The Rogue's Harem Tome 2, Chapitre 10 : La passion de l'hermaphrodite

531Report
The Rogue's Harem Tome 2, Chapitre 10 : La passion de l'hermaphrodite

Le harem du voleur

Tome 2 : Le méchant harem de Rogue

Dixième partie : La passion de l'hermaphrodite

Par mypenname3000

Droits d'auteur 2018

Remarque : Merci à B0b et WRC 264 pour la lecture bêta de ceci.

Chapitre vingt-huit : Inspirer l'art coquin

Sven Falk - La forêt de Lhes, les conflits de Zeutch

La douce bouche de Nathalie était merveilleuse alors qu'elle suçait ma bite du jus de chatte d'Aingeal, ses nattes débordant sur mes cuisses. Je gémis, le plaisir montant et descendant ma bite alors que je jetais un coup d'œil à l'aoi si. Sa bite se rétrécit en un petit clitoris, disparaissant dans les plis roses de sa chatte. Sa peau avait une couleur si unique. Si sombre. Plus noire encore que la teinte d'une danseuse du ventre halanienne. Elle était assise à l'entrée de la tente, ses gros seins se soulevant et s'abaissant, ses yeux jaunes se tournèrent vers moi.

Ils étaient plats, impénétrables. Qu'est-ce qui lui est passé par la tête ? Que pense-t-elle du harem ? Elle venait de surgir de nulle part. Son arrivée avait été opportune, mais elle ne se sentait pas à sa place parmi nous. Elle était assise à l'écart du harem.

Elle a suscité des désirs si étranges à travers moi. Quand elle a sorti sa bite, en train de baiser, c'était l'une des choses les plus chaudes au monde. Son corps féminin, ses seins si gros et si généreux contrastaient avec sa queue. Ses seins se soulevaient alors qu'elle poussait, son visage se tordait, ses gémissements si doux et magnifiques. Cela a fait vibrer et se contracter ma bite dans la bouche de Nathalie.

Le bâillement bruyant de Kora attira mon attention. Ma sœur couvrit sa bouche tandis que son dos se cambrait, ses seins tremblant devant moi, l'amulette de rubis se balançant entre eux. Ses mamelons, surmontant ces seins dodus, poussaient durs et roses devant elle, la vigne en fleurs s'enroulant autour de son sein gauche. Son bâillement se transforma en un gémissement sensuel. Ses yeux papillonnèrent un instant.

Puis son regard saphir se posa sur moi.

Elle m'a souri, l'épuisement sur son visage s'estompant. Elle a rampé vers moi, ses seins se balançant devant elle, une de ses deux tresses glissant de son épaule pour se balancer devant elle, une corde dorée se balançant d'avant en arrière. Elle me rejoignit, pressant son corps contre moi tandis que Nathalie continuait à sucer. Le plaisir m'a traversé, les lèvres de Nathalie se sont scellées autour de ma bite et elle m'a vénéré.

« Tu veux la baiser, n'est-ce pas, mon frère ? » Kora ronronna, ses lèvres touchant presque mon oreille. Les sons de la forêt, le hululement d'un hibou et le bruissement des arbres, s'assourdirent à mesure que mon désir augmentait.

"Nathalie?" demandai-je en regardant la fille alors qu'elle m'aimait. Mon esclave sexuelle battait ses yeux bleus vers moi, ses hanches se tortillant d'un côté à l'autre alors qu'elle bougeait sa bouche encore plus vite. Mon attention semblait l'inciter à sucer plus vite. "Toujours."

Kora m'a pincé l'oreille. « Ne sois pas dense. Ealain.

Mes yeux revinrent à l'aoi si. Elle me fixa, ses yeux jaunes parcouraient mon corps nu. Elle se pencha en arrière, ses seins moelleux se balançant. Ses mamelons étaient aussi noirs que sa peau, deux pointes d'obsidienne sortant de ses seins qui lui faisaient signe.

« Ouais », ai-je admis. Est-ce qu'Ealaín voulait me baiser ? Elle ne m'a pas regardé comme une femme qui veut se faire baiser. C'était... scrutant. Comme si elle m'étudiait, un philosophe examinant un nouveau texte. J'avais vu un regard similaire dans les yeux des érudits du Collège d'Az réfléchissant à une nouvelle idée, se demandant s'ils l'aimaient ou non.

"Alors vas-y et profite d'elle." Kora agita son oreille. « Elle est excitante. Je l'aime bien. Je veux que vous vous entendiez tous les deux.

"Elle a ces gros seins", dis-je alors qu'Ealaín écartait les cuisses, un geste de bienvenue.

"Et tu les aimes, mon frère."

Nathalie suça plus fort.

Je lui ai caressé les cheveux. "J'aime aussi tes petits seins."

Elle a laissé échapper un petit gémissement à propos de ma bite. Puis elle en fit glisser sa bouche avec un pop humide. "Je le sais, Maître."

"Il adore nos petits seins", a déclaré Zanyia, levant son visage des cuisses d'Aingeal, mon sperme et le jus de chatte de la fée tachant son visage.

"Va la baiser, mon mari", a déclaré Aingeal, une lueur coquine dans les yeux. "Tu sais que tu veux la pilonner."

"Pervers excité", a déclaré Kora en me mordillant l'oreille.

Ealaín fit courir ses mains le long de ses cuisses jusqu'à ses plis humides. Le regard dans ses yeux, tout en me donnant l'impression qu'un texte est examiné pour son exactitude factuelle, était également invitant. La rosée scintillait sur les lèvres rasées de sa chatte, ses lèvres grasses et dodues, ses délices roses furtivement entre elles.

Ma bite palpitait. J'ai rampé vers elle, ma bite se balançant fort devant elle. La demi-déesse laissa échapper un gémissement ronronnant qui m'inspira à la rejoindre plus rapidement. L'histoire floue de Zanyia m'effleura alors que je la dépassais, la croupe serrée de la lamia se tortillant d'avant en arrière alors qu'elle se régalait de la chatte d'Aingeal.

« Sven », dit Ealaín. "Allons-nous inspirer votre sœur avec un peu de passion?"

« C'est tout ce à quoi tu penses ? » lui demandai-je, mes mains touchant ses cuisses toniques. Elle avait de la force sous sa peau soyeuse. J'ai glissé mes mains dessus, aimant la sensation d'elle alors qu'elle aspirait profondément, ses gros seins se trémoussant et se balançant.

« C'est mon but. Je suis sa muse. Elle a léché mes lèvres. « Votre sœur a un talent qui doit être cultivé. Et je veux juste le voir s'épanouir. N'est-ce pas ?

"Oui," répondis-je sans réfléchir. Un pincement de culpabilité me traversa. J'avais entraîné Kora dans ce pétrin. Ma relation avec la princesse Ava avait conduit le prince Meinard à tuer nos parents et notre sœur. Elle était une fugitive à cause de moi. Elle aurait pu quitter le pays, trouver un autre temple de Rithi pour étudier. Mais elle est restée avec moi, voulant m'aider à détruire le prince Meinard.

