Une exécution indécente

255Report
Une exécution indécente

Edith n'avait que 12 ans lorsque les soldats du nouveau roi attaquèrent le hameau de sa famille. C'est en représailles de leur soutien à un prétendant au trône que le vieux roi mourut sans enfant. Elle s'était promenée à l'orée du bois pour cueillir des fruits lorsque les soldats sont arrivés. Elle s'accroupit, terrifiée, dans le bosquet de ronces où abondaient les mûres, regardant les soldats forcer tout le monde à entrer dans le bois et la chaumière de ses parents à la pointe de l'épée puis y mettre le feu. Alors que les flammes se propageaient rapidement sur les murs et sur le toit, elle se boucha les oreilles pour faire taire les cris aigus. Le chaume a commencé à tomber dans le bâtiment et la porte, avec son cadre, s'est effondrée vers l'extérieur, permettant à une torche humaine enflammée de s'échapper des flammes et de fumer vers elle. Edith savait que c'était sa mère. Les soldats ont couru vers la silhouette hurlante qui a couru, les bras agités, les vêtements et les cheveux tirés vers l'endroit où se cachait Edith. Même si elle savait que ce devait être sa mère, le visage bouche ouverte qu'elle voyait était noir, toutes les dents exposées là où la chair de ses joues avait brûlé. Des lambeaux de tissu brûlant se sont envolés de sa mère dans le vent alors qu'elle poussait un dernier cri surnaturel, puis tombait face contre terre à seulement dix pieds de la cachette d'Edith.

Alors que les soldats se détournaient du cadavre calciné vers la maison qui s'effondrait rapidement, Edith déchirait follement les ronces et les sous-bois, insouciante des larmes à la fois sur ses vêtements et sur sa chair délicate, désespérée de fuir la scène de cauchemar.

Six ans plus tard, Edith faisait encore des cauchemars à propos de cette journée terrifiante, voyant parfois sa mère toujours brûlante lui tendant la main mais la chaleur des flammes faisant reculer Edith, d'autres nuits, elle rêvait qu'elle était elle-même brûlée vive et se réveillait. hurlant et agitant ses bras et ses jambes, son corps trempé de sueur.

En fait, hors-la-loi, elle avait d'abord survécu comme un animal sauvage, se cachant presque nue dans les bois, mangeant des fruits et des baies, mais l'hiver l'obligeait à se glisser la nuit dans les villages pour voler de la nourriture et des vêtements et à s'abriter dans des granges. Plusieurs fois, elle avait été rattrapée et battue presque à mort lorsqu'elle était rattrapée par des villageois. Alors qu'elle fuyait le village le plus récent où elle avait été surprise en train de manger de la nourriture volée, plusieurs jeunes l'ont poursuivie sur environ un mile en lui jetant des pierres dont plusieurs l'ont frappée comme un corps à peine vêtu, lui meurtrissant les cuisses et lui effleurant les côtes jusqu'à ce qu'elle tombe haletante. au sol. Les garçons, tous plus jeunes qu'elle, la firent rouler brutalement sur le dos. Deux lui tenaient les bras tendus tandis que la plus grande lui donnait des coups de pied à plusieurs reprises dans le ventre jusqu'à ce qu'elle vomisse violemment du vomi puant, composé principalement d'œuf cru et de morceaux de navet cru, sur le ventre. Il a ensuite arraché ses vêtements souillés, en utilisant négligemment un petit couteau qui a laissé de longues coupures peu profondes dans son ventre creux et le long de sa hanche gauche. Une fois qu'elle fut complètement nue, l'un des autres garçons lui lâcha le bras, saisit fermement son sein droit d'une main et commença à tâtonner avec sa culotte de l'autre. Frénétiquement, elle réussit presque à s'éloigner de lui avant que sa jambe droite ne soit attrapée, la faisant rouler sur le dos. Le garçon le plus grand lui a ensuite frappé l'intérieur des cuisses avec la pointe pointue de son couteau jusqu'à ce qu'elle écarte largement les jambes tandis qu'un petit garçon trapu la frappait à plusieurs reprises au visage, la maudissant comme une sale voleuse tandis que le sang de son nez lui éclaboussait. visage et coulait dans ses cheveux.

Mais au moment où elle sentait les doigts du grand garçon pénétrer dans son vagin, un homme à cheval apparut et les jeunes coururent en essayant de cacher leur visage. Allongée sur le dos, nue, les jambes écartées, Edith réalisa qu'elle était désormais totalement à sa merci. Il semblait avoir une vingtaine d'années, mais lorsqu'il descendit de cheval, il rassembla ses haillons déchirés et l'aida à les attacher autour d'elle pour lui donner un peu de pudeur.

