Fée des dents_(2)

475Report
Fée des dents_(2)

"Es-tu sûr qu'elle viendra?" » demande Corey avec un léger zézaiement, à cause de sa dent de devant manquante.

« Positif », lui assure son frère aîné, Simon. Il vient de passer les trente dernières minutes à essayer de convaincre sa jeune sœur de mettre sa dent récemment perdue sous son oreiller avant de se coucher.

"Carol dit qu'il n'y a pas de fée des dents", argumente Corey. "Elle dit que maman met l'argent sous mon oreiller pendant que je dors."

«Mais maman n'est pas là ce soir», lui rappelle Simon. "Si vous laissez votre dent sous votre oreiller et qu'elle a disparu le matin, cela ne peut pas être maman."

"Je suppose que cela a du sens." Elle n'est pas facilement convaincue. Corey, ou Corinthia, est une jeune fille aux longs cheveux bruns impossibles à garder droits. Simon est son frère aîné, qui s'occupe d'elle ce soir.

Ce matin-là, Corey avait annoncé au petit-déjeuner que sa dernière dent de lait était enfin desserrée, déclenchant immédiatement le bavardage normal des fées des dents et de l'argent. Simon l'avait taquinée au point de la convaincre de l'assommer elle-même en mordant dans une assiette en céramique. Sachant qu'elle ne serait pas à la maison ce soir-là, leur mère a laissé Simon chargé d'agir comme la fée des dents, en partie comme punition pour avoir excité Corey en premier lieu.

« Es-tu prêt à aller au lit maintenant ? » » demande Simon d'une voix condescendante alors que Corey place sa dent sous l'un de ses deux oreillers.

«Je ne suis pas fatiguée», gémit-elle.

"Dommage. Tu dois dormir, sinon la Fée des Dents ne viendra pas. Vous êtes-vous brossé les dents ? Il lui attrape le menton et lui pince les joues pour pouvoir regarder dans sa bouche.

"Ça faisait trop mal." Elle remue les pieds, les mains derrière le dos, d'un air coupable.

"Je suppose que cela n'aura pas d'importance de sauter ça pour une nuit", soupire-t-il. "Avez-vous besoin d'une veilleuse?"

«Non», répond-elle fièrement.

"Un verre d'eau? Pour utiliser la salle de bain ? il suggère tout ce à quoi il peut penser. Il veut qu'elle s'endorme le plus tôt possible pour ne pas avoir à se coucher trop tard lui-même.

«Non et non», répond-elle avec assurance.

"Très bien alors, il est temps d'aller au lit." Il la prend facilement dans ses bras et l'allonge sur son grand lit.

« Bonne nuit, Simon », bâille-t-elle en fermant les yeux. Malgré sa déclaration précédente, elle semble prête à s'endormir telle quelle.

"Je vais laisser la porte entrouverte", l'informe-t-il en quittant la pièce.

"Pourquoi?" Elle est confuse.

« Pour que la fée des dents puisse entrer et sortir », répond-il. En vérité, il veut pouvoir l'entendre quand elle s'endort enfin, et éviter de tourner la poignée de porte plus tard et risquer de la réveiller. Heureusement, elle est jeune et personne n'est plus sage.

-------------------------------------------------- -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- -------

Simon passe les deux heures suivantes à jouer à des jeux vidéo sur la télévision du salon, lumières éteintes et son coupé. Il est tellement absorbé qu'il ne s'arrête même pas pour la surveiller jusqu'à ce qu'il réalise à quel point il est tard. Il retourne rapidement dans sa chambre sur la pointe des pieds et la trouve respirer profondément par le nez. Elle dort très certainement.

Juste pour être sûr, il murmure son nom dans la pièce à plusieurs reprises avant d'ouvrir la porte et de se faufiler à l'intérieur. Elle marmonne en réponse mais reste autrement morte au monde. Sa tête est légère, ce qui lui permet de glisser facilement sa main sous son oreiller. Il remarque bientôt que sa main gauche est également passée en dessous. Elle serre fermement la dent, refusant de la lâcher.

"Allez, Corey," gémit-il en essayant de lui retirer doucement les doigts.

