Rencontrer les ténèbres - Partie I

139Report
Rencontrer les ténèbres - Partie I

Rencontrer les ténèbres

Alors qu'elle rentrait chez elle le long du raccourci, un chemin de terre entre deux immeubles abandonnés, elle entendit des pas derrière elle. Elle s'est rapidement tournée vers ses médecins qui soulevaient la poussière, personne là-bas. Accélérant le rythme, elle se dépêcha le long du chemin, son ombre devant elle de la pleine lune ce soir. De nouveau, elle entendit les pas suivre son rythme ; elle s'est arrêtée, ils se sont arrêtés. Se retournant toujours, elle ne vit personne.

"Mettez-vous en main si vous êtes Laura !" dit-elle à voix haute en secouant la tête et en continuant à marcher jusqu'à chez elle.

Elle entendit le clic d'un appareil photo à l'ancienne, l'ignorant car elle savait que personne n'était là.

"Mmhmm….Laura…" un souffle profond soupira alors qu'il la regardait depuis l'ombre avec une caméra.

Le lendemain matin, Laura se préparait pour le travail ; elle regarda l'horloge, assez de temps pour une douche, pensa-t-elle. Allumant la douche, elle enleva son pyjama dans la salle de bain, elle se tenait debout en admirant son cadre dans le miroir au sol.

Elle rassembla ses cheveux corbeau en un chignon et les fixa avec un peigne à cheveux; elle s'approcha du miroir et regarda son visage, dégoûtée des poches sous les yeux et des rides apparaissant. À 27 ans, elle n'aurait jamais pensé qu'elle se soucierait des files d'attente et des sacs. Passant à autre chose, elle passa ses mains sur ses seins pleins; examinant, se rappelant quand ils étaient plus guillerets. Descendant sur son petit ventre plat jusqu'à ses hanches et ses fesses bien gonflées, pas mal, pensa-t-elle et sourit.

*Cliquez, cliquez*

Laura resta à la regarder pendant un moment lorsqu'elle fut sûre d'avoir vu quelqu'un regarder par sa fenêtre la regarder se regarder. Elle tourna les talons et alla à la fenêtre. Personne. Cependant, son voisin âgé, Frank, tondait son herbe, il a levé les yeux quand il l'a vue debout nue à la fenêtre de sa salle de bain. Il resta immobile et silencieux tandis que Laura regardait en arrière et lui faisait signe de venir. Frank étant le gentleman, il était obligé Laura. Elle désigna la porte d'entrée et Frank suivit ses instructions.

« Bonjour… Laura ? » Il frappa à la porte.

"Entrez, c'est ouvert Frank." Elle a répondu d'une voix pétillante.

"J'entre maintenant." Il hurla en ouvrant la porte.

"Retour ici Frank..." Elle a appelé de l'arrière de la maison.

« Ça va Laura ? Tu semblais ébranlé… », a-t-il demandé.

"Je vais mieux maintenant tu es là Frank..." elle apparut devant lui dans une serviette qu'elle laissa tomber à ses pieds.

*Cliquez, cliquez.*

« Laure, qu'est-ce que tu fais ? Je suis assez vieux pour être ton grand-père ! il s'est excalmé.

« J'ai vu la façon dont tu regardais mon corps. Je vois la faim dans tes yeux en ce moment. Elle ronronna en marchant vers lui. "Touchez moi. Tu sais que tu veux, je sais que tu veux. Je veux que tu me touches.

« Je… euh… euh… » balbutia-t-il.

Laura lui prit la main et la posa sur sa douce poitrine tandis que ses mains détachaient son pantalon. Ils tombèrent au sol avec un bruit de métal sur le parquet. Sa bite semi dressée touchant sa cuisse.

"Votre corps semble être d'accord avec moi Frank." Elle lui chuchota à l'oreille tandis qu'elle lui léchait le lobe, il lui massait la poitrine.

*Cliquez, cliquez.*

« C'est faux Laura… je ne peux pas… tu n'es qu'une fille… » ​​balbutia-t-il.

