Reine des dragons

649Report
Reine des dragons

J'ai commencé à l'écrire il y a longtemps et je l'ai récemment trouvé sur mon disque dur. C'est un travail en cours, faites-moi savoir si vous l'aimez.

***

Dana, la maîtresse de chasse du Roi Serpent, celle qui était connue dans le pays sous le nom de Reine Dragon, a soufflé dans le couloir poussiéreux d'une foulée puissante. Les serviteurs se précipitèrent dans les coins pour lui permettre le passage, la tête baissée de soumission. Les gardes se sont mis au garde-à-vous et ont prié pour qu'elle n'ait pas le temps de remarquer un manquement mineur au protocole.
« Dame Dana ! Vraiment un plaisir de vous attraper – puis-je vous déranger un instant de votre temps ? » Un noble mineur, un garçon d'à peine seize étés, a essayé de l'aborder et a été récompensé par son tempérament.
« Va-t'en Tebid ; Je n'ai aucune utilité pour ta piqûre étroite ou tes mains maladroites aujourd'hui. Elle le renvoya d'un geste hautain qui le laissa cramoisi. Elle était déjà au coin de la rue.
Le roi Théodonos attendait dans sa salle d'audience. Devant lui était assis un éventail de conseillers, de conseillers et de généraux qui se disputaient son attention.
« Nous ne pouvons pas risquer la sécurité de notre terre dans cette affaire. Dépêcher nos armées immédiatement est notre seule ligne de conduite. Faire autrement et nous mettons en danger notre plus grand atout et la puissance de notre royaume. Parla le général Harkor. C'était un jeune guerrier, nouvellement promu ayant prouvé ses prouesses au combat dans la guerre contre Loronia mais l'année dernière.
"Nous devons tempérer notre force par la sagesse." Conseilla Cordonis, un homme plus âgé, chef du renseignement auprès du roi. "N'oubliez pas que nous avons des ennemis qui attendent que nous fassions une erreur. Agissez maintenant et nous alertons nos voisins. Nous quittons des frontières vitales au risque d'une attaque surprise. Nous ne pouvons pas risquer cela sur des rumeurs non confirmées. Nous devons être sûrs de ce que nous savons avant d'agir. Envoyez un émissaire de confiance à ces personnes et découvrez la nature de cette nouvelle.
Les gens rassemblés ont commencé à se disputer, prenant parti pour Harkor ou Cordonis, lançant des accusations d'orgueil impétueux ou de lâcheté. Theodonis, soixante-cinquième Serpent King, s'est étendu comme une araignée sur le trône orné, et a simplement regardé les débats.
C'est à ce moment-là que les grandes portes se sont ouvertes et que Lady Dana est entrée dans la grande salle. Il n'y avait personne qui ne marqua son entrée. Les arguments hésitaient et s'apaisaient.
Tous connaissaient Lady Dana. C'est elle qui portait le titre de Huntmistress au King, et le commandement de l'arme la plus grande et la plus puissante du Serpent King - les Dragon Riders of Karne. Seuls les dragons mâles avaient des ailes et planaient au-dessus des champs de bataille et du redoutable souffle de feu qui décimait les ennemis du Roi Serpent. Seules les guerrières, par un secret jalousement gardé, pouvaient les commander. Et seul le Roi Serpent de Karne avait leur loyauté. Avec ce pouvoir, l'empire de Karne s'est étendu à travers les nations. Et Dana était l'une des femmes les plus puissantes du pays.
Elle était grande, avec des cheveux noirs qui tombaient presque jusqu'à sa taille. Elle était fémininement musclée, souple et forte, légère sur ses pieds mais capable de renverser la plupart des hommes. Elle était plus rapide qu'un serpent et son regard tremblait le plus. Ses yeux perçants, disaient certains, avaient le feu du dragon. Malgré sa dangereuse réputation, les hommes la désiraient, car elle était aussi belle que mortelle. Elle est venue aux débats dans une longue robe gris clair qui mettait bien en valeur sa poitrine généreuse. Une cuisse puissante s'étendit alors qu'elle s'arrêtait au centre de la pièce.
"Dame Dana." Ainsi parlait le Roi. Il était jeune, pas loin de son adolescence, mais déjà craint. Il avait un teint foncé, des yeux qui étaient comme des trous noirs. Il avait des traits juvéniles et bien qu'il ne soit pas trop grand, il avait des membres qui semblaient étirés. "C'est agréable à vous de vous joindre à nos réflexions. Je suis content que mon message vous soit parvenu. Il a été envoyé il y a quelque temps. Ses lèvres se retroussèrent et ses yeux noirs brillèrent. Le sourire cruel de Théodonos faisait craindre à la plupart des hommes pour leur vie, car il avait un humour tordu qui cachait une colère mortelle et silencieuse. Dana, cependant, croisa calmement son regard.
« Les devoirs d'une maîtresse de chasse du roi sont nombreux, mon roi. Je ne vis, comme vous le savez, que pour servir votre plaisir. J'attends votre commande avec impatience. Mon roi." Dana a parlé des officiels de la cour avec une torsion de ses mots qui ressemblait dangereusement à de la moquerie. Peu osaient parler ainsi au roi. Encore moins ont vécu pour en parler.
« Bien sûr, ma chère dame. Bien sûr, vous le faites. J'espère que votre temps a été bien utilisé. Comme toujours. Puisque vous êtes en retard à notre rencontre, je dois vous mettre au courant de notre discussion. Telle n'était pas votre intention, j'en suis sûr, d'aménager ainsi notre temps. Pourtant, ces choses ne peuvent pas être aidées. Oridil, veuillez lire à notre maîtresse de chasse bien-aimée la raison de notre rassemblement.
Oridil, un vieil homme aux cheveux blancs, s'avança nerveusement, craignant d'entrer dans ce dangereux affrontement de volontés. Son regard passa du roi à Dana. Il déroula un parchemin et s'éclaircit la gorge.
"Une missive à Son très Gracieux et Puissant Roi Serpent Théodonos, Seigneur des terres des déserts d'Azkal aux forêts de Nordheim, souverain de tout Karne, tueur d'un millier de guerriers .." un mouvement soudain du poignet de Théodonos a arrêté Oridil mort dans son discours.
« Oridil, si vous insistez pour faire perdre encore plus de temps à cette cour, je vous ferai transférer dans nos chambres d'interrogatoire, où on ne vous posera aucune question mais où mon mécontentement sera simplement affiché sur votre corps. Allez, cher homme, droit au but.
