Débauche : l'invitation

761Report
Débauche : l'invitation

Débauche:
L'invitation


~Prologue~

Je me suis arrêté devant l'immense manoir dans ma voiture. Valet attendait avec des sourires sur leurs visages.

"Bonjour." Le jeune homme a dit en ouvrant ma portière côté conducteur.
J'ai attrapé mon sac et mon sac à main.
"Voici votre billet, profitez de votre soirée." Il a dit.
"Merci."
J'ai souris

Il a sauté dans ma Buick Enclave et est parti, me laissant debout sur le gravier. Je m'arrêtai un instant et regardai autour de moi. Tout ce que j'ai entendu, c'est le chant des grillons.

J'ai marché lentement vers la porte. Est-ce que je voulais vraiment faire ça ? Étais-je vraiment prêt à franchir cette porte ?

J'ai sonné à la porte.

Un grand homme blanc musclé a répondu à la porte. Il mesurait peut-être 6'5, moustache et bouc, crâne rasé et épaules larges. Je pouvais voir l'écouteur dans son oreille droite.

"Mot de passe." C'était tout ce qu'il avait dit.
"Débauche." dis-je en tremblant.
Il m'a regardé de haut en bas.
"Couleur?"
"Rouge." J'ai dit.
Il ouvrit la porte et s'éloigna.

J'étais dedans.



~Chapitre 1~


Je m'appelle Kelly Adkins. J'ai trente-deux ans. Je travaille comme infirmière aux urgences. Je suis mariée depuis six longues années à mon mari Courtney. Nous nous sommes rencontrés à l'université, à l'anniversaire d'un ami. Il avait ce sens de l'humour qui m'attirait. Il était attirant, motivé et persévérant. Il a travaillé pour m'avoir. Et maintenant, il semble qu'il ait décidé qu'il n'avait pas besoin de travailler pour me "garder". Notre mariage s'est dégradé ces deux dernières années. Je suppose que c'était à peu près au moment où j'ai subi mon opération de la vésicule biliaire. La récupération a été beaucoup plus difficile que lui ou moi ne l'avions prévu. Il m'a fallu près de deux mois pour récupérer et pendant ce temps, j'ai pris du poids. Je suis passé d'une taille 14 à une taille 24. Je détestais mon apparence et honnêtement, je pense que Courtney détestait mon apparence. J'avais toujours une forme et j'avais encore des courbes, mais…. J'étais naïf, j'ai gonflé. Je n'avais pas la même apparence que lorsque nous nous sommes mariés. Cela a eu un impact sur notre vie sexuelle. Je n'ai même plus initié le sexe, et lui non plus. Nous n'avons pas eu de relations sexuelles depuis plus d'un an. Ma théorie était simple, si mon mari ne couchait pas avec moi, il couchait avec quelqu'un.

Maintenant, je m'ennuie.

Au travail, il y a environ trois semaines, une femme s'est présentée suite à un accident de voiture. Elle s'appelait Naomi. J'ai travaillé sur son cas, et elle et moi avons eu l'occasion de parler. C'est elle qui m'a parlé de "débauche". Je n'avais jamais entendu parler de l'endroit, jusqu'à ce qu'elle m'en parle. Nous avons bavardé. Je lui ai dit que j'étais marié, elle est divorcée. Elle m'a posé des questions sur les enfants, je ne lui en ai dit aucun. Elle n'en avait pas non plus. D'une manière ou d'une autre, nous avons eu une conversation personnelle et je lui ai parlé un peu de mon mariage. Il peut être plus facile de parler à un étranger qu'à quelqu'un que vous connaissez. Je ne sais pas pourquoi, peut-être que j'étais juste désespéré de parler à quelqu'un. Je lui ai dit mon mari que j'étais plus des colocataires qu'un couple marié. Nous avons parlé de notre vie sexuelle. Je lui ai expliqué que cela faisait un an. Je me souviens que ses yeux sont devenus grands. Elle m'a demandé si j'avais une libido. J'ai ri et lui ai dit que oui, mais que mon mari ne me trouvait tout simplement pas attirante. Je lui ai dit que j'avais pris du poids et depuis lors, il ne plaisante même pas sur le sexe, et encore moins essaie d'en avoir.

Un soir, alors que je vérifiais le dossier de Naomi, elle m'a parlé de "débauche". Elle m'a donné de petits détails à ce sujet, le seul qu'elle m'a dit était "Si vous voulez laisser sortir votre déesse intérieure, c'est l'endroit pour le faire." J'ai ri et lui ai dit « ma déesse intérieure est sous respirateur artificiel ; elle a besoin de plus qu'un club pour sortir. J'ai haussé les épaules, elle m'a donné la carte et je l'ai rangée dans ma blouse. J'avais tout oublié. Deux jours plus tard, elle a été libérée.

Deux semaines plus tard, j'étais à la maison en attendant que mon mari rentre à la maison quand il m'a envoyé un texto pour dire qu'il était en retard. Il était toujours en retard. J'ai vu la facture de la carte de crédit ; Je n'étais pas stupide, j'étais pleinement conscient qu'il voyait quelqu'un. Je ne l'ai pas confronté, en fait j'ai gardé ma bouche fermée. Je veux dire, il est allé chez Tiffany & Co, pourtant ni lui ni moi n'avons de bijoux de là-bas. J'ai vu des achats de Lane Bryant, mais je n'ai reçu aucun vêtement. Je savais ce qui se passait. Je n'étais tout simplement pas encore prêt à l'appeler. Je lui ai demandé quand il rentrerait, il a dit qu'il serait tard, m'a dit de ne pas attendre. Je ris tout seul en me servant un verre de vin. Après mon troisième verre, je me suis souvenu de la carte que Naomi m'avait donnée. J'ai tout fouillé dans mon placard, avant de trouver la carte noire avec une écriture argentée.

'Débauche'

Au verso se trouvait un numéro à appeler. J'ai attrapé mon téléphone portable et composé le numéro, à la troisième sonnerie, une femme a répondu.

"Bonjour?"
"Salut…. Euhhh…. Je cherchais "Debauchery". J'ai dit.
"Oui madame, qui vous a référé ?"
« Naomi… euh…. Naomi Watts."
Elle s'éclaircit la gorge.
« Merveilleux, comment t'appelles-tu ?
"Kelly Adkins." J'ai répondu.
"SP. Adkins, au dos de votre carte, il devrait y avoir un code à quatre chiffres, pouvez-vous me le lire ?"

J'ai retourné la carte.

"4512" j'ai lu.

"Excellent." Dit-elle.
Je mets la carte dans mon portefeuille.

"Votre mot de passe sera" Debauchery "et le code de couleur sera" rouge ", vous voudrez peut-être l'écrire." Elle a commencé.
"D'accord."
"Vous devrez apporter vos résultats de test, ces résultats doivent être dans les 72 heures et signés par un médecin." Dit-elle.
"Résultats de test?" J'ai demandé.
"Oui madame, résultats MST, vous auriez besoin d'aller vous faire tester." Elle a dit un fait.
"Oh…. D'accord."
"Une fois que vous avez ces résultats, vous devrez les apporter en personne à nos bureaux." Dit-elle.
"D'accord" dis-je.

Deux jours plus tard, je me suis retrouvé à attendre dans une pièce à Buckhead.

"SP. Adkin ? Reviens." dit une grande femme blonde.

Je la suivis dans une pièce peinte en rouge. Le canapé et les fauteuils étaient en cuir noir ; le lustre était fait de cristaux. Elle avait des photos de boudoir accrochées aux murs, certaines nues, d'autres en lingerie. J'ai pris place sur la chaise et j'ai remis le dossier de Manille qui contenait les résultats de mes tests.

