La petite fille qui pense différemment

277Report
La petite fille qui pense différemment

Laissez-moi vous raconter une histoire. L'histoire d'une petite fille qui pense tellement différemment des autres.

Elle était assise seule, frissonnante, ses vêtements disparus et interdits. Elle regarda autour de cet endroit inconnu, incapable de trouver le moindre réconfort dans son atmosphère lointaine. Elle baissa les yeux sur ses pieds. le matériau impitoyable s'est enfoncé dans sa chair, provoquant des picotements dans ses orteils et finalement un refroidissement et un engourdissement. Comment ose-t-elle penser à enlever les chaussures misérables qui mordent ses pieds tendres. Elle ne les supprimerait pas. Impossible de les supprimer. Son corps lui criait de les arracher, mais son esprit le lui interdisait. Elle savait que si elle les avait retirés, elle ne s'en servirait pas suffisamment pour jouer sans vaciller partout. Et une oscillation lui coûterait sa chair.

Elle s'assit et attendit, car il était à peine midi passé. Il reste encore des heures. Essayant de se distraire de la froideur de ses pieds, elle sortit du papier de son sac et décida de dessiner. Tandis que son marqueur parcourait sa page, son esprit restait immobile. Ils avaient des crampes, mais c'est ce qui arrive quand on apprend à porter du matériel qui mord. Ayant terminé son dessin, elle le dédie à Lui, le ravisseur de la nuit.

Son ravisseur lui demande de se préparer. Elle insère la balle en caoutchouc rouge dans sa bouche, en resserrant ses sangles. Les sangles tirent le ballon si loin vers l'arrière qu'il est difficile de respirer. Comment ose-t-elle penser à le laisser un peu lâche. Elle ne le desserrait pas. Impossible de le desserrer. Son corps lui criait de l'arracher, mais son esprit le lui interdisait. Elle savait que si elle l'avait laissé libre, elle serait capable de serrer suffisamment la balle entre ses dents. Et une prise lâche lui coûterait sa chair.

Elle se força à respirer par le nez. C’était difficile, mais elle pouvait le faire, et elle pouvait le faire sans trop de difficultés.

Elle ôta ses lunettes, son corps se tendant sans elles. Sans ses lunettes, elle ne pourrait pas voir, elle devrait aller de mur en mur, pour être sûre de ne pas tomber dans cet endroit inconnu. Elle ramassa le bandeau et se leva. Ses pieds froids et engourdis lui criaient dessus. Elle se dirigea vers la chambre. À l'angle. Elle poussa un grand gémissement en plaçant les épingles à linge sur ses mamelons déjà meurtris. Plaçant le bandeau sur ses yeux, elle l'attacha fermement. Elle ne pourrait pas ouvrir les yeux si elle le voulait. Et elle était là.

Il lui avait dit qu'il serait rentré à trois heures. Elle avait environ quatre minutes à attendre. Elle resta là pendant quatre minutes… cinq… six… sept… huit… Elle perdait la notion du temps. Son esprit lui disait que c'était seulement plus long qu'il ne l'était, avec ces chaussures mordantes, cette balle asphyxiante et ce bandeau qui la laissait dans le noir. Ses jambes commencèrent à trembler. Elle ne pouvait pas arrêter les tremblements. Comment ose-t-elle penser à s'asseoir. Elle ne voulait pas s'asseoir. Je ne pouvais pas m'asseoir. Son corps lui criait de s'asseoir là où elle était, mais son esprit le lui interdisait. Elle savait que si elle s'était assise, elle ne serait pas capable de se lever à temps, avant qu'Il ne rentre chez lui. Et une esclave assise lui coûterait sa chair.