"Est-ce qu'une fille pourrait te faire ça ?" Elle sourit en prenant sa bite dans la main et la caressa doucement, se mettant à genoux. Elle le fixa alors qu'elle le prenait de toute sa longueur dans sa bouche et sa gorge. Ralentir les va-et-vient sur sa bite dressée.

*Cliquez, cliquez*

Il se pencha et retira le peigne de ses cheveux, laissant ses cheveux tomber sur son épaule couvrant son dos.

"Arrête ça!" il la repoussa, elle tomba sur le dos.

Frank se jeta sur elle en la voyant sur le dos ; chatte chauve exposée alors qu'elle gisait sur le sol. Il attrapa ses bras d'une main, les tenant au-dessus de sa tête, de l'autre il guida sa bite complètement dressée en elle d'un seul coup. Laura laissa échapper un gémissement sonore alors qu'il baisait furieusement sur le parquet entre la salle de bain et la chambre.

*Cliquez, cliquez.*

« Baise-moi Franck. Dur!" elle a crié.

"Tais-toi, ma femme va t'entendre !" il a couvert sa bouche avec son pantalon alors qu'il la baisait plus fort.

Son rythme commença à ralentir.

« Montez sur moi et chevauchez-moi. Allez aussi fort que vous voulez. lui dit-il alors qu'il se retournait toujours à l'intérieur d'elle, la maintenant en place.

*Cliquez, cliquez.*

Laura a commencé à le monter en accélérant le rythme; sa main sur sa poitrine, sa tête en arrière, il attrapa une poignée de ses cheveux en tirant alors qu'elle laissait échapper un gémissement bruyant. Ses mains berçant son cul. Elle atteignit un rythme régulier, se cognant et se frottant contre lui alors qu'une vague l'envahissait et la ralentissait. Son corps se tendant, il agrippa son cul et ses hanches, la forçant de haut en bas sur sa queue. Elle le chevaucha jusqu'au plaisir, ses mains serrant ses hanches et ses cuisses alors qu'il tirait sa charge en elle.

Laura caressant ses seins elle baissa les yeux Frank avait fini. Franck était parti. Frank est mort avec un sourire sur son visage et sa bite enfouie profondément dans une chatte d'une vingtaine d'années. Il est mort heureux.

*Cliquez, cliquez.*

Elle est descendue de lui et l'a nettoyé avant d'appeler le 911. Elle a mis une robe courte avant que quelqu'un n'arrive et a crié sur sa femme Millie avec des larmes dans les yeux.

L'ambulance, la police et Millie sont arrivés ensemble.

« Madame, que s'est-il passé ? a demandé le répondeur.

"Il est venu pour s'assurer que j'allais bien, quelqu'un regardait par ma fenêtre en train de me regarder et Frank les a attrapés. Ils ont couru mais Frank vérifiait juste que j'allais bien, puis il est tombé par terre et j'ai essayé la RCP et vous ai appelé les gars ! elle sanglotait dans ses mains.

"C'est bon Madame, c'est tout ce que nous avions besoin d'entendre. Nous aurons besoin d'une description de la personne qui regarde dans vos fenêtres, mais cela peut attendre pour le moment. Il lui a frotté l'épaule en déplaçant sa robe, il a regardé son décolleté. « Voici ma carte si vous les voyez ou si vous vous souvenez de quoi que ce soit. N'ayez pas peur d'appeler le jour ou la nuit… » il sourit.

*Cliquez, cliquez.*

"Mme. Reynolds, je vais vous conduire à l'hôpital pour remplir des papiers et faire une pièce d'identité officielle. Par ici." Il fit signe.

"Je suis tellement désolé Mme Reynolds." Laure sanglotait.

"Ça va chérie. Frank pensait que tu étais une fille adorable et ferait n'importe quoi pour toi. Je suis sûr que ce n'est pas ta faute. Elle sourit en serrant Laura dans ses bras.

*Cliquez, cliquez.*

"Par ici, Mme Reynolds." Le répondeur a appelé.