« Puis-je voir votre licence ? » demanda-t-elle poliment.
"Bien sûr." dis-je en fouillant dans mon sac.
"Vous voilà."
"Notre prochain événement social est ce samedi." dit-elle en remplissant un formulaire.
J'ai hoché la tête.

Nous nous sommes assis en silence pendant qu'elle rédigeait le formulaire.

"Ok, voici la clé, qui est aussi votre entrée." elle a expliqué.
J'ai pris la clé.
"Votre couleur est rouge, ce qui signifie simplement que vous êtes un débutant. Vous verrez des gens en blanc, ce sont des membres qui sont déjà venus ici et qui sont habitués à l'endroit. Vous pouvez porter du rouge autant de fois que vous le souhaitez. Le rouge permet à tout le monde de savoir que…. tu es nouveau. Elle a souri.
J'ai hoché la tête.
"Il n'y a pas de règles pour la" débauche ", la seule règle est" non signifie absolument non ", c'est tout."
"Donc si un homme me dit 'non' alors..."
« Non, un homme ne vous dira pas « non », vous lui diriez « non ». »
J'ai regardé mes mains et j'ai ri.
"D'accord,"
"Croyez-moi, vous aurez le choix parmi un large éventail d'hommes." dit-elle doucement.
"C'est l'accord de non-divulgation. Vous ne pouvez pas discuter de « débauche » avec des non-membres. » Dit-elle.
J'ai hoché la tête.
"Voici, et rappelez-vous, ce qui se passe à 'Debauchery' reste à 'Debauchery'."
Je pris le paquet et me dirigeai vers la porte.

"Amusez-vous Kelly."


~Chapitre 2~

Débauche

Je suis entré dans la maison, la porte s'est refermée derrière moi.
"Bonjour madame, puis-je prendre votre manteau ?" demanda un grand noir.

Ma bouche s'ouvrit en le regardant. Devant moi, il se tenait debout, vêtu d'un jean, pas de haut. Sa poitrine et ses abdominaux étaient ciselés. J'étais en admiration devant son corps. Il s'avança vers moi, ses mains touchant ses épaules alors qu'il enlevait mon manteau, lentement hors de mon corps. Il a ensuite tendu la main, demandant mon sac. Je l'ai remis. En le prenant, il sourit, montrant une série de dents blanches parfaites.

"Merci." J'ai respiré.

J'ai lissé ma robe de poupée entrecroisée Torrid consciemment. Je montai le grand escalier jusqu'au deuxième étage. En arrière-plan, j'entendais le piano jouer doucement. J'ai marché dans le couloir, sur un tapis rouge. La première pièce que je passai, la porte était légèrement entrouverte. J'ai poussé la porte et j'ai jeté un coup d'œil à l'intérieur.

À l'intérieur se trouvait un lit king californien. Des bougies brûlaient, j'ai pu entendre les gémissements avant de pouvoir distinguer le couple sur le lit. La femme, une femme blanche plus âgée était sur le dos, au-dessus d'elle se trouvait un jeune homme blanc. Il broyait sa bite en elle. Elle gémissait, attrapant son cul et le serrant. J'étais figé, je ne pouvais que regarder. Il s'est retiré d'elle et a commencé à lui bouffer la chatte. Je l'ai regardée remonter ses jambes, serrer ses seins ensemble et juste gémir. Elle lui frotta la tête, passant ses mains dans ses cheveux, attirant son visage dans sa chatte.

Je sortis et fermai la porte, descendant le couloir vers le salon qui se trouvait juste devant. Il y avait cinq chambres supplémentaires que j'ai passées. La dernière pièce à droite, juste avant le salon, était ouverte. Il n'y avait pas de porte, elle était complètement ouverte. Je me suis arrêté net en regardant ce qui ressemblait à cinq couples, tous en train de baiser. Sur le mur opposé se trouvait un homme qui baisait une femme par derrière, lui tirant les cheveux et lui frottant la chatte.

"Vous vous amusez?" un homme m'a demandé.
J'ai sauté.
"Désolé, je ne voulais pas te faire peur." Il a dit.
Je l'ai regardé.

Il était grand, environ 6'2, maigre. Il était blanc. Il avait les yeux verts, les cheveux bruns ondulés.
"Bonjour, je suis Antoine." dit-il en tendant la main.
"Salut Anthony, je suis Kelly." dis-je en lui serrant la main.
"Première fois que je vois." dit-il en me regardant de haut en bas.
J'ai hoché la tête.
"Laisse moi te montrer les alentours." dit-il en offrant son bras.

Nous sommes entrés dans le salon.

"C'est la principale zone de réunion…. Les gens viennent ici pour se rencontrer et se saluer, s'asseoir et simplement parler. Il expliqua.

La salle était remplie de monde, mais pas trop de monde. Tous les hommes étaient torse nu. Les femmes portaient toutes du blanc, du noir ou du rouge. J'ai supposé que les femmes vêtues de noir étaient à peu près des expertes en «débauche». Ils étaient tous assis, buvant du champagne et discutant entre eux.

« Tout le monde, c'est Kelly…. Kelly, c'est tout le monde. dit Antoine.
Ma bouche s'ouvrit, je ne m'attendais pas à l'introduction.

« Bienvenue Kelly ! » dirent-ils tous à la fois.
J'ai fait un signe de la main timide alors qu'Anthony me conduisait dans le couloir.

« Vous pouvez choisir une salle privée, ou vous pouvez choisir une salle d'exposition. Les salles d'exposition n'ont pas de portes, elles n'ont aucune intimité. Il a dit.
« Les chambres et les salles de bain privées sont bien sûr à l'usage des membres. Tout s'y passe. » Il a dit.
J'ai hoché la tête.
"En bas se trouve le niveau du sous-sol, c'est totalement pour les voyeurs." Il a commencé.
« Voyeurs ? Des gens qui veulent être surveillés ? »
"Oui." Il a souri.
"Tout le rez-de-chaussée est équipé de caméras et les téléviseurs en circuit fermé montrent tous ce qui se passe là-bas." Il a dit.
"Oh d'accord."
"Toutes les chambres ont la télévision, laissez-moi vous montrer." dit-il en entrant dans une chambre.
«C'est la salle du chocolat; demander vous pouvez dire par la couleur. Chaque chambre est un thème de couleur, dans le réfrigérateur, vous pouvez trouver du vin, du champagne et des fraises. Si jamais le réfrigérateur est vide, composez simplement le « 0 » et une livraison sera effectuée. Quant à la télé..." dit-il en prenant la télécommande et en allumant la télé.
« Les téléviseurs montrent les caméras depuis le sous-sol. Tu vois ça? C'est le bain à remous intérieur. Il a dit.
J'ai regardé la télé et elle montrait un homme et une femme en train de baiser dans le bain à remous. Elle rebondissait sur lui, l'eau éclaboussant les parois de la baignoire.
"Tout le monde peut se tourner vers cette chaîne et les regarder... ils aiment être regardés." Il a dit.
J'ai ri.
"Qu'est-ce qu'il y a d'autre en bas ?"
"Je peux te montrer si tu veux." Il a dit.
"Non, je ne suis pas tout à fait prêt à être à la télévision." Dis-je instinctivement en mettant mes cheveux derrière mon oreille.
"J'aimerais te regarder." dit-il doucement.
J'ai un peu rougi.
"Le sous-sol comprend trois chambres, trois salles de bains, un bain à remous intérieur, une piscine et une salle BDSM."
« BDSM ? »
"Il a des fouets, une balançoire sexuelle, des chaînes, des trucs comme ça." Il a dit.
J'ai hoché la tête.
« Quel est le niveau supérieur ? »
“Le niveau supérieur comprend plus de chambres, de type privé et exhibitionniste. Là-haut, vous trouverez également les douches de groupe .” Il a dit.
"Ouah." J'ai dit.
«Les douches de groupe sont ce qu'elles sont, tout le monde est à l'air libre, tout peut se passer là-haut. Le but de "Debauchery" est de vous faire sentir bien et de satisfaire tous vos besoins en tant que femme. il expliqua.

