Un anniversaire d'inceste Chapitre 17

80Report
Un anniversaire d'inceste Chapitre 17

Un malheureux accident m'a longtemps éloigné de l'ordinateur, mais je suis guéri et prêt à reprendre l'écriture. J'espère juste que je suis aussi proche de l'endroit où j'écrivais avant ma disparition brutale. Alors après plus de 8 mois d'absence, l'histoire de Rita et Randy Stevens continue ici, j'espère qu'elle vous plaira.





J'ai remué dans mon sommeil, me réveillant quand j'ai senti quelque chose pousser sur ma poitrine encore et encore, au point où j'ai dû régler le problème. Avec des yeux flous, j'ai regardé à travers l'obscurité jusqu'à ce qu'ils s'ajustent suffisamment pour éclaircir l'image devant moi, Rita avec un sourire sur son visage.

"Allons les chercher !"

Je me suis souri en me rendormant, me demandant ce que Rita avait dans la tête et ce qu'elle prévoyait de faire à maman et tante Lisa. Je pouvais déjà dire que ça allait être une journée inoubliable.

--------------------

Je me suis réveillé à nouveau, cette fois par moi-même, dans une pièce remplie de lumière du jour pour voir Rita dans la même position qu'elle était il y a seulement quelques heures... de son côté, me regardant droit dans les yeux, souriant.

"Tu es restée allongée comme ça toute la nuit ?"

"Non, je me suis juste réveillé il y a cinq minutes et je me suis souvenu de ce qu'était aujourd'hui."

« Tu sais ce que tu vas leur faire ?

« J'ai quelques idées, mais nous avons toute la journée pour les comprendre. Je ne peux pas attendre ! Ça va être fantastique !" Rita a crié alors qu'elle roulait sur moi et a commencé à rebondir de haut en bas, ce qui m'a un peu excité.

« Attends, papa est peut-être encore là. Allons vérifier avant de faire quoi que ce soit.

« Oh Randy, tu t'inquiètes toujours, tu dois vivre un peu. Tu sais si tu n'étais pas si mignon, je t'aurais quitté il y a longtemps », a-t-elle plaisanté en se levant et en se dirigeant vers la porte.

"Tout ça te manquerait et tu le sais," plaisantai-je en la frappant avec un oreiller.

Je restai allongé là une seconde à essayer de comprendre la situation. Nous avions un laissez-passer gratuit pour maman et tante Lisa et pourtant je ne trouvais rien à leur faire, j'espérais qu'au fil de la journée, je pourrais trouver quelque chose. Je me suis précipité vers la salle de bain et me suis nettoyé très rapidement et je suis descendu pour voir que maman et tante Lisa avaient préparé un copieux petit-déjeuner; œufs, pain perdu, saucisses, bacon, jambon, biscuits, riz, même des pommes de terre rissolées, ils ont tout fait. J'étais immédiatement suspect de savoir exactement ce qui se passait, mais ça n'allait pas marcher, pas aujourd'hui, pas une chance en enfer, pas de haricots, enfer non, non.

Non.

"Je sais, j'ai fait la même chose quand je suis venue et que je l'ai vu", a déclaré Rita.

"Nous n'essayions pas de sucer, c'est juste pour dire au moins être juste, rien de trop extrême", a déclaré maman.

"Dit la femme qui nous a travaillés comme une marionnette encore et encore", a répondu Rita.

"Tu peux y aller doucement avec moi, je n'étais pas aussi mauvaise que ta mère", intervint tante Lisa.

"S'il vous plaît, vous étiez son bras droit, ne faites pas l'innocente," j'ai suivi.

Nous nous sommes tous assis et avons commencé à manger l'énorme petit-déjeuner qui nous était proposé. La tension dans la pièce était finalement en notre faveur car ni maman ni tante Lisa ne savaient à quoi s'attendre.

"Le temps commence dès que papa part juste pour que tu saches," dit Rita à travers une bouchée de nourriture. « Attends, est-il ici maintenant ? »

"Malheureusement, il a dû partir un peu tôt ce matin, de tous les jours", a déclaré maman.

Le visage de Rita s'éclaira. "Parfait, alors le temps commence maintenant et se termine à minuit, et puisqu'il commence maintenant, je pense que vous devriez tous les deux vous déshabiller, maintenant."

Le regard sur leur visage en valait la peine même s'ils ne se déshabillaient pas, surtout maman. "Quoi? Tu ne peux pas être sérieux, ton père pourrait revenir ici à tout moment !"

«Nous savons tous les deux qu'il ne revient jamais après son départ jusqu'à ce qu'il quitte le travail, maman, alors n'essaye même pas ça. Ce sont de très belles tenues, mais elles seront encore plus belles sur le sol, alors déshabillez-vous ! ordonna Rita.

Je pouvais dire que Rita appréciait chaque instant de cela, elle savait exactement comment se sortir de la situation, et hors de moi, mec, elle avait l'air sexy en leur donnant des ordres. Finalement, maman et tante Lisa ont su qu'elles étaient battues et déshabillées jusqu'à leur soutien-gorge et leur culotte, maman en noir et tante Lisa en rouge, toutes deux semblant sortir d'un catalogue Victoria's Secret.

"Ce n'est qu'un jour Anna, puis après ça, nous les récupérerons", a rassuré maman tante Lisa.

« Ouais, mais jusque-là, tu dois faire ce que nous disons, et crois-moi, il va y avoir beaucoup de choses que tu vas devoir faire ; des trucs embarrassants, des trucs drôles, des trucs stupides, la liste est longue », se réjouit Rita.

Nous sommes retournés prendre le petit déjeuner et j'ai rapidement remarqué à quel point c'était devenu plus calme, Rita les avait là où elle les voulait, et ils étaient intimidés, mais moi je n'ai encore rien fait, sauf m'asseoir et regarder Rita entrer dans leur têtes. Il faudrait que je m'implique, c'est une opportunité bien trop précieuse pour la laisser passer. J'ai regardé tout le monde à table; maman a eu un "Je jure que je vais te récupérer petite coquine!" regard sur son visage en regardant Rita, tante Lisa a continué à regarder chaque petit bruit en espérant que papa ne reviendrait pas par la porte, et Rita avait le plus grand sourire sur son visage alors qu'elle mangeait sa nourriture, et ses mamelons étaient durs comme de la pierre ( oui je l'ai bien remarqué). Il ne faisait pas froid dans la maison (du moins pour nous, ce n'était pas le cas) alors je savais que ce n'était pas ça, elle était vraiment excitée, et son excitation me rendait excitée, à tel point que je ne l'étais pas même plus faim de nourriture, j'avais envie de manger autre chose...

Une fois le petit-déjeuner terminé, maman et tante Lisa ont tout nettoyé et nous sommes montés à l'étage. En chemin, j'ai pris Rita et je l'ai portée jusqu'à notre lit, prête à dévorer son adorable petit corps.

"Mmmmm attends Randy, pas tout de suite."

« Qu'est-ce que tu veux dire pas encore ? C'est le moment idéal !"

"J'ai un plan. Crois-moi, je te veux aussi, tu sais que je te veux, mais je veux rendre ça aussi pénible que possible pour maman et tante Lisa, on n'aura plus cette chance. Croyez-moi, ce sera beaucoup mieux.

Autant que je voulais l'emmener là-bas, le regard dans ses yeux quand elle a dit cela m'a dit qu'il valait mieux attendre, alors je me suis calmé à contrecœur alors que nous redescendions tous les deux.

Nous nous sommes assis sur le canapé en regardant la télévision, sans vraiment prêter attention à ce qui se passait, mais en attendant qu'ils finissent de nettoyer la cuisine. Quand ils ont eu fini, ils ont ramassé leurs vêtements et ont essayé de se précipiter devant nous pour monter à l'étage, mais nous savions tous que ça n'allait pas se passer comme ça.

« Et où pensez-vous aller, vous deux ? demanda Rita.

"On en avait fini avec la cuisine, alors on montait se détendre", a déclaré tante Lisa.

"Vous pouvez vous détendre ici, vous asseoir et regarder la télévision avec nous."

"Je suppose que nous n'avons pas le choix," dit maman.

"Non, pas vraiment. Allez, qu'est-ce qui peut arriver de pire ? Rita sourit.