Laura ferma la porte et essuya les larmes de son visage. Elle resta debout à les regarder partir puis enleva la robe et se dirigea vers la douche. Tout le temps, elle pouvait encore entendre le déclic d'une caméra.

Elle se tenait dans la vapeur, l'eau chaude battant sur son dos, elle ferma les yeux. Inspirez profondément. Elle soupira. Ses mains touchant ses seins, taquinant ses mamelons. Roulez-les entre le pouce et l'index, en tirant doucement dessus. Elle a rejoué la mort de Frank dans sa tête. Alors qu'il venait en elle, elle commença à trembler. Sa main parcourant son ventre, elle touche son clitoris, le caresse et le frotte alors que la vague chaude de l'orgasme la submerge à nouveau.

*Cliquez, cliquez.*

Les jours suivants se passèrent sans incident. La vie a continué; elle a fait ses routines habituelles, travail, shopping, socialisation et autres. Puis vinrent les funérailles de Franks.

« Dois-je y aller ? » pensa-t-elle. 'Je devrais probablement. Pas pour éveiller les soupçons. Elle enfila sa petite robe noire qui moulait son corps aux bons endroits. Bottes à talons hauts en cuir noir qui laissaient juste assez de cuisses exposées. Laura a bouclé ses cheveux et les a laissés de côté, exactement comme Frank les aimait.

*Cliquez, cliquez.*

L'enterrement était comme n'importe quel autre enterrement. La veillée après Mme Reynolds a demandé à Laura de dire quelques mots, pressée de le faire, Laura s'est tenue devant tout le monde.

«Frank… Frank était un homme bon, un mari généreux, aimant et dévoué pour Millie. L'homme le plus gentil que j'ai eu la chance de connaître. Je n'étais pas préparé à ce qu'on me demande de parler, alors levons nos verres à l'homme le plus gentil qui soit. À Franck. Elle a souri.

"TO FRANK" Tout le monde a appelé et a fait claquer des verres.

Mme Reynolds prit Laura à part : « Merci ma chérie. C'était très gentil de ta part d'avoir dit de si belles paroles. Mais je sais pour Frank, il n'a pas toujours été fidèle. Tu n'étais que la dernière d'une sacrée longue liste, mademoiselle. Elle a souri.

Laura est allée parler et Mme Reynolds a mis son doigt sur ses lèvres : « Taisez-vous. Mieux vaut se taire que d'ouvrir la bouche et de prouver que vous êtes un imbécile. Elle lui tapota le cul en s'éloignant.

*Cliquez, cliquez.*

Alors qu'elle s'éloignait, Laura regarda autour d'elle tout le potentiel; guettant sa prochaine conquête, son prochain trophée. Elle est partie en se demandant comment Mme Reynolds avait pu supporter les manières de tricherie de Franks. Laura tendit son billet au valet qui la toisait de haut en bas.

« Dommage qu'il ne soit qu'un enfant. Pensa-t-elle en souriant.

"Eh bien, bonjour ma belle." Une voix profonde et sensuelle beugla derrière elle.

Elle se retourna pour voir un grand étalon aux cheveux argentés debout devant elle dans un costume noir à rayures.

"Tony." Il attrapa sa main et l'embrassa.

*Cliquez, cliquez.*

"Bien. C'est un plaisir de te rencontrer Tony. Elle sourit lorsque le voiturier apparut avec sa voiture.

« Allez-vous me dire votre nom jeune fille ? il souriait avec des dents blanches parfaites.

« Non, parce que si tu es vraiment intéressé, tu le sauras. Finalement." Elle sourit en donnant un pourboire au voiturier pour monter dans sa voiture, laissant Tony sans voix alors qu'elle partait.

*Cliquez, cliquez.*

"Qui était cette femme mon bonhomme ?" Tony a demandé au valet.

"Pas la moindre idée Monsieur. Elle était à la veillée. Mais putain, elle va bien. Il se frotta le visage.

Tony rentra dans l'hôtel, retour à la veillée.

"Millie, qui était cette fille avec qui tu parlais ?" demanda-t-il.