Elle méritait donc que son art soit créé. Et si Ealaín pouvait l'aider alors... tant mieux.

"Je veux voir son art s'épanouir", dis-je en penchant mon visage vers les gros seins d'Ealaín.

Ses bras noirs enroulés autour de mon cou, m'attirant dans ces seins abondants. Je gémis alors qu'ils se sentaient si bien sur mon visage. J'ai pressé ces doux monticules, les pressant dans mon baiser. J'ai respiré son parfum, doux et féminin. Je frissonnai, mon sexe palpitant alors que mes lèvres mordillaient les pentes intérieures de ses seins.

Elle gémit, son dos se cambrant, son corps tremblant et se tortillant alors que j'aimais ses seins. Je grignotais et suçais sa chair, l'aimant, la rendant folle. J'ai embrassé et gémi, ma tête se tordant d'avant en arrière alors que j'aimais ses seins. Mes mains les serrèrent, mes doigts s'enfonçant dans leurs merveilleux monticules. Ils ont glissé jusqu'à son pinacle et ont brossé ses mamelons.

Elle laissa échapper un gémissement de pur plaisir féminin. Ma confiance a augmenté en entendant ce son. Sa réaction. Ses bras se détendirent autour de mon cou, ses mains s'enfonçant dans mon dos. Ses doigts caressaient ma chair, m'exposant, envoyant un feu parcourir mon corps.

Ma bite palpitait.

"Mmm, oui, ta sœur nous regarde", ronronna l'aoi si. Sa voix ressemblait à une passion liquide maintenant. "Elle est tellement inspirée de te voir jouer avec mes seins."

"Ce sont de superbes seins," gémis-je alors que mes doigts pinçaient durement ses mamelons.

Elle gémit, un son qui fit palpiter ma bite. Je fis rouler ses bosses entre mes doigts, les tordant. J'ai étiré ses monticules moelleux en tirant dessus. J'ai levé mon visage de ses seins, regardant sa poitrine trembler et se balancer.

J'ai libéré ses nœuds et j'ai adoré la façon dont ils reprenaient leur forme normale. Ses ongles me griffaient le dos. Elle voulait ça. Je lui ai fait plaisir. J'ai adoré donner le ravissement à une femme. Il n'y avait rien de plus excitant que de donner du bonheur à une femme. Pour la faire frissonner, gémir et gémir. Pour maîtriser son corps avec mon habileté. Les femmes n'étaient pas comme les hommes. Ils n'ont tout simplement pas joui d'une petite stimulation.

Il fallait jouer avec leur corps.

Mes mains se sont déplacées de ses seins alors que je me penchais et suçais son mamelon. Je mordillai son gros nœud avec mes lèvres puis passai ma langue autour d'elle. Elle laissa échapper un autre gémissement alors qu'elle enfonçait son corps sur le sac de couchage.

Je l'ai suivie, ma bite palpitait et me faisait mal.

J'ai sucé et grignoté ses bosses, les vénérant pendant que je jouais avec elle. J'ai caressé ses flancs et son corps. J'ai adoré le toucher soyeux de sa peau. Ses gémissements sont devenus de plus en plus forts alors que j'aimais son mamelon. J'ai sucé plus fort, engloutissant son aérola.

« Sven », gémit-elle alors que mes doigts caressaient son ventre. « Oh, oui, oui, inspire ta sœur ! Montrez-lui votre passion. Fais-moi jouir.

"Oui, mon frère," gémit Kora, sa voix épaisse. Je parie que Nathalie a joué avec son corps, aimant ma sœur comme elle m'aimait. « Montrez-moi votre passion. Fais-la jouir comme tu fais toutes les salopes.

"Ooh, il est doué pour ça", a déclaré Aingeal, sa voix si rauque, Zanyia ronronnant alors qu'elle léchait toujours la chatte de ma femme féerique.

La passion dans la voix de ma sœur et la confiance dans celle d'Aingeal m'ont envoyé un frisson chaud dans le corps. J'ai changé de tétons, attaquant son autre. J'ai aspiré autant de son nœud et de son aréole dans ma bouche que mes mains ont traversé ses côtés et poussé entre ses cuisses.

J'ai senti la chair rasée de sa chatte avec mes deux doigts. Elle gémit plus fort pendant que je la caressais. Mes doigts caressaient sa chair juteuse. J'ai exploré ses lèvres épaisses, caressant les lèvres de sa chatte engorgée entre mes doigts. Son jus enduit mes doigts, sa passion collante et douloureuse pour être appréciée.

Je gémis à propos de son nœud alors que j'enfonçais un pouce dans sa chatte. Je me suis enfoncé dans ses profondeurs chaudes. Ses parois se pressaient dessus, ma bite palpitait d'envie. Je voulais être en elle. La baiser. Je voulais enfoncer ma bite dans ses profondeurs liquides et la faire exploser.

"Oh, oui, Sven," gémit-elle. « Ah, c'est ça. Montrez à votre sœur votre passion.

J'enfonçai aussi le pouce de mon autre main dans ses profondeurs. Je les ai pompés à la fois dans et hors d'elle, aimant la chaleur soyeuse de sa chatte. Je gémis à propos de son mamelon, suçant et mordillant ce gros nœud, lui donnant plus de plaisir.

Elle tremblait et gémissait, sa passion résonnant à travers notre tente, se mêlant à Kora et Aingeal. Sa voix se mêlait à la passion de mon harem. Ses yeux de citrine flottaient, sa tête se déplaçant d'un côté à l'autre alors que sa chatte se resserrait sur mes pouces.

"Ooh, elle va éclater," gémit Aingeal. "Fais-la jouir. Montrez-lui votre talent.

J'ai arraché mes pouces de la chatte d'Ealaín et enfoncé trois doigts dans sa chatte. Je les ai pompés dans et hors de sa chatte rapidement et fort. J'ai mordu fort son mamelon. Elle haleta et gémit, sa chatte se resserrant autour de mes doigts plongeants.

"Oui," gémit-elle. « Ah, oui, c'est ça. Oh, oui, fais ça. Inspire ta sœur... Inspire-moi ! Les doigts talentueux de Rithi !

Son corps se cabra. Sa chatte a convulsé à propos de mes chiffres. Sa chair brûlante spasmait autour de sa chatte. Mon pouce frottait sur son clitoris alors que son orgasme la traversait. Son corps se cabra alors qu'elle gémissait et haletait. Sa chair se convulsa autour d'elle. Le plaisir envahit son corps. Ses seins tremblaient sous ma bouche.

Je grignotais et suçais son gros nœud alors qu'elle gémissait et haletait. Sa chatte spasmait autour de mes doigts, traire mes doigts. Sa chatte de succion m'a fait mal à la bite. Je voulais être en elle, la baiser si fort, montrer sa passion. Ses gémissements criaient, en avaient besoin.