Ils laissèrent tomber leurs vêtements sur le palier de l'escalier et allèrent s'asseoir sur l'autre canapé, mais encore une fois, Rita avait un autre tour dans son sac.

"Attendez, avant de vous asseoir, j'ai une petite surprise pour vous," dit-elle en tendant la main entre les coussins du canapé et en sortant quelque chose. "Je sais à quel point vous aimez être coquins, alors nous avons des jouets pour vous. L'un de vous porte les pinces à tétons et l'autre le plug anal, à vous de choisir.

Ils semblaient tous les deux étonnés, mais pas découragés par l'idée. Bien que ce soit un bon plan de la part de Rita, elle avait un défaut, elle leur a laissé le choix sur lequel choisir. Si j'ai appris une chose sur maman et tante Lisa, c'est ce qui les excite. Tante Lisa adorait jouer avec ses seins, ses mamelons aussi, peu importe ce que vous faisiez, elle adorait ça. Maman était une maniaque de l'anal, purement et simplement. Je ne me souviens pas d'une seule fois depuis que tout ça a commencé où elle n'avait rien dans le cul. C'était évident quels jouets ils allaient choisir, et j'avais raison, maman a opté pour le plug anal et tante Lisa pour les pinces. Étant donné que cette journée était censée être une torture pour eux, je ne pouvais pas rester assis là et les laisser prendre leur petit moment de plaisir en sachant ce que je savais, alors j'ai dû intervenir.

« Oh non, je ne pense pas ! Vous ne pensez pas que vous étiez stupide, n'est-ce pas ? Maman, tu as les pinces et tante Lisa, tu as le plug anal, oh et encore une chose, ils doivent rester allumés toute la journée, sauf si nous disons le contraire. Si nous vous surprenons en train de jouer avec eux, disons simplement que vous n'aimerez pas le résultat.

Leur petite lueur d'espoir s'est estompée lorsque leur petit plan s'est retourné contre eux. Nous avons regardé maman enlever son soutien-gorge et mettre les pinces aussi délicates qu'elle le pouvait, nous donnant un regard diabolique comme elle l'a fait, et tante Lisa baisser sa culotte et enfoncer lentement le plug anal dans son cul serré, elle était trop concentrée sur essayant de ne pas pousser trop vite et de ne pas se blesser pour faire attention à nous.

"Ok, je pense que nous en avons fait assez, pour l'instant," dit Rita en revenant sur le film.

Ils se sont assis sur l'autre canapé, tante Lisa plus lentement que maman, et ont regardé le film avec nous, nous n'aimions pas ce qu'il y avait alors j'ai surfé sur la chaîne jusqu'à ce que Rita voie un film qu'elle aimait.

« Oh, reviens ! Regardons ça ! Mettez-le sur Monsters Ball.

"Le bal des monstres ? Qu'est-ce que c'est? Cela semble stupide.

"Croyez-moi, vous l'aimerez certainement," dit-elle en souriant.

Je l'ai retourné au film environ cinq minutes plus tard et j'ai remarqué que Halle Berry y était, ok maintenant j'avais une raison de le regarder. Cela a commencé très lentement mais a ensuite commencé à reprendre un peu.

« Vous deux ne vous sentez même pas coupables de nous avoir fait ça, n'est-ce pas ? Tante Lisa a demandé de nulle part.

« Non, pas du tout. Après toutes les choses que vous nous avez faites, le remboursement se fait attendre depuis longtemps. En plus, nous ne t'avons encore rien FAIT. » Rita sourit et se retourna vers la télé.

"Depuis quand as-tu commencé à être si rusé et trompeur ?" maman a demandé.

"Eh bien, tu es ma mère, donc je suppose que c'est génétique. Je devrais dire merci.

"Merci pour quoi?"

"Vous le saurez, très bientôt."

La façon dont Rita est restée si calme tout au long de cette conversation m'a rendu heureux d'être du même côté qu'elle, non pas qu'elle me fasse jamais quelque chose comme ça, mais quand même, heureux d'être dans son équipe. C'était redevenu assez calme au fur et à mesure que nous entrions dans le film, et à partir de mon point de vue, cela avait commencé à devenir un peu ennuyeux, c'est-à-dire jusqu'à ce que la meilleure scène soit jamais apparue à l'écran, Halle Berry disant à Billy Bob Thornton de "la faire se sentir bien". ” Je jure que mes yeux étaient rivés sur la télé pratiquement toute la scène, jusqu'à ce que j'entende de légers gémissements venant de Rita et que je la regarde jouer avec elle-même. Ma bite était dure comme de la pierre et avait besoin d'attention, et à première vue, Rita aussi. À ce moment-là, j'ai oublié que maman et tante Lisa étaient dans la pièce alors que Rita et moi commencions à nous embrasser. Elle a jeté sa jambe couverte de jupe sur la mienne, laissant sa culotte rose apparaître dans le processus et a frotté ma bite à travers mon short. Je l'ai tirée sur mes genoux, serrant ses fesses dans mes mains tout en glissant ma langue dans sa bouche alors qu'elle se frottait sur mes genoux, pendant tout ce temps nous pouvons encore entendre la scène de sexe torride qui se passe à la télévision.

"Tu sais, tu étais toujours dans la pièce", a dit maman.

"Nous savons que vous pouvez soit partir, soit profiter du spectacle", a déclaré Rita en enlevant ma chemise.

Elle s'est penchée sur moi et a retiré ma chemise de moi, puis a glissé le long de mon corps pour retirer mon short. Elle les a pris ainsi que mon boxer en un seul mouvement net, faisant apparaître ma bite comme une taupe. Elle a souri en direction de maman et de tante Lisa puis a pris ma bite dans sa main, l'a caressée plusieurs fois, puis a pris la tête entre ses lèvres.

Je n'ai pas pu m'empêcher de laisser échapper un gémissement sonore alors que sa langue traçait des traces sur ma tête et que ses lèvres se serraient autour du cou de ma bite. J'ai écarté ses cheveux alors qu'elle prenait lentement toute ma bite dans sa bouche, puis la retirait vers la tête, puis la reprenait à nouveau, chaque fois qu'elle le faisait, elle accélérait un peu plus vite qu'avant. Avant que nous ne le sachions, nous avons entendu maman et tante Lisa gémir et nous avons regardé pour les voir jouer avec elles-mêmes, tante Lisa se pinçant les seins et maman se doigtant, toutes les deux nous regardaient attentivement alors qu'elles essayaient d'atteindre l'orgasme.

« Vous avez l'air de vous amuser tous les deux là-bas, trop d'amusement en fait. Il est temps pour de nouvelles règles, soit vous pouvez nous regarder faire l'amour et ne pas vous toucher, soit vous pouvez vous toucher et ne pas nous regarder, écoutez seulement, votre choix », a déclaré Rita en caressant ma bite.

"Quoi?! Allez, quel genre de règle est-ce! Tante Lisa gémit.

"Tu ferais mieux de suivre si tu ne veux pas être puni !"

« Tu n'as rien contre nous », a défié maman.

"En fait, nous savons ce que vous détestez le plus tous les deux, et il se trouve que c'est la même chose, vous pouvez remercier papa d'avoir accidentellement renversé les haricots," forçai-je alors que Rita me caressait toujours.

« Merde. J'ai quelques mots pour ton père quand il rentrera.

"Ok assez parlé, qu'est-ce que ça va être, regarder ou jouer?" dit Rita avec suffisance.

"Oh, et au cas où vous pensiez à trouver une échappatoire, vous ne pouvez pas non plus vous toucher ou vous frotter contre quoi que ce soit, je sais ce que vous pensez", ai-je ajouté, fier de moi que j'ai probablement mis un terme à tout plan qu'ils auraient pu avoir.

Ils ont tous les deux soufflé alors que maman se détournait et continuait à jouer avec elle-même et que tante Lisa lâchait ses seins et continuait à nous regarder, sans aucun doute nous étions sous leur peau. Rita reporta son attention sur moi alors qu'elle glissait sa culotte le long de ses jambes mais laissa sa jupe, tira sa chemise fine par-dessus sa tête et me chevaucha sur le canapé. Elle a attrapé ma bite et l'a mise juste sous sa chatte, a glissé la tête dedans et a broyé ses hanches en cercle jusqu'à ce que ma bite soit complètement enfouie en elle.