« La prostituée d'à côté. Elle baisait Frank quand il est mort. Est-ce que ça répond à ta question mon frère ? répondit-elle sarcastiquement.

« Vraiment, Franck ? Ce vieux chien ! Désolé Millie, mais elle est belle. Il sourit.

Les jours du calendrier passèrent rapidement, Laura n'avait plus eu de nouvelles de Tony et Millie n'était pas rentrée depuis la veillée. Une Mercedes slk décapotable noire s'est arrêtée devant sa maison alors qu'elle était allongée sur le canapé en train de manger Ben et Jerry's, regardant la télé poubelle en survêtement. Laura se redressa sur ses coudes pour voir qui c'était ; elle n'en croyait pas ses yeux, l'étalon d'argent.

Elle se leva rapidement et courut vers la chambre en enlevant son survêtement et enfilant une petite robe d'été, elle jeta sa tête à l'envers et ébouriffa ses cheveux, lui donnant ce look "juste foutu". Elle rafraîchit rapidement son maquillage lorsque la sonnette retentit.

"Juste une seconde..." cria-t-elle.

Elle a réparé ses seins; les tirant vers le haut, fixant son décolleté. Lentement, elle se dirigea vers la porte dans le long couloir. Tony se tenait de l'autre côté, la regardant marcher sensuellement vers lui.

*Cliquez, cliquez.*

"Bien bien bien. Je suppose que tu m'as trouvé. Elle sourit d'un sourire timide alors qu'elle se tenait sur une jambe, faisant tourner l'autre sur son gros orteil.

"Maintenant, je vous ai trouvé. Dis-moi ton nom. C'est la seule chose que je ne sais pas à votre sujet. Il lui prit la main et la baisa.

"Laura. Mon nom est Laura." Elle fixa ses yeux noisette.

*Cliquez, cliquez.*

"Eh bien, Laura... Celles-ci sont pour toi." Il a sorti un bouquet de lys de derrière son dos. "De jolies fleurs pour une jolie fille." Il a souri.

« Les lys sont considérés comme des fleurs de la mort. Essaies-tu de me dire quelque chose, Tony ? Laure haussa un sourcil.

*Cliquez, cliquez.*

« Ça dépend à qui vous demandez… Puis-je entrer ? » demanda-t-il.

Laura s'arrêta un instant ; se déplaça sur le côté et fit signe à Tony d'entrer.

"Aimeriez-vous prendre un verre? Je vais les mettre dans l'eau pour qu'ils ne meurent pas… » sourit-elle.

*Cliquez, cliquez.*

« Et si je les mettais dans l'eau et que tu préparais les boissons ?? Il a offert.

Laura se dirigea vers la cuisine avec Tony qui la suivait toujours. Elle se pencha pour prendre un vase, sachant qu'elle n'avait pas de sous-vêtements et qu'il serait juste derrière elle en train de regarder. Il regarda et bougea entre les pieds, les mains dans les poches de son pantalon, il s'éclaircit la gorge. Elle leva les yeux par-dessus son épaule et sourit.

*Cliquez, cliquez.*

« Elle a quelque chose que vous aimez ? » gloussa-t-elle en sortant un vase du placard.

« Eh bien… euh… Oui, en fait, je le sais. Cette petite chatte mûre. Je le vois briller. lui dit-il alors qu'il se dirigeait vers elle en sortant ses mains des poches de son pantalon.

Laura posa le vase dans l'évier tandis que Tony se dirigeait vers elle en la poussant contre le comptoir. Ses mains enveloppaient sa taille ; descendant son dos et saisissant son cul, il la souleva sur le comptoir.

*Cliquez, cliquez.*

Il écarta ses jambes avec ses hanches en embrassant son cou, il mordilla le lobe de son oreille et d'un seul coup il embrassa et lécha son lobe. Ses mains déboutonnèrent sa robe, la laissant tomber sur le comptoir, l'exposant à l'air frais de la cuisine. Elle passa sa main dans ses cheveux, l'attrapa et tira sa tête en arrière. elle inhala son odeur, passant son nez dans son cou. Laura embrassa le long de sa mâchoire pointue en s'arrêtant sur son menton.