Roger l'aida à voler d'autres vêtements dans le village voisin puis, après avoir renvoyé le cheval qu'il avait apparemment volé deux jours plus tôt, la conduisit à son logement à Canonsford. « Préféreriez-vous avoir une vie sûre et confortable à l'avenir ? lui demanda-t-il en l'attirant vers lui et en la regardant dans les yeux. Elle ne répondit pas immédiatement et ne s'éloigna pas non plus de lui. Il ouvrit son sac et lui montra pourquoi il avait fait ce voyage. Quelques pièces de métal commun, une très petite quantité d'or véritable et, le plus précieux de tous, une paire de coins, copies parfaites de ceux utilisés par la Monnaie du Roi.

Edith soumit volontiers son corps à Roger car il devint vite évident que personne ne pouvait faire la différence entre leurs fausses pièces et la monnaie du roi. Roger avait déjà baisé beaucoup de femmes auparavant, mais il était ravi de la façon dont Edith atteignait habituellement son apogée au même moment où il venait. Elle était maintenant presque aussi heureuse qu'avant la mort de sa famille, et les cauchemars ne lui arrivaient plus qu'occasionnellement. Sa seule inquiétude était de savoir si Roger resterait à ses côtés une fois qu'elle serait enceinte, comme elle le ferait sûrement bientôt.

Pour aider à transmettre leurs pièces contrefaites, Edith s'est coupé les cheveux courts à la manière d'un pageboy afin qu'elle puisse également se faire passer pour un garçon, entre autres déguisements. Bien sûr, ils étaient aveugles au fait que leur nouvelle richesse n'avait aucune source apparente, tandis que le shérif commençait à prendre conscience d'un certain nombre de fausses pièces apparaissant sur les marchés et dans les impôts qu'il collectait.

Inévitablement, les hommes du shérif ont finalement fait une descente dans leur maison et ont trouvé les matrices, les métaux, etc., liés à leur commerce. Edith et Roger, les bras liés dans le dos, ont été conduits devant le magistrat le lendemain matin après avoir passé ce qu'elle pensait sûrement être leur dernière nuit ensemble, enchaînés aux côtés opposés de l'une des cellules de la ville, car ce serait certainement une pendaison. .

Cependant, après seulement quelques minutes d'audition des témoignages des hommes du shérif, leur affaire fut ajournée, car il déclara que la contrefaçon de la monnaie du roi était une haute trahison et qu'elle devrait être jugée par le juge lors de sa prochaine visite. Ils ont été ramenés à la prison et enfermés dans l’une des cellules sombres du sous-sol.

N'étant plus enchaînés, ils s'accrochèrent l'un à l'autre, Roger dit "Dieu merci, nous avons encore du temps ensemble" et alors que la nuit tombait, Roger enleva tendrement les vêtements d'Edith et ils eurent le meilleur sexe qu'ils aient jamais connu, l'arrière-plan pensa qu'ils allaient bientôt être exécutée maintenant presque ravie Edith, dont une grande partie de la courte vie avait été passée dans une misère abjecte avant d'être sauvée par Roger. Un sentiment de contentement mais aussi de manque d'épanouissement envahit Edith alors qu'elle s'allongeait, Roger la couvrant doucement de ses vêtements pour conjurer le froid de l'aube.

HORREUR... Le pire cauchemar d'Edith lui vint soudain à l'esprit ! Elle se souvint soudain que la punition pour trahison d'une femme n'était pas d'être brûlée vive ! Elle se souvient que les hommes étaient pendus et écartelés mais que, dans l'intérêt de la décence, les femmes étaient brûlées, elle a paniqué et s'est éloignée de la forme endormie de Roger.

Après cette première nuit en cellule, Roger ne comprenait pas la frigidité d'Edith à son égard. En fait, elle ne montrait aucun intérêt pour quoi que ce soit, mais restait assise, serrant ses genoux, regardant fixement dans le vide, ne mangeant pas, buvant juste de temps en temps un peu d'eau quand elle avait soif. est devenu insupportable. À chaque instant d'éveil, elle réfléchissait aux différents moyens d'éviter les flammes, à chaque fois qu'elle s'endormait, ses cauchemars revenaient, chaque fois plus terrifiants, les cris qu'elle poussait à son réveil attristaient et irritaient Roger à la fois. Elle espérait ardemment pouvoir mourir de faim avant l’arrivée du juge. D'autres fois, elle se demandait si elle devait demander à Roger de l'étrangler, mais elle avait peur de mettre des mots sur sa terreur la plus profonde et, certaine qu'il refuserait presque certainement de toute façon, elle ne disait rien.

Au fil des semaines, elle pensait distraitement, en regardant son amant endormi, qu'avec ses cheveux épars, il pourrait presque passer pour une femme si sa barbe était rasée, alors pourrait-il prendre sa place sur le bûcher ? Dans son obsession d'éviter les flammes, elle n'a jamais pensé aux détails de la punition encore plus terrible à laquelle il était réellement confronté.

