Le lycée revisité

135Report
Le lycée revisité

Le lycée revisité

LIVRE BLANC DU LYCÉE

Top secret

Ces dossiers ont été déclassifiés à compter du
10 10 2010


LIVRE BLANC DU LYCÉE
22/05/1978
Il y a un nouveau papier qui a été porté à notre attention Il a été inventé par le Docteur XXXXXX
Affilié à l'unité XXXXXXX du haut commandement britannique. Nous recherchons un sujet de test pour tester ses potentiels.



L'agent XXXXXXXXX a été affecté à cette affaire. Sa mission est de tester le papier et l'encre de XXXXXXXXX pour vérifier leur utilité dans l'environnement du monde réel.


Je pense que je vais entrer par effraction ici et prendre le relais en racontant l'histoire avec mes propres mots. Plus de mots masqués.
Il y a quelque chose que je ne peux pas te dire, mais tu es intelligent et tu devrais aussi pouvoir remplir les blancs
Je n'étais avec l'agence que depuis quelques années, et j'étais encore assez vert quand un jour à la fin de l'été 1978, j'ai été appelé au bureau de mon chef.
"Agent ______ entrez, asseyez-vous."

"Je sais que tu es jeune et que tu n'as pas eu de mission toute seule. Mais aujourd'hui est votre jour de chance. Quelqu'un de jeune et avec une belle allure de garçon est ce que cette mission appelle. Vous voyez, nous vous renvoyons au lycée sous couverture.
L'école secondaire que vous avez fréquentée nous a contactés en indiquant que vous n'aviez jamais obtenu votre diplôme. »

"QUEL?"

"C'est bon, je sais que vous avez fait, nous avons tous vos papiers originaux. L'école dit qu'il y a eu une sorte d'erreur d'écriture et qu'elle ne peut trouver aucune trace de vous remplissant toutes vos exigences.
Mais cela nous convient parfaitement. Vous voyez cette feuille de papier et ces stylos, c'est ce que nous voulons que vous rapportiez au lycée.
Je les ai regardés avec incrédulité
"Qu'est-ce que certains stylos et papier ont à voir avec l'agence?"

« Le papier est enduit d'un mélange de produits chimiques que la personne qui manipule le papier absorbe entre ses doigts. Ensuite, quand ils lisent ce qui est écrit sur le papier, ils l'interprètent aussi comme ce qu'ils veulent qu'il dise aussi.
Maintenant, les stylos, ils ont une encre spéciale, l'encre verte a les mêmes propriétés que le papier, ce qui est écrit apparaît au lecteur comme étant ce qui leur convient. En revanche l'encre bleue, elle, a presque l'effet inverse sur le lecteur. Le lecteur voit la véritable intention de l'auteur. Par exemple, une personne peut terminer une lettre par "bonne chance et bonne journée". mais ce qu'il pensait vraiment était
"Tu es un connard stupide et j'espère que tu mourras !"
Maintenant, la personne qui reçoit la lettre lirait ce que l'auteur pensait vraiment.
Je pense que vous pouvez voir à quel point cela pourrait être utile dans notre domaine de travail. »



CHAPITRE 2

Mardi 5 septembre 1978, j'ai décidé d'aller à l'école à vélo pour le premier jour. L'aire de stationnement des motos était toujours au même endroit qu'il y a 10 ans. Je me suis arrêté et me suis garé sous le grand chêne comme je l'avais fait il y a de nombreuses années. Juste assis là avec les deux pieds sur le sol et regardant autour.
Il n'y avait pas autant de vélos que des années auparavant, maintenant qu'il y avait un parking pour étudiants.
Tous les vélos qui étaient là étaient des brûleurs de riz maintenant, pas comme ce que c'était il y a des années. Je me souviens qu'il y avait des enfants avec des Triumphs, BSA Nortons, Vincent black shadow, BMW, Indians, Zundapp et bien sûr ma Harley Davidson. Ouais, il y avait les motos japonaises à l'époque aussi, principalement des Honda avec quelques Yamaha et d'autres.
Alors que j'étais assis là, quelques gars sont venus regarder mon vélo
"Qu'est-ce que c'est ?"
« Quel âge a cette chose ? »
"Cette chose doit être terriblement lente."
"tu es nouveau par ici ?"

J'ai répondu « C'est une Harley 80 cid ULH de 1941 et elle est assez rapide pour moi.
Oui, je viens d'emménager ici.

"Je parie que je peux faire quelque chose avec cette vieille chose que vous ne pouvez pas faire." je me suis vanté.
"O K Que pouvez-vous faire avec ce vieux porc?"
Avec cela, j'ai déplacé le levier de vitesses complètement vers le bas et j'ai laissé l'embrayage sortir et j'ai reculé d'environ 50 pieds et j'ai dit
"Fais ça"
"Aeah mec c'est cool."
"Marche à suivre."
"D'accord."
"Méchant."





En entrant dans les portes d'entrée, j'ai remarqué combien de belles filles il y avait, cela pourrait être intéressant, quelques-unes me regardaient, je pouvais le sentir.
Un des gars que j'avais rencontré quand j'avais garé mon vélo
Il s'appelait Dave et il m'a présenté à un groupe d'enfants.




Mon premier cours était d'anglais et elle y était. Elle semblait être le chef d'une clique de cinq filles. Ils étaient tous assis ensemble au milieu de la pièce.
L'enseignante s'est présentée à la classe, puis a demandé à chaque élève de se lever et de donner son nom.
Maintenant, je connais les noms de certaines des filles. Ensuite, le professeur nous a demandé d'écrire une courte dissertation sur ce que nous avions fait pendant les vacances d'été. Eh bien, cela semblait être un bon moment pour essayer le papier.



Le reste de la journée se passa à peu près de la même façon. Chaque fois, j'écrivais sur le papier spécial et le transmettais.
Le lendemain, chaque devoir que je recevais était marqué d'un A ou A + Boy, ce papier allait faciliter le travail à la maison.
Les choses allaient plutôt bien, je me suis lié d'amitié avec quelques-uns des gars. Et a découvert des trucs sur Linda, elle était à la tête des pom-pom girls et sortait avec l'un des joueurs de football. Il s'appelait Brad et ils l'appelaient le meurtrier. Disons qu'il était un GRAND GARÇON.
Linda semblait toujours regarder dans ma direction et cela m'a donné une idée. Prenant une nouvelle feuille de papier, je lui ai écrit une note. Je l'ai laissé tomber dans son casier quand elle ne regardait pas.

À la fin de la journée, juste au moment où je montais sur mon vélo, Linda est sortie en courant et m'a arrêté
« J'aimerais sortir avec toi samedi soir »
" J'ai dit à Brad que j'avais besoin d'un peu de temps pour moi"
Je devais réfléchir vite. Ma note ne disait rien sur le fait de sortir ensemble, elle ne disait pas grand-chose du tout, c'était tout ce qu'elle avait en tête, ce qu'elle voulait.




CHAPITRE 3

Je suis venue la chercher samedi soir vers 19 heures. Nous sommes allés aux arches dorées locales pour des hamburgers et des frites.
Linda a demandé où nous allions aller?
"Je pensais que nous pourrions en fait aller au lac et regarder les courses de sous-marins par une nuit chaude comme ce soir, ça peut être amusant."
"Ils ont des sous-marins dans le lac et ils les font courir, je ne le sais jamais?"
"Ouais, ils le font depuis des années, drôle que vous n'y ayez pas pensé avant maintenant."



Mon autre véhicule était une fourgonnette de rue personnalisée Dodge de 1977 nommée Emerald City. Elle était peinte en vert émeraude en flocons de métal avec des peintures murales du magicien d'Oz sur les côtés et à l'arrière. À l'intérieur, tout était art déco des années 1930

Nous nous sommes arrêtés à un endroit que je fréquentais il y a de nombreuses années, c'était au sommet d'un pâturage qui descendait jusqu'au bord de l'eau, offrant une belle vue sur le lac. Ce n'était pas un endroit fréquenté par Parker. C'était un peu mon endroit secret et j'étais content qu'il soit toujours là.
Nous nous sommes assis et avons regardé l'eau pendant un moment


"Je ne vois pas encore de sous-marin." Linda a dit
"Nous sommes en avance, ils ne commencent que plus tard, et si nous rentrions et attendions?"