*Cliquez, cliquez.*

"Quelqu'un pourrait se couper à la mâchoire." Elle sourit.

"Eh bien, j'espère que vous avez une trousse de premiers soins parce que vos cuisses vont être déchiquetées…" sourit-il.

Laura l'embrassa durement, alors qu'elle s'éloignait, elle mordilla sa lèvre inférieure. Il l'attira contre lui, elle pouvait sentir son souffle sur son cou.

"J'ai un secret à te dire Laura..." lui murmura-t-il à l'oreille.

"Qu'est-ce que c'est?" Laura a demandé curieusement.

« Avez-vous entendu le bruit d'un appareil photo qui claque récemment ? » il recula pour observer les émotions sur son visage.

Ses yeux se rétrécirent.

« Eh bien, je l'emploie. Il travaille pour moi. Et tu es une merveilleuse créature à suivre. Il en riant.

Elle était assise nue, en état de choc sur le comptoir de sa cuisine, le regardant avec une expression vide sur son visage.

*Cliquez, cliquez.*

Fin de la partie I

Articles similaires

Sœurs, filles, nièces et épouses !

Tout cela s'est passé il y a longtemps. J'étais au travail et je faisais ce que j'ai encore beaucoup de plaisir à faire ....... non ! pas que...... bien que bien sûr je m'engage toujours dans cette activité particulière quand la vraie chose n'est pas disponible comme la plupart des adultes le font, je devrais l'imaginer ! Non, j'observais les femmes au bureau avec qui j'ai eu le plaisir de travailler et je les imaginais engagées dans le genre de choses sur lesquelles on fantasme tous de temps en temps !. J'ai déjà mentionné cela dans d'autres histoires, mais j'ai toujours...

920 Des vues

Likes 0

Prendre Sarah, deuxième partie

Prendre Sarah, deuxième partie Aide d'un ami. Au cours des quelques semaines qui se sont écoulées depuis que j'avais enregistré Sarah dans la salle de bain, j'ai essayé à plusieurs reprises de la revoir, en vain. J'ai eu une occasion de la voir de près rapidement. Elle s'était endormie sur son lit, le lit du haut après l'école un jour et Anne a appelé à l'étage pour dire que le dîner était prêt et que je réveillerais Sarah. En entrant dans sa chambre, j'ai vu qu'en effet elle dormait profondément. En m'approchant d'elle, j'ai vu que son short était très lâche...

94 Des vues

Likes 0

Attraction interdite 2 (révisée)

Deux ans s'étaient écoulés depuis que M. Connor et moi avons « porté notre relation à un nouveau niveau ». Il était également prudent de dire que nous avions des relations sexuelles dans presque toutes les pièces de l'école... Et ce n'est pas une exagération. Notre situation était assez compliquée. Tim et moi (il détestait quand je l'appelais M. C si nous n'avions pas de relations sexuelles) passions tellement de temps ensemble, mais nous n'étions pas petit-ami et petite-amie... mais en même temps nous l'étions. Je ne sais pas comment vous appelleriez notre relation. Peut-être des amis avec des avantages ou juste son...

948 Des vues

Likes 0

Traversée de la forêt (partie médiane)

L'extrémité du tube de bambou qui sortait de ma chatte était fissurée, donc ça fonctionne comme un entonnoir. L'instrument de Bull était assez mince pour pénétrer à l'intérieur du tube et j'ai eu la chance de réaliser combien d'escargots se trouvaient vraiment dans ce morceau de bambou. J'ai le sentiment qu'une centaine de limaces ont été poussées en moi. C'est tellement dégoûtant d'être comblé par de telles choses. Il vaut mieux être encore une pantoufle de boue je suppose. Je n'ai jamais pensé avant que je puisse être baisée par un taureau à travers le bâton de bambou dans ma chatte...