"OH MON DIEU! C'est si bon d'avoir une bite dure au fond de moi ! Rita jubilait.

Je les ai regardés assez rapidement pour voir maman lui doigter la chatte avec le dos tourné et tante Lisa se mordant la lèvre en se forçant à ne pas se toucher, mais mon attention a été rapidement détournée vers Rita alors qu'elle posait ses mains sur mon épaules, se souleva et se plaqua contre ma bite.

"Merde Rita, on dirait que tu te resserres à chaque fois que nous baisons", ai-je dit.

"C'est parce que je le fais, maman et tante Lisa ont eu la gentillesse de me confier certains de leurs secrets, ça vaut le coup juste de sentir cette grosse bite étirer ma chatte à chaque fois."

J'ai attrapé son cul et l'ai aidée à me chevaucher, tout en essayant d'attraper l'un de ses seins rebondissants avec mes lèvres. Cela a pris un certain temps, mais j'ai finalement attrapé son mamelon droit et l'ai sucé comme un fou alors que ses gémissements devenaient plus forts, et elle a commencé à rebondir sur moi de plus en plus vite.

"Vous allez tous les deux regretter de nous avoir fait ça", a dit maman alors qu'elle pompait ses doigts dans et hors de sa chatte à une vitesse incroyable, mais elle n'avait pas l'air de descendre, je suppose qu'elle avait besoin d'un visuel, haha ​​aussi mal.

Tante Lisa n'allait pas mieux. Elle était sacrément sur le point de s'effondrer, elle voulait tellement se toucher, ses mamelons étaient si gonflés si elle avait porté les pinces qu'ils auraient fait sauter depuis longtemps.

"Laissez-les souffrir, ils n'apprécient pas cette bite comme moi," gémit Rita.

"Et ils n'apprécient pas ces seins," dis-je en les suçant. "Ce cul," dis-je en serrant ses joues dans ma main et en jouant avec son trou du cul, obtenant quelques gémissements supplémentaires de sa part. "Ou cette chatte," dis-je en la soulevant de moi et en la jetant sur le canapé et enfouissant mon visage dans son entrejambe.

« Ah ouais c'est ça ! Lèche cette chatte bébé, lèche-la propre !

J'ai levé ses jambes en l'air et l'ai léché de haut en bas, en veillant à couvrir chaque centimètre de sa chatte. Elle a attrapé ma tête à deux mains et a guidé (plutôt traîné) mon visage en cercles sur sa chatte, couvrant à peu près tout mon visage dans le jus de Rita, mais cela ne m'a pas du tout dérangé.

"Oh merde! Je parie que vous aimeriez tous les deux qu'il vous lèche les chattes en ce moment, n'est-ce pas ? Dommage, il est tout à moi, et il est gonnooooooooh mon dieu ! Rita a dit avant qu'elle ne soit coupée par ma langue piquant son clitoris.

J'écartai complètement ses lèvres jusqu'à ce que son clitoris s'expose complètement, puis je le suçai si fort que je fis cambrer son corps du canapé. Ses yeux étaient bien fermés pour ne pas voir le regard de pure jalousie sur le visage de tante Lisa, ou le bras de maman travaillant rapidement sur sa chatte essayant toujours de se faire jouir, et échouant toujours, se sentait presque désolé pour elle, presque. Juste au moment où je recommençais à lui lécher la chatte, Rita a poussé ma tête entre ses jambes et s'est positionnée sur le bras du canapé.

« Remets-le-moi Randy, s'il te plaît ! J'ai besoin de cette bite en moi maintenant!

Elle remuait sa chatte vers moi, me tentant d'aller la remplir de bite, alors je me suis mis derrière elle et c'est exactement ce que j'ai fait. J'ai mis le bout de ma bite sur sa chatte et je l'ai ramenée dessus.

"Uuuuuuuuuuuuugh oui, remplis cette chatte!"

J'ai laissé tomber mes mains de ses hanches et elle a compris l'allusion et a commencé à travailler son cul sur ma bite, en utilisant ses bras contre le bras du canapé comme levier pour pousser en moi. Je ne pouvais pas voir son visage entièrement, mais d'après ce que je pouvais voir, elle souriait définitivement en direction de maman et de tante Lisa.

« Mmmm, vous devriez ressentir ça, c'est tellement bon ! Je pourrais le baiser toute la journée ici !

Rita s'amusait tellement à les taquiner que j'ai pensé que j'allais me lancer moi-même. « Maintenant Rita, pourquoi les taquines-tu comme ça ? Vous savez qu'ils ne peuvent pas nous toucher, ils ne peuvent pas me sentir saisir leurs hanches alors que ma bite glisse dans et hors d'eux si fort que leur cul claque en place !

"Oh putain Randy continue de me baiser comme ça, claque cette bite dans ma chatte !"

« Vous êtes mauvais tous les deux ! Ce n'est pas juste ! Tante Lisa a pleuré en se retournant et a commencé à jouer avec ses seins et sa chatte pour, espérons-le, se donner une sorte de libération, et à ce moment-là, maman a arrêté de se doigter et s'est retournée juste à temps pour me regarder attraper une mèche de cheveux et de voûte plantaire de Rita. elle se leva alors qu'elle se forçait à revenir sur ma bite.

"Vous deux allez payer pour ça, je le garantis", a déclaré maman, sans se toucher avec force.

« Ouais, mais pas aujourd'hui ! Baise-moi bébé, continue de me baiser, pouah, oh mon Dieu ! Rita gémit.

C'était parfait. Ils avaient l'air d'être dans un enfer complet ne pouvant pas s'amuser pleinement et nous étions au paradis complet pouvant profiter du corps de l'autre tout en torturant les deux femmes qui avaient nos numéros depuis que tout cela a commencé, la vengeance est douce . Maman n'arrêtait pas de nous regarder les bras croisés comme si nous étions injustes, mais on s'en fichait, on continuait juste à baiser juste devant elle, je suppose que maintenant elle sait ce que c'est que d'être nous.

"Putain, je veux tellement jouir Randy ! Fais-moi jouir partout sur cette bite ! Rita gémit.

Sans rien dire et en regardant maman tout le temps, j'ai renversé Rita sur son dos missionnaire et je l'ai repoussée tout en souriant à maman comme elle nous l'a fait tant de fois que j'ai perdu le compte. Je n'ai pas rompu le contact visuel avec elle pendant que je baisais Rita jusqu'à ce qu'elle m'attire vers elle et l'embrasse.

"Combien m'aimes-tu en ce moment pour avoir dit que nous devrions les torturer?" murmura Rita.

"Tellement, cela s'est avéré bien mieux que je ne le pensais!"

« Attendez, la journée n'est pas loin ! »

Quand elle a dit ça, le regard sur son visage m'a excité au point où j'ai eu cette bouffée d'énergie de nulle part, et j'allais l'enlever sur sa chatte. Je me suis assis pour retrouver mon équilibre et j'ai surpris maman en train de nous regarder et de jouer avec elle-même en même temps, elle trichait. Quand elle m'a vu la regarder, elle a essayé de se dépêcher et de bouger les mains, mais je l'avais déjà vue, et elle le savait. Je n'ai rien dit, je l'ai juste regardée en détournant mon attention vers Rita, j'ai mis ses chevilles sur mes épaules tout en attrapant ses cuisses et j'ai enfoncé ma bite dans sa chatte serrée encore et encore.

"Oh mon Dieu! Tu ne m'as jamais baisé comme ça Randy ! Vous allez si loin !

Je ne l'ai pas fait, mais j'allais commencer. Ses jambes étant si proches l'une de l'autre avec la position dans laquelle j'étais, sa chatte était extrêmement serrée car je n'avais pas d'autre choix que de toucher le fond à chaque fois que j'y pénétrais parce qu'elle était tellement mouillée. Ses yeux étaient fermés et elle attrapait tout ce qu'elle pouvait attraper. Je la baisais si fort que le canapé se déplaçait petit à petit sur le sol, et je pouvais me sentir sur le point de jouir, mais comme à chaque fois, juste avant que je sois sur le point de jouir, Rita se préparait pour la première.

« Juste comme ça Randy, je vais foutre du sperme ! Continuez à faire ça, continuez à faire ça !"