Les larmes ont commencé à couler sous le bandeau. Un nœud se forma au creux de son estomac et une boule commença à enfler dans sa gorge. C'était trop. Elle n'était pas sûre de pouvoir le supporter plus longtemps, mais elle savait qu'elle n'avait pas d'autre choix que de rester là, dans sa souffrance. Il devait être trois heures, sinon plus tard. Où était-il? Elle pencha la tête vers le plafond, ne parvenant plus à contrôler ses sanglots. Elle a crié autour du bal. Où était-il? Il a dit qu'Il serait là. Il a menti. Il doit être là pour la libérer. Pour la libérer. Il ne venait pas. Elle était impuissante et perdait espoir. Ses sanglots devinrent plus forts. Elle se mettait en colère. Mais sa colère n’était qu’un masque de sa peur. Elle a crié dans la boule, mais la chose rouge ne laissait pas le son s'échapper de sa gorge, et ce son est resté là, griffant son œsophage. Elle était piégée. Et cette pensée la remplissait et l’engloutissait. Elle ne serait jamais libérée de cette agonie. De matière qui mord, de balles qui étouffent, de jambes qui tremblent.

Elle tapa du pied, mais s'arrêta rapidement. Son piétinement a fait grincer les épingles à linge dans ses tendres mamelons. Elle gémit, son corps tremblant de plus en plus à chaque instant qui passe. Elle voulait arrêter les tremblements, elle s'efforçait d'arrêter, mais sa volonté n'était pas à la hauteur des tremblements douloureux. Et à chaque secousse, les pinces à linge remuaient et menaçaient de se frayer un chemin. Comment ose-t-elle penser à les supprimer ? Elle ne les supprimerait pas. Impossible de les supprimer. Son corps lui criait de les enlever, mais son esprit le lui interdisait. Elle savait que si elle les avait enlevés, ce serait trop douloureux de les remettre avant son retour. Et les épingles à linge retirées lui coûteraient sa chair.

Quelque chose n'allait pas. Sa cheville craquait. Elle essaya de se calmer et d'arrêter de trembler, mais c'était sans espoir. Elle ne pouvait pas arrêter les tremblements, tout comme elle ne pouvait pas empêcher sa cheville de s'effondrer sous elle. Elle descendit en criant de douleur, mais ses cris restaient coincés derrière la balle en caoutchouc rouge. Elle saisit fermement sa cheville alors qu'elle tremblait. Son esprit lui criait. Comment peux-tu!? Vous osez tomber ! Vous osez rester là et pleurer ! Mais elle n'avait pas le choix. Même si cela la tuait intérieurement, elle ne pouvait pas continuer. Elle boitilla jusqu'au salon. Elle remonta légèrement son bandeau, juste assez pour jeter un coup d'œil à son petit téléphone portable. Elle lui a envoyé un SMS expliquant ce qui s'était passé. Il a répondu et lui a dit de s'asseoir. Alors elle était assise là, brisée et en pleurs. Cette pauvre petite fille avait échoué. Elle a été un échec. Elle ne pouvait pas lui plaire. Son corps tremblait encore. Elle voulait mourir. À ce moment-là, elle aurait souhaité être à la maison pour pouvoir dormir et ne pas se réveiller. Il n'aimerait sûrement pas une petite fille incapable de suivre des instructions simples. Elle jeta un autre rapide coup d'œil à son téléphone portable… trois heures cinquante.

Elle remit le bandeau à sa place et resta assise là, serrant sa cheville. Et il attendit… Il ouvrit la porte seulement quelques minutes plus tard. Son corps trembla davantage lorsqu'elle l'entendit marcher vers elle. Elle pouvait l'entendre s'asseoir sur la table en bois devant elle. Il lui prit la cheville et la vérifia. Il vérifia également l'autre. Il ôta les chaussures mordantes. Il a assuré ici que sa blessure n'était rien de grave et lui a demandé de retirer le ballon, les épingles à linge et le bandeau. Elle desserra les sangles du ballon et retira la chose asphyxiante de sa bouche. Sa mâchoire lui faisait mal et elle gémissait. Elle ouvrit les pinces à linge et retira les objets grinçants de ses mamelons. Elle détacha le bandeau et ôta la chose sombre de ses yeux. Elle plissa les yeux et ouvrit lentement les yeux. Il lui fallut un moment pour composer, puis elle resta assise là. Cassé. Comment ose-t-elle échouer. Elle ne parviendrait pas à rattraper son échec. Impossible de rattraper son échec. Son corps lui criait dessus, et son esprit aussi. Elle savait que son échec lui coûterait cher. Et cela lui coûterait, sa chair.