Puis un matin, les geôliers habituels furent remplacés par des soldats et elle comprit que le juge était sur le point d'arriver en ville. Prise de panique, elle se souvint de ses divers projets fantastiques, puis voyant l'assiette en poterie sur laquelle le dernier repas de Roger avait été servi, déterminée à la briser en deux et à se trancher le cou ou les poignets plutôt que d'affronter la sentence du juge. Si les morceaux brisés s'avéraient suffisamment tranchants, elle pensait qu'elle pourrait même essayer d'en enfoncer un profondément dans son ventre creux et vide qui la faisait maintenant si souffrir.

En l'entendant briser l'assiette, Roger se réveilla et devina rapidement ce qu'elle allait faire. Il se releva rapidement et s'approcha d'elle, lui saisissant les morceaux d'assiette des mains, mais n'avait pas compté sur la force que la folie et le désespoir pouvaient apporter à son corps frêle et affamé. Alors qu'il tenait les morceaux d'assiette pointus hors de sa portée, elle le saisit soudain par la gorge. Trop tard, il se rendit compte que ses mains délicates avaient rassemblé assez de force non seulement pour écraser sa trachée mais pour presque couper le flux de sang de sa tête. Il agrippa frénétiquement Edith pendant quelques secondes, arrachant le devant de sa robe de ses épaules avant de décider soudain qu'il préférait mourir de cette façon plutôt que d'affronter les tortures auxquelles le juge devait sûrement le condamner. Cela faisait plaisir à Edith de voir un air de contentement sur le visage de Roger alors que la vie quittait lentement son corps tremblant. Pour être sûre qu'il était mort et pas seulement inconscient, elle attacha une fine bande de sa robe déchirée autour de son cou.

Pourtant, maintenant, une vague de culpabilité l'envahit, même s'il avait semblé heureux d'être libéré de cette situation, comme si elle avait commis un péché mortel, et contre l'homme qu'elle avait autrefois tant aimé. Soudain, elle se décida. Elle enleva rapidement mais soigneusement les vêtements de Roger et les échangea contre les siens. Il lui fallut de précieuses minutes pour relier le devant déchiré afin de couvrir sa poitrine, puis avec un morceau d'assiette cassée, elle gratta désespérément sa barbe. Le rasage qui en résulta était plus sanglant qu'élégant, mais elle lui frappa ensuite désespérément le visage avec ses poings, lui brisant le nez et lui fendant les jointures jusqu'aux os, ce qui ne fit qu'ajouter au sang.

Elle le frappait encore au visage lorsque les militaires vinrent les conduire à la Cour. Un soldat s'est agenouillé dans la cellule sombre et a palpé d'abord le poignet de Roger, puis le côté de son cou. "Ce salaud l'a tuée", prononça-t-il, puis ils laissèrent le cadavre dans la cellule tandis qu'ils emmenaient Edith devant le juge.

Le juge Fitzhenry avait déjà eu une journée bien remplie pour trancher un litige foncier entre deux barons et, l'affaire contre Roger le Faussaire ayant déjà fait l'objet d'une enquête approfondie par le magistrat, a rapidement prononcé sa sentence selon laquelle il devait être pendu, tiré et écartelé dans les 48 heures. L'affaire du meurtre de son amant a été rapidement rejetée comme non pertinente compte tenu de sa culpabilité pour l'accusation bien plus grave de haute trahison.

Le juge était déjà parti pour sa prochaine audience à Coventry lorsque la foule s'est rassemblée sur la place du marché de Canonsford pour assister à l'exécution. Le sale condamné paraissait étonnamment petit et frêle lorsqu'il fut amené, clignant des yeux, en plein soleil. Les femmes et les enfants lui crachaient consciencieusement dessus alors qu'il était conduit devant eux jusqu'à l'endroit où une claie avait été aménagée derrière le cheval qui devait le premier l'entraîner autour de la ville en guise d'humiliation devant ses habitants.

Quatre hommes forts attrapèrent le condamné par les mains et les pieds et l'étendirent sur le dos par-dessus la haie. Ensuite, deux d'entre eux attachèrent fermement ses pieds aux coins supérieurs proches de l'arrière du cheval, les deux autres attrapèrent ses poignets en les étirant aussi fort que possible pour les attacher aux coins inférieurs. Les garçons couraient joyeusement parmi la foule en distribuant au public de gros bâtons avec lesquels ils pouvaient le battre lorsqu'il passait devant.

Le magistrat s'avança alors, il tira son épée et déchira brutalement la tunique du traître de la taille au cou. Alors qu'il la glissait ensuite sous la ceinture des culottes des prisonniers pour les arracher, la tunique déchirée tomba pour montrer une paire de seins féminins sur une poitrine squelettique, un sein saignant abondamment d'une coupure profonde là où la pointe de l'épée avait été enfoncée. je l'ai attrapé. Tandis que certains jeunes spectateurs applaudissaient et jetaient leurs chapeaux en l'air avec enthousiasme, les femmes haletaient d'horreur et tentaient de faire partir leurs enfants.