Oridil trembla devant cette menace et hocha la tête. « Oui, mon roi. Bien sûr. Hum. Il nous a été transmis, c'est-à-dire le conseil du renseignement de l'empire de son roi couronné, hum, une nouvelle importante concernant les rumeurs qui se sont répandues sur les terres de Gestat, à l'extrême ouest de Karne, depuis un royaume qui n'a malheureusement pas encore été acheté sous la direction gracieuse de Son Noble Serpent Roi. Hum. Les histoires abondent, dit-on, qu'une tribu de personnes dans ce lieu prétendent avoir, à leur connaissance, l'endroit où se trouve une créature égale en forme et en puissance à celle qui est actuellement sous notre propre commandement. Plus précisément, d'un dragon. Pas un dragon mâle, mais une reine dragon, une matriarche capable de pondre des œufs et de faire éclore une progéniture. Ainsi, dit-on, un autre peuple possède ce qui a été notre principal pouvoir pendant des siècles indicibles. La capacité de produire, peut-être monter et commander, des dragons. Ainsi se termine notre rapport au Seigneur incontesté de Karne, le noble dirigeant... hum, et ainsi de suite... le Roi Serpent Theodonos. Cette lettre a été reçue par notre conseil mais hier et a été transmise à cette cour pour examen. Ainsi nous rassemblons-nous maintenant. Hum. Oridil regarda autour de lui, incertain, heureux d'avoir terminé le rapport sans que la menace du roi de voir ses tortionnaires pratiquer leur art sur lui soit exécutée. Il s'inclina furieusement et se retira à une distance de sécurité.
Le roi et la maîtresse de chasse ne s'étaient pas dévisagés tout au long du discours. Dana n'avait pas non plus bougé son expression glaciale, ni Théodonos, ses lèvres retroussées. Un petit silence a soufflé. Les conseillers réunis du roi se regardèrent.
« Alors, chère dame Dana. Vous pouvez voir pourquoi cette intelligence concerne votre attention. Il apporte, en effet, de mauvaises nouvelles à tous nos pas, si ces rumeurs sont vraies. Il se peut que vos ravissantes dames dragons ne soient pas les seules personnes de ce beau pays à posséder votre énigmatique don de vol. Que dites-vous de ces nouvelles ?
« Dans quelle mesure ces rapports sont-ils fiables ?
Cordonis a pris la parole. « Ces signalements sont nombreux mais variés. Certains parlent d'une véritable armée de dragons menaçant nos cieux. D'autres disent qu'ils n'ont qu'une petite créature faible, incapable de produire des œufs. Certains contes sont clairement de la fantaisie sauvage, que des êtres magiques sont venus chez les habitants de Gestat et leur ont offert la créature, que le dragon s'est échappé de notre propre couvée, certains disent qu'ils vendront la bête à nos ennemis pour la rançon d'un roi. Rien est certain. Mais nous avons toutes les raisons de penser qu'il se passe quelque chose dans ce pays et qu'il faut le savoir.
"Hm." Dana balança finalement son regard de la silhouette souple sur le trône à haut dossier vers la pièce, et vers la noblesse et les seigneurs de bataille rassemblés. "Il ne fait aucun doute que le sage Harkor ici présent veut balayer le pays et amener chaque épée au combat contre des dragons fantômes." Harkor se hérissa au jibe.
« Cela ne peut pas rester incontesté. Tous savent que Karne est le maître du ciel. Karne seul. Nous ne pouvons pas permettre qu'un tel discours se poursuive. Vous devriez sûrement le savoir plus que quiconque. Ce sont vos putains qui chevauchent ces grosses bêtes après tout.
Des murmures inconfortables se répandirent dans la salle, car Harkor parlait d'une rumeur parfois racontée, selon laquelle les chevaucheurs de dragons s'accouplent avec leurs montures afin de gagner leur loyauté. Théodonos plissa davantage les lèvres. Il déplaça son regard vers Maldin, un général plus âgé, un guerrier aux cheveux argentés et marqué par les batailles. Le regard du roi disait silencieusement qu'il attendait son avis. Maldin l'a reconnu.
« Il serait imprudent, en ce moment, de faire bouger nos légions. Nous avons beaucoup gagné lors de notre campagne en Loronia l'année dernière, et la population nouvellement acquise doit être renforcée. Affaiblir nos forces en ce moment délicat risquerait cela et inviterait à une contre-attaque qui pourrait voir nos avancées perdues. Bien que je comprenne parfaitement votre empressement à prouver que vos victoires n'étaient pas de la chance, Harkor, la prudence s'impose ici.
Harkor croisa les bras et lui lança un regard noir. Théodonos lui-même ne donna qu'un léger signe de tête. Cordonis a choisi ce moment pour faire une suggestion.
"Sage roi, c'est mon humble avis qu'il faut en savoir plus avant de pouvoir agir. Mon suzerain me permettrait-il d'envoyer quelques-uns de mes meilleurs hommes pour faire des enquêtes discrètes ? »
Theodonos haussa un sourcil et réfléchit un moment. Quand il parla, il s'adressa de nouveau à Dana.
« Ma chère maîtresse de chasse Dana. Diriez-vous qu'il y a quoi que ce soit concernant la nature des dragons qui ne vous soit pas connu ? »
Dana lui lança un regard étrange. "Bien sûr qu'il n'y en a pas. Il est de mon devoir d'apprendre tous les aspects concernant le commandement des dragons. En tant que chef des cavaliers, personne n'est mieux informé que moi.
"Et seriez-vous prêt à transmettre ces connaissances au réseau de collecteurs d'informations de Cordonis ?"
Dana s'arrêta. « Mon roi doit parfaitement connaître le pacte entre les chevaliers-dragons et la couronne qu'ils servent. Nous vous servons sans relâche, mais la connaissance de l'élevage et du commandement des dragons doit toujours rester entièrement la nôtre.
"En effet, cela a été écrit bien avant le vôtre ou le mien, Lady Dana. Donc, il a été établi avant que les mères de notre père ne soient bossées. Ainsi en a-t-il été décrété par nos sages ancêtres. En tant que tel, il vous est transmis de trouver ces personnes dont on nous dit qu'elles peuvent élever des dragons et de voir quelle menace elles offrent. Je laisse à votre sage conseil le soin de décider des mesures à prendre, si nécessaire. Ainsi est l'ordre donné par le roi-serpent. Acceptez-vous cette commande ?
Dana se raidit. Théodonis a prononcé les mots que chaque roi prononce lorsqu'il donne un ordre à sa maîtresse de chasse. La formalité qui lie les cavaliers du dragon au trône du serpent. Aucune maîtresse de chasse, dans les siècles qui se sont écoulés depuis la formation du pacte, n'a jamais refusé un ordre de son roi. La question est posée à la légère mais refuser reviendrait à rompre le plus ancien accord de l'empire de Karne. Elle a répondu.
« Mon seigneur, mes guerriers sont à vous de commander. J'accepte votre commande. Elle s'inclina avec raideur en prononçant la réponse requise. Théodonis fit un de ses maigres hochements de tête. Ses lèvres se retroussaient toujours et son regard restait résolu.
« C'est ainsi, Dame Dana. Je vous laisse entre les mains expertes de Cordonis et de Maldin pour régler les détails de votre voyage à Gestat. Je vais maintenant me retirer et vous laisser à vos délibérations.
La salle rassemblée s'est mise au garde-à-vous et s'est tenue alerte alors que Théodonis faisait sa sortie. Il se déplia légèrement de son trône et partit. Une personne le suivait dans son chemin, une vieille femme, courbée et vêtue de vêtements hagards. Elle avait les mêmes yeux sombres et la même expression sinistre que Théodonis.