J'ai regardé dans la direction de maman et de tante Lisa pour voir que tante Lisa s'était retournée pour regarder, mais luttait toujours pour ne pas se toucher, et maman trichait à nouveau. Elle avait ses doigts profondément enfoncés dans sa chatte et se doigtait comme une folle, au point qu'elle savait déjà qu'elle était prise et qu'elle allait subir la punition plus tard, mais elle voulait juste s'en sortir maintenant. La voix de Rita a continué à augmenter de 1/8ème à chaque gémissement qu'elle a laissé échapper jusqu'à ce qu'elle atteigne son point de rupture.

"Fuuuuuuuuuck randy FUUUUUUUCCCCCCKKKKKKKKKKK!!!!!!!!!!!"

Elle s'est accrochée à mes bras et a enfoncé ses ongles dans ma peau alors que sa chatte se contractait autour de ma bite pendant ce qui semblait être cinq minutes. Pendant tout ce temps, je construisais mon propre orgasme, mais lentement, jusqu'à ce que la chatte de Rita accélère le processus pour moi. J'ai serré les dents et j'étais prêt à souffler ma charge en elle jusqu'à ce qu'elle dise de ne pas faire du mieux qu'elle pouvait après avoir juste eu un orgasme extrême.

"Non, pas à l'intérieur de moi, éjacule sur m-mon corps, é-éjacule sur tout mon b-corps Randy."

J'ai dû me forcer à sortir de sa douce chatte humide. Il a fallu beaucoup de volonté, mais j'ai finalement réussi, et juste à temps. Alors que je me retirais, elle a attrapé ma bite avec sa main et n'a tiré que trois fois avant que je ne grogne et commence à jouir sur tout son corps. Ses seins, son ventre, son cou et même une partie de son visage avaient mon sperme partout. Dire que j'étais épuisé était un euphémisme, j'étais tellement essoufflé que dès que j'ai arrêté de jouir, je suis tombé en plein sur Rita, enduisant le sperme que je lui ai littéralement giclé sur la poitrine. Je pouvais en sentir le caractère collant et la chaleur car il agissait comme un agent de liaison, maintenant nos corps ensemble de la manière la plus naturelle. C'est à ce moment que Rita a finalement repris son souffle et a ouvert les yeux pour me regarder.

« Je ne sais pas exactement ce que c'était, mais tu ferais mieux de croire que je vais découvrir ce qui t'a fait si bien baiser, je veux dire, putain de wow ! Ma chatte palpite toujours !

"Je pense que vous avez une idée de ce qui aurait pu le causer", dis-je en jetant un regard à maman et tante Lisa, qui, apparemment, ont réussi à s'en sortir au milieu de notre orgasme. Je sais qu'ils ont trompé, mais avec la façon dont la journée s'est déroulée jusqu'à présent, je sais que nous allons bien intégrer une punition. Lentement, j'ai roulé sur Rita, le sperme s'étirant entre nous comme du fromage sur une pizza jusqu'à ce que je sois à côté d'elle sur le canapé.

"MERDE! Ma chatte se sent A-MAAAAAAA-ZING!!!!!!!!!!!!!” dit Rita en étirant ses bras et ses jambes en signe de victoire. "Vous savez, c'est dommage que vous ne vous sentiez pas comme ça en ce moment, je jure que c'est comme si un groupe de bisounours faisait le mararena dans ma chatte, c'est un endroit tellement heureux en ce moment. Vous savez ce que vous obtenez cependant? Vous pouvez me lécher le sperme, et depuis que Randy s'est effondré sur moi plus tôt, je sais qu'il en a aussi sur lui, alors vous pouvez le lui lécher aussi. Tu vois, je suis généreux après tout.

"Généreux mon cul, tu profites de chaque minute de ce petit diable," ricana maman.

"Tu serais déçu si je ne le faisais pas," répondit Rita avec un sourire narquois sur son visage.

Maman avait un de ces regards qui dit que sa fille l'a rendue fière en prenant après elle, mais a rapidement retrouvé son visage impassible alors qu'elle se dirigeait vers Rita et commençait à lui lécher le sperme, en commençant par ses mamelons, des chiffres. Tante Lisa s'est ensuite dirigée vers moi et, très sournoisement, je pourrais ajouter, a trouvé une petite faille dans la punition de « dégustation de sperme » de Rita.

"Tante Lisa, qu'est-ce que tu fous ?" cria Rita.

"Quoi? Je lèche le sperme comme tu l'as dit ! Tante Lisa a répondu.

« Non, vous ne l'êtes pas ! Tu suces sa bite !

« Il y a du sperme dessus ! Vous avez dit que nous devions lécher le sperme, comme vous pouvez le voir, il y a encore un peu de bruine sur sa bite, et je parie qu'il y en a encore dedans aussi, donc je dois le sucer pour le lécher. Je n'ai enfreint aucune règle, j'ai simplement trouvé une faille.

Elle sourit alors qu'elle recommençait à sucer ma bite ramollie, sachant qu'elle en avait tiré une rapide. Maman sourit également, sachant qu'ils n'en auraient probablement pas trop aujourd'hui. Je pouvais dire que Rita voulait dire quelque chose, mais elle savait quand elle était battue, mais si je savais une chose, elle n'allait pas laisser ça impuni.

Après dix minutes à lécher le sperme (trois si vous comptez le temps qu'il a fallu), je me sentais tellement grincheux que j'avais besoin de prendre une douche, pas une longue, juste une pour me nettoyer et sortir. Rita a dit qu'elle ressentait la même chose, mais qu'elle voulait rester un peu plus longtemps, alors nous nous sommes mis d'accord sur des douches séparées. Je suis allé utiliser le nôtre pendant que Rita, sceptique envers maman et tante Lisa, les a obligées à aller à la douche de maman avec elle. Maintenant, quand je dis rapide, je voulais dire rapide. J'entrais et sortais de cette douche si vite que la même chanson à la radio jouait encore quand je suis sortie, mais j'étais propre donc c'est tout ce qui comptait. Je suis allé m'allonger sur notre lit pendant que j'attendais que les femmes sortent de leur douche, et vous savez ce qui se passe quand vous prenez une douche et que vous vous mettez à l'aise, vous avez sommeil. Je restai allongé là, toujours enveloppé dans une serviette et décidai de reposer un peu mes yeux. Trois femmes prenaient une douche, puis devaient se refaire une beauté alors j'ai fait une bonne... heure et demie de sieste ? Pari.

Je me suis laissé dériver et je me suis retrouvé à rêver des choses les plus étranges... des scènes de films aléatoires, l'espace extra-atmosphérique, j'ai même formé l'image de bisounours faisant la macarena, mais ensuite mon rêve est devenu bizarre. Je me tenais dans une pièce avec deux portes en bois, chacune avait une lettre dessus, R et S. J'ai ouvert la porte avec le R et Rita m'a plaqué au sol et m'a embrassé à plusieurs reprises sur tout le visage.

"Je savais que nous serions ensemble pour toujours, sinon la porte ne se serait pas ouverte !"

Nous nous sommes aidés à nous lever et avons commencé à nous éloigner lorsque nous avons aperçu la porte avec le S dessus. Je l'ai regardée et même si elle était sceptique, Rita a hoché la tête pour que je l'ouvre. Quand je l'ai fait, Stéphanie a sauté et m'a fait un gros câlin et un gros bisou.

"Je suis tellement heureux! Depuis que la porte s'est ouverte, cela signifie que vous me voulez tous les deux vraiment dans vos vies ! dit Stéphanie en m'embrassant puis en embrassant Rita encore et encore.

Je ne savais pas exactement ce que cela signifiait, mais parfois les rêves n'ont pas de sens, alors je m'en suis débarrassé et j'ai suivi le chemin qui apparaissait dans le rêve. Presque immédiatement lorsque nous avons commencé à marcher sur le chemin vers la sortie, une autre porte est apparue directement devant, bloquant le chemin. Cette porte n'était pas comme les autres, celle-ci était en métal, elle avait trois serrures dessus, et il y avait la lettre A dessus. Nous avons cherché un moyen de le contourner mais il n'y en avait pas, signalant que nous devions passer par cette porte pour arriver là où nous devions être. J'ai essayé d'ouvrir la première serrure, la serrure à combinaison, mais sans aucun indice, je ne savais pas par où commencer.