"Ça chatouille, Simon", rigole-t-elle dans son sommeil.

"Pourquoi es-tu si ennuyeux?" il chuchote.

"Tu es méchant", commence-t-elle à gémir.

"D'accord, je suis désolé", la fait-il taire. "S'il te plaît, ouvre ta main", lui murmure-t-il à l'oreille.

"Non." Elle sourit soudain. "Tu ne peux pas l'avoir, Simon."

Il ne sait pas si elle est à moitié éveillée, complètement éveillée ou simplement en train de rêver, mais elle l'énerve. « Donne-le-moi ou je vais te chatouiller », la menace-t-il.

«Je ne suis pas chatouilleuse», marmonne-t-elle.

"Quoi? Oui, tu l'es », continue-t-il à argumenter avec la fille endormie. "Tu ne peux pas supporter quand je te touche ici." Il lui pique le cou, la faisant grincer des dents. Elle ne lâche pas pour autant. "Et ici?" Il passe sa main sous son aisselle et réessaye. Cette fois, sa main gauche bouge, essayant de repousser ses doigts, mais elle parvient d'une manière ou d'une autre à maintenir sa prise sur la dent. "Mon Dieu, tu es un tel gamin."

«Je le dis à maman», gémit-elle.

"C'est ma phrase", lui siffle-t-il tout en passant ses mains sur différentes parties de son corps, essayant d'obtenir une réponse. Elle ne réagit pas jusqu'à ce qu'il effleure accidentellement l'un de ses tétons sous sa chemise de nuit.

"Ne le fais pas, Simon," gémit-elle.

"Est-ce votre faiblesse?" Un sourire malicieux apparaît sur son visage. Ses tétons semblent avoir durci et dépassent pratiquement sa chemise de nuit. "Que dis-tu de ça?" Il lui pince celui de gauche, la faisant grincer. Cependant, elle serre seulement le poing plus fort.

Au cours des minutes suivantes, il alterne entre ses minuscules tétons durs, la faisant gémir et respirer profondément, mais rien d'autre. Finalement, il abandonne simplement et fronce les sourcils. "Simon, j'ai chaud", murmure-t-elle soudain. "Mes jambes."

« Enfant gâté », marmonne-t-il en retirant les couvertures de ses jambes, pour découvrir que sa chemise de nuit remonte sur ses hanches. Sa culotte en coton rose est bien en vue, soulignant le petit triangle qu'est son entrejambe.

"C'est mieux", soupire-t-elle en écartant les jambes. Simon détourne la tête un instant mais s'arrête lorsqu'il remarque une tache sombre. Sa curiosité prend le dessus sur lui et il y touche réellement.

"Tu es mouillée, petite salope," haleta-t-il.

"Qu'est-ce qu'une salope ?" elle gémit.

"C'est ce que tu es", répond-il en enfonçant son index dans son entrejambe, poussant le tissu de sa culotte à l'intérieur d'elle.

"Ne fais pas ça," inspire-t-elle profondément.

"Pourquoi? Vous l’aimez visiblement. Il continue jusqu'à atteindre son hymen.

"Ça fait bizarre." Elle tressaillit.

Simon n'arrive toujours pas à dire si elle est réveillée ou non. "Laisse-moi faire ça pendant un moment", lui conseille-t-il. D'une manière ou d'une autre, cela la fait se détendre, lui permettant d'enfoncer son doigt plus profondément en elle jusqu'à ce qu'il puisse sentir la petite barrière cutanée se briser.

"Non", haleta-t-elle alors que les larmes commençaient à couler sur son visage. Elle se redresse brusquement, enfouissant son visage dans sa poitrine. Il lui frotte affectueusement l'arrière de la tête d'une main tout en continuant à la doigter de l'autre. Elle mord sa chemise maintenant, essayant de s'empêcher de crier.

"Tu es si douce", lui murmure-t-il à l'oreille tout en jouant avec ses cheveux. Elle hoche simplement la tête, ne sachant pas comment répondre. Elle est visiblement réveillée maintenant. "Voulez-vous que je m'arrête?" demande-t-il prudemment.