J'ai arraché mes doigts de sa chatte et j'ai remonté son corps convulsif.

"Oui, oui," gémit-elle. « Dieux, j'en ai besoin. Il suffit de m'enfoncer ça et... le talent incroyable de Rithi !

Je m'enfonçai dans sa chair spasmodique. Je gémis, aimant la sensation de m'enfoncer dans la chatte jouissante d'une femme. De déjà sentir son plaisir se tordre autour de ma bite et sachant que je lui en donnerais encore plus alors que je poussais sur sa chatte. J'ai enterré jusqu'à la garde en elle. J'ai serré ses seins avec mes doigts collants tout en fixant ses yeux de citrine.

« Tu aimes ça, hein ? » lui ai-je demandé en écartant mes hanches. "Ma bite brassant cette chatte juteuse."

"Oui," gémit-elle, ses cuisses se resserrant autour de ma taille. Elle m'a serré contre elle, les pointes de ses seins, ces mamelons durs, frottant contre ma poitrine. « Enfonce cette bite en moi. Garde-moi jouir. Continuez à inspirer Kora !

« Tu es juste ma salope, n'est-ce pas ? Tu es ma salope aoi si !"

"J'ai raison maintenant!" gémit-elle, ses doigts s'enfonçant dans mon dos, ses ongles me grattant. Ses cuisses se resserrèrent autour de ma taille alors qu'elle se redressait dans mes poussées. Sa chatte a sucé ma bite, ses orgasmes ondulant encore et encore à travers son corps.

Mes couilles, désireuses de jouir en elle, claquaient encore et encore dans sa souillure. J'ai adoré ce thwunk charnu. Je serrai ses seins, pressant mon front contre le sien, fixant ces yeux jaunes. Une telle passion brûlait en eux.

La passion que j'ai inspirée.

J'ai poussé en elle de toutes mes forces, stimulant sa chatte avec ma bite. Sa gaine chaude se convulsa plus fort, me stimulant. Le bout de ma bite me faisait mal et palpitait alors que la friction me caressait, suçant mes couilles. Ils sont devenus de plus en plus serrés.

"Je vais inonder ta chatte," grognai-je. "C'est ce que tu veux."

"C'est ce que Kora veut !" gémit-elle, sa voix si épaisse de plaisir. "Fais le! Jouis en moi! Remplis-moi de ton foutre pour l'art de ta sœur !

Je gémis et m'enfonçai dans ses profondeurs convulsives. Ses profondeurs soyeuses caressaient tout mon corps. Sa chaleur a déferlé sur mon arbre jusqu'à mes couilles. La stimulation m'a traversé. Je grognai alors que mon dos se cambrait, mon sperme bouillant.

Et a donné à la salope ce qu'elle voulait.

Mon sperme a giclé dans sa chatte. Sa chatte traire ma bite, spasmant de plus en plus fort. Chaque explosion envoyait de l'extase déferler en moi. Je la serrai contre moi, l'écrasant contre ma poitrine, ses seins moelleux comme un oreiller. Je grognai à chaque décharge, le plaisir envahissant mon corps.

Je l'ai aimé. S'en délecte.

"Mon frère !" Kora gémit. "Ooh, c'est tellement chaud. Vous remplissez sa chatte avec tout ce sperme. C'est incroyable."

"Oui!" Je gémis, des étoiles dansant dans mes yeux. "Dieux, oui."

Ealaín gémit sous moi, sa chatte essorant les dernières gouttes de mon sperme. Un sourire joua sur son visage. Ses yeux papillonnèrent, vitreux pendant un moment, puis se concentrèrent sur moi. Son corps bougea et se tortilla sous moi.

« Vous êtes doué, Sven. Une telle inspiration pour votre sœur. Ses yeux redevinrent studieux, calculateurs, comme si je ne venais pas de la faire jouir encore et encore.

A quoi pensait-elle ?

"Baise-moi maintenant, Maître!" Zanyia a hurlé, atterrissant à côté de nous, son visage collant avec le jus de chatte d'Aingeal. "S'il vous plaît s'il vous plaît. Je veux essayer sa bite, Maître. Elle a agité ses yeux dorés de chat vers moi.

Je ne pouvais pas lui dire non.

Chapitre vingt-neuf : La passion de l'hermaphrodite

Ealaín

Je laisse mon clitoris pousser. Je frissonnai alors que mon nœud devenait plus épais et plus dur. Sa chair rose s'est assombrie pour correspondre à ma peau d'obsidienne alors qu'elle gonflait de plus en plus. Il s'enfonça dans le cul remuant de la lamia, sa queue oscillant d'avant en arrière, la fourrure fauve procurant une sensation chatouilleuse sur mes seins tandis que son manchon poilu faisait signe à ma bite.

Elle ronronna tout en suçant bruyamment la bite de Sven, ses oreilles tremblant en signes évidents de plaisir. Kora a regardé, buvant nos actions, lui fournissant plus d'inspiration pour son art. Mais combien de délices uniques pourrait-elle créer si elle restait dans le harem de Sven, baisant le même homme et les mêmes femmes encore et encore ? Oui, j'ai fourni une nouvelle expérience.

Mais même moi, je ne pouvais pas l'inspirer à créer des œuvres uniques pour toujours.

Son attachement à son frère était... malsain. Comment pourrait-elle vivre plus enchaînée à son harem ? L'amour pouvait fournir de belles œuvres d'art, mais ce n'était pas la seule émotion qui pouvait créer de la majesté. Cela pourrait aider à découvrir le monde et toucher les âmes de ceux qui ont été témoins de ses créations.

Alors que Kora frissonnait sur la bouche léchée de Nathalie, l'amulette se balançant entre ses seins attira mon attention. Il fallait d'abord s'en occuper. Cela devait être leur priorité. Pas leur petite vengeance sur ce prince Meinard. La douleur qu'il a causée pourrait propulser un nouvel art, mais cette poursuite de la vengeance n'a rien fait pour apporter une nouvelle beauté au monde.

"Tu vas baiser ma petite lamia ?" demanda Sven, la voix tendue par le plaisir de la succion de son esclave sexuelle. "Elle est une chose excitée."

Zanyia ronronnait bruyamment à propos de la bite de Sven.

Je tournai mon attention vers la lamia. Sa chatte dégoulinait de jus sur ses cuisses, son buisson fauve trempé par son excitation. Son doux musc remplissait mon nez alors que sa queue s'enroulait autour de mon sein gauche. Elle l'a effleuré, effleurant mes mamelons.

Des picotements ont parcouru mon corps jusqu'au bout de ma bite de fille. J'ai frissonné, amenant ma bite transformée à la chatte chaude de la catgirl. Sa soie humide effleura ma pointe puis les lèvres chaudes de sa chatte. J'ai savouré ce moment. J'adorais baiser une femme. Se faire pilonner par Sven était agréable, il savait plaire à une femme, mais rien comparé à cela.

je poussai.