Le magistrat avait déjà déchiré le haut de sa culotte, exposant ses poils pubiens entre une paire d'os de hanche saillants avant de se rendre compte de son sexe. Horrifié, il jeta rapidement sa cape sur sa nudité émaciée, puis la fit détacher et la transporter dans la mairie voisine. Le magistrat était maintenant lui-même saisi de terreur devant la décision qu'il avait à prendre. Il resta assis une minute pour rassembler ses pensées puis convoqua le shérif pour l'aider à prendre une décision. Pourquoi, oh pourquoi, le comte de Canonsford a-t-il dû partir pour tenter de se gagner les bonnes grâces en combattant aux côtés du roi sur le continent. Pouvaient-ils rappeler le juge, probablement pas dans les 48 heures et, de toute façon, son rapport au roi ferait très probablement perdre au magistrat son emploi et très probablement sa liberté, car il savait que le juge Fitzhenry avait des normes morales extrêmement élevées.

Le shérif lança un regard noir au magistrat alors qu'il tentait d'expliquer ce qui s'était passé, le cadavre dans les cellules ayant désormais été identifié comme étant celui de Roger. Le shérif a rapidement résumé la situation telle qu'il la voyait : "le juge a prononcé la sentence, s'il avait su que c'était une femme, il l'aurait condamnée au bûcher". Il a fait une pause : "seul le roi ou un comité de pairs du royaume peut annuler la sentence du juge, donc en l'absence malheureuse du comte Canonsford, elle doit être exécutée". Le magistrat haleta d'horreur face à ce que proposait le shérif. "Bien sûr, cela offenserait la décence publique de le faire devant les habitants de la ville", a-t-il ajouté, mais il doit s'agir d'une humiliation publique et les témoins sont donc essentiels.

Les deux braves hommes restèrent assis en silence, réfléchissant au problème. Le shérif, étant comme d'habitude le plus décisif, se retourna et dit « envoyez chercher le gendarme », de sorte qu'un cavalier fut rapidement envoyé au château de Canonsford, à environ six kilomètres de là.

Le connétable n'avait pas grand-chose à faire, sa tâche la plus importante en temps de paix étant de garder les débiteurs occasionnels incarcérés dans le cachot au pied de la tour nord-ouest. Il venait de grimper sur le toit de la guérite avec son domestique pour enquêter sur une autre fuite dans le toit qui laissait entrer l'eau de pluie dans ses quartiers lorsqu'il vit arriver le cavalier et dut redescendre l'ancien escalier en colimaçon pour y accéder. saluez le.

À bout de souffle et le visage rouge à cause de tous les efforts inhabituels, le gros gendarme descendit de son cheval et entra dans le Guildhall pour écouter le shérif - d'abord avec agacement puis avec un léger amusement tandis que les événements de la journée étaient racontés.

Entre eux, le sort d'Edith était décidé. La sentence du juge serait exécutée mais à l'intérieur du château, avec seulement des témoins sélectionnés peu susceptibles d'être offensés par l'indécence de la pendaison, du dessin et de l'écartèlement d'une femme.

À la tombée du crépuscule, Edith a été suspendue, pieds et poings liés et enveloppée dans de la toile de jute, sur le dos du cheval du magistrat. Le shérif et le connétable suivirent la colline jusqu'au château sombre et presque désert. Les jours glorieux du château de Canonsford en tant que formidable forteresse étaient désormais révolus, il serait désormais largement oublié jusqu'à ce que de nombreuses années plus tard, il soit réparé et défendu à la hâte par les royalistes avant sa destruction finale presque complète par les têtes rondes de Cromwell.

Les liens d'Edith ont été retirés alors qu'ils entraient dans la tour nord-ouest par un court escalier de pierre. Une trappe dans le plancher en bois a été soulevée et une échelle de corde est tombée dans l'obscurité. À la pointe de l'épée, Edith fut invitée à descendre, cela lui rappela les souvenirs de sa mère ayant été forcée de pénétrer dans leur cottage avant qu'il ne soit incendié plusieurs années auparavant. Alors que sa tête descendait sous le niveau du sol, elle se figea, mais le serviteur du connétable lui frappa les épaules avec sa hallebarde, déchirant davantage les restes en lambeaux de la tunique déchirée pour exposer maintenant ses épaules ainsi que ses seins. Comme elle refusait toujours de descendre plus bas, il inséra la pointe de la hallebarde dans le creux entre son cou maigre et sa clavicule et poussa fort vers le bas, avec un cri, elle lâcha prise et tomba sur le sol en terre battue, son pied gauche se tordant anormalement. alors qu'elle touchait le sol. Le gendarme a remonté l'échelle et fermé la trappe pour étouffer ses cris et ils sont allés se préparer pour l'exécution du lendemain.