Il la quitta et se dirigea vers la chambre. Un instant plus tard, il l'appela. Elle devait s'asseoir sur la chaise dans le coin. Il lui retint les mains derrière elle, ses genoux étaient écartés. Ses pieds étaient liés ensemble, ses ouvertures laissées sans protection. Il a remplacé le ballon qui l'étouffe et le bandeau qui la laisse dans le noir. Elle sursauta alors que son petit bouton se mettait à vibrer. Il la faisait trembler et gémir, les vibrations la pénétraient et tout ce qu'elle pouvait faire était de rester assise là, impuissante.

Elle était terrifiée. Les vibrations étaient censées apporter des vagues de plaisir, mais la pénétration faisait toujours mal. Son esprit et son corps étaient remplis d'émotions mélangées, alors qu'elle était assise là et endurait, impuissante. Son corps se tendit. Son esprit lui criait. Elle voulait que cela s'arrête, mais elle voulait le rendre fier. Elle avait tellement peur de lâcher prise. Comment ose-t-elle penser à la libération. Elle ne voulait pas libérer. Impossible de libérer. Son corps lui criait de lâcher prise et de se libérer, mais son esprit le lui interdisait. Elle savait que si elle était libérée, cela créerait un désastre. Et un désordre lui coûterait sa chair.

Elle l'a supplié de la laisser se libérer, il l'a taquinée et a refusé. Elle a continué à mendier jusqu'à ce qu'il dise oui. Swish, swish, swish ! Vague après vague de libération et de plaisir s'écrasèrent en elle. Il la laissa se libérer à nouveau. Son esprit hurlait. Que fais-tu?! Vous ne pouvez pas libérer ! La punition suit. La blessure suit. Il lui arracha les vibrations. Elle sursauta et espéra qu'il ne la voyait pas grimacer alors que les vibrations la quittaient. Quelques instants plus tard, elle sentit du tissu sur elle. Elle sursauta, si sensible à chaque léger contact. Il a supprimé l'asphyxie et l'obscurité. Elle haletait et continuait à trembler. Après, des vagues continuaient de rouler en elle, mais elles s'arrêtèrent rapidement lorsqu'elle fut informée de son saignement. La terreur a remplacé le plaisir. Il doit être dégoûté, insulté et hargneux. Il lui ferait sûrement du mal pour ça.

Il la relâcha et l'emmena dans l'autre pièce. Il lui a demandé de s'allonger et a tiré une couverture autour de sa silhouette nue et tremblante. Il était alors au téléphone. Elle était trop occupée à attendre la blessure, elle pouvait à peine prêter attention à ce qui l'entourait. Il l'informa qu'il reviendrait et quitta l'endroit inconnu. Ses yeux papillonnèrent. Ils étaient lourds. Comment ose-t-elle penser à dormir. Elle ne dormirait pas. Je ne pouvais pas dormir. Son corps lui criait de fermer les yeux et de dormir, mais son esprit le lui interdisait. Elle savait que si elle s'était endormie, il la trouverait les yeux fermés. Et une esclave endormie lui coûterait sa chair.

Il revint et lui demanda de nettoyer et de prendre tous les besoins féminins dont elle avait besoin pour le faire. Après avoir nettoyé, elle revint et s'agenouilla devant Lui. Il avait besoin de plaire et c'est exactement ce qu'elle devait faire. Elle se concentra dur alors qu'elle lui faisait plaisir avec sa bouche. Son seul objectif était de le libérer. Et il l’a libéré.

Il la ramena dans la chambre et sur le lit. Les draps étaient froids et ne faisaient que la faire frissonner davantage. Il la rapprocha. Ses instincts lui criaient dessus. Ils lui ont dit qu'il était trop proche. Elle lui faisait trop confiance. Il était comme n’importe quel autre mâle, une menace potentielle. Comment ose-t-elle penser à s'éloigner. Elle ne s'éloignerait pas. Impossible de s'éloigner. Son corps lui criait de s'éloigner, mais son esprit le lui interdisait. Elle savait que si elle s'éloignait, il la croirait désobéissante. Et une esclave désobéissante lui coûterait sa chair.