"En quelque sorte." Elle hoche à nouveau la tête sans laisser son visage quitter sa poitrine.

"Mais pas entièrement ?" il prie. Elle secoue légèrement la tête. "Bien, alors nous continuerons." Il enfonce son doigt plus profondément, étirant sa culotte jusqu'à ses limites.

"Aïe." Elle mord encore sa chemise. "Ça fait mal."

"C'est censé le faire", lui assure-t-il en lui tirant les cheveux jusqu'à ce qu'elle lève la tête pour lui faire face. Il dépose ensuite rapidement un baiser sur ses lèvres, laissant sa langue s'enfoncer dans sa bouche et explorer l'espace entre ses dents.

"Pourquoi est-ce que tu m'embrasses?" demande-t-elle quand il se retire.

"Parce que tu es mignon", répond-il.

Elle ne peut s'empêcher de sourire légèrement. "Suis-je?"

"Plus mignon que la normale." Il hoche la tête. Elle ferme les yeux et se penche vers lui, l'invitant à l'embrasser à nouveau, ce qu'il fait. Au bout d'un moment, il se rend compte qu'il néglige son doigt en elle. Il le retire complètement, ainsi que sa culotte, provoquant un grincement. Il ne s'arrête que lorsque les sous-vêtements en coton rose lui arrivent aux chevilles.

"Il fait froid", halète-t-elle alors que sa chatte humide et brillante rencontre l'air.

"Ne t'inquiète pas." Il lui enfonce presque immédiatement deux doigts, lui coupant le souffle et la faisant respirer.

«C'est trop plein», grogne-t-elle.

"Ce n'est pas assez plein", conteste-t-il tout en courbant ses doigts jusqu'à ce qu'ils poussent l'intérieur de ses parois jusqu'à son propre os pubien.

Sa tête recule alors qu'ils grattent son point G.

"Que fais-tu?" elle halète. Il ne répond pas alors qu'il se frotte contre la chair spongieuse jusqu'à ce que sa respiration soit difficile. Elle tremble toutes les quelques secondes et transpire abondamment. "Je vais crier", le prévient-elle en agrippant le drap sous elle. Il lui couvre la bouche avec la sienne pour étouffer le son tout en tirant fort, enfonçant ses doigts dans son point G.

Ses yeux révulsent dans sa tête alors qu'elle tressaillit. Un liquide clair jaillit autour de ses doigts tandis que sa chatte les serre. Elle convulse et crie dans sa bouche. Ses orteils sont recourbés et ses jointures sont blanches.

Lorsqu'il retire enfin sa bouche de la sienne, elle cherche immédiatement de l'air. "Qu'est-ce que tu m'as fait?" demande-t-elle.

"Rien pour le moment." Il se lève correctement et déboutonne son jean et ouvre sa braguette.

"Qu'est-ce que tu vas me faire?" elle modifie sa question.

"Je vais te baiser sans raison", répond-il honnêtement alors que sa queue sort de son pantalon. Elle est déjà complètement gorgée du spectacle de son tout premier orgasme.

"Tu veux me baiser?" répète-t-elle d'une voix incertaine. "Est-ce que ça va faire mal?"

"C'est possible." Il admet.

«Mais tu vas le faire de toute façon», réalise-t-elle.

Il ne répond pas mais se déplace sur le lit, poussant ses jambes vers son torse pour se faire de la place pour s'agenouiller en dessous d'elle. Sa bite dure est déjà dangereusement proche de sa chatte encore dégoulinante. Elle peut pratiquement en sentir la chaleur lorsqu'elle effleure ses lèvres luisantes. Sa respiration devient difficile par anticipation.

"Fais-le", cède-t-elle. "Fais-en fini."

"Oh non." Il secoue la tête. «Je veux profiter de ça. Je veux que tu profites de ça. Il enfonce la tête de sa bite dans sa chatte. C'est tellement humide qu'il n'y a absolument aucune résistance. Elle halète quand il frôle son point G en entrant, mais se calme lorsque la pointe glisse devant lui.