M'installant sur le lit, j'ouvris le placard et demandai
« Qu'est-ce que vous aimeriez écouter ? » pointant vers les bandes. Linda a examiné ma collection de musique pendant environ une minute, puis en a choisi une et me l'a tendue.
"Commençons par ça."
"Boston, ne regarde pas en arrière ouais j'aime ça aussi."
J'ai commenté pendant que je bourrais la bande dans le lecteur 8 pistes
J'ai mis la main dans la glacière et j'en ai retiré une bouteille de Ripple, j'ai dévissé le bouchon et l'ai tendue à Linda.
"tu as 18 ans non ?"
Elle a pris une gorgée de la bouteille
"Garçon, c'est bon, ouais 18 sonne à peu près bien."
(l'âge pour boire était de 18 ans à l'époque dans cet état aussi l'âge du consentement était de 16 ans.)


Nous nous sommes réinstallés sur le lit en posant nos têtes sur des oreillers. La bouteille était à moitié vide quand Linda m'a demandé si j'en voulais. Je n'ai bu qu'une petite gorgée avant qu'elle ne reprenne la bouteille.
Elle fixait les longs cheveux en angle hirsute comme un tapis au plafond lorsque j'ai actionné un interrupteur éclairant la fibre optique intégrée, les points de lumière scintillaient imitant les étoiles.
"ce est tellement cool." roucoula-t-elle en soufflant fortement dans mon oreille.
La bande a commencé à se répéter, j'ai atteint le bouton d'éjection, puis j'ai inséré une nouvelle bande. La bande sonore de "The Clockwork Orange". L'un de mes favoris à faire sortir.

J'ai enroulé mes bras autour de Linda en la rapprochant de moi. Les lumières au-dessus de la tête scintillaient dans ses yeux alors que j'étudiais son visage, ses yeux se fermaient alors que nos lèvres se rencontraient lentement, la pression s'accumulant jusqu'à ce que nos langues se brisent et commencent à danser l'une avec l'autre.
Je passai mes mains de haut en bas dans son dos, desserrant suffisamment son chemisier pour pouvoir mettre mes mains dessous.
En remontant lentement vers ses seins quand j'y étais presque, elle a poussé ma main vers le bas et l'a éloignée.
Après l'avoir embrassée un peu plus longtemps, j'ai essayé à nouveau de glisser ma main sur son ventre et sur sa poitrine à nouveau, elle a repoussé ma main jusqu'en haut de son pantalon. J'ai essayé de le remonter mais elle l'a tenu au-dessus de sa fermeture éclair. J'ai finalement compris ce qu'elle voulait. En pétrissant son entrejambe à travers son pantalon, ses baisers deviennent plus passionnés.
Puis soudain, elle s'arrêta et s'assit pour trouver la bouteille de vin qu'elle avala d'un trait en la jetant maintenant vide sur le sol. Ensuite, elle a défait le bouton, a glissé la fermeture éclair et s'est débarrassée de son pantalon.
Se rallonger avec un grand soupir
J'ai plongé la tête la première avec ma langue pendant que mon guide léchait sa petite bosse. En lui donnant un coup de langue, j'espérais qu'elle n'oublierait jamais.
Oh le doux nectar de la jeunesse y a-t-il quelque chose de plus revigorant dans la vie ?
Elle faisait de petits bisous sur ma bite de haut en bas avant de les prendre dans sa bouche.
Savourant son jus, j'ai travaillé ma langue en elle. Laissant ma bite glisser de sa bouche avec un « oh, oh, OH, OH. OHHH."
J'ai continué à stimuler son clitoris lui apportant de multiples orgasmes.
Dès qu'elle a repris son souffle, elle a englouti ma bite.
Je ne pouvais pas en avoir assez d'elle,
Amenez-la à un plateau encore plus élevé.

Elle revint cette fois sans laisser sortir ma bite de sa bouche mais essayant d'avaler encore plus. Alors que la tête de ma bite entrait dans sa gorge, ses cris de passion me faisaient vibrer jusqu'à un point culminant épique.
Revenir et réaliser que "Je veux épouser un phare" jouait à nouveau, peut-être pour la quatrième fois.
« À quelle heure dois-tu être à la maison ?
« grandi quoi ?
"Je t'ai demandé à quelle heure tu devais rentrer ce soir ?"
« Mon couvre-feu est 11 h 30, pourquoi quelle heure est-il maintenant ? »
"Il est onze heures et quart, alors nous ferions mieux d'y aller bientôt."
"mais je n'ai pas encore pu voir les courses."
"Oh, je pense que tu l'as fait."
"Quoi?"
"Nous pouvons revenir ici peut-être la semaine prochaine pour les regarder si vous le souhaitez." dis-je alors que nous partions.


Le week-end suivant, Linda et moi sommes sortis à nouveau. D'abord s'arrêter pour une pizza mais cette fois Linda voulait aller là où la plupart des enfants allaient trop s'embrasser. Je pense qu'elle voulait que nous soyons vus. Donc, après avoir terminé un grand combo, nous nous sommes dirigés vers Tower Road jusqu'au parc qui surplombait la ville. Arriver à un endroit agréable avec vue à côté de quelques tables de pique-nique. Il y avait déjà d'autres voitures là-bas et Linda a dit qu'elle savait qui ils étaient.
Nous sommes montés à l'arrière de la camionnette en nous relaxant sur le lit. Linda a fouillé et a trouvé une cassette à jouer, The Cars
Pendant que je sortais quelque chose à boire
"bière ou vin?"
"Je pense que je voudrais de la bière ce soir."
Alors avec ça, je lui ai tendu une bouteille de 16 oz de bière Ballantine. (Nous appelons ce genre de choses la mort verte.)
Très vite, nous sommes revenus là où nous nous étions arrêtés la semaine dernière.

Il n'a pas fallu longtemps pour entrer dans son pantalon et les faire allonger en tas sur le sol. En utilisant mes doigts pour faire couler son jus, elle a commencé à gémir presque au rythme de la musique.

Hélas, comme la semaine dernière, chaque fois que j'essayais d'atteindre ses seins, elle repoussait mes mains vers le bas. Imperturbable, j'ai jeté tout mon enthousiasme dans sa chatte en lapant toute la crème comme s'il n'y avait pas de lendemain.
Ses mains s'étaient faufilées dans mon pantalon et bientôt elles étaient également sur le sol.
Elle m'a pompé doucement mais fermement en nous tirant dans une position 96. Le fond de sa gorge avait vraiment un effet sur moi, elle essayait de chanter sur la musique et de me sucer en même temps.
Je ne pouvais pas en supporter beaucoup avant de souffler.

Sortant et tournant, je la tenais dans mes bras, nos lèvres se rencontrant dans le noir.
Nos mains étaient de retour trop stimulantes l'une l'autre.
Linda m'a chuchoté à l'oreille
"Je suis prêt pour toi maintenant."

Atteignant la petite étagère, j'ai ramassé le préservatif qui y était placé.
En me mettant en position au-dessus de Linda, j'ai soutenu mon poids d'une main tout en utilisant l'autre pour me guider. Je n'ai mis la pointe que d'environ un pouce, puis je l'ai retirée en la frottant sur son clitoris une douzaine de fois avant de la réinsérer. Travaillant très lentement jusqu'au bout. Petit à petit, j'ai accéléré le rythme
Essayer de faire bouillir Linda avant que j'atteigne ma plénitude.

Sa main était sur mon dos, m'attirant à chaque poussée vers le bas, les ongles s'enfonçant jusqu'à un point qui aurait été douloureux à tout autre moment.
Sa respiration devenait laborieuse alors que je sentais son corps commencer à presque vibrer alors qu'elle arquait le dos, nous soulevant tous les deux du lit alors qu'elle jouissait.
Son muscle me serrait si fort que je ne pouvais pas bouger pendant quelques secondes. Alors que l'étau se desserrait, je suis venu dans un torrent de soulagement.