J'ai regardé autour de moi, avant de jeter un coup d'œil à travers une fenêtre.

« À l'extérieur, vous trouverez la piscine et les cabanes. Les cabanes peuvent être fermées pour plus d'intimité ou ouvertes, selon vos goûts. Il a dit.
"Beaucoup à encaisser." J'ai soupiré.
« Ne prenez pas tout d'un coup. Vous êtes nouveau, allez à votre rythme. Antoine m'a dit.
« Comment savez-vous si un homme est intéressé à être avec vous ? » demandai-je alors que je m'éloignais pour qu'un couple entre dans une chambre.
« Faites-moi confiance, ils vous approcheront. Vous n'avez rien à craindre." Il a dit.

Nous sommes retournés dans le salon principal. Les femmes sirotaient leurs cocktails. Certains étaient nourris de fraises par divers hommes. Une femme était contre le mur en panneaux de bois, tandis qu'un homme l'embrassait dans le cou et lui frottait la chatte à travers sa chemise de nuit en soie.

"Je me sens trop habillé." dis-je, ne réalisant pas que je l'avais dit à haute voix.
"Vous pouvez toujours vous changer, ou simplement vous déshabiller." dit Antoine.
J'ai ri.
"Non monsieur." dis-je en secouant la tête et en riant.
« Ici, asseyez-vous, détendez-vous. Je vais vous faire apporter des fruits. dit Antoine.
"D'accord merci." J'ai dit.

Je l'ai vu s'éloigner alors qu'un serveur apportait une flûte à champagne.
"Merci." J'ai dit.

Je bus une gorgée et regardai autour de moi dans la pièce. J'étais assis là, seul, devant la cheminée. C'était beaucoup à assimiler, mais je me suis permis de simplement regarder. J'étais dans mon propre monde quand il est venu vers moi.


~Chapitre 3~

"Bonjour ma belle." Il a dit.

Mes yeux commencèrent à ses pieds. Il était pieds nus, je pouvais voir les veines de ses pieds, ça me faisait penser qu'il était un athlète en quelque sorte. Mes yeux se posèrent sur son pantalon, il portait un pantalon en lin beige et un débardeur blanc. À travers le débardeur, je pouvais voir un pack de six abdominaux. Je suis allé plus haut et j'ai vu le tatouage tribal sur son bras. Ses muscles étaient magnifiques. Il n'avait pas de poils sur le torse, sa pomme d'Adam était bien définie. Ses lèvres étaient fraîchement humidifiées. Il avait des cheveux noirs épais, des yeux bleus. Sa ligne de mâchoire était bien définie. Il ressemblait à une réplique de Jake Gyllenhaal. J'ai dû m'éclaircir la gorge avant de parler.

« H…. Salut…." j'ai bégayé.
"Je suis Gabriel." Il a dit.
"Je suis Kelly." dis-je presque à bout de souffle.
"Puis-je m'asseoir avec toi Kelly?"
"Bien sûr."
Il s'assit, me donnant une bouffée de son eau de Cologne Dolce & Gabbana "Light Blue".
"Je vois que c'est ta première fois." Il a dit.

Je hochai la tête et sirotai nerveusement mon champagne.
Cet homme était magnifique.

"Ouais c'est ça."
« Anthony vous a-t-il fait visiter ? » Il a demandé.
"Oui, j'ai une tournée."
"Qu'est-ce qui t'amène?"
J'ai haussé les épaules.
« Je ne sais pas pourquoi je suis ici ; Je suppose que je voulais juste essayer quelque chose de nouveau.
"Eh bien, vous êtes au bon endroit."
"Êtes-vous membre Gabriel?"
"Oui, je suis membre depuis environ un an maintenant."
Je l'ai regardé, essayant de voler un coup d'œil quand il a tourné la tête.
"Je t'ai vu quand tu es entré."
"Oh vraiment?" J'ai demandé.
"Oui, tu es belle." Il a dit.

La façon dont il l'a dit semblait sincère. Et honnêtement, je n'avais pas été qualifiée de belle depuis longtemps.

"Tu dis ça à toutes les nouvelles femmes ?" J'ai ri.
"Non pas du tout."

J'ai bu.

"Voulez-vous regarder et avoir une idée de l'endroit ou aimeriez-vous faire l'expérience de l'endroit?"
« Laisse-moi regarder pour l'instant. Je suis un peu dépassé par tout. » J'ai dit.
"Dis-moi Kelly... à quand remonte la dernière fois qu'un homme vous a servi ? » Il a demandé.
Je le regardai un instant avant de répondre.
"Je ne l'ai pas fait." dis-je avec sincérité.

Il s'approcha de moi, prit mon visage entre ses mains et m'embrassa. Son baiser était électrisant. Le seul homme que j'avais embrassé en six ans était mon mari et il ne m'avait jamais embrassé comme ça auparavant. Sa langue était douce et délicate. Je fermai les yeux un instant et m'autorisai à en profiter.

"Oh mon Dieu." murmurai-je quand il s'éloigna.
"Viens avec moi." dit-il en me prenant la main.

Il m'a conduit dans une pièce à thème de couleur violette. Il ferma la porte, la verrouillant derrière lui.

"Ne sois pas nerveux, c'est juste toi et moi. Personne n'est ici, personne ne peut regarder. Il a dit.
«Gabriel…. Je suis nouveau dans ce domaine…. Je suis marié…."
« Chut » dit-il en posant son doigt sur mes lèvres.
"Je ne pense pas que je puisse faire ça." J'ai dit.

Il s'est assis sur le lit, a pris mon verre et l'a posé sur la table de chevet.

"Nous n'avons rien à faire que vous ne vouliez pas faire Kelly." Il a dit.
"Mon mari et moi n'avons pas eu de relations sexuelles depuis un an... Peut-être plus longtemps. Je ne sais vraiment pas ce que je fais. J'ai dit.
"Amusez-vous, laissez aller vos inhibitions."

Mon cœur battait. C'était peut-être le champagne, mais je n'étais pas sûr de pouvoir faire ça. Je veux dire, je savais que mon mari faisait son truc, mais je n'étais pas sûre de pouvoir rejoindre cette équipe.

"Asseyez-vous sur le lit." Il a commandé.

J'y ai réfléchi un moment et j'ai décidé de me lancer. Je n'avais rien à perdre à ce stade. Je me suis assis.

Gabriel s'accroupit et enleva mes chaussures, celle de gauche d'abord puis celle de droite. Il a commencé à me masser les pieds.

"Ça fait du bien?" Il a demandé.
J'ai hoché la tête.
"Ouais." J'ai souris.
"Dis-moi ce qui te rend humide Kelly." Il murmura.
"Je ne sais pas…. Je ne me souviens pas de la dernière fois où j'ai été excité. Je lui ai dit.

"Alors découvrons cela." dit-il en me regardant dans les yeux.

Gabriel se leva, debout devant moi. Il enleva son pantalon, révélant son boxer. J'ai eu le souffle coupé à la taille de l'empreinte dans son pantalon. Il était plus grand que Courtney, c'était certain. Sans dire un mot, je tendis la main et la touchai. Je suppose que je voulais voir si c'était réel.

"Lève-toi Kelly." Il a dit.
Je me levai alors qu'il me retournait, dézippant ma robe. Mon cœur battait la chamade.
"Ne t'inquiète pas" me murmura-t-il à l'oreille.
Ma robe est tombée au sol, me laissant dans un ensemble de soutien-gorge et de sous-vêtements dépareillés.

"Votre corps est incroyable." dit-il en dégrafant mon soutien-gorge.
J'ai ri.
"Je suis sérieux…. Tu devrais savoir ça."
"Merci."
Il a laissé mon soutien-gorge 42DDD tomber par terre.