106 Des vues

Likes 0

Grand-père Joe

C'est une histoire sur moi et mon grand-père. Mon grand-père Joe était dans la soixantaine, chauve, grand et avait un gros corps d'ours. Il était vraiment fort. Il était aussi très poilu. J'étais un joufflu de 16 ans. Gros cul et seins pendu. J'étais un garçon glabre et lisse. J'avais une petite bite. Je n'avais aucune connaissance du sexe ou quoi que ce soit. Je ne me suis même jamais masturbé, la seule fois où je suis venu, c'était pendant les rêves humides. Un jour, ma famille m'a dit d'aller rester avec Joe. Joe vieillissait et avait besoin d'aide à la...

996 Des vues

Likes 0

Ma première fois avec Cindy

L'histoire: Sur le chemin du retour de l'hôpital, après avoir déposé ma femme pour une opération du dos très sérieuse, Cindy, me disait comment elle allait faire toutes les choses que maman faisait dans la maison, comme faire la vaisselle et faire la lessive et ça elle s'occupera de son papa comme maman le fait. C'était dit dans une sorte de murmure doux et elle avait sa main sur mon bras, me touchant doucement et me regardant dans les yeux. J'ai senti un frémissement dans mon pantalon et j'ai regardé les jambes galbées de Cindy et la petite minijupe qu'elle portait...

794 Des vues

Likes 0

Ma femme ne savait pas qu'elle m'avait rendu riche

Ma femme ne savait pas qu'elle m'avait rendu riche par lifeinpr Mes histoires ne reflètent pas nécessairement mes penchants personnels, mes désirs, mes désirs ou mes fantasmes. S'il vous plaît lire et apprécier cette écriture fictive. Charles et Anna Woods vivaient une vie de classe moyenne simple. L'emploi de Charles payait un salaire suffisant pour qu'Anna n'ait pas à travailler. Ils sont mariés depuis trois ans et semblaient être un couple heureux. Charles conduisait une voiture de dix ans qui a été remboursée et la seule dette impayée était leur hypothèque. Charles imaginait sa femme comme une épouse «trophée» car elle...

756 Des vues

Likes 0

Ils jouissent en retour

Debbie était assise à une table en train de boire un verre au Halfway House Bar quand elle a entendu Cripes Deb, ça fait longtemps. Le propriétaire de la voix se laissa tomber sur le siège à côté d'elle. C'était quelqu'un que Debbie n'avait pas vu ni entendu depuis longtemps et qu'elle n'avait pas voulu voir. Il s'appelait Mick et c'était un ami de son fils. En grandissant, Debbie était à peu près une nympho. Si vous aviez de la drogue et une bite, vous aviez Debbie. Cela avait conduit Debbie à avoir un fils et à abandonner l'école. Elle avait...

667 Des vues

Likes 0

Courtiser un vampire 7

Par : Storm Herald Chapitre 7 J'ai dansé la majeure partie de la nuit, ne prenant une pause que pour prendre de l'eau ou de l'air frais avec les trois Lycans. Ils m'ont passé l'un à l'autre, et Damien n'est intervenu que deux fois de plus avant qu'ils ne me monopolisent entièrement. Ce était après minuit quand j'ai agité le drapeau de la capitulation et leur ai dit que j'étais épuisé. Ils ont ri et ont passé des pièces à William avant de me faire savoir que ils campaient dans la forêt et seraient de retour vers demain après-midi. Je les...

610 Des vues

Likes 0

Une femme Père Noël rencontre le chien de garde..._(1)

C'était serré. Très serré. Elle se souvint soudain de la maison de l'année dernière alors que sa robe moulante grattait les murs couverts de suie de la cheminée. Belle maison, grand salon... résident chaud. Elle sourit alors qu'elle se traînait plus loin le long des murs de briques, sentant soudain une brise monter du foyer, un ruisseau de porte sous elle. Quelqu'un venait soit de sortir... soit d'entrer dans la pièce. La brise souleva sa jupe et elle frissonna. Pas la nuit pour se passer de culotte, pensa-t-elle. Là encore, elle a dû laisser quelque chose pour un cadeau. Elle retint...

598 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.