Nous nous reposions dans la chaude rémanence quand quelqu'un a commencé à frapper sur le côté de la camionnette. Attrapant mon pantalon, je me glissai dedans alors que je sortais pour voir ce qui se passait.

MERDE c'était Brad et il était énervé royal. Je me demandais depuis combien de temps il était resté à l'extérieur de la camionnette à écouter, essayant de le calmer. J'ai eu une idée. En reculant dans la camionnette, j'ai dit à Linda que c'était Brad et que j'allais lui donner un pack de 6 pour le calmer. En sortant la bière de la glacière, j'ai aussi pris une petite vile avec des pilules dedans. En sortant une pilule blanche, un sédatif et une pilule bleue, quelque chose de nouveau que les garçons du labo avaient concocté.

De retour à l'extérieur, nous nous sommes dirigés vers l'une des tables. Brad s'assit sur la table et j'ouvris le bouchon d'une bière, mettant les deux pilules dedans alors que je la lui tendais. Poser les bières restantes sur la table à côté de lui.

Brad a avalé le breuvage d'une seule gorgée, puis a recommencé à dire à quel point il était énervé contre Linda. Il n'avait prononcé qu'environ deux phrases quand ses yeux roulèrent dans sa tête et il s'évanouit en atterrissant à plat sur le dos sur le dessus de la table de pique-nique.
Je suis resté là et j'ai attendu et bien sûr, la petite pilule bleue a fait son truc. Le pantalon de Brad a commencé à gonfler. En défaisant sa ceinture puis le bouton-pression et la braguette, j'ai tiré son jean jusqu'à ses genoux. Sa bite a grandi en un salut complet.
Une autre chose intéressante que les garçons du labo m'avaient donnée était quelque chose qu'ils appelaient de la semi super glue. Cela n'a duré que quatre à six heures environ. En mettant une goutte sur la paume droite de Brad, j'ai fermé sa main autour de sa bite, puis lui ai chuchoté à l'oreille "pensez à baiser Linda".
En revenant à la camionnette, je me suis arrêté pour prendre mon travail pratique en sachant qu'il ne faudrait pas longtemps avant que certains phares de voiture ne mettent Brad sous les projecteurs.
Je suis rapidement remonté dans la camionnette et j'ai expliqué à Linda qu'il valait mieux que nous partions tout de suite.

J'ai reculé de l'espace de stationnement afin de garder la table hors de vue de Linda. Et j'ai commencé à rire de moi-même alors que nous partions en soupirant.

CHAPITRE 4

Il n'a pas fallu longtemps lundi matin pour que l'histoire de Brad se masturbant sur une table de pique-nique à lover lane se répande partout à l'école.

Lundi après-midi à la fin de la journée, Linda et moi étions à son casier quand Brad s'est présenté.
« Je vais auta te tuer pour ce que tu me reproches.
Un énorme poing droit s'est présenté à moi. J'ai bougé la tête juste assez pour qu'il me rate et son poing s'est écrasé dans le casier derrière ma tête. La porte se tordit autour de son poing alors qu'elle cassait ses gonds.
Je pouvais entendre un craquement écœurant alors que les os se brisaient
Brad poussa un cri à glacer le sang.
Linda m'a crié dessus.

« Qu'est-ce que tu lui as fait ? Tu lui as cassé le bras espèce d'idiot.

Les gens sont venus en courant de toutes les directions et la prochaine chose que j'ai su, c'est que l'entraîneur m'a attrapé par le col
"Au bureau principal maintenant."
Alors qu'il m'entraînait, j'entendis Linda essayer de réconforter Brad alors qu'ils l'emmenaient au bureau des infirmières.



"Hay Jim cet idiot vient de casser le bras de Brad Major."
"Quoi comment ?"
"En bas de l'aile 400 près de la salle des filles, il a poussé Brad à lui donner un coup de poing, mais s'est éloigné du coup de poing et Brad a enfoncé son poing dans un verrou à la place, j'ai vu le truc du trou."
"Je ne lui ai pas dit un mot et tu n'étais pas ev---."
Ils m'ont tous les deux crié de me taire et de m'asseoir
"Je vais au bureau des infirmières pour vérifier Brad, il semble que nous ayons perdu l'un de nos meilleurs joueurs."

Jim , M. ------- Le petit homme grassouillet aux vêtements froissés. Le directeur de l'école était la raison pour laquelle j'étais de retour à mon ancien lycée. Il avait été l'un de mes professeurs à l'époque où j'étais ici. Nous ne nous sommes jamais entendus, je me disputais toujours avec lui en classe et la plupart du temps, je gagnais, le faisant mal paraître devant les autres élèves. Me ramener aussi à l'école a dû être sa façon de se venger. Je me demandais comment il était devenu directeur, il n'avait jamais été aussi intelligent pour s'en sortir tout seul, alors je parie qu'il est dans la poche de quelqu'un.

Il se tourna aussi vers moi.
« Eh bien, nous nous sommes enfin revus, avez-vous des commentaires intelligents pour moi aujourd'hui ? »
"Ouais, comme votre suite."
"Ferme ta gueule, je t'ai tenu par les couilles et tu le sais, sinon pourquoi serais-tu revenu ici ?"
"Peut-être que vous avez raison, je devais revenir, mais ce n'est pas par peur de perdre mon emploi, donc vous ne pouvez pas garder cela au-dessus de ma tête."
"Plus de combats et je te jetterai le cul d'ici, est-ce que je suis clair ?"
"Oh, je ne pense pas que tu ferais mieux de faire ça, mon oncle aurait quelque chose à dire à ce sujet."
« Alors, est-ce que je prends ça comme une menace ? »
"NON juste une déclaration, vous pouvez la prendre comme vous le souhaitez."
Quand il ne regardait pas, j'avais échangé la cartouche d'encre de son stylo sur son bureau, il contenait maintenant l'un de mes bleus spéciaux.



Après avoir quitté le bureau du directeur, je suis allé trouver une cabine téléphonique
Salut Bill, tu connais bien la mission sur laquelle je travaille, j'ai besoin de mettre un peu de peur dans deux secousses
Oui, pouvez-vous organiser avec les habitants quelques arrêts de circulation, que diriez-vous d'un feu arrière cassé, je peux arranger ça.
Ouais les numéros de plaque 6317 TY un bleu 72 Chevy et 9276 SK 76 Honda blanc.
Merci mec je te contacterai.

Pour une raison quelconque, leurs voitures n'arrêtaient pas de tomber en panne
Un feu arrière cassé un phare brûlé que le moufle est tombé et le compteur de vitesse a cessé de fonctionner
Et chaque fois que les chapes étaient là aussi, écrivez-les.

Après le soi-disant combat, Linda est retournée vers Brad, me laissant libre de jouer à nouveau sur le terrain.
Linda avait laissé échapper à quel point j'étais bon au lit et le mot s'était vite propagé.

CHAPITRE 5


Dès que les autres filles ont découvert que je ne voyais plus Linda, elles semblaient elles aussi essayer de se surpasser pour attirer mon attention.
Betty était celle à qui j'ai laissé penser qu'elle avait gagné mon coeur.
Pour notre premier rendez-vous, nous sommes allés au drive-in. Ils jouaient Up IN Smoke avec Cheech et Chong et Attack of the Killer Tomatoes.