Cette nuit-là, Edith rêva de nouveau de sa mère, en train de brûler, et d'elle-même s'éloignant de la chaleur des flammes. Elle se réveilla baignée de sueur malgré le froid du donjon, mais se calma légèrement en se rappelant qu'au moins elle n'allait pas se brûler. Sa sueur glaçait maintenant le haut de son corps, mais les restes en lambeaux de la tunique de Roger étaient trop déchiquetés pour fournir suffisamment de couverture pour la réchauffer, alors elle l'enleva complètement et l'utilisa pour essayer d'essuyer l'humidité glaciale. Rien n'indiquait s'il faisait nuit ou jour une fois la trappe fermée, alors elle a simplement remonté ses genoux sous son menton, malgré les coups de douleur à la cheville, et a pleuré à nouveau. Elle était habituée aux douleurs de la faim depuis qu'elle avait commencé à essayer de mourir de faim, mais cette nuit, ou ce matin – elle ne savait pas lequel, son ventre vide avait l'impression que des nœuds y étaient noués. Elle serra les mains l'une contre l'autre et les pressa contre son ventre creux, ce qui lui procura un léger soulagement, lui permettant de se rendormir à nouveau.

Une fois le gibet, la claie et le brasier récupérés dans la ville, ils allèrent chercher la jeune fille. Le domestique du connétable descendit l'échelle de corde en prenant le bout d'une longue corde qu'il attacha autour de la poitrine de la jeune protestataire sous ses aisselles. Ensemble, le gendarme et le magistrat l'ont hissée brutalement, la corde se resserrant et coupant douloureusement sa cage thoracique, chassant l'air de ses poumons. Puis, saisissant chaque bras nu, ils la traînèrent sur les marches de la cour du château. Edith hurla de douleur de sa cheville tordue alors que son pied gauche frappait chacune des marches de pierre en descendant.

Elle fut de nouveau attachée à la barrière comme auparavant, mais cette fois le magistrat lui ôta complètement sa culotte, de sorte qu'elle était désormais totalement nue. L'intendant du château fit avancer le cheval, les autres témoins courant derrière. La haie, sur laquelle Edith était attachée, presque la tête en bas, rebondissait sur le sol accidenté du château. Les hommes étaient ravis de la façon dont ses seins petits mais parfaitement formés rebondissaient et sautillaient avec les mouvements violents des obstacles. Ne voulant pas être accusés de se soustraire à leur devoir, ils entreprirent un deuxième tour du parc du château (sauf le connétable qui avait été épuisé à essayer de suivre le rythme la première fois). Le shérif et le serviteur du gendarme ôtèrent leurs ceintures d'épée en cuir et coururent à leurs côtés en se débattant avec enthousiasme vers le corps se tordant d'Edith, rendant ses cris rauques et brisés encore plus aigus.

Haletants et excités, ils s'arrêtèrent près du gibet et dirent au connétable de le préparer. "La salope traîtresse a besoin de plus de coups, je pense, lorgna le shérif. Laissant tomber sa culotte, il la monta sur la haie. En plaçant ses genoux dans ses aisselles creuses, il attrapa ses chevilles, la faisant crier et cambrer son dos de douleur, rendant ainsi la tâche encore plus facile. la pénétrer, il l'a violée avec enthousiasme pour le roi et la patrie pendant dix longues minutes avant de la laisser haleter d'extase. Le magistrat a consciencieusement suivi son exemple avant de faire signe au gendarme. Les gros genoux du gendarme lui ont forcé le souffle de la poitrine alors qu'il essayait pour grimper sur elle et même s'il s'agrippait à ses jambes pour se stabiliser, il glissa le long de son corps imbibé de sperme, attrapant douloureusement ses couilles sur son menton osseux. Le magistrat l'aida à se relever tandis que le shérif sympathisait "vous feriez mieux de faire attention à ton vieux type, ce n'est pas censé être ton exécution !"

Tandis que le gros gendarme reprenait son souffle, le serviteur alla chercher un tonneau de bière et leur versa des tasses pendant qu'ils étaient assis et regardaient le corps exquis, bien que sale, sur la claie, sa poitrine se soulevant et s'abaissant au rythme de petits sanglots.

Edith était mollement conforme alors qu'ils la détachaient de l'obstacle, puis la posaient face contre terre pour lui lier fermement les bras derrière son dos. Elle a ensuite été remise sur ses pieds et s'est tenue sous le gibet. Ni capable ni désireux de se tenir debout, le magistrat l'a stabilisée alors que le nœud coulant était placé autour de son cou et resserré. Le gendarme, qui avait maintenant quelque peu récupéré et voulait jouer son rôle, tira sur la corde pour la soulever du sol. Ses sanglots furent remplacés par un bref coassement, puis ses jambes s'agitèrent dans une recherche désespérée de quelque chose pour soulager le poids sur son cou.

