte de sa fille et lui dis qu'il doit décider si elle a un orgasme aujourd'hui. Qu'est-ce que tu aimerais que papa fasse ? J'apprends rapidement qu'il existe plus d'un type de torture pour ma chatte. Gardez ma chatte sur le bord aussi longtemps que vous le pouvez sans lui permettre de produire du sperme. Quand vous aurez terminé, maman me taquinera la chatte avec elle. bouche de la même manière. Nous maintenons Anna au bord de l'orgasme pendant...

336 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.