Je me suis garé pour ne pas bloquer la vue de quelqu'un d'autre.
Le film n'avait pas encore commencé, Betty voulait manger quelque chose alors nous nous sommes promenés jusqu'au stand de la concession. Faisant la queue, elle m'a quitté pour aller parler à quelques-uns de ses amis à l'extérieur du bâtiment. Ne revenant que le temps de me dire ce qu'elle voulait avant de repartir dans une autre direction lorsqu'elle a vu quelqu'un d'autre.
Avec de la nourriture à la main, je suis sorti du bâtiment, Betty n'était nulle part en vue. Après être resté debout un moment et qu'elle ne se soit toujours pas présentée, je suis retourné à la camionnette. Il fallut une bonne demi-heure avant qu'elle ne revienne enfin. Elle était furieuse que je l'aie laissée seule. Je lui ai tendu la boîte de nourriture qu'elle voulait. En prenant une bouchée, elle a jeté le bougre par dégoût en disant qu'il faisait froid et que je devais aller lui en chercher une autre.
Pour l'apaiser, je suis retourné à la buvette en lui achetant un deuxième dîner.
En retournant à la camionnette et en lui tendant la nourriture fraîche, j'ai dit

"J'espère que cela plaira à ma dame."
Tout ce que j'ai eu en retour, c'est un de ces regards.

Nous nous sommes assis en silence pendant qu'Elle mangeait sa nourriture.
Le premier film s'est terminé et l'entracte Le film a commencé à vanter toutes les vertus de l'agrément du stand de concession.
Finissant son repas, elle ouvrit sa porte en disant qu'elle devait aller aux toilettes.

Betty est revenue peu de temps après le début du deuxième film. Ennuyé de l'attendre, j'avais commencé à boire de la bière et au moment où elle était revenue, je commençais tout juste ma troisième.
Alors qu'elle se laissait tomber sur le siège du passager, elle a vu ce que je buvais et a dit
« Hain, j'en veux un aussi, donne-m'en un maintenant ! »
Je me suis penché pour lui en prendre un plein alors que je me redressais, elle l'a attrapé de ma main, a fait sauter le haut et l'a avalé.
Le terminant en un temps record, elle s'est tournée vers moi en disant qu'elle en voulait un autre, qu'elle a poli de la même manière. Pour compléter la performance, elle a couronné le tout avec un éructation impie !!

La prochaine chose qu'elle a dite m'a choqué "Viens à temps pour le faire sur le lit."
Alors qu'elle se dirigeait vers l'arrière de la camionnette. Au moment où je suis revenu, elle avait déjà enlevé son pantalon et commençait à se doigter.
Se rapprochant d'elle, elle tendit la main et m'arracha presque mon pantalon. Une fois que mon pantalon a été écarté, elle s'est mise à genoux et a commencé à me faire l'une des pires pipes que j'aie jamais eues de ma vie. Puis dès que mon érection fut complète, elle me repoussa sur le lit.
Avec moi allongé sur le dos, elle a grimpé sur le lit à cheval sur moi face à face, elle s'est baissée sur ma bite en se baisant dessus
Elle a atteint ses orgasmes en peu de temps et dès qu'elle est redescendue, elle est descendue de moi et est retournée sur le siège passager, me laissant finir les choses à la main.




Après que nous ayons fini, elle m'a envoyé à nouveau au stand de concession, elle voulait quelque chose d'autre à manger.
Elle avait gagné un cran à sa ceinture et
J'ai senti avec défi que j'étais utilisé.





CHAPITRE 6

Un jour, en faisant la queue pour le déjeuner, j'ai eu une sensation un peu bizarre. Regardant derrière moi, il y avait
Mlle Beecher mon professeur d'histoire. Je lui ai dit bonjour et lui ai ensuite demandé pourquoi elle était dans la file d'attente des étudiants ?
Elle a dit "Je ne sais pas, je voulais juste quelque chose de différent aujourd'hui."
C'était la première année d'enseignement de Miss Beecher et en la regardant, je me suis dit qu'elle était probablement plus jeune que moi. Nous avons parlé au fur et à mesure que la ligne progressait et lorsque nous avons reçu le registre, l'une des dames de la cafétéria ne lui a facturé que le tarif étudiant.
Alors que nous nous asseyions à une table, j'ai commenté
"elle pensait que tu étais étudiant."
« Ouais, je viens d'économiser 1,50 $ et c'est super, sur le peu qu'ils me paient, chaque petit peu que je peux économiser aide.


Le lendemain matin, en cours d'histoire, j'ai eu le sentiment désagréable que Miss Beecher me regardait pendant la majeure partie de la période.
Et encore une fois au déjeuner, je l'ai trouvée debout derrière moi en ligne. Pendant que nous mangions, notre conversation consistait principalement en de petites conversations, mais juste avant de nous lever pour partir, elle m'a demandé si je serais prêt à venir chez elle et à l'aider à accrocher des rideaux ce samedi. Elle a dit qu'elle était nouvelle en ville et que j'étais la première personne qu'elle avait appris à connaître et qu'elle avait vraiment besoin de lever les rideaux pour un peu d'intimité.

Arrivé à l'adresse que Mlle Beecher m'a donnée un peu après 13 heures, j'ai garé mon vélo à côté de l'immeuble. Juste devant sa porte. Elle a dû m'entendre m'arrêter parce qu'elle est venue bondir à ma rencontre.
« Vous avez du mal à me trouver ?
"Non, pas de problème du tout."
"Allez-y, je vais vous faire faire le grand tour."
Quand nous sommes arrivés à côté, il n'y avait pas grand-chose à voir, juste un appartement d'une chambre avec très peu de meubles.
Une petite table de cuisine avec deux chaises dans un coin et à l'autre bout de la pièce des blocs de ciment et des planches soutenant sa chaîne stéréo avec une pile de disques à côté du seul et unique fauteuil.
Il y avait deux piles de cartons.

Accrocher les rideaux dans le salon n'a pas pris longtemps. "Ensuite la chambre à coucher." dit-elle en me tendant un autre ensemble de rideaux. La chambre à coucher était encore plus déprimante. Une pile de boîtes débordant de vêtements un bureau avec un miroir une table de chevet avec une petite télévision portable assise dessus et un lit à eau vide avec un air de camping posé au milieu.
"Pourquoi le lit d'eau vide?"
"Oh, le stupide propriétaire ne m'a pas laissé remplir le lit à eau avec de l'eau et je n'ai aucun moyen d'obtenir un matelas ordinaire ici."
« Je pourrais en prendre un pour vous. »
"Sur votre vélo, qu'allez-vous faire, attachez-le à votre dos."
"NON, NON, j'ai une camionnette, nous pouvons l'utiliser pour en obtenir une."
« Ce serait formidable, nous en reparlerons plus tard, levons ces rideaux, puis je sortirais d'ici pendant un moment. »

Finissant d'accrocher les rideaux j'ai tourné
"Miss Beecher, aimeriez-vous faire un tour avec moi sur mon vélo?"
« S'il vous plaît, appelez-moi Abigail, et OUI, je meurs d'envie d'aller faire un tour. Va attendre dans l'autre pièce pendant que je me change dans autre chose.

Quand elle sortit enfin de la chambre, elle portait un chandail négligé, les cheveux attachés en queue de cheval et elle portait des lunettes de soleil bleues.
Quand nous sommes sortis du parking, j'ai demandé à Abigail où elle voulait aller ?
"Je veux voir la tristement célèbre table de pique-nique." dit-elle avec un petit rire.
Il n'a pas fallu longtemps avant que nous nous dirigions vers Tower Road jusqu'au parc Lookout. Parking près du même endroit qu'avant, nous nous sommes dirigés vers la table.
Abigail a été la première à remarquer la plaque gravée à la main
Quelqu'un y avait apposé.
"Brads petit grand homme"
Nous avons bien rigolé tous les deux.
En nous promenant dans le parc, nous nous sommes arrêtés à un endroit avec une vue spectaculaire au nord-ouest. On pouvait voir le lac avec les montagnes au loin avec les feuilles qui avaient commencé à changer de couleur

Ne voulant pas être vue par l'un de ses étudiants, Abigail a suggéré que nous continuions à rouler peut-être hors de la ville.
Pendant que nous roulions, elle avait ses bras autour de ma poitrine, se tirant fermement contre mon dos, écrasant sa poitrine entre nous.
Lentement, ses bras glissèrent le long de ma poitrine avec chaque grosse bosse ou courbe pointue jusqu'à un point où ses mains étaient sur ma ceinture. Elle semblait vraiment tenir fermement et pousser fort son entrejambe contre mon cul.
Je pourrais jurer même par-dessus le nez des tuyaux en queue de poisson que j'ai entendu son apogée.