Zanyia a ronronné plus fort à propos de la bite de Sven alors que je m'enfonçais dans sa chatte. Sa chair chaude a englouti ma bite. Mon plaisir a déferlé sur ma hampe. Ma chatte se serra alors que je savourais le délice de sa chatte. Mes seins tremblaient alors que je laissais échapper un gémissement de plaisir.

« Je sais », me sourit Sven. "Elle a une chatte serrée."

"Oui, elle le fait," ronronnai-je, ses yeux regardant sa queue effleurer mes seins.

"Ooh, martelez la salope", gémit Aingeal. « Baise-la si fort. J'aime regarder le sexe. C'est tellement chaud."

J'ai savouré les émotions que notre art a inspirées à Aingeal.

Mes hanches reculèrent à travers la chatte serrée de la catgirl. Elle a serré sa chair autour de mon arbre, le plaisir abattant mon clitoris. Je gémis alors que le plaisir déferlait en moi. Des vagues de chaleur ont balayé mon corps de ma chatte juteuse. Du sperme et ma crème coulaient sur mes cuisses.

J'ai poussé profondément dans sa chatte, sa queue secouant mes seins. Mes mamelons palpitaient, le délice touffu me stimulant, inspirant mes hanches à pomper de plus en plus vite. J'ai enfoncé ma bite profondément dans sa chatte, me délectant de ses délices juteux.

"Merde, c'est chaud," gémit Sven, ses yeux bleus fixant mes seins et la queue de cette catgirl. "Baise-la. Elle gémit à propos de ma bite et suce si fort.

"Oui, c'est une fille dévergondée," gémis-je, mes yeux passant sur la poitrine pâle de Sven. Tellement musclé et fort. Il n'avait pas de larges épaules, mais il avait toujours la force d'un combattant. "Une chatte si juteuse."

"Elle va te faire jouir," grogna-t-il, ses mains saisissant les cheveux fauves de son esclave. Ses oreilles tremblaient davantage. « D'accord, salope ? »

La chatte de Zanyia serra si fort sur ma bite plongeante que son ronronnement sortit de sa gorge.

"Oh, oui, elle va te faire jouir si fort, Ealaín," gémit Kora, sa voix si rauque de plaisir. "Baise-la. Elle est une chose si douce.

"Je le suis, Radiant," haletai-je.

"Elle mérite d'exploser sur ta bite et de boire tout le sperme de mon frère !"

"Elle aime tellement le sperme", gémit Nathalie. "Juste une salope pour ça!"

"Oh oui!" Kora gémit. « Nourris-la de tout ton foutre, mon frère !

"Je vais le pomper jusque dans sa gorge," grogna Sven, poussant fort. Je pouvais entendre le claquement charnu de ses testicules contre son menton, sa bite s'enfonçant dans la gorge de Zanyia.

Elle a adoré.

Sa queue sifflait de plus en plus vite, effleurant mes mamelons et mes seins tandis que ses hanches se tortillaient d'un côté à l'autre. Sa chatte a sucé ma bite. Sa chatte chaude et juteuse m'a supplié de jouir en elle. Elle remua son fourreau autour de moi, me caressant avec sa soie.

Je m'enfonce de plus en plus vite dans ses profondeurs. Mes seins se soulevaient et rebondissaient devant moi. Je savourais la sensation de sa chatte et les yeux de Sven qui me convoitaient. Il ne pouvait pas détourner le regard de mes seins rebondissants alors que je baisais son esclave sexuel avec ma bite de fille.

« Frappe-la », grogna-t-il, sa voix si épaisse. Ses propres hanches poussaient de plus en plus vite, enfonçant sa queue profondément dans la gorge de Zanyia. "La bite de Pater, tu dois faire jouir ma pute !"

"Oui!" J'ai gémi. « Dieux, je le veux. Je veux sentir sa chair se contracter autour de moi. Les doigts habiles de Rithi, oui !

Ma chair heurta la croupe de Zanyia. Elle se balançait entre nous, rôtie à la broche sur nos bites. C'était tellement chaud. Tellement excitant. Je gémis, pompant de toutes mes forces. Je voulais renverser chaque goutte de mon foutre dans ses profondeurs. Je voulais que ça coule d'elle, qu'il coule sur ses cuisses. Quel délicieux régal à voir.

Quelle inspiration pour Kora.

"Oui, oui, oui," gémit ma charge. Puis elle haleta quand Aingeal enjamba soudainement son visage.

"Votre bouche doit faire plus que gémir !" haleta la fée, ses ailes roses s'élargissant. Elle avait l'air si complète avec ses ailes en arrière. Ses seins se soulevèrent devant elle, des cheveux roses tombant sur son visage alors qu'elle se tortillait sur la bouche de Kora.

Ma charge léchait et mordillait, dévorant la chatte de la fée avec un tel ravissement. Mais elle ne pouvait pas voir l'art que j'ai créé. Elle ne pouvait plus s'inspirer de ma passion. Je grognai alors qu'une vague de frustration me submergea, mes hanches avançant aussi fort que possible.

Ma bite se réjouit de la friction accrue. Il buvait les sensations procurées par les parois soyeuses de la chatte de Zanyia. Ma propre chatte se resserra, mon plaisir se construisant et se construisant en moi. Mes seins rebondissaient et se soulevaient alors que mes ovaires bouillaient.

"La puissance de Pater, j'adore ce spectacle", gémit Sven, regardant les gros seins de sa fée-femme se soulever alors qu'elle se tordait sur Kora.

"Mmm, oui, oui, oui," gémit Aingeal, prenant ses gros seins moelleux, ses anneaux de mamelon scintillant alors qu'ils perçaient ses grosses bosses. « Régalez-vous de la vue de ceux-ci, mon mari ! Vous ne pouvez pas détourner le regard.

"Ils sont tellement délicieux," grogna-t-il, les boules battant encore et encore sur le menton de Zanyia.

La lamia gémit, sa queue bruissant de plus en plus vite sur mes seins, chatouillant mes mamelons. Ma chatte se serra alors que la fée rigolait. Sven grogna, faisant les mêmes sons qu'il faisait juste avant de venir en moi.

Plus de son sperme a coulé de ma chatte tandis que mon clitoris me faisait mal dans les profondeurs juteuses de son esclave sexuel. Je frissonnai, claquant dans sa chatte. Le frottement a descendu mon arbre jusqu'à mes ovaires. Ils se sont resserrés. Mon dos s'est arqué.

« L'art majestueux de Rithi ! criai-je en renversant la tête.

Ma fille-cum a tiré de ma bite dans la chatte serrée de la lamia. Elle gémit, ses oreilles tremblant, et me rejoignit avec ravissement. Sa chatte a eu des spasmes autour de ma bite dure. Elle a trait ma bite, l'essorant avec sa passion tout en hurlant sur la bite de son maître.