"J'aime les gros seins."
Il se tenait derrière moi, ses bras autour de moi alors qu'il massait mes seins dans ses mains. J'avais tellement l'habitude de le faire moi-même, qu'avoir une autre paire de mains me touchant était un concept étranger.
Un gémissement s'échappa de ma bouche.

"Merde." dis-je alors qu'il pinçait les tétons.
"Tu aimes ça?" Il a demandé.
"Ouais." J'ai dit.
Sa main descendit de mon ventre, jusqu'à ma culotte, avant de la retirer de mon corps.
"Oh mon Dieu." dis-je en essayant de me couvrir avec mes mains.
« Non, ne fais pas…. Laisse-moi te regarder." Il a dit.

Je me tenais là, complètement nu devant un inconnu. Gabriel recula et me regarda de haut en bas.
"Comment vous sentez-vous?" Il a demandé.
"Inconfortable."
Il sourit.
"Tu es magnifique Kelly."

Ma poitrine tombait et se relevait rapidement.

Sans instructions, je me suis allongé sur le lit, sur le dos, fixant le plafond. Gabriel était assis à côté de moi, sa main frottant mon ventre. Il se pencha et embrassa mon nombril. Ses lèvres étaient si douces. Sa main massait mes seins pendant qu'il embrassait mon sternum. Ses mains étaient incroyables sur mes mamelons.

"Oh mon Dieu." J'ai chuchoté.

Il remonta jusqu'à mon sein, prenant celui de gauche dans sa bouche. Je haletai alors que sa bouche couvrait mon mamelon. Sa langue passa dessus. Mon dos se redressa alors qu'il mordait doucement le mamelon avant de l'embrasser. Il déplaça sa bouche vers les seins droits, répétant le même processus. Je ne pouvais pas m'en empêcher, j'avais besoin de toucher quelque chose. Je touchai doucement ses cheveux, passant mes doigts dedans. Sa bouche était si bonne. Sa main descendit le long de mon flanc, jusqu'à ma jambe. Je gardai les yeux fermés, appréciant la sensation. Sa main s'est déplacée à l'intérieur de mes cuisses. J'ai écarté mes jambes, incertain de ce qui allait suivre. Gabriel a continué à se nourrir de mes seins, alors que sa main touchait le contour de ma chatte. Bien que j'aie fait une coupe de près, je n'étais pas complètement rasé. Ses doigts effleurèrent délicatement les poils, avant d'écarter les lèvres de ma chatte. Son majeur a frotté mon clitoris.

"Eh bien, maintenant nous savons ce qui vous rend humide." Il a dit.

J'ouvris les yeux pour le voir me sourire. son doigt frottant mon clitoris, libérant mon jus. Il a inséré deux doigts dans ma chatte, qui dégoulinait maintenant de mouille.

"Oh mon Dieu…. tu es si serré. Il a dit.

Il a frotté avec son pouce, tout en me doigtant avec ses deux doigts. Je pouvais sentir un orgasme m'envahir.

"C'est ça bébé... Laisser aller." Il a chuchoté avant de remettre un sein
Dans sa bouche.
En deux minutes, je suis venu.

"Oh mon Dieu." dis-je à bout de souffle.
"Vous ok?" Il a demandé.
Mon cerveau tournait.
"Oui, je vais bien." dis-je en respirant fort.
Je n'avais pas eu d'orgasme depuis si longtemps. Même quand nous avons fait l'amour, je n'ai jamais eu d'orgasme avec Courtney. C'était quelque chose que mon corps n'avait pas connu depuis des années, littéralement.
~Chapitre 4~

Je suis entré dans ma maison et je me suis effondré contre la porte d'entrée. C'était calme. Courtney n'était pas à la maison comme d'habitude. Je jetai mes sacs sur le lit et allumai la douche. L'eau de Cologne de Gabriel était sur ma peau. Je pouvais encore le goûter sur mes lèvres. Je ne pouvais pas croire que cet inconnu complet et total m'avait donné un orgasme. Putain, qu'est-ce que j'avais raté tout ce temps ?

« Où es-tu ? » J'ai envoyé un texto à Courtney.
‘Je suis chez mon pote, tu te souviens ?’
Il ne m'a jamais dit qu'il allait nulle part.
‘Passes-tu la nuit ?’
"Pas sûr, nous avons bu, je peux rentrer à la maison si vous en avez besoin."
"Non, reste, je te verrai quand tu reviendras."
'Es-tu sûr?'
"Ouais, à plus tard, je vais me coucher."

Je n'allais pas m'occuper de Courtney ce soir-là. S'il voulait rester dehors, ça ne me dérangerait même pas. J'ai adoré avoir le lit pour moi de toute façon.


Trois jours plus tard, j'ai appelé du travail. Courtney a demandé si j'allais bien. Je lui ai dit que je ne me sentais pas bien. La vérité était que je me préparais pour ma prochaine visite à Debauchery. Je suis allé à Sweet Samba et j'ai eu une cire brésilienne pour la première fois. Ça faisait très mal, mais je m'en suis sorti. Elle m'a même épilé le cul. Je suis parti et me suis dirigé vers Lane Bryant. Je ne pouvais plus penser à rien depuis samedi. J'étais prêt à aller plus loin. J'ai eu une pointe de culpabilité quand il s'agissait de Courtney. J'ai pensé au fait que maintenant j'étais aussi un tricheur. Je me suis senti coupable jusqu'à ce que j'ai vu notre compte MasterCard et j'ai vu qu'il avait des réservations au W ​​Downtown pour ce week-end. Le même week-end, il devait être chez sa mère pour l'aider avec sa voiture. Une fois que j'ai vu ça, j'ai arrêté de me sentir mal. J'ai pratiquement cessé de ressentir quoi que ce soit. J'ai acheté de la nouvelle lingerie et de nouveaux parfums pour le corps. J'étais prêt pour ma prochaine visite, plus que prêt.

Samedi

"Accueillir." dit l'homme en ouvrant la porte.
Je suis entré et j'ai remis mon manteau et mon sac.

Je montai au salon, emportant du champagne avec moi. J'ai regardé autour du grand salon. J'ai vu des femmes en rouge, comme moi. J'avais espéré voir Gabriel, mais je me suis promis que même s'il n'était pas là, je ferais quand même de cette soirée une soirée mémorable. J'ai repéré un grand noir au crâne rasé contre le mur, tout seul. Je souris alors que nous nous regardions dans les yeux. Il a levé son verre et j'ai fait de même. Il s'avança vers moi, lentement, délibérément.

"Bonjour" dit-il.
"Salut." J'ai souris.
"Je suis Koogi." Il a dit.
"Ravi de vous rencontrer, je suis Kelly." dis-je en lui serrant la main.
« Comment vas-tu ce soir, ma belle ? »
"Je suis…. Je vais bien." dis-je en regardant autour de moi.
"Est-ce ta première fois?"
"Non, la semaine dernière était."
Il acquiesca.
"Koogi…. Nom très unique. J'ai dit.
"Mes parents sont pour le moins excentriques." Il a souri clignotant un sourire Kodak.
"Je vois."
"Que fais-tu?" Il a demandé.
« Je suis infirmière, et toi ?
"Courtier immobilier." dit-il en sirotant son verre.
"Bien, qu'est-ce que tu bois ?"
"Hennesey."
J'ai souris.
« Est-ce que vous attendiez quelqu'un ? ai-je demandé hardiment.
"Je t'attendais."
J'ai un peu rougi.
"Je doute que."
"Pourquoi donc? Vous ne pensez pas que vous valez la peine d'attendre?
J'ai baissé les yeux.
"Bien sûr." J'ai dit.

Koogi s'avança vers moi, assez près pour que je puisse le sentir.