Même si elle était pendue à un rhume, Edith avait encore le matin l'impression que des flammes consumaient son corps. Alors que sa vision devenait floue, elle sentit que cela devait être dû à la fumée. Elle se tordit en essayant de libérer ses poignets de leurs liens, convaincue désormais qu'elle était attachée à un pieu. La sensation de brûlure s'est glissée de sa poitrine, pleine d'air qu'elle ne pouvait pas expirer, jusqu'à son vagin douloureux et ravi, jusqu'à son cou resserré. Elle ne pouvait ni crier, ni respirer. À mesure qu'elle s'affaiblissait, ses coups de pied se réduisaient à des mouvements de contraction, elle se souvenait maintenant du corps de Roger qui se contractait sous elle alors qu'elle avait arraché la vie de son cou. Puis sa conscience s'est évanouie dans une grisaille laineuse...

Les hommes la regardaient fascinés par ses contorsions érotiques, son corps maigre se cambrant vers eux, puis ses genoux se soulevant alors qu'elle écartait les cuisses, suivis de coups de pied et de torsions plus sauvages. Peu à peu, ses mouvements diminuèrent, mais une demi-heure plus tard, elle remuait toujours ses jambes et son ventre creux flottait toujours alors que de petites quantités d'air pénétraient dans sa gorge. Le magistrat avait assisté à de nombreuses pendaisons mais peu étaient restés en vie aussi longtemps, il attribuait cela au poids léger de son corps émacié et déshydraté. Soudain, un petit filet d'urine éclaboussa le sol et le magistrat cria frénétiquement "descendez-la, vite".

Le shérif coupa rapidement la corde avec son épée tandis que le gendarme était toujours en train de défaire le nœud qu'il avait noué. Edith s'effondra sur le sol avec un bruit sourd, inconsciente de la torsion de son pied lorsqu'il toucha le sol. Ils ont travaillé dur pour la réanimer, le Shérif et le Steward lui ont frotté vigoureusement la poitrine, le magistrat lui a retiré le nœud coulant puis lui a versé de l'eau froide sur le visage, le Constable a contribué à lui écarter les cuisses et à lui masser vigoureusement le vagin !

Au moment où le shérif pensait qu'ils l'avaient laissée trop longtemps et s'apprêtait à réprimander le magistrat, qui était censé être l'expert, elle toussa faiblement. Ils ont passé une heure supplémentaire à la réanimer pour s'assurer qu'elle était pleinement consciente, la traînant par les chevilles (encore des cris, endommageant ses cordes vocales !) plus près du brasero, puis encouragés par la contribution des gendarmes, le shérif et le magistrat l'ont à nouveau violée avec enthousiasme. . Ensuite, juste pour s'assurer qu'elle était complètement réanimée, le shérif a ramassé son corps encore mou et l'a posé sur le tonneau de bière pour afficher parfaitement son ventre concave contrastant avec les côtes saillantes au-dessus et le monticule touffu en dessous et l'a violée une dernière fois. Il saisit fermement ses seins, y griffant fermement ses doigts, appréciant ses tentatives rauques de crier d'agonie, puis il bougea ses mains pour saisir le bas de sa cage thoracique saillante, appuyant fortement chaque pouce sous la côte inférieure jusqu'à ce que la douleur meurtrière disparaisse. son diaphragme l'empêchait de respirer ou de crier. Alors qu'il appréciait la sensation de son cœur battant contre son pouce droit, il atteignit avec extase un point culminant fantastique alors que son bassin se pressait contre lui dans une vaine tentative de le rejeter.

Ils avaient maintenant un problème avec la peine prescrite, l'étape suivante aurait dû être la castration, en jetant au feu les organes génitaux enlevés. Au lieu de cela, le shérif choisit d'allumer le bout d'un gros bâton dans le brasier puis, une fois bien allumé, il l'éteignit en l'enfonçant, non sans difficulté, dans le vagin dégoulinant d'Edith. Il y eut un grésillement prolongé mais en raison de l'ajustement extrêmement serré, étonnamment peu de vapeur s'échappait, bien que le corps d'Edith se déformât et se tordit et tombât du canon, ses cris étaient maintenant de plus en plus rauques alors que ses yeux étaient fixés sur le brasero enflammé.

Alors que le bassin d'Edith continuait de se débattre dans une vaine tentative de se débarrasser du bâton fumant, ils ont attaché à nouveau son corps maltraité à la haie, maintenant à plat sur le sol, s'assurant qu'elle avait toujours une bonne vue sur le brasero, qu'elle continuait de regarder. aux yeux écarquillés.

Le magistrat a alors sorti un large couteau bien aiguisé, il savait qu'il devait agir vite maintenant. Il a fait la première coupure profonde juste en dessous de ses côtes jusqu'à presque son entrejambe, rapidement suivie d'une coupure juste en travers de son ventre, coupant son nombril. Rapidement, il fit une autre entaille transversale juste en dessous de ses côtes puis, avec une paire de pinces dans sa main gauche, il commença précipitamment à lui arracher les entrailles, les coupant de l'estomac avec son couteau, puis les tirant rapidement et les enroulant autour des pinces jusqu'à ce qu'elle puisse trancher. les libéra du plus profond de son ventre, le plus près possible de son anus, les jetant aussitôt dans le feu qui crachait et dégageait de gros nuages ​​de vapeur.