***

Théodonis est venu dans ses appartements. Sa garde d'honneur se tenait à l'extérieur, deux hommes énormes immobiles comme des statues. Les armes les ornaient comme des vêtements. La vieille dame le suivit.
«Ma chère maîtresse de chasse devient assez guêpe ces derniers temps. Je soupçonne qu'elle n'aime pas servir son monarque.
« Qu'on le veuille ou non, elle ne peut pas briser le lien qui la lie à la couronne. Le faire serait impensable. Laissez-la faire ses crises de colère. Si elle devient un vrai problème, cela peut être réglé.
« Je le sais, chère mère. Je sais que. Mais cela me désole que le commandant de mon arme la plus puissante puisse devenir un tel problème. Mon cher père aurait vraiment dû mieux choisir. Théodonos abaissa ses membres grêles sur une chaise au milieu de la pièce. Il tendit la main par-dessus la table à côté de lui et ramassa un petit fruit. Il a commencé à le couper en morceaux avec son couteau de ceinture orné, dessinant soigneusement des tranches comme s'il effectuait une intervention chirurgicale. Ou torturé.
« Nous savons tous les deux qu'il y a beaucoup de choses que ton père aurait pu faire mieux. Gaïa repose son âme puissante. Elle-même se tenait de l'autre côté de la pièce à côté d'une fenêtre. Ses yeux ne semblaient s'intéresser à rien devant elle.
Le sourire tordu de Theodonos revint sur son visage. "Comme toujours, vous avez raison, chère mère." Il fit un geste à travers la pièce. A la chambre royale, plusieurs jeunes sont allongés sur le lit. Deux femmes et un jeune homme. Ils étaient drapés de toges vaporeuses. L'un d'eux, sur son ordre, se leva du lit et vint s'agenouiller près du roi. Il plaça une tranche de fruit dans sa bouche et elle le mâcha. "Je n'aime pas Dana." dit-il dans un rare moment de franchise. «Elle traverse le tribunal comme si tout le monde était sous elle. Elle apporte la discorde dans ma maison finement réglée. Elle rend mes hommes et mes femmes moins concentrés sur leurs devoirs envers leur roi. Alors que la fille mâchait le fruit dans sa bouche, Théodonis déplaça sa main vers ses seins et la caressa à travers sa robe courte.
« Tu ne l'aimes pas, Théod, parce qu'elle était l'amante de ton père. Vous ne l'aimez pas parce qu'elle reste éloignée des événements de sa couronne, terrée dans son aire de dragon sale. Tu ne l'aimes pas parce que ton peuple l'appelle la Reine Dragon et parce qu'il parle comme si elle était égale ou même supérieure à ton règne. Elle se tenait indifférente à côté de la fenêtre. Elle sortit une grosse pipe et la bourra d'une herbe nauséabonde.
Théodonis hocha légèrement la tête. Son visage était maintenant vide. Une main glissa dans la robe de la jeune fille et découvrit un petit sein doux. Ses doigts continuèrent à travailler leur exploration, appuyant sur son mamelon sombre. L'autre main continuait à donner des fruits à sa propre bouche et à celle de son serviteur. « Il y a ça aussi. Vous savez, mes espions m'ont dit qu'elle s'était maintenant tournée vers Machil, le capitaine de ma garde d'honneur. Je ne peux pas détourner son attention à un moment aussi vital. Les menaces de ces druides aveugles adorateurs de l'ombre continuent d'apporter une atmosphère dangereuse à mon personnage royal. Ils ne veulent rien de plus qu'une occasion de mettre le couteau d'un assassin sous ma gorge, et leur magie noire maudite peut très bien leur donner cette capacité. Pourquoi est-ce que je continue à avoir des individus aussi indignes de confiance qui surveillent mes arrières ? »
La vieille femme suçait sa pipe, remplissant la pièce d'une épaisse fumée. Maintenant, c'était elle qui tordait son visage en un petit sourire sombre. « Ces cultistes païens ? Ces vieux cons impuissants ? Ils ne pouvaient pas représenter une menace aussi grave pour ta santé, Theod. Je soupçonne que vous en voulez à quiconque reçoit les attentions de Lady Dana. Se pourrait-il qu'elle ait refusé vos demandes une fois de trop ? Tu veux la baiser, hein ? Montez-la comme l'une de ces bêtes qu'elle chevauche ? Est-ce que c'est ça?"
Théodonos ne modifia pas son expression parfaitement neutre. Au lieu de cela, il tira nonchalamment sur les robes du serviteur et elles tombèrent au sol. Ses deux seins pâles étaient maintenant dénudés et sa main les caressait toujours. Sa queue montante était évidente contre son pantalon. « Machil est le bienvenu chez la putain insipide. Il devrait en profiter pendant qu'il en a encore l'occasion. Si elle revient de ce séjour, je m'attends à ce que Dana change d'attitude, ou... » Il reprit son couteau et le pointa contre la gorge de la fille. Elle ne changea pas son expression tout aussi vide. Elle se contenta d'ouvrir l'entrejambe de sa culotte et se mit à caresser son sexe.
"Attention, Théod." Elle fronça les sourcils. « Ce que vous suggérez n'est pas une mince affaire. L'enlèvement d'une maîtresse de chasse est une chose dangereuse. Elle est soutenue par la loyauté de ses guerriers. Si vous courtisez leur colère, vous risquez le pouvoir de tout votre royaume. Elle a des alliés au sein de votre propre cour. Un tel acte pourrait signifier votre fin.
Théodonos s'adressa à la vieille femme alors que la tête de la servante montait et descendait sur ses genoux. Elle faisait de petits bruits de succion pendant qu'elle travaillait. Il a continué à presser son couteau contre son cou. "C'est la raison même pour laquelle elle doit être apprivoisée. Son pouvoir ne peut égaler celui de la couronne. Une telle chose est impensable, chère mère. Ces chiennes-dragons doivent être muselées ou elles seraient un danger pour mon règne. Le pacte était un marchandage insensé par des vieillards idiots et je ne vois pas en quoi il porte encore foi aujourd'hui.
« Tu es un imbécile ! » Elle siffla. « Le pacte a tenu pendant des siècles ! C'est la seule chose qui les lie à vous ! Si vous le déchirez, le trône du Serpent sera castré !"
« Je suis roi, mère. Je ne suis pas lié par des pactes. Je n'aurai pas les mains enchaînées par les lois des anciens imbéciles. Leur soumission à ma volonté doit être absolue. Si je perçois qu'il est inférieur à cela, je ferai des démarches pour y remédier. A présent, ses yeux étaient fermés. De sa main libre, il attrapa la fille par les cheveux et força ses mouvements sur sa queue. Il releva brusquement et durement sa tête, pour lui saisir et se serrer la gorge autour de lui. Elle se tortilla mais ne se leva pas.
« C'est de l'idiotie, Théod. Je vous laisse à vos délibérations. Je vous suggère d'étudier quelques tomes jusqu'à ce que je vous vois ensuite. Je recommande The Serpent Throne’s Power de Hardin, il explique en détail les spécificités du pacte du cavalier de dragon et comment il est nécessaire au règne de notre empire. Aucun roi serpent ne peut conserver son trône sans lui, Théod. Tous les rois avant vous le savaient; il est temps que vous le réalisiez aussi. Je vous en prie, réfléchissez bien, Theod. Réfléchissez bien. Sur ce, elle balaya la porte et s'en alla.
« Je n'arrête pas de penser, chère mère. Jamais." dit-il à la porte fermée. Il poussa la tête de la fille vers le bas une dernière fois. Elle se débattit et fit un petit bruit alors qu'il enfonçait sa semence dans sa gorge. Il la maintenait immobile. « Avalez-le, ma chère fille. Avale tout. Voilà." Finalement, sa semence fut épuisée et elle retomba, haletant dans des respirations humides. "Pauvre petite chose. Laissez-moi vous aider." Il la remit sur ses pieds, retira sa main et la frappa violemment au visage. Elle tomba sur le sol dur et du sang jaillit de sa lèvre. Elle a continué à prendre des respirations irrégulières mais n'a pas bougé autrement.
Il se dirigea vers sa chambre, la fille au sol oubliée maintenant. Deux autres serviteurs attendaient calmement sur son lit – une autre fille, plus petite et plus brune que la précédente. Et un jeune homme. Leurs expressions étaient aussi neutres que la première fille. Il baissa sa culotte et en sortit, sa bite semi-dure ondulant dans les airs, des gouttes de sperme y pendaient encore. Il tira l'autre fille sur le lit par les chevilles et enfouit son visage entre ses jambes. Sa langue explora en elle, ses yeux se fixèrent sur le visage du jeune. Le jeune regarda en arrière, ne voyant apparemment rien.