"Attendez, je pense que je le sais !" Stéphanie a dit alors qu'elle essayait la serrure, et en un rien de temps, elle a fait sauter le combo et a fait sauter la serrure. "C'est comme si c'était à moi de l'ouvrir", a-t-elle dit en l'ouvrant.

Un verrou sur le chemin où je suis allé pour ouvrir le suivant, celui avec le crochet qui va dans le trou, mais pour ma vie, je n'ai pas pu bouger le crochet, j'avais l'impression d'essayer de manier le marteau de Thor.

"Peut-être que celui-ci est à moi alors," dit Rita en s'approchant et en soulevant le cadenas avec facilité. "Je suppose que je ne connais pas ma propre force."

Je lui souris et fixai la dernière serrure, un pêne dormant. En pensant que celui-ci devait être le mien, je me suis dirigé vers lui et j'ai mis ma main dessus pour tourner, m'attendant à ce qu'il fasse le contraire, mais il a tourné complètement sans problème. Celui qui était derrière cette porte était derrière elle pour une raison, mais la porte devait être ouverte parce que nous ne pouvions pas nous libérer avec cette porte qui bloquait le passage. J'ai pris une profonde inspiration, j'ai regardé Rita et Stéphanie alors qu'elles me faisaient un signe de tête et j'ai commencé à tourner la poignée de la porte. Juste au moment où j'étais sur le point de voir qui c'était, la pièce a commencé à trembler, et à trembler, à trembler et à trembler, jusqu'à ce que je réalise que j'étais réveillé de mon sommeil, et quand j'ai finalement ouvert les yeux, j'ai vu le visage suppliant de tante Lisa me regarde.

« Randy, réveille-toi ! Vous devez me laisser retirer cette prise, ça me tue ! Je ne sais pas comment Anna peut faire ça jour après jour et être capable de marcher droit.

Toujours hébété, mais rapidement, je lui ai dit : « Pas encore, c'est de ta faute si tu le portes, tu te souviens ? Le garder un peu plus longtemps ne vous tuera pas.

Juste au moment où je finissais de parler, Rita a tourné le coin et a giflé tante Lisa sur le cul.

« Je savais que tu serais ici ! Vous ne savez tout simplement pas quand arrêter, n'est-ce pas ? »

"Je n'essayais rien Rita, j'étais juste..."

« Oh, je sais ce que tu faisais ou essayais de faire ! Vous venez de vous acheter plus de punition, maintenant passez votre chemin !"

Tante Lisa se frotta les fesses et entra dans la chambre de maman vaincue, mais avait toujours cette lueur d'espoir. Rita est alors montée sur moi, toujours enveloppée dans sa serviette et a commencé à me mordiller la lèvre inférieure.

« Tu allais la laisser faire, n'est-ce pas ?

"Faire ce que?"

« Oh, ne me dis pas ce « faire quoi ? » ligne, elle vous donne ce visage de chiot et vous êtes comme du mastic dans ses mains !"

"Eh bien, si quelqu'un sait que je suppose que ce serait vous, n'est-ce pas?" J'ai souri.

"Hey c'est différent, quand je le fais c'est par amour, quand ils le font c'est par luxure."

"Ouais, mais parfois tes motivations ne sont pas toujours aussi pures, mais ça va, j'aime ça quand même."

"Tu ferais mieux, je n'utilise pas mes bons mouvements sur n'importe quel vieux corps," dit-elle alors qu'elle enroulait sa langue dans ma bouche, avant de tirer sa tête en arrière pour me regarder.

« Que devrions-nous leur faire préparer pour le dîner ? » demanda Rita.

« Qu'est-ce que maman déteste faire ? »

Rita sourit en appelant maman dans la pièce. "Hé maman, nous avons décidé ce que nous voulons que vous nous prépariez pour le dîner, nous voulons du poulet au parmesan."

Le visage des mamans s'est figé. "Allez chérie, tu sais que j'ai peur de faire ça, je ne réussis jamais du premier coup, en plus nous n'avons pas les choses ici dont j'ai besoin pour le faire."

"Alors je suppose que vous alliez au magasin alors, alors vous feriez mieux de vous habiller tous les deux," sourit Rita.

Maman est retournée dans sa chambre et Rita m'a sauté pour s'habiller. En me levant, mon esprit est revenu à ce rêve étrange que j'avais fait avant que tante Lisa ne me réveille. Je me suis demandé si cela signifiait quelque chose, ou si j'étais juste dans cette phase de "rêve étrange", de toute façon, je n'y ai plus pensé et je l'ai sorti de mon esprit.
Le trajet vers le magasin a commencé comme n'importe quel autre trajet, mais ensuite Rita a commencé à rire, puis à rire encore plus, puis elle commençait à devenir sensible. Elle tendait la main autour du siège du conducteur et attrapait les seins de maman pendant qu'elle conduisait, et tirait sur les pinces pour s'assurer qu'ils étaient toujours là, provoquant un petit gémissement de maman.

"Chérie, s'il te plaît, du moins pas pendant que je conduis, je ne veux pas mourir en me faisant palper par ma fille."

"Je ne pouvais pas penser à une meilleure façon d'y aller, en fait oui je peux," dit-elle en me jetant un regard furtif. "Ugh très bien, mais tante Lisa ne conduit pas," ajouta-t-elle alors qu'elle changeait de place avec moi et attrapait deux poignées géantes de seins de tante.

"Vous feriez mieux d'espérer que personne que nous connaissons ne vous voit faire cela Rita", a déclaré tante Lisa.

"Ils ne le feront pas, c'est pourquoi ils allaient au magasin de l'autre côté de la ville."

"Quoi? Étaient sur le point de passer le magasin maintenant! I'm not going all the way out there to get the same stuff we can get at this store,” mom said.

“Looks like you don't have a choice mom,” I jumped in.

“You two think you're clever don't you, I know what you're thinking, but were going to this store.”

I could tell she needed some more persuasion, so I reached around the drivers seat and grabbed my own handfuls of titties, but then I instantly went to the clamps on her nipples and began to tug at them, making mom groan in pain as her nipples were being pulled from her chest.

“Ow! Ow stop that right now! That hurts!”

“Well its not supposed to feel good mom or it wouldn't be a punishment. So whats it gonna be? Head to the store across town or turn your nipples into raisins?” J'ai demandé.

She took a while answering, so I pulled on them a little harder until she groaned in pain and conceded. “OK OK you win were going to the other store! Ooh you two are gonna be in for it!”

I finally let them go when she made an illegal u-turn (probably because her nipples were really starting to hurt) and hopped on the freeway, a big sigh of relief leaving her mouth. The rest of the way there was spent between Rita squeezing Aunt Lisa's tits with her small hands to trying to get my pants off for a quickie, she should have focused on the the latter because we pulled into the store in no time.

When we got out of the car and started to head for the entrance mom quickly made a wall in front of us.

“Ok you two, in here, no funny business. I don't want anyone I know seeing me being felt up by one of my children, and in a public place I might add.”

“No beans mom! Why do you think we had you come to the store way on the other side of town? Just for this very reason, so we wouldn't run into anyone we knew, so no excuses!” Rita followed. “You too Aunt Lisa get going! Just because you were quiet on the way here doesn't mean you're off the hook, now come on I wanna hurry up and get back,” she followed.

When we walked into the store they immediately tried to split up from us but we weren't having it, we grabbed a cart and had Aunt Lisa push while mom grabbed everything from the shelves. We had pretty much gotten everything without incident and I thought Rita might give them a break from the torture, that was until she got that patented Rita grin on her face when she looked at me. She waited for everyone in the aisle to leave before she finally spoke.

“Mom there it is up there, get that parmesan cheese on the top shelf,” Rita said.

Mom, thinking nothing of it, started to reach out to the top shelf to grab it, then Rita pulled what looked like a little switch out of her pocket, grinned at me again while she mouthed “watch this” and flipped the switch. Mom, who had her hand on the container of cheese jolted like she'd just been shocked and consequently knocked almost every container of cheese in her wingspan on the floor, continuing to knock down the ones on the lower shelves as she slunk down to the floor shaking and gritting her teeth. I was just getting ready to ask what was going on when I could just hear the sound of buzzing in my left ear, then I put it all together. The loud buzzing and destroyed shelves and mom quivering on the ground unable to speak, and I glanced back Rita open mouthed, knowing what she did.

“Yep, made her put it on after she cheated while watching us, I was just waiting for the perfect time to break it out,” Rita grinned, looking at mom shaking on the floor.