"Je me sens tellement rassasiée", gémit-elle quand il s'arrête enfin. Sa chatte est en fait tendue autour de lui et sa bite touche presque son col. Il est peut-être jeune mais elle est plus jeune et beaucoup plus petite. Lorsqu'il avance, la pointe écarte l'ouverture de son ventre mais elle ne peut pas réellement se glisser à l'intérieur. "Je peux le sentir." Elle attrape son ventre et pince les rouleaux de chair, donnant l'impression que sa queue pourrait réellement sortir d'elle, bien que cela soit complètement impossible.

"Que voulez-vous que je fasse?" demande-t-il en prenant plusieurs respirations profondes, en s'assurant qu'il ne perd pas le contrôle et ne commence déjà à jouir.

Elle le regarde longuement avec de grands yeux avant de répondre. "Je veux que tu me baises de manière insensée", utilise-t-elle ses propres mots. "Je veux que tu baises ta salope de sœur jusqu'à ce qu'elle crie. Fais-moi encore pisser comme ça.

"Comme vous le souhaitez." Il s'enfonce en elle sans avertissement, poussant presque à travers son minuscule col, la faisant hurler de douleur. Il recule complètement et la laisse reprendre son souffle avant de remettre sa bite dans sa chatte serrée et humide, grattant à nouveau son point G au début.

"Oh." Elle couvre une partie de son visage avec ses mains et commence à enfoncer ses doigts dans sa bouche. "J'aimerais qu'il reste à cet endroit."

"Ici?" » demande-t-il en enfonçant le bout de sa bite dans son point G, lui coupant à nouveau le vent. Cela ne dure qu'un instant, car il passe rapidement, pénétrant dans son col et la faisant crier dans ses mains. "Est-ce que ça fait mal?" il est curieux. Elle hoche la tête alors que les larmes coulent sur son visage. "Voulez-vous que je m'arrête?"

Elle secoue la tête tout en retirant ses doigts de sa bouche pour pouvoir parler. « Ça m'a fait encore plus mal. Lorsque vous atteignez cet endroit, vous vous sentez si bien que cela enlève la douleur. Plus ça fait mal, mieux c'est quand ça s'arrête. Enfonce-le plus profondément », supplie-t-elle. « Fais-moi crier et pleurer. Je veux que tu me fasses tellement de mal que je ne peux pas le supporter.

Simon n’a pas besoin qu’on le lui dise deux fois. Il l'attrape par la taille et la soulève sur ses genoux tout en s'allongeant sur le dos. Il la retire ensuite de lui, s'assurant que le bout de sa bite appuie sur son point G avant de pousser sur ses hanches, faisant glisser sa bite du tissu spongieux et glissant jusqu'à son petit ventre.

Le contraste entre la sensation de bien-être et l’apparition soudaine de la douleur est trop fort pour elle. Elle crie à pleins poumons alors que du liquide plus clair jaillit autour de la base de sa queue. Sans réfléchir, il tend la main sous sa chemise, saisissant et tordant ses tétons, essayant soit de lui causer encore plus de douleur, soit simplement de la distraire.

Elle répond en rejetant la tête en arrière, le blanc de ses yeux étant à nouveau visible alors qu'elle convulse. Sa chatte a des spasmes, saisissant sa queue et pressant son point G contre elle, remplaçant la douleur. Son utérus tremble également autour de son extrémité, ce qui lui cause de plus en plus de douleur à chaque fois. Son corps est dans une lutte acharnée, essayant de décider quoi dire à son cerveau.

La douleur semble cependant l'emporter puisque Corey a décidé de se mordre la langue juste pour lui faire encore plus mal. "Plus profond", supplie-t-elle en poussant hors du lit avec ses pieds et en se laissant retomber sur sa queue. La tête est logée au-delà de son col et tout ce qu'elle fait, c'est baiser douloureusement son ventre. "Plus fort." Elle pousse sur ses mains, essayant de lui faire tordre encore plus ses tétons. Ses yeux battent et elle est sur le point de s'évanouir mais elle continue de se frotter le ventre contre sa bite, désespérée de lui faire encore un peu plus mal.