Sven grogna, son visage masculin se tordant de passion. Il a enfoncé sa bite profondément dans sa bouche et a grogné. Alors que j'inondais la chatte de la lamia salope, son sperme pompait directement dans son gosier dans son ventre. Sa chatte spasma plus fort autour de ma bite de fille, son orgasme s'intensifiant alors que le plaisir déferlait à travers son corps.

"Ooh, oui, tu donnes à la petite salope ce dont elle a besoin," gémit Aingeal, pétrissant ses seins alors qu'elle s'écrasait sur la bouche de Kora. Ses doigts effleurèrent ses piercings aux tétons, faisant monter et descendre les anneaux dorés. "Et votre douce soeur aussi, mon mari."

"Oui, elle l'est," grogna Sven à travers son plaisir.

Mon propre orgasme a culminé. Un ravissement vertigineux me parcourut. Et Kora ne l'a pas vu. Je frissonnai, ma dernière giclée de sperme inondant les profondeurs juteuses de la catgirl. Le plaisir me parcourut. J'ai pris une profonde inspiration alors que mon corps bourdonnait de plaisir.

« Dieux, c'était bien, hein, Ealaín ? demanda Sven.

Je hochai la tête en lui jetant mon regard calculateur. Une fois l'amulette détruite, quoi qu'il en soit, je devrais séparer Kora de son frère. Elle avait besoin de nouvelles expériences, d'expériences plus sûres, pour développer son art. Son frère ne ferait que l'enchaîner dans son style de vie vulgaire et dangereux. Elle était une rose qui méritait de s'épanouir dans le jardin le plus spectaculaire.

Il était une mauvaise herbe. Et bien qu'une mauvaise herbe puisse être belle dans son propre environnement vulgaire, elle était toujours si commune.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Kora Falk

Aingeal s'est éloignée de moi, haletant et frissonnant de son orgasme. Ses ailes battant alors qu'elle frissonnait de joie. J'ai léché mes lèvres, savourant la saveur de miel de sa chatte, différente du musc plus terreux de la chatte d'un humain ou d'une lamia.

Une vague d'épuisement me submergea. J'ai baillé, content de pouvoir faire jouir Aingeal, mais j'étais tellement fatigué. Cela avait été si long quelques jours. Une longue semaine. Il y a dix jours, nous avons rencontré la patrouille qui nous a chassés dans les bois. Nous nous sommes à peine reposés pendant que nous traversions les bois, recrutions Nathalie, rencontrions Aingeal, puis arrivions à Faerie. Et là...

Mes yeux ne voulaient pas rester ouverts alors que Nathalie glissait le long de mon corps et se blottissait contre moi. Je sentis mon musc acidulé orner son visage alors qu'elle me serrait fort. Sa forme était si chaude et soyeuse contre moi, son étreinte si réconfortante.

« Vous avez l'air si fatiguée, Maîtresse. Sommeil." Elle embrassa ma joue, laissant ma peau collante de ma passion.

"Mmm, oui," gémis-je, cet épuisement m'entraînant vers le bas, se mêlant au bourdonnement relaxant des merveilleux orgasmes que l'esclave sexuel blotti contre moi a donné.

J'étais sûr que je me sentirais mieux demain.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Aingéal

Je me suis soudainement senti si somnolent alors que je descendais du merveilleux orgasme que Kora m'avait donné. Pas étonnant après avoir passé toute la nuit enchaîné dans une cellule. Je ne pouvais pas dormir du tout, craignant ma perte imminente. Mais maintenant... maintenant j'étais libre. J'étais avec ma famille.

Le sommeil pouvait attendre. Je voulais jouer un peu plus.

Ealaín a coulé sur son cul, son clitoris scintillant du jus de chatte de Zanyia, ses cuisses noires tachées du sperme laiteux de Sven. Elle avait les jambes écartées, son foutre s'échappant de ses profondeurs. Ça m'a mis l'eau à la bouche.

Je voulais jouer un peu plus. J'ai retrouvé mes ailes. Tout cela était tellement incroyable. J'ai repoussé cet épuisement de plomb et j'ai rampé vers l'aoi si, mes gros seins se balançant devant moi. Ses yeux de citrine se tournèrent vers moi, couverts de son plaisir.

"Votre bite est tellement fascinante," ronronnai-je. J'aimais les bites. Les pensées de mon pauvre lévrier, Cú Mheá, me traversèrent l'esprit. Il a été détruit lors du combat avec le duc Gallchobhar.

Cela me faisait mal au coeur. Cú Mheá n'était pas une créature vivante, mais je l'ai sculpté et animé pour me donner de la compagnie. C'était un amant merveilleux. Dois-je en créer un nouveau maintenant que j'ai eu mon mari, ses esclaves sexuels, Kora et l'aoi si ? Et comment Ealaín s'intègre-t-il dans la famille ? Un ami avec des avantages ? Un compagnon potentiel pour Sven. Il l'avait baisée durement. Cela avait été si chaud à regarder.

Et maintenant, son sperme remplissait sa chatte.

Je penchai la tête vers le bas, respirant son parfum juteux. Il remplissait mes narines de cette épice enivrante qui me faisait saliver. Je me suis précipité en avant, enfouissant mon visage dans sa chatte rasée et lapant le sperme de mon mari qui coulait d'elle.

Crème épicée et sperme salé. Miam.

Elle frissonna, son clitoris humide palpitant juste devant mon visage. Je fis glisser ma langue à travers ses plis et brossai la base. Je n'avais jamais connu le plaisir de lécher la chatte d'une fille à sa bite. Je frissonnai, la saveur de la crème pour chatte devenant douce. Le délice de Zanyia. J'ai ronronné, mes ailes battantes, alors que je l'attirais au bout de sa bite.

"Maître!" Zanyia hurla derrière moi, la chair claquant la chair. "Oui, oui, le sperme délicieux de Las ! J'aime ta bite en moi !"

J'ai frissonné en écoutant le son de mon mari baisant son esclave sexuel alors que ma langue atteignait le sommet de la bite de l'hermaphrodite. J'ai tourbillonné autour de lui, rassemblant son précum salé et plus de crème sucrée de Zanyia. L'aoi si ne cessait de me fixer avec ses yeux de citrine. Ils étaient si difficiles à lire. A-t-elle aimé ça ?

"Mmm, tu apportes tellement de possibilités intrigantes dans le harem," ronronnai-je, mes hanches se tortillant d'un côté à l'autre. "Je l'aime."

"Oh," dit-elle. "Et comment comptez-vous m'utiliser?"

"Utilisant?" J'ai objecté. "Non, non, jouer." J'ai attrapé mes gros seins moelleux et je les ai empilés autour de sa hampe. J'ai senti la douceur du jus de la chatte de Zanyia tandis que mes mamelons percés frottaient contre son ventre plat. "Comme ça."

Elle gémit alors que je faisais glisser mes seins de haut en bas sur sa bite de fille. Ma propre chatte est devenue plus chaude, la foudre zappant de mes mamelons jusqu'à ma chatte. Le jus coulait le long de mes cuisses alors que mes ailes de papillon battaient, remuant l'air autour de nous.