En regardant Edith, il vit que ses yeux écarquillés fixaient toujours le feu. Avait-elle vu ses entrailles brûlées avant de mourir ? Elle poussa une petite toux étouffante et sa poitrine se souleva légèrement, s'abaissa, puis se souleva à nouveau... elle était TOUJOURS vivante et respirait ! Le magistrat a couru se positionner entre ses jambes, il a coupé les liens de ses chevilles, a écarté ses jambes, puis a soulevé ses hanches vers lui puis a sorti le bâton refroidissant rapidement et l'a remplacé par sa bite dressée. Enfonçant ses mains dans sa cavité abdominale vide et ensanglantée, il tira son bassin vers lui de l'intérieur et baisa avec extase la carcasse mourante. Le shérif a décidé que les choses allaient trop loin, alors il a atteint sous sa cage thoracique encore tremblante et, saisissant le couteau du magistrat, lui a coupé le cœur qui battait. Ce faisant, le magistrat a atteint son paroxysme tandis que des fontaines de sang jaillissaient sur le shérif des artères sectionnées et des yeux d'Edith. roulé vers le haut pour montrer uniquement les blancs.

"Vous avez eu une baise supplémentaire plus tôt", fit remarquer le magistrat, le shérif rit. "Nous n'avons pas encore fini" et le shérif a emprunté le couteau du magistrat pour trancher les seins de la carcasse et les jeter au feu, puis pour ôter toute trace de son sexe au niveau de l'entrejambe. Puis le magistrat a repris la tâche avec une large hache, coupant la tête puis coupant la colonne vertébrale pour séparer les hanches de la poitrine. Il a ensuite dû briser le bassin en deux pour séparer les hanches avec les jambes attachées et enfin la partie la plus difficile, briser verticalement la cage thoracique en deux.

Sa tête coupée a été expédiée à Londres pour être exposée comme « la tête de Roger le faussaire et le traître » pendant douze ans jusqu'à ce qu'elle soit volée par des ivrognes pour l'utiliser comme ballon de football ! Un quart de jambe a également été expédié avec lui à Londres, étant rapidement enterré une fois que le juge Fitzhenry l'a vu, un autre quart de jambe a été brièvement exposé à Coventry. Un bras et un morceau de poitrine brisé ont été envoyés à York pour dissuader les contrefacteurs présumés. Tandis qu'un morceau de poitrine et un bras ont été brièvement exposés à Canonsford, où ils ont bien sûr attiré beaucoup d'attention car, même si personne n'osait le mentionner, il était largement connu qu'ils appartenaient à une jeune femme.

Articles similaires

Une nouvelle expérience

Anita était tellement excitée dimanche qu'elle devait assister à la fête d'anniversaire de sa meilleure amie chez elle. Il était 16h30 lorsqu'elle avait quitté la maison, toute habillée et fière de son apparence. Oooooooo ! les gens vont vraiment être stupéfaits quand ils la verront dans cette nouvelle robe rouge. Ils vont vraiment être jaloux d'elle aujourd'hui. penser ces pensées à elle-même. Elle avait enfin atteint sa destination. c'était la première fois qu'elle venait chez son ami puisqu'elle ne connaissait que le Block et n'y était jamais allée auparavant. Elle a commencé à localiser l'appartement. Ce faisant, elle se rendit dans un...

578 Des vues

Likes 0

Mes filles meilleur ami pt 1

Cette histoire est une fiction et a été écrite à la main dans un cahier d'écolier à spirale avant même que les ordinateurs portables ne soient inventés. Probablement pendant que j'étais au travail comme projectionniste de cinéma au début des années quatre-vingt. Je l'ai d'abord transcrit dans un traitement de texte il y a environ 20 ans et j'ai sauvegardé les disquettes jusqu'à ce que j'achète un ordinateur moderne. Voici le texte tel quel. J'espère que tu aimes. Mes filles meilleur ami pt 1 Il était environ 3 heures du matin et j'étais assis à la table de la cuisine, avec...

528 Des vues

Likes 0

Ange 2

Ange 2 © Ceci est un fantasme. Toute ressemblance avec des personnes ou des lieux réels est fortuite. ******************************************************** ******************* Angel regarda avec surprise, alors que l'homme à l'air drôle est le pantalon rayé tamponnait les larmes coulant sur son visage avec sa queue. Qui es-tu? Elle a demandé. Il s'arrêta de pleurer assez longtemps pour répondre. Je pensais que tout le monde le savait. Il a dit. « Je suis le chat à queue nue. » dit-il en agitant fièrement sa queue. « La plupart m'appellent simplement Stripe. Tu vois combien de temps ma queue est-elle ? Les rayures ne sont-elles pas...