Enfin, m'arrêtant à un stop, je me retourne et lui demande si elle va bien. Elle avait un genre de sourire particulier sur son visage.
"Ouais, je vais bien, en fait je vais beaucoup mieux que bien."
« Je commence à avoir faim, voulez-vous vous arrêter et manger quelque chose ? »

Le premier endroit où nous sommes tombés s'appelait
"MANGER ICI et prendre du gaz"
Contrairement à son nom, c'était un assez joli petit restaurant ma & pa kettle.
En sortant du dîner, nous avons constaté que le temps avait pris un changement marqué pour le pire. Des nuages ​​de pluie arrivaient de l'ouest et la température baissait rapidement.
La pluie nous a rattrapés à mi-chemin de l'appartement d'Abigail. Nous devenions trempés alors j'ai décidé de me diriger vers ma maison, c'était beaucoup plus proche.
Abigail était trempée jusqu'aux os au moment où nous sommes entrés à l'intérieur et je n'aurais pas pu être plus mouillé si j'avais traversé le lac.
Elle tremblait de façon incontrôlable, attrapant sa main, je l'ai traînée dans la salle de bain en lui tendant une serviette et lui ai dit de prendre une douche chaude.
Je suis allé dans ma chambre pour me changer en quelque chose de sec.
Au bout d'environ 15 minutes, j'entends son appel "Apportez-moi quelque chose de sec à porter, s'il vous plaît."
Je fouille et trouve un t-shirt oversize et ma robe de chambre qui me fait ressembler à Arthur Dent.

(Les tantes peuvent vous offrir les plus foutus cadeaux de Noël.)

Abigail a recommencé à crier qu'elle n'avait rien à se mettre.
En frappant à la porte de la salle de bain, j'ai dit
"Ne paniquez pas, portez-les."
Une petite main apparut lorsque la porte s'ouvrit et fit entrer les vêtements à l'intérieur alors que la porte se fermait avec un bang.
"EWW RÉPUGNANT !!" était tout ce que j'ai entendu.
En attendant dans le salon, j'ai ramassé un livre d'Oolon Colluphid.

Abigail se laissa tomber sur les canapés à côté de moi. Le parfum chaud du shampoing à l'abricot associé au savon au lilas était enivrant
« Cette douche a vraiment aidé à se débarrasser de ces frissons. Sommes-nous tous seuls ici, où sont vos parents ? »
« Il n'y a pas encore ici. Mon père travaille pour le gouvernement et a été transféré ici, mais le projet sur lequel il travaillait n'a pas été achevé à temps, nous avons donc décidé que je devrais venir ici en premier. De cette façon, je serais en mesure d'avoir une année complète de lycée.
Ils sont faits ici aux alentours de Thanksgiving.
« Tu vis ici tout seul, as-tu des frères ou des sœurs ? »
"Non juste moi, ce n'est pas si mal à part la cuisine.
Ils m'ont acheté un four à micro-ondes pour que le dîner ne soit pas trop compliqué.
Après une courte pause dans la conversation, j'ai demandé
"Voulez-vous quelque chose à boire, pour peut-être vous aider à vous détendre?"
"Oui ce serait bien."
« Aimeriez-vous quelque chose en particulier ?
« Non, pourquoi ne pas simplement me surprendre avec quelque chose ? »




Dans la cuisine, j'ai fait un grand bol de pop-corn et un flacon de vin chaud chaud.
Parallèlement à cela, j'ai placé du fromage et des craquelins sur un grand plateau et je suis retourné dans la salle de concert.
Verser une chope de vin et la lui tendre.
L'approchant de son visage, laissant les vapeurs chaudes caresser son nez. "Qu'est-ce que c'est ?"
"C'est du vin chaud chaud."
"Je n'ai jamais eu ça avant, je ne sais pas"
"Essayez-le, vous l'aimerez."

En nous relaxant là-bas, nous avons appris à nous connaître en parlant de la vie, de l'univers et de tout.
La conversation tourna autour du fait qu'elle aimait la poésie. Je lui ai demandé si elle aimait les poètes modernes comme Rod McKuen ?
« Non, je n'ai pas encore eu accès à ses affaires, pourquoi ? »
"Eh bien, j'ai quelque chose que j'aimerais que vous réduisiez à ce moment-là.
En me levant, je me suis dirigé vers la chaîne stéréo et j'ai mis
Rod McKuen La Terre / Les Cordes de San Sebastian.
"Je pense que j'aime mieux les enfants de boue, voyez ce que vous en pensez."

En me levant pour retourner l'album, j'ai remarqué qu'il n'y avait plus de vin.
"Voulez-vous encore du vin ?"
"Ok, aarr, pas d'attente, fais quelque chose de plus fort cette fois."
De retour dans la cuisine, je m'arrêtai pour réfléchir. Quelque chose de plus fort, voyons. En me giflant le front bien sûr, Un wallbanger Harvey à boire.
Revenir avec les boissons et un grand pot de cacahuètes.
En lui tendant la boisson, elle avait l'air si mignonne, son visage dans une sorte de sourire boudeur alors qu'elle aspirait la boisson à travers la petite paille à mélanger.

Abigail a suffisamment apprécié le disque pour que j'en fasse un deuxième de Rod, "la mer".
Elle termina son verre alors que le deuxième côté finissait de poser le verre sur la table basse, elle se pencha en arrière et posa sa tête sur mon épaule.
"C'est sympa." dans un murmure
Tournant pour la regarder, nos yeux se rencontrèrent tandis que l'espace entre nos lèvres fondait.
Ce premier baiser a commencé lentement et doucement mais a rapidement évolué pour devenir chaud et électrisant.

Je la ramasse et la porte dans ma chambre.

Allongés sur le lit, nous avons continué notre baiser. Poussant sa robe de côté, j'ai commencé à masser ses seins à travers le tissu fin de son t-shirt. Pendant ce temps, elle avait déboutonné ma chemise et passait ses mains dans les poils de ma poitrine.
En utilisant nos pinces pour explorer les amygdales les unes des autres, notre passion atteignait de nouveaux sommets.
Passant sous sa chemise, mes mains s'aventurèrent sur sa peau douce et veloutée. Prenant ses seins dans la paume de mes mains pendant que je stimulais ses mamelons avec mon pouce et mon index.
En terne, elle avait défait mon pantalon et sa main avait trouvé son chemin vers mon short.


Berçant mes couilles d'une main tout en me caressant de l'autre.
Our cloths departed with time, naked we lay there in each other arms.
Nibbling on her earlobe got me started on my graduals descend to her prize.



Leaving the security of the earlobe he kissed his way across the highlands arriving at twins pikes the view was breathtaking they towered over there surroundings by a little more than a mouthful. Using his tongue he climbed to the summit of the left peek. Planting a kiss upon the outcropping nipple to stake his claim.
Sliding all the way down into the great divided
he ascended the right to lay clam to it. Upon completing his arduous journey he felt the exhilaration of Sir Hillary. Setting out on the long trek south as luck would have it he came across en oasis. He dove in tongue first but alas the well was dry kissing it goodbye he set his sights on the small stand of brush looming on the horizon. Traversing the lower plains he arrived at what he hoped was my final goal. Parting the bush he found the entrance to a small tunnel. Approaching cautiously he was almost overwhelmed by a pungent aroma emanation from it. he became intoxicated with lust and throwing caution too the wind he dove in head first. But before he could enter the guardian unsheathed herself to stand proud and tall .
“ Who dears enter my sacred chamber?”
“ It’s is I Prince Charming, and I am here to come in the fountain of youth.”
“You may not enter, my maidenhead will block your way!”
With those words ringing in his ears he set forth to do battle with the guardian, Drawing his tongue he attacked with vigor. With each blow be landed sent a tremor through the land. His tongue was becoming fatigued but he pressed on. Suddenly a massive quake rocked his world, the flood gates burst open and he almost drown in the sweet nectar. Lapping his way to safety.
Taking aim with his mighty battle axe he parted the gates to the cavern and began to descend in to it’s depths. Suddenly he was blocked by Miss maidenhead . Mustering all of his strength he was able to forged his way past embedding himself too the hilt. Spent he lay next to his conquest knowing that he had reached Valhalla.