"Pourquoi n'irions-nous pas quelque part?" Il murmura.
Je le regardai, dans ses yeux noisette.
"D'accord."
Je reposai mon verre et pris sa main qui attendait.

Il m'a conduit à l'étage dans une chambre privée. Il jeta un coup d'œil à l'intérieur avant d'ouvrir complètement la porte. Je suis entré et je me suis tenu près du lit bateau Cherrywood. J'ai regardé Koogi verrouiller la porte.

"Mieux?" Il a demandé.
"Mieux." J'ai souris.
« Alors dis-moi Kelly…. de quoi es-tu d'humeur pour ce soir ? me demanda-t-il en me rapprochant de lui.
"Dieu tu sens bon." J'ai dit.
"Tu es belle."
"Merci, je n'ai pas l'habitude d'entendre ça, Dieu sait que je ne..."
Il m'embrassa, glissant sa langue dans ma bouche.

J'ai enroulé mes bras autour de son grand cadre de 6'3, amenant son visage dans le mien. Je fondis alors que ses bras s'enroulaient autour de ma taille. Sa bouche se dirigea vers mon cou, suçant et embrassant. Je fermai les yeux et mordis ma lèvre inférieure à cause de l'adrénaline qui faisait rage dans mon estomac. J'en voulais plus. Il a enlevé son débardeur et l'a jeté par terre, sans jamais rompre le contact visuel avec moi. Je reculai et dézippai ma robe, révélant la lingerie que j'avais récemment achetée. Je portais l'ensemble soutien-gorge et culotte rose à pois. Koogi enleva son pantalon et le laissa tomber, montrant son boxer à carreaux. J'ai rendu la pareille en retirant mon soutien-gorge et en le jetant par terre. Koogi m'adressa un sourire diabolique en retirant son boxer. J'ai failli tomber quand j'ai vu sa bite de dix pouces. J'en suis devenu intimidé. J'ai enlevé ma culotte. Nous étions tous les deux nus. Je me dirigeai vers lui, l'embrassant, mes mains posées sur sa poitrine.

Je me suis allongé sur le lit, Koogi ramenant son corps sur le mien. Il embrassa mon front, embrassant une traînée le long de mes joues, jusqu'à mon cou, jusqu'à mon sternum, avant de s'arrêter sur mes seins. Il lécha et suça mes mamelons, en prenant un dans sa bouche, le couvrant. J'étais au paradis. Ses mains étaient sur le lit, la seule chose sur moi était sa bouche. Il a mordu mes mamelons et a commencé à embrasser mon ventre.

"Oh merde" gémis-je alors qu'il ouvrait mes jambes.

Koogi a embrassé l'intérieur de ma cuisse, en bas à droite et en haut à gauche. J'ai écarté mes jambes plus largement alors qu'il s'abaissait sur moi. Il a commencé à lécher ma chatte nue avant d'utiliser ses doigts pour écarter les lèvres de ma chatte, révélant mon clitoris. Sa langue a commencé à lécher mon clitoris, ses lèvres embrassant ma chatte. Je fermai les yeux alors qu'il couvrait mon clitoris avec sa bouche. Je passai rapidement sa langue sur mon clitoris, faisant couler ma chatte.

"Merde." dis-je juste au-dessus d'un murmure.

Koogi a mangé ma chatte pendant ce qui m'a semblé être des heures. Chaque orgasme que j'avais, j'étais obligé de me couvrir la bouche avec les oreillers du lit. Il a mangé ma chatte encore et encore. Il l'a mangé comme si c'était son dernier repas dans le couloir de la mort. Il a saisi mes jambes dans ses bras, je n'ai pas pu m'enfuir. J'ai été forcé de m'allonger là et de prendre l'action de la langue qu'il me donnait. Je me suis retrouvé à attraper mes seins, à les serrer l'un contre l'autre. J'écartai les lèvres de ma chatte, lui permettant un accès plus facile à mon humidité.

« Oh merde bébé…. oooooo…… J'avais besoin de ça. m'entendis-je dire.
"Tu aimes ça?" Il a demandé.
"Ouissss."
J'ai gémi.

Il s'assit après mon troisième orgasme, se pencha et m'embrassa. J'ai adoré le goût de ma chatte sur sa langue. Ça m'a rendu fou.

"Mettre dans." dis-je à bout de souffle.
"Vous êtes sûr?"
"Oui je suis sûr." J'ai dit pratiquement la mendicité.

Koogi s'assit, attrapa mes jambes et m'attira vers lui. Il écarta mes jambes et y glissa le bout de sa bite.

"OH MON DIEU." J'ai dit.
"Ne t'inquiète pas, je t'ai eu." Dit-il en frottant mon clitoris avec son pouce.

Il s'est glissé un peu plus.

"Putain tu es serré bébé." Il a dit.

Il a poussé sa bite en moi un peu plus. Je tremblais, ça faisait tellement mal. J'ai bougé mes hanches alors qu'il poussait un peu plus. Nous sommes restés immobiles pendant un moment, puis j'ai senti plus de centimètres envahir ma chatte. Enfin, je pouvais sentir ses dix centimètres en moi. Koogi a commencé à aller et venir, doucement. Je me suis accroché à ses épaules. Il s'est penché et m'a embrassé, enfonçant sa grosse bite noire au plus profond de moi.

"Dieu que je me sens si bien." dis-je à son oreille.

Il embrassa mon cou, ses mains plaquant mes bras au-dessus de ma tête. J'ai levé mes jambes et ouvert. Koogi se déplaçait avec un mouvement plus délibéré. Il a commencé à accélérer le rythme.

"Oh oui!!!" dis-je alors qu'il commençait à me baiser.

Je n'avais jamais de ma vie eu une bite aussi bonne. Je n'avais jamais eu de relations sexuelles aussi bonnes. Je me suis abandonné à l'orgasme précipité qui a envahi mon corps.

"OHHHHHH FUUCKKK" ai-je crié alors que ma chatte explosait tout autour de sa bite.

Il est resté immobile, tirant sa bite avant de s'allonger à côté de moi.

"Oh mon Dieu." dis-je à bout de souffle.
"Tu es serré comme l'enfer." Il a dit.
"Ça fait un an."
« Un an depuis quoi ?
"Depuis la dernière fois que j'ai eu des relations sexuelles." J'ai dit.
Il s'est retourné et m'a regardé.
"Une année??"
"Oui, mon mari et moi n'avons plus de relations sexuelles." dis-je en lui faisant signe de partir.
"Quoi?"
"Je sais…. Je sais…. Je ne me souviens même pas de la dernière fois où j'ai eu un orgasme avant que tout cela ne commence. J'ai dit que je respirais toujours fort.
"Tu veux dire que tu es mariée et que ton mari ne fait pas tout ça tous les soirs ?" Il a demandé.
"Ouais." dis-je en riant à moitié.
"C'est un imbécile."
J'ai haussé les épaules.
"Il n'initie même pas, moi non plus."
"Eh bien, je l'ai pris lentement ce soir, je ne peux pas encore te baiser."
"Je sais, mais putain c'était incroyable." J'ai dit.
"Votre chatte peut faire exploser un homme avec une énorme charge de sperme là-dedans." Il a dit.
J'étais allongé là gelé.
"Vous ok?" Il a demandé.
"Oui, je suis parfait." J'ai souris.
"Pas de sexe dans une putain d'année?"
"Aucun."
Il s'est retourné sur moi.
"Eh bien, nous devrons simplement changer cela." Il a dit.
"Je vous en prie." Je souris alors qu'il ouvrait mes jambes.
La semaine suivante, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à "Debauchery". Ma chatte palpitait rien qu'en pensant à Koogi et Gabriel et à toutes les choses sur lesquelles mes yeux s'étaient ouverts depuis le premier départ.