1.5K Des vues

Likes 0

Bridezilla Brenda's Beastly Brawl - Partie 3 - Apprivoiser un enfant gâté

La bagarre bestiale de Bridezilla Brenda Partie 3 - Apprivoiser un enfant gâté Distribution de personnages nommés dans cette série : Brenda Robinson - 26 ans, 5'10 de haut 140 livres --- Mariée. Arrogant, gâté, dominateur, riche, égocentrique et oh si grand et beau. Bradley Eaton - 27 ans, 6 pi 2 po, 180 lb --- Jeune marié. Étudiant en licence de physique. Intelligent, travailleur, beau, fidèle, fiable. Amy Robinson - 21 ans, 5'10 de hauteur 125 livres --- Demoiselle d'honneur. Étudiant en licence de physique. Intelligent, travailleur, timide, mignon, modeste et très gentil. Betty, Susan et Rebecca -- 25-27 ans ---...

1.4K Des vues

Likes 0

Le prisonnier (partie 3)

L'alarme de Stephen s'est déclenchée à 6h30 du matin. «C'était étrange; son alarme sonnait généralement à 7 heures. Il se retourna pour essayer de se rendormir, puis sauta sur ses pieds, se souvenant de ce qui l'attendait en bas et pourquoi il avait réglé son alarme pour qu'elle se déclenche si tôt. Il se leva sous la douche et se prépara pour le travail, puis descendit dans la cuisine ; il mit une tranche de pain dans le grille-pain puis descendit les marches jusqu'au sous-sol. Il poussa alors la porte du sous-sol et regarda à l'intérieur. Et elle était là, Jennie...

1.4K Des vues

Likes 0

La lutte nous a lancé....

Quand j'avais 18 ans, j'avais un ami proche avec qui je traînais tout le temps. Il s'appelait David. Bien que nous nous intéressions tous les deux aux filles et que nous ayons des amies stables à l'époque, nous avons passé beaucoup de temps ensemble et avons réussi à nous retrouver avec des expériences sexuelles l'un avec l'autre. La première fois que nous avons fait quoi que ce soit, nous avions plaisanté sur la taille de la bite et il n'arrêtait pas d'insister sur le fait que la sienne était plus grosse que la mienne. Nous avions vu les bites de l'autre...

1.3K Des vues

Likes 0

Megan et maman se font prendre

Je suis un gars assez chanceux, l'un des rares qui aime vraiment son travail. Je m'appelle Dougray, et je suis un agent de police de vingt-trois ans, ou un flic si vous préférez, au service de mon grand pays dans les magnifiques et reculées Highlands d'Écosse, généralement en patrouille routière. C'est un numéro facile, la plupart du temps je me gare juste dans un endroit calme avec le radar de vitesse allumé et peut-être que j'arrête une pauvre âme pour excès de vitesse environ une fois toutes les deux heures et je lui donne une contravention. La plupart du temps, je...

653 Des vues

Likes 0

Sam et Alicia 9

J'ai écrit ceci en supposant que vous avez déjà lu Sam & Alicia 1 à 8. Quand je me suis réveillé le lendemain matin, Katrina était appuyée sur un coude et me regardait. Elle avait l'air heureuse. Bonjour tête endormie. Avez-vous bien dormi? Oui, j'ai dormi comme une bûche. Vous avez l'air heureux. Voulez-vous une autre baise? Oui, je me sens très heureux. Je devrais être choqué par tout ce que j'ai appris sur toi hier soir, mais je ne le suis pas. Au lieu de cela, je suis fier que vous m'ayez inclus dans tout votre sexe. Mes parents seraient...

680 Des vues

Likes 0

Sœurs, filles, nièces et épouses !

Tout cela s'est passé il y a longtemps. J'étais au travail et je faisais ce que j'ai encore beaucoup de plaisir à faire ....... non ! pas que...... bien que bien sûr je m'engage toujours dans cette activité particulière quand la vraie chose n'est pas disponible comme la plupart des adultes le font, je devrais l'imaginer ! Non, j'observais les femmes au bureau avec qui j'ai eu le plaisir de travailler et je les imaginais engagées dans le genre de choses sur lesquelles on fantasme tous de temps en temps !. J'ai déjà mentionné cela dans d'autres histoires, mais j'ai toujours...

1.6K Des vues

Likes 0

Avec mon petit frère

Salut les lecteurs je m'appelle Anitha (Anu), 21 ans, originaire du Kerala. je vivre avec ma mère et plus jeune frère. Mon père est mort quand je était encore jeune. Mes frères le nom est Sanjay (Sanju) il a 18 ans ans. Nous étions tous les deux aimés soeur et frère normaux. Nous utilisé pour se battre les uns avec les autres. Mon mère a obtenu un emploi au gouvernement comme mon père alors qu'il était au gouvernement. un service. Depuis que maman va au travail, moi et mon frère avait le temps passer ensemble. j'ai oublié de mentionner moi même...

1.4K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.