Something or was it someone was yanking my crank! Brought me back too reality
“Hay are you all right.”
“Yeah why.”
“ Well for the last 10 minuets you’ve been going on about some crazy journey.”
“ Shit I said all that out loud?”
“ Yesss and I found it kinda amusing and enjoyed the ride it was a real E ticket.”

Cuddling fore awhile in complete contentment we enjoyed the moment.

It wasn’t long before our hormones kicked back in and I started to rise to the occasion
“ Oh Looks like someone is ready to go spelunking?”
“Wait LET me get some protection.”
“Geese you didn’t think about earlier, but
No need I’m on the pill, it’s ok.”
Hovering above her she guided me in.
Engulfing me in her heavenly pussy

As we rested I flexed my muscles’ and my cock twitched “ do that again.”
As I did she flexed hers and sending it a rippling. We did this back and forth , back and forth, until we both broke out laughing.
Regaining our composure I started back in with the old in and out. My speed wasn’t as great as it had been earlier but I was trying to push Abigail over the top before it was too late for me. Her moans were coinciding with my thrusts as she grasped the bed sheets and push back hard against me
Soon the moans changed to a squeal as her orgasm peeked.
She rose up and her hand grabbed my ass digging her nails in as she drew me as far in as she could, immobilizing me. Wave after wave sent a shudder through her body .
All to soon her eyes fluttered open and focused on mine .
“that was incredible. But why did you stop?”
“It was either stop of risk bleeding to death the way you had your nails imbedded in my ass.”
“ But you haven’t come yet.”
“ OH yes I did! Your little muscle flexing milked every last drop out of me.”

With a giggly she gave me a squeeze and we started playing our little game again
But in my diminishing state by the third round I popped right out. Which set us both off laughing again.



CHAPTER 7

Dead Fred was my Science teacher. He got the nickname because of the way he taught the class
(Think of Ben Stein the guy that use to do the clear eyes commercials.)
Well Fred would drone on in a flat monotone voice for 45 nines. If you tried to listen to him you’d most likely fall asleep.
How anyone could find this guy interesting is beyond me. But the rumors all over school is that he knocked up freshmen girl last spring and that’s why she didn’t return this fall.

In history class a few weeks later Abigail asked me to stay after class. The period seemed too drag on forever but finally the bell rung and everyone else departed the room . I stood by Miss Beecher’s desk and asked her what she wanted.
“ DID you hear about Fred, Oh I mean Mr. ------
The Science teacher ?”
“ Yes it’s all over school today.”
“I’m frighten, what if it gets out about us? I could get fired before even completing my first year teaching.”
“ I don’t know, I guess it would be best if we back off for a while.”
“ You’ll be graduating in the spring and once your out of school it would be ok for us too be seeing each other again. I going to miss you.

This had worked out for the best I had gotten too close to Abigail, they always tell us ( Don’t get personally involved in your assignment )



Cindy ,oh Cindy was also a cheerleader in Linda’s clique. I asked her out and enthusiastically she said, YES!
Back to the pasture that overlooks the lake I parked in my usual spot. It was a unseasonably mild evening as we sat with the doors all open . The sky was aglow with a full hunters moon. The fields had, had their final mowing that day and the smell of fresh hay permeated the air in it’s sweet richness.
Sipping on our beer as we sat in the open side door we watched the breezes blow the falling leaves.
The incredibly bright orange moon hung large in the sky begging for you to reach out and touch it.
“Let’s take a walk.”
Strolling down to the waters edge Hand in hand taking in the night's magic.
Cindy said
“I want to get high.” as she pulled out a joint from her pocket and proceeded too light it up.

“I don’t do drugs but your welcome to if you want.”
“suit your self .” she said as she inhaled deeply .her cheeks puffed out as she held it in , the moonlight highlighted the blush on her face as a small wisp of smoke curled from her nose.
“I want to dance.” as she grasped my hand.
You could faintly hear the music still playing in the van as we embraced
With the first joint toked out she lit up another one

“ I’m hot.” she exclaimed shedding her closes
She pranced around the field naked, stoned laughing and a-running, skipping and a-jumping in the misty moon glow.
Dropping to her knees in front of me she had my pants off in a flash inhaling my entire cock in one fell swoop cupping my balls with one hand and fingering herself with the other.
Not lasting long enough before she stood pulling my shirt over my head .

Slow dancing this time, stumbling we fell In a hay stack lying there I could see the stars in her eyes.
Our lips meet as we rolled too and fro laughing.
The pile of hay was warm an inviting as I cupped her magnificent breasts . To my utter delight I was allowed to pursue this endeavor.

I was at a bit of a dilemma not having any rubbers on me , they were back in the van and not wanting to risk getting her pregnant she gave me an out, or should I say an in.
“No fuck my in the ass!” Was all that I needed to hear as she rolled over and presented her backside to me.
Lubing up my dick with the copious amounts of fluids dripping from her pussy I lined up with her little rosebud and gently began to push.
Gradually her muscles relaxed allowing my incursion. Sinking it too a little over an inch, she turned her head and looked over her shoulder.
“Is that all there is?” then breaking out with a case of the giggles .
“Hurry up put that fucker in!” she demanded as she thrusted back in to me forcing me all the way in.
Falling back on her knees I landed on her back not daring to move.
Soon I got the weirdest sensation . It was if some thing was tickling my cock.

SHIT!! She had her right hand imbedded in her pussy and her fingers were caressing my shaft through the thin membrane separating the two tunnels. I really can’t describe this adequately You’ll just have to experience for your self someday.
Her humping back at me became more frenzied
She keep saying “ deeper, deeper faster, faster.”
She threw her head back hitting me in the face with her long hair and let out a howl as she came in the throws of an orgasm. Off in the distances I could hear a coyote howling at the moon, or was he answering her cry of sex?
That thought put me over the top and old faithful erupted sending plum of hot sperm half way to her stomach.

We lay back in the hay watching the moon dance on the water of the lake only interrupted occasionally by the passing clouds.
“There’s a question I would like to asks you?”
"Oui."
“You let me see and touch your tits, but the other cheerleaders wouldn’t let me near theirs?”
“OH that it’s a silly pact the girls made up you can fuck all you want but you can’t let a guy have at your tits unless he is the one .”
“OK that explains a lot thanks.”
Laying there contemplating the heavens I had a revelation, SHIT she took off her top!!





CHAPTER 8

I had grown tired of the cheerleader type and was looking for something else when a mousey little girl who always sat at the back of the room caught my eye.
She seemed immensely shy, keeping to her self.
Her demure attire accentuated this fact.
At first I didn’t know how to approach her but then remember about the note that I had slipped into Linda’s locker.
Taking the green pen I wrote a quick note and pass it to her at the end of class. Too my dismay she just glanced at it then crumpled it up and threw it in the trash can. That night I took a sheet of the special paper and the green pen and tried again.
I took the time to compose an actual letter to Barbara.
Placing it in an envelope addressing it too her.
She was the first person that the green pen had not fooled, this was something that I would have to add to my report and investigate further.
The next day the first time that I met Barbara I just handed her the letter and walked away. At the end of the last class that day she gave me a letter in reply.
That night I must of read that letter 10 times, and still didn’t know quite what to make of it. It rambled on about the meaning of life and the universe and everything.
I wrote another letter to her that night this time on regular paper with a standard pen.
Passing it to her early the next day . At the end of the school day I found that I had a reply laying on top of my books. I had know idea how it had gotten there she was nowhere in sight.