* * *

Dana avait quitté la salle d'audience immédiatement après le roi. Elle s'était d'abord rendue dans la cour d'entraînement, où les gardes s'entraînaient. La journée était claire, fraîche des pluies de la nuit dernière, un bon matin de printemps. L'humeur de Dana n'était pas brillante.
La cour donnait sur les collines en contrebas de Kamildan, la capitale de Karne et le siège du trône du Roi Serpent. Kamildan était une ville énorme qui s'élevait au-dessus de hautes collines escarpées. Des murs concentriques entouraient le palais proprement dit et étaient réputés inattaquables. Personne n'était encore assez fou pour essayer. Entre chaque ensemble d'énormes murs se trouvaient d'autres habitations. La noblesse la plus importante vivait le plus près du palais et les gens du commun de la ville, le plus éloigné. À l'extérieur des derniers murs se dressait une masse tentaculaire de bâtiments, la ville des plus pauvres. De la cour d'entraînement, on ne pouvait pas voir ces bidonvilles sales, seulement les plaines qui s'étendaient autour de Kamildan. Un réseau de routes s'étendait à travers le pays, reliant Kamildan à son empire, comme une araignée assise au centre de sa toile.
Les gardes et les soldats étaient en groupes dans la cour, s'entraînant et s'entraînant. Les servantes de Dana se tenaient dans un coin, attendant son retour. C'étaient son élite, ses gardes du corps personnels de jeunes filles dragons. Comme ils la virent entrer dans la cour, ils s'approchèrent d'elle.
"C'est comme on nous l'avait dit, Lornel." Dana s'adressa sans cérémonie au capitaine de sa garde. "Les rumeurs ont atteint notre roi et il m'a demandé de me rendre à Gestat."
« Et j'espère que vous y périrez, sans aucun doute. Tous savent que ces endroits à l'ouest ont farouchement résisté aux armées du Roi Serpent. C'est une terre d'anarchie.
« Je le sais, Lornel. Mais il m'a commandé directement. Il a invoqué le pacte et je ne peux pas le lui refuser.
« Allons-nous vous accompagner, Lady Dana ? demanda Teritha, l'une des servantes.
« J'aimerais que vous ne le fassiez pas. J'ai besoin que vous restiez à Nimrel et que vous soyez vigilant. Je soupçonne déjà Théodonos de faire quelque chose contre nous pendant mon absence. Je dois rencontrer ses laquais plus tard. Il y en a un que je souhaite m'accompagner, je dirai qui c'est bientôt.
Les jeunes filles la regardèrent d'un air interrogateur mais Dana ne leur répondit pas. « Je vais devoir vous retrouver à Nimrel dans quelques jours. Ne m'attendez pas ici, mais revenez tout de suite. Je vais être occupé pour le moment. Quand je reviendrai, nous aurons une cérémonie à laquelle assister.
Les jeunes filles s'inclinèrent légèrement devant ses ordres. "Vas-y alors. Vos montures vous attendent. Nous discuterons davantage la prochaine fois que je vous verrai. Ils tournèrent et partirent en direction des nids, des aires temporaires qui se tiennent à Kamildan pour les occasions où les guerriers dragons visitent la capitale de leur roi et maître. Ces nids sont situés au point le plus élevé du palais, d'immenses habitations couvertes aux murs ouverts pour leurs montures de dragons. Dana savait que ses jeunes filles s'envoleraient immédiatement pour Nimrel, le grand nid d'aigle, à plusieurs kilomètres au nord, haut dans les montagnes. C'est la maison des guerriers dragons et de leur mère-dragon Rhiannon, la grande bête incapable de voler qui pond les œufs de leurs montures. Lornel veillerait sur la gestion de Nimrel jusqu'au retour de Dana.