Elle le massa, espérant le mettre de bonne humeur, mais il la reposa dans le coin, penchée sur la chaise. Elle sentit la fine canne en bois et les piqûres qu'elle laissait sur son dos et ses cuisses. Elle a crié fort, voulant que tout s'arrête. Il lui a remonté le pied et lui a piqué le bas. Il la reposa sur la chaise, cette fois tournée vers l'arrière. Ses mains derrière le dos. Il lui a bandé les yeux et lui a mis un O dans la bouche, ses lanières déchirant les coins de ses lèvres. Il retint ses pieds et ses bras derrière son dos. Il laissa les épingles à linge s'enfoncer dans ses petits mamelons endoloris. Elle glapit bruyamment, voulant crier d'agonie. Pendant qu’Il ​​la travaillait, l’une des épingles à linge grinçait de plus en plus fort. Elle entendit un léger bruit sourd, mais n'y prêta pas attention. Son esprit était trop concentré sur ses mamelons douloureux. Qu’est-ce qu’il prétend ? Une épingle à linge est tombée ? Comment? Elle pouvait encore le sentir grincer sur son mamelon meurtri. Il le remit, la grondant de ne pas le lui avoir dit. Il retomba, la douleur n'était pas différente, mais elle tâtonna pour lui dire autour du O dans sa bouche. Il a giflé l'autre. Elle sentit la canne sur son pied malade, celui qu'elle tenait quelques heures auparavant. Cela l'a piquée et elle a crié. Cela la piquait encore et encore, puis de nouveau jusqu'à l'autre pied, puis d'avant en arrière et d'avant en arrière. Elle a crié et crié, elle a essayé très fort de s'éloigner. Elle voulait que ça s'arrête. Elle ne pouvait pas le supporter. Les larmes coulaient sans arrêt sous le bandeau. La morve commença à couler de son nez alors qu'elle sanglotait et sanglotait.

Aussi vite que les piqûres ont commencé, elles se sont arrêtées. Mais elle ne pouvait pas s'arrêter. Son corps trembla plus fort que toute la journée. Elle continuait à sangloter. De la bave et de la morve coulaient de son visage. Surement, il était dégoûté à sa vue. N’importe qui le serait. Elle était brisée et désespérée, elle était brisée. Elle n'avait aucune volonté de se battre. Elle entendit ses clés tinter, puis la porte s'ouvrir et se fermer. Puis silence. Silence à part ses sanglots. Il l'a laissée là. La laissant impuissante et seule. Elle ne pourrait pas se libérer si elle essayait. Elle était terrifiée. Il était une menace et elle lui avait fait confiance. Comment ose-t-elle lui faire confiance. Elle n'aurait pas dû lui faire confiance. Je n’aurais jamais dû. Son corps lui criait de s'enfuir, son esprit le lui criait aussi. Mais elle n’avait aucune volonté de se battre. Aucune volonté de s'enfuir. Et cela lui coûterait, peut-être même la vie.

La porte s'ouvrit à nouveau, son cœur bondit derrière ses seins endoloris. Elle l'entendit se fermer et ses pas venir vers elle. Il allait la sauver. Il allait la libérer et la libérer. Sa respiration s'accéléra alors qu'il retirait le bandeau. Il s'agissait effectivement de vraies larmes, mais elle était si heureuse qu'il la sauvât. Il ôta le O et commença à la libérer de ses liens. Elle pleurait toujours, mais doucement. Merci. Merci de l'avoir libérée. Il l'a fait sortir de cette pièce. Elle s'est agenouillée devant Lui. Un nœud se forma dans sa gorge lorsqu'elle réalisa que pour la deuxième fois en l'espace de quelques heures seulement, elle l'avait laissé tomber. Elle l'avait déçu.