Ses seins se sont soulevés alors qu'elle aspirait brusquement, le bout de sa bite stimulé par mes seins moelleux. J'ai adoré et j'ai pompé mes seins plus rapidement. La crème de Zanyia a lubrifié le chemin pendant que mes mamelons buvaient la sensation du ventre soyeux de l'aoi si.

Ma chatte se réjouissait de ces sensations, devenant de plus en plus juteuse à chaque instant.

« Tu aimes ça, hein ? » J'ai ronronné. « Mes gros seins sur ta bite de fille ? »

"Bien sûr," gémit-elle. "La stimulation est toujours appréciée."

"Ooh, et comment allez-vous montrer votre appréciation?" ai-je demandé, ma chatte devenant plus chaude. La stimulation frottant mes mamelons percés - les anneaux d'or se tordant et se déplaçant à travers mes bosses - sur ses seins a tiré droit sur ma chatte, créant du plaisir dans mes profondeurs. "Voulez-vous me doucher dans votre délicieux sperme de fille?"

"Je pourrais être persuadée de faire ça", a-t-elle dit, sa voix ronronnante.

"Je parie," dis-je avec un sourire. « Mmm, je sais aussi comment faire. Juste ce dont vous avez besoin. Tu vas jouir sur mon visage, n'est-ce pas ? Espèce de vilain hermaphrodite. Mes seins vont te cajoler pour que tu éclates. Ils vous donnent tous leurs arguments sur la raison pour laquelle vous devez éclater.

"De tels arguments convaincants", a-t-elle convenu, sa bite palpitant entre mes seins.

Cela a de nouveau serré ma chatte. Le plaisir construit en moi. Je me tortillais de plus en plus, ma chatte devenant de plus en plus humide. Des ruisseaux de crème coulaient sur mes cuisses alors que je faisais plaisir à cette magnifique créature. Je voulais l'entendre crier d'extase. Je voulais que son sperme jaillisse de sa bite et pleuve sur mon visage.

Quel régal absolument délicieux ce serait.

Ma langue s'élança sur le bas de mes seins, léchant le bout de sa bite de fille lorsqu'elle émergea d'entre mes gros seins. Mes mamelons palpitaient alors que je lapais son liquide pré-éjaculatoire. Ma chatte se serra fort, le plaisir se propageant dans mon corps.

"Oh, oui, oui", gémit Ealaín. « Les doigts talentueux et l'œil reconnaissant de Rithi ! Dieux, vous êtes doué avec vos arguments.

"J'aime le sperme autant que Zanyia!"

"Oui!" hurla la catgirl alors que Sven baisait sa chatte bâclée.

Mon mari grogna et gémit, la savourant pendant que je faisais plaisir à l'hermaphrodite. J'ai travaillé mes seins de plus en plus vite, sa bite tremblant et palpitant entre mes monticules moelleux. Mes anneaux de mamelon se sont tordus, stimulant de plus en plus mes mamelons, tirant le ravissement jusqu'à ma chatte. Ma langue lapait le bout de sa queue, la faisant gémir de plus en plus fort.

Puis elle arqua le dos. Son visage se tordit. Ses yeux jaunes se fermèrent. J'ai fait glisser mes seins de haut en bas sur sa bite. Ma langue effleura le bout palpitant, ramassant une grosse cuillerée de son liquide pré-éjaculatoire. La friandise salée a fondu sur ma langue alors qu'elle criait de ravissement.

« Dieux, oui !

Son sperme a explosé.

« Le con noir de Cernere ! J'ai hurlé alors que son sperme giclait sur mon visage. Mes mamelons palpitaient contre son ventre alors que je pompais mes seins de haut en bas sur sa hampe, traire son sperme. Le plaisir descendit jusqu'à ma chatte. "Oui!"

Je l'ai fait jouir. Ce frisson combiné avec la caresse de mes mamelons contre son ventre. Alors que son sperme éclaboussait mes seins et maquillait mon visage, mon orgasme a éclaté dans les profondeurs de ma chatte. Le plaisir a déferlé sur moi alors que le sperme de fille éclaboussait dans ma bouche.

J'ai avalé la friandise salée alors que nous poussions tous les deux un gémissement de plaisir. La crème a jailli de ma chatte. Ma chatte était spasmée, des vagues d'extase déferlaient à travers mon corps. J'adorais jouir rien qu'à partir de la stimulation des mamelons, savourant cette merveilleuse gâterie.

Son sperme recouvrait mes joues et mon menton. Il coulait épais jusqu'à mon cou et coulait sur mes gros seins. L'impulsion finale de sa bite a envoyé un ruisseau de sperme nacré couler le long de son arbre pour s'infiltrer dans la vallée de mes seins.

"Mmm, regarde-toi," ronronna-t-elle, me regardant avec une telle faim dans les yeux.

L'aoi si a pris mon visage en coupe et m'a soulevé. Toujours tremblante pendant mon orgasme, elle a amené mon visage à ses lèvres et a léché son propre sperme dégoulinant sur ma chair. Sven gémit derrière nous, claquant fort dans la chatte de Zanyia.

"Maintenant, c'est chaud!" gémit-il. « Dieux, j'adore ça.

"Maître!" cria Zanyia. « Oui, oui, jouis en moi ! Remplis ma chatte et... la bite giclée de Las, oui !

J'ai frissonné lorsque la langue enduite de sperme d'Ealaín a trouvé mes lèvres. Nous nous sommes embrassés fort, partageant sa passion alors que mon corps bourdonnait de plaisir. Le plaisir déferla dans ma chair. I wiggled my hips and fluttered my wings as I snowballed girl-jizz back and forth with the hermaphrodite, our large tits rubbing together, smearing her cum across her tits.

I purred when we broke our kiss. “Yes, you do bring something delicious to the harem.”

“Harem...” Her eyes flicked away from me for a moment. “I suppose I do.”

I cuddled against her body, loving the feel of her jizz staining my flesh, and watched Sven rip his cock out of Zanyia's pussy. The catgirl fell into a heap before him, curling up into a ball, her tail twitching, and was asleep in moments, a smile on her lips.

Sven yawned, too. He sank down on the other side of the aoi si, lying on his back, staring up at the tent wall. He sucked in a deep breath, his chest rising and falling, matted by his glistening sweat. I breathed in, the tent filled with the musk of our combined passions, hot pussies and salty cum.

Je l'ai aimé.

“What are your plans now?” Ealaín asked.

Chapter Thirty: Exhausted Plan

Aingeal

My husband Sven glanced at the sleeping Kora as Ealaín's question seemed to echo through the tent. His face tightened. “I want to go after that bastard. We've destroyed his army and I want to ram my sword into his guts. But...”

“But?” the aoi si asked, her voice sounding almost bored, disinterested.

“The amulet.”