***

Dana se rend ensuite dans les chambres consultatives où se réunit le conseil du roi. Le roi lui-même, bien sûr, était absent, mais assez tôt sa sorcière de mère arriva pour s'asseoir dans un coin et ne rien dire du tout. Dana a parlé avec le haut conseil, avec Cordonis le chef du renseignement, et Maldin le général de guerre, sur la façon exacte dont elle procéderait. Elle a insisté pour avoir au moins un guerrier pour l'accompagner dans le voyage, et sur cela ils ont accepté. Les fournitures et l'intelligence lui ont été abandonnées à cette fin. Elle a également insisté sur le fait qu'elle ne pouvait pas partir immédiatement, car des cérémonies importantes devaient revenir à Nimrel. Ils n'étaient pas contents de cela. Au bout d'un long moment, tous les accords furent conclus, et au moment où elle put se retirer dans ses appartements, le soir approchait.
Dès qu'elle put sortir, elle se rendit sur les grands toits du palais pour vérifier sa monture. Le dragon, une énorme bête rouge, dormait, comme ils le font habituellement lorsqu'ils ne mangent pas ou ne volent pas. Valkyre, elle l'avait nommé. Il était le plus bel exemple de l'art des éclosoirs de dragons qu'il était possible de trouver. Du nez au bout de la queue, il mesurait cinquante pieds de long. Son envergure était égale à cela. Ses yeux couvaient du feu éternel d'un dragon et son souffle avait envoyé de nombreux pauvres fous à sa mort douloureuse. Comme tous les cavaliers de dragons, Dana l'aimait.
« A-t-il pris de la nourriture ? Elle demanda au domestique présent.
"Oui madame." Il hocha la tête. "Il a fait son choix parmi les troupeaux ce matin." Lorsque les dragons étaient installés à Kamildan, ils étaient autorisés à prendre la nourriture du bétail et des autres bêtes qui étaient parquées à l'extérieur des murs de la ville. Elle hocha la tête et leva la main contre lui tandis qu'il respirait. Ses écailles, bien que dures comme de l'acier, se déplaçaient souplement avec sa lente haleine endormie.
"Il dort bien." Elle a déclaré. « Faites remplir son auge et changer la literie ce soir. Je le ferai voler demain. Je ne souhaite pas que ses ailes s'affaiblissent avec le laxisme. Encore une fois, la servante s'inclina et elle partit.
Elle a elle-même obtenu de la nourriture simple au mess des gardes du palais et a mangé debout. Aucun n'a signalé sa présence ni tenté de l'aborder. Elle est ensuite retournée dans les chambres qui lui étaient attribuées, où elle a trouvé Machil assis à la table de la pièce, étudiant un plateau de jeu.
"Jeu fascinant, celui-ci." remarqua-t-il alors qu'elle entrait. « Chaque déploiement constitue un puzzle unique. Je dois avouer que j'essaie de résoudre celui-ci depuis un certain temps maintenant.
"Je me soucie peu de ces passe-temps oisifs." Elle a répondu. "J'ai peu de temps à perdre avec eux."
« Ah, mais c'est du temps bien investi. Il encourage l'esprit à penser dans de nouvelles directions et à aborder les problèmes de la manière habituelle. Cela vous garde alerte, ma dame. Il sourit alors qu'elle s'approchait, et elle plia un genou, le pressa contre son entrejambe. Sa main remonta à l'arrière de ses jambes et se posa sur ses fesses. « Bien que je soupçonne que vous n'en ayez guère besoin. Vous êtes assez pointu.
Elle a forcé ses lèvres dans les siennes et leur passion a été déclenchée une fois de plus. Elle baissa le haut de sa robe, ses gros seins pleins s'exposant instantanément, et plaça un mamelon dans sa bouche.
"Je suis renvoyé sur ordre du roi." dit-elle alors qu'il tétait avec gratitude. « Il souhaite que j'aille à Gestat. Comme vous m'aviez déjà prévenu.
Il hocha la tête entre les rondes de ses seins. « Il a reçu l'information il y a quelques jours. Il a mis du temps à raconter sa cour. Pour quelles raisons, je ne sais pas. Sa bouche tourna son attention vers son autre sein.
"Il est également probable qu'il sache que nous nous rencontrons. Donc il sait que je peux me méfier de lui. Il agit contre nous, Machil. C'est inquiétant. Il hocha simplement la tête à nouveau. La main de Dana était entre ses jambes, sentant son renflement épais. Elle se baissa ensuite et détacha sa lourde virilité. Elle retira son prépuce et traça une ligne avec sa langue.
"Il est dangereux, Dana." Lui dit-il alors qu'il la regardait travailler habilement sa langue sur lui. "Il est imprévisible. J'ai assez de soucis sans qu'il déchire les liens qui unissent notre royaume. Vous devez être sur vos gardes. Tu ne dois pas lui donner de raison de te mépriser.
Elle a parlé avec sa bite dans sa bouche. "C'est un homme méprisable. Lui et cette salope. Son père était un roi. C'est un rat.
Elle se leva, renversa le plateau de jeu, envoyant voler des pièces sculptées. Elle monta sur la table, ouvrit les jambes et le laissa entrer en elle avec sa langue. Ses mains étaient sur ses seins lourds pendant qu'il la léchait.
A ce moment, une servante entra. Elle frappa et entra, et les voyant, elle sur la table, lui avec sa tête sous sa robe, sursauta et commença à partir.