Il lui parlait avec un ton sévère, mais elle pouvait entendre la gentillesse sous-jacente. Il prenait soin d'elle. Il n'allait pas lui infliger la douleur d'une punition à laquelle elle s'attendait. Son esprit était tellement confus. La douleur qu'elle venait d'endurer était presque insupportable, mais pourtant ça allait. Il l'a sauvée. Il s'en soucia et la libéra. Personne d’autre n’avait fait une chose pareille. Pouvait-elle vraiment lui faire confiance ? N'était-il plus une menace ? Non, il était toujours une menace et le sera toujours. Mais elle pouvait lui faire confiance, et elle le fait. La petite fille fait confiance à son ravisseur. Elle le laissait lui faire du mal et exhibait fièrement les marques. Elle le laisserait lui faire subir toutes les souffrances du monde et elle prierait qu'il ne lui fasse pas de mal. Son point de vue changeait. Bien que léger, il était toujours là. Une lueur d'espoir, une étincelle, un début. Contre son ancienne formation, contre son instinct et son esprit, il s'était jusqu'à présent révélé n'être pas comme les autres, mais gentil. Elle savait qu'il pouvait la blesser, qu'il pouvait la faire pleurer et crier. Elle savait que sa gentillesse n’était pas une faiblesse et elle le remerciait d’avoir changé sa vie. Comment ose-t-elle croire qu’il était comme les autres ? Elle ne le croirait pas maintenant. Je n'arrivais pas à y croire maintenant. Son corps lui rappelait ses inflictions, mais son esprit leur interdisait de la contrôler. Elle savait qu'elle pouvait lui faire confiance. Et la petite fille savait que lui faire confiance la changerait. Il allait changer sa vie...

Articles similaires

Une nouvelle expérience

Anita était tellement excitée dimanche qu'elle devait assister à la fête d'anniversaire de sa meilleure amie chez elle. Il était 16h30 lorsqu'elle avait quitté la maison, toute habillée et fière de son apparence. Oooooooo ! les gens vont vraiment être stupéfaits quand ils la verront dans cette nouvelle robe rouge. Ils vont vraiment être jaloux d'elle aujourd'hui. penser ces pensées à elle-même. Elle avait enfin atteint sa destination. c'était la première fois qu'elle venait chez son ami puisqu'elle ne connaissait que le Block et n'y était jamais allée auparavant. Elle a commencé à localiser l'appartement. Ce faisant, elle se rendit dans un...

578 Des vues

Likes 0

Mes filles meilleur ami pt 1

Cette histoire est une fiction et a été écrite à la main dans un cahier d'écolier à spirale avant même que les ordinateurs portables ne soient inventés. Probablement pendant que j'étais au travail comme projectionniste de cinéma au début des années quatre-vingt. Je l'ai d'abord transcrit dans un traitement de texte il y a environ 20 ans et j'ai sauvegardé les disquettes jusqu'à ce que j'achète un ordinateur moderne. Voici le texte tel quel. J'espère que tu aimes. Mes filles meilleur ami pt 1 Il était environ 3 heures du matin et j'étais assis à la table de la cuisine, avec...

528 Des vues

Likes 0

Ange 2

Ange 2 © Ceci est un fantasme. Toute ressemblance avec des personnes ou des lieux réels est fortuite. ******************************************************** ******************* Angel regarda avec surprise, alors que l'homme à l'air drôle est le pantalon rayé tamponnait les larmes coulant sur son visage avec sa queue. Qui es-tu? Elle a demandé. Il s'arrêta de pleurer assez longtemps pour répondre. Je pensais que tout le monde le savait. Il a dit. « Je suis le chat à queue nue. » dit-il en agitant fièrement sa queue. « La plupart m'appellent simplement Stripe. Tu vois combien de temps ma queue est-elle ? Les rayures ne sont-elles pas...

1.5K Des vues

Likes 0

Bridezilla Brenda's Beastly Brawl - Partie 3 - Apprivoiser un enfant gâté

La bagarre bestiale de Bridezilla Brenda Partie 3 - Apprivoiser un enfant gâté Distribution de personnages nommés dans cette série : Brenda Robinson - 26 ans, 5'10 de haut 140 livres --- Mariée. Arrogant, gâté, dominateur, riche, égocentrique et oh si grand et beau. Bradley Eaton - 27 ans, 6 pi 2 po, 180 lb --- Jeune marié. Étudiant en licence de physique. Intelligent, travailleur, beau, fidèle, fiable. Amy Robinson - 21 ans, 5'10 de hauteur 125 livres --- Demoiselle d'honneur. Étudiant en licence de physique. Intelligent, travailleur, timide, mignon, modeste et très gentil. Betty, Susan et Rebecca -- 25-27 ans ---...