"Hé, tu veux sortir dîner ce soir ?" a demandé Courtney.
"Bien sûr, qu'aviez-vous en tête?" ai-je demandé en signant un tableau.
"Nous pouvons faire Maggiano quand vous rentrez chez vous." Il a suggéré.
J'ai hoché la tête.
"Bien sûr, c'est bien."

Je suis rentré à la maison, j'ai changé de vêtements et j'ai attendu que Courtney rentre à la maison. J'ai décidé d'aller contre la norme, en portant une robe. J'ai trouvé une robe dos nu d'Ashley Stewart.
"Hé, désolé, je suis en retard, la circulation était mauvaise." Il a dit.
Je n'ai rien dit.
"Pas de problème", ai-je dit en quittant le site Web sur lequel j'étais.
« Tu es prêt à partir ? Il a demandé.
"Ouais." dis-je en attrapant mon sac à main.
« Nous pouvons prendre ma voiture ; J'ai besoin d'essence de toute façon. dis-je en regardant dans mon portefeuille.
"Déjà? Habituellement, vous avez besoin d'essence une fois par semaine. Il a dit.
"Ouais, souviens-toi que je devais faire des courses." J'ai menti.
Il acquiesca.
"C'est vrai, j'ai oublié."
« Comment était celle de ta mère ? » ai-je demandé dans la voiture.
"Très bien, elle avait besoin que ses bougies d'allumage soient remplacées." Il a dit.
J'ai hoché la tête.
"Pourquoi ne l'a-t-elle pas apportée au magasin?"
Il haussa les épaules.
"Je ne sais pas; elle sait que je peux le faire.
"Hmmm, je dois l'appeler." dis-je en sortant mon portable.
"Elle est à l'église ce soir." dit-il sans cligner des yeux.
J'ai ri à l'intérieur.
"Comment savez-vous?"
"Elle m'a dit."
J'ai hoché la tête.
"Je vais l'essayer demain alors, si je m'en souviens."
"Comment était le travail?" demanda-t-il alors que son téléphone portable sonnait.
Il jeta un coup d'œil à son téléphone, avant de décliner l'appel.
« Le travail, c'est bien ; tu sais que c'est toujours occupé. lui ai-je dit alors que nous nous garions sur l'autoroute.
"Parle-moi de ça, tu penses toujours à aller à cette conférence avec ta sœur ?" Il a demandé.
« Celui de Dallas ?
"Ouais."
"Non." dis-je en attendant de voir sa réaction.
"Pourquoi pas?"
"L'argent, je ne veux pas dépenser l'argent." dis-je en jouant sur mon téléphone.
« Nous avons l'argent pour que vous partiez…. Tu devrais y aller."
« Non, en plus, ce week-end, tu es en congé, alors…. nous pouvons peut-être faire quelque chose. Je suggère.
Il a fait un bruit.
«Je devrai peut-être faire ce truc de carrière. Je ne sais pas encore.
J'ai haussé les épaules.
"Eh bien, faites-le moi savoir." J'ai souris.

Nous sommes arrivés au restaurant et nous nous sommes assis dans une banquette.

"Je meurs de faim." dis-je en regardant le calendrier de mon téléphone, essayant de deviner quand je pourrais partir.
« Avez-vous reçu la facture de la carte de crédit ? » Je lui ai demandé.
Il était en train de mâcher et s'est arrêté.
"Ouais pourquoi?"
« Je ne l'ai pas vu ; tu l'as eu ? L'ont-ils envoyé à votre adresse e-mail ? » J'ai demandé.
« Ouais, pourquoi, quoi de neuf ?
“Nothing, I just wondered. I need to call them. I noticed last month the balance was higher than normal. The full amount came out of the joint account. I want to see the statement.”
“Well I used it a little more, had to get some stuff for my mom and for my car.” He said.
“Oh ok…. Well I will call them, get them to resend the statement.” I told him looking at him, waiting for him to look at me.
“Naw, there’s no need, I will show it to you, it’s in my email.” He said.
“You have it now?”
“Yeah….”
“Can you show it to me?” I asked laughing.
“Right now? While I’m eating?”
J'ai haussé les épaules.
“No, its fine.” I said as the waiter came up. I went ahead and ordered a glass of wine.

“When is the career thing you were telling me about?” J'ai demandé.
“It may be next week; I have to check.”
“So they expect you all to just leave for two days, but you don’t know the exact date?”
“It’s on my work phone. I think it’s Monday and Tuesday, I would be back Wednesday.”
“So, it is three days.”
He nodded.
“Ok, well…. Whatever the length of time, just let me know as soon as possible.” Je lui ai dit.
"Bien sûr." Il a souri.
We finished dinner and headed home. We sat in silence. It amazed me how easy it was for my husband to lie to my face. His lies didn’t even make sense anymore. I was done crying myself to sleep, I was done feeling bad. I had learned that while my husband was out, leaving me home alone…. I would be out as well.

~Chapter 5~

Monday Night

“Hey, did you make it to Savannah?” I asked Courtney.
“Yeah, we just got to the hotel.”
“Ok, well…. I had a long day, I am heading to bed.” J'ai dit.
“What happened?”
“Teenager shot in the chest, we lost him in surgery. His mother…. God bless her heart. She lost it.” I said rubbing my temples.
“Man, I am sorry to hear that.” He said.
“Yeah, it just took a lot out of me. When will you be home?”
“Wednesday, after work.” He said.
“Ok, so I won’t see you until Wednesday, is this the only career expo you all have planned?”
“As far as I know.”
“Ok.”
“What hotel are you at again?” J'ai demandé.
“Hold on….”

The line went dead.

‘What hotel are you at?’ I texted as I got out my car.
“Here is your ticket ma’am.” The valet said.
“Thank you” I smiled while powering my cell phone off and walking inside ‘Debauchery’.

I walked straight to the living room. I looked around the room.
“Looking for me?” a male voice asked.
I turned around to see Koogi, standing in a pair of jeans, no shirt.
“As a matter of fact, I am.” I said feeling my pussy wake up.
“How are you beautiful.” He asked before kissing me.
A moan escaped my lips.
“I am better now.” J'ai souris.
“I am surprised you are here on a Monday.” He said.
J'ai haussé les épaules.
“I needed the release.” I said taking a glass of champagne.
“I think I know just the thing.” He said.
I followed him upstairs to another room.
“What room is this?” J'ai demandé.
“The ‘heaven’ room.” He said pointing at the ceiling.
“Oh wow, they have clouds on the ceiling and sky lights” I said looking up.
“Yeah, and the heavenly bed, like the one from the Westin.”
“Oh God, I love those beds.”
I sat down on the edge of the bed, while Koogi locked the door.
“So you need to release, huh?”
“I don’t know what you or this place is doing to me….” I began.
“You’re being awakened.” He said.
“Maybe so, I know I can’t stop thinking about the shit you did to me.”
“Did you enjoy that?” he asked while his hand moved up my thigh.
“Yes.”
“Let me relax you Kelly.”
He looked in my eyes, I leaned forward and began kissing him. My sexual appetite was becoming insatiable.

“Come in the bathroom with me.” he said after pulling away.
He turned the shower on as I got undressed. He turned the steam option on, removing his clothes before we both stepped in.
“Do you mind if your hair gets wet?”
“No, it’s fine.” J'ai dit.
I stood in the shower, letting the water run over my body. Koogi turned on the rainforest shower head.
“Oh wow.” I said as the water came running down.
"Ne t'inquiète pas." He said turning me around.
I closed my eyes and stood under the water while Koogi grabbed something behind him.

I felt his hands on my hair, it surprised me and my eyes opened.
“What are you….” I began asking until I realized he was washing my hair.
His fingers felt like magic on my scalp.
“How is that?”
“That feels good.”