We passed letters that whole week but on Friday when I was eating lunch Barbara sat down across from me at my table. I had never seen her sit with anyone when she eat in the cafeteria. I was a bit taken aback and didn’t know what to say. Luckily she broke the ice.
“ I’ve been thing about you, your not like the rest of the boys around here you seem so much more mature in your writings. If your not busy tonight there a Coffee shop I would to take you to their having a poetry reading tonight and I am participating.

WOW she was asking me out on a date!

“Ar yeah I’m not doing anything tonight, what time should I pick you up?”
“NO I will come and get you about 8pm, I know where you live.”
And with that she got up and left, and left me contemplating what I had got my self into?

I looked out my front window as it started to rain
At five minuets two eight Barbara pulled up in front of my house and blew her horn. Rushing out with my coat over my head to shields it I jumped in the passengers seat and slammed the door.

The coffee shop was a strange place not like the bars that I had frequented. The only thing that even comes close to it was the bar seen in Star wars on Tatooine.
There seemed to be a lot of people wearing leather.
I sat there and got a pretty nice buzz from the espresso. Most of what I heard I didn’t understand what they were getting at finally Barbara got up to read her poem. Not to say she was long winded but I think the Homers Odyssey was shorter


The storm had increased in intensity by the time to had home the rain was coming in sheets driven sidewise by the gale force winds making almost imposable see driving.
Barbara’s house was closer so we went there hopping the storm would pass.
Barbara’s house was dark There didn’t seem to be a soul around when we entered.
“Where are your parents?”
“ Oh they went away for the weekend its just me here until Sunday.” “here sit in the den I’ll get us something to drink.”

She went over to the liquor cabinet took out two wine glasses and a large bottle of Matuse.
Handing me the bottle and a corkscrew
“You may have the honorees.”
I poured out two glasses and handed her one. As she stood in front of me I study her features, she was wearing a full length black dress which didn’t reveal much I wondered what was underneath.
As if she could read my mind she said
“ I think I’ll go and change into something more comfortable.” with that she disappeared up the stairs
“If you need it there’s a bathroom on the right here.”

All that coffee I had consumed early, it now certainly did want to come out so I headed to the bathroom.
Finishing up washing my hands I heard a boom off in the distance and the lights flicked off followed by small screech from Barbara’s room. Her door was directly across from the bathroom I steeped into the hallway and knocked on the door.
“ You all right in there?”
“ YEAH I just stubbed my toe in the dark trying to find some matches I’m ok , why don’t you go down and get the wine and bring it back up here I‘ll light a candle.”

“OK.” Shit, strange house no lights and she expects me to find my way down stairs and then back?!!

Back at her door I rap gently
“May I come in?”
“NO, Come back later I’m doing the dishes, ( giggle ) of course you can come in.”
Slowly letting the door swing open the light of not one candle but more like 30 illuminating her abode.
I set the wine on the night stand and turned too see her step out of the shadows OH my god had she changed. she had on a black corset fishnet stockings and black stiletto high heels boots.
My jaw hit the floor I just stood there in shock as she picked up her glass and downed her wine
“On the bed now!” she snapped at me.

As I turned to sit on the bed she whacked me in the ass sending me flying face first on to the bed. Barbara then jumped on my back. Roiling me over she then lashed on to my right hand bringing it up to the headboard and snapped it into the handcuffs she had pre positioned there.
Next she started too tickle me. Trying to thwart off her attacks with just my left hand was fruitless and she was finely able too restrain it also with a click of the cuffs. I thrashed around for a while trying to reach out and kick her with my feet.
She stood by the headboard just out of reach, drinking another glass of wine. Walking over to the bureau and picking up something that looked like a riding crop.
Whack she hit my in the right knee , Whack this time in the left knee. Than back to the right then the left slowly she worked her way up my thighs the whole time I was cursing her out. I finally screamed for her to stop when she got a little to close the, the family joules.
Dropping the whip she bounded on the bed straddling my chest. Bending down her face just incises from mine starring into my eyes.
Giving me a quick peck on the lips she backed away. Rubbing her lips together in deep thought, she seemed to be trying to decide if she liked the sensation or not.
Resting her lips back on mine she stayed unwavering. Gently I pushed my tongue against her lips. Reluctantly hers parted letting me penetrate every so slightly.
tentatively our tongue touched. Her tongue pushed back trying to expel me.
During the kiss she had slid down and started to grind her crotch in to mine. Breaking away she flipped around taking a hold of my belt, removed it and undoing my pants at the same time .
Jumping off and standing at the footboard she had the grin of the Cheshire cat. Having lost my shoes trying to kick her she had no trouble tugging my chinos down over my feet and kicking and thrashing only facilitated in there removal.

Wielding the belt with grace she landed a blow on the arch of my right foot followed by one too my left.
Changing position now standing at the foot of the bed the belt come soaring down just grazing my outer left hip. And then like lightning it brushed the right side.
“ Enough, enough stop !”
With cat like reflexes she had both feet bound to the foot board.

Now with me fully restrained she reclined in her chair letting her gaze fall upon me.
Her trance lasted a few minutes than she abruptly got up and left the room.

The nor’easter out side rattled the shutters and set the rafters a groaning
With the power out the sound permeated the house chilling me to the bone as I lay there alone wondering what Barbara had in store for me.

Eventually she returns carrying a large bowl which she set on the dressers
Proceeding to climb back on the bead she again straddle my chest but this time facing away
Lowering her head to within a couple of inches of my cock Barbara commenced to lightly blow upon it. It gradually gained in stature to a point it touched her lips. Sticking out her tongue she traced it’s extent.
I couldn’t see how she did it but her tongue felt like a butterfly wings dancing on my dick.
Slowly she turned , inch by inch she enveloped me only to retreat back. And then back down over and over again to a rhythm only she could hear.

Just as I was about to blow my load when she stopped.
Grasping the bowl she withdrew a hand full of ice cubes. Surrounding my balls with the ice whilst with her other hand applied pressed to a previously unknown pressure point at the base of my dick deflating me almost instantly.


She repeated this exquisite torture over and over.
Standing she removed her fishnets stockings squatting down so that her lushes pussy was about a tongue length away. She told me to lick it and lick it good or there would be hell to pay.


It musta been the middle of the night some of the candles had already extinguished them self then Barbara opened the draw of the nightstand reaching in her hand came back out clutching a small packet ripping it open with her teeth she withdrew the rubber.
With a maneuver that she must of practiced before she unfurled the Trojan upon my rock hard member.

Positioning her self over my she lowered her self into my manhood at first just touching her outer lips then working the had in repeating this action several times then just stopping. The same cat like grin came over her face just before she rammed my entire length into herself, momentarily stung she froze and let out a small yelp.
First she started too every so slightly rock side to side acclimating her self to the intrusion.
Adjusting her footing she commenced too rise up followed by a slow descent

Throwing her head back she let out the most hideous laugh. I had ever heard.
She finally let me come and after all the false starts it was one of the largest in my life I’m surprised that the rubber didn’t burst. I was exhausted after my climax, sleep came quickly.

The next morning when I woke I was on longer bound to the bed. Barbara was sleeping peacefully next to me.

We made love a few more times that weekend until her supply of condoms was depleted.





The Friday night before Thanksgiving there was a dance in the high school gym
Things with Barbara were a bit rocky to say the least not knowing which personality I was dealing with next.
The dance was more that half over when I noticed Betty and Cindy arguing as they entered the girls room ,

than the next thing I knew Barbara excused her self saying she had go powder her nose.

Thinking to my self This is not good! Sure enough with in seconds of her entering all hell broke lose.
Two freshmen girls came running out and someone yelled “CAT FIGHT!!” a crowd gathered around and started chanting cat fight cat fight cat fight.


Little Barbara emerged first virtually unscathed but I couldn’t say that for the others. Their dresses were torn hair was a fright and one had a black eye and the other had a bloody nose.