“T-t-turn it off, its up t-t-too high,” mom said still trying to fight through the pleasure.

“I don't think its too high, do you Aunt Lisa?” Rita asked looking right at her.

Aunt Lisa looked at Rita, then me, then at mom and back at Rita. “N-No I don't think so,” she finally answered and then slumped her head down, not wanting to look at mom.

“Good answer Aunt Lisa. Ok mom you gotta get up before someone comes over and sees you.”

“I c-can't get up until you turn it off, its t-too high!”

Rita sighed. “Ok I'll turn it down, but I'm not turning it off, so you can get up now.”

Mom slowly used the near empty shelves beside her to pull herself to her feet, all the while you can still hear the faint buzzing of the vibrator still lodged inside her. When she finally stood all the way up she glared at Aunt Lisa with that “you coulda helped me” face and fixed her clothes, just as one of the stores workers had came around the corner.

“Is everything ok over here? What happened?”

“I tried to reach one of the cans on the top shelf and lost my footing, sorry. Its ok though, I got one,” mom said as she picked up a can from the floor and put it in the cart, laughing it off embarrassed.

“Probably shouldn't be reaching like that in heels but ok, as long as noone got hurt. CURTIS,” the kid yelled to the end of the aisle. “CLEANUP ON AISLE THREE!”

“Oh you don't have to clean this up? Aunt Lisa asked.

“What? Noooo! My shifts about to end, and Curtis is the new guy, so he gets to have all the fun.”

Just as he finished talking another teenage kid our age turned the corner and slumped his shoulders at everything he had to pick up. “Have fun bro,” the guy said as he patted him on the back and left the aisle.

Mom apologized profusely before she turned and pushed the cart out of the aisle as fast as she could.

“You see! Now that boy has to clean all that up. Are you happy?”

“Yeah mom cuz it was completely worth it,” I said trying to suppress a laugh.

“Ok are you done having fun now? This thing is really making my skin tender.”

“I guess we can stop for now, but were not done by a long shot,” Rita said as she turned the vibrator off much to moms relief.

Aunt Lisa was still feeling the effects of having a buttplug in her for most of the day, so much so that she was straining trying to walk, and Rita noticed.

“That plug really hurts huh?” Rita asked.

“You try wearing a plug all day and let me know how it feels!” Aunt Lisa retaliated.

“I don't need a plug, I got the real buttplug right here,” Rita said as she locked my arm smiling. “Anyway, since you gave the right answer earlier I think its time we finally let you take the plug out.”

“Oh thank god! This thing was really starting to hurt,” she said as she started to walk away.

Just then, I got an idea that would make that simple task of removing the plug that much better. “Wait Aunt Lisa where are you going?”

“To the bathroom, I'm taking it out. You guys said I could, you can't renege on that!”

“Were not, but you don't need to go to the bathroom to do that,” I said with a grin on my face, followed by a grin from Rita and a look of understanding then surprise from mom. “You can do it out here, in fact, why don't you take it out in front of Curtis then give it to him, it'll be a nice consolation prize for having to clean up that aisle.”

Aunt Lisa was shocked. “What? Are you crazy? Why do I have to do that? It wasn't my clumsiness that knocked the cans over it was Anna who couldn't control herself!”

“Ha! Serves you right for turning on me,” mom said, reveling in Aunt Lisa's misery.

“No gloating!” Rita said as she flicked moms nipples that still had the clamps on them, causing her to groan in pain, but still had a grin on her face at Aunt Lisa's expense. “If you hadn't tried to cheat earlier you wouldn't have to do it, but you did, so you brought this on yourself.”

“That's the deal Aunt Lisa, either take it out in front of that kid and give it to him, or keep it in for the rest of the day, your choice. To be honest I don't know how much more your ass can take,” I said.

She crossed her arms pissed, but she knew she didn't have any other choice if she wanted to be rid of the buttplug once and for all, so she slowly turned around and headed back towards the aisle.

“You two are the devil! I hope they don't have cameras in this store.”

We all followed close behind her but not too close until we got back around to the aisle where the kid had made a small dint in the mess, but still had a long way to go. Aunt Lisa looked at us for confirmation and we looked back in anticipation of what was to come, she was really about to do it.

As she approached him he looked up from his kneeled spot on the ground and stood up to face her. “You know, next time you want something off the top shelf can you just call someone? They're always gonna make me clean it up because I'm the youngest and I'm new guy, and its gonna stay that way until they get another new guy.”

We're really sorry about that, I don't know why she would reach like that in heels, it was her, she did it,” Aunt Lisa said as she pointed to mom who waved back in embarrassment. “No hard feelings? We promise it won't happen again,” she added as she held out her arms for a hug.

You could tell he was still pissed, but he wasn't stupid. He saw Aunt Lisa's huge breasts looking back at him waiting to be squeezed into his chest, so for the moment, he sucked it up and smiled.

“Ok, but next time you have to help me,” he said as he accepted the hug, holding himself to her chest. Aunt Lisa didn't help things either when she rubbed her tits into him and leaned them down, giving him a great shot of her cleavage before she let him go.

“Deal. Ow!”

"Qu'est-ce que c'est? What happened?” Curtis asked suddenly afraid he'd hurt her somehow.

“Somethings been bothering me all day I can't...” Aunt Lisa said as she reached under her dress. We all stood there in shock as we knew she had just pulled the buttplug out just by the look of relief that came over her face. “Ohhhh, that's much better, can you hold onto this for me? I won't be needing it anymore,” she said as she dropped it into his held out hand.

He looked at it and in no time realized what he was holding. He looked like he was gonna have a panic attack then squeezed it in his hand and hid it from noone in particular out of paranoia, looking back at Aunt Lisa with a stunned look on his face while she innocently smiled back at him.

“Thank you, see you later Curtis,” she said with a wink as she turned and walked back to us.

“I can't believe you did it, and you were so calm,” mom said in amazement.

“I wanted that damn thing out so I didn't have a choice. I'll be happy if I never see another buttplug for the rest of my life!”

“By the way, that was one of my favorite plugs you two, so bet or not you will replace it.”

“Ok mom, besides, its not like you don't have like fifty-seven more hid around the house,” Rita said.

We gathered everything else we needed and a few oddball things, and headed to the checkout lane. Since we had more than ten things we couldn't use the self-checkout lanes, which were all full anyway, so we went to the only lane open with an actual person there and a bagger and began putting the stuff on the belt. As we nearly put the whole cart of food on the belt, I got an idea myself with inspiration from Rita's incident earlier and reached into her pocket and went for the switch. She tried to fight me at first, but when she saw the grin I was giving her she let me have it. In the short little debacle to see what we were bickering about mom looked over to see what was going on, only to see me pull the switch from Rita's pocket. She started to give me a sad face and was about to say something but was cut off by the cashier lady trying to get her attention.

“Miss? Miss? MISS!”

As soon as mom turned around to acknowledge the girl I flipped the switch all the way up. You could hear the buzzing clear as day it was that loud, even with all the people in the store. Mom was fighting to stay on her feet, squishing her closed fists against the belt while she squinted her eyes tightly closed.

The cashier lady looked concerned. “Miss are you ok? Do you need to see a doctor?”

Mom took a minute before she could regain her conposure. “No I'm f-fine, just have a h-headache is all, so what's the total?”

“It comes up to $57.68.” The lady made a weird face while looking around and then stuck her ear out to the air. She looked at the guy bagging the groceries then back at us and back at mom again. “Do you hear a buzzing sound or is that just me?”

Aunt Lisa, Rita and I pretended to be clueless as mom tried her best to put on an act. “Buzzing? N-No I don't hear anything, must be the machine,” she said as she still struggled to keep her composure.

“No I definitely hear buzzing, I just can't tell where its coming...from.” The lady look down at mom's shivering crotch and put two and two together. She looked at the bagger who was looking back at her sporting the same grin she had as they figured out where the buzzing came from. Mom, realizing she'd been found out gave them a pleading look not to say anything as she gently crushed her fist against the belt, while all of us still pretended to remain clueless, but were laughing heavily on the inside.

The cashier and the bagger were all smiles now as mom handed her sixty dollars. “Must be one of those days where you're feeling...” she paused as she looked at us then back at mom. “Adventurous.”