"Oh! Chère Gaïa... pardonne-moi... »
Dana a cessé de bouger, Machil n'a pas cessé son travail. Dana regarda la fille, et quelque chose dans les yeux de la maîtresse de chasse retenait la fille. Dana leva la main et fit signe à la fille d'entrer.
"Serviteur. Placez le linge propre près du lit. La jeune fille, le rouge qui lui montait aux joues, bougea pour obéir. Elle se tenait alors là, sans les regarder. "Nettoyez le foyer." Dana lui a alors donné des instructions. Elle le fit, hésitante, furieuse, ne regardant ni l'un ni l'autre. « Ferme la porte, idiote. Où sont vos manières ? Elle claqua la porte et se mit à brosser les cendres de la cheminée. Pendant ce temps, Machil s'était assis sur la chaise. Dana se baissa sur lui, le dos tourné, et tenant le bord de la table, ils s'accouplèrent passionnément. Il guidait ses mouvements, ses mains sur ses hanches. Ses seins lourds rebondissaient au rythme de leur rythme.
La servante a terminé son nettoyage, essayant de ne pas entendre les gémissements croissants de Dana ou la gifle de leur baise. Chaque fois qu'elle terminait une tâche, Dana lui en demandait une autre. Elle replaça les bougies dans la pièce et enleva les draps. Elle lui ordonna même de ramasser des pièces de jeu éparpillées dans la pièce et de les remettre sur la table même qu'elle et Machil vissaient.
"Serviteur." lui dit enfin Dana. « Vos vêtements sont sales. Je n'aurai pas de débraillé ici. C'était vrai – au cours de leur nettoyage, la fille avait mis de la suie sur sa robe. "Retirez-les. Lavez-les dans la baignoire.
La jeune fille la regarda, choquée. À ce moment-là, Machil avait Dana sur le lit dépouillé. Ses jambes étaient sur ses épaules, et il se tenait au-dessus d'elle, poussant puissamment.
"Ma dame...?"
"Venez ici." a demandé Dana. La fille s'exécuta docilement, essayant de ne pas voir les gros seins de Dana frissonner au rythme des poussées de Machil, ou la lente humidité qui s'échappait de leur sexe. Dana lui tendit la pièce sale de sa robe pour qu'elle puisse la voir. "Vous voyez? Sale. Pas acceptable. Enlève ta robe."
La fille a osé hésiter une fois de plus, mais le regard dans les yeux de Dana lui a dit que ce n'était pas sage. Tremblant légèrement, la jeune fille souleva sa robe et se tint nue devant eux.
"La baignoire contient de l'eau propre. Lavez votre robe. Alors lave-toi.
Elle l'a fait. Elle a nettoyé sa robe. Puis elle est allée dans la baignoire et a nettoyé les frottis de son propre corps. Alors qu'elle était assise dans l'eau chaude, Machil atteignit son apogée à l'intérieur de Dana. Ils se sont alors levés et sont montés dans la baignoire avec le domestique. Avant elle, ils se sont nettoyés, Dana nettoyant sa chatte de sa semence. Machil a ordonné à la fille de laver sa virilité, et en effet elle a pris le savon et l'a nettoyé. Elle était au-delà de leur désobéir maintenant.
Dana leva les hanches hors de l'eau et plaça la tête de la fille entre ses jambes. « Nettoie-moi comme ça, ma fille. Utilisez votre langue. Utilisez-le bien. La fille a léché Dana, mais cela ne l'a pas rendue plus propre, en effet son jus coulait plus facilement. Au moment où la fille avait atteint son apogée, le sang de Machil coulait à nouveau, regardant les deux femmes travailler l'une sur l'autre. Dana s'est allongée dans l'eau avec épuisement, mais si la fille pensait qu'elle avait fini, elle avait tort. Il est sorti et a placé sa bite semi-dure dans la bouche de la fille. Avec ses encouragements, elle l'a sucé. Dana les regarda, vit sa perche devenir lentement plus tumescente. Elle a mis ses couilles en coupe. Dana a mis sa main entre ses propres jambes et s'est fait plaisir.
Ils étaient longtemps avant d'être terminés. À un moment donné, ils se sont déplacés sur le lit, les trois s'habituant davantage au corps de l'autre. Dana a fait jouir la fille avec sa bouche, alors qu'elle continuait ses attentions sur la bite de Machil. Puis Dana a grimpé sur la fille. Ils s'embrassèrent pendant que Machil prenait son plaisir avec leurs chattes, passant de l'une à l'autre comme il le souhaitait. Bientôt, il fit éclater sa semence une fois de plus, pas à l'intérieur de l'un d'eux, mais entre eux, des gouttelettes d'un blanc clair se répandant sur leurs corps alors qu'ils continuaient à s'embrasser. Ils léchaient le liquide laiteux sur le corps de l'autre. A présent, Machil souhaitait dormir, mais Dana n'en avait pas fini. Elle a demandé à la fille de l'amener à nouveau à l'orgasme deux fois, une fois avec ses doigts pendant que Dana embrassait ses petits seins, et de nouveau avec sa bouche. Au moment où la servante se glissa hors des chambres, il était plus proche de l'aube que du crépuscule. Avant de partir, Dana lui a parlé une fois de plus.
« Comment t'appelles-tu, ma fille ? »
“My name is Yurale, my lady.”
“Yurale. See that you attend these chambers again tomorrow. I have a proposition for you. One you may find intriguing.”
“Yes, my lady.” She said, hastening out the door.