Soudain, elle recommence à crier alors que quelque chose de chaud remplit son ventre. Simon a perdu le contrôle de lui-même et remplit désormais sa petite sœur de son foutre. Il n'y a pas grand chose mais cela lui fait quand même beaucoup, et bien sûr, chaque spasme de sa bite lui fait mal au col. Elle fredonne presque pour elle-même. Elle s'est déjà évanouie au moment où il s'arrête.

Plutôt que de se retirer, il reste simplement immobile, attendant que sa bite se dégonfle en elle. Pour une raison ou une autre, ce n'est pas le cas. C'est trop sensible pour qu'il continue à la baiser mais le sang continue de gonfler. La vue d’elle effondrée sur lui est toujours excitante. Il veut la baiser toute la nuit mais il sait qu'il devra attendre qu'elle se réveille. Peut-être pourra-t-il lui faire essayer différentes positions, voire orales. Comparé à tout ce qu'il pensait savoir il y a deux heures lorsqu'elle s'est couchée, tout est possible maintenant.

Articles similaires

Rencontrer les ténèbres - Partie I

Rencontrer les ténèbres Alors qu'elle rentrait chez elle le long du raccourci, un chemin de terre entre deux immeubles abandonnés, elle entendit des pas derrière elle. Elle s'est rapidement tournée vers ses médecins qui soulevaient la poussière, personne là-bas. Accélérant le rythme, elle se dépêcha le long du chemin, son ombre devant elle de la pleine lune ce soir. De nouveau, elle entendit les pas suivre son rythme ; elle s'est arrêtée, ils se sont arrêtés. Se retournant toujours, elle ne vit personne. Mettez-vous en main si vous êtes Laura ! dit-elle à voix haute en secouant la tête et en...

858 Des vues

Likes 0

Une journée inoubliable_(3)

Tout a commencé quand j'ai pu aller dans un bed and breakfast facultatif de vêtements dans le Maine que mes yeux étaient ouverts sur ce qui m'attendait. La visite du Maine m'a en quelque sorte pris par surprise, alors que lors d'un voyage d'affaires, j'ai décidé de séjourner dans un B&B au lieu d'un hôtel. C'était en novembre donc c'était un peu frais mais ils ont une piscine couverte et dans un bâtiment à côté de la piscine un sauna. En entrant dans le sauna, cela ne m'a pas surpris de trouver des hommes et des femmes nus assis. Il y...

615 Des vues

Likes 0

Baisée brutalement par mon colocataire hétéro: un autre niveau de bromance_ (1)

Kareem est une étudiante de 22 ans. Il a une sorte de visage de joli garçon; il garde ses poils faciaux bien alignés. Il mesure environ 5 pieds 10 pouces, avec une carrure légère et sa peau est de la couleur du café légèrement crémeux. Kareem a depuis longtemps accepté qu'il était gay depuis son adolescence, mais il n'est pas le type de gay pédé qui marche et parle drôlement et porte des vêtements féminins. C'est juste un type de voyou qui aime vraiment la bite; un commerce, pour ainsi dire. Eh bien, dans sa première année d'université, il est bien...

581 Des vues

Likes 0

Leila obtient son premier souhait d'anniversaire

Elle s'appelait Jess. C'était une fille typique de 16 ans. De beaux cheveux bruns jusqu'à la taille, des yeux bleus perçants et un bronzage doré. Ses seins bien plus qu'une poignée et son cul tout aussi beau. Je ne me suis jamais considérée comme une lesbienne, mais je la regardais souvent et je me demandais à quoi ressemblait son beau corps nu. Quel goût elle aurait, quelle sensation sa peau douce aurait contre la mienne. J'étais moi-même une fille geek de 15 ans, la bouche pleine de métal, des lunettes à monture épaisse ringardes. Poitrine plate, petit corps, cheveux blond sale...