I leaned my head back against his chest, as he gave me a head massage. He worked the shampoo in my hair. I had never had a man wash my hair before, and that shit was erotic.
He rinsed my hair and repeated, washing it again.
“God that is amazing.” J'ai dit.
“Good, I want to make you feel good tonight baby.”

After washing my hair, he grabbed the Bath and Body Works Country Apply body wash and lathered up the sponge. I stood as he washed my neck, down to my chest, across my breasts. He washed my arms, under my arms. He washed my stomach. The more he touched me, the wetter my pussy got. Koogi sat on the shower bench, lifted my left leg and washed it. He washed my foot, getting in between my French pedicured toes. He used one of the shower hoses and rinsed me down before taking my right foot and doing the same thing. He rinsed my leg before washing my pussy. He was so delicate, as if he were teasing me. His fingers gently going in between the folds of my pussy lips. He used the hose and rinsed my pussy, before turning my around and running the sponge up my ass. He stood up as I rung my hair out. He did one last rinse over my body before turning the shower off.

“Here you are.” He said bringing a towel over.
I graciously took the towel and wrapped my body in it.
“How do you feel?”
“Very relaxed.”
“Good, that is the point.”
“Go and lay on the bed.” He said while checking the cabinets.

Koogi came over to the bed, I was still wrapped in a towel. He had in his hand the lotion bottle. He opened my towel and started planting kisses all over my body. I closed my eyes and enjoyed his mouth. He squeezed the Country Apple lotion on my legs, before rubbing it in. His hands felt incredible on my body. He rubbed the lotion on my feet, giving me a foot massage. He brought my foot up to his mouth, kissing my toes before putting each one in his mouth.

“Oh wow.” I moaned.

He rubbed lotion on my thighs, on my knees before squeezing some more on my stomach.
“You are one of the most beautiful women I have seen.”
I looked at him, sitting up on my elbows.
“I’m not too big?”
“Hell no, I love a plus size woman. Just because your husband doesn’t see what he has, doesn’t mean other men don’t. You are beautiful Kelly.” He said looking directly into my eyes.

I laid back down, staring at the cloud ceiling.

He rubbed the lotion on my arms, paying attention each one individually. He massaged my hands, placing them on his chest. I loved feeling his chest. Each ab was perfectly carved out. His body was so well defined. He finished putting lotion on my body.
“How do you feel?”
"Bien." dis-je doucement.
“Good, now just relax”

He got up, put the lotion back in the bathroom, and started lighting candles. I watched his ass as he moved from candle to candle. He turned the lights out.

“Just relax.” He said climbing on top of me.
Koogi began kissing down my body. His full lips felt incredible against my skin, which by now was hot. He opened my legs, placing each one on his shoulder. I could’ve came just off the excitement and anticipation. He began licking my pussy. He wasn’t doing it like he had done before, he was doing it slowly, making me feel so good. He licked my pussy, kissing my clit. He French kissed my clit. I moaned a soft moan. He slurped my pussy juices up. I had no idea I could even get so wet that my pussy made noises. I could feel an orgasm coming. Without even trying, my hips started moving with the motion of his tongue. My hands began rubbing my body, down to his head. His crew cut felt so good. I could feel the motion of his bobbing up and down on my clit. I found myself moaning louder. I sat up on my elbows, looking down at this man eating and enjoying my pussy. I had never seen anything like that before. I had never really experienced anything like this before, in my entire life.

“Ohhhh shit, I’m…. I’m about to cum.” J'ai dit.

Instead of letting up…... Koogi went in even more. I couldn’t hold it; I couldn’t fight it. I exploded, all over his face.

He sat up and looked at me.

“Oh my God, you are amazing.” I said out of breath.
“No baby, you are amazing…... lie back.” il a dit.

I laid back down, staring at the ceiling. Koogi climbed up next to me, lying beside me.
“You ok?”
J'ai hoché la tête.
“New experience.” I said, my voice a little horse.
“Good, you deserve to feel good.” He said rubbing my nipples.
“There’s so much I want to experience.” J'ai ri.
“Like what?”
“Everything. My husband and I only really did missionary, no foreplay, unless he rubbed my clit. He doesn’t like oral, even though I would like to do it. He never went down.”
“Why did you marry him?”
J'ai ri.
“I loved him.”
“Loved? Past tense?”
“I love him, but I am not in love with him.”
Koogi nodded.
“I have had more orgasms this month, than in the last two years, if not more.”
“A woman should come daily if she chooses to.” He said.
“I wish. My husband won’t touch me, I thought it was because I gained weight.” I confessed.
“Regardless of your size, you are beautiful.”
“Thanks.”
“What else do you want to experience?”
J'ai ri.
“I want to cum from every hole.”
“We can do that.”
“I know you can.” J'ai ri.
We paused for a moment.
“I think about you.” dis-je doucement.
“In what way?” Il a demandé.
“I think about your body, your hands, your mouth…. I get wet when I think about you.”
“I think about you too.”
“Yea right.”
“I do…. I see a woman who has not had her sexuality awaken and you trust me enough to awaken it. I think about you all the time. I think about your moans, how you twist and turn when you are cumming.”
I covered my face with my hands.
“Don’t be shy…... I want to make you feel good every time I see you, every time I get to be with you.”
J'ai souris.
“When you are with me, I want you to be free.” He said tilting my face towards him.
I reached up and kissed him, sliding my tongue into his mouth. His mouth welcomed me.
“I want some more.” I whispered, shocked at my own boldness.

Koogi smiled, rolled over on top of me. I opened my legs as he eased his dick in. I felt like I was virgin with him. I gasped as he pushed in. I wrapped my legs as his waist, my arms around his neck. I buried my head in the side of his neck as he caught a rhythm. We kissed passionately as he slid his dick in and out of my wet pussy. I scratched at his shoulders and back as he began picking up the pace. I threw my head back in ecstasy while he kissed my neck, licking on my earlobe. The wetness of his tongue on earlobe drove me over the edge. I moaned, scratching at him. It felt so good. His hips began pumping harder. I grabbed at his ass. It was firm to the touch. I could feel the muscles in his ass contracting as he pumped in me. He leaned down, biting my nipples. I screamed out in pleasure. I don’t know what this man was doing to me, but I couldn’t stop.

“Harder.” J'ai pleuré.
“You want this dick harder baby?” Il a demandé.
“Yeah.”

I never experienced sex talk, but I discovered I liked it.

He pumped harder and faster. I grabbed onto the sheets. My bottom lip started shaking. God, his dick was incredible.

“YE…. YES…. OH FUCK…. YES!” I screamed.
I could see the smile across his face.
“Fuck me baby…. please fuck me.” I begged.
“Oh shit…. I’m about to cum.” He said.
“Yea…. yes…. Cum baby…. cum in me.” I whispered in his ear.
“AHHHHHHHH……. URGHHHHHH!” he grunted as he released a hot load of cum deep inside me.

We collapsed back on the bed, both of us out of breath.
“Oh shit.” I said as if I was gasping for air.
“You ok?” Koogi asked still inside me.
“Yeah.”
“You ok?” Je lui ai demandé.
“I am perfect.” He said.
He eased out of me, causing me to moan.
“Sorry.” dit-il en souriant.
“Do you have to go?” J'ai demandé.
“Hell no, I am getting some water, you want some?”
“Yeah, thank you.”
I laid back and stared at the ceiling.
“Here you are.” He said handing me a bottle of water.
I watched as he drank his water down. I slowly sipped mine.
“Yasss…. someone finally let loose.” He said rubbing my leg.
“I know; I don’t know what came over me.”
“You stopped thinking so much.”
“Maybe, maybe I just got introduced to something I’ve never in my life had before.”
“Drink up.” He said.

I finished my water, throwing the bottle away and getting back in the bed.