A shiver ran through me. The Biomancer Vebrin's soul laid locked Kora's amulet. Panthopus, his terrifying amalgamation of octopus and panthers, prowled the Forest of Lhes. I'd seen them, tentacles thrusting from their bodies, searching for prey. They displaced their bodies, using an innate form of illusions that not even my keen eyes could penetrate. And those weren't the worst things he created. He experimented on all creatures, even faeries, in his dark castle in the Haunted Forest.

The world was better off without him around.

“We can't let him be revived. And I doubt we can just smash it.” Sven shook his head. “That never works with powerful magical artifacts. He would have warded it against that.”

“The Collegiate Tower down in Esh-Esh would have ideas,” I said. “They are mages, too. And they condemned Vebrin's work. They wouldn't want him back. They hate warlocks.”

“Warlocks?” Nathalie asked, cuddled against Kora.

“Rogue mages who don't follow the Magery Council's rules,” Sven answered. “But that's a long trip. And the Magery is embroiled in their war with the Kingdom of Allain.”

“There's the Lesbius Oracle in the Deorc Forest,” I added. I gave Sven a naughty grin. “She doesn't like men, but there's plenty of women in the party she might be willing to aid.”

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Sven Falk

I rolled my eyes at my faerie-wife cuddling against the aoi si, a mischievous grin playing on her face.

“That's a big help.”

“Well, Kora's a woman,” Aingeal pointed out. “Even if she's made the mistake of sleeping with a guy. The Oracle might overlook that.”

“And what will her price be?” I asked, leaden exhaustion puling down at me. I was feeling the long two days after cumming in Zanyia's pussy. “We need something closer.”

Ealaín shifted. “You have an idea.”

My face grew tense. Pain throbbed in my heart. Flashes of my old life exploded through my mind. Carousing with Ava with other nubile students, regaling my sisters with my exploits. “The University of Az. Between its various colleges, they will know how to destroy it.”

“Yes, I can see that. The Bardic College guards much old knowledge, and the Philosophic College studies the esoterics,” Ealaín said.

“We just have to go west, skirting the southern edge of the forest, and we'll reach Az in a few days.” I yawned again and my eyes closed, lids so heavy. “We can meet up with Ava on the way. We'll be slow traveling through the woods until we hit the southern edge.” J'ai gémi. “I should tell her the plan.” I forced my eyes back open, fighting against sleep, and reached for my pack.

Gods, I was tired.

“I think going to Az is a good idea,” Ealaín said. “Rest. I will take the first watch.”

She rose as I pulled out Ava's alabaster proxy. Aingeal snuggled closer to me, her breasts sticky. She hugged me tight, her pink hair spilling across my chest as her breathing slowed into sleep. I caressed Ava's proxy.

She responded.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Princess Ava – Koyth, The Strifelands of Zeutch

Traveling had left me tired, but it was wonderful knowing their was a plan. I worked out with Sven where to meet him and his harem when they emerged out of the southern edge of the Forest of Lhes. Then I let him get some rest.

He sounded so tired.

I wanted to sleep myself as I lay in the lumpy mattress in the rude village in. Greta shifted beside me. I wore my thickest nightgown, fearing that we wouldn't be sleeping alone in this bed. This inn looked so shabby. I had never stayed in anything so poor before in my life.

But I could handle the discomfort if it got me away from my father. If it brought me to Sven. And in Az, I bet I could find a way to break the lust enchantment my father placed on me. My pussy twinged, aching for his touch. But he was a day's ride away now.

I just hoped my plan worked. If he came hunting towards the forest after me. I needed to know.

I sank into my jade beetle. I'd left this proxy in my father's office after I discovered about the Lodestone hidden in Faerie two weeks ago. My soul rushed out of my body and inhabited the little statue. I came awake in the dark crevasse formed by crumbling mortar in the study's walls. I peered into the dark room and...

My father wasn't there.

I clicked my little mandibles in irritation. Of course he wasn't here. It would have been the greatest coincidence in the world if he was. I let out an annoyed sigh, buzzing my little jade wings in the tight crevasse. I settled into wait, my mind numb with exhaustion.

I just wanted to sleep.

Il serait si facile. To just sink down into my dreams...

My thoughts drifted as I struggled to stay awake. My father spent so much time in the study. I had to learn something. I couldn't let myself sink into oblivion yet. I needed to stay up for as long as I could and...

Sven's arms engulfed me. “I'll never let you go. You're mine.”

“Yes,” I moaned, trembling in his arms as he carried me in my wedding dress towards the black and white altar of Luben. “Make me your bride tonight!”

A door slammed.

I jumped awake still trapped in the tight crevasse. Light flooded in through the crack. My father had returned. My dream spilled off of me as I gazed out into his study. I caught sight of his dark boots marching across the room. Then he sat down heavily at his desk. A drawer opened and then slammed shut.

He sounded... angry? Inquiet? I wished he would talk to himself, let me know what he was thinking. Instead... he began writing. The scratch of his quill filled the room. It was monotonous, drawling, lulling me back into sleep and—

A loud rap hammered the door.

“Enter,” my father said, his voice cool. Since mother's death, the passion had bled out of him.

The door creaked open and I caught the hem of a black robe. Master Mage Shevoin swept into the room and stood before my father's desk. C'était ça. With his magic, he could track me down. I had my lies all ready if Father caught up with me, how I had to flee because I feared his power. He was a mage. Armies couldn't stand up to them.

“Well?” Father asked, his voice still devoid of any emotion. “Where did she go? Was she captured? Is she hurt?”

“You're not even asking if I found her?”

“If you found her, she'd be with you.” Father's chair creaked. “Stop wasting my time. It won't be long until my enemies realize that my new armies are no longer activated. I don't need this distraction. Where did my daughter go?”

“She went south towards Thlin,” he said. “She's riding fast. I fear... I fear she is fleeing your castle.”

Father let out almost an angry grunt. “And what about the enchantment. You assured me it would make her love me. She...” His voice softened. “She did love me. She gave herself to me.”

“I... I am not a mind reader, your majesty. Perhaps her maid... conspired with your enemies in Thlin. Je sais pas. I have already ordered your men to ride after her. Do you wish me to accompany them?”

There was a long pause. "Non. I can breed other heirs.”

Indignation shot through me. He didn't actually care about me? I thought he at least loved me.

“I need you to recreate the Lodestone. Send your agents to the mines and find me another piece of magnetic iron big enough to work for your spell.”

“Of course, your majesty,” Shevoin said.

“And send in Gunther. I can spare some men to find my daughter. She would make a great heir for me, but... But I can't be weak right now.”

My ruse worked. I pulled out of my beetle and sank into my thoughts. My eyes opened to stare at the dark rafters of the inn room's ceiling. He didn't love me. I shouldn't be hurt by that, I despised my father, but... But he said he loved me and...

Sven loved me. I needed to focus on that. On what was important. Once I was with Sven, we would stop my father before Shevoin could recreate the Lodestone. It was time to move on him. It was time to end his reign for good.