Barbara walked right up to me shaking her finger in my face.
“IF you think for one minuet that you can fuck around with those bimbos you got an other thing coming. Keep it in your pants it belongs to me, you belong to me got that strait dickhead.”
Then finished with
“See ya around babe !”
And stormed off in a huff . *





I turn and walked out the door getting on my bike and roared off into the darkness with my taillight the last they saw of me
The next day’s newspaper headline read

“High school student dies in motorcycle accident”



Epilog

As you probably figured out the accident was staged, the boys took an old Honda motorcycle
And smashed it head on into a trailer truck caring a load of bowling balls to Portland Maine
One of the guys stowed up with pizza for everyone but when the chief opened one and found it covered with anchovies he freaked out screaming how much he fucking hated anchovies. He then took the pizza and threw it at the truck hitting it smack in the middle of the grill.
The photographer recording the crime scene got a picture of it, and someone said gross that looks like brains smashed all over the truck.
Everyone gather around to see.
Then there were a lot of groans and I think at least one guy found it liberated him from his lunch.


The paper and ink proved to be useful for a time but with the onset of the digital age they are no longer a prominent part of our strategy hence the declassification.

Oh yeah that idiot of a principal he used that blue pen to fill out his taxes that next year.
For his return he got twenty years.

*(A little British sport car.)not to be confused with a dilemma which are German.

Articles similaires

Sœurs, filles, nièces et épouses !

Tout cela s'est passé il y a longtemps. J'étais au travail et je faisais ce que j'ai encore beaucoup de plaisir à faire ....... non ! pas que...... bien que bien sûr je m'engage toujours dans cette activité particulière quand la vraie chose n'est pas disponible comme la plupart des adultes le font, je devrais l'imaginer ! Non, j'observais les femmes au bureau avec qui j'ai eu le plaisir de travailler et je les imaginais engagées dans le genre de choses sur lesquelles on fantasme tous de temps en temps !. J'ai déjà mentionné cela dans d'autres histoires, mais j'ai toujours...

920 Des vues

Likes 0

Attraction interdite 2 (révisée)

Deux ans s'étaient écoulés depuis que M. Connor et moi avons « porté notre relation à un nouveau niveau ». Il était également prudent de dire que nous avions des relations sexuelles dans presque toutes les pièces de l'école... Et ce n'est pas une exagération. Notre situation était assez compliquée. Tim et moi (il détestait quand je l'appelais M. C si nous n'avions pas de relations sexuelles) passions tellement de temps ensemble, mais nous n'étions pas petit-ami et petite-amie... mais en même temps nous l'étions. Je ne sais pas comment vous appelleriez notre relation. Peut-être des amis avec des avantages ou juste son...

948 Des vues

Likes 0

Grand-père Joe

C'est une histoire sur moi et mon grand-père. Mon grand-père Joe était dans la soixantaine, chauve, grand et avait un gros corps d'ours. Il était vraiment fort. Il était aussi très poilu. J'étais un joufflu de 16 ans. Gros cul et seins pendu. J'étais un garçon glabre et lisse. J'avais une petite bite. Je n'avais aucune connaissance du sexe ou quoi que ce soit. Je ne me suis même jamais masturbé, la seule fois où je suis venu, c'était pendant les rêves humides. Un jour, ma famille m'a dit d'aller rester avec Joe. Joe vieillissait et avait besoin d'aide à la...

996 Des vues

Likes 0

Ma première fois avec Cindy

L'histoire: Sur le chemin du retour de l'hôpital, après avoir déposé ma femme pour une opération du dos très sérieuse, Cindy, me disait comment elle allait faire toutes les choses que maman faisait dans la maison, comme faire la vaisselle et faire la lessive et ça elle s'occupera de son papa comme maman le fait. C'était dit dans une sorte de murmure doux et elle avait sa main sur mon bras, me touchant doucement et me regardant dans les yeux. J'ai senti un frémissement dans mon pantalon et j'ai regardé les jambes galbées de Cindy et la petite minijupe qu'elle portait...

794 Des vues

Likes 0

Ma femme ne savait pas qu'elle m'avait rendu riche

Ma femme ne savait pas qu'elle m'avait rendu riche par lifeinpr Mes histoires ne reflètent pas nécessairement mes penchants personnels, mes désirs, mes désirs ou mes fantasmes. S'il vous plaît lire et apprécier cette écriture fictive. Charles et Anna Woods vivaient une vie de classe moyenne simple. L'emploi de Charles payait un salaire suffisant pour qu'Anna n'ait pas à travailler. Ils sont mariés depuis trois ans et semblaient être un couple heureux. Charles conduisait une voiture de dix ans qui a été remboursée et la seule dette impayée était leur hypothèque. Charles imaginait sa femme comme une épouse «trophée» car elle...

756 Des vues

Likes 0

Ils jouissent en retour

Debbie était assise à une table en train de boire un verre au Halfway House Bar quand elle a entendu Cripes Deb, ça fait longtemps. Le propriétaire de la voix se laissa tomber sur le siège à côté d'elle. C'était quelqu'un que Debbie n'avait pas vu ni entendu depuis longtemps et qu'elle n'avait pas voulu voir. Il s'appelait Mick et c'était un ami de son fils. En grandissant, Debbie était à peu près une nympho. Si vous aviez de la drogue et une bite, vous aviez Debbie. Cela avait conduit Debbie à avoir un fils et à abandonner l'école. Elle avait...

667 Des vues

Likes 0

Courtiser un vampire 7

Par : Storm Herald Chapitre 7 J'ai dansé la majeure partie de la nuit, ne prenant une pause que pour prendre de l'eau ou de l'air frais avec les trois Lycans. Ils m'ont passé l'un à l'autre, et Damien n'est intervenu que deux fois de plus avant qu'ils ne me monopolisent entièrement. Ce était après minuit quand j'ai agité le drapeau de la capitulation et leur ai dit que j'étais épuisé. Ils ont ri et ont passé des pièces à William avant de me faire savoir que ils campaient dans la forêt et seraient de retour vers demain après-midi. Je les...

610 Des vues

Likes 0

Une femme Père Noël rencontre le chien de garde..._(1)

C'était serré. Très serré. Elle se souvint soudain de la maison de l'année dernière alors que sa robe moulante grattait les murs couverts de suie de la cheminée. Belle maison, grand salon... résident chaud. Elle sourit alors qu'elle se traînait plus loin le long des murs de briques, sentant soudain une brise monter du foyer, un ruisseau de porte sous elle. Quelqu'un venait soit de sortir... soit d'entrer dans la pièce. La brise souleva sa jupe et elle frissonna. Pas la nuit pour se passer de culotte, pensa-t-elle. Là encore, elle a dû laisser quelque chose pour un cadeau. Elle retint...

598 Des vues

Likes 0

Cela a commencé comme une simple blague (révisé)

Je viens de Madera en Californie, juste votre famille moyenne. Mère, père, frère et moi-même. Ma famille est très proche et ouverte les unes aux autres, mais nous n'avons jamais été nus l'un devant l'autre ni pensé l'un à l'autre de manière sexuelle. Cependant, lorsque nous sortons au magasin ou quelque part, nous demandons «y a-t-il quelque chose que quelqu'un veut de« vierge »» et quand nous sommes devenus assez vieux et que nous allions au magasin de porno local, nous demandions si quelqu'un voulait quelque chose. Habituellement, nous recevions tous du lubrifiant ou des films et nous allions tous dans...

416 Des vues

Likes 0

Un anniversaire d'inceste Chapitre 17

Un malheureux accident m'a longtemps éloigné de l'ordinateur, mais je suis guéri et prêt à reprendre l'écriture. J'espère juste que je suis aussi proche de l'endroit où j'écrivais avant ma disparition brutale. Alors après plus de 8 mois d'absence, l'histoire de Rita et Randy Stevens continue ici, j'espère qu'elle vous plaira. J'ai remué dans mon sommeil, me réveillant quand j'ai senti quelque chose pousser sur ma poitrine encore et encore, au point où j'ai dû régler le problème. Avec des yeux flous, j'ai regardé à travers l'obscurité jusqu'à ce qu'ils s'ajustent suffisamment pour éclaircir l'image devant moi, Rita avec un sourire...

197 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.