“Just having a rough day is all, thought some “medication” might help.”

“Been there. Are you sure you're taking the right “dosage?”

“I should be. But I did just increase it to a bigger prescription.”

We were getting a real kick out of their “code” talk, so much that I turned off the vibrator just so they could continue. We kept acting clueless so they wouldn't have to worry about us understanding what they were saying.

“Maybe you're getting too used to your prescriptions, if you want, I can refer you to a “doctor” of mine, he's really good, you know, at prescribing medications,especially to new patients.”

“That's ok,” I have my own doctor,” mom said holding up her ring hand. “He's just had a busy schedule as of late, but if its ok with my doctor maybe we can swap prescriptions?”

“Sounds good. In the meantime there's a clinic around the corner and up the street a few blocks that just got a new shipment of top of the line “pills”, really good stuff, I go there all the time,” the lady grinned as she gave mom her change.

“I'll have to check it out one day, thanks for the info,” mom said as she took the change and the cart of food from the bagger, who smiled and winked at her, letting her know their act didn't fool him, while sizing her up as she walked past, not even bothering to be subtle, but who could blame him, after hearing that conversation I was ready to go home and pound her brains out myself, as I'm sure just might happen, unless Rita has a plan where it won't, and knowing her, she might.

As we were leaving the store, we saw Curtis standing near the door, grinning at Aunt Lisa and still clutching the buttplug in his hand. Aunt Lisa smiled at him and conspicuously rubbed her ass as we walked out, reminding him just where the plug had came from. Rita and I had to suppress a laugh, if we didn't know better, she was trying to hit on him, just another side of Aunt Lisa we didn't know about, yet.

------------------------------------------

“You do know you weren't fooling anyone with your fake code talk right mom?” Rita asked.

“Please, you didn't understand a word I was saying.”

“Oh yeah, like we couldn't figure out “I thought medication might help” means I was horny so I had to frigg myself all day!”

“Just as I thought, clueless as ever,” mom laughed, Aunt Lisa laughing with her.

As we got in the car and were about to drive off mom's phone rang, and by the song playing we knew it was dad, so she turned the car back off ad answered it.

“Hey honey, how's work?”

“Again? How long?”

“Its always the same client, tell him to just suck it up and buy the damn house!”

“I know, but you've never had to stay late so much for any other clients...”

“Me and Jim are gonna have a talk, he's putting way too much work on you.”

“Well why'd you pick someone whose so picky?”

“(sigh) I was really counting on you being home today.”

“You're damn right you're gonna make it up to me, big time.”

“Ok honey, love you too. Bye.”

“I'm guessing dad has to stay late at the office again?”

“Its that damn client of his whose supposed to be moving back here taking up his time. I was counting on him being home on time.”

“Why? Oh, because we couldn't tell you what to do around dad! Good job dad's job ruined your plans. I figure he'll be in around midnight like usual, which means we have a good seven and a half hours left of telling you what to do,” Rita gloated.

“I'll be happy when this day is over,” Aunt Lisa jumped in as mom turned on the car and drove off.

The ride home was quiet, but not out of boredom, but because Rita and I were too busy frisking one another, so mom and Aunt Lisa got a free pass that time. We pulled in the driveway and took all the groceries in and made it seem as if we were gonna leave them alone a little more, but no.

“OK! Off with the dresses and into the kitchen, you two have dinner to make,” Rita said eagerly.

“Umm, no, not happening. We don't know what time your fathers coming home, and he's not about to walk in here to see his wife and sister-in-law naked and his kids just carrying on like its normal. Don't forget, if your father finds out, its bad for you two as well,” mom protested.

Rita frowned looking at me. “Dammit she has a point. Ok fine, but you're at least going down to your bra and panties, if we need to we'll just stop dad at the front door.”

They wanted to argue, but could see it would just end up going around in circles, so they reluctantly agreed and shed their dresses, carrying them into the kitchen where they were about to make us a fantastic once in a lifetime dinner, a half naked once in a lifetime dinner, life was good.

Rita and I were leaving the kitchen to go who knows where to do who knows what when simultaneously both our phones rang, Stephanie and Chris. I don't know why, maybe we thought we had some kind of gender based secret we didn't want the other to know, but we split in different directions, with me going to the basement, and Rita upstairs.

----------- Randy's Call ---------------

“What's up man.”

“Hey. Stephanie told me about the bet your mom and aunt made with you guys, did you win?”

“Yeah but barely, I didn't think it was gonna be that hard, we almost didn't make it.”

“I bet it was that hard, with nothing to fuck but your hand for a day,” he said snickering.

“I meant I didn't think the bet was gonna be that... you're so gay sometimes man.”

“Yeah yeah, but all jokes aside, what you make em do?”

“They're our slaves for the whole day, until midnight tonight.”

“Really? Completely seen that one coming, with as much shit as they put you through I'm not surprised. At least you didn't pick something like they have to leave you alone for a day.”

“We almost did, but something like this probably won't happen again, so we had to take it.”

“So what did you make them do?”

“Can't tell you, they'd kill me if I told anyone, and you'd probably slip up and say something.”

“Yeah true. Especially if it had anything to do with your mom, she's beyond hot dude.”

“Yeah you stay away from my mom, you got your sister to worry about. By the way hows that going?”

“I don't know man, she's been getting more lovey dovey by the day. Before we would just fuck each other silly and that was it, now she wants to go slow and cuddle more.”

“That's step one man.”

“Step one my ass, We fuck, simple as that. My body doesn't register slow and soft.”

“Ok I don't wanna start talking about your body...”

“What? You wanna talk about my body? And you're calling me fruity...”

“So gay man. Stop using Stephanie as a cover and just come out already.”

“Yeah you wish. Speaking of Stephanie I'm gonna go get some of that now, mom just left with her checkbook, so she's not coming back for a while, check back with you later.”

“Alright man, don't wait until after you have sex to tell her you're coming out of the closet, that'll be a dick move,” I laughed.

He couldn't help but let out a little laugh. “Homo.”


----------------Rita's Call -------------------

“Hey Steph, what up?”

“You guys won the bet didn't you?”

“Yeah, but it wasn't easy. I almost gave in like two hundred times!”

“If it was just about sex with you guys you would have.”

“Yeah because towards the end it was like it didn't even matter, I don't know how to explain it.”

“I know what you mean. So what did you pick as a reward thing?”

“Both mom and Aunt Lisa have to be our slaves for the whole day.”

“Really? I didn't see that one coming. I thought for sure you would try to find a way to be alone with Randy, with as much as you think and talk about him, let alone fuck his brains out everyday...”

“Yeah I know, but we figured this was a once in a lifetime thing, so we had to take it, plus I have a plan for that anyway.”

“They won't take any more bets from you, especially if you've been an ass to them all day.”

“Probably not, and we have. We made them eat breakfast naked, they had to watch us have sex, but if they watched they couldn't touch themselves, and vice versa, they had to wear a buttplug, a vibrator and nipple clamps all day, and when we went to the store I turned the vibrator on mom was wearing and made her knock down a whole shelf of food.”

“Wow that must've been funny!”

“Not just that, but we made Aunt Lisa give her buttplug to the guy who had to clean up the mess mom made, and then we turned the vibrator on again while she was in the checkout line, and the cashier and bagger guy noticed! The look on her face was priceless!”

“You two are evil!”

“And the day isn't even over yet. I still wanna try to get some time with just me and Randy though.”

“Because you looooove him, you want to kiiiiiiiiiiss him, you want to fuuuuuuuuuuuuck him,” Stephanie sang in a sing-song voice.

“And that's only the stuff you know about,” I grinned, even though she couldn't see it.

“I'm so jealous of you two, I'm trying to ease into being like that with Chris, but were just not where you guys are so its a little hard, and I don't wanna force it, plus he's not budging. He has been a little more ass-kissy lately, so that's a good sign.”

“Just stick with it, if its supposed to happen it will, if not, then at least there's the sex. And don't worry, you'll break him down eventually. He just has to be all tough about it, that macho thing.”

“I know. Speak of the devil here he comes now with that “I wanna fuck” look on him.”

“Go easy on him, he's still fragile.”

“And you go hard on Randy, but not too hard, I still got my hopes up one day...”

“Nope, you got your own, Randy's mine, all mine.”

“Stingy.”