1.4K Des vues

Likes 0

Le prisonnier (partie 3)

L'alarme de Stephen s'est déclenchée à 6h30 du matin. «C'était étrange; son alarme sonnait généralement à 7 heures. Il se retourna pour essayer de se rendormir, puis sauta sur ses pieds, se souvenant de ce qui l'attendait en bas et pourquoi il avait réglé son alarme pour qu'elle se déclenche si tôt. Il se leva sous la douche et se prépara pour le travail, puis descendit dans la cuisine ; il mit une tranche de pain dans le grille-pain puis descendit les marches jusqu'au sous-sol. Il poussa alors la porte du sous-sol et regarda à l'intérieur. Et elle était là, Jennie...

1.4K Des vues

Likes 0

La lutte nous a lancé....

Quand j'avais 18 ans, j'avais un ami proche avec qui je traînais tout le temps. Il s'appelait David. Bien que nous nous intéressions tous les deux aux filles et que nous ayons des amies stables à l'époque, nous avons passé beaucoup de temps ensemble et avons réussi à nous retrouver avec des expériences sexuelles l'un avec l'autre. La première fois que nous avons fait quoi que ce soit, nous avions plaisanté sur la taille de la bite et il n'arrêtait pas d'insister sur le fait que la sienne était plus grosse que la mienne. Nous avions vu les bites de l'autre...

1.3K Des vues

Likes 0

Megan et maman se font prendre

Je suis un gars assez chanceux, l'un des rares qui aime vraiment son travail. Je m'appelle Dougray, et je suis un agent de police de vingt-trois ans, ou un flic si vous préférez, au service de mon grand pays dans les magnifiques et reculées Highlands d'Écosse, généralement en patrouille routière. C'est un numéro facile, la plupart du temps je me gare juste dans un endroit calme avec le radar de vitesse allumé et peut-être que j'arrête une pauvre âme pour excès de vitesse environ une fois toutes les deux heures et je lui donne une contravention. La plupart du temps, je...

653 Des vues

Likes 0

Sam et Alicia 9

J'ai écrit ceci en supposant que vous avez déjà lu Sam & Alicia 1 à 8. Quand je me suis réveillé le lendemain matin, Katrina était appuyée sur un coude et me regardait. Elle avait l'air heureuse. Bonjour tête endormie. Avez-vous bien dormi? Oui, j'ai dormi comme une bûche. Vous avez l'air heureux. Voulez-vous une autre baise? Oui, je me sens très heureux. Je devrais être choqué par tout ce que j'ai appris sur toi hier soir, mais je ne le suis pas. Au lieu de cela, je suis fier que vous m'ayez inclus dans tout votre sexe. Mes parents seraient...

680 Des vues

Likes 0

Sœurs, filles, nièces et épouses !

Tout cela s'est passé il y a longtemps. J'étais au travail et je faisais ce que j'ai encore beaucoup de plaisir à faire ....... non ! pas que...... bien que bien sûr je m'engage toujours dans cette activité particulière quand la vraie chose n'est pas disponible comme la plupart des adultes le font, je devrais l'imaginer ! Non, j'observais les femmes au bureau avec qui j'ai eu le plaisir de travailler et je les imaginais engagées dans le genre de choses sur lesquelles on fantasme tous de temps en temps !. J'ai déjà mentionné cela dans d'autres histoires, mais j'ai toujours...

1.6K Des vues

Likes 0

Avec mon petit frère

Salut les lecteurs je m'appelle Anitha (Anu), 21 ans, originaire du Kerala. je vivre avec ma mère et plus jeune frère. Mon père est mort quand je était encore jeune. Mes frères le nom est Sanjay (Sanju) il a 18 ans ans. Nous étions tous les deux aimés soeur et frère normaux. Nous utilisé pour se battre les uns avec les autres. Mon mère a obtenu un emploi au gouvernement comme mon père alors qu'il était au gouvernement. un service. Depuis que maman va au travail, moi et mon frère avait le temps passer ensemble. j'ai oublié de mentionner moi même...

1.4K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.