To be continued...

Articles similaires

Brianne

Elle était toujours aussi belle aujourd'hui. Elle portait une jupe bleue, elle était assez courte, et un t-shirt vert. Elle était assez petite elle-même, seulement environ 5'4 . Elle avait des cheveux mi-longs, bruns, légèrement bouclés, qui lui arrivaient jusqu'à l'épaule. Ses seins étaient de taille moyenne, probablement un bonnet C. Elle avait aussi une belle crosse, elle était légèrement large sur sa petite carrure. Ses yeux étaient étonnamment verts et son sourire était toujours aimable et chaleureux. J'avais le béguin pour elle depuis aussi longtemps que je me souvienne, depuis le retour à l'école primaire. Elle s'appelait Brianne. Je l'ai...

777 Des vues

Likes 0

La grande guerre 3033 partie 2

Quand Jack venait de terminer sur le champ de tir quand Jack, comment pouvez-vous tirer avec cette arme, tous ceux qui ont tiré avec cette arme ont été brûlés de l'intérieur vers l'intérieur ou ils ont juste été tués. Jack a maintenant remarqué qu'il avait été découvert et a juste dit J'ai ramassé les armes et j'ai juste commencé à tirer. Pourquoi est-ce que quelque chose ne va pas. Jack a demandé. John était maintenant au téléphone pour dire au président qu'ils avaient trouvé l'un des deux Umbra et qu'il ne sait pas ce qu'il est. OK, merci pour...

688 Des vues

Likes 0

Ma première fois avec Cindy

L'histoire: Sur le chemin du retour de l'hôpital, après avoir déposé ma femme pour une opération du dos très sérieuse, Cindy, me disait comment elle allait faire toutes les choses que maman faisait dans la maison, comme faire la vaisselle et faire la lessive et ça elle s'occupera de son papa comme maman le fait. C'était dit dans une sorte de murmure doux et elle avait sa main sur mon bras, me touchant doucement et me regardant dans les yeux. J'ai senti un frémissement dans mon pantalon et j'ai regardé les jambes galbées de Cindy et la petite minijupe qu'elle portait...

574 Des vues

Likes 0

Salope

J'ai été gangbangée par 37 hommes dans une sale salle VIP au sommet d'un bar à New York, mon mari m'a emmenée à une fête et est partie avec une autre fille blonde, je me suis assise au bar toute seule quand 15 hommes m'ont approché, ils m'a dit que j'étais très belle et a demandé s'ils pouvaient prendre des photos de moi, j'ai dit ok, mais ils ont dit qu'il y avait trop de monde dans le bar pouvons-nous aller dans une pièce où c'est un peu plus calme, j'ai dit ok, une des les hommes m'ont emmené à l'étage...

398 Des vues

Likes 0

Leur monde partie 3

Je ne sais toujours pas combien d'heures j'ai passé à l'intérieur de ce terrible hangar de stockage en aluminium, ligoté comme un porc... . Qu'avais-je fait de mal ? Qu'avais-je fait pour mériter cette torture inhumaine ? C'était le pire. Je n'avais rien fait de mal. Tout ce que j'ai fait, c'est aider ma femme Monica et son amant Randy à se préparer pour une fête à laquelle ils allaient. Puis, alors qu'ils étaient presque prêts à partir, Randy a commencé à me gifler comme une poupée de chiffon, sans aucune raison. J'avais été parfaitement respectueux envers lui et ma femme...

690 Des vues

Likes 0

A Fantasy Too Far Chapitre 3

CHAPITRE 3 Elle se ressaisit à temps pour aller travailler comme si de rien n'était. Juste un lundi matin normal. Elle supposait que tout bien considéré, elle n'était pas vraiment faite pour être une esclave de sous-sol pour le reste de sa vie après tout, mais vivre son fantasme aurait été mieux si cela avait duré plus longtemps. Bien que tout comme les contes de fées et les comédies romantiques se terminant au mariage, les histoires et les jeux de rôle de briser la volonté d'un esclave kidnappé s'arrêtent toujours après les parties passionnantes. La routine monotone de la vie quotidienne...

696 Des vues

Likes 0

My Sex Life Épisode 6 La soeur de la meilleure amie

Revenons donc à mes jours d'école où j'étais avec mon amie/copine Amy, je suis à peu près sûre que nous n'étions pas exactement amis à ce moment-là parce que j'étais dans une relation engagée mais que j'ai fini par sortir tout récemment de je ne vais pas mentir, cette relation m'a frappé fort normalement, je m'en sors d'une et d'une certaine manière, je suis heureuse parce que maintenant je peux à nouveau baiser d'autres filles, mais cette fois, il m'a fallu un certain temps pour rebondir. Cela fait environ 2 semaines depuis ma mauvaise rupture et à l'époque, la sœur de...

643 Des vues

Likes 0

S.S.Shotguneagle (Partie Six)

Ce ne serait pas tout à fait vrai si Leah disait que son esprit n'était pas fêlé. Même après s'être répété à plusieurs reprises comment elle allait aller, le doute était toujours au fond de son esprit. Son esprit est peut-être encore intact pour le moment, mais sa volonté de rester forte et positive s'effondrait. Elle se demandait combien de temps il faudrait avant qu'elle ne perde complètement la tête. Cela n'aidait pas non plus que Leah se battait mentalement. Elle détestait la façon dont elle laissait ces animaux faire son chemin avec elle. Leah n'a jamais voulu être une autre...

625 Des vues

Likes 0

Le dilemme de Donnie

TOUT LE MONDE DANS CETTE HISTOIRE A AU MOINS DIX-HUIT ANS OU PLUS. Donnie Hamilton est le petit frère adolescent ennuyeux typique. Il n'y avait que deux ans de différence d'âge entre lui et sa grande sœur, Lucy. La façon immature dont il a agi, on pourrait penser qu'il y avait beaucoup plus d'écart d'âge. Elle tolérait le comportement juvénile de Donnie parce qu'elle l'aimait. Elle a appris à supporter ses farces parce qu'elle a compris que Donnie était en pleine puberté et commençait à s'intéresser aux filles. Elle savait aussi qu'il était trop jeune et inexpérimenté pour comprendre pourquoi il...

605 Des vues

Likes 0

Courbes : un véritable entraînement

Ben venait d'avoir 26 ans lorsqu'il a pris le poste. Sa mère et sa sœur avaient vraiment commencé à faire de l'exercice après les excès des vacances et, début février, elles s'entraînaient cinq fois par semaine. Ni la mère ni la fille n'étaient particulièrement en surpoids, mais elles ont apprécié le temps passé ensemble et elles ont remarqué presque immédiatement qu'elles avaient plus d'énergie. Les deux ont fait une routine et s'y tenaient. Barbara et Torey Reynolds étaient membres de Curves, un centre d'exercice basé sur un circuit réservé aux femmes. Il y en avait plusieurs près de chez eux, dont...

532 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.