Articles similaires

Marthe - chapitre 1

Martha dormait profondément sur le sol de sa chambre lorsque Zeus, le chien de son voisin, l'a mordue à l'épaule. Martha hoqueta de douleur, puis roucoula le chien jusqu'à ce qu'il lâche prise. Elle s'est ensuite positionnée et a aligné la bite du chien avec sa chatte, puis l'a aidé à la baiser. Zeus a baisé Martha jusqu'à ce qu'il vienne dans sa vieille chatte, se demandait. Zeus l'avait mordue plusieurs fois, mais comme Martha n'était qu'une putain d'ordures, elle n'avait pas le choix de la façon dont elle était utilisée. Elle alla au frigo et en sortit un bol de...

1.2K Des vues

Likes 0

Tel qu'il est - Partie 2

Stuie, s'est nettoyé à la hâte et s'est refermé pour être à nouveau présentable. Puis il s'est dit : « qu'est-ce qui est pressé ? C'était embarrassant, mais Julie était sûrement assez âgée pour comprendre les circonstances et la façon dont les gars étaient et tout. Peut-être qu'elle s'est enfuie par embarras. Il a connu un moment de panique et a pensé elle ne va sûrement pas dire à maman ce qui s'est passé. Non, il avait besoin de prendre un peu de temps pour réfléchir à ce qu'il allait lui dire pour apaiser son embarras avant de la revoir. Mais...