“You know it. Well since Chris has his hands full with some part of your anatomy I'll call you later.”

“Much later, its gonna take some time to... Ugh, fuck! I'll call you back Rita... (click).”

What a way to end a conversation.

-----------------------------------------------

After hanging up from Chris I stole an ice cream sandwich from the freezer downstairs and rearranged it like I hadn't touched anything, ate it then disposed of the evidence and went back upstairs just as Rita was coming back downstairs.

“Rushed off the phone too?” Rita asked.

“Yep, sounded like he was about to plow into her from where I was standing,” I said as I walked out the front to sit on the porch, Rita followed.

“So I'm guessing you're having way too much fun with this right?” J'ai demandé.

“Oh you have no idea, I just wish it could last longer.”

“You think we should cut back a little? I mean this only lasts for one day, and they're gonna go ham on us when its over.”

“I just have a couple more things I wanna do then I'll be satisfied.”

“I'm telling you, it'll come back to haunt us.”

“It already is, so we might as well make the best of it since were gonna get reamed anyways.”

“Ok then, lets settle this with a game of questions, first one to get stumped loses, game?”

“Game, and I'm going first. Questions about “us” only. Hmmm, ok I got one. What game were we playing when you completely manhandled me and forced a kiss on your sweet, innocent, never done anything bad in her life sister, me?” She giggled as she finished the sentence.

“Umm, yeah,” I laughed. “We were playing Super Mario Bros. And might I add I whooped you. Come on you go

Articles similaires

Brianne

Elle était toujours aussi belle aujourd'hui. Elle portait une jupe bleue, elle était assez courte, et un t-shirt vert. Elle était assez petite elle-même, seulement environ 5'4 . Elle avait des cheveux mi-longs, bruns, légèrement bouclés, qui lui arrivaient jusqu'à l'épaule. Ses seins étaient de taille moyenne, probablement un bonnet C. Elle avait aussi une belle crosse, elle était légèrement large sur sa petite carrure. Ses yeux étaient étonnamment verts et son sourire était toujours aimable et chaleureux. J'avais le béguin pour elle depuis aussi longtemps que je me souvienne, depuis le retour à l'école primaire. Elle s'appelait Brianne. Je l'ai...

896 Des vues

Likes 0

Grand-père Joe

C'est une histoire sur moi et mon grand-père. Mon grand-père Joe était dans la soixantaine, chauve, grand et avait un gros corps d'ours. Il était vraiment fort. Il était aussi très poilu. J'étais un joufflu de 16 ans. Gros cul et seins pendu. J'étais un garçon glabre et lisse. J'avais une petite bite. Je n'avais aucune connaissance du sexe ou quoi que ce soit. Je ne me suis même jamais masturbé, la seule fois où je suis venu, c'était pendant les rêves humides. Un jour, ma famille m'a dit d'aller rester avec Joe. Joe vieillissait et avait besoin d'aide à la...

874 Des vues

Likes 0

Entretien privé

Il y a de nombreux avantages à être président du conseil d'administration d'un conglomérat international, de belles femmes célibataires et divorcées à vos pieds, des cadres prometteurs qui travaillent dans le lointain empire et leurs épouses. Deux fois par an, j'organise une convention à New York pour rencontrer ces cadres et leurs épouses. L'affaire sur invitation seulement se déroule dans un hôtel 5 étoiles, je réserve dix étages de chambres et suites pour le séjour des cadres. J'ai également six invitations envoyées à des femmes qui m'ont impressionné ou qui ont attiré mon attention au restaurant ou à une autre sortie...

800 Des vues

Likes 0

Attraction interdite 2 (révisée)

Deux ans s'étaient écoulés depuis que M. Connor et moi avons « porté notre relation à un nouveau niveau ». Il était également prudent de dire que nous avions des relations sexuelles dans presque toutes les pièces de l'école... Et ce n'est pas une exagération. Notre situation était assez compliquée. Tim et moi (il détestait quand je l'appelais M. C si nous n'avions pas de relations sexuelles) passions tellement de temps ensemble, mais nous n'étions pas petit-ami et petite-amie... mais en même temps nous l'étions. Je ne sais pas comment vous appelleriez notre relation. Peut-être des amis avec des avantages ou juste son...

817 Des vues

Likes 0

A Fantasy Too Far Chapitre 3

CHAPITRE 3 Elle se ressaisit à temps pour aller travailler comme si de rien n'était. Juste un lundi matin normal. Elle supposait que tout bien considéré, elle n'était pas vraiment faite pour être une esclave de sous-sol pour le reste de sa vie après tout, mais vivre son fantasme aurait été mieux si cela avait duré plus longtemps. Bien que tout comme les contes de fées et les comédies romantiques se terminant au mariage, les histoires et les jeux de rôle de briser la volonté d'un esclave kidnappé s'arrêtent toujours après les parties passionnantes. La routine monotone de la vie quotidienne...

799 Des vues

Likes 0

Les 120 jours de sodomie - 17 - part1, LE SEIZIÈME JOUR

LE SEIZIÈME JOUR Nos héros se levèrent aussi brillants et frais que s'ils venaient d'arriver de confession ; mais à y regarder de près, on aurait pu remarquer que le duc commençait à se fatiguer un peu. Le blâme pour cela aurait pu être attribué à Duclos; il ne fait aucun doute que la jeune fille avait entièrement maîtrisé l'art de lui procurer du plaisir et que, selon ses propres mots, ses décharges étaient lubriques avec personne d'autre, ce qui corroborerait l'idée que ces questions ne dépendent que du caprice, de l'idiosyncrasie , et que l'âge, l'apparence, la vertu et tout...

749 Des vues

Likes 0

Notre amitié amoureuse

Bonjour, je suis nouveau dans l'écriture d'histoires de sexe, alors soyez doux. Pour l'histoire, je vais me faciliter la tâche en utilisant des personnes que je connais comme personnages. Dans ce cas, je serai moi-même et le ferai à la première personne et le fruit de cette aventure littéraire sera une fille que je connais appelée Sarah. Permettez-moi d'abord de me décrire, je m'appelle Craig, je mesure 6 pieds et 184 livres. J'ai une belle image (je pense/j'espère), qui comprend un pack de six, des yeux bleus et une belle ligne de mâchoire. Oh et les cheveux bruns. Ensuite, la fille…...

748 Des vues

Likes 0

Juste un trajet en bus ... Honnête 3

Le monde semblait juste se figer. Je ne pouvais pas y croire, j'avais l'impression qu'elle m'avait complètement trahi, même si nous ne nous connaissions que depuis un jour et un peu, c'était comme un poignard dans le cœur, pourquoi était-elle si dragueur aujourd'hui, elle doit savaient ce qu'elle faisait, mais elle le faisait quand même même si elle avait un petit ami. Ne voulant pas y penser un instant de plus, j'ai fermé la page et le monde a recommencé à tourner. « RALPH ÉCOUTEZ-VOUS ? Cria le professeur depuis le devant de la classe comme ils le font. « Ouais » ai-je crié sans...

751 Des vues

Likes 0

Ange 2

Ange 2 © Ceci est un fantasme. Toute ressemblance avec des personnes ou des lieux réels est fortuite. ******************************************************** ******************* Angel regarda avec surprise, alors que l'homme à l'air drôle est le pantalon rayé tamponnait les larmes coulant sur son visage avec sa queue. Qui es-tu? Elle a demandé. Il s'arrêta de pleurer assez longtemps pour répondre. Je pensais que tout le monde le savait. Il a dit. « Je suis le chat à queue nue. » dit-il en agitant fièrement sa queue. « La plupart m'appellent simplement Stripe. Tu vois combien de temps ma queue est-elle ? Les rayures ne sont-elles pas...

709 Des vues

Likes 0

Guillaume Potter

Guillaume Potter L'histoire de William Potter est plus difficile à raconter que les précédentes. Peut-être qu'il serait préférable de commencer par son arrestation à New Haven Connecticut en 1662. (Remarque : les procès des sorcières de Salem ont eu lieu en 1692.) Son fils adulte John Porter avait avoué au pasteur de l'église qu'il avait vu son père commettre un acte sexuel avec un veau. Le ministre est allé voir les autorités et leur a dit ce que lui avait dit John. Lorsque les autorités sont allées voir Jean pour entendre son histoire, il a refusé de leur parler. Ils l'ont...

699 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.