504 Des vues

Likes 0

Mon professeur sexy_(0)

La cloche sonna. Mon professeur s'appelait Ella maya. Elle était si chaude. Elle avait des seins énormes qui sortaient, J'ai adoré quand elle se penchait. On pouvait voir son cul. « Lewis, s'il vous plaît restez derrière vous pouvez partir ! » Tout le monde s'est précipité. Je n'ai rien fait de mal ? « Tu veux de l'aide supplémentaire ? On peut aller chez moi maintenant si tu veux ? Je vais téléphoner à tes parents ? Ouah. O-oui s'il vous plaît dis-je. Elle sourit. Elle a ensuite téléphoné à mes parents et nous nous sommes rendus chez elle en voiture. *l'aide est...

1.5K Des vues

Likes 0

Leur monde partie 3

Je ne sais toujours pas combien d'heures j'ai passé à l'intérieur de ce terrible hangar de stockage en aluminium, ligoté comme un porc... . Qu'avais-je fait de mal ? Qu'avais-je fait pour mériter cette torture inhumaine ? C'était le pire. Je n'avais rien fait de mal. Tout ce que j'ai fait, c'est aider ma femme Monica et son amant Randy à se préparer pour une fête à laquelle ils allaient. Puis, alors qu'ils étaient presque prêts à partir, Randy a commencé à me gifler comme une poupée de chiffon, sans aucune raison. J'avais été parfaitement respectueux envers lui et ma femme...

1.6K Des vues

Likes 0

Les 120 jours de sodomie - 17 - part1, LE SEIZIÈME JOUR

LE SEIZIÈME JOUR Nos héros se levèrent aussi brillants et frais que s'ils venaient d'arriver de confession ; mais à y regarder de près, on aurait pu remarquer que le duc commençait à se fatiguer un peu. Le blâme pour cela aurait pu être attribué à Duclos; il ne fait aucun doute que la jeune fille avait entièrement maîtrisé l'art de lui procurer du plaisir et que, selon ses propres mots, ses décharges étaient lubriques avec personne d'autre, ce qui corroborerait l'idée que ces questions ne dépendent que du caprice, de l'idiosyncrasie , et que l'âge, l'apparence, la vertu et tout...

1.5K Des vues

Likes 0

Juste un trajet en bus ... Honnête 3

Le monde semblait juste se figer. Je ne pouvais pas y croire, j'avais l'impression qu'elle m'avait complètement trahi, même si nous ne nous connaissions que depuis un jour et un peu, c'était comme un poignard dans le cœur, pourquoi était-elle si dragueur aujourd'hui, elle doit savaient ce qu'elle faisait, mais elle le faisait quand même même si elle avait un petit ami. Ne voulant pas y penser un instant de plus, j'ai fermé la page et le monde a recommencé à tourner. « RALPH ÉCOUTEZ-VOUS ? Cria le professeur depuis le devant de la classe comme ils le font. « Ouais » ai-je crié sans...

1.6K Des vues

Likes 0

S.S.Shotguneagle (Partie Six)

Ce ne serait pas tout à fait vrai si Leah disait que son esprit n'était pas fêlé. Même après s'être répété à plusieurs reprises comment elle allait aller, le doute était toujours au fond de son esprit. Son esprit est peut-être encore intact pour le moment, mais sa volonté de rester forte et positive s'effondrait. Elle se demandait combien de temps il faudrait avant qu'elle ne perde complètement la tête. Cela n'aidait pas non plus que Leah se battait mentalement. Elle détestait la façon dont elle laissait ces animaux faire son chemin avec elle. Leah n'a jamais voulu être une autre...

1.6K Des vues

Likes 0

« Voulez-vous que deux de moi ? »

« Voulez-vous que deux de moi ? » Cela se passe dans un futur très proche….. ….Je suis Lisa, et j'ai fait un grand pas et j'ai secrètement mis ensemble un clone et une combinaison robotique de moi-même. Mon entreprise pensait que c'était juste la dernière fille robot que j'avais créée. J'ai attendu que le bon gars pour le tester. J'ai enfin trouvé ce que je cherchais. Il était beau, sexy et jeune. Parfait…. --------- …Ron…. … J'ai reçu des informations sur une entreprise qui souhaitait que quelqu'un essaie sa dernière fille robot. J'ai regardé et ça m'a semblé intéressant. Je les ai contactés...

1.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.