“You have work tomorrow?” J'ai demandé.
“Yeah, I have a closing at ten.” He said.
“Do people spend the night here?” J'ai demandé.
“All the time, the busiest nights are the weekend or a holiday.”
“What brought you here?” J'ai demandé.
“Took a chance, I was hoping you would be here.” He said.
J'ai ri.
“And I wasn’t?”
“I would’ve probably gotten some head and left.”
“Oh…. Head?”
“You do know what head is, right?”
“Yes, oral sex. I am not a prude.”
“Have you ever?”
“Yeah, in college, my husband doesn’t like it. So I have done it before I met him.”
“Is he black?”
"Oui"
“A black man doesn’t like head? Wow.”
J'ai haussé les épaules.
“I am out of practice, but I know what it is.”
“You enjoy it?”
“I haven’t done it in so long, I don’t remember.” I confessed.
“Then I need to get you re-acquainted.” He said.

Articles similaires

Rencontrer les ténèbres - Partie I

Rencontrer les ténèbres Alors qu'elle rentrait chez elle le long du raccourci, un chemin de terre entre deux immeubles abandonnés, elle entendit des pas derrière elle. Elle s'est rapidement tournée vers ses médecins qui soulevaient la poussière, personne là-bas. Accélérant le rythme, elle se dépêcha le long du chemin, son ombre devant elle de la pleine lune ce soir. De nouveau, elle entendit les pas suivre son rythme ; elle s'est arrêtée, ils se sont arrêtés. Se retournant toujours, elle ne vit personne. Mettez-vous en main si vous êtes Laura ! dit-elle à voix haute en secouant la tête et en...

858 Des vues

Likes 0

Une journée inoubliable_(3)

Tout a commencé quand j'ai pu aller dans un bed and breakfast facultatif de vêtements dans le Maine que mes yeux étaient ouverts sur ce qui m'attendait. La visite du Maine m'a en quelque sorte pris par surprise, alors que lors d'un voyage d'affaires, j'ai décidé de séjourner dans un B&B au lieu d'un hôtel. C'était en novembre donc c'était un peu frais mais ils ont une piscine couverte et dans un bâtiment à côté de la piscine un sauna. En entrant dans le sauna, cela ne m'a pas surpris de trouver des hommes et des femmes nus assis. Il y...

615 Des vues

Likes 0

Baisée brutalement par mon colocataire hétéro: un autre niveau de bromance_ (1)

Kareem est une étudiante de 22 ans. Il a une sorte de visage de joli garçon; il garde ses poils faciaux bien alignés. Il mesure environ 5 pieds 10 pouces, avec une carrure légère et sa peau est de la couleur du café légèrement crémeux. Kareem a depuis longtemps accepté qu'il était gay depuis son adolescence, mais il n'est pas le type de gay pédé qui marche et parle drôlement et porte des vêtements féminins. C'est juste un type de voyou qui aime vraiment la bite; un commerce, pour ainsi dire. Eh bien, dans sa première année d'université, il est bien...

581 Des vues

Likes 0

Leila obtient son premier souhait d'anniversaire

Elle s'appelait Jess. C'était une fille typique de 16 ans. De beaux cheveux bruns jusqu'à la taille, des yeux bleus perçants et un bronzage doré. Ses seins bien plus qu'une poignée et son cul tout aussi beau. Je ne me suis jamais considérée comme une lesbienne, mais je la regardais souvent et je me demandais à quoi ressemblait son beau corps nu. Quel goût elle aurait, quelle sensation sa peau douce aurait contre la mienne. J'étais moi-même une fille geek de 15 ans, la bouche pleine de métal, des lunettes à monture épaisse ringardes. Poitrine plate, petit corps, cheveux blond sale...

504 Des vues

Likes 0

Mon professeur sexy_(0)

La cloche sonna. Mon professeur s'appelait Ella maya. Elle était si chaude. Elle avait des seins énormes qui sortaient, J'ai adoré quand elle se penchait. On pouvait voir son cul. « Lewis, s'il vous plaît restez derrière vous pouvez partir ! » Tout le monde s'est précipité. Je n'ai rien fait de mal ? « Tu veux de l'aide supplémentaire ? On peut aller chez moi maintenant si tu veux ? Je vais téléphoner à tes parents ? Ouah. O-oui s'il vous plaît dis-je. Elle sourit. Elle a ensuite téléphoné à mes parents et nous nous sommes rendus chez elle en voiture. *l'aide est...

1.5K Des vues

Likes 0

Leur monde partie 3

Je ne sais toujours pas combien d'heures j'ai passé à l'intérieur de ce terrible hangar de stockage en aluminium, ligoté comme un porc... . Qu'avais-je fait de mal ? Qu'avais-je fait pour mériter cette torture inhumaine ? C'était le pire. Je n'avais rien fait de mal. Tout ce que j'ai fait, c'est aider ma femme Monica et son amant Randy à se préparer pour une fête à laquelle ils allaient. Puis, alors qu'ils étaient presque prêts à partir, Randy a commencé à me gifler comme une poupée de chiffon, sans aucune raison. J'avais été parfaitement respectueux envers lui et ma femme...

1.6K Des vues

Likes 0

« Voulez-vous que deux de moi ? »

« Voulez-vous que deux de moi ? » Cela se passe dans un futur très proche….. ….Je suis Lisa, et j'ai fait un grand pas et j'ai secrètement mis ensemble un clone et une combinaison robotique de moi-même. Mon entreprise pensait que c'était juste la dernière fille robot que j'avais créée. J'ai attendu que le bon gars pour le tester. J'ai enfin trouvé ce que je cherchais. Il était beau, sexy et jeune. Parfait…. --------- …Ron…. … J'ai reçu des informations sur une entreprise qui souhaitait que quelqu'un essaie sa dernière fille robot. J'ai regardé et ça m'a semblé intéressant. Je les ai contactés...

1.6K Des vues

Likes 0

La lutte nous a lancé....

Quand j'avais 18 ans, j'avais un ami proche avec qui je traînais tout le temps. Il s'appelait David. Bien que nous nous intéressions tous les deux aux filles et que nous ayons des amies stables à l'époque, nous avons passé beaucoup de temps ensemble et avons réussi à nous retrouver avec des expériences sexuelles l'un avec l'autre. La première fois que nous avons fait quoi que ce soit, nous avions plaisanté sur la taille de la bite et il n'arrêtait pas d'insister sur le fait que la sienne était plus grosse que la mienne. Nous avions vu les bites de l'autre...

1.4K Des vues

Likes 0

Partie 5 - Sue devient une star_(0)

Partie 5 suite de la partie 4… Sa tête pendait de honte, son sein palpitait et lui faisait mal et était maintenant presque noir, puis à sa grande horreur, le gars a dit. Eh bien, si vous ne le maintenez pas enfoncé, les balles rentrent. Il a mis toutes les balles dans le sac et a ensuite commencé à le balancer comme un pendule. Sue a laissé échapper un cri de gouttière et a dit non s'arrêter, s'il vous plaît. Pouvons-nous te baiser dans le cul, le gars a dit: 'Oui, oui, enlève-le. 'Es-tu sûr'. ‘Oui, enlevez-le.’ Lentement, il enleva le...

529 Des vues

Likes 0

Fête mère-fille (3 sur 12)

Fête mère-fille (Partie 3 - Trio maman, papa et Anna) Dès la fin du film, j'attire la bouche de Tom vers la chatte de sa fille et lui dis qu'il doit décider si elle a un orgasme aujourd'hui. Qu'est-ce que tu aimerais que papa fasse ? J'apprends rapidement qu'il existe plus d'un type de torture pour ma chatte. Gardez ma chatte sur le bord aussi longtemps que vous le pouvez sans lui permettre de produire du sperme. Quand vous aurez terminé, maman me taquinera la chatte avec elle. bouche de la même manière. Nous maintenons Anna au bord de l'orgasme pendant...

336 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.