1.2K Des vues

Likes 0

Les petits trous d'Ashley 2

Les trous d'Ashley 2 par Will Buster Si vous souhaitez lire plus de mes romans, cliquez simplement sur http://www.bondagebookshelf.com Buck a déchiré le string cramoisi d'Ashley. L'odeur de la chatte humide et suintante le frappa comme une bouffée de parfum à cent dollars. Il devait manger sa jolie chatte rose et il devait le faire maintenant. Ashley écarta ses jambes fines et parfaitement rasées. La jeune chatte avait récemment rasé son buisson de chatte aussi. Elle n'avait pas eu beaucoup de cheveux au départ, mais maintenant ils étaient aussi lisses que la fesse d'un nouveau-né. Ashley a persuadé: «Allez bébé! Mange...

1.2K Des vues

Likes 0

Ahh... Lochy Partie 5

NOTE : Salut les lecteurs, il s'avère que la plupart d'entre vous n'ont pas apprécié la partie 3, donc à cause de cela, je vais laisser tomber les trucs de pierre. Putain sait ce que je pensais... peut-être que je ne pensais pas du tout. Ahh... Lochy Partie 4 Changer de direction Gyaaahhhhh .... J'ai gémi Je me suis réveillé aux petites heures du matin, ma tête nageant dans la douleur et la confusion. Je ne savais pas où j'étais... Dans quel lit suis-je ?, Dans quelle chambre ? Trouver mon téléphone serait la première priorité une fois que j'aurais eu...

1.3K Des vues

Likes 0

Commerce équitable

Il travaille un travail stressant. Les délais sont serrés et il est constamment sous surveillance. Le salaire est bon, mais parfois il se demande si ça vaut le coup. Sans son vélo, il y a de fortes chances qu'il ait perdu la raison depuis longtemps. Il y a plusieurs années, il s'est acheté une moto d'occasion. C'est un vélo de sport, ou une fusée d'entrejambe, bien que ce deuxième terme l'ait toujours ennuyé pour une raison quelconque. Il gère les virages comme rien d'autre, est stupide et rapide, et avec l'échappement personnalisé qu'il a mis, il produit un son incroyable. Il...

1K Des vues

Likes 0

Ce n'était pas bien, ce qui le rendait si CHAUD

C'est une histoire vraie. Beaucoup de ceux qui ont lu certaines de mes autres histoires (certaines fictives, certaines vraies) peuvent relier cet incident à l'endroit où cela a commencé, quand je me suis séparé puis divorcé de ma femme. Je suis divorcé de mon ex depuis quelques années et je vais chez elle pour rendre visite à notre enfant. Une fille adolescente de son amie (c'est l'amie avec qui elle voulait que je fasse un trio à l'époque) ne pouvait pas s'entendre avec sa mère alors elle reste avec mon ex et elle surveille notre enfant pendant que l'ex travaille, joue...

574 Des vues

Likes 0

Le secret du succès

Ellen était assise à son bureau et travaillait sur le rapport sur les profits et pertes de la société. Ellen a commencé comme intérimaire il y a 6 ans et a gravi les échelons jusqu'au poste qu'elle occupe actuellement, assistante administrative du COO. Elle avait travaillé très dur dans et hors du bureau pour arriver là où elle en était. Alors qu'elle travaillait sur le rapport, elle bourdonnait. Oui Monsieur. « Ellen, pouvez-vous entrer ici et verrouiller la porte en entrant ? » J'arrive Ellen regarda autour d'elle dans le bureau en se retournant sur sa chaise. Elle bougea sur sa chaise et releva...

619 Des vues

Likes 0

Sam et Alicia 9

J'ai écrit ceci en supposant que vous avez déjà lu Sam & Alicia 1 à 8. Quand je me suis réveillé le lendemain matin, Katrina était appuyée sur un coude et me regardait. Elle avait l'air heureuse. Bonjour tête endormie. Avez-vous bien dormi? Oui, j'ai dormi comme une bûche. Vous avez l'air heureux. Voulez-vous une autre baise? Oui, je me sens très heureux. Je devrais être choqué par tout ce que j'ai appris sur toi hier soir, mais je ne le suis pas. Au lieu de cela, je suis fier que vous m'ayez inclus dans tout votre sexe. Mes parents seraient...

597 Des vues

Likes 0

Une nouvelle expérience

Anita était tellement excitée dimanche qu'elle devait assister à la fête d'anniversaire de sa meilleure amie chez elle. Il était 16h30 lorsqu'elle avait quitté la maison, toute habillée et fière de son apparence. Oooooooo ! les gens vont vraiment être stupéfaits quand ils la verront dans cette nouvelle robe rouge. Ils vont vraiment être jaloux d'elle aujourd'hui. penser ces pensées à elle-même. Elle avait enfin atteint sa destination. c'était la première fois qu'elle venait chez son ami puisqu'elle ne connaissait que le Block et n'y était jamais allée auparavant. Elle a commencé à localiser l'appartement. Ce faisant, elle se rendit dans un...

496 Des vues

Likes 0

Le cadeau d'anniversaire - À peine légal_(0)

C'était son dix-huitième anniversaire et elle tremblait d'excitation en se dirigeant vers le bar. L'homme qu'elle rencontrait lui avait dit de s'habiller aussi salope que possible, alors elle portait un haut en dentelle sans soutien-gorge, ses petits seins perky avec des mamelons roses serrés complètement exposés et une mini-jupe qui couvrait à peine son cul. Cela n'allait en aucun cas être sa première fois, mais ce serait sa première fois avec un adulte et elle parlait avec lui en ligne depuis des semaines, mais il a refusé de la baiser jusqu'à ce qu'elle soit légale. Alors qu'elle s'approchait de